Nowakowskismes 7.14 Qui aurait pu prédire que … 

Si 70 millions d’abonnés au streaming réduisaient la qualité vidéo de leurs services de streaming de HD à Standard, il y aurait une réduction mensuelle des émissions de gaz à effet de serre de 3,5 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de l’élimination de 6 % de la consommation mensuelle totale de charbon aux États-Unis. 
Un travailleur qui participe à 15 heures de réunions en ligne par mois avec sa caméra allumée émet 9,4 kg de CO2. En désactivant la vidéo, il économiserait la même quantité d’émissions que celles créées en chargeant un smartphone chaque nuit pendant plus de 3 ans soit 1151 jours.
Il faut plus d’énergie pour extraire des BitCoins que l’ensemble de la Nouvelle-Zélande n’en consomme en un an. Il est important de se rappeler que l’extraction de BitCoin ne produit que quelques octets de données cryptées. Il consomme d’énormes quantités d’énergie avec l’informatique sans réellement créer un produit ou un service d’utilisation.
Avec l’énergie utilisée pour le streaming vidéo ce qui représente en moyenne 2 heures par jour, on peut parcourir jusqu’à 3000 km par an avec un scooter électrique. Ceci représente un budget transport de 8 km par jour !
Google utilise 15616 MeW d’énergie chaque jour, c’est plus que ce que produit le barrage Hoover. Ces 15616 MeW permettraient d’alimenter tout un pays de 1 million d’habitants pendant une journée.
Notre consommation illimitée de données nécessite aujourd’hui 3 fois plus d’énergie que tous les panneaux solaires du monde ne peuvent en produire. Notre engouement pour Internet et tous ses services fonctionne principalement sur les combustibles fossiles, donc cliquer, faire défiler, regarder et diffuser en continu est responsable de plus de l’émission de 870 millions de tonnes de CO2, contribuant toujours plus à l’accroissement du réchauffement climatique.
Aux Etats-Unis, les plateformes de jeux en ligne consomment 34TW par an soit 1/4 de la consommation annuelle en électricité des français, et rejettent autant de CO2 que 5 millions de voitures à essence 
12 data centers sont nécessaires pour alimenter les consoles, smartphones et ordinateurs des plus de 200 millions de joueurs de Fortnite. Il en faut 17 pour le jeu World of Warcraft qui gèrent un flux de 100 Gb de données par seconde. 
Chaque jour, 319,6 milliards d’e-mails circulent autour de notre planète. L’actualisation, la lecture et la réponse aux e-mails professionnels prennent plus de 3 heures par jour, 5 heures si on inclut les comptes de messagerie personnels. Cela représente plus de 23% de notre journée de travail soit plus de 20 semaines par an. On estime à 10g de CO2 générés pour chaque e-mail… L’impact d’un mail dépend en fait du poids du contenu et des pièces jointes, du trajet parcouru entre votre fournisseur et le destinataire et du nombre de destinataires. En fait, on estime à 4 grammes pour un mail sans pièce jointe et à 11 grammes pour un email avec une pièce jointe de 1 Mo, soit la même émission de gaz à effet de serre que celle causée par la production d’un sac en plastique.
Alors organiser les e-mails, en envoyer moins et utiliser des moyens de communication alternatifs, comme par exemple prendre ses jambes pour aller discuter avec son voisin de bureau, ça limiterait également la pratique inefficace du travail organisé par e-mails.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, les Nowakowskismes toujours la seule émission de radio qui explore les couloirs de l’espace-temps à la recherche de la lumière.  

