Nowakowskismes 7.17. Interlude interlope

« Un jour tu auras droit à la parole. 
Que feras-tu de l’énorme cadavre du silence ? »

Tout avait commencé par un coup de téléphone. 
Tout avait commencé par une discussion entre copains, une discussion emplie de colère et d’impuissance mêlées, après une manifestation pacifique dans laquelle ils s’étaient faits gazer sans raison. 
Comme beaucoup de français, ils manifestaient dans la rue, avec des casseroles, leur impuissance face au mépris et à la brutalité de ce pouvoir et de ses mercenaires serviles. Ils en vinrent à parler de Gandhi et comme celui-ci l’avait affirmé dans un autre siècle, rien ne s’était jamais fait sur cette terre sans action directe. En effet, c’était l’action directe qui avait permis le changement à de nombreuses occasions, en Inde, en Afrique du Sud et ailleurs. Dans cette conversation, il leur était alors apparu que la seule issue était bien là, dans une action directe, efficace et non-violente à opposer à ce président, ce gouvernement et tous leurs larbins. 
C’est ainsi qu’une idée se fit évidence. Elle les traversa au même moment. Rien de nouveau, mais ça avait fonctionné avec Gandhi et d’autres, ça avait inspiré V pour Vendetta. 
C’était la foule, la foule d’humains réunis qui se lève face aux barrages de policiers sur-armés et brutaux, aux armées, aux gouvernements. 
Alors en foule, à pied, à vélos, en trottinettes, par tous les moyens, il fallait marcher sur Paris. 
Des quatre coins du pays, soyons des millions, se diriger vers l’Elysée pour opposer la masse de nos millions de corps réunis au mépris de ce roitelet. 
Ils s’organisèrent, appelèrent leurs amis, et les réseaux furent le moyen de lancer l’appel. 
Le message fut simple. 
Il fut déposé sur toutes les plateformes de réseaux sociaux, dans toutes les messageries privées, envoyé au animateurs de blogs, diffusés par les associations et les médias amis, et bien d’autres… tous relayèrent le message : 
« Rejoignez-nous pour marcher vers Paris. Marchons, roulons, des quatre coins de du pays, vers Paris afin de nous opposer par la non-violence à la brutalité et au mépris de ce président et de ce gouvernement. Prenez votre voiture, votre vélo, votre trottinette, remplissez les bus, vous camionneurs, dirigez-vous vers Paris. Nous nous retrouverons sur le chemin et devant l’Elysée pour un concert géant de casseroles, et nous serons cette foule d’humains qui se dressera contre la violence, le mépris et la répression. 
Rendez-vous dans une semaine à Paris pour que ça change ! »
Tous ceux qui furent à l’origine de cet appel durent quitter ce petit pays…. 

Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand !
Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand. 
Bienvenue dans un petit texte de vacances de printemps inspirés de lectures multiples, Farenheit 451 de Bradbury, Eux de Kay Dick, pour ne citer que ces deux-là aujourd’hui. Êtes-vous prêts pour cette petite histoire mêlant fiction et réalité ? 

