Nowakowskismes 7.16. Omnia sunt communia

La Haye, Pays-Bas, mardi 11 avril 2023. Crédit photo Robin Van Lonkhuijsen/ANP/AFP

« 

  • Vous savez quoi ? Ils ont trouvé une super solution pour pouvoir irriguer les champs l’été ! 
  • Ah ouais ? c’est quoi ? 
  • Ils appellent ça des méga bassines. C’est simple, on creuse un grand trou de plusieurs hectares, entre 8 et 18 ha, et on le remplit avec l’eau pompée pendant l’hiver dans les nappes phréatiques pour avoir de l’eau l’été, c’est une bonne idée hein ?
  • Vous voulez donc dire qu’ils pompent l’eau stockée dans les nappes phréatiques servant l’approvisionnement en eau de tous pour finalement la stocker en surface exposée à la chaleur ? 
  • Oui 
  • Ces gens ont-ils entendu parlé du phénomène de l’évaporation ? 
  • Oui ils connaissent mais ce qui est grave, c’est que ces méga-bassines servent surtout à contourner les arrêtés préfectoraux d’interdiction d’irrigation, parce que ces arrêtés ne concernent pas les agriculteurs qui ont leurs propres réserves d’eau, … mais ça il ne faut pas le dire 
  • Mais peut-être que cela peut quand même bénéficier à tous les agriculteurs ?
  • Et bien non pas à tous … ça bénéficie seulement à ceux qui ont payé la construction 
  • OK ça pose quand même beaucoup de questions ! Entre autres comment un petit nombre d’individus peut-il s’arroger le droit de prélever massivement dans le bien commun ? Et en plus ce genre d’installation coûte extrêmement cher !
  • Cher oui très cher même mais comme elles sont financées à 70 pour cent par de l’argent public, ça en diminue sensiblement le coût … 
  • Donc, en clair, on subventionne massivement des installations qui captent l’eau, un bien commun, au profit d’une minorité, le tout avec l’aide massif de la collectivité. Mais après tout, si ça peut permettre de nourrir les habitants du pays, c’est peut-être le prix collectif à payer, non ?
  • En fait, ça aussi, on n’en parle pas ! L’eau de ces bassines va surtout servir à des cultures qui nécessitent énormément d’eau comme la culture du maïs qui ne permet pas de nourrir localement mais qui est vendu sur les marchés mondiaux … en réalité, c’est une contribution de plus et de taille au capitalisme mondial, à la surconsommation et à la surproduction !
  • Tu es donc en train de me dire qu’on utilise une bonne somme d’argent public pour quelques agriculteurs afin qu’ils puissent pomper de l’eau, dans des nappes phréatiques qui appartiennent à tout le monde et qui alimentent aussi nos ruisseaux et rivières, dont une partie va s’évaporer pour faire pousser des céréales qui, en plus , n’iront même pas à l’alimentation des gens d’ici ? Et ceci alors qu’on a vécu une année 2022 de sécheresse, que l’hiver a été très sec, et qu’avant l’été, de nombreuses régions sont déjà en mode restriction de la consommation d’eau ? Et qu’en plus tous les scientifiques nous disent que ça va perdurer et s’intensifier … 
  • Oui c’est bien cela. Et pour que ça ne puisse pas être arrêté, ni contesté, l’état a mobilisé plus de 1700 gendarmes, 6 hélicoptères, des brigades motorisées et des drônes, 6000 grenades pour empêcher les gens venus dénoncer cela, d’arriver sur la zone de chantier ! 
  • Donc, parce qu’en plus de financer ce grand n’importe quoi, l’état a aussi mis de l’argent public pour les défendre ? … Les gens vont finir par se révolter c’est sûr, il n’est pas acceptable qu’on puisse s’accaparer impunément l’eau commune !
  • Là, je suis beaucoup moins optimiste… BFM et tous les médias, même ceux du service public, ont fait tous leurs programmes sur la violence des manifestants, ne parlant que des affrontements sans jamais aborder le fond du problème. De plus, malheureusement, ceci n’est pas nouveau, les méga-bassines, les projets d’artificialisation des sols pour l’installation de centres logistiques pour Amazon, la sur-production, … c’est tout un système qui épuise la terre et assèche déjà bon nombre de ruisseaux et de rivières sans qu’on ne s’en émeuve, et certainement pas le ministre de l’écologie qui s’en fout, comme ce gouvernement et ce président vassaux aux ordres de ce système capitaliste prédateur et destructeur du vivant et de la vie digne ».