Nous sommes en janvier 1995, à l’auditorium municipal de New York, il y a 1500 personnes. Un homme se lève, la cinquantaine avancée, habillé à la manière d’un universitaire, il vient de sortir un livre qui traite des ravages de la technologie sur la société. L’homme prononce alors un discours très court, une minute à peine. Il se dirige alors vers un petit ordinateur IBM et d’un coup de marteau, il en brise l’écran, puis un autre coup et le clavier explose en morceaux. Ce monsieur, c’est Kirkpatrick Sale, il sourit, s’incline devant la salle qui se laisse aller à quelques applaudissements polis, et dans un silence de stupeur, il va se rasseoir. 
Je vous laisse méditer cette petite histoire vraie. Elle nous amène tout de même à nous interroger sur ce que nous sommes en train de faire, en particulier dans le monde numérique responsable de cette incroyable prédation des ressources de la Terre, contributeur de la mise en péril d’une vie authentiquement humaine sur Terre, complice d’une destruction sans équivalent du vivant, et acteur d’une atteinte incroyable aux libertés fondamentales. 
Alors commençons par un petit inventaire des impacts environnementaux de tous ces outils. 

Par exemple, cet ordinateur qui me sert à écrire ce que je vous raconte est un MacBook Pro possédant un écran de 13 pouces (environ 30 centimètres), un stockage de 512 gigaoctets et un processeur à 2,6 gigahertz. Il est fabriqué pour une durée d’utilisation de 4 ans. 
Une étude d’Apple de 2019 indique que l’empreinte de cet ordinateur est de 394 kilogrammes d’équivalent CO2. Sa fabrication concentre à elle seule 75% de l’empreinte de l’ordinateur portable, le transport 5%, l’utilisation 19% et la fin de vie moins de 1%. En fait, selon ces résultats, en supposant une utilisation constante dans le temps, il faudrait utiliser cet ordinateur quatre fois plus longtemps que la durée prévue, soit environ seize ans, pour que son empreinte pendant sa phase d’utilisation soit équivalente à celle de sa phase de fabrication. 
Qui d’entre nous a encore un ordinateur portable âgé de 16 ans et toujours en état de fonctionnement, c’est-à-dire sur lequel les nouvelles versions des logiciels, de système qui permettent de lire ou d‘accéder aux contenus produits par tous les autres, 16 ans après son achat ? 
Alors qui ? Personne ou très peu d’entre nous. 
Ça peut paraître trivial de dire cela mais, il ne me semble pas inutile de le rappeler dans ces temps de grèves et de grève pour le climat, et aussi dans le cadre des journées de nettoyage numérique. Dans le monde numérique, tout comme dans l’environnement, nous sommes producteurs d’une quantité incroyable de déchets. Et parmi les déchets numériques, il y a les e-mails, les fichiers, les applications, la multiplication des copies, les reproductions de photos et de vidéos inutiles. Ces déchets numériques sont responsables d’une pollution numérique qui continue de consommer de l’énergie même lorsque nous l’avons oubliée dans les sauvegardes sur les serveurs qui nous fournissent un service cloud et continuent de consommer une quantité considérable d’électricité. En fait, chaque année, Internet et ses systèmes de support produisent 900 millions de tonnes de CO2, ce qui représente plus que la production annuelle de toute l’Allemagne. D’ailleurs, certaines études estiment que dans une décennie, le réseau Internet consommera 20 % de l’énergie totale mondiale. En France, les émissions de CO2 générées par le secteur du numérique représentent 2,5 % de l’empreinte nationale ce qui représente 17,2 millions de tonnes équivalent CO2 rejetées dans l’atmosphère. Et 78 % de ces émissions proviennent de la fabrication des appareils électroniques dont les plus polluants sont les téléviseurs, qui, par ailleurs, demandent aussi l’équivalent de 3000 packs d’eau pour leur fabrication, et les smartphones. Le reste des émissions vient du stockage des données avec les data centers, ou les réseaux, fixes ou mobiles.
