Nowakowskium 7.10

Lithium, Cobalt, Nickel …. ChatGPT…. ZFE … OpenAI …. Tantale… 

Un des défis politiques de notre époque ne serait-il pas celui relatif à notre capacité à gouverner, donc à comprendre les enjeux et les fondements du développement technologique ? Peut-on savoir si un système politique, quel qu’il soit, peut être adapté à l’ère de la technologie ? Le fait, et tout nous le montre dans ce monde, est que les pouvoirs qui semblent guider et utiliser le développement technologique à leurs fins sont en fait plus ou moins inconsciemment guidés par celui-ci. Tant les régimes les plus totalitaires, comme le fascisme et le bolchevisme, que les régimes dits démocratiques, dont les exemples s’affichent tous les jours dans notre quotidien – de l’appli comme sésame pour le promeneur qui ne veut pas se retrouver cribler de plomb par les chasseurs, jusqu’aux miracles de l’intelligence artificielle – partagent cette incapacité à gouverner la technologie à un point tel qu’ils finissent par se transformer, qu’ils le veuillent ou non, dans le sens requis par les technologies mêmes qu’ils pensaient utiliser à leurs propres fins. À ce propos, l’exemple des ZFE est très instructif parce qu’au nom de la mise en oeuvre d’une politique « écologique » vont se multiplier au coeur des villes, portiques, caméras et radars chargés de trier, surveiller les faits et gestes et parquer les habitants au nom de l’écologie. De plus, le développement croissant des technologies et des fantasmes associés produit une véritable inhibition de la vitalité, de sorte que « plus l’humanité avance sur la voie de la technologie, plus elle se rapproche de ce point fatal où le progrès sera synonyme de destruction ». Et il n’est certainement pas dans la nature de l’homme de s’arrêter face à cela. Regardons la vitesse à laquelle nous nous précipitons sur les nouveaux joujoux de génération d’images ou de textes, regardons le nombre de parutions de livres aux titres racoleurs détournés de la science-fiction qui, elle, faisait acte d’esprit critique. Regardons-nous, subjugués que nous sommes par le mirage des technologies dites d’intelligence artificielle alors qu’il n’y a pas d’intelligence dans la technologie, qu’il n’y a pas d’intelligence dans les programmes, qu’il n’y a pas d’intelligence dans les données, pas d’intelligence dans les ordinateurs. Mais que ces technologies sont des agencements collectifs de production, de nouvelles usines mettant en oeuvre de nouvelles formes de travail à la chaîne.
Il est donc possible que l’incapacité à comprendre et gouverner la technologie soit inscrite dans le concept même de « gouvernement », c’est-à-dire dans l’idée que la politique est par nature cybernétique. Que la technique ne peut être gouvernée parce qu’elle est la forme même de la gouvernementalité. Qu’en fait, la nature essentiellement instrumentale de la technologie trahit l’instrumentalité inhérente à notre conception de la politique, ou encore dit autrement, que nous ne savons pas nous défaire de ce solutionnisme technologique, qui fait que gouverner c’est proposer l’outil qui va bien – voyez l’app pour les promeneurs au milieu des chasseurs ! Et aussi par là, prendre conscience que l’hypertrophie du développement technologique est très certainement un danger mortel pour la survie de l’espèce humaine !
Alors cela signifie-t-il, comme on le voit d’ailleurs dans les dispositifs technologiques les plus avancés, que la technologie réalise sa propre fin en servant apparemment la fin d’autrui ? Et, de la même manière, cela signifie-t-il que la politique est cette opération qui réalise une fin qui semble la transcender, mais qui lui est en réalité immanente ?  
Un contrôle politique de la technique ne serait-il donc possible que si nous nous décidions à abandonner cette vision en boite à outils, c’est-à-dire gouvernementale et technocentrée, de la politique, pour envisager un avenir plus radieux ?  

