Новаковськізми 7.13. Путін і всі твої прихвосні, геть геть!

Au milieu d’une violente logorrhée mensongère contre l’Occident, cet occident coupable aussi bien de vouloir briser la Russie que de décadence, le dictateur Vladimir Poutine, qui savait très bien profiter des bienfaits de l’occident sur son yacht, ou dans son Xanadu ou encore dans les manifestations de ce luxe décadent produites par des entreprises capitalistes de l’occident, avait fait une annonce de taille. Drapé dans sa suffisance de petit monsieur, il suspendait la participation de la Russie au traité de contrôle des armes nucléaires, le « New Start » signé en 2010 par Barack Obama et la marionnette Dimitri Medvedev, lors de son intermède grand guignolesque à la présidence de la Fédération de Russie. « New Start » devait expirer en février 2021, mais une des premières décisions de Joe Biden en entrant à la Maison Blanche en janvier 2021, avait été de le prolonger de cinq ans.
« New Start » est le dernier vestige des grands accords de désarmement ou de contrôle des armements de l’après-guerre froide. Il prévoyait de limiter à 1550 le nombre d’ogives nucléaires déployées, et à 700 le nombre de lanceurs nucléaires stratégiques. Il fixait à 18 le nombre d’inspections par an afin de vérifier le nombre de têtes nucléaires installées sur les missiles intercontinentaux. Mais cela ne dura pas. Quelques semaines plus tôt, un rapport américain accusait même pour la première fois la Russie de ne pas permettre ces inspections et de violer ainsi les termes du traité. Un coin de plus planté dans la paix déjà bien fragile.  
Ce Poutine, comme d’autres, dont ce dictateur nord coréen imbécile et joufflu qui faisait mumuse tous les jours avec ses ogives, s’était mis à utiliser le nucléaire pour jouer les croque-mitaines. Il savait très bien que la sortie d’un traité pourrait être interprétée comme un pas de plus vers une guerre nucléaire. Or, nous savions tous aussi que les armes nucléaires tactiques, c’est-à-dire les mini-bombes à usage local, n’étaient pas concernées par le traité New Start. Et l’escalade continua. Les Américains firent savoir aux Russes que tout recours au nucléaire, même tactique, entraînerait la destruction de toute trace militaire russe sur le sol ukrainien, y compris la flotte de la Mer Noire basée en Crimée. 
Et, pendant ce temps-là, la Chine, non concernée par les traités, modernisait son arsenal déjà bien fourni, la Corée du Sud débattait publiquement de se doter de l’arme nucléaire pour faire face au Nord qui passait son temps à balancer des missiles dans l’océan, et l’Iran s’en rapprochait dangereusement chaque jour un peu plus. 
En fait, Poutine et ses sbires entrainèrent le monde vers le pire. 
En ces temps dans lesquels cette guerre menée par la Russie contre l’Ukraine est évidemment une catastrophe pour les humains avec ces 300000 soldats blessés ou tués et ces 7000 civils morts, elle est aussi une catastrophe terrible pour l’environnement, avec plus de 300 millions de mètres carrés de terres ukrainiennes polluées, 3 millions d’hectares de forêts endommagés, des feux de forêt déclenchés par les combats générant 33 millions de tonnes de CO2, les cocktails de composés chimiques dégueulasses dispersés partout par les explosions de roquettes et d’artillerie,…. Autorisons-nous ce soir un petit pas de côté, une escapade dans l’imaginaire, un peu de science-fiction inspirée d’un vieux roman d’Arthur C. Clarke, pour mieux nous ramener à nos responsabilités et que c’est parce que cette époque nous est insupportable qu’il nous faut la combattre et combattre tout ceux qui la rendent insupportable. En quelques mots de Maïakovski, « il faut arracher la joie aux jours à venir. Dans cette vie crever c’est pas difficile. Réaliser la vie c’est bien plus difficile » et que disparaissent Poutine, tous ses sbires, et tous ceux qui leur ressemblent.