En fait, ce à quoi nous assistons c’est avant tout à une série de choix politiques qui visent à promouvoir une agriculture destructrice du vivant, de tout le vivant, humains y compris. L’agriculture encouragée à travers ces mégaprojets correspond à une agriculture énergivore, gloutonne en ressources, exportatrice et industrielle. Une agriculture de la monoculture, exempte de toute diversité qui ne laisse aucune place à la nature, ni à un quelconque lien social entre agriculteurs et consommateurs. Une agriculture qui ne bénéficie qu’à quelques exploitants, et laisse sur le carreau tous les autres. Rappelons par exemple que dans les Deux-Sèvres, l’eau ainsi captée et stockée ne profitera qu’à 6% des agriculteurs du département. Une eau ainsi accaparée par quelques gigantesques fermes ayant recours à l’irrigation massive, et dont la quantité et la qualité sera dégradée au fil du temps. 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand. 

Ce petit pays dans lequel un rugbyman argentin est tué en plein Paris par des militants d’extrême droite. Et pas un mot du gouvernement de la France. Ce petit pays dans lequel des élu·es sont menacés de mort ou de viol pour avoir défendu un projet d’accueil de réfugié·es à Callac dans les Côtes-d’Armor. Et pas un mot du gouvernement de la France. Ce petit pays dans lequel le Planning familial de Gironde est ciblé par des tags haineux. Et pas un mot du gouvernement de la France. Ce petit pays dans lequel des militants antifascistes sont agressés dans le centre-ville de Poitiers. Et pas un mot du gouvernement de la France. Ce petit pays dans lequel le maire de Saint-Brévin-Les-Pins en Loire-Atlantique est victime d’un incendie volontaire, après des semaines de menaces. Et pas un mot du gouvernement de la France. Ce petit pays dans lequel une future mosquée est dévastée à Wattignies dans le Nord. Et pas un mot du gouvernement de la France. Ce petit pays dans lequel des étudiant·es sont attaqué·es par des commandos baptisés « Waffen Assas ». Et pas un mot du gouvernement de la France. 
La liste des silences et des paroles vides du gouvernement de la France et du ministre de l’intérieur est longue et constitue un problème sérieux. Ces « déchets de la pensée humaine » en disent long sur le cynisme de ce pouvoir et l’institutionnalisation de la banalisation de l’extrême droite, de la diabolisation de la gauche et de l’affaissement du débat public… En six ans, dans la continuité de toutes les désertions et destructions de ses prédécesseurs, on assiste à de grandes déclarations, des coups de com’ et des fausses promesses de « changements » qui ne servent qu’à occuper l’espace médiatique et vider de sens l’histoire. Renvoyer dos à dos l’extrême droite et la gauche dans un mépris et l’ignorance absolue de l’histoire et de la réalité, balayer les valeurs républicaines dans lesquelles ils se drapent sans arrêt, dépolitiser l’espace public en le vidant de son sens, remettre en cause la Ligue des Droits de l’homme à la manière de Vichy, affaiblir la démocratie et normaliser les élus du RN, voilà la réalité de ce petit pays qui se pense grand, légitimant le discours de cette peste brune, et lui préparant ainsi le terrain. 
Ce soir, parce qu’il était difficile de choisir un thème précis dans la multitude de ce qui nous met en colère, les Nowakowskismes errent, des marges du monde à la violence de ce monde, teintés de désespoir certes mais toujours emplis de l’espoir de la lutte. Continuons un peu cette errance dans des Nowakowskismes intitulés « Omnia sunt communia » (tout appartient à tous) qui était la devise des combattants pour la liberté, au 16ème siècle, durant cette immense vague de lutte connue comme La guerre des paysans.

