Nowakowskismes 7.3. How small a thought it takes to fill a whole life!

Vendredi 7 octobre, quatre arrêtés ministériels autorisent à nouveau les formes traditionnelles de chasse aux alouettes des champs, dans les départements de la Gironde, des Landes, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques jusqu’au 20 novembre. Ces techniques supposent de piéger les oiseaux à l’aide de cages tombantes (les matoles) ou de filets horizontaux (les pantes). Encore un cadeau inacceptable fait aux chasseurs par le gouvernement, alors que l’alouette a perdu plus de la moitié de ses effectifs européens depuis 1980 et près du quart de sa population française au cours des vingt dernières années. Cette autorisation gouvernementale contrevient à la réglementation européenne, notamment la directive oiseaux de 2009, qui interdit la capture massive d’oiseaux sauvages (sauf dérogation).
On continue ? 
Lions, buffles, impalas, girafes… Toutes ces espèces cohabitent au sein des aires protégées du Burigi-Biharamulo, en Tanzanie. Or, TotalÉnergies prévoit de faire passer, dans cette région riche en biodiversité, le projet East African Crude Oil Pipeline (EACOP), l’oléoduc chauffé le plus long du monde. Long de 1443 kilomètres à travers l’Ouganda et la Tanzanie, partant de deux zones d’exploitation pétrolière au niveau du lac Albert, en Ouganda, il débouchera dans l’océan Indien, en Tanzanie.
En Tanzanie, EACOP traversera trente-cinq cours d’eau, ainsi que le bassin du lac Victoria sur près de 400 kilomètres. Le Lac Victoria est le deuxième plus grand lac d’eau douce au monde et constitue l’une des principales sources du Nil. On estime que près de 40 millions de personnes en dépendent. EACOP traversera également la vallée du Grand Rift, une région à forte activité sismique qui s’étend sur plusieurs pays d’Afrique de l’Est. 
En matière de pollution, n’oublions pas que le nettoyage de cet oléoduc chauffé, je le rappelle, risque de générer des déchets dangereux contenant notamment du benzène, une substance cancérigène pour les humains.
Les risques de fuites et de pollution concernent plus particulièrement une zone jusqu’ici moins documentée : celle du port de Tanga. C’est là, le long de la côte tanzanienne, face à l’océan Indien, qu’un terminal géant de stockage ainsi qu’une jetée de chargement doivent être construits pour permettre au pétrole d’être envoyé dans le monde entier. Le volume estimé ? Jusqu’à 1 million de tonnes de pétrole par vingt-quatre heures transiteront par ce terminal. Rappelons juste que non loin du port de Tanga se trouvent plusieurs aires marines protégées, dont​​ le parc marin des Cœlacanthe Tanga, la réserve de Pemba-Shimoni-Kisite et l’île de Pemba, dans l’archipel de Zanzibar. 
Sur le champ des droits humains, on retrouve toute la panoplie de leur négation, sous-évaluation des terres compensées, formulaires signés sous la contrainte, manque d’informations, délais de versement plus longs que prévu accompagnés de restrictions dans l’usage des terres… avec un plus en Tanzanie, aucune ONG ni aucun journaliste ne peut enquêter officiellement sur le terrain. 
Côté français, le 12 octobre, TotalÉnergies était sur les bancs du tribunal judiciaire de Paris, face à six ONG. C’est le premier procès sur le fond d’EACOP, certainement le premier pas dans le combat contre ce projet débile, écocidaire et néocolonial, et tous les autres, qui comme toujours auront des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique.

Ce soir les Nowakowskismes, jettent un oeil sur l’extérieur. Parce que selon une étude récente du Manhattan College à New York, alors que 71 % des mères jouaient dehors chaque jour quand elles étaient petites, seuls 26% de leurs propres enfants en font autant. On y voit une société dans laquelle nous sommes en train de créer une génération voire une civilisation du «cocon». Une civilisation qui fait de l’extérieur un espace privilégié des virus, de l’insécurité, du froid, du danger, un extérieur qui perdrait de plus en plus sa valeur exploratoire, son potentiel d’aventure et de découvertes, sa promesse d’émancipation et de liberté.