Lui avait cherché refuge loin de tout cela. Il s’était isolé, loin des villes, loin des industries, loin des médias, une cabane au bord d’un lac de carte postale, un petit coin de paradis, des eaux limpides, des espèces rares d’oiseaux et, ici et là, des îlots qui se hérissent de conifères vigoureux. Il prenait plaisir à fouler pieds nus ce sol, cette mince pellicule qui recouvre la roche terrestre sur quelques millimètres et jusqu’à une centaine de mètres selon les zones, qui porte les animaux, les végétaux et les champignons qui nous nourrissent, qui procure des matériaux, la terre bien sûr, mais aussi le bois, la paille et les fibres, et qui stocke de l’énergie, à travers les combustibles végétaux et les biocarburants. Le sol qui contient la majeure partie de la biosphère, c’est aussi des avancées médicales puisque la plupart des antibiotiques sont issus de microbes souterrains. Ce qu’il ne savait pas encore c’est que ce sol, que ce lac, comme d’autres espaces en apparence vierges de pollution, infusait une potion funeste faite d’une pollution invisible, pernicieuse, et sans doute irrémédiable. Dans ces eaux, dans ces tourbes, dans ces zones humides, les eaux étaient contaminées par des ingrédients chimiques produits depuis des décennies par les industries chimiques humaines. Ces poisons appartenaient à une famille de substances ultra-toxiques aux dénominations si complexes qu’elles avaient été remplacées par leurs acronymes, les PFAS, qu’on prononce PI-FACE, pour les composés per et polyfluo-roalkylés. Pourtant, il y a plusieurs années, il avait vu ce film, dont le réalisateur et acteur principal avait joué un monstre qui devenait tout vert quand il se mettait en colère. Et il savait que, depuis la fin des années 1940, les PI-FACE servaient à fabriquer en masse les traitements anti-adhésifs, anti-taches et imperméabilisants qui recouvrent casseroles et textiles quotidiens, et plein d’autres objets. Le Téflon, le Scotchgard, le célèbre imperméabilisant textile, et le Gore-Tex, c’étaient les PI-FACES. Il s’était éloigné du monde urbain pour mieux retrouver ce qui avait permis de fabriquer au-delà de toute raison, les tapis, les cordes de guitare, les batteries de véhicules électriques, les peintures, mais aussi les traitements pour l’acné, les emballages de kebab et de frites, les gainages de circuits électriques dans les avions, les prothèses de hanche jusqu’au fil dentaire, en fait, presque tout ce dont les humains s’entouraient et déclaraient être le progrès. Les PI-FACES étaient très dangereux pour la santé, on le savait depuis longtemps, et le pire c’est que les humains en avaient fabriqués plusieurs milliers, voire plusieurs millions de composés. D’ailleurs, et c’était terrible, nul ne savait combien. Les PI-FACES avait tous un point commun. Ils étaient constitué d’une inaltérable chaîne d’atomes de carbone et de fluor synthétisée par la chimie du XXe siècle. Cet assemblage artificiel d’atomes, fruit de cette industrie prédatrice de la vie, était la source à la fois de ces propriétés mais aussi de leur extrême persistance dans l’environnement. Les humains avaient encore fois produit un poison indestructible dans la nature, un poison capable de se déplacer sur de très longues distances, loin de la zone où il avait été émis. Et ce n’était que très récemment qu’ils furent surnommés les « forever chemicals », les polluants éternels ! 
Pour lui, seul là, c’était une belle soirée, une soirée comme il les aimait. Il vivait tout simplement cette illusion d’un monde vierge, alors que l’empreinte empoisonnée des activités des humains avait marqué de façon quasi-indélébile chaque cm2 de cette sphère. Il sentait venir la nuit, sa douceur, son calme, il allait retourner à sa cabane, ouvrir son livre, un roman qu’il avait lu quand il était adolescent, intitulé Les enfants d’Icare écrit pas Arthur C. Clarke. Loin de cet Occident en abus de position dominante, loin des invasions militaires, des destructions, du règne de la loi du plus fort qui faisaient régresser l’humanité et le monde vers ces temps que nous pensions révolus, les temps où les empires se formaient au gré des conquêtes. Mais malgré cela, dans ce monde empoisonné par la bêtise et par la cupidité, .…. il leva les yeux et les vit… 
Comme tous les humains de la Terre, il resta immobile à contempler pendant quelques secondes qui semblèrent durer une éternité, le gigantesque vaisseau qui descendait majestueusement. Il perçut le faible sifflement annonçant qu’il déchirait les couches d’air raréfié de la stratosphère. Depuis qu’il était petit, il avait rêvé des étoiles, de partir vers les étoiles, et là c’étaient les étoiles qui venaient à lui. En cet instant, l’humanité tout entière retint son souffle tandis que le présent s’arrachait au passé, comme les icebergs qui se détachaient de la banquise à laquelle ils étaient ancrés, pour prendre la mer, comme ils le faisaient, quand il y avait encore de la glace sur les pôles. Il se dit juste que l’humanité n’était pas seule dans l’univers, que la question qui avait animé tant de débat, de romans, de films trouvait enfin une réponse, et qu’enfin, il s’était passé quelque chose qui avait mené ces gigantesques vaisseaux jusqu’à ce petit point bleu, cette minuscule poussière dans l’infini de l’univers. C’était l’événement le plus gigantesque de tous les temps, entre peur et exaltation, entre espoir et alerte venue de toutes ces invasions extraterrestres que l’humanité avait cauchemardées depuis la nuit des temps. 