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans le Nowakowskium, une terre rare indispensable à la construction d’un système nomade de résistance, de désobéissance et d’alternative à la machine capitaliste à faire de la bouillie de pensées prête à consommer. 
Un avenir radieux ? Dans un monde de surexploitation des ressources, de destruction du vivant afin de recueillir les miettes de matière indispensable aux outils de haute technologie auxquels nous nous sommes asservis, jusqu’à en faire, dans un ultime retournement hypocrite, le seul moyen de répondre aux enjeux environnementaux de ces temps. 
Alors, ce soir, nous évoluerons au coeur des terres rares jusque dans les ZFE, showroom du savoir-faire de la start-up nation prête à sacrifier la liberté pour faire de la sécurité la première des libertés grâce à la bienveillance d’amour et de grâce de la surveillance généralisées enrobées du chocolat de l’écologie. 

Praseodymium, Dysprosium, Gadolinium, Terbium
Lithium, Cobalt, Nickel
Lanthanum, Europium, Niobium
Cuivre, Stannum, Tantale, …

Il faut une soixantaine de métaux différents pour fabriquer l’objet dont une partie non négligeable de l’humanité ne peut plus se séparer. Cet objet c’est évidemment le smartphone quelle que soit sa marque. Pour fabriquer ces smartphones, il faut passer par l’extraction de métaux avec un tel coût environnemental, social et humain, qu’ils sont souvent qualifiés tant dans la sphère politique qu’universitaire ou associative, de « minerais de sang » tant elle se fait avec d’indéniables conséquences environnementales, sanitaires et humaines. Le smartphone qui ne quitte pas vos poches, sacs, mains, pensées pèse environ 120 grammes. Pour fabriquer ces 120 grammes indispensables à nos vies, il faut environ 70 kilogrammes de ressources naturelles, soit 600 fois son poids, composées d’une soixantaine de métaux différents répartis en 80 à 85% de métaux ferreux et non ferreux, 0,5% de métaux précieux, 0,1% de terres rares et 15 à 20% d’autres substances, tout cela en alimentant des conflits armés aux dépens des populations locales.
Le processus complet comporte deux phases. La phase d’extraction dans les mines, principalement situées dans des pays pauvres et celle de raffinage. Le lieu de la première est souvent différent de la seconde. Le raffinage, qui précède l’étape de la transformation, est généralement effectué dans les pays où se situent les usines de production, donc en général, à plusieurs milliers de kilomètres du lieu d’extraction. Aujourd’hui, seule une poignée de pays extrait la plupart des métaux contenus dans un smartphone ce qui, comme toujours, crée une situation de dépendance forte, notamment de l’Union européenne vis-à-vis de ces pays extracteurs. Les pays de l’UE importent ainsi de 75% à 100% de la plupart des métaux parce que 59% du cobalt mondial, pour ne parler que de lui, provient de République Démocratique du Congo. 
Son extraction s’opère dans des conditions qu’on peut qualifier de moyenâgeuses, une grande partie des mines congolaises étant « artisanales » car généralement non déclarées, au coeur desquelles les métaux sont extraits à la force des bras, dans le danger permanent, la violence avec un respect des droits des mineurs plus qu’aléatoire et la plupart du temps inexistant. Par exemple, cent mille mineurs de la région méridionale de Lualaba travailleraient dans ces mines, 57% d’entre eux seraient employés par des intermédiaires et 63% d’entre eux touchent moins que le revenu minimum nécessaire pour vivre décemment en RDC. De plus, selon l’UNICEF, plus de 40000 enfants travaillent dans les mines du sud de la RDC, dont beaucoup dans des mines de cobalt et de coltan. Le coltan est une source importante pour la production du tantale et, plus accessoirement, du niobium. Le tantale est très prisé pour sa grande résistance à la corrosion. Il est considéré comme un métal stratégique et est surtout utilisé dans la fabrication de condensateurs pour les équipements électroniques mais il entre également dans la composition d’alliages de cobalt et de nickel dans l’aéronautique et particulièrement la fabrication des réacteurs, du revêtement dans les échangeurs de chaleur et dans des alliages pour les outils industriels de coupe ou de tournage. 
À cause de la quasi-inexistence du contrôle de l’État congolais sur l’activité minière, les cas de pollution des fleuves alentour et de détraquement des écosystèmes sont légion. Ainsi, les concentrations de cobalt dans les urines de populations riveraines des mines de la ville de Lubumbashi, dans la province du Katanga, seraient jusqu’à 43 fois supérieures à un échantillon témoin. La pollution issue de l’extraction des métaux n’est malheureusement pas propre qu’aux mines artisanales, même si l’opacité de leur fonctionnement complique l’identification des responsables. Les mines industrielles qui sont largement représentées en Amérique latine, sont aussi responsables de nombreux maux environnementaux sur les populations locales. Le cobalt n’est d’ailleurs pas le seul concerné. L’or en est une autre. En effet, 1% des mines d’or du monde sont en RDC. Dans la région du Butembo à l’est du pays, l’or produit de manière artisanale reste probablement le minerai le plus utilisé pour financer les groupes armés et les réseaux illicites dans la région.
