Nowakowskismes 7.15 « J’ai sangloté à la vue de cet étrange pays… »

pour ne pas oublier Sainte Soline, mars 2023

Lancer des grenades lacrymogènes avec lanceur doit se faire par un tir en cloche parce que les tirs tendus, surtout lorsqu’il y a confinement des manifestants, sont proscrits parce qu’il y a des risques létaux. Toutes les autres grenades doivent être lancées au ras du sol parce que lors d’un lancer en cloche, il y a des risque importants de lésions crâniennes létales. 
Les armes de la police sont des armes à feu classifiées comme armes de guerre (dites de catégorie A2) et sont utilisées par l’armée française en opération extérieure. 
Par exemple, un LBD40 expédie une balle en caoutchouc dur de 40mm de diamètre à une vitesse de 90 m/s soit une vitesse supérieure à 300 km/h avec une force d’impact de 200 joules à quelques mètres, ce qui correspond à l’énergie d’un gros parpaing lâché d’une hauteur d’1 mètre. À 10 mètres, la force d’impact est de 122 joules et 84 joules à 40 mètres soit l’équivalent de 10 boules de pétanque lâchées d’une hauteur d’1 mètre, le tout disposant d’une force de pénétration accrue par le diamètre réduit du projectile. 
Et ce n’est pas tout ! 
La précision du tir est améliorée par l’usage d’un D.O.E ce qui signifie un Dispositif d’Objectif Electronique à visée laser permettant un degré d’erreur de 14cm à une distance de tir de 25 mètre et de 23cm à 40 mètres. Une telle précision – chirurgicale comme on l’a dit tellement souvent sur des théâtres de guerres – devrait garantir normalement de cibler spécifiquement le thorax et les membres afin d’éviter les zones vitales, comme le recommandent d’ailleurs expressément le fabricant, la société Brügger & Thomet et la direction de la police nationale.
Continuons encore un peu ! 
Les grenades défensive dites de désencerclement contiennent une charge de 25 g de Tolite, un autre nom du TNT, dont l’explosion projette des fragments métalliques et/ou 18 palets faits de 10g de caoutchouc dur disposant d’une force d’impact de 80 joules par palet, soit l’équivalent de 10 boules de pétanque par palet, tout cela dans une surface contenue dans un cercle d’une circonférence de 30 mètres. Comme, cette fière police est très bien équipée, ces grenades ont en plus un effet de blast blessant pouvant causer arrêt cardiaque, dilacération des membres, du visage, des yeux, avec un effet assourdissant à 165 décibels ce qui correspond au bruit d’un réacteur d’avion au décollage et donc comportant de gros risques de causer des surdités définitives. 
Le nouveau modèle GENL aurait une charge explosive moindre et une structure plus solide qui limiterait selon la Police nationale les risques de blessures mais, malgré cela, il peut être responsable d’amputation des membres en cas de contact et d’éborgnement à distance. 
Les grenades assourdissantes modèle GLI-F4 ont été remplacées par des grenades qui seraient moins puissantes, les grenades modèles GM2L, qui ont un pouvoir lésionnel auditif accru. 
Les grenades lacrymogènes, quant à elles, en plus de causer des lésions oculaires, respiratoires et digestives, peuvent aussi s’avérer létales dans certaines conditions, surtout lors des cas de confinement des manifestants dans un espace restreint ou dans les cas de chute, ainsi que chez des sujets fragiles comme les jeunes enfants ou les personnes ayant une fragilité respiratoire ou cardiaque.
Enfin, une étude publiée en 2017 dans le British Medical Journal Open, rapporte une étude internationale de 1984 cas de traumatismes liés à ces armes dites « moins-létales ». Que montre cette étude ? Et bien que le risque cumulé, des décès soit 3% des cas ou de handicap séquellaire grave soit 15,5% des cas, est d’environ 1 chance sur 5. 
À titre de comparaison que j’assume, le risque de recevoir la balle lors de la roulette russe n’est que de 1 sur 6 !
Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Le rassemblement contre les méga-bassines de Sainte-Soline avait rassemblé des défenseurs de l’eau, venus par dizaines de milliers pour marcher jusqu’à ce cratère absurde de 30 hectares, symbole de l’accaparement par quelques-uns d’un « bien commun » menaçant gravement la préservation de l’eau en freinant la transformation de notre modèle socio-économique et de nos modes de vie. La préfecture avait alors déployé 3200 forces de l’ordre armées jusqu’aux dents. Surtout, personne ne pensait que l’État serait prêt à toutes les violences et brutalités pour ne pas perdre la face, pour défendre le trou. Alors, en 1h30, 4000 munitions ont été tirées, des grenades lacrymogènes, des grenades de désencerclement, des balles en caoutchouc. 
