Nowakowskismes 7.18. Rendez-nous la lumière

en dystopie….

Devinez quoi ? « Au cours des dernières décennies, la richesse de la société s’est concentrée entre les mains d’un nombre de plus en plus restreint de personnes, ce qui a entraîné une explosion des achats et des voyages en jet privé ». Sans déconner !
Donc, dans l’indécence la plus honteuse, les super riches achètent et utilisent toujours plus de jets privés. Ce constat a été fait dans une étude publiée début mai par le groupe Des millionnaires pro-taxes Millionnaires patriotiques et l’Institut pour les études politiques. Ainsi, entre 2000 et la mi-2022, la flotte mondiale de jets privés a cru de 133 % pour un montant de 31 milliards d’euros. Les propriétaires de ces avions de luxe sont bien sûr des milliardaires blancs, âgés de plus de 50 ans et travaillant généralement dans le secteur de la finance ou de l’immobilier. Ces hommes blancs de plus 50 ans ne représentant que 0,0008 % de la population mondiale, émettent la moitié des émissions de gaz à effet de serre de l’aviation. En 2022, près de 5,3 millions de vols privés ont eu lieu dans le monde. Cerise sur le gâteau, aux États-Unis, tous ces vols privés sont indirectement financées par le contribuable, puisque les aéroports municipaux font office de pistes d’atterrissage.
Petit rappel qui a son importance. En 10 ans, les écarts de salaire au sein des 100 plus grandes entreprises françaises cotées en bourse n’ont cessé de s’accélérer. Entre 2011 et 2021, leurs PDG ont augmenté leur rémunération de 66% tandis que celle des salariés n’a augmenté que de 21% et le SMIC de 14%. Le dirigeant le mieux payé, le PDG de Stellantis (Peugeot, Citroën, Fiat …), a un salaire qui a atteint le montant astronomique de 66 millions d’euros en 2021, soit l’équivalent de plus de 3420 SMIC ! 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. Leur mission est de miner les concepts de culture, de bien pensance, de normes forgés par ce présent, et d’inciter au rejet radical de ces monstrueux hybrides conceptuels et des machines développées pour les diffuser massivement et ainsi fabriquer une société qui se tient sage. Ce soir, les Nowakowskismes font irruption dans le coeur du réacteur radioactif du capitalisme attentionnel des Netflix et tous les autres, et de la surveillance généralisée, toujours plus avides de temps de cerveau disponible et de données personnelles. Agents du capitalisme infiltrés dans les vies intimes, ce sont des programmes informatiques visant à capturer les humains, les enfermant dans  l’incapacité de voir le monde tel qu’il est, inhumain. Des écrans rivés devant les yeux, des EarPods greffés aux oreilles, se « vider la tête », autant de temps qui ne sera pas consacré à la réflexion, qu’elle soit politique, poétique ou philosophique, autant de temps qui ne sera pas passé à rêver, aimer, sentir, découvrir, autant de temps passé à l’écart du reste de la société au profit d’un confort artificiel. 

Petite devinette ! 
Quelle est la plateforme qui compte plus de 221 millions d’abonnés à travers le monde ? Quelle est la plateforme sur laquelle, chaque minute, 452000 heures de vidéos sont consommées par les humains ? Quelle est la plateforme dont sa dernière série phénomène en date, a cumulé 2,1 milliards d’heures de visionnage, soit 240 000 ans ? La série c’est  Squidgame ! La plateforme vous avez certainement trouvé, c’est Netflix, une plateforme dont le principe directeur est le profit, et dont l’objectif affiché est de « combattre notre sommeil ». Plus exactement, « We actually compete with sleep. » disait Reed Hastings le PDG.  
La plateforme se présente comme un service personnalisé en proposant des suggestions à ses abonnés, service rendu possible par une base de données référençant des dizaine de milliers de genres et en tirant le meilleur parti des traces laissées par les utilisateurs. Observer les comportements, classer les préférences, recommander des parcours dans son catalogue pour nourrir des algorithmes. Les algorithmes disent alors qui vous êtes, ils affirment : « vous êtes comme ceci, alors voici ce que vous devriez aimer », sous-entendu ce qu’une personne comme vous, normalement constituée, est censée aimer. Sous des apparences de diversité et de côté cool, la plateforme fige les identités en enfermant chaque utilisateur dans une « bulle de filtres » où le contenu proposé le cloisonne toujours plus de l’extérieur, dans laquelle les distinctions établies entre des films « ne se fondent pas tant sur leur contenu même que sur la classification, l’organisation des consommateurs qu’ils permettent ainsi d’étiqueter ». Ainsi, chacun doit se comporter conformément à son niveau déterminé préalablement par des statistiques, et choisir les catégories de produits de masse fabriqués pour son type. L’abonné est ainsi l’objet de l’attention de l’entreprise non pas dans un service personnalisé visant à prévoir et connaître à l’avance les besoins du client, mais d’une pseudo-individuation, c’est-à-dire de l’établissement d’un profil type de l’abonné de façon à le faire rentrer dans des catégories types et lui proposer un contenu générique adapté à son profil.
