Nowakowskismes 7.9. Les voeux

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans les Nowakowskismes de Voeux
Ce soir, au seuil de 2023, les Nowakowskismes vous présentent leurs voeux. Mais comme les Nowakowskismes sont impertinents, ils proposent une reformulation des voeux officiels du président de la république parce que, « qui aurait pu prédire la crise climatique aux effets spectaculaires encore cet été en France ? » et ce qu’à peu près, mon cher président, vous auriez dit si vous aviez un peu d’honnêteté et d’écologie. 

Mes chers compatriotes, mes chers amis, et amies, ceux et celles que je connais et tout ceux et celles d’entre vous que vous que je ne connais pas, nés ici ou ailleurs dans le monde, au vivant qui nous accueille depuis si longtemps 
Pour la septième fois, j’ai la joie de partager avec vous ce moment des vœux, ce moment d’espoir en un monde meilleur, ce moment dédié à l’écoute et à la pensée que sont les Nowakowskismes. 
Avec vous, citoyens et citoyennes, nés ici ou ailleurs dans le monde, avec vous enseignants et étudiants, élèves, personnels de toute compétence indispensables à la bonne marche de l’école, de l’université, qui oeuvrez à faire naître une société d’ouverture, d’intelligence partagée – avec vous, policiers,  gendarmes, pompiers, sauveteurs en tout genre, qui avez choisi d’être disponibles pour vous porter au secours de tout ceux qui en ont besoin, qu’ils soient nés ici ou ailleurs – avec vous, tous les médecins, tous les personnels soignants qui avez fait de vos vies l’engagement envers les autres, vous qui traversez les épreuves de ces temps troublés en prodiguant à tous et toutes l’attention et le soin indispensable à la vie – avec vous, agents des services publics qui permettez, malgré les attaques répétées d’idéologies dépassées et aujourd’hui disparues, la continuité et la permanence de l’horlogerie des services organisant la société – avec vous, citoyens et citoyennes engagés sous toutes les formes possibles et imaginables, avec vous citoyens et citoyennes seuls, en famille, avec d’autres, à l’abri parce que nous avons tous oeuvré en tant que société pour qu’aucun d’entre nous ne soit sans abris, avec vous solitaires si vous le souhaitez mais pas en solitude. 
Des Nowakowskismes de vœux ont donc quelque chose de singulier. On y fait le point, on se projette vers un futur qu’il nous faudra modeler, préparer, anticiper sachant tout ce que les années passées, jusqu’à celle qui vient de se terminer, nous ont appris, éclairé, alerté. 
Dans les responsabilités qui sont les nôtres, essayons toujours de nous penser en commun, réunis malgré tout ce qui nous sépare au coeur d’une humanité qui est tout sauf uniforme et standardisée, réunis avec nos différences, au coeur du vivant qui se rappelle à nous avec sa beauté que nous risquons de perdre et sa violence aussi. 
Je nous souhaite donc de continuer de vivre en 2023 en persévérant dans cette voie. 
Je repense aux vœux que nous nous adressions à la même heure, il y a un an, sans jamais oublier tout ce qui a déjà été entrepris depuis tant d’années, les 27 COP, les 6 rapports du GIEC, les milliers de rapports scientifiques, le Haut Conseil pour le Climat, de nombreux rendez-vous doivent requérir notre mobilisation sans faille. 
Notre état devra démontrer qu’il en fait assez pour le climat même si en 2023, nous aurons à répondre de nos non-actions devant le Tribunal Administratif de Paris dans le cadre de l’Affaire du Siècle. En 2023, nous suivrons avec attention la décision attendue le 28 février dans le premier procès sur le devoir de vigilance à l’encontre de TotalEnergies et son méga projet pétrolier Eacop/Tilenga. Je rappelle que cette loi pionnière a été adoptée en France en 2017, et impose aux multinationales de publier des plans de vigilance pour prévenir les risques d’atteintes aux droits humains et à l’environnement sur l’ensemble de leur chaîne de valeur. Nous veillerons à sa parfaite application. 
Afin de continuer à poursuivre et adapter nos actions aux résultats des travaux des scientifiques, nous attendrons avec impatience la sortie en mars 2023 du 6e rapport d’évaluation du GIEC qui intégrera les contributions des trois groupes de travail, publiées respectivement en août 2021, février 2022 et avril 2022 et qui reprendra aussi les rapports spéciaux sur le réchauffement planétaire de 1,5°C, les impacts des changements climatiques sur les terres et sur l’océan et la cryosphère dans un climat en évolution.
2023 sera l’occasion d’un rendez-vous important que nous co-organisons. Au coeur de l’Afrique, à Libreville, le One Forest Summit vise à définir des stratégies ambitieuses permettant de protéger les écosystèmes – forêts primaires, tourbières, mangroves, etc. – qui constituent les réserves vitales de carbone et de biodiversité. Mais aussi, nous accueillerons la deuxième session de négociations sur le traité international sur la pollution plastique qui vise enfin à mettre un terme définitif à la pollution plastique. Nous nous battrons pour que les États adoptent un cadre contraignant d’ici la fin 2024 avec la mise en place d’obligations et de mesures de contrôle sur l’ensemble du cycle de vie de ces plastiques.
En 2023, nous défendrons l’appel à une refonte du système financier international pour mieux l’orienter vers les questions climatiques et nous forcerons, dès le printemps, les instances financières internationales comme le FMI, la Banque mondiale et l’OCDE à proposer des solutions très concrètes pour activer ces mécanismes. À cela, au premier semestre 2023, nous lancerons le débat parlementaire qui visera à rédiger rapidement la toute première Loi de programmation sur l’énergie et le climat qui devra fixer les priorités d’action tenant compte du rehaussement de l’objectif européen de réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre à -55% en 2030. Les 3e éditions de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) devront elles aussi être mises à jour pour la période 2024-2033.
