Nowakowskismes 7.6. La créativité seule peut conjurer nos ruines

Il avait grandi dans des plaines ensoleillées, à la lisière d’étangs, de lagunes, parmi des herbes géantes gorgées de vie, traversées par le vent venant des contreforts des Cévennes, sec, ou de la mer, chargé d’iode et de l’humidité de cette mer qu’il apercevait à l’horizon. Pendant 5 ans, il avait, se nourrissant à son gré de toutes ces herbes parfumées de ce coin du monde, se promenant libre sur des kilomètres carré, courant dans cet espace sans limites, forgé son corps que de nombreux sculpteurs depuis l’antiquité avait pris pour modèle de force. Il était 500 kg de muscles, d’énergie brute, de beauté, de vie venue de l’aube de ce monde. Là, au coeur de la Camargue, ou de tous ces endroits d’Europe, les troupeaux fabriquaient ces forces de la nature. 
Puis un jour, les hommes vinrent, à cheval, à pied, armés de piques et de cordes. Il fallait bien plusieurs dizaines d’hommes pour venir à bout d’une telle force. Il fut ligoté, entravé et enfermé dans un camion qui l’emmena loin, par la route, sans nourriture, entouré de ses excréments, secoué pendant des heures dans le bruit, en route vers l’inconnaissable. 
20 heures de route, de transport, de blessures, de rage grandissante pour finir dans un box étroit. Il était fureur, mais le box ne lui permettait pas de bouger, ni même de plier ses genoux, juste rester debout et entendre au-delà d’une porte à claire voie, une clameur, de la lumière, du bruit. Tout à coup, la porte s’était ouverte, il fut propulsé dans un cercle en pleine lumière, submergé des cris venus de toutes les directions, sans aucun repère, juste l’odeur, une odeur inconnue, une odeur âcre lui montant aux naseaux. 
Là, dans son champ de vision, une forme, un cheval, il put déverser sur lui toute sa fureur. Il chargea les flans de l’animal harnaché de matelas, et tout à coup, la pique en acier du picador, 20 cm d’acier, le cloua là, le sang gicla, la douleur renforça sa fureur, il chargea encore. Il arrive que dans cette fureur, ses cornes éventrent le cheval. Dans la dégoulinade des entrailles du pauvre cheval, il ne pourrait empêcher que cet homme et sa pique lui sectionne les muscles du cou. Pourquoi cela ? Et bien parce que bientôt va entrer dans l’arène, le torero. Et face à ces 500kg de muscles, à cette énergie, un humain ne peut faire le poids. Alors, il faut affaiblir le taureau, en le mutilant, qu’il baisse la tête pour que ses majestueuses cornes ne mettent pas trop en danger cet humain. Les muscles du cou sectionnés, ce magnifique être ne pourra que baisser la tête, il ne la relèvera plus et ne pourra pas voir devant lui, il ne verra plus que ses sabots antérieurs
Vous imaginez bien qu’un tel traumatisme a un effet destructeur sur ce magnifique animal. Alors il faut le réveiller, le ressortir un peu du couloir de la mort. C’est alors un ballet d’individus qui viennent tour à tour lui planter dans le dos, les banderilles, ces bâtons multicolores armés d’une pointe d’acier de 5 cm. 6 banderilles seront plantées pour le réveiller et recueillir sa dernière énergie, quelques minutes au cours desquels il sera pris d’hémorragie, que le sang lui giclera de la bouche. 
Là, ses genoux antérieurs céderont, il tombera, toujours tête baissée, et l’homme, cet homme cherchant comme toujours à démontrer sa force et sa domination sur le vivant, lui enfoncera une épée dans la moelle épinière. Pour lui, la mort fut rapide, le torero avait du métier, et il ne sentit rien quand on lui coupa les oreilles et la queue pour les exhiber à la foule hurlante afin de saluer le courage de cet homme minable, et comme dernière humiliation faite à la vie.
