Nowakowskismes 7.7. Le souper des cendres

Un petit tour dans les montagnes françaises ? 
Savez-vous que pour pouvoir organiser la coupe du monde de biathlon, faute de neige, les organisateurs ont fait livrer au Grand-Bornand en Haute-Savoie, 24000 m3 de neige artificielle par une douzaine de camions. 
Au-delà de l’aberration destructrice et débile de faire acheminer par camions de la neige, il est important de rappeler que « produire de la neige artificielle n’est pas sans impact pour les grands équilibres du cycle de l’eau ». Que produire de la neige artificielle, c’est organiser le saccage de la montagne, le gaspillage d’une ressource précieuse, l’eau… et que la promener sur ces camions, … je ne vous fais pas un dessin ! 
Cette neige viendrait « d’un espace de stockage alimenté par des canons à neige dont l’eau est pompée dans le lac de la Cour, lui-même alimenté par la retenue collinaire du Maroly, l’une des plus grandes de France ». Quelques chiffres. L’enneigement artificiel nécessite en moyenne 4000 m3 d’eau à l’hectare.
Alors, lorsqu’il s’agit des Jeux olympiques à Pékin ou des Jeux asiatiques en Arabie saoudite, la neige artificielle provoque un tollé. Et en France ? Non ! Quand retrouverons-nous le sens commun ? Quand nous dirons-nous que s’il n’y a pas de neige, on ne skie pas ! Quand nous dirons-nous qu’il est urgent de remettre en cause le modèle industriel des sports d’hiver, et du sport tout simplement ! 
Il est urgent de pointer encore et encore les nombreuses dérives de ces « compétitions de la honte » qui ne sont, au fond, que les miroirs grossissants de l’insoutenabilité du sport business et de ses grand’ messes, les compétitions internationales, toujours plus hors sol et déconnectées des crises qui agitent le monde. Par exemple, la prochaine édition de la coupe du monde de foot, en 2026, sera disputée par 48 équipes, et non plus 32. Les matchs seront éclatés entre le Canada, les États-Unis et le Mexique dans une débauche d’équipes, de matchs retransmis, de sponsors et de déplacements en avion, au bénéfice d’une fédération qui compte ses dollars, quand les habitants d’une Terre détraquée sont au bord du précipice.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue pour le souper des cendres 

Ce soir, les Nowakowskismes empruntent leur titre à Giordano Bruno, d’abord pour la beauté de ce titre, et parce que les Nowakowskismes, comme lui, en pourfendeurs de la bêtise épaisse, se veulent une ode à la raison, au plaisir et à la liberté. Ce soir, les Nowakowskismes proposent une escapade au coeur de l’accélérateur de surveillance, cet accélérateur des particules de mise en surveillance de la société, à l’oeuvre dans l’organisation des grands événements sportifs, prétextes choisis pour étaler la vitrine sécuritaire à visée internationale de ce petit pays dont je vais vous raconter l’histoire.  
Alors, ce soir, les Nowakowskismes vont vous raconter cette petite histoire des temps modernes, un conte en préambule de ce souper des cendres qu’est ce monde. 
Installez-vous confortablement, et c’est parti. 
Il était une fois un petit pays dont les dirigeants rêvaient de pouvoir organiser un événement qui les mettrait enfin au niveau qui leur est dû dans la course que se livraient les nations de ce monde. À force de lobbying, de compromission, de négociations, de discussions, vint enfin le moment tant attendu. Un comité composé de personnages importants, décorés, reconnues et puissants, se réunit longtemps, discuta longtemps, et finit par accorder à ce petit pays ce qu’il désirait depuis si longtemps. Ce petit pays pourrait enfin organiser ces Jeux qui lui permettront de briller dans le concert des nations, d’être enfin à la juste hauteur, et par là permettre à ses dirigeants et leur cour de redorer leurs images racornies auprès du peuple toujours avide de ces manifestations de prestige national. 
La tension fut alors extrême. 
Après le « nous les avons ! » vint le moment du doute, de la peur de mal faire, d’être ridicules, et dans ce monde de grandes tensions, de violences, …, il fallait s’assurer que la fête soit belle, et surtout qu’elle ne soit pas gâchée par des importuns, des couacs, des débordements qui feraient perdre à ce petit pays et ses dirigeants le bénéfice des prestiges qu’un tel événement pouvait leur apporter. 
