Nowakowskismes 7.2. « Jihad butlérien »

Images générées par Midjourney avec les mots clés
Jihad Butlerien, Dune, Frank Herbert

Je vais au cinéma au moins une fois par semaine. Dans la salle, nous sommes deux, des fois quatre, et très rarement plus de dix. Continuons ainsi et nous verrons disparaître les cinémas, surtout les salles indépendantes. Et là que nous restera-t-il si ce n’est, nos yeux pour pleurer ! 
En effet, malgré la levée des restrictions sanitaires, les lieux culturels n’arrivent pas à retrouver le niveau de fréquentation de 2019. Même si les festivaliers sont revenus avec enthousiasme cet été, en particulier dans les festivals sur-médiatisés, la fréquentation a été beaucoup moins importante, les bilans sont contrastés selon les festivals, et les organisateurs ont dû faire face à des difficultés récurrentes avec le manque de main-d’œuvre, la hausse des prix, le stress, les aléas climatiques…. Du côté des cinémas, c’est clairement « un été à oublier » comme le titrent Les Échos. En effet, les salles françaises ont enregistré moins d’entrées qu’à l’été 2021. Une étude Médiamétrie réalisée en juin relève également une désaffection des salles de théâtre. 71 % des personnes interrogées ont indiqué y aller moins depuis leur réouverture. 
Les principaux motifs invoqués sont le changement d’habitudes lié à la pandémie, la surmédiatisation de toutes ces plateformes numériques, le développement des loisirs numériques, les nouvelles pratiques répandues chez les jeunes et les couples avec enfants et la problématique du pouvoir d’achat. Si la place croissante du numérique dans les pratiques culturelles est manifeste en particulier chez les jeunes et depuis les confinements, des études pointent maintenant l’impact du télétravail. 49 % des télétravailleurs estiment qu’il « restreint leurs occasions de fréquenter des lieux culturels ». En fait, la crise sanitaire n’a fait qu’amplifier la tendance de fond de décrochage générationnel, et le « décalage » avec les offres des établissements « moins en phase avec les attentes du public ». 
Aujourd’hui, il est absolument crucial de redonner envie aux spectateurs de retrouver les salles de spectacle notamment en se réinventant dans une société de plus en plus numérisée et individualisée.
Déjà, face à l’envolée des prix et aux contraintes budgétaires, certains lieux pourraient décider de réduire la voilure en raccourcissant la saison culturelle ou en réduisant les jours d’ouverture. Est-il illogique de fermer un musée temporairement les jours creux et, qu’est-ce qu’un jour creux ? Quelles seront les conséquences de la crise énergétique ? Mais surtout, alors que j’écris ces lignes dans une salle vide, en attendant l’extinction des lumières, il est vital de ne pas oublier que la culture est notre arme pour résister contre la standardisation, la consommation compulsive et la lobotomisation par les écrans. 

Alors fermez vos écrans, désabonnez-vous de ces plateformes qui font de vous des consommateurs de produits formatés, vous ferez de grosses économies d’énergie, vous cesserez ainsi de livrer vos données personnelles qui viennent enrichir les programmes informatiques calculant votre surplus comportemental, et allez libres et en chair et en os au cinéma, au théâtre, aux concerts, tous ces lieux et toutes ces manifestations qui nous réunissent entre humains !

Ce soir avec les Nowakowskismes, déchaînons la culture, tissons le patchwork, multiplions les opportunités des correspondances, faisons ensemble une œuvre d’art et recréons une contre-culture pour faire naître un formidable courant d’air frais dans les sociétés qui étouffent.
Ce soir avec les Nowakowskismes, nous tentons de faire sentir ce besoin, cette nécessité de faire œuvre commune, de nous surpasser pour affronter les difficultés, de chercher d’autres voies, dans une période si critique, si désespérante
Parce que les Nowakowskismes sont libres de dire ce qu’ils aiment ou détestent, sans considération obséquieuse pour ce qui a du succès, ou les goûts consensuels du moment savamment formatés par la société du spectacle et de la communication.
Ce soir, faisons, avec les Nowakowskismes, un bon début à cette aventure en portant un regard critique sur cette techno-société et toutes ses dérives pour rejoindre le jihab butlérien de Frank Herbert.