Vous l’avez compris 2023 sera une année riche de défis que nous relèverons et que nous traduirons dans notre action collective inspirée aussi par la Taskforce on Nature-related Financial Disclosure (TNFD), en français « Groupe de travail sur la divulgation financière liée à la nature », qui devrait publier la quatrième version de son cadre destiné aux entreprises et institutions financières afin de les aider à identifier les risques et opportunités liés à la nature afin de réduire leur impact sur le vivant.
Enfin décembre 2023 avec la COP28 sera le moment pour un bilan de l’action climatique au niveau mondial, comme prévu dans l’Accord de Paris. Je suis d’accord avec vous, le lieu choisi pour cette COP n’est pas le plus opportun et j’agirai pour que nous soit proposé un autre président que ce PDG de l’entreprise pétrolière Abu Dhabi National Oil Company, il nous faut être sérieux et courageux ! 
Qui pourrait imaginé, pour le présent, mais surtout pour les générations futures, que nous ne nous dotions pas de tout ce qu’il faut, pour sortir des risques de l’émergence de nouvelles épidémies planétaires, que nous chassions les guerres dont celle revenue sur le sol européen avec l’agression russe jetant son dévolu impérialiste sur l’Ukraine et sa démocratie, que nous accueillions dignement les millions de réfugiés fuyant les crises énergétiques, économiques, sociales entretenues par le capitalisme prédateur du monde, que nous proposions de nouveaux modèles énergétiques et alimentaires sans jamais nous voiler la face, ni oublier la réalité de la crise climatique résultat de nos amnésies et désertions depuis trop d’années. 
Au fil des saisons, ce qui est demeuré constant, une fois encore cette année, à savoir notre capacité collective à relever ces défis a fait que nous avons porté haut la voix du droit et de la liberté afin de soutenir les citoyens et citoyennes d’Ukraine, d’Iran, d’Afghanistan, et de tous les pays en proie aux guerres et à la violence, que nous avons fait œuvre d’humanité en accueillant tous ces malheureux réfugiés fuyant les violences, la misère, les guerres et par là, leur redonner l’espoir et la perspective de vies dignes. 
Face aux défis énergétiques de ce temps, nous avons financé des projets d’alternatives énergétiques privilégiant des énergies décarbonatées et propres, projets moteurs pour la création d’emplois dignes et de richesses bénéfiques à l’ensemble d’entre nous.  
Toujours pour faire face aux défis énergétiques de ce temps, en ayant la présidence du Conseil de l’Union européenne, pendant les six premiers mois  de cette année, nous avons montré l’exemple en mettant tout en oeuvre pour atteindre cet objectif de réduire de plus de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, en dénonçant les projets d’exploitation des ressources carbonées et en luttant contre la prédation des richesses au profit d’un petit nombre de grosses entreprises, et bien sûr en actant le principe d’une taxe carbone aux frontières de l’Europe pour agir pour la protection de tout le vivant sur notre planète. 
Et dans cette effervescence de ces temps, la démocratie fut renforcée et installée comme le moteur de la mise en commun des paroles et des pensées, des existences de tous et toutes, par la production, la délibération et la législation de ces règles de vie garantissant le respect et la réciprocité entre humains dans le vivant.  
Alors 2023, c’est continuer dans cette voie. Lutter contre la prédation des ressources et continuer la mutation de modes de consommation pour tendre le plus rapidement possible vers la neutralité carbone. C’est d’arrêter de soutenir les projets destructeurs des espaces naturels afin de ne pas favoriser l’émergence de nouvelles pandémies et c’est investir massivement dans la santé publique afin d’être prêt si ça devait à nouveau nous arriver. 
Alors en 2023, ce sera aussi ne pas céder aux sirènes libérales qui cherchent à démanteler le régime des retraites. 
Parce que, d’après le rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites, le système de financement des retraites n’est pas en déficit, et que les analyses prévoient toutes des retours rapides à l’équilibre. 
Parce que, contrairement à ce que certains soutiennent, nous n’allongerons pas la durée du travail parce qu’il existe plus d’un levier pour remédier à d’éventuels prochains déficits dont l’augmentation des cotisations et en mettant à contribution les plus gros salaires et par là permettre une meilleure répartition des richesses.
Parce que nous décalerons pas l’âge de départ à la retraite parce que, dans cette vision d’une société inclusive et bienveillante, nous ne pouvons pas oublier que les humains vivent plus longtemps parce qu’ils travaillent moins longtemps. 
Parce que nous mettrons tout en oeuvre pour l’égalité des niveaux de salaires entre les femmes et les hommes, nous permettrons ainsi de meilleures contributions de tous et toutes au financement de ce temps mérité de repos le plus long possible après le temps dédié au travail. 
Parce qu’enfin, nous ne ferons pas avec les retraites le moyen de baisser les impôts des entreprises.
Ainsi, par ces décisions, notre objectif de garantir à tous et toutes une vie digne, sera de consolider encore plus et de pérenniser au-delà de nos actions le régime de retraite par répartition. 
Dans la longue histoire de l’humanité, il y eut des générations pour résister, d’autres pour reconstruire et inventer, des générations soucieuses des autres et du vivant mais toujours des générations faisant acte d’intelligence, instruites qu’elles sont des connaissances acquises dans le temps.  
En ce qui nous concerne, il nous revient de continuer à rêver et à écrire le livre de nos objectifs dans le temps long, en laissant de côté les courses stériles et destructrices à la croissance et à l’innovation, en privilégiant la pensée et l’attention au monde, afin de renforcer encore et encore l’école, l’université, la recherche, la santé, les transports, l’aménagement de notre territoire, les nouvelles formes d’industries, en fait la vie bonne pour tous et pour toutes. 