Voilà ce qu’est la corrida, voilà encore une dimension de cette barbarie dont l’homme est capable, alors que rien, aucune tradition ne peut justifier une telle horreur. À tous les abrutis et à tous les minables qui en veulent encore, à ceux et celles qui se drapent dans les traditions et la bêtise, à ceux et celles qui pondent des tribunes du haut de leur hypocrisie, alors que même l’Espagne, le pays dans lequel est née cette pratique l’a abolie, en agitant la tradition et les profits générés par cette boucherie, rappelons que nous ne pouvons tolérer que soit perpétrée ainsi cette pratique dédiée à la souffrance, la torture, l’horreur, indignes d’une société évoluée. Quand l’humain est capable de soutenir et de faire subir de tels traitements à d’autres êtres, ne nous étonnons plus de l’horreur qui traverse ce monde. 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans ce monde qui piétine la vie.  

Que penseront les archéologues du futur, s’il en reste ou s’ils viennent d’ailleurs, lorsqu’ils plongeront dans les océans pour fouiller et étudier ce qui restera de notre civilisation. Que penseront les humains du futur quand des ruines de Charm-el-Cheikh engloutie depuis longtemps, ils retrouveront des traces des annonces de la COP27 qui s’est tenue en novembre de l’année 2022 ? Que pourront-ils se dire d’autre que, comment ces humains irresponsables on-ils pu ainsi ignorer la catastrophe qui les menaçait, après tous ces signaux d’alerte, ces destructions qui traversèrent cette année 2022 ? Les restes contenus dans les médias retrouvés parlaient de cette année d’incendies dévastateurs, d’inondations meurtrières, de canicule interminable, de pluies torrentielles et de tous ces points de bascule franchis. Comment ces archéologues du futur pourront-ils comprendre cette lenteur suicidaire, les décisions imbéciles, et surtout ce refus obstiné de faire baisser le plus vite possible les émissions de gaz à effet de serre, et donc les énergies fossiles qui en sont la source principale ? 
Un de ces archéologues du futur vérifiera alors l’emplacement exact supposé de cette COP27 sur de vieilles carte. Cette COP27 s’était tenue quelque part maintenant sous la Mer Rouge, et, avec stupeur, il prendra conscience que ces humains de 2022 faisaient leurs réunions pour le climat chez les producteurs de pétrole, en les sponsorisant par les plus gros pollueurs de la planète. Ces archéologues du futur remonteront dans leur vaisseau et quitteront alors désabusés et tristes ce monde en convalescence de cette maladie que fut la folie de l’humanité.
Pourtant, depuis le début des années 70, nous comprenons les mécanismes du réchauffement climatique. Dès 1979, les principaux aspects du problème étaient déjà tranchés sans débat possible, et pour les spécialistes, ce n’était plus le phénomène qui interrogeait, mais l’affinage des conséquences prévisibles de tout cela. Même si, aux alentours des 2020, encore une majorité des humains ignoraient cela, ou s’en fichaient, nous savions depuis longtemps que plus il y a de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, plus la planète est chaude. Or année après années, en brulant du charbon, du pétrole et du gaz, les êtres humains ont déversé des quantités de plus en plus obscènes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Et une obscénité en a chassé une autre, jusqu’à cette coupe de monde de foot, ce déballage de ce que le capitalisme consommateur d’énergies fossiles peut faire. Cette COP27 où le pays hôte, l’Egypte, a manipulé les propositions et le calendrier pour sauvegarder les intérêts économiques et polluants des 22 pays producteurs de pétrole, en particulier leur leader, l’Arabie Saoudite. Dans ce déballage d’obscénités, nous nous souviendrons du représentant Saoudien qui a expliqué sans frémir que la convention devait « discuter des émissions, mais pas des sources des émissions ». En fait, cette COP27 ne fut d’ailleurs qu’une répétition générale de ce désastre parce que la prochaine Convention pour le Climat, COP28, se déroula en novembre 2023 à Dubaï aux Émirats arabes unis. 
Obscénité encore ! Même le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, prit la parole pour dire désabusé que « Le monde ne nous remerciera pas » !
Rappelons quand même quelques points. 