Alors un autre comité fut réuni par le président. C’est dans les profondeurs de son palais qu’il fut décidé que tous les moyens et même plus, devaient être mis en œuvre pour que ce soit une réussite éclatante. Il fut décidé qu’à partir de maintenant, pour une réussite parfaite, l’objectif à viser était que la sécurité devait être la première des libertés. Il fut décidé de réunir les meilleurs des meilleurs spécialistes de sécurité, de surveillances en tout genre, de fouille de données, de robotique, d’intelligence artificielle, bref, tout le gratin universitaire, les meilleurs ingénieurs des ministères et les soi-disant génies de la start-up nation avides de décorations, de reconnaissances, de rétribution et surtout, tous, ils obtenaient enfin leur place dans les hautes sphères du pouvoir de ce petit pays. 

Pour officialiser cela devant la population de ce petit pays, le président les réunit en son palais, dans les ors et les flonflon, et leur confia leur mission. Ces jeux étaient d’une importance capitale pour ce petit pays. Ils devaient être l’accélérateur de la compétitivité, de l’innovation et de la surveillance, ces jeux devaient être la vitrine du savoir-faire du pays en matière de sécurité, et qu’ils comptaient sur eux tous pour être à la hauteur, que l’échec n’était pas une option. Tout serait mis en oeuvre pour accompagner leurs travaux, que seraient renforcées les prérogatives des autorités et le nombre des agents de sécurité déployés et surtout que ces jeux devaient être un moyen d’agir sur la société de ce petit pays, le faire passer dans la modernité du monde de la compétitivité. Il devait y avoir un avant et un après ces jeux. Tous ces moyens investis ne devaient pas être circonscrits à ces jeux, que l’« l’Héritage » et les effets de tous ces investissements devraient perdurer et permettre de forger la société de demain qui propulserait ce petit pays dans l’élite des nations de ce monde. 
Le Président de ce petit pays parla. Il parlait bien, tous furent subjugués par ses mots emplis de ferveur et de la grandeur qu’ils méritaient, et que leurs travaux permettraient d’atteindre. Ils furent tous debout à applaudir et à se précipiter vers lui afin de se faire connaître, et de mendier un mot de lui, un compliment, une poignée de main. Leur mission pour la nation était claire. Ils devaient s’assurer que tout ce qui serait déployé pour la sécurité et la réussite de ces Jeux. Ils étaient les artisans de ce changement de fond de ce petit pays. Ils avaient à mettre en place ce « effet cliquet » qui pérenniserait toutes ces mesures exceptionnelles et que rien ne devaient les remettre en cause une fois les Jeux terminés, qu’il n’y aurait pas de possibilité de revenir en arrière.
Ils se mirent au travail d’arrache-pied. Ils ne devaient pas décevoir le Président. Il fallait des résultats. Il comptait sur eux. Les idées ne leur manquaient pas, ils avaient été choisis parce qu’ils étaient les meilleurs parmi les meilleurs, et ils savaient que de tels événements étaient leur chance, ils étaient les accélérateurs de la force du progrès de ce petit pays et de sa compétitivité dans le concert des nations. 
En effet, quelle meilleure occasion que ces Jeux pour faire de ce petit pays un pays dont la voix compte ?
Quelle meilleure occasion que ces Jeux que de pouvoir généraliser ce qui les rendaient si fiers, ce qu’ils produisaient dans leurs laboratoires sans s’intéresser aux conséquences sur la société, juste préoccupés qu’ils étaient par leur impact factor ? 
Quelle meilleure occasion que ces Jeux, et parce que la Sécurité était la première des libertés, c’est ce qu’avait martelé le Président, que de déployer, par exemple, ce fleuron de leurs travaux, ces travaux qui les avaient rendus célèbres dans les conférences internationales, qui firent qu’ils étaient invités par des dirigeants de pays avides de mettre leur population au pas, ce fleuron de leurs travaux qu’est la vidéosurveillance algorithmique.
La vidéosurveillance algorithmique ou encore VSA c’est encore mieux que la reconnaissance faciale. Elle sont toutes les deux basées sur l’analyse biométrique, c’est-à-dire sur la détection des corps pour repérer ou identifier une personne. De plus, ce serait l’occasion de déployer toujours plus de caméras de vidéosurveillance qui viendraient s’ajouter aux 4171 caméras de vidéosurveillance déjà déployées par la ville de Paris. Les premiers travaux de ces éminents chercheurs arrivèrent rapidement à la conclusion qu’il faudrait déployer pas moins de 15000 caméras supplémentaires pour un coût estimé de 44 millions d’euros. Le président, doté d’une intelligence hors du commun, suivant l’avancée des travaux au jour le jour jugea ce coût dérisoire et autorisa la dépense. Il voulait dépenser sans compter pour que ces Jeux soient sa réussite. Les fonctionnaires zélés inventèrent les « plans [délicieusement nommés] Zéro Délinquance ». La vidéosurveillance algorithmique et ces Jeux devenait ainsi une nouvelle occasion permettant d’élargir encore la panoplie des moyens de surveillance de l’espace public.