Il se précipita vers sa cabane, fouilla dans ses affaires pour en extraire son téléphone. Et comme, il s’en doutait, il était saturé de notifications, d’appels, de messages. En fait, il n’y avait pas un vaisseau, mais des dizaines de vaisseaux, surgis des profondeurs inconnues de l’espace, qui s’étaient suspendus, étincelants et silencieux, au dessus de chaque pays, symboles d’une science et d’un pouvoir que l’humanité ne pouvait espérer qu’avant des millénaires. 
Tout à coup, le monde s’arrêta. On avait connu un arrêt planétaire, il y a quelques années, avec cette pandémie. L’humanité avait appuyé sur le bouton d’arrêt d’urgence, déclarant haut et fort, qu’elle redémarrerait un monde différent, prenant en compte les erreurs du passé, pour un monde plus juste, plus en paix, et plus respectueux du vivant. La réalité de la remise en route ne fut de mettre en place le monde qu’il faudrait, il s’est juste agi de remettre en route le monde tel qu’il l’était. Consommation accrue d’énergie fossile, pollution par les pesticides, accroissement de la richesse de quelques-uns, appauvrissement sans égal des autres, destruction du vivant, disparition de 80% des insectes, sur-production, guerres amplifiant les aides des états pour les énergies fossiles, enterrant les objectifs des accords de Paris, … guerre, escalade de la violence, course aux armements, … sous la pression de ces dictateurs imbéciles et bouffis de leur insignifiance. 
Et là ! Sur tous les écrans du monde, nous voyons ces immenses vaisseaux suspendus comme par magie dans le ciel de toutes ces capitales, même ces dictateurs malades suspendirent les exactions, cessèrent d’appuyer sur la gâchette de leurs armes, prenant brutalement conscience de leur petitesse, de leur insignifiance. 
Les médias cherchaient à en savoir le plus possible, ils dépêchèrent des hélicoptères pour s’approcher un peu de ces vaisseaux, les armées firent de même mais rien ne filtra, ni ne sortit des coques. Et ça dura 7 jours, 7 jours de suspension, d’hypothèses, d’agitation de fourmilière, 7 jours c’est long ! Et surtout il était évident que si ces immenses vaisseaux s’étaient postés à la verticale de toutes les capitales du monde, ce ne pouvait être dû au hasard. À l’intérieur de ces machines formidables, des êtres inconnus et prodigieux devaient étudier les réactions de cette humanité, de ces fourmis dont des géants venaient de secouer la fourmilière, et quand la tension aurait atteint son point culminant, ils se passerait quelque chose. 
Le 7e jour, ils s’adressèrent au monde, sur toutes les radios, toutes les canaux, tous les réseaux sociaux, tous les médias sans exception. Chaque être humain entendit le discours dans sa langue, chaque canal émettait les mêmes mots dans la langue de ceux à qui il était destiné. Et dans une démonstration parfaite de la maîtrise totale et absolue des affaires humaines, des conflits locaux aux guerres qui déchiraient les états, des espoirs individuels aux désespoirs collectifs, ce discours démontra que l’humanité était en présence d’êtres d’une supériorité écrasante. Quand le discours prit fin, il était clair pour toutes les nations, tous les humains que les jours de leur précaire souveraineté étaient arrivés à leur terme. Les gouvernements locaux et régionaux conserveraient leurs pouvoirs, mais dans les domaines plus vastes des relations internationales, de l’écologie, de la préservation du vivant, les humains avaient cessé d’être leurs propres maîtres. 