200 personnes ont été blessées, 40 grièvement, 2 en réanimation neuro-chirurgicale dont une entre la vie et la mort et des secours qui ont été empêchés d’intervenir par le commandement des forces de police. 
Aujourd’hui, vous l’avez compris, les Nowakowskismes mettent les pieds dans la brutalité de l’état, dans la brutalité policière, dans la brutalité de cette société parce que ces derniers jours ont vu le retour des nasses illégales, le retour de l’usage d’armes mutilantes, le gazage à outrance, le 49.3, l’emploi de policiers non formés au maintien de l’ordre et réputés pour leur violence, en particulier la brigade de répression de l’action violente motorisée, la BRAV-M et les brigades anti criminalité BAC, procédant dans la brutalité à des interpellations et des verbalisations indiscriminées, du matraquage systématique et des violences gratuites et attentatoires à la dignité, parfois même à l’intégrité physique des personnes. Alors ce soir, les Nowakowskismes se plongent dans le dégoût de ce système, et nous avons « sangloté à la vue de cet étrange pays… »
Voyez-les ces hommes en armure, armés d’un fusil d’assaut leur barrant la poitrine comme s’ils étaient en guerre, en guerre contre qui ? Juste des citoyens ? Cette arme est un fusil HK G36 allemand qui équipe la Bundeswehr depuis 1977. Ce fusil d’assaut exhibé dans les rues de nos villes a été vu aux mains des forces déployées au Kosovo, en Afghanistan et en Irak. Il tire des munitions de 5,56 millimètres de diamètre selon trois modes possibles de tir, rafale, rafale de deux coups ou coup par coup avec une portée de 500 mètres à une cadence de 750 coups par minute. Voilà avec quoi cet état menace les citoyens faisant simplement valoir un droit constitutionnel. 
En fait, l’époque dans laquelle nous vivons, a ceci de particulier que plus personne ne croit au pouvoir, on le subit ! Plus personne ne croit au gouvernement, on le tolère faute de mieux et parce que nous n’avons pas vraiment le choix ! Face à cette profonde vague de discrédit, de rejet et à ce sentiment diffus d’humiliation, le capitalisme n’a plus d’autres choix que d’assumer la violence qui le fonde et donc la brutalité de ses forces de l’ordre. Des Gilets Jaunes au mouvement George Floyd, de la gestion quotidienne des quartiers populaires à l’intensification des moyens de surveillance technologique, le vote de la loi de surveillance généralisée pour les JO 2024, des manifestations contre cette loi retraite injuste et aliénante au déchainement de violence contre les manifestants écologistes, la police et tous ces moyens brutaux s’imposent désormais comme l’ultime rempart à même de protéger ceux qui gouvernent. 
Or rappelons-nous que l’institution républicaine avec ses constitutions se fit contre le peuple communard. 
Or rappelons-nous que la police française est bel et bien républicaine. 
Ainsi, le gouvernement républicain peut exercer sa violence avec sa police en tant que corps intermédiaire entre les foules et le pouvoir, ce pouvoir si profondément ancré dans la matrice monarchique parée de tous les oripeaux courtisans et brutaux.
Alors ne nous étonnons pas que le Beauvau de la sécurité, convoqué suite à la multiplication des scandales de violences policières, ait débouché sur une enveloppe de 1,5 milliard d’euros supplémentaires, mais aussi la gratuité des trains pour les policiers armés et le doublement de leurs effectifs sur le terrain. La latitude ainsi garantie aux forces de l’ordre et à leurs syndicats semble proportionnelle à la détestation populaire qu’ils ne manquent pas de générer. En fait, la police ne défend ni le faible, ni la veuve, ni l’orphelin, pas plus que la femme battue. La police défend par la brutalité, le monde de l’économie et sa condition sine qua non l’accaparement par quelques-uns du territoire et des efforts de toutes et chacun. Le besoin de police est une mystification, son existence une usurpation.
L’histoire de la police en France, son berceau, est assez simple, c’est d’abord l’histoire de l’État. Pour produire et assurer sa souveraineté, il a fallu commencer par trouver des badauds pour collecter l’impôt, puis des gens armés pour empêcher les pauvres de se révolter, sécuriser les flux de marchandises et garantir la protection des riches et de leurs richesses. Le concept d’État et sa mise en œuvre pratique, la police, faisaient ainsi leur entrée sur la scène de l’Histoire. L’idée même selon laquelle une petite partie du peuple devrait servir à maintenir par la violence l’asservissement des autres est d’ailleurs assez récente dans l’histoire. Mais surtout, c’est ainsi que l’institution policière peut se présenter comme naturelle, intemporelle et indépassable alors qu’elle n’est que parasitaire, évanescente et en sursis.