Il fallait que cela fonctionne, leur avenir à la Cour en dépendait. Donc, afin d’être sûrs que les technologies employées pour ces Jeux fonctionnent, ils décidèrent d’organiser des expérimentations lors de divers événements sportifs. On lança des Appels à Manifestation d’Intérêt (AMI) afin d’engager un maximum d’entreprises et de laboratoires en quête de moyens et prêts à oublier les principes éthiques de leurs activités. Ces AMI rédigés avec soin expliquaient que les attendus s’inscrivaient « dans le cadre d’un programme d’expérimentation de technologies par les services de sécurité du ministère de l’Intérieur, [et que] que les solutions recherchées [devaient] porter sur des moyens de commandement, la vidéo dite « intelligente », la surveillance aéroportée ou encore la cybersécurité, et plus globalement l’OSINT » qui regroupe « l’ensemble hétéroclite de pratiques d’investigation et d’analyse visant à dévoiler une information préalablement dissimulée en récoltant, croisant ou analysant des données numériques disponibles en source ouverte », le tout avec un budget de 21,5 millions d’euros, uniquement pour les tests. Rapidement, ils organisèrent plus de 144 expérimentations sur  180 prévues, qui mobilisèrent 131 sociétés. Tout cela se déploya dans la continuité des tests de reconnaissance faciale déjà testés à Rolland Garros par Thalès, un fleuron technologique de ce petit pays des droits de l’homme, ou encore par la start-up Two-I qui s’était fait connaître en proposant d’identifier les visages des personnes interdites de stade souhaitant rentrer au stade de Metz en 2020 et tout un assortiment de solutions visant à surveiller les humains à leur insu. 
Ils se dépensèrent sans compter. On assistait à une augmentation formidable de tous les budgets ayant trait à la sécurité, et aux technologies de surveillance. Le ministère de l’Intérieur voyait son budget augmenter de pas moins de 15 milliards d’euros, et le budget sécurité de ces Jeux, initialement prévu à 182 millions d’euros, dépassa largement 295 millions d’euros. Une « loi sur les Jeux » fut sortie des cartons afin de légaliser la vidéosurveillance algorithmique, c’est-à-dire la détection par logiciel d’événements et de comportements dits « suspects ». Pas de fin de l’abondance pour faire de ces Jeux l’événement de l’image planétaire de ce petit pays. On finança de la recherche, des expérimentations en amont puis des tests grandeur nature afin de permettre aux industriels de la technopolice de se perfectionner et de devenir encore plus compétitifs au niveau international et disposer des moyens pour développer toute une série d’algorithmes de reconnaissance automatique de comportements anormaux… 
Il fallait qu’ils soient à la hauteur des attentes du Président de ce petit pays et devenir ainsi aux yeux du monde, et des futurs clients autoritaires à l’étranger, le spécialiste du maintien de l’ordre et de la répression policière.
Et dans ce petit pays, être organisateur de ces Jeux, c’était commencer à oeuvrer pour que la population, dans la joie et l’allégresse générées par cette fête, accepte le déploiement de cette technologie développée pour le bien-être et leur sécurité. Tout un travail de réception sociale par la population de ces technologies, afin de légaliser ces technologies, fut planifié, en commençant par ce grand événement exceptionnel, pour les généraliser ensuite. 
Toute cette cour se mobilisa pour répondre aux attentes du Président. Un centre de renseignements fut créé regroupant tous les services de renseignements. Il fallait traquer tous les « terroristes islamistes, de l’ultra-droite et de l’ultra-gauche », il fallait faire un «  effort » en amont afin de pouvoir perquisitionner, arrêter ou assigner à résidence ceux ou celles qui pourraient troubler la fête que souhaitait le Président, il fallait, pour que tout soit parfait quand le monde braquerait ses yeux sur ce petit pays, un « plan zéro délinquance  ». 
Enfin, pour couronner le tout, ils décidèrent d’en revenir aussi aux approches venues des temps anciens lorsqu’au XIXème siècle, à la naissance de la sécurité privée, la police embauchait des mouchards comme auxiliaires de police chargés de les renseigner sur les agissements des malfrats parisiens dans le concept de « continuum de la sécurité privée » où « moralisée, intégrée, contrôlée, protégée, alimentée, organisée, la sécurité privée n’a jamais paru autant en harmonie avec les forces de répression régaliennes ».
Il était une fois ce petit pays qui se voulait grand aux yeux du monde, et qui choisit ces Jeux comme accélérateur d’un changement de la société dans une vision à long terme, destructrices des droits mais aussi des mode de vie, d’habitat et d’environnement, par l’amplification des stratégies de surveillance et des tendances sécuritaires. 