Alors comment faire naître une génération qui protègera la planète si celle-ci est déconnectée de la nature ? Une autre étude récemment publiée par l’Université de Hong Kong et l’Université d’Auckland en Nouvelle-Zélande a démontré que les enfants qui entretenaient un lien plus étroit avec le vivant étaient moins anxieux, moins hyperactifs et présentaient un comportement prosocial.
Alors avec Alexandre Dumas voici quelques recommandations claires rappelant que « les enfants devraient vivre au grand air, face à face avec la nature qui fortifie le corps, qui poétise l’âme et éveille en elle une curiosité plus précieuse pour l’éducation que toutes les grammaires du monde. » 
Alors ce soir et comme tous les soirs, avec les Nowakowskismes, ouvrons grand les portes et les fenêtres sur le grand dehors et habitons-le et surtout ne le laissons pas à ceux qui le détruisent. 

« La porte du feu nucléaire est ouverte depuis le 24 février 2022 en Europe et à ce jour, elle n’a pas été refermée ». 
Quelques mots qui traversent des temps et des événements que jamais nous aurions pensé vivre ou revivre. Un dictateur bouffi et microgénitomorphe clame du haut de son insignifiance qu’il ne bluffe pas et qu’il peut décider de balancer sur le monde ses grosses ogives nucléaires, reflets destructeurs et débiles du minable impuissant qu’il est. 
Ainsi, lorsque survient une guerre industrielle, totale et à caractère génocidaire comme celle qui se déroule en ce moment sur le sol ukrainien et menace de déborder le cadre dans lequel les médias s’évertuent à l’enfermer quotidiennement, il faut rester vigilant et ne jamais détourner le regard de ces champs de bataille où des dizaines de milliers de cadavres sont en train de se décomposer, où les témoignages des exactions de l’armée russe affluent et grossissent le flot des horreurs de ce monde. On peut aussi se demander par quels enchaînements de faits, par quelles compromissions économiques et politiques, par quels glissements progressifs de la défense des intérêts des uns et des autres, cette guerre d’agression débutée en 2014, s’est ainsi aggravée et vient rajouter une couche de désespoir, de misères, de privations, de peurs, de dégradation de la planète, … dans ce monde qui n’en manque pas.
Tenter de rendre compte au moins partiellement de cela entraîne une nécessité, celle de porter un regard rétrospectif sur ce qui s’est passé durant ces trois dernières décennies. Il y a certainement un réel et inédit danger d’emploi des armes nucléaires dans la guerre en cours dont les dimensions sont contemporaines du fait que le monde est en train de changer, profondément. Il y a certainement un réel danger d’oublier l’histoire permettant ainsi le retours des âges nauséabonds de son histoire par la propagation de la peste brune et fasciste partout en Europe jusqu’à la nostalgie des régimes autoritaires et liberticides. Ce monde de début de XXIè siècle est même en plein bouleversement, ce qui, toute analogie simpliste mise à part, fait bien sûr penser aux débuts du XXe siècle que beaucoup ont très certainement oubliés. En effet, c’est bien d’une reconfiguration des rapports de forces entre impérialismes et de ses conséquences civilisationnelles dont il s’agit, de montée des nationalistes et du repli sur des valeurs fantasmées de l’identité, ce qui nous conduit à voir se multiplier tous ces multiples états d’exception (climatique, écologique, sanitaire, économique, sécuritaire…) combinés à de multiples formes de « totalitarisme démocratique » et de retours du nauséabond. Juste quelques exemples. En France, le parti créé il y a 50 ans par un waffen SS, Pierre Bousquet, et JM Le Pen, a investi l’assemblée nationale. En Italie, une fasciste déclarée, Georgia Meloni, affichant clairement son admiration pour Mussolini, prônant une société rétrograde, prend la tête du gouvernement. A cent ans de distance de la Marche sur Rome de Mussolini et consorts, son parti, fondé en 2012, est l’héritier du Mouvement social italien (MSI), parti néofasciste créé après la Seconde Guerre mondiale. D’ailleurs l’emblème de la flamme tricolore vert-blanc-rouge strictement identique est identique à celui de l’ancien Front national. Georgia Meloni s’allie ainsi en Europe avec le parti d’extrême droite espagnol Vox et le polonais Droit et Justice. 