La force de la police, ce sont moins ses effectifs, ses uniformes et ses armes, que notre désir de police. En fait, si nous acceptons d’être brutalisés et infantilisés, c’est d’abord parce qu’on nous a appris à avoir peur. Nous avons juste intégré par la force le principe selon lequel nous serions des dangers les uns pour les autres, que, sans la crainte de finir nos jours en prison, nous nous entretuerions en barbares qu’est la majeure partie de l’humanité, la plèbe. 
En Occident, jusqu’à la fin de l’âge classique, il était clair et généralement admis que les gens d’armes étaient d’abord là pour faire régner la loi du plus fort, c’est-à-dire du seigneur et du souverain ou du propriétaire des moyens de production (il suffit de voir la violence avec laquelle ont été réprimés les mouvements ouvriers). Avec les révolutions démocratiques bourgeoises, a émergé l’idée que « la loi est égale pour tous », principe d’autant plus affirmé qu’il a toujours été dénié dans les faits. Toute une palette d’attitudes était répandue, suivant l’éthique religieuse ou morale dont la société était imbibée. Le flic était plus ou moins respecté suivant que la société se sentait proche de l’Etat. Et, la coupure de classe restait déterminante. Par exemple, la petite-bourgeoisie anglaise avait beau aimer sa police, les cockneys la haïssaient spontanément. En fait, aussi longtemps que la classe laborieuse fut considérée comme une classe dangereuse, une certitude est restée solidement ancrée dans les couches populaires à savoir que le flic est le premier rang de l’ennemi sur le front de la lutte de classe. Cette conviction protectrice a commencé à se désagréger au fur et à mesure que les héritiers de la social-démocratie et du stalinisme se sont enfoncés dans la quête d’une respectabilité démocratique, tandis que progressait la fragmentation de la classe ouvrière et la disparition de sa contre-culture, pour finir dans ce discours sur l’amour de la police démocratique qui est désormais celui de toutes les démocraties occidentales. Ainsi, dans l’idéologie largement dominante, la haine de la police serait désormais réservée aux asociaux, aux psychopathes et aux anarchistes vêtus de noir !
Or une certaine lucidité revient. 
À quoi sert un contrôleur dans le train ? Pas à faire avancer les trains mais à s’assurer que les plus pauvres ne puissent pas se déplacer. 
À quoi servent les milliers de jeunes qui atterrissent chaque année en prison pour avoir gagné un peu d’argent en vendant du shit ? Pas à maintenir la bonne hygiène de vie du citoyen lambda mais à imposer une pression disciplinaire continue dans les quartiers les plus pauvres et à rappeler aux récalcitrants que, pour gagner sa vie, il faut se faire exploiter dans une usine, une boîte d’intérim ou par une application Uber. 
Et que dire des milliers de cadavres qui remplissent les eaux de la Méditerranée dans une indifférence quasi générale, à quoi servent-ils ? Dissuader les suivants en leur rappelant le prix à payer pour rejoindre notre petit enfer occidental (https://nowakowski.hypotheses.org/1329).
La brutalité se manifeste de différentes manières, de la matraque aux moyens militaires de répression en passant par son arrogance dans l’espace public. Il suffit de la regarder cette police traverser l’espace public, sans respecter les signalisations, ni les limitations de vitesse, emplie d’arrogance. La police prend de plus en plus ses aises dans l’espace public et médiatique. Petit-à-petit, atteintes aux libertés après atteintes aux libertés, nous assistons impuissants à l’avènement d’un État policier. On nous rabâche à longueur d’antennes de médias que l’État est l’institution détentrice du monopole de la violence publique légitime, cela signifie donc qu’en charge de cette violence, il y a la police et l’armée. Tout État est donc fondamentalement policier. La seule marge qu’il lui reste est alors de parvenir à masquer plus ou moins efficacement la violence qui l’a toujours constitué, en faisant vivre des fictions démocratiques. À mesure que ces fictions se désagrègent ou perdent en crédibilité, l’appareil répressif se révèle alors dans toute sa brutalité. 
En 1977, Jean Genêt a rédigé la préface des Textes des prisonniers de la « Fraction armée rouge ». Dans ce texte, il proposait de distinguer ainsi violence de brutalité : « Si nous réfléchissons à n’importe quel phénomène vital, selon même sa plus étroite signification qui est : biologique, nous comprenons que violence et vie sont à peu près synonymes. Le grain de blé qui germe et fend la terre gelée, le bec du poussin qui brise la coquille de l’oeuf, la fécondation de la femme, la naissance d’un enfant relèvent d’accusation de violence. Et personne ne met en cause l’enfant, la femme, le poussin, le bourgeon, le grain de blé. » La brutalité c’est au contraire « le geste ou la gesticulation théâtrales qui mettent fin à la liberté, et cela sans autre raison que la volonté de nier ou d’interrompre un accomplissement libre. Le geste brutal est le geste qui casse un acte libre ».