Il était une fois ce petit pays qui, aujourd’hui, choisissait d’organiser ces Jeux, et se préparait en se gavant de foot. 12 millions de téléspectateurs pour le premier match de l’équipe de ce petit pays ou au moins 7 téléspectateurs sur 10 devant leur télé pour la 8e de finale ; plusieurs dizaines de millions de téléspectateurs qui ne descendront jamais dans les rues pour rappeler l’urgence de réagir pour conserver ce monde vivable pour les humains ; plusieurs dizaines de millions de téléspectateurs qui font comme si ces jeux de ballon n’avaient pas été achetés à coup de bakchichs par le Qatar, avec l’argent des hydrocarbures, comme si ses stades et ses grandes infrastructures ne s’étaient pas bâtis en exploitant des ouvriers venant d’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh ou du Sri Lanka, comme si des milliers d’entre eux n’étaient pas morts, anéantis par la chaleur et les cadences infernales, comme si ces jeux ne nous enterraient pas tous, avec ses 6 millions de tonnes de CO2 rejetées dans l’atmosphère avec ses stades climatisés, à usage unique, et ses nuées d’avions, utilisés comme des taxis. Il était une fois ce petit pays pour qui, tant que le ballon roule encore, regarde ailleurs et, de préférence, vers le terrain de jeux.
Il était une fois un petit pays dirigé par un petit président entouré de sa cour et soutenu par une population accrochée à ses écrans et les divertissements médiatiques déversés en flux continus tout au long des journées, qui se rêvait grand et qui tenta tout pour avoir sa place dans l’élite des nations, et qui finit comme les autres dans le désastre d’un monde détruit par la bêtise humaine. 
Pour finir une belle histoire, parce que nous en avons bien besoin, une histoire découverte en visitant l’exposition Mimesis à Pompidou Metz que je vous recommande ainsi que celle sur la SF et l’art intitulée Les portes du possible, formidable à tout point de vue. C’est donc l’histoire d’Alex un perroquet gris du Gabon qui, de 1977 à sa mort, a fait l’objet d’une expérience scientifique menée par l’éthologue Irene Pepperberg. Cette expérience visait à étudier les capacités cognitives des animaux et en particulier les capacités du perroquet à comprendre le langage humain. 
Alex possédait un vocabulaire d’environ 150 mots, mais ce qui est exceptionnel, c’est qu’il comprenait le sens de ce qu’il disait. Par exemple, lors d’expériences au cours desquelles des objets lui étaient montrés, Alex était capable de décrire leur forme, leur couleur et leur matière. S’il lui était demandé la différence entre deux objets, il donnait les réponses, et s’il n’y en avait pas, il disait « none » (aucune). Quand il était fatigué des expériences, il disait : « I’m gonna go away » (Je vais partir). Alex est aussi le premier non humain dans l’histoire à avoir posé une question. Il avait  demandé de quelle couleur il était. 
La veille de sa mort, alors que rien ne présageait cela parce qu’Alex était encore jeune pour un perroquet gris du Gabon, à la fin de sa journée d’échanges, il eut ces mots à l’attention d’Irene Pepperberg : « Porte-toi bien. Je t’aime ». 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec Ursula Le Guin, qui, tout au long de son oeuvre, a interrogé notre rapport au vivant, a imaginé les dialogues que nous pourrions avoir, si nous étions moins prétentieux et pas uniquement guidés par notre supériorité, avec les autres êtres de ce monde, des êtres comme Alex. Ursula nous rappelle que « nous sommes plusieurs à penser, depuis notre coin d’avoine sauvage, au milieu du maïs extra-terrestre, que, plutôt que de renoncer à raconter des histoires, nous ferions mieux de commencer à en raconter une autre, une histoire que les gens pourront peut-être poursuivre lorsque l’ancienne se sera achevée. Peut-être » 

Sources et inspiration
https://reporterre.net/Coupe-du-monde-de-biathlon-de-la-neige-artificielle-apportee-par-camion
https://www.centrepompidou-metz.fr/fr/programmation/exposition/les-portes-du-possible
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alex_(perroquet)
https://www.centrepompidou-metz.fr/fr/programmation/exposition/mimesis
https://reporterre.net/Notre-maison-brule-et-nous-regardons-le-foot
https://www.laquadrature.net/2022/11/29/paris-2024-les-olympiades-securitaires-du-gouvernement/
https://ebmk.univ-lorraine.fr/spectacles/giordano-bruno-le-souper-des-cendres/
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.7-07122022-09.16/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2022, December 9). Nowakowskismes 7.7. Le souper des cendres. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftq

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search