En fait, l’entreprise cherche toujours plus à adapter son offre à une « une population jeune, urbaine et connectée, particulièrement réceptive aux thématiques de société développées par l’entreprise. » mais chez Netflix, « le consommateur n’est pas roi, comme l’industrie culturelle le voudrait, il n’est pas le sujet de celle-ci, il est son objet ». 
Netflix va donc s’imposer et à grand renfort de publicités au même titre que celles pour un SUV, de la lessive ou un produit rajeunissant, une expérience individuelle, un expérience chez soi. Alors, finies les conversations d’après séance ou les moments d’échange avec un ou une inconnu. La plateforme n’est autre que la matérialisation  de la dynamique bien connue du capitalisme qui cherche à individualiser, à atomiser, à marchandiser toutes les expériences de la vie, de la trottinette en libre-service au logement Airbnb, en passant par l’acheminement par des esclaves à vélo d’un déjeuner, d’un diner accaparés que sont les individus par leurs écrans et les programmes formatés qu’ils y consomment. Parce qu’il s’agit toujours de consommer, de faire consommer mais de consommer seul. L’isolement des individus est une condition indispensable au développement du capitalisme car il permet de bloquer toute force sociale d’opposition, toute rencontre source d’idées, de débats, d’échanges, mais aussi d’accroître le contrôle et la discipline dans cette société qui vit en troupeau de moutons dans l’illusion d’être libre. Peut-être juste se rappeler à ce stade, une des thèses de la Société du spectacle qui dit : « Le spectacle réunit le séparé, mais il le réunit en tant que séparé ». Ainsi, après avoir déchiré tous les liens unissant les individus au sein d’une société moribonde, le spectacle devenu marchandise prête à consommer se trouve désormais au centre de toutes les relations interindividuelles, comme standard imposé de toutes les conversations, et de tous les centres d’intérêt parce que la grande majorité d’entre nous est devenue incapable de parler d’autre chose que de son boulot, du dernier iPhone ou de l’énième série Netflix consommée.
Là où nombreux nous fûmes à rappeler que le cinéma est une expérience collective capable de nous réunir en un seul et même endroit constituant ainsi un potentiel révolutionnaire, ce système nous oppose ce nouveau médium où le montage et ses sauts dans le temps et dans l’espace crée des effets de sidération chez le spectateur en lui faisant percevoir le monde différemment, le rendant étranger à lui-même. Ce choc est alors censé conduire à une incapacité de voir le monde tel qu’il est, inhumain. Et tout ce temps passé devant un écran, à se « vider la tête » comme nombre d’entre nous le revendique, c’est bien sûr autant de temps qui ne sera pas consacré à la réflexion, qu’elle soit politique, poétique ou philosophique, autant de temps qui ne sera pas passé à rêver, aimer, sentir, découvrir, autant de temps passé à l’écart du reste de la société au profit du confort artificiel du spectacle produit par Netflix. 
De plus, en diffusant des films ou séries « réalistes » ou « naturalistes », ce système cherche à faire entrer dans le crâne de l’individu que la société est comme elle est, et que rien n’y pourra changer, que toute considération politique est écartée, et qu’il n’est question que de l’individu et de ce satané empowerment qui rappelle qu’être ce que « tu veux être, cela ne dépend que de toi ». Netflix et toute cette industrie culturelle sont les agents du néolibéralisme, défendant l’idée qu’il n’y a pas de société. En fait, bien plus que de simples divertissements, les contenus de Netflix et de tous les autres sont des ordres d’obéissance, de conformation à ce système cachés dans la structure de ce système lui-même comme dans le film de John Carpenter Invasion Los Angeles sorti en 1988. De plus, tout ceci constitue une industrie car, d’une part ces marchandises sont produites industriellement, mais aussi parce que leur contenu est industrialisé, dupliqué, répliqué, cloné, uniformisé… jusqu’à faire que toutes les productions Netflix finissent inlassablement par se ressembler, puisque les humains ont été patiemment conditionnés pour consommer un produit standardisé. Colin Ward dans L’enfant dans ma ville écrivait ceci : « Nous n’exigeons plus de nos enfants obéissance et soumission, en fait nous les gâtons, tant que nous les considérons, avec l’aide de la puissante industrie publicitaire, comme des consommateurs, mais nous ne leur confions pas de responsabilité d’adultes, ne les poussons pas à prendre des décisions, car, peut-être, nous-mêmes avons pris l’habitude de déléguer nos propres décisions ». 