De plus, l’incapacité de l’État congolais à réguler l’activité minière a pour conséquence un contrôle par différents groupes informels dont des milices armées étatiques et non étatiques qui utilisent la violence, la terreur et les barrages routiers pour taxer ces ressources naturelles et racketer afin de disposer de sources importantes de revenus.
Le Chili lui concentre à lui seul 38% des mines de lithium indispensable à la fabrication des batteries. Il doit faire face à de nombreux enjeux écologiques et sociaux causés par cette activité minière. Très gourmande en eau, l’extraction du lithium accroît la sécheresse des sols déjà très arides au Chili. Au-delà d’un pompage massif de l’eau, celle-ci se retrouve aussi fortement contaminée, ce qui entraîne la disparition d’espèces endémiques fragiles. Cette pollution de l’eau entraîne des conflits entre les populations locales qui doivent désormais se battre pour avoir leur part de cette eau indispensable à leur survie. Ainsi, dans le Salar d’Atacama, l’exploitation minière consomme, contamine et détourne les rares ressources en eau, aux dépens des communautés locales jusqu’à provoquer des conflits entre ces différentes communautés. En plus de l’impact environnemental, cette activité minière déstabilise le tissu social et économique de la région. En effet, comme elle utilise davantage de machines, elle nécessite une main-d’œuvre qualifiée pour cela et fait appel majoritairement à de travailleurs immigrés d’autres régions du pays, mieux payés ce qui entraîne notamment une hausse de prix de l’immobilier ou des produits de première nécessité, jetant ainsi dans la misère, les populations locales.
Continuons notre petit tour du monde. La Chine, outre ses grandes réserves de charbon, tungstène, de graphite ou de nickel, a aujourd’hui un quasi-monopole sur les terres rares (86% de la production mondiale). Au-delà des smartphones, dans lesquels ils sont utilisés dans de nombreux composants électroniques ou aimantés, tous ces éléments, avec leurs propriétés chimiques particulières, se retrouvent dans un nombre considérable de nouvelles technologies du numérique et de la transition écologique, telles que les éoliennes ou les batteries de véhicules électriques. Le néodyme est l’une d’entre elles. On le retrouve dans les pierres à briquet, et c’est également un colorant des verres et des céramiques. Les luminophores rouges des tubes cathodiques contiennent du néodyme. Cet élément sert aussi de milieu amplificateur pour des lasers. Les aimants permanents constituent une grande application du néodyme  ce qui fait qu’on le retrouve dans les éoliennes, les disques durs, les moteurs électriques de voitures hybrides, les micros, les enceintes, … Le néodyme provoque des dommages dans les membranes cellulaires des animaux aquatiques, compromettant la reproduction et le fonctionnement du système nerveux. En Chine, il provient principalement des mines de Mongolie intérieure, l’un des plus grands gisements de métaux de terres rares au monde, dans la ville de Baoutou, encore appelée « la Silicon Valley des Terres rares ». Derrière cette belle vitrine, se cachent des rejets d’eau acide et des déchets chargés en radioactivité ainsi qu’en métaux lourds qui finissent dans le Fleuve Jaune avec des conséquences sanitaires et environnementales terribles. Par exemple, un des villages voisins de la mine a même été surnommé « le village du cancer » en raison du nombre anormalement important de cas de cancers, d’accidents cardiovasculaires et d’hypertension recensés. 
Or, la Chine est en passe de devenir le leader mondial de l’extraction, du raffinage mais aussi des industries de hautes technologies utilisatrices de terres rares, métaux désormais indispensables pour fabriquer les « super-aimants » des smartphones. En plus de la richesse de son sous-sol, la Chine capitalise aussi énormément de mines hors de ses frontières. Et ce quel que soit le métal considéré. La Chine contrôle 15 des 17 mines de cobalt en République démocratique du Congo. En Indonésie, premier pays extracteur de nickel, la majorité des mines est contrôlée par des entreprises chinoises. Quant au lithium, les compagnies chinoises sont présentes dans toutes les régions où on exploite ce métal. En tentative de réponse, la Commission européenne envisage de constituer des réserves stratégiques de ces métaux rares tout en relançant la production sur son territoire avec toutes les conséquences environnementales que l’on connaît. S’il n’existe à ce jour aucune règle internationale contraignante pour assurer une filière minière éthique et durable, une association tente de lever le voile. Les 50 pays membres de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives s’engagent à être transparents sur « les conditions d’octroi des droits d’extraction, la manière dont les revenus parviennent au gouvernement et profitent à la population ». Rappelons que « plus l’humanité avance sur la voie de la technologie, plus elle se rapproche de ce point fatal où le progrès sera synonyme de destruction ». 