La bibliothèque avait encore perdu des livres. Les étagères qui s’étaient remplies de livres depuis tant d’années, de livres qui avaient nourri tant de lectures, de livres qui étaient passés de mains en mains, génération après génération, se vidaient. Un volume par ci, un volume par là, une collection qui s’évanouissait, comme une bouche perdant ses dents une à une, comme une bouche toujours plus ouverte vers l’obscurité, comme les arbres perdant leurs feuilles au bord de l’hiver, sauf qu’il n’y aurait pas de printemps qui ramènerait les livres disparus. 
Depuis son retour clandestin, à chaque visite qu’il faisait à ses amis, mais aussi dans les bibliothèques et les librairies qu’il avait pris l’habitude de fréquenter discrètement, un ensemble de titres, certains auteurs plus que d’autres, n’étaient plus là laissant des vides terribles sur les rayonnages. Ces disparitions ne se faisaient pas au hasard mais selon une logique implacable. Disparaissaient ces morceaux de textes qui venaient bousculer la conformité à l’oeuvre. Disparaissait cet auteur qui explorait les tréfonds de l’âme humaine ou de la société. Disparaissaient ces poètes et cet ensemble de pièces de théâtre donnant à voir les faces cachées de ce monde, laissant ainsi des vides que seules les mémoires de ceux qui les avaient lus gardaient les traces. 
Ça avait d’ailleurs commencé subrepticement par des changements dans le texte, par une réécriture de certains passages, en gommant certaines expressions, certains mots choquants, par des changements de titres… Puis ce ne fut plus suffisant. Il n’a plus été suffisant de changer les textes, les livres eux-mêmes devaient disparaître un par un, s’ils ne se conformaient pas à la norme qui s’était installée petit-à-petit, et ce, depuis des années pendant lesquelles nous n’avions pas été vigilants, par confort, par paresse, ou tout simplement par ignorance. 
Alors, un ouvrage manquait, puis un autre. Et encore un autre. Un auteur puis un autre était effacé de la réalité. 
Et chaque fois qu’il tentait de poser la question « Que se passe-t-il ? Qui vient pour emprunter ces livres sans jamais les ramener ? On lui répondait invariablement : « ILS les ont pris ». 
Ce « ILS » indéfiniment obscur, ce « ILS » qui ne se matérialisaient que par la disparition progressive des livres de la bibliothèque, ce « ILS », invariablement, il tentait de savoir qui « ILS » était. Mais, invariablement, il se heurtait au silence, au mutisme, aux yeux qui se détournent, à la conversation qui dérive sur un sujet différent et futile, déviant les questions vers la météo, les problèmes de santé ou les détails médiatiques d’affaires sans intérêt inondant les canaux d’information diffusés 24h sur 24, 7 jours sur 7 sur les immenses écrans couvrant les murs de toutes les pièces des domiciles, baignant la vie de cette stroboscopie bleutée, épuisant l’espace de vie de sons et d’images, de programmes formatés, de séries comme ils les appellent, diffusées sur les étals des plateformes supermarchés numériques de la surconsommation et de la surproduction standardisée.  
C’est vrai que petit-à-petit, à la faveur de temps difficiles et d’événements pour lesquels les choix politiques avaient fait que la sécurité avait remplacé la liberté, les habitants de ce petit pays s’étaient habitués à vivre sous les yeux aiguisés et infatigables de caméras de plus en plus intelligentes, embarquant des programmes de plus en plus performants, chargées d’alerter la police dès qu’elles détectaient des comportements anormaux, non conformes, des humains évoluant dans l’espace public, et ce, jusque dans leurs domiciles. Et ce « ILS », sans que nous soyons vraiment en mesure de savoir de qui « ILS » s’agissait vraiment – un groupe de personnes, des entreprises privées, un de ces multiples organismes de contrôle gouvernementaux, une milice, peut-être tous à la fois – avait déterminé ce qui constituait ces comportements anormaux, ces comportements non conformes, ces attitudes suspectes autorisant la police à mettre en garde à vue, à enfermer, à retenir, à molester. 
Parce que peu importait, tout avait contribué à ce qu’« ILS » s’imposent désormais dans la vie de chacun, dans leur intimité, allant jusqu’à pénétrer dans les maisons des uns et des autres. Pourquoi parce que le conformisme était devenu la norme. Le conformisme de la consommation, le conformisme culturel, le conformisme diffusé à longueur de journées par les plateformes numériques, le conformisme de comportement, d’organisation de sa journée, de la santé, des loisirs, … ce qu’« ILS » n’aimaient pas et ne toléraient pas, c’était la singularité, tout ce qui pouvait faire ressentir différemment, tout ce qui pouvait amener à prendre des chemins de traverse, tout ce qui pouvait amener à être et à aimer autrement. Être différent, artiste, penseur, amoureux. Tout cela était devenu interdit et tabou. Ce monde était devenu un monde dans lequel on abhorrait l’émotion sincère, l’art qui explore, l’amour qui bouleverse, la subversion, … Ce monde était devenu un monde dans lequel on avait banni et puni tout ce qui tendait à permettre aux humains de ne pas être conforme à une norme d’être. 