Pas d’obéissance, pas de soumission mais faire des humains, dès le plus jeune âge, des consommateurs. Voilà comment ce système conditionne, produit les stimuli qui feront réagir le troupeau humain comme il faut, parce que dès le début d’un film, il saura comment le film, l’épisode se terminera, qui sera récompensé, puni, oublié ; parce qu’en entendant de la musique légère, les oreilles conditionnées pourront deviner la suite du thème et l’individu formaté se sentira bien lorsque tout se passe comme prévu habitué qu’il est à ces durées standardisées, à être soumis à un nombre des gags fixés, à être hypnotisés par des effets spéciaux et être endormi par des flots de plaisanteries indigentes visant à se « vider la tête ». Pour cela, il a juste suffi d’imposer un régime disciplinaire de l’attention en immobilisant et séparant les sujets de façon à pouvoir les rendre davantage contrôlables. Avec comme toujours, avec toutes ces plateformes qui fleurissent sur les 4 par 3 des villes, on retrouve un phénomène bien connu à savoir la machine de guerre du soft power étasunien – du rock’n’roll, au jazz ou aux séries TV, tous ces supports de diffusion à l’échelle planétaire de l’american way of life et de ses valeurs. Depuis toutes ces années, tout cela poursuit le projet d’américanisation de nos imaginaires.
Alors peut-être n’est-ce pas trop tard pour éteindre ces plateformes, s’en désabonner pour refuser d’accepter les règles du jeu capitaliste, ces normes visant à enfermer notre imaginaire dans un monde où la propriété privée, le salariat, la prédation seraient indépassables. Alors inventons ces autres formes de vie, de partage, de culture qui permettront d’écarter les barreaux de cette cage de fer et reprendre la main sur notre sommeil.
Quelques derniers mots en ces temps de manifestations et de répression brutale par les forces aux ordres de ce système capitaliste. En effet, un nombre croissant de personnes a fait l’expérience de la Garde à Vue et de son corollaire qu’est la saisie autoritaire et massive de tout un tas de données personnelles, sensibles et intimes comme le code de déverrouillage de téléphone, les prélèvements d’ADN, les photographie et les prises d’empreintes. Vous l’avez compris, dans ce monde capitaliste se nourrissant du surplus comportemental des humains, un passage en Garde à Vue laisse des traces très difficiles à effacer. 
De plus, dans ce merveilleux petit pays dans lequel nous vivons, dans la quête toujours plus terrible de la panoplie de la surveillance idéale, dans ce monde merveilleux de la surveillance généralisée, le ministère de l’intérieur compte également investir dans des capteurs nomades biométriques qui permettront, en vue des JO 2024 mais également pour toutes les autres événements, le relevé de photos et d’empreintes « en bord de route ». 
