Nowakowskismes 7.11. U235

C’était un mardi, en janvier, le 24 en 2023, il me semble. 
Le Sénat votait solennellement, dans un silence médiatique assourdissant, le projet de loi d’accélération du nucléaire. Ce projet avait été écrit par le pouvoir pour simplifier le développement et le déploiement des nouveaux réacteurs nucléaires EPR2 par le truchement d’un texte supprimant notamment l’objectif de réduction du nucléaire dans le mix électrique. Et c’est là que la situation avait commencé à dérailler. Un amendement d’un des rapporteurs était passé en commission, visant à transformer en plancher ce qui était jusqu’alors le plafond de 50% du nucléaire dans le mix énergétique, et ce, d’ici 2035. Cet amendement en avait profité pour faire également sauter le plafond de 63,2 gigawatts de puissance installée en nucléaire. Et ce n’était pas tout ! Cette loi avait aussi pour objectif l’accélération du développement de ce nouveau nucléaire en passant par dessus les compétences des collectivités territoriales. Tout ceci permit ainsi à l’État de reprendre la main, par le biais du Conseil d’État et en contournant le droit à l’environnement, puisqu’un des articles permettait de s’affranchir en particulier de la loi Littoral et de sa réglementation sur ces constructions. De plus, cette loi créait un droit d’expropriation accélérée pour exploiter encore plus rapidement les surfaces nécessaires à la construction des ouvrages annexes aux centrales nucléaires, comme les installations de pompage. D’ailleurs, tous ces bâtiments ne recevant pas de combustible nucléaire purent également être construits très rapidement, construits avant même que l’autorisation de constructions des réacteurs soit délivrée.
Cette loi permettait surtout de s’affranchir d’un certain nombre de contraintes relatives à l’ancien nucléaire, des contraintes liées à la sécurité des installations et des populations, par exemple. En fait, dans l’irresponsabilité de ces temps, nous assistions impuissants aux manifestations de l’irresponsabilité de ces gouvernants, de tous ces élus avides de réélection, pour qui, comme toujours, l’aspect économique et financier prenait le pas sur l’aspect sécurité. Alors qu’en matière de nucléaire, logiquement, au-delà de 35 années de fonctionnement, l’exploitant d’un réacteur aurait dû fournir un rapport intermédiaire sur les problématiques rencontrées. Cette loi balayait d’un revers de main, ou plutôt d’un ensemble de mains levées dans un hémicycle, des garde-fous indispensables surtout que, dans ce pays, nous n’avions plus que des réacteurs vieillissants nécessitant toute l’attention de la sûreté nucléaire. Au lieu de cela, on avait purement et simplement réduit à leur plus simple expression toutes les procédures de contrôle. 
L’ambition de ce gouvernement était de déployer au moins six nouveaux réacteurs d’ici 2035, sur des sites existants, et en attendant, de prolonger au maximum la durée de vie des réacteurs actuels, sans prendre en compte les impacts et les conséquences du changement climatique. Or, déjà, quelques mois plus tôt, lors de l’un de ces multiples étés caniculaires, les épisodes de canicules et de sécheresses intenses, des dérogations permettant à cinq centrales de relever les seuils de température de l’eau rejetée dans les rivières avaient été données. Et, on avait persisté dans cette voie. On avait lancé la construction de nouveaux réacteurs sur les bords du Rhône en particulier, au côté d’installations existantes, accentuant lourdement la pression sur la ressource en eau et multipliant les impacts destructeurs sur la faune et la flore
Voilà où nous en étions, voilà le monde que nous fabriquions. Nous nous trouvions devant un choix radical de société, et tout s’était fait en catimini. On avait fait mine de consulter, mais tout était déjà décidé depuis longtemps, la politique de mise devant le fait accompli s’était installée, excluant toute possibilité de débats, de discussion. Il fallait lancer les affaires le plus vite possible, sans en parler, promettre aux élus des retombées qui les feraient réélire à coup sûr, et dire, après coup, que c’était trop tard, qu’il n’était plus possible de débattre, les ingénieurs avaient déjà démarré et on n’arrête pas des ingénieurs qui ont démarré un projet, quel qu’il soit. Nous nous étions retrouvés pris au piège du coup classique du déni de démocratie. Mais, ce qui était était atterrant et révoltant, c’est qu’on construisait la société du futur, le demain, en fonctionnant comme depuis toujours avec le nucléaire, dans l’opacité, dans l’absence complète de transparence, dans la négation des enjeux climatiques et environnementaux, alors que la nation entière aurait dû pouvoir prendre le temps d’en discuter, qu’elle aurait vu vers où tout cela engageait la société  et qu’elle n’aurait jamais permis toute cette gabegie et ce non-sens complet de tout cela. 