Que nous soyons urbains ou ruraux, jeunes ou moins jeunes, militants de longue date, rompus aux luttes écologiques ou politiques, ou néomilitants, nous sommes nombreux à être touchés par ce que l’on qualifie encore de « progrès ». En fait, une forme de « technocritique pragmatique » semble émerger, actant une démocratisation de la critique des technologies. La technocritique, terme forgé par l’ingénieur Jean-Pierre Dupuy en 1975, atteste d’une longue histoire, faite d’errances, de moments d’ouverture et de fermeture des controverses techniciennes. Or, ces deux dernières décennies écoulées ont résonné comme un moment de sidération face à l’ampleur des transformations qui traversent ces temps, et l’intensité et le côté indiscutable du discours technophile. 
Nous vivons une accélération sans précédent de l’informatisation du monde qu’il n’est pas convenable de remettre en cause. Le premier iPhone a été commercialisé en 2007. Il se vend aujourd’hui 1,35 milliard de smartphones par an, ce qui donne un parc mondial s’élèvant à plus de 10 milliards d’unités. Nous sommes dans le smart à tous les étages, smart city, smart agriculture, EdTech, CivicTech, voitures autonomes, smart … parce que tout a vocation à être numérisé, parce que tel serait le sens, incontestable, indiscutable de l’Histoire avec un grand H, la « grande marche vers le progrès » porté par la vague du solutionnisme technologique qui emporte tout sur son passage. Dans ce monde, tout problème doit ainsi trouver sa solution technologique, face à l’abîme et au désastre, il n’est d’autre salut que l’innovation.
Malgré cela, quelque chose est peut-être en train de changer. Nous sommes de plus en plus nombreux à découvrir le vrai visage de la numérisation intégrale du monde. Nous sommes nombreux à voir naître des mouvements technocritiques amplifiés par l’urgence de la crise environnementale. Le mirage des « technologies vertes » et les fausses promesses avancées par les promoteurs des nouvelles technologies ont révélé les illusions et les mensonges qu’ils véhiculent. Nous savons que la dimension numérique du monde représente déjà plus de 4% des émissions de gaz à effet de serre mondial, un chiffre qui double tous les huit ans et va exploser dans les prochaines années. La dimension numérique du monde, contrairement au discours longtemps martelé sur sa « dématérialisation », démultiplie les infrastructures matérielles indispensables à son déploiement partout et toujours plus, des multiples terminaux, smartphones, tablettes, ordinateurs, objets connectés en tout genre aux câbles qui traversent les océans, des satellites envoyés en grappes en orbite basse de notre planète aux data centers qui se multiplient en périphérie des villes et bétonnent les campagnes détruisant des espaces vivants partout dans le monde. À cela s’ajoutent les cinquante-cinq métaux différents nécessaires à la fabrication des smartphones qui nous conduisent à nous heurter à court terme à ce qu’on appelle une « barrière minérale ». Tout cela sans parler des quantités astronomiques d’eau indispensables à cette industrie. Rappelons juste que 30 litres d’eau sont nécessaires pour fabriquer une puce de 2 grammes, soit 16000 fois le poids du produit fini, que 26000 litres d’eau sont utilisés pour fabriquer une télévision de 47 pouces, ce qui représente environ 3 000 packs d’eau minérale ! 
Le progrès technique permet de rendre les technologies plus « efficaces », mais ce qu’on appelle l’effet rebond ou paradoxe de Jevons incite à leur plus grande utilisation, et donc à une plus grande consommation encore d’énergie et de ressources. Et bien sûr, n’oublions jamais que les modes d’assemblage ou de recyclage de l’informatique qui nous amènent à parler des « libertés numériques » des 3,5 milliards d’utilisateurs d’internet reposent sur une main-d’œuvre, hommes, femmes et enfants, soumise à des conditions de travail proches de l’esclavage.
Ce constat infuse aujourd’hui les luttes écologistes et de nombreux mouvements sociaux. Dans ce monde où nous passons devant nos écrans un tiers de notre temps éveillé, une prise de conscience se diffuse. Emerge la conscience que la technologie n’est pas neutre, que le numérique n’est pas un simple outil de plus, qu’il oriente nos usages et détermine notre façon de vivre. En fait, cette numérisation généralisée est un changement de civilisation, un véritable bouleversement anthropologique.
La diffusion de ces idées, les conséquence des franchissements des seuils et la réalité toujours plus visible de la crise écologique mondiale font, entre autres, que 42% des Français ne souhaitent pas voir se déployer la 5G, que 77% souhaitent être davantage impliqués dans les choix technologiques, que plus d’un français sur deux se dit inquiet face aux nouvelles technologies. En fait, émerge une conscience de la nécessité de sobriété et de défense du lien social, du contact humain, de la préservation du vivant vers une reprise du contrôle de l’existence dont la plupart d’entre nous se sent dépossédée, afin de penser des alternatives à cette société qui a vidé de sens les métiers, la vie. Ainsi, par la critique et le rejet de la 5G ou des compteurs Linky, nous pouvons élaborer une réflexion critique sur la 5G et son monde.
Alors, discutez, associez les amis, les voisins, les élus, les collègues pour élaborer une autre vision du monde rejetant la prédation capitaliste de la planète et vivant, le solutionnisme technologique et le culte de la compétitivité, de la croissance et de l’innovation. Si la discussion n’est pas possible, ou confisquée, si on se heurtent encore à des refus ou de l’incompréhension, il ne faut pas hésiter à se tourner vers la justice, se cotiser pour payer un avocat. Il y a des succès nombreux, et il y en aura d’autres. Et si les voies légales ne devaient pas fonctionner ou si les  débats et les arguments ne semblent plus suffire, alors il sera nécessaire de s’attaquer à la cause des maux en démontant les compteurs Linky, en brûlant des antennes 5G, ou en ayant recours à des sabotages plus subtils comme « désarmer » des trottinettes électriques, déserter les réseaux sociaux ou simplement se débarrasser des smartphones. Ainsi, ces techno-luttes peuvent prendre des visages multiples selon l’objet qu’elles visent et le territoire où elles s’inscrivent. Mais, petit à petit, faisons converger les collectifs pour échanger des idées, des expériences et surtout trouver de la force dans le nombre. Juste pour rejoindre le titre choisi pour cet épisode emprunté à Frank Herbert, les mots de Samuel Butler, c’était en 1863, aux temps de Darwin, « qu’arriverait-il si la technologie continuait à progresser plus rapidement que l’évolution des règnes végétal et animal ? Nous remplacerait-elle aux commandes de la Terre ? […] À chaque jour qui passe, nous lui donnons de plus en plus de pouvoir et de moyens d’auto-contrôle […] ».
Alors, parce qu’à l’heure de la crise écologique, de l’épuisement des matières premières et de la détérioration des liens humains, le sens de l’histoire invite aujourd’hui à être résolument et intelligemment technocritique et « de témoigner que nous avons conscience de notre nuit ». D’ailleurs, en 1947, Georges Bernanos déplorait déjà de constater que la civilisation des machines fabrique « des hommes habitués depuis l’enfance à ne désirer que ce que les machines peuvent donner ».