Tout débute vraiment avec les lois qui ont été adoptées dans la foulée du 11 septembre 2001 et prévues principalement pour être une réponse au terrorisme. Quelques années plus tard, dans un monde irrémédiablement changé, en 2016, la loi votée suite aux attentats de novembre 2015 renforce de plusieurs crans encore la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme. Elle permet ainsi à un officier de police judiciaire de « solliciter » le code de déverrouillage d’un téléphone lors d’une garde à vue et pénalise le refus de remettre « la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie » lorsqu’un appareil est « susceptible d’avoir été utilisé pour préparer, faciliter ou commettre un crime ou un délit ». Puis, suivant un schéma désormais tristement connu, le champ des procédures d’exception justifiées par la lutte contre le terrorisme s’est élargi et a fini par concerner une grande partie de la population et une grande partie d’événements ne relevant pas du terrorisme. La loi de 2017 a alors intégré certaines dispositions de l’état d’urgence dans le droit antiterroriste, comme les perquisitions administratives, les mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance, la fermeture de lieux de culte et l’instauration de périmètres de protection… Et dans ce processus bien connu et tellement décrit dans tant d’ouvrages, l’atteinte aux droits et libertés fondamentales inhérente à l’antiterrorisme a été étendu à d’autres situations jusqu’à faire émerger cette notion de « périmètre de protection » sur laquelle se basent actuellement de nombreux arrêtés préfectoraux pour interdire les manifestations, les casseroles, … à l’occasion de la visite d’un ministre ou du président. Juste pour le rappeler, notre petit pays n’est pas le seul. Au Royaume Uni, avec pour prétexte du couronnement de Charles III, le gouvernement vient d’adopter en urgence une législation visant à réprimer les manifestations pacifiques. En parallèle de cette nouvelle législation, le gouvernement a aussi autorisé l’utilisation de la reconnaissance faciale massive. Dans notre petit pays, le ministère de l’Intérieur va commander 7000 capteurs nomades d’empreintes digitales doigts et palmaires pour 21 millions d’euros et des « solutions de prises d’images faciales » pour 1,6 million d’euros afin de pouvoir réaliser des contrôles biométriques « en bord de route ». Quelle belle formule digne de toute l’hypocrisie de notre époque ! 
Alors, en paraphrasant Deleuze et Guatari, pour opposer la vie et la liberté à ces slogans honteux étendards de ce capitalisme destructeur, il nous faut des livres, des oeuvres d’art, du cinéma, de la musique, des humains qui se retrouvent, des humains qui se désabonnent de toutes ces plateformes abrutissantes, Netflix et toutes les autres, des Nowakowskismes aussi parce qu’ils contiennent tous leur somme inimaginable de souffrance qui fait pressentir l’avènement d’un peuple. Ils ont tous en commun de résister, résister à la mort, à la servitude, à l’intolérable, à la honte, au présent. 
Pour terminer ces quelques mots de Gilles Deleuze qui avait déjà bien analysé dans Post-scriptum sur les sociétés de contrôle, toutes les questions que nous venons d’aborder : « On nous apprend que les entreprises ont une âme, ce qui est bien la nouvelle la plus terrifiante du monde. Le marketing est maintenant l’instrument du contrôle social, et forme la race impudente de nos maîtres. Le contrôle est à court terme et à rotation rapide, mais aussi continu et illimité, tandis que la discipline était de longue durée, infinie et discontinue. L’homme n’est plus l’homme enfermé, mais l’homme endetté. Il est vrai que le capitalisme a gardé pour constante l’extrême misère des trois quarts de l’humanité, trop pauvres pour la dette, trop nombreux pour l’enfermement : le contrôle n’aura pas seulement à affronter les dissipations de frontières, mais les explosions de bidonvilles ou de ghettos ».

Sources et inspirations 
https://reporterre.net/Le-marche-des-jets-prives-s-envole
https://reporterre.net/En-Grande-Bretagne-le-sacre-de-Charles-justifie-une-loi-anti-activistes
https://www.oxfamfrance.org/rapports/inegalites-salariales-aux-grandes-entreprises-les-gros-ecarts/
Invasion Los Angeles (They Live), film de science-fiction américain réalisé par John Carpenter et sorti en 1988
Adorno, T., Horkheimer, M. (1947). La dialectique de la raison. Paris, Gallimard
Touzé, V. (2020, décembre). Netflix : main basse sur l’audiovisuel français. Le vent se lève
Crary, Jonathan. « Chapitre 1. Le capitalisme comme crise permanente de l’attention », Yves Citton éd., L’économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ? La Découverte, 2014, pp. 33-54.
Gilles Deleuze. Post-scriptum sur les sociétés de contrôle
https://www.laquadrature.net/2023/04/28/en-gav-tes-fiche·e/
https://www.nextinpact.com/article/71444/linterieur-compte-acquerir-7-000-capteurs-nomades-controles-biometriques-pour-21-millions-deuros
Gilles Deleuze et Félix Guattari. Qu’est-ce que la philosophie ?
Kodwo Shun. Plus brillant que le soleil. Aventures en fiction sonore
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.18-09052023-14.23/

Musique
Frank Zappa – Bobby Brown – https://youtu.be/SXi_zoW-Wr4
Metallica – Master of puppets – https://youtu.be/E0ozmU9cJDg 
Stone sour – Bother – https://youtu.be/Q-pXD0FXLQ8



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, May 11). Nowakowskismes 7.18. Rendez-nous la lumière. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search