Alors que faire ? Juste quelques gestes simples ! Tout ceci pourra être vu comme une goutte dans l’océan, mais pour autant l’océan en sera changé. 
Pour commencer, nettoyez votre smartphone. Soyez honnête et audacieux en supprimant toutes les applications qui n’ont pas été utilisées depuis un certain temps, les photos et les vidéos inutiles, les doublons, ce qui libérera des dizaines de gigaoctets de stockage précieux. Bien sûr, débarrassez le téléphone de toutes ces anciennes applications et jeux inutiles et oubliés, téléchargés et qui ne servent plus à rien et qui de toute façon ne seront pas utilisées plus tard. Toutes ces applications consomment de l’énergie même lorsqu’elles ne sont pas utilisées et peuvent consommer chaque mois des centaines de mégaoctets de données pour leurs mises à jour. Votre smartphone s’en portera beaucoup mieux et tout ceci permettra d’augmenter significativement l’autonomie de la batterie, donc de limiter les phases de recharge. Une fois tout ceci fait pour le smartphone, il pourra être utile d’aller faire un tour dans l’ordinateur pour y procéder à un petit nettoyage de printemps, faire le tri, supprimer les fichiers inutiles, vider le dossier des téléchargements, ainsi que les fichiers joints aux milliers de mails reçus dans l’année pour ne garder que ce qui est important. Tout ceci pourra évidemment s’apparenter à de l’archéologie avec ses redécouvertes et l’élimination de ce qui est obsolète ou inutile mais cette archéologie sera bénéfique pour l’ordinateur et la planète. 
Sur ce chemin, il ne faudra pas s’arrêter et la prochaine étape est de nettoyer les boites aux lettres. Encore une démarche d’archéologue ! Il faudra filtrer les e-mails , se désabonner aux newsletters qui envahissent les journées et contribuent aux envois parasites consommateurs d’énergie. Avec courage, il faudra remonter dans le temps et trancher dans le vif, élaguer les conversations, émonder, vider, retourner les sédiments pour ne garder que les échanges les plus récents. 
Enfin et surtout au lieu d’envoyer des e-mails, il sera bien plus bénéfique de se lever et marcher jusqu’au bureau voisin pour discuter avec vos collègues, c’est bon pour la planète et pour la santé. Même si le travail à la maison a ses avantages, il multiplie les échanges en numérique et institue le travail par email et par visioconférences, enfermant dans un lieu unique ce qui relève de la vie privée et de la vie au travail. Alors les quelques gestes quotidiens consisteront à ne conserver que les fichiers importants dans un nuage en un seul endroit et le plus proche de chez vous, en France ou en Europe, et de préférence un nuage garantissant certaines règles éthiques. Pour cela, il y a des organismes qui proposent des alternatives éthiques à tous les services nés du capitalisme numériques et prédateurs de vos données. Avant toute chose, il faudra se poser les questions de l’intérêt de sauvegarder tel ou tel contenu. L’illusion d’un système illimité, immatériel, universel et sans coût nous a amenés à prendre des milliers de photos que nous ne regardons pas, alors que lorsque nous n’avions qu’un film de 24 ou 36 poses qu’il fallait faire développer, on se posait de multiples questions avant d’appuyer sur le déclic. Ainsi, de petits changements dans les habitudes de l’usages des services s’appuyant sur Internet seront bénéfiques. Par exemple, désactiver la vidéo lors d’une réunion virtuelle réduira la qualité des services de streaming. Diminuer le temps de jeu, limiter le temps passé sur les réseaux sociaux et se désabonner des newsletters et des listes de diffusion peuvent réduire considérablement l’empreinte environnementale !