Le monde a connu un réchauffement d’environ 1,5°C depuis la révolution industrielle. Dans ces temps, et surtout dans les dernières décennies, alors que nous savions tout, les déprédations de l’industrie des combustibles fossiles ont été terribles. Entre 2000 et 2016, l’industrie a dépensé plus de 2 milliards de dollars, soit dix fois plus que les frais engagés par l’ensemble des associations écologistes, pour contrecarrer les projets de lois liés au changement climatique. Les subventions des états à ces industries s’élevaient à 6000 milliards de dollars. 
Pourtant il y eut des initiatives. 
La Conférence des Parties (COP) est née à la suite du Sommet de la Terre de Rio de 1992 qui a donné naissance à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Depuis 1995, les pays signataires de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (la CCNUCC) se réunissent annuellement. Ces réunions ont pour but de vérifier la bonne application des objectifs de la CCNUCC. Ainsi, la première COP a eu lieu en Allemagne en 1995. Durant cette réunion, les 196 pays signataires de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ont mis en place des objectifs quantifiés de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La CCNUCC reprend les principes de la déclaration du Sommet de Rio ainsi que ceux de l’Agenda 21. Ces deux textes formulent des recommandations concernant le développement durable, la pollution, la santé, la pauvreté ou la gestion des déchets. Elle reconnait également l’existence d’un changement climatique lié aux activités humaines et engage les pays industrialisés à prendre leurs responsabilités face à ce phénomène et à agir en faveur de la protection de l’environnement.
C’est en 1997, lors de la 3ème COP, que le Protocole de Kyoto a été signé. Il avait pour but de réduire de 5% les émissions de Gaz à Effet de Serre entre 2008 et 2012. La COP de Copenhague en 2009 avait pour but d’organiser l’après-Kyoto, mais aucun accord n’a été trouvé. En 2011, la Conférence de Durban avait pour objectif de reprendre les négociations à zéro pour trouver un accord lors de la COP 21 de Paris. Durant ce sommet, le Groupe de travail sur la plateforme de Durban pour une action renforcée a été créé dans le but de préparer la Conférence des Parties de 2015.
En 2015, c’est la France qui fut l’hôte de la COP21. Elle fut un enjeu crucial parce que, durant 2 semaines, du 30 novembre au 15 décembre 2015, il y avait comme objectif de réussir à amener tous les participants les 196 pays signataires à trouver un accord en faveur du développement durable et de la sauvegarde de l’environnement. Idéalement, à l’issu de cette conférence, il fallait trouver un accord international sur le climat pour contenir le réchauffement climatique sous la barre des + 2° Celsius d’ici la fin du XXIème siècle.
Or, ce traité non contraignant et inapplicable, signé en 2016, lors du jour de la Terre, fut obsolète puisque de nombreuses études ont montré que nous avions très peu de chances d’y parvenir. La COP27 ne fit qu’augmenter les risques. 
2°C sera déjà « la certitude d’un désastre à long terme » même ces 2°C sont le scénario optimiste. 3°C serait la fin des glaces et glaciers, l’évaluation de la plupart des villes côtières, la famine à grande échelle. 4°C serait la sécheresse permanente pour l’Europe, des régions immenses de la Chine, de l’Inde, du Bangladesh, transformées en déserts inhabitables, les iles du Pacifique engloutis, un fleuve comme le Colorado réduit à un filet d’eau. Avec 5°C, certains envisagent même le scénario de la disparition de l’espèce humaine sous l’action de sa propre inaction. 
Comme toujours ces scénario sont décriés voire pour les fortes augmentations considérés comme extravagants, parce qu’évidemment, nous saurons réagir avant, l’humanité s’en est toujours sortie… 
Sauf que nous avons laissé passer cette occasion. Entre 1979 et 1989, les grandes puissances mondiales n’étaient qu’à quelques signatures d’instaurer un cadre juridique contraignant pour imposer une réduction des émissions carbone. A cette époque, les obstacles sur lesquels nous rejetions la responsabilité de notre inaction – l’apathie, l’ignorance, le confort d’une minorité d’entre nous, la corruption des multinationales, les machinations ourdies par les lobbyistes au service de ces mêmes industries – n’étaient pas encore apparus. Nous avions les moyens, mais non. Rappelons qu’il y avait 636 lobbyistes à la COP27, plus nombreux que les organisations écologistes qui luttent contre le réchauffement et la destruction de la planète et ces 636 lobbyistes ont bien fait leur job puisque cette COP27 se termine sans une seule mention de la baisse nécessaire de la production de gaz ou de pétrole. 