Pourquoi ? Parce qu’« ILS » y voyaient un danger, le non-conformisme était vu comme une maladie, une source possible de contagion.
Il assistait à tout cela impuissant et c’est revenant dans ce pays qu’il en vit la tournure qu’avait pris ce petit pays pendant son absence. Ce pays d’apparence paisible quand il revint de son exil n’en avait que l’apparence. La bibliothèque vidée sans qu’on puisse s’y opposer en était une première démonstration. Les textes expurgés des contenus jugés non conformes une autre. La censure d’oeuvres, de documentaires ou de textes, la répression des révoltes justifiées face à la destruction du vivant, la dissolution des mouvements qui agissaient afin de s’opposer à toutes ces pratiques de prédation des ressources par le capital, tout cela en était des démonstrations quotidiennes.
Mais en recommençant à vivre dans ce petit pays, d’autres événements lui firent se dresser les cheveux sur la tête. Il avait choisi de s’installer à l’écart, dans une petite ile, sur un bout de terre émergée entre deux minces rivières, dont l’une s’élargissait pour se jeter dans la mer. Il bénéficiait ainsi d’eau sur cette Terre qui faisait face à des sécheresses de plus en plus profondes et régulières, et la mer lui permettait d’affronter les canicules toujours plus terribles. De son havre encore en paix, il se mit à observer ce petit pays et ce qu’il découvrit lui glaça le sang. Il était revenu dans un monde dans lequel la tyrannie et l’oppression n’étaient jamais montrées de façon frontale mais se cachaient derrière des figures floues, confuses, insidieuses, noyées dans des discours lénifiants, détournées par des médias complaisants et ne servant que le conformisme ambiant du pouvoir en place. Mais, dans cette illusion de monde feutré, la violence éclatait sans prévenir, les enlèvements des gêneurs, de ceux et celles qui osaient prendre la parole, et l’absence de garanties pour les citoyens devenaient des motifs de terreurs comme, lorsqu’à son arrivée à la gare de St Pancras à Londres, un éditeur de ce petit pays fut interpellé par des policiers anglais collaborant avec les services de ce pays et détenu par les services antiterroristes pour sa participation présumée à des manifestations, tout cela parce que cette maison d’édition La Fabrique avec son catalogue et sa politique éditoriale anticonformistes étaient notoirement inscrits dans les pensées critiques et en opposition avec les politiques gouvernementales ce petit pays. Interrogé pendant des heures, il fut relâché non sans devoir laisser à la police son téléphone, son ordinateur, ses papiers. 
Tout avait été mis en place pour rendre les gens paranoïaques et, finalement, résignés à accepter qu’on les arrête, qu’on les interroge sans raison, qu’on attente ainsi à l’état de droit. Tout avait été mis en place pour que les citoyens baissent les bras et se tiennent à carreau parce que les ordres, pouvaient être donnés, les décisions prises par n’importe qui, « ILS » pouvaient être n’importe qui et l’acte de résistance pouvait naître de la moindre banalité, d’une réaction, d’un mot, d’un dessin, pouvant alors conduire à une mort certaine comme à un effacement pur et simple de la personnalité. En fait, l’acte même de penser de façon individuelle, l’acte de pouvoir construire quelque chose ou d’aimer, l’acte de se déplacer à son gré ou d’exprimer une douleur, un désaccord, une révolte était un acte de trahison de ce conformisme souverain. Il était revenu dans un monde dans lequel « ILS » détruisaient les œuvres d’arts, faisaient disparaître des bibliothèques entières, vidaient des musées des oeuvres non conformes. Dans ce monde, « ILS » étaient capables de couper les mains des écrivains, d’aveugler les peintres. Dans ce monde, il retrouvait toutes ces pratiques qui furent si souvent employées par l’humanité pour museler ceux qui pensaient différemment, voyaient le monde autrement que selon le cadre conformiste imposé. Dans ce monde, « ILS » construisaient des soi-disant « refuges » où étaient enfermés les gens pour les guérir de leur non conformité, dans des appartements sans fenêtre uniquement éclairés par la lueur de ces téléviseurs lobotomisants et abrutissants délivrant des contenus formatés et conçus pour être addictifs. Il était revenu dans un monde inquiétant par sa quiétude forcée, d’apparence paisible, un monde dans lequel tout devait être lisse et aseptisé, un monde dans lequel on produisait en masse, dans lequel le tourisme était devenu une activité rassurante pour une population qu’« ILS » voulaient voir se comporter en troupeau bruyant et cruel parce que peuple n’était pas considéré, la rue n’était pas considérée, les syndicats n’étaient pas considérés, l’Assemblée nationale n’était pas considérée. « ILS » avaient organisé à l’aide des médias et de tous ces courtisans, ces larbins et ces mercenaires serviles, un « cheminement démocratique » contre la démocratie. « ILS » avaient décidé d’appliquer jusqu’au bout le programme de la contre-révolution néo-conservatrice visant à détruire tous les vestiges de ce qu’on avait appelé l’État social mais aussi toutes les formes de contre-pouvoir issues du monde du travail pour assurer le triomphe d’un capitalisme absolutisé soumettant toutes les formes de vie sociale à la seule loi du marché.