Évidemment, on ne pouvait guère s’attendre à ce que toutes les nations du monde acceptent sans réagir à pareilles restrictions de leur autorité. Des petits dictateurs bouffis de leur petit orgueil fait des ogives dont ils ne disposaient pas physiquement se concertèrent, fomentèrent une riposte. Ils trouvaient là des cibles à la mesure de leur puissance dont ils n’avaient cessé d’agiter les oripeaux lors des précédentes décennies. Aussi imbus d’eux-même que baignant dans leur bêtise, ils pensèrent bien évidemment pouvoir échanger sans que leurs messages ne puissent être captés pour les êtres des vaisseaux. 
Ils se terrèrent dans leur bunker, dans ces postes de commandement secrets, et  lancèrent l’attaque et les missiles traversèrent l’espace séparant les silos de lancement de leur cible, un de ces grands vaisseaux. Les écrans devinrent opaques lorsque les beaux missiles explosèrent et les caméras montées sur des avions devaient leur montrer cet éclair fulgurant du déchainement de ce brasier atomique, cet éclair de puissance qu’ils étaient capables de déchainer, eux ces grands chefs militaires, mais, rien de tel ne se produit. Le vaisseau géant était toujours là, intact, méprisant ce déballage dérisoire d’une puissance désormais ramenée à son insignifiance, flottant dans la lumière crue à la frontière de l’espace. En fait, l’attaque aurait tout aussi bien pu ne pas avoir lieu. Avec un mépris superbe, les êtres des vaisseaux laissèrent les assaillants attendre une vengeance qui ne vint jamais, une non-réaction qui fut plus efficace et plus démoralisante qu’aucune mesure de rétorsion. Les gouvernements responsables dont les membres s’accablèrent mutuellement de reproches s’effondre quelques semaines plus tard. 
D’autres tentèrent une résistance passive. Celui qui avait envahi l’Ukraine continuait à envoyer ses troupes, mobilisant à tour de bras sa jeunesse, débitant ses discours creux et meurtriers. Rien n’y faisait, tous les efforts faits pour qu’ils rappellent ses troupes et se replie dans les frontières d’avant l’attaque du 24 février 2022 avaient échoué, multipliant les exactions, les morts, les destructions. Quand il apparut qu’aucun effort n’aboutit, que même la présence des vaisseaux au-dessus de sa capitale n’avait infléchi sa bêtise, les êtres des vaisseaux lancèrent un ultimatum, simplement une date et une heure. L’avertissement suscita de l’appréhension, le dictateur pérora ne croyant pas une seule seconde que ces êtres entreprendraient une action violente. 
Il n’y eu pas d’action violente, mais lorsque le soleil se leva sur Moscou, il s’éteignit, n’étant plus qu’un fantôme pourpre et livide. Quelque part dans l’espace, deux champs perpendiculaires polarisaient sa lumière et dévièrent son rayonnement, éteignant le soleil sur tout le territoire russe. La démonstration ne dura que quelques jours, le dictateur et ses sbires furent renversés par la population, la guerre prit fin. D’ailleurs, toutes les guerres qui subsistaient cessèrent. 
Très rapidement, un nombre incroyable d’horreurs et d’idioties chères à l’humanités disparurent. Les nations surent enfin qu’elles n’avaient plus à avoir peur les unes des autres, leurs armes étaient reléguées à l’insignifiance et à l’impuissance face à cette civilisation capable de traverser l’univers. Un des grands obstacles au bonheur et à la préservation de la vie fut levé. 
Les êtres des vaisseaux commencèrent à dialoguer avec les humains. Ils apportèrent des réponses aux problèmes du moment, écologiques, énergétiques, économiques, mais ils refusèrent d’en dire plus sur leurs origines, comme ils refusèrent de se montrer. Ils étaient juste là suspendus à la frontière de l’espace, absents mais incroyablement présents. Et petit-à-petit, l’ignorance, la maladie, la misère, et la peur cessèrent d’exister. L’énergie de l’humanité put être enfin canalisée de manière constructive. Le visage de la planète fut changé. Les villes tentaculaires, polluées et inhumaines, furent reconstruites ou abandonnées, certaines furent conservées comme des curiosités. Le vivant reprit sa place avec une vigueur renouvelée. La course effrénée à la surproduction et à la surconsommation, ce rythme infernal et mortifère qui avait saccagé le début du XXIe siècle s’arrêta, la richesse, les ressources furent enfin un bien commun à l’humanité, la prédation cessa pour offrir à tous et toutes, enfin la paix et la quiétude…. 