Pour finir, faisons un petit tout à la maison où les technologies numériques sont le deuxième poste de consommation électrique. Par exemple, une box consomme sur un an entre 150 et 300 kW ce qui est correspond à la consommation d’un grand réfrigérateur. En fait, une box TV consomme 3 fois ce que consomme un téléviseur et une box Internet, 6 fois plus. Il suffit donc de les éteindre quand on ne les utilise pas, comme tous les équipements électroniques qui continuent à consommer même en veille.

Quelques alertes, quelques gestes, en parler, expliquer, montrer l’exemple, fera que petit-à-petit les prises de consciences se généraliseront parce que toute cette numérisation de notre société est incompatible avec les objectifs de neutralité carbone. Un rapport écrit par l’ADEME, l’Agence de la transition écologique, et l’ARCEP, l’agence chargée des télécommunications qui vient d’être rendu au gouvernement détaille différents scénarios pour 2030 et 2050 et malheureusement, trois scénarios sur quatre montrent que l’empreinte du numérique va fortement augmenter. Le premier, dit de la « génération frugale », repose sur une sobriété poussée et une éco-conception de produits généralisée. C’est le seul qui permettrait de réduire les émissions, mais, malheureusement, nous somme loin d’en prendre le chemin, d’où toutes ces alertes. Le second, dit de la « coopération territoriale », mise sur l’efficience énergétique et des émissions à 23,1 millions de tonnes de CO2. Le troisième s’appuie sur « les technologies vertes ». Il suit la tendance actuelle qui insiste plus sur les nouvelles technologies que les changements de comportement. Ce scénario fera que les émissions seront multipliées par 3 et passeraient à 49,5 millions de tonnes de CO2. Le dernier adopte une position encore plus technophile qui ferait que les émissions quintupleraient pour passer à plus 80 millions de tonnes de CO2.
Comme l’écrivait Robert Louis Stevenson, « tout le monde s’assied à un banquet de conséquences » alors à nous de faire les bons choix de scénario et ce n’est vraiment franchement ce que nous faisons. 
Quand les universités n’en ont que pour les environnements immersifs et investissent des millions d’euros dans des projets stériles parce que c’est à la mode, en oubliant que pour les étudiants moins il y a de distance et mieux  ? Où est la responsabilité environnementale ?
Quand on ne parle que de chatGPT et tous les bidules associés, qu’on ne parle que de cela, que des milliers de start-up se jettent dessus, comme pour un nouveau Klondike ? Où est notre responsabilité environnementale ? 
Quand le service public lui-même fait la pub à longueur de journées pour ces plateformes privées de streaming vidéo, vantant la consommation numérique de contenus formatés et standardisés, au mépris de la culture, des arts vivants, des impacts environnementaux ? Où est notre responsabilité environnementale ? 
Quand le service public, encore lui, vend à grand renfort de publicités débiles et agressives, le dernier smartphone, la 5G, la consommation de contenus mis en boites fait pour parfaire le conditionnement et l’adaptation à la société de marchandisation du monde ? Où est notre responsabilité environnementale ? 
Quand le ministre de l’écologie affirme selon Libération que « l’innovation n’est pas l’ennemi de la décarbonation mais en est un des leviers » en citant pêle-mêle la 5G et les low-tech ? Où est notre responsabilité politique d’avoir permis que des gens comme eux soient au pouvoir ? 
Je vais m’arrêter là mais la liste est longue… et nous aurons l’occasion d’y revenir. 
En ne parvenant pas à créer les conditions, les espaces, les occasions et les invitations à l’intention de l’imagination et de l’action, et en mettant en oeuvre des programmes politiques axés sur la compétitivité, l’innovation, la surconsommation, le mirage des réponses dans la sur-technologie, nous évacuons sans plus de façons tout ce dont nous aurions besoin pour vivre des vies entières, dignes, respectueuses de tout le vivant. Alors que nous sommes au pied du mur, pour éviter peut-être la « désintégration totale du monde », une organisation des sociétés à une « échelle humaine » serait une des pistes de réflexion et d’actions. D’ailleurs, Elisée Reclus écrivait déjà que « tant que les hommes seront en lutte pour déplacer les bornes patrimoniales et les frontières fictives de peuple à peuple, tant que le sol nourricier sera rougi du sang de malheureux affolés qui combattent soit pour un lambeau de […] a terre ne sera point ce paradis que le regard du chercheur aperçoit déjà par delà les temps ».