De son côté, Poutine a mené huit guerres entre la fin de 1999 et 2022. Il intègre l’administration présidentielle en mars 1997, juste après la première guerre contre la Tchétchénie. Pendant la période où il est chef du FSB, de juillet 1998 à décembre 1999, se produisent les cinq attentats qui serviront de prétexte au déclenchement de la seconde guerre tchétchène afin de « laver l’affront » de la défaite précédente. Il devient président de la Russie fin 1999, pendant le siège de Grozny. Les combats dévastèrent la capitale tchétchène au point qu’en 2003, les Nations unies la qualifièrent de « ville la plus détruite sur Terre ». En 2008, Poutine mène une guerre éclair contre la Géorgie. En 2014, le Donbass et la Crimée sont envahis, causant la mort de 18000 personnes en huit années. L’invasion du Donbass et l’annexion de la Crimée en 2014 furent un « coup de poker » minutieusement mis au point par le clan Poutine. Cette blitzkrieg fut d’autant plus facile à réaliser que les Européens ont détourné les yeux et se sont bouchés les oreilles afin de « protéger » leurs intérêts et les gigantesques investissements réalisés en Russie. Ils ont ainsi continué à justifier leur attentisme et leurs compromissions qui nous a menés à cette dépendance mortifère aux énergies fossiles russes par le truchement de ce dogme vieux de deux siècles : « continuons à faire du commerce avec les russes, ils progresseront vers notre modèle libéral [et pour compléter, surtout continuons à nous enrichir le plus rapidement possible, peu importe les conséquences sur la planète et le vivant, peu importe l’avenir] ». 
Donc, continuons cette histoire. À partir du 30 septembre 2015, l’État russe commence à se déployer militairement en Syrie,  afin de soutenir Bachar Al Assad, et participe alors à tous les massacres de la population, à l’usage d’armes chimiques, et ce, pour servir ses propres intérêts au Moyen-Orient, le tout dans un silence assourdissant de lâcheté de nos pays. En 2016, après Grozny et avant Marioupol et les autres villes d’Ukraine, Alep est réduite à un champ de ruines. En septembre 2020, une intervention de « maintien de la paix » dans le Haut-Karabakh a lieu et, en janvier 2022, l’armée russe intervient au Kazakhstan, et puis arrive le 24 février 2022.
Depuis, se succèdent les menaces, les rodomontades, dans lesquelles cet être malfaisant réaffirme que son pays dispose de « moyens de destruction divers » et qu’il n’hésitera pas à les utiliser si « l’intégrité territoriale » de « son » pays était menacée. Depuis, se succèdent les bombardements d’universités, de théâtres, d’hôpitaux, d’immeubles d’habitation et les meurtres des populations civiles. Parce qu’incapables de battre l’armée ukrainienne, essuyant revers sur revers, agitant en permanence le chiffon rouge de l’arme nucléaires, tous ces êtres malfaisants  veulent comme toujours et comme ils en ont l’habitude, terroriser la population civile, par cette menace permanente – encore ces dernières heures de nouveaux bombardements sur Kiev – les exactions, les viols, les meurtres, les tortures. En fait, Poutine, les lâches et les vendus comme Loukachenko, ses sbires et les militaires et les policiers qui le servent ne sont rien d’autre que des terroristes.
Vers quel avenir nous dirigeons-nous ? 
Difficile à dire. Soutenons de toutes nos forces le courage de ceux et celles qui s’opposent à ce régime. Soutenons des combattantes comme Lubov Sobol, courageuse, ferme et digne combattante luttant contre Poutine, son régime et ses sbires. Soutenons tous ces hackers de l’Ukrainian IT Army qui crient à visage découvert leur mépris à la face de Poutine et qui mettent hors d’état de fonctionner nombre des installations stratégiques russes. 
Enfin, et pour revenir sur un point de vue plus restreint lié aux aspects socio-économiques, et ce, malgré une lutte acharnée qui s’approfondit entre capital étatsunien et capital chinois mais pas que, on peut supposer que la dégénérescence de cette situation en un conflit armé ne devrait survenir que lorsque les protagonistes se sentiront suffisamment forts pour l’engager ou inexorablement conduits à cette décision pour s’imposer. En ce début de XXIe siècle, la nouveauté par rapport aux guerres civilisationnelles des siècles passés, l’enjeu est de taille, c’est qu’aujourd’hui, la survie même de l’espèce humaine et du vivant qui est en jeu.