Coupez ! 

Arrêtons-là cette petite histoire gentillette, parce que personne ne viendra de l’espace, pas de deus ex machina doté d’une puissance formidable pour nous sortir de l’ornière dans laquelle nous nous enfonçons. Personne ne viendra nous regarder du haut du ciel pour nous faire prendre conscience de l’insignifiance destructrice dans laquelle nous nous sommes installés. Personne d’autre que nous-mêmes ne nous sortira de cette spirale mortifère de la destruction, de la sur-production, de l’aliénation, de la pollution, jetant la majeure partie de l’humanité, et du vivant dans la mort. Personne d’autre que nous prendra en main notre destin, personne d’autre que nous ne prendra les décisions de nous débarrasser définitivement de ces régimes assassins, de ces régimes écocidaires, de ces individus célébrant les cultes de la prédation des richesses. 
Parce que par-delà l’immensité du désastre et la toute-puissance du monde de l’économie qui le soutient, l’ordre des choses n’a jamais été aussi branlant. Il ne tient plus qu’à un fil que nous acceptions tous et toutes, chaque jour toujours plus d’humiliation, d’être usés et utilisés, d’être exploités et anesthésiés dans cette organisation méthodique et policière du capitalisme visant à l’humiliation et à la mise en concurrence de la tristesse de chacun.
Alors trouvons les moyens de nous dégager des dispositifs de pouvoir et d’aliénation, chassons ces petits rois et de leurs sbires serviles et lamentables, ces petits chefs minables et nuisibles pour l’humanité et la vie, pour faire émerger des existences et des mondes que nous sommes prêts à défendre en n’oubliant jamais que la lucidité et la vérité ne se donnent pas, mais se partagent. La tristesse, l’impuissance et le ressentiment sont toujours la marque d’une percée ennemie, alors il nous faut bricoler des choses et des idées et des projets et une vie afin de provoquer les conditions propices à la joie, à l’audace et au courage qui sont notre seule issue vers la vie bonne. Des lentilles vertes pour dégonfler les pneus des SUV qui envahissent les villes, à tous les autres façons de faire de l’agriculture, d’éduquer, de construire autrement qu’en bétonnant (n’est-ce pas Nancy ?!), d’écrire, de consommer, de partager… contre l’inaction, le mensonge, le déni et tous ces prédateurs du vivant et de la vie, du geste quotidien la révolution viendra !
Parce que, personne ne viendra de l’espace pour nous sauver nous-même, parce que sans audace ni courage, frères et soeurs en humanité, nous n’aurons plus que ces mots de Théodore Monod comme horizon  : « Je fais partie de la race humaine et pourtant je dis : qu’importe si l’homme disparaît du globe. Il l’aura bien mérité ! Sa folie actuelle est telle, tant de stupidités et d’imprudence ! Il existera toujours des relais dans la nature. Dans l’évolution biologique, si une branche disparaît, elle est relayée par une autre. La nature et les animaux existaient avant nous sans avoir à supporter notre rapacité. Et l’évolution peut dessiner un cercle, lequel se refermera sur les origines neuves, c’est à dire préhistoriques ».

Sources et inspirations 
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2023/02/23/revelations-sur-la-contamination-massive-de-l-europe-par-les-pfas-ces-polluants-eternels_6162940_4355770.html
Le film Dark Waters, 2019 https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/geopolitique/geopolitique-du-mercredi-22-fevrier-2023-2041094
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/geopolitique/geopolitique-du-jeudi-23-fevrier-2023-8340506
https://reporterre.net/Ukraine-un-an-de-guerre-a-ravage-la-nature
https://www.socialter.fr/article/l-origine-du-monde-se-meurt
Les enfants d’Icare. Arthur C. Clarke 
Geoffrey Horne. Hacker citizen. Le guide de survie en milieu urbain. 
https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2023/02/25/contre-les-suv-en-ville-la-contestation-enfle_6163261_4497916.html

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.13-27022023-16.45/

Musique 
Bruce Springsteen. Last to die. https://youtu.be/yHtjiICE8eY
Warren Zevon. Hasten Down the Wind. https://youtu.be/uj86tNSK2oQ
Otis Redding. I Got Dreams To Remember. https://youtu.be/Ooqqj6q1MeU 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, March 4). Новаковськізми 7.13. Путін і всі твої прихвосні, геть геть! Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftw

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search