Enfin, il ne m’est pas possible de refermer ces Nowakowskismes sans rappeler, quand l’horreur de la répression en Iran, la folie de ce dictateur bouffi venu de Russie et le vote des italiens pour un parti ouvertement fasciste, qu’ils seront encore et toujours un espace de lutte et de révolte contre tout ce qui viendra s’opposer à la construction d’un monde authentiquement respectueux du vivant et des principes d’une vie authentiquement libre et digne pour tous et toutes.  

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, avec un des poètes de la contre-culture américaine, Richard Brautigan, soufflons ce courant d’air frais qui redonnera vie à cette société qui étouffe. Poetry as an insurgent Art comme le criait un autre poète, Lawrence Ferlinghetti. Voici ces quelques vers : 
« Dépense un sou
Comme si tu dépensais un
Dollar
Et dépense un dollar 
Comme si tu dépensais 
Un aigle blessé et dépense 
Un aigle blessé comme si tu 
Dépensais le ciel lui-même 
Tout entier. » 

Sources et inspirations
https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/cinema-un-ete-a-oublier-pour-les-salles-francaises-1785137#:~:text=Les%20salles%20de%20cinéma%20ont,avait%20fait%20chuter%20la%20fréquentation.
https://www.lemonde.fr/culture/article/2022/07/29/apres-le-covid-19-la-frequentation-des-theatres-juges-trop-chers-est-en-baisse_6136604_3246.html
https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications/Collections-de-synthese/Culture-etudes-2007-2022/Les-sorties-culturelles-des-Francais-apres-deux-annees-de-Covid-19-CE-2022-6#:~:text=Malgré%20ces%20multiples%20freins%2C%20en,cours%20du%20premier%20semestre%202022
https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/affaire-en-cours/bernanos-penseur-de-la-decroissance-9086690
Dune, Frank Herbert 
Techno-luttes – Enquête sur ceux qui résistent à la technologie. Fabien Benoît et Nicolas Celnik. Éditions Seuil/Reporterre, septembre 2022
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.2-28092022-14.23/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2022, September 30). Nowakowskismes 7.2. « Jihad butlérien ». Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftl

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search