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Ce soir, les Nowakowskismes font un tour dans les arcanes du complexe politico-industriel du nucléaire. Dans ces temps où le débat, ou plutôt le non-débat sur le nucléaire, prend une tournure surréaliste et profondément inquiétante, entre prolongation des réacteurs jusqu’à soixante ans, la constructions de 6 à 14 réacteurs EPR2, dans le retour de l’air éculé du tout-nucléaire, tout-électrique, tout est bon pour soutenir ce mythe du nucléaire comme seule réponse possible aux défis énergétiques de ce temps ! Des milliards d’euros qui seraient bien mieux investis pour amplifier une véritable transition énergétique vers le renouvelable qui a d’ailleurs déjà fait d’énormes progrès en matière de performance ! Des milliards d’euros bien plus acceptables s’ils servent à autre chose que produire de la merde radioactive qu’on expédie dans le futur ! Des milliards d’euros bien plus utiles s’ils étaient investis au service du principe de responsabilité à l’égard du présent, du vivant et de l’avenir. 

C’était vraiment dommage, certains voulaient en faire une belle histoire. Cette histoire on pouvait la faire commencer en 1951 lorsque le laboratoire national de l’Idaho, aux USA, mettait en service le premier réacteur nucléaire expérimental. Peu de temps après, en 1954, l’URSS connectait à son réseau la première centrale nucléaire civile au monde. Très vite, ça s’était mis à mal tourné. En 1957, une centrale britannique  ouverte un an plus tôt était en prise avec un incendie qui provoqua un nuage radioactif. Mais, dans ces années obnubilée par le progrès, le confort, le profit, de nombreux pays se lancèrent dans le nucléaire. Et nous commençâmes à nous mobiliser. En 1975, la construction de la centrale de Wyhl en Allemagne était suspendue suite à une mobilisation antinucléaire massive. Et ce fut peu de temps après, Three Miles Island, le premier véritable accident qui nous rapprocha de la catastrophe qui, elle, arriva avec Tchernobyl, en 1986. Mais rien n’y fit vraiment, seule l’Italie mit fin à son programme de nucléaire civil, la France quant à elle, continua sur cette voie pour arriver à son apogée en 1993. 
Au début des années 2000, on commença à lancer la construction du premier réacteur à eau pressurisée, les fameux EPR. Et puis, ce fut Fukushima en 2011 avec tout ce que nous avons vu des conséquences de ce désastre, mais aussi les fuites radioactives d’un EPR à Taiwan, les problèmes de corrosion et de fuites radioactives en France, et surtout les risques terribles quand ce dictateur fou et abruti s’était mis à faire d’une centrale nucléaire de Zaporijia une cible stratégique dans la guerre d’invasion qu’il avait déclenchée. C’était dommage, certes, mais la belle histoire vira mal. Mieux, nous savions depuis longtemps que c’était une sale histoire mais ça ne nous avait pas empêchés de compter 438 réacteurs en service dans le monde, dans 31 pays auxquels étaient venus s’ajouter 60 réacteurs en construction et bien sûr, des projets, 103 pour être exact. 
Quelques rappels. Produire de l’énergie avec des centrales nucléaire, comme pour n’importe quelle production, nécessite un carburant. Et, dans ce pays, à l’opacité d’un système, on avait ajouté le mensonge d’État. Ce carburant, l’Uranium 235 nous ne le produisions pas. Il se forme au coeur des supernovae, cette explosion spectaculaire marquant la fin de la vie d’une étoile. 1 kg d’Uranium naturel est composé de 993 g d’uranium 238 et de 7 g d’uranium 235 or seul l’uranium 235 est fissile mais il n’est pas disponible en proportion suffisante pour être utilisable dans les réacteurs des centrales. L’uranium doit donc être enrichi en uranium 235, de façon à ce qu’il en comporte entre 30 et 50g.