Un soir, j’errais dans la ville, par delà les voies de chemin de fer tranchant dans le vif des immeubles, d’un côté le béton neuf déjà vieux, de l’autre un vieux quartier toujours neuf comme un passage perdu aux portes de la ville. La rue, elle, s’engage le long de cette entaille dans le mur de béton puis, tout de suite en-dessous, dans un paysage obscur auquel on ne comprend rien, en talus, courbes, masses obscures des bâtiments de la SNCF, noyé dans la rumeur absurde du trafic automobile, signifiant sans-cesse le rejet et la misère des marges. Je longe et là, en contrebas, des tentes, des matelas, des ordures, du plastique, et des feux allumés là autour desquels se détachent des silhouettes furtives brouillées par la bruine hivernale, des hommes, des femmes et des enfants, et par delà le bruit de la rue, parfois remonte une chanson, des rires jeunes et clairs s’élèvent dans la lumière des flammes. 
Cette rue, ces humains vivaient ce monde dans lequel, petit-à-petit, de désertion en désertion, nous nous étions habituer à entendre Marine Le Pen à la tête d’un parti co-fondé par un ancien Waffen-SS, et dont le projet foule aux pieds les droits fondamentaux, à la radio ou sur les chaines de télé comme un fait banal. 
En fait, nous courons tous le risque, à peu près partout dans le monde, et a fortiori dans les marges proches de nos vies, et dans ces errances, de rencontrer l’indignité. Imre Kertész l’avait bien montré dans son roman « Le chercheur de traces ». Le narrateur se méfie de l’allure innocente de la petite ville calme qui se trouve à proximité du camp vers lequel il revient. Parce que, soudain, comme toujours, quelque chose se déchire dans l’atmosphère, une déchirure de l’espace-temps, et la ville, le monde, le quartier, la réalité apparaissent autrement, dans leur vérité terrible et monstrueuse. 
Ce constat, nous pouvons le faire partout, même dans les lieux professionnels, même à l’université et dans des lieux de service public. Nous essayons d’être corrects dans nos lieux de travail, mais nous sentons que nous y servons des intérêts ou des pouvoirs qui nous échappent, que nous entretenons des fonctionnements violents comme la gestion ou le management, comme la sélection et l’exclusion, ou que nous contribuons à des abjections qui se déroulent ailleurs ou pas loin. Malheureusement, nous ne pouvons pas ne pas être conscients qu’en obéissant à des procédures nouvelles prescrites continuellement par les tutelles et les partenaires, nous nuisons très certainement aux générations présentes et futures, mais également à toutes celles et à tous ceux qui nous aident à produire des connaissances, car celles-ci seront exploitées par des opérateurs politiques ou marchands qui détruisent les biens communs. Alors, pour supporter ces indignités croissantes, comme d’autres par le passé, nous nous retranchons derrière le discours vide sur la complexité des choses, les compromis et les compromissions nécessaires à la vie en commun, l’impossibilité à désobéir, ou le manque de courage de sortir du jeu tant qu’il y a des possibilités de travailler à ce qu’on sait être juste et digne. 
Or, ce qui s’y passe là n’est en rien complexe. Ce mot est d’ailleurs sans cesse convoqué comme un nuage d’encre visant à masquer ces non-dits, ces indicibles logés dans l’ombre portée de nos actions dans ce monde régi par un fonctionnement néolibéral ouvertement hostile au vivant. Il s’agit alors de nous débarrasser du verrouillage visuel et intellectuel opéré par les médias et par les discours sur l’autre monde possible qui n’est que celui d’avant mais en pire, l’esthétique indécente de la décence, de la sobriété, industriellement récupérée au bénéfice du cynisme et de la circulation massive d’argent, quelque part, ailleurs, dans les poches d’individus qui se fichent éperdument de la décence et de la sobriété.
Alors, lorsque nous achetons tous ces objets fabriqués dans des conditions humaines et écologiques que nous ne pouvons plus nous permettre d’oublier ou de nier mais que nous oblitérons de nos propres mensonges destinés à préserver cette minuscule illusion de confort, lorsque les vies sont assujetties aux déversoirs collectifs numériques de produits préfabriqués et standardisés, prêts à être consommés et que font effraction dans le réel tapissé du papier peint du déni, regardons en face les vitrines, les affiches, les écrans, les sirènes, la violence, l’omniprésence des capteurs de vies visant à faire de nos vies des bonheurs artificiels et programmés et avec partout, l’indécence qui dégouline de la trame dense de la communication, transpiration acre du monde fait de la misère, de la souffrance et du prix exorbitant payé par d’autres, si nombreux et rendus invisibles. 
Tout ceci est répété encore et encore mais qu’est-ce qui fait que cela coince encore ? Qu’est-ce qui fait que de plus en plus d’entre nous sont chaque jours confrontés à ce qui n’est plus possible de pratiquer pleinement dans les lieux dédiés, comme l’enseignement, le débat, la culture, les services à autrui. 