Il y a donc une violence vitale et spontanée, celle des manifestants qui envahissent les rues et les palais en autant de corps libres qui se fracassent sur la brutalité des boucliers du pouvoir. Et de plus, dans cette société, la brutalité organisée prend tellement de « formes les plus inattendues, pas décelables immédiatement comme brutalité : l’architecture des HLM, la bureaucratie, […] la priorité dans la circulation, donnée à la vitesse sur la lenteur des piétons, la prédation des ressources et du vivant, l’autorité des machines programmées par d’autres, […] l’usage du secret empêchant une connaissance d’intérêt général, [le mépris du pouvoir], les coups, les armes servant à mater les corps libres, le tutoiement policier, […] la marche au pas de l’oie, l’usage du 49.3, les …milliards détenues par quelques-uns, … »
On la voit bien cette brutalité débridée sur les écrans géants des médias complaisants. Ce qu’on ne voit jamais, c’est ce contre quoi elle s’exerce. Non seulement, sur les corps tuméfiés ou mutilés des manifestants, mais aussi, ce qui est toujours absent, la violence, la révolte, le désir qu’enfin le monde change. Ce sont ces corps qui s’agrègent dans le refus, qui deviennent soudain le dehors sans lequel nous sommes asphyxiés dans l’intériorité sociale que des gouvernants pathologiques prétendent gouverner. Ce que la police réprime dans le sang et les gaz lacrymogènes, ce ne sont pas des corps inertes, ce n’est pas une population obéissante et docile mais bien un peuple qui se soulève et qui veut en découdre une fois pour toute avec le pouvoir. Il y a donc la violence émancipatrice qui fait naître des mondes meilleurs et la brutalité qui met tout en œuvre pour les empêcher d’advenir. Il y a d’abord la vie et la joie qu’on voit sur les visages au coeur des cortèges et ce qui les contraint, les réprime, les abime.
Un jour peut-être, des historiens ou des archéologues exploreront les archives et les traces de ces temps au cours desquels un gouvernement et un président aux abois drapés dans leur morgue et leur mépris, un président élu par défaut, une masse de privilégiés avides de préserver leurs privilèges et prêts à toutes les compromissions en se cachant dans des chiffres mensongers, auront tout fait pour nier toute une population, toutes ses vies, leur travail et leurs espoirs. Ils comprendront, certes bien tard, que ces temps étaient la matérialisation d’un nouveau stade de mutation du néolibéralisme dans sa haine de la démocratie et qui n’hésita plus alors à imposer « l’ordre » par les brutalités policières et qui, ce faisant, semèrent le chaos et la colère dans tout le pays.
Ils regarderont, certainement avec effarement, l’enchainement de ces jours de cette fin de l’hiver 2023, si sec et annonciateur de sécheresses encore plus grandes que celles vécues lors des années qui précédèrent, dans un climat et un environnement sacrifiés sur l’autel de la compétitivité et du capitalisme, et comprendront par toutes les archives qu’ils exhumeront, qu’en ces jours de l’année 2023, le plus grand nombre survivait éreinté par une pandémie et ses conséquences sanitaires et sociales, affrontait une inflation galopante et destructrice et crevait de l’injustice terrible de l’explosion sans pareille de la fortune astronomique de quelques-uns et de la misère de plus en plus profonde de la majorité, impuissante face à des institutions pourries bafouant les aspirations de tous et toutes à une vie digne. Dans ce contexte, ils ne purent que constater qu’il ne restait plus que la grève et les manifestations et la violence, la grève étant l’invention perpétuelle de moyens d’action. Ils virent cet espoir jusqu’au bout, dans la force que peut mobiliser en s’assemblant et en décidant ensemble de l’avenir afin d’agir dans un mouvement qui pourrait s’inventer chaque jour et dont personne ne connaissait l’issue. Mais ces historiens et archéologues ne pouvaient que constater que tout cela fut vain. 
Ces historiens, ces archéologues du futur s’ils le peuvent, établiront peut-être des liens de causes à effets entre ce qui s’est joué en ces premiers mois de 2023 et les désastres économiques, politiques et environnementaux qui s’en suivirent. Peut-être concluront-ils que là, en ces premiers mois de l’année 2023, se trouvait la poudre des destructions terribles et irréparables qui advinrent ?
Pour finir rappelons juste l’article 12 de la déclaration des droits humains qui dit que « La garantie des droits de l’Homme et du citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée ».