L’Uranium était importé en totalité depuis 2003. En 2020, il provenait à 90 % de pays sous influence russe comme l’Ouzbékistan à hauteur de 26 % et le Kazakhstan à hauteur de 29 % mais aussi sous influence chinoise au Niger à hauteur de 35 %. Le 10 % restants provenaient d’Australie. Et ce n’est pas tout. Pour alimenter les réacteurs nucléaires français, il fallait surtout des « assemblages combustibles » qui étaient importés d’une usine en Allemagne, elle-même alimentée en hexafluorure d’uranium venu de Russie, sans que la guerre en Ukraine ait changé les pratiques en cours. C’était dommage, le sol national ne contenait pas cet uranium nécessaire à ces réacteurs, c’est vraiment dommage parce que nous dépendions de pays lointains dont certains n’étaient vraiment pas fréquentables, ce qui fit que la belle histoire et la séduisante fable de l’indépendance énergétique de ce pays tourna vraiment mal. 
Cette histoire avait mal très viré. Pourtant, on avait mis le paquet, et ce, depuis des décennies. C’était une saga du génie technologique flattant l’orgueil de ce petit pays, une histoire qui visait cette unanimité nationale, cette fierté indispensable à une nation prête à façonner le futur à sa mesure.
La publicité avait inondé les écrans d’images rassurantes et paisibles, de centrales inoffensives et majestueuses, cathédrales modernes du génie humain, dressant vers le ciel invariablement bleu des tours de refroidissement n’émettant qu’un mince filet de vapeur blanche, le tout délicatement posé sur des gazons impeccables. Enfin, l’humanité atteignait ce rêve d’opulence tant évoqué dans les romans de science-fiction à deux balles. 
Ça aurait pu faire une belle histoire, tellement belle qu’on aurait presque pu en faire une série qui aurait délivré, saison après saison, le message de ce bonheur garanti. Alors c’est sûr que lorsque ces histoires de soudure, ou de corrosion vinrent à se savoir, les nuages commencèrent à envahir le ciel bleu de ce rêve. Puis, on commença à parler de ces EPR, la nouvelle génération, les réacteurs du bonheur énergétique, qu’on n’arrivait pas à finir, qui explosaient les budgets à coups de dizaines de milliards d’euros, et là, l’histoire vira à l’aigre. Enfin, il ne manquait plus qu’une guerre qui rappela brutalement et concrètement qu’un pays truffé de centrales nucléaires est certainement difficile à défendre face à une attaque militaire. 
Cette sale histoire ne s’arrêtait pas là. Ce petit pays compta jusqu’à 56 réacteurs nucléaires, il s’enorgueillissait d’être le pays le plus nucléarisé du monde. Ce qui fit que dans cet idéal de ce mensonge de l’énergie propre, les habitants de ce pays chaque matin, au réveil, en allumant leur cafetière et en enclenchant leur grille-pain, dans leur cuisine tout électrique, en rechargeant leurs iPhones et leurs trottinettes électriques, tout en étant vissé à leurs écrans leur délivrant la soupe des publicitaires vantant la propreté des voitures électrique, hybrides, rechargeables, sollicitaient massivement un réacteur nucléaire qui, comme dans la belle histoire, fournirait sans  faillir tous les watts indispensables à toutes les activités journalières en produisant bien sûr des déchets, parce que toute combustion produit des déchets, c’est une loi thermodynamique. Mais, ça il ne fallait pas en parler !
Et cette jolie histoire produisit des déchets nucléaires. De toutes sortes. Des peu toxiques, pas longtemps. Des très toxiques, pas longtemps. Des peu toxiques, très longtemps. Des très toxiques, très longtemps. Et là, on parle en centaines de milliers d’années. Franchement, à ce stade, la belle histoire se révéla être un cauchemar. Cafetières, cuisines, iPhones, trottinettes, voitures électriques et j’en passe, utilisés à plein régime pendant des décennies, firent que ces belles centrales, cathédrales du génie humain au service de son confort radieux, éjectèrent des milliers de tonnes de merde radioactive sans qu’on sache quoi en faire. Certains émirent l’idée géniale, de les balancer dans l’océan. Et bien sûr, on l’a fait. Rien que pour ce petit pays, 17000 tonnes de merde radioactive se sont retrouvées au fond des océans, c’était une idée pratique et économique, mais des gens ont un peu râlé, il y a toujours des gens qui râlent ! 