Et sans impatience mais, comme je l’ai déjà dit, dans le temps long et dans la pensée collective prolongée par l’action au service de tous et toutes, je nous souhaite pour 2023 et au-delà, par nos engagements démocratiques et citoyens, d’œuvrer à l’invention d’un pays riche de l’accueil et de la diversité, responsable à l’égard des générations futures. 
C’est ainsi et par la vision partagée du commun qui doit nous réunir, que nous pourrons continuer à fabriquer sans relâche l’école, l’université et la formation en général de façon à faire une société qui ne laisse personne sur le carreau et offre à tous et toutes une vie digne et une place dans la société.  
C’est ainsi et par la vision partagée du commun qui doit nous réunir, que nous accueillerons les malheureux fuyant la mort, la faim et la violence de ce monde, et qu’avec le poète, nous déclarerons « qu’aller-venir et dériver de par les rives du monde sont un Droit poétique ». 
C’est ainsi et par la vision partagée du commun qui doit nous réunir, que nous aurons à coeur de ne jamais oublier toutes les alertes et tous les travaux et décisions en matière de transition écologique, de préservation de la biodiversité et des espaces naturels. 
C’est ainsi et par la vision partagée du commun qui doit nous réunir, que tous et toutes, nous vivrons en laïcité et en liberté, sans qu’aucune religion ne prime sur les autres, et surtout, en nous rappelant qu’elles relèvent de la sphère privée et que nous veillerons à ne pas relayer la parole des individus délivrant des discours réactionnaires, homophobes, xénophobes. 
C’est ainsi et par la vision partagée du commun qui doit nous réunir, que nous continuerons à développer les services publics, en abandonnant les dogmes rancis de la privatisation et de la rentabilisation de tout ce qui relève du soin, de la santé et de l’attention à la vie digne de tous et toutes à tous les âges de la vie, et de permettre à ceux qui le souhaitent de mettre fin à leur vie dans la dignité. 
C’est ainsi et par la vision partagée du commun qui doit nous réunir dans la tolérance, que nous donnerons toute leur place au débat, à la rationalité, à la recherche d’idées communes, à l’apprentissage, à l’écoute du point de vue opposé, à la conscience de la relativité de notre place dans le monde nous poussant à reconnaître notre ignorance, que chez « l’autre » il y a plus à apprendre qu’à redouter et que la vérité est à rechercher dans un processus d’échange, et non dans les certitudes ou dans la conviction si commune que nous sommes les meilleurs.
C’est ainsi et par la vision partagée du commun qui doit nous réunir, que l’enseignement sera l’enseignement du doute et de l’émerveillement, de la subversion, du questionnement, de l’ouverture à la différence, du rejet des certitudes, de l’ouverture à l’autre, de la complexité, et par là de l’élaboration de la pensée qui invente et qui s’invente perpétuellement entre permanence et impermanence, permanence dans le renouvellement des générations, le « devenir humain », l’approche du monde et de sa complexité dans tout parcours personnel et professionnel – impermanence, dans les multiples manière de « faire humain ». 
Pour développer la confiance de tous et toutes dans la vitalité de notre vie démocratique, nous mettrons en oeuvre les instances participatives qui permettront à tous et toutes d’être citoyens à part entière en ce pays. Pas de nouveau service national comme certains l’ont envisagé mais une dynamique visant à faire que tous et toutes voient un sens à sa place dans la société et son organisation, avec des élus dont les mandats ne pourront plus se cumuler ni dans le temps, ni dans l’espace. Et c’est une nécessité vitale. 
Oui, c’est bien par la vision partagée du commun qui doit nous réunir, que nous pourrons nous donner les moyens de nos aspirations et ambitions pour aujourd’hui et demain, c’est notre responsabilité à l’égard des générations futures. 
En somme, en 2023 et au-delà, c’est tout cela qui nous animera et, si nous le voulons, ce n’est pas, et ce ne sera jamais, un chemin qui ne mène nulle part. 
C’est par la vision partagée du commun qui doit nous réunir que nous proposerons une alternative de paix, de liberté et d’intelligence à tant de pays qui se rêvent des empires, à tant d’entreprises qui s’imaginent des royaumes, à tant d’individus prédateurs qui se pensent au-dessus des autres.  
Mes chers compatriotes, mes chers amis, et amies, ceux et celles que je connais et tout ceux et celles d’entre vous que vous que je ne connais pas, nés ici ou ailleurs dans le monde, au vivant qui nous accueille depuis si longtemps, je veux encore ici et ce soir en notre nom, dire à nos amis et amies d’Ukraine, d’Iran, d’Afghanistan et de partout dans le monde, que les mots Femmes, Vie, Liberté sont la bannière qui réunit tous et toutes dans toutes les luttes et que nous la brandissons fièrement aussi. 
Enfin, comme il n’est jamais trop tard, je vous propose comme premier chantier celui de nous réunir pour repenser les modalités des grandes compétitions sportives internationales et plus particulièrement celles qui ont été prévues en France. Peut-on aujourd’hui dans le commun qui nous réunit accepter que tant de moyens soient dépensés au détriment de tous les enjeux dont je viens de parler ? Pour moi, et ce pourquoi je suis là, toute notre action doit « souligner notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir la seule maison que nous ayons jamais connue ».  
Pour tout cela, et tout ce qui nous réunit, sur cette Terre qui est jusqu’à présent le seul monde connu à abriter la vie, qu’il n’y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer, je nous souhaite le meilleur pour la planète, pour le vivant et pour l’humanité et c’est empli de cette force que les Nowakowskismes vous présentent tous leurs vœux pour cette année nouvelle.
Femmes, vie, liberté !