Alors que trouveront d’autres nos archéologues du futur ? Ils trouveront dans les archives qu’ils exhumeront que, depuis 1989, il y a eu plus de carbone relâché dans l’atmosphère qu’au cours de toute l’histoire humaine, que la Terre, au moment de la COP27 sponsorisée par les industries les plus polluantes, était aussi chaude qu’elle l’était avant la dernière période glaciaire, il y a 115000 ans, le niveau des océans étaient alors plus haut de 6 mètres. Ils verront que, et nous le savions, qu’en 1990, l’humanité émettait 20 milliards de tonnes de CO2 et qu’en 2022, on prévoyait 40,6 milliards de tonnes d’équivalent CO2 sans parler des émissions de méthane. Et effarés, ils apprendront que si toute l’humanité vivait comme un Qatari, ce pays qui organisa grâce à un système corrompu cette coupe du monde de 2022, il faudrait 9 planètes pour supporter toute cette empreinte carbone.
Ce qui est terrible c’est qu’il semble que la seule alternative qu’il reste ne se trouve que dans l’attente de souffrances encore plus insupportables, que la réalité des destructions envahissent le quotidien des pays riches, afin qu’enfin, peut-être, nous agissions ?
« Si le monde devait crever demain, je planterais un arbre aujourd’hui ». 
Ces mots furent ceux de Donella Meadows qui faisait partie des quatre, avec Dennis Meadows, Bill Behrens et Jorgen Randers, qui ont écrit en 1972 le rapport Meadows intitulé « Les Limites à la Croissance ». Cette étude prospective avait annoncé avec force détails, et sans se tromper, la fin des festivité pour l’humanité. Soit le monde développé réduisait rapidement son empreinte carbone, soit la nature se chargerait de rappeler l’humanité à sa condition. Donella est morte en 2000. Voyant que que rien ne se passait, que rien n’avait été fait pour ralentir la machine prédatrice, elle avait repris la plume avec ses compères et le livre avait changé de titre pour devenir « Beyond the limits (Au delà des limites) ». Là, y furent rajoutés cinq outils indispensables selon eux pour la transition vers la révolution de la durabilité. Pour cela, il fallait promouvoir l’inspiration, l’honnêteté, le travail en réseau, l’apprentissage et l’amour avec un message-clé de ne pas « oublier qu’il existe deux façons de toucher au bonheur. La première est d’obtenir plus – c’est celle après laquelle notre civilisation a couru à perdre haleine – et la seconde, de vouloir moins ». 
N’oublions pas surtout que l’humanité n’est pas confrontée à un avenir prédéterminé mais à un choix. Le choix entre un modèle qui a démontré concrètement les désastres auxquels il mène, un modèle d’un monde sans limites, et un modèle qui intègre le fait que ces limites existent bel et bien, qu’elles sont très proches d’être atteintes, voire partiellement franchies, et qu’il nous faut agir vite et réagir. Qu’il y a de l’argent, de l’énergie, des volontés qui peuvent s’unir pour que l’espoir de la vertu humaine permettent d’enclencher une révolution planifiée de l’empreinte écologique de l’humanité, une révolution de la durabilité vers un monde meilleur pour l’immense majorité d’entre nous et le vivant dans son ensemble. L’anthropologie nous donne à voir des peuples contemporains qui nous offrent d’autres choix collectifs possibles. Ne seraient-ils pas aussi des tremplins pour imaginer d’autres futurs possibles ? 