Et, a priori, rien ne les arrêterait ! 
Il fallait donc tout faire pour les arrêter, changer ! 
Le cadre imposé ne le permettait pas alors restait à promouvoir un autre cadre. Et, il ne fallait surtout pas abandonner la partie et faire que chacune des histoires visant à construire un autre monde témoignent d’actes de bravoure parfois absurdes de ceux qui se souviennent encore d’une autre société et qui veulent persister à se souvenir. 
La tâche était à la portée de tous, de toutes, au bar, au syndicat, au bureau, à la machine à café, au club de sport, au piquet de grève, au jardin, au journal, à l’université, autour d’une barricade de fortune élevée malgré la pression qu’« ILS » mettaient sur la société, la tâche était à la portée de tous, de toutes simplement autour d’une table et même, curieuse activité, d’une table d’écriture…. 
Il s’agissait de permettre le passage d’un cadre à un autre par la prise en main populaire de l’existence, par la révolution. Ou encore à la manière d’Alain Damasio, auteur qui avait disparu des étagères des bibliothèques, la volution c’est-à-dire l’édification, organisée, massive, méthodique, transgressive, contre-culturelle et obstinée, de nouvelles structures à même de livrer le pouvoir au peuple contre l’ordre conforme du capitalisme prédateur qu’« ILS » avaient imposé. Ou comme avec des mouvements comme ceux des énergéticiens et leurs actions de rétablissement de l’électricité, la baisse des factures d’énergie et les coupures ciblées. Pour ceux qui se souvenaient encore, l’espèce humaine avait nommé pareilles tâches « socialisme » ou encore « communisme » c’est-à-dire la vie bonne pour le plus grand nombre, la vie digne pour les dépourvus, la vie belle pour les démunis, la vie juste pour les désavoués, la vie de l’égalité et de la liberté sans tache et sans réserve.  
Enfin, l’amour, « asocial, inadmissible, et dangereux. […] L’amour qui implique la communication dans un monde dans lequel le chagrin d’amour est le pire des délits imaginables, l’amour comme moteur de l’empathie, de la générosité et du bonheur ».
Bannir la grammaire insidieuse de cette Ve République, sa fausse neutralité et son vrai despotisme, ce système de courtisans et de mercenaires servile. Dissoudre la verticalité, entretenir l’horizontalité. Vers un véritable référentiel révolutionnaire à même d’ouvrir la possibilité d’un socialisme écologique et communiste, seul horizon humaniste capable de relever les défis de ces temps.
Et rappelons encore un de ces auteurs qui avait été exclu de nos étagères, Machiavel, conseiller du Prince qui écrivit il y a quelques siècles : « Et qui devient Seigneur d’une cité accoutumée à être libre et qu’il ne la détruit point, qu’il s’attende à être détruit par elle, parce qu’elle a toujours pour refuge en ses rebellions le nom de la liberté et ses vieilles coutumes, lesquelles ni par la longueur du temps ni aucun bienfait ne s’oublieront jamais. Et pour chose qu’on y fasse et qu’on y pourvoie, si ce n’est d’en chasser ou d’en disperser les habitants, ils n’oublieront point ce nom ni ces coutumes. » 
À ces « ILS », la réponse sera d’être les poètes, les écrivains, les amants, les rêveurs, les voyageurs, les travailleurs, les premières lignes pour combattre les atteintes aux libertés et au vivant. Et si c’était en étant eux que la révolte vaincrait à la fin ? Et si c’était en poètes, écrivains, amants, rêveurs, travailleurs, voyageurs remettant inlassablement sur les étagères des bibliothèques les livres confisqués, tapant infatigables sur des casseroles et investissant la rue et les barricades qui s’élèveront comme rempart à cette peste conformiste et destructrice de la vie ? 

Pour finir partageons et méditons sur ces quelques vers d’Alberto Caeiro extraits de Le Gardeur de troupeaux
« De mon village je vois autant de terres qu’il peut s’en voir dans l’Univers…
C’est pourquoi mon village est aussi grand que toute autre terre
Et que je suis de la dimension de ce que je vois
Et non de la dimension de ma propre taille ».

Sources et inspirations 
Rien ne les arrêtera : il faut donc les arrêter. https://www-mediapart-fr/journal/politique/150423/rien-ne-les-arretera-il-faut-donc-les-arreter
Eux. Kay Dick paru en 1977 réédité en Livre de Poche en 2022
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/180423/ernest-editeur-arrete-par-la-police-britannique-doit-etre-relache
https://www.socialter.fr/article/couper-le-courant-reforme-des-retraites
https://aoc.media/opinion/2023/04/20/lordre-republicain-demmanuel-macron/
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.17-21042023-15.43/

Musiques 
Peter Gabriel – San Jacinto – https://youtu.be/VIRmDmAwsok
Luna – Smashing pumpkins – https://youtu.be/hLDPALQRby4
Ghost train – Counting crows – https://youtu.be/hZxwobviBnc

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, April 28). Nowakowskismes 7.17. Interlude interlope. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search