Il y eu encore plus d’appareils fonctionnant à l’électricité. Le réchauffement climatique avait fait exploser le nombre de climatiseurs en service, tout fonctionnait à l’électricité, cette énergie de la modernité, accessible partout facilement, inépuisable, sans odeur, propre et tellement pratique. Pour satisfaire cette demande croissante, les réacteurs tournaient à plein régime, la maintenance pas toujours faite parce qu’il n’était pas envisageable d’arrêter un réacteur si vital pour le confort de la population. Alors, les milliers de mètres cubes de déchets radioactifs se mirent à s’entasser. Ils s’entassaient près des centrales. Ils s’entassaient dans des piscines immenses qui tâchaient de les refroidir. On commença à voir dans la presse des fûts de déchets radioactifs entreposés à l’air libre, rouillés, avec des couvercles parfois ouverts ou mal fermés avec, juste à côté, un berger faisant pâturer ses bêtes. Ça ne faisait vraiment pas sérieux ! Les déchets s’entassaient encore et toujours plus. Alors, des bataillons de hauts ingénieurs furent dépêcher pour phosphorer et trouver une solution rapidement, parce qu’une telle situation ne faisait pas sérieux. Et ils étaient des gens sérieux, eux. C’était clair, la consigne qui venait d’en haut était qu’il n’était pas question d’arrêter la machine, mais il fallait se débarrasser des déchets ailleurs qu’au fond des océans. 
Alors quelqu’un eut une idée lumineuse. 
Ce quelqu’un a suggéré – faute de mieux – d’enterrer tous ces déchets. Il a suggéré de trouver un endroit dans ce petit pays, d’y creuser un trou profond, et de jeter tous ces déchets radioactifs pour toujours, dans les profondeurs de la Terre après l’océan, loin sous la surface, là on ne les verrait plus, là où on les oublierait, et puis, que pouvons-nous savoir des humains de dans 100, 1000, 10000 ou 100000 ans. Ce ne sera plus notre affaire. Voilà cette belle histoire que nous nous mimes à écrire. Celle  qui raconte comment nous avons commencé à envoyer les pires de nos ordures vers le futur, aux enfants de nos enfants, en comptant sur la chance pour que tout se passerait bien pour eux. Et tout irait pour le mieux parce qu’aucun d’entre nous ne sera là pour voir. 
L’idée astucieuse fut applaudie, remonta jusqu’au plus haut niveau de l’état et fut aussitôt adoptée. Ouf ! La solution avait été enfin trouvée. Les habitants de ce petit pays pourraient tranquillement continuer de bénéficier de cette électricité magique et abondante afin de pouvoir continuer à acheter tous ces véhicules écologiques, tous ces appareils de haute technologie indispensables à leur confort d’humains du XXIe siècle, et tous ces maudits déchets, hop, disparaîtront dans les profondeurs de la Terre. 
Bien sûr, on fit des études. Des géologues furent dépêcher aux quatre coins de ce petit pays pour trouver l’endroit où creuser la poubelle nucléaire de l’oubli. Partout en France, a fortiori dans les zones rurales, ils ont essayé de s’implanter pour construire ce « laboratoire géologique », antichambre du centre d’enfouissement. Ça aurait très bien pu se passer à La Chapelle-Bâton dans la Vienne, ou à Montcornet dans l’Aisne, ou encore à Mezos dans les Landes mais c’est à Bure, que tous ces gens décidèrent de creuser ce trou magique qui viendrait enfin régler tous leurs problèmes. Bure, un modeste village de la Meuse qui n’avait rien demandé, et c’est là que tous ces redoutables excréments radioactifs seraient envoyés.
Des chercheurs, des ingénieurs, des futurologues se penchèrent alors sur la question et le scénario fut écrit. Et il fallait surtout que ça aille vite, parce que l’industrie nucléaire de ce pays ne mettrait pas longtemps à s’intoxiquer elle-même. Alors, en 2027, un décret d’autorisation gouvernementale déclencha le chantier de cette poubelle, pour des décennies de travaux, 270 km de tunnels à creuser à 500 mètres sous terre, pour un remplissage qui commencerait en 2085, et qui se terminera en 2150 parce que, dans un peu plus d’un siècle, cette poubelle sera pleine à ras bord de ces merdes radioactives mortelles, et on la rebouchera pour au moins 100000 ans. 83000 m3 de déchets dégueulasses seraient ainsi enfouis avec les risques d’incendies souterrains, d’infiltrations d’eau, la nécessaire aération parce que l’irradiation massive relâche de l’hydrogène qui s’enflamme lorsque sa teneur dans l’air dépasse 4%, … et bien sûr toutes les incertitudes, tout cela pour une facture qui devrait dépasser les 34 milliards d’euros !