Dennis Meadows tenta d’aller encore plus loin en parlant de ce « Great Leap », ce Grand Bond, qui permettrait une mobilisation sans précédent des ressources pour activer les cinq leviers sociétaux indispensables à ce changement de modèle que sont l’éradication de la pauvreté, l’éradication des inégalités, l’autonomie des femmes, une alimentation mondiale plus végétale et toujours la décarbonation rapide de l’énergie. Ce changement de modèle passerait évidemment par des aides massives. A l’opposé de l’indigence et l’obscénité de la COP 27, le FMI devrait injecter massivement des aides s’élevant à 1000 milliards de dollars par an dans les nations les plus pauvres. Les pays riches quant à eux annuleraient la dette des pays les plus pauvres et accorderaient à leurs citoyens un « dividende de base universel ». Parce qu’il faut avoir le courage de regarder en face la façon dont les générations précédentes des pays qui se sont appropriés le monde, ont vécu, avec une industrie agroalimentaire qui pollue et détruit massivement, une industrie chimique qui pollue et qui empoisonne tout le vivant, une industrie minière qui pollue et qui scarifie pour des générations la Terre, dans une atmosphère gorgée des émissions de gaz à effet de serre à en crever, un monde d’air pollué, d’eau polluée dans lequel, face à toutes ces prédations et destructions, il ne nous reste plus qu’à crier que « nous tous voulons vivre mieux que ça » ! 
Nous sommes fragiles. Sachons-le. Constatons-le. Survivons-y. Ayons cette force-là. 
Tenir à la vie. Tenir à la justice. Tenir à la beauté. Tenir à la liberté.
D’elles toutes nous viendra le reste.
Dans le monde entier, il faut que la force des fragiles se fasse entendre.
« Nous ne sommes rien, soyons tout »
Une formule trop oubliée. Ensevelie sous les rires des vainqueurs.
Elle reviendra. Revient-elle déjà sans qu’on l’ait en tête.
Les révoltes sont plus logiques que jamais.
Elles ne sont pas muettes.
Elles retrouvent la parole.
Et dans mille langues 
Marteler que la créativité seule peut conjurer nos ruines.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec Gramsci qui nous rappelle dans ses écrits politiques que « les destinées d’une époque sont manipulées au gré des visions limitées, des objectifs immédiats, des ambitions et des passions personnelles de petits groupes agissants, et la masse des hommes l’ignore, ne s’en préoccupe pas. Mais les événements qui ont mûri finissent par éclater et il semble alors que ce soit la fatalité qui emporte tout et tous qu’on l’ait voulu ou non. Certains pleurnichent pitoyablement, d’autre jurent grossièrement, mais personne ne se demande: si j’avais fait mon devoir, est-ce que cela ce serait passé ainsi ? » 

Sources et inspirations
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/en-toute-subjectivite/en-toute-subjectivite-du-lundi-21-novembre-2022-3785566
https://youtu.be/ZyUSQdLRL9g 
https://basta.media/Philippe-Descola-Une-petite-partie-de-l-humanite-par-sa-gloutonnerie-remet-en-cause-la-possibilite-d-habiter-sur-Terre
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/en-toute-subjectivite/en-toute-subjectivite-du-mercredi-09-novembre-2022-7010431
https://www.arte.tv/fr/videos/094503-000-A/le-systeme-total-anatomie-d-une-multinationale-de-l-energie/
https://www.ladn.eu/ladn-transition/notre-croissance-repose-sur-lextraction-des-metaux-mais-cela-ne-pourra-pas-durer/
https://reporterre.net/Dennis-Meadows-Il-y-a-deux-manieres-d-etre-heureux-avoir-plus-ou-vouloir-moins
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/cop27-les-cinq-principales-annonces-a-retenir-151190.html
https://www.liberation.fr/environnement/climat/six-graphiques-pour-comprendre-lurgence-climatique-et-la-responsabilite-des-pays-du-nord-20221120_PA5WE4DMUJDUZIZOX7B2DPZ7TI/
https://www.arte.tv/fr/videos/106690-000-A/soleil-vert-et-alerte-rouge-quand-hollywood-sonnait-l-alarme/
Perdre la Terre. Nathaniel Rich 
Les limites de la croissance (dans un monde fini). Dennis Meadows, Donella Meadows & Jorgen Randers
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.6-22112022-17.12/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2022, November 24). Nowakowskismes 7.6. La créativité seule peut conjurer nos ruines. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search