ZFE vous connaissez ? Zone à faible émission, c’est ce que ça signifie.  Avec la loi Climat, les quarante-trois agglomérations françaises de plus de 150 000 habitants devront, d’ici 2025, instaurer chacune une zone à faible émission. Dans ces ZFE, il est prévu d’interdire progressivement la circulation des véhicules les plus polluants et de financer le renouvellement du parc automobile par des véhicules neufs électriques ou hybrides. Ce dispositif a pour objectif de proposer une solution visant à respecter les normes de qualité de l’air de l’Organisation mondiale de la Santé et de diminuer la pollution atmosphérique, responsable de 48000 décès prématurés selon Santé Publique France.
Ainsi, dès 2023, près de 2,5 millions de véhicules, soit 6 % du parc national, ne pourront plus circuler dans les principales métropoles françaises. En 2024, 3,7 millions de voitures supplémentaires seront privées d’accès aux grandes agglomérations. Et en 2025, l’interdiction concernera les trois quarts du parc automobile actuel.
Nous allons assister à un bouleversement radical du paysage de ces villes, dans lesquelles la voiture est aujourd’hui de plus en plus envahissante. Avec ce nombre massif de véhicules à contrôler, l’intensité du trafic routier et la diversité des trajets, l’ampleur de la tâche va demander aux autorités publiques de réfléchir aux manières de faire respecter ces restrictions surtout que près de la moitié des automobilistes affirme être prêts à braver l’interdit. 
Alors, la réponse toute trouvée sera la surveillance massive et automatisée. De nombreux acteurs de la société civile et militants écologistes craignent que la ZFE accélère la mutation vers une « ville sécuritaire » bardée de radars, de tourelles, de capteurs et de caméras où les gestes de chacun pourront être épiés à l’aide de tout un arsenal faisant appel aux technologies de l’intelligence artificielle. En fait, l’écologie risque d’être le nouveau prétexte pour déployer massivement des caméras de vidéosurveillance et légitimer des politiques répressives.
Les questions que je posais tout à l’heure reviennent avec encore plus de force. Il est clair que, là, nous ne sommes pas prêts d’abandonner cette vision en boite à outils, c’est-à-dire gouvernementale et technocentrée, de la politique. Les élus locaux partisans de la ZFE demandent à l’État de nouveaux moyens de surveillance arguant du fait qu’il ne peut pas y avoir de ZFE efficace sans capacité de contrôle des véhicules autorisés ou non à circuler. Lors du premier comité ministériel sur les ZFE, le 25 octobre dernier, le gouvernement a plaidé pour la mise en place de dispositifs automatisés sans intervention humaine. 
Et voilà, nous nous dirigeons tout droit vers une ville dans laquelle des dispositifs technologiques pourront lire en temps réel les plaques d’immatriculation et les vignettes grâce à des grappes de caméras afin de repérer automatiquement les contrevenants. À Paris, 200 caméras supplémentaires de vidéoverbalisation vont être installées. À Toulouse, la mairie et l’État prévoient la mise en place de soixante radars high-tech. Ces dispositifs auront la possibilité de signaler, au-delà du respect de la ZFE, les excès de vitesse, le non-port de la ceinture de sécurité, le téléphone au volant, le non-respect des distances de sécurité, … des caméra équipées d’un système de scan automatique des plaques d’immatriculation, capables de contrôler jusqu’à 10000 véhicules par jour. On verra aussi le déploiement du système Lidar qui va analyser la trajectoire des véhicules sur près d’une centaine de mètres grâce à un ensemble de lasers à balayage modélisant la scène en trois dimensions.
Et comme toujours, les industriels et le monde de la tech, à l’affut des bonnes affaires, y voient une promesse de marché juteux. Comme de vulgaires marchands de tapis, ils font la promotion de ces dispositifs sécuritaires indispensables à une ville propre et au service du bien-être des citoyens. Tous ces dispositifs ont été autorisés par la loi LOM, adoptée en 2019, via l’article 86 passé à l’époque inaperçu, cette loi prévoyant de faciliter la constatation des infractions aux règles de circulation par « l’automatisation » des outils de surveillance. 
La ZFE s’inscrit ainsi dans l’imaginaire bien réel de la smart city, le parfait exemple de ce que je mentionnais tout à l’heure, la politique cybernétique par nature. Les comportements humains y seront alors vus comme des flux à gérer et la collecte massive de données s’imposera comme le modèle unique de la régulation sociale. Toute une stratégie qui mise tout sur la technique, sur un solutionnisme destructeur, stigmatisant les plus pauvres alors qu’il faudrait ré-interroger, de manière générale et en profondeur, politiquement et avec intelligence, notre façon d’habiter le monde et la ville pour enfin prendre conscience de leur incompatibilité écologique.
Au vu de tout cela, difficile d’être d’humeur joyeuse. Ce siècle XXI a vraiment du mal à nous faire rêver. Il est légitime d’avoir peur, d’être en colère et d’être dégoûtés. Dans ces conditions, il nous faut tous chercher plus que jamais ce qui fait encore sens pour nous parce que, quand même, « le désespoir n’empêche pas l’âme d’être encore désirante » comme l’écrivait Friedrich Hölderlin. Et c’est tant mieux parce que c’est la seule chose qui puisse encore nous sauver.