Alors qu’est-ce qui coince ? Déjà la violence de la répression des mouvements sociaux et écologistes par l’état, l’indigence du traitement médiatique par les grands médias de ces questions centrales de ces temps. Mais aussi la faiblesse et la lâcheté des responsables de ces institutions qui sont porteuses et amplificatrices des inégalités, des injustices et des dominations. Il est maintenant plus que temps de trouver une place pour les nouveaux récits et de libérer les imaginaires institutionnels et politiques, de continuer à marcher dans les luttes qui débutèrent il y a bien des années, de tendre vers des rêves d’avenirs qui échappent aux forces de la globalisation du productivisme armé par le tout numérique pour adopter des manières de vivre au plus près de la simplicité, en relation avec le vivant et dans le souci du mieux au détriment du plus. 
Tout cela commence avec une histoire individuelle. En voici une… 
Né dans les années 60, nous avons connu les années 70, écouté les premières versions des morceaux de Trust dans une ville du Pays Haut, en Lorraine, Villerupt, lieu d’immigration venue de toute l’Europe et du Maghreb. À Villerupt, l’histoire des luttes ouvrières, des luttes pour l’émancipation des travailleurs est à chaque coin de rue, on y rencontre une cité Ambroise Croizat, un parc Maurice Thorez, une fresque de Chagall, une rue Garibaldi, et tellement d’autres,… la liberté et l’émancipation sont inscrites dans les murs de la ville, la liberté chèrement gagnée dans les combats menés là, à Villerupt, mais aussi dans les pays d’origine de ceux et celles qui sont venus s’y installer, souvent seuls d’abord, souvent en réfugiés politiques expulsés, puis accompagnés de leurs familles. Et nous sommes les produit de cette immigration de l’après première guerre mondiale, ayant baigné dans une culture du communisme culturel et émancipateur, héritier d’une pensée de gauche née des luttes démarrées il y plus d’un siècle, nombreux comme moi ont très vite pris les armes, des jambes, des bras, de la pensée pour s’opposer à la montée de la peste brune du fascisme. Et nombreux nous sommes à avoir combattu cette peste brune, comme élus et citoyens, dans la rue et par notre travail. Parce que la lutte est ce qui nous permet de garder espoir dans un changement. Parce que la lutte est ce qui nous permet de nous sentir utiles, actifs, et de ne jamais nous résigner. Elle nous permet de survivre à la violence du monde. Et même si nous ne voyons pas les changements advenir de notre vivant, peu importe, car les idées, les graines de liberté que nous aurons partagées permettront à d’autres de gagner. Nous faisons partie de ceux qui ont choisi de ne plus jamais baisser la tête, qui ont choisi de se lever et qui ont pris conscience de leur pouvoir sur le monde. Nous faisons partie de ceux qui ont encore de l’espoir que nous pouvons vivre en paix avec le vivant et avec nous-mêmes. Je fais partie de ceux pour qui la lutte est la vie.  
Une petite dernière information pour conclure. En fait, c’est un record. En ce début du mois d’avril, la température moyenne à la surface des océans a atteint 21,1 °C. C’est du jamais-vu depuis le début des enregistrements par satellite, en 1981. Les canicules marines se sont intensifiées et sont deux fois plus nombreuses qu’elles ne l’étaient en 1982. Elles viennent bouleverser tous les écosystèmes sous-marins, des poissons jusqu’aux coraux, et des océans plus chauds peuvent également provoquer des tempêtes, des cyclones et des ouragans.
Pour finir partageons ces quelques mots de Murray Bookchin extraits de Roots publié en 1969 et traduit dans Pouvoir de détruire, pouvoir de créer en 2019. « Nous espérons que les groupes écologistes écarteront tout appel au « chef de l’Etat » ou aux institutions bureaucratiques nationales et internationales; c’est-à-dire à des criminels qui contribuent matériellement à la crise écologique actuelle. Nous pensons que c’est aux gens eux-mêmes qu’il faut faire appel, à leur capacité d’agir directement et de prendre en main leur propre vie. C’est seulement ainsi que s’édifiera une société sans hiérarchie et sans domination, une société où chacun sera maître de son propre destin ».

Sources et inspirations 
L’écologie aux marges. Vivre et créer dans les ruines du capitalisme. Igor Babou. Eterotopia. 2023
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/110423/nous-ingenieurs-agronomes-ou-en-devenir-sommes-aussi-les-soulevements-de-la-terre
https://www.mediapart.fr/journal/politique/040423/extreme-droite-le-pouvoir-accelere-sur-le-boulevard-du-pire
https://reporterre.net/21-1-oC-record-de-temperature-a-la-surface-des-oceans
Imre Kertész. Le chercheur de traces. Actes Sud. 2003
Omnia sunt communia (Tout appartient à tous) était la devise des combattants pour la liberté, au 16ème siècle, durant cette immense vague de lutte connue comme La guerre des paysans

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.16-13042023-10.29/

Musiques 
The Pogues –  Dirty old town – https://youtu.be/pupVjQBwASo 
Ruychi Sakamoto – Merry Christmas Mr Lawrence – https://youtu.be/hDaQF-LNrug 
Metallica – Friend of misery – https://youtu.be/ODHhWcEdrvg

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, April 14). Nowakowskismes 7.16. Omnia sunt communia. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftz

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search