Dernière minute ! SAINTE SOLINE : des produits marquants ont été utilisés par les forces de l’ordre sur les manifestants. Contrôlés avec des lampes UV sur le chemin du retour, les tâches révélées ont engendré la garde à vue de plusieurs personnes !!

Sources et inspirations 
https://blogs.mediapart.fr/laurent-thines/blog/250323/reforme-des-retraites-vers-une-nouvelle-epidemie-de-mutilations
https://lundi.am/Ce-qu-il-s-est-passe-a-Sainte-Soline 
https://www.politis.fr/articles/2023/03/le-macronisme-une-haine-bien-ordonnee-de-la-democratie/ 
https://www.change.org/p/retraites-stop-à-l-escalade-répressive
https://lundi.am/Les-foules-au-dela-du-monde-pathologique-de-Macron
https://www.liberation.fr/checknews/des-armes-de-guerre-ont-bien-ete-utilisees-par-les-gendarmes-a-sainte-soline-contrairement-a-ce-quaffirme-gerald-darmanin-20230328_RPEPDBSSSRFONBTXXW2LD55KKI/
https://www.mediapart.fr/journal/france/290323/blocage-des-secours-sainte-soline-un-enregistrement-enfonce-les-autorites
Pétition pour la dissolution de la BRAV_M https://petitions.assemblee-nationale.fr/initiatives/i-1319
Nowakowskismes 5.19. Nous sommes-nous habitués à vivre sans la liberté ? https://nowakowski.hypotheses.org/1287 
Empédocle pour le titre, En exergue de « A l’ombre des forêts » de Jean-Pierre Martinet (Ed. La petite vermillon)
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.15-29032023-13.31/


https://fr.wikipedia.org/wiki/Joule 
1 joule

  • l’énergie requise pour élever un objet de 100 grammes d’un mètre dans le champ de pesanteur terrestre ;
  • l’énergie nécessaire pour élever la température d’un gramme (un litre) d’air sec d’un degré Celsius.

4,18 joules :

  • l’énergie requise pour élever la température d’un gramme d’eau d’1 °C.

1000 joules :

  • la quantité de chaleur dégagée en dix secondes par une personne au repos ;
  • l’énergie nécessaire à un enfant de 30 kg pour grimper 3,40 m
  • l’énergie consommée par une requête Google.

1 mégajoule (un million de joules) :

  • 16,7 minutes de chauffage par un radiateur de 1000 W.

Musiques
Trust, Police milice – https://youtu.be/Zitd-9DeDUo
U2, Out of control – https://youtu.be/cQujKmaa2I4 
Wolfmother, Colossal – https://youtu.be/gGIYKmIGclQ 

 

source https://www.flickr.com/photos/119524765@N06/albums/with/72177720307110168


Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, March 30). Nowakowskismes 7.15 « J’ai sangloté à la vue de cet étrange pays… ». Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfty

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search