Voilà, en paraphrasant Cyrano, ce qu’à peu près, mon cher président, vous auriez dit 
Si vous aviez un peu d’honnêteté et d’écologie
Mais d’écologie, ô le plus greenwashé des êtres,
Vous n’en eûtes que des paroles, et d’honnêteté 
Vous n’en avez que l’apostrophe. 

Rappelons-nous juste au seuil de cette nouvelle année qu’aller-venir et dériver sont un hommage offert à ceux vers qui l’on va, à ceux chez qui l’on passe, et que c’est une célébration de l’histoire humaine que d’honorer la terre entière de ses élans et de ses rêves. Et chacun, dans sa force d’agir, sa puissance d’exister, se doit d’en prendre le plus grand soin.

Sources et inspirations 
https://basta.media/Reforme-des-retraites-les-huit-arguments-fallacieux-du-gouvernement-pour-reculer-l-age-de-depart
https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/12/31/voeux-2023-aux-francais
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/climat-energie-biodiversite-plastique-forets-les-10-grands-rendez-vous-de-l-annee-2023-151265.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_point_bleu_pâle
https://pixees.fr/demain-et-au-dela/ 
http://tout-monde.com/downloads/fre300res-migrants-chamoiseau-de301claration.pdf
Cyrano de Bergerac. Edmond Rostand 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.9-05012023-12.11/

Sons 
Dominique A – Rendez-nous la lumière – https://youtu.be/K6oBgyM_WHo
Machine head – The burning red – https://youtu.be/Mkbrq9pxTNo 
Johnny Cash et Joe Strummer – Redemption song – https://youtu.be/lZBaklS79Wc

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, January 6). Nowakowskismes 7.9. Les voeux. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search