Kirkpatrick Sale, le personnage qui a servi d’introduction à ces Nowakowskismes, retenait huit leçons de l’épisode des rejets des machines du début du XIXᵉ siècle, la récolte des luddites. Il en retenait principalement deux d’entre elles. La première s’inspirait de la maxime du poète anarchiste Herbert Read qui disait que « pour les machines, on ne [pouvait] se fier qu’à un peuple qui entretenait avec la nature un rapport d’apprentissage ». Il considérait cela comme un guide dans le futur car on peut parier qu’aucune des personnes qui gouvernent notre monde technologique entretient un quelconque rapport avec la nature ». La deuxième leçon sur laquelle il revenait est que « l’édifice de la civilisation industrielle […] semble voué à s’écrouler à la suite de l’accumulation de ses propres excès et instabilités ». D’ailleurs, alors qu’il était jeune étudiant, en 1958, il avait écrit une comédie musicale avec Thomas Pynchon, un des grands écrivains étasunien du XXᵉ siècle, dans laquelle Il était question d’un monde imaginaire dirigé par IBM. Un des personnages s’exclamait alors : « Tout ce que nous voulons, c’est un endroit où l’on puisse échapper au regard de cette maudite machine idiote » ! pour « cultiver son jardin, comme dirait Voltaire, de vivre avec de la poésie, des chansons, et un peu de vin de temps en temps ».
Pour finir, une petite digression qui n’en est pas une et élargir un peu nos réflexions. Un concept ressort ces derniers temps. C’est celui de la ville du quart d’heure initiée par Carlos Moreno, un urbaniste franco-colombien. Dans une ville dans laquelle aujourd’hui 50 % des déplacements de moins de 1 km sont effectués en voiture, il s’agit d’une proposition de développement d’une ville polycentrique, où la vie en proximité assure une mixité fonctionnelle et développe les interactions sociales, économiques et culturelles. Ce concept est fondé sur un modèle ontologique de la ville pour répondre à leurs besoins à partir de 6 catégories de fonctions sociales : habiter, travailler, s’approvisionner, se soigner, s’éduquer, s’épanouir. La ville du quart d’heure est guidée par trois idées majeures, un nouveau rythme à la ville pour réduire les déplacements pendulaires, longs et pénalisant la qualité de vie, le Chronourbanisme ; utiliser les lieux existants pour les diversifier en accueillant différents usages, la chronotopie et renforcer les nouvelles urbanités par l’attachement des gens à leur quartier, la topophilie et y organiser la dimension numérique de ce monde autour de ses usages raisonnés et responsables. Alors profitez au moins de ce week-end pour faire le ménage dans vos pratiques et outils numériques. Le digital cleganup Day peut être une bonne occasion pour ce ménage de printemps https://www.digitalcleanupday.org !
En conclusion, ces quelques mots de Howard Zinn dans son texte intitulé, déchirer le tissu de mensonges qui tient les sociétés libérales. « La stabilité de l’ordre ancien repose sur une obéissance générale. Elle exige que chacun reste à sa place. Peut-être est-il possible de toucher assez de sensibilités, de donner aux gens assez de confiance en eux pour qu’un jour, en une action commune, ils refusent d’obéir, qu’ils refusent d’accomplir leur tâche sur les chaînes de montage de la violence et du gâchis, qu’ils mettent sur pied leurs propres organisations, au travail et dans leurs quartiers. Ce jour-là, l’État, en dépit de toutes ses armes et de tout son argent, serait impuissant. Ce jour-là, grâce à ces libres associations entre des hommes engagés depuis longtemps dans de difficiles combats contre le pouvoir établi, la démocratie se montrerait enfin sous son plus beau jour ». 

Sources et inspirations 
https://reporterre.net/Kirkpatrick-Sale-une-vie-contre-les-machines
https://www.digitalcleanupday.org
https://reporterre.net/D-ici-2050-les-emissions-carbone-du-numerique-pourraient-etre-multipliees-par-cinq
https://interstices.info/le-vrai-cout-energetique-du-numerique/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ville_du_quart_d%27heure
https://usbeketrica.com/fr/article/tech-for-good-le-guide-pour-un-numerique-raisonne
https://degooglisons-internet.org/fr/ 
Dune. Frank Herbert 
Ravage. Barjavel 
Le silence. Don DeLillo 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.14-14032023-15.08/

Musiques 
Pearl Jam, world wide suicide – https://youtu.be/lpqhmCcZ5eA
Pete Townshend’s Deep End – Rough Boys (Face The Face) – https://youtu.be/lpqhmCcZ5eA
Neil Young, Cortez the killer – https://youtu.be/uX9k9aoX6gk

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, March 17). Nowakowskismes 7.14 Qui aurait pu prédire que … . Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftx

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search