Voilà, frères et soeur en humanité, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec Kostas Papaïoannou et ces quelques mots que nous refermons ce 10e épisode de la 7e saison : « C’est au nom d’une expérience purement et exclusivement humaine que la modernité affirme le primat du Présent sur le Passé. Le temps humain est définitivement arraché à l’emprise du temps physique ou biologique. Il ne trace plus la figure d’un cercle à l’instar des révolutions astrales ou du cycle vital. Arraché à la nature, émancipé de la nature, il ne contient plus que la promesse d’événements substantiellement nouveaux : l’image qu’il renvoie à la conscience n’est plus celle de l’ordre immuable des astres et des saisons, mais celle de l’homme réduit à lui-même, à sa solitude et à son inachèvement ». 
N’est-il pas urgent de stopper cette machine à broyer le vivant qu’est devenue notre civilisation perpétuellement affamée d’une énergie qu’elle ne trouve plus en elle, et qu’il lui faut coûte que coûte arracher à la Nature et aux derniers humains qui sont encore en rapport avec elle.

Sources et inspirations 
https://www.rtbf.be/article/le-smartphone-ce-seigneur-des-metaux-dou-proviennent-les-minerais-de-sang-qui-composent-votre-gsm-11131811
https://reporterre.net/Voitures-polluantes-des-cameras-de-controle-plein-les-villes
http://dillonmarsh.com/fwiw.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.10-17012023-15.40/

Musiques 
Machine head – Message in the bottle – https://youtu.be/Yu-Ulye5Axc
The Beatles – Here, there and everywhere – https://youtu.be/FusIKjztap8
Jeff Beck – Pork pie hat – https://youtu.be/ImxM4Rj5pOQ

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, January 20). Nowakowskium 7.10. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftt

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search