En ce mois de septembre 2022, je ne peux pas terminer ses Nowakowskismes sans rappeler le désastre humain et écologique de cette coupe du monde de football organisée au Qatar. Plus de 7000 travailleurs – et c’est une limite basse – ont trouvé la mort dans le système esclavagiste mis en place par ce pays pour construire les 8 stades et les infrastructures nécessaires à la compétition. A cela s’ajoutent la débauche énergétique pour climatiser ces stades et acheminer par des rotations permanentes d’avions les spectateurs de ces jeux du cirque moderne. Alors, il est encore temps chers footballeurs, n’y allez pas, refusez cela, ne venez pas jouer au ballon sur les corps de ces malheureux, et vous représentants de pays engagés n’y allez pas sinon vous ne ferez que légitimer un tel système  … et vous spectateurs, ne regardez pas les matches, ce serait là aussi un vrai courage et un vrai engagement de votre part. Et si quelques équipes se déplaçaient malgré tout, quel piteux spectacle aurions-nous là ? Quelques équipes, aucun officiel, pas de spectateurs derrière les écrans, ça serait un signe fort de la part de la communauté sportive et citoyenne. Coupe du monde au Qatar, Jeux d’hiver en Arabie Saoudite… Ces événements délirants doivent cesser. Les grands rendez-vous sportifs doivent prendre en compte l’urgence écologique et arrêter de faire comme si le réchauffement climatique n’existait pas !
Je ne pourrai pas non plus conclure ces Nowakowskismes sans crier haut et fort le FEMMES, VIE, LIBERTÉ pour ne pas oublier toutes ces femmes, toute la jeunesse iranienne qui se lève contre ce régime abruti et assassin des mollahs et ainsi faire modestement pression pour que nos gouvernants prennent des mesures ciblant les responsables de ce régime.
Pour finir ce coup-ci, quelques mots sur nos ciels nocturnes privés de l’explosion des lumières naturelles, des scintillements de la voute céleste, du rêves d’autres mondes, pour nous donner pour seules nuits, un décor abimé de paradis perdu empli de mélancolie intersidérale. En quels endroits du monde peut-on encore discerner les profondeurs du ciel ? Dans les plaines du Montana, au Canada loin au nord, au coeur de la Sibérie, du Sahara….certainement pas ici. N’est-ce pas le moment pour ré-interroger notre boulimie d’électricité, afin de peut-être espérer revoir un jour ou plutôt une nuit, après le tumulte et les tourments incessants des villes modernes, le rythme immémorial et enchanteur de la nature. 
Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, avec Fernando Pessoa, ces quelques derniers mots extraits du Livre de l’intranquillité, « Chacun de nous a son propre alcool. Je trouve assez d’alcool dans le fait d’exister. Ivre de me sentir, j’erre et marche bien droit. Si c’est l’heure, je reviens à mon bureau, comme tout le monde. Si ce n’est pas l’heure encore, je vais jusqu’au fleuve pour regarder le fleuve, comme tout le monde. Je suis pareil. Et derrière tout cela, il y a mon ciel, où je me constelle en cachette et où je possède mon infini ».

On se laisse aller avec Steve Reich, la pièce intitulée Proverbs. Dans ce morceau, Steve Reich cherche à aborder les problèmes philosophiques à travers notre usage de la langue ordinaire, et s’inspire de cette petite phrase de Wittgenstein, « Comment une petite pensée peut cependant remplir toute une vie ». 

Sources et inspirations
https://reporterre.net/Le-gouvernement-autorise-la-chasse-aux-alouettes
https://reporterre.net/En-Afrique-de-l-Est-TotalEnergie-prepare-l-oleoduc-du-desastre
https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/051022/en-tanzanie-totalenergies-prepare-une-bombe-climatique-aux-relents-colonialistes
https://www-mediapart.fr/journal/politique/051022/50-ans-du-fn-rn-l-histoire-secrete-du-waffen-ss-qui-deposa-les-premiers-statuts-du-parti 
https://www.france.tv/france-5/c-politique/
https://www-mediapart.fr/journal/international/021022/qatar-le-mondial-de-trop

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.3-11102022-13.39/ 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2022, October 13). Nowakowskismes 7.3. How small a thought it takes to fill a whole life! Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search