Voilà cette jolie histoire, voilà ce qui se passa dans ce petit pays. En ce moment à Bure, des gens continuent à lutter pour préserver leur présent, et surtout envisager l’avenir autrement. La voici cette histoire bien sale tout autre que le gentil récit vert et décarboné qui avait été habituellement servi à toutes les occasions sur la question. Cette histoire n’était en rien une dystopie. Elle raconte comment, aujourd’hui, nous envoyons les pires de nos ordures vers le futur, aux enfants de nos enfants sur des dizaines de générations, enfouissant nos merdes radioactives comme nous le faisons avec nos têtes dans le sable de notre bêtise meurtrière en considérant que ce qui arrivera dans cet avenir n’est pas notre affaire. Aucun d’entre nous ne sera là pour le voir mais cette histoire-là s’écrit aujourd’hui, en notre nom. 
Voilà, frères et soeur en humanité, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec les écrits politiques d’Antonio Gramsci en conclusion de ce 11e épisode de la 7e saison : « Les destinées d’une époque sont manipulées au gré des visions limitées, des objectifs immédiats, des ambitions et des passions personnelles de petits groupes agissants, et la masse des hommes l’ignore, ne s’en préoccupe pas. Mais les événements qui ont mûri finissent par éclater et il semble alors que ce soit la fatalité qui emporte tout et tous qu’on l’ait voulu ou non. Certains pleurnichent pitoyablement, d’autre jurent grossièrement, mais personne ne se demande: si j’avais fait mon devoir, est-ce que cela ce serait passé ainsi ? »
Alors frères et soeurs en humanités, reprenons l’offensive. Contre quoi ? Contre tout, ce qui traverse et nous révolte. À partir de quoi ? De ce qui est là, toujours, déjà. Depuis la dislocation sociale et généralisée, jusqu’au déni de démocratie en passant par le saccage de la planète et du vivant par des industries prédatrices pour discerner ce qui refuse l’écrasement et le musellement et harcèle le pouvoir. Les Nowakowskismes sont autant de flèches tirées dans toutes les directions et dont chaque trajectoire propre dessine les coordonnées de l’époque. Alors continuons à nous retrouver pour déplier les dimensions cachées de ce monde comme on cartographie un champ de bataille, et surtout ouvrir les questions qu’il ne faudra jamais refermer !

Sources et inspirations
https://reporterre.net/Loi-d-acceleration-du-nucleaire-C-est-un-deni-de-democratie
https://www.novethic.fr/actualite/energie/energie-nucleaire/isr-rse/prolongation-des-centrales-nucleaires-les-impacts-du-changement-climatique-devront-desormais-etre-pris-en-compte-151310.html
https://reporterre.net/Non-la-France-n-est-pas-independante-grace-au-nucleaire
https://www.novethic.fr/actualite/energie/energie-nucleaire/isr-rse/corrosion-changement-climatique-retraitement-voici-les-cinq-risques-auquel-est-confronte-le-nucleaire-150800.html
Le 1 Hebdo. https://le1hebdo.fr/journal/numeros/430/nuclaire-un-pari-risqu.html
https://bonpote.com/les-centrales-nucleaires-vont-elles-resister-au-changement-climatique-1-2/
https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/l-uranium-le-combustible-nucleaire
Le Canard Enchaîné du 25 janvier 2023
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.11-31012023-11.41/

Musiques 
Soundgarden – Slaves and bulldozers – https://youtu.be/XIYMHT5Qrcw 
Kyuss – Supa Scoopa And Mighty Scoop – https://youtu.be/LMwQ2ym4ygo 
Them Crooked Vulture – Warsaw or the first breathe you take after you give up – https://youtu.be/Ppfmj8ZAvuE

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, February 3). Nowakowskismes 7.11. U235. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search