Nowakowskismes 7.1. « Murs et bêtise ont ceci de commun qu’ils tuent les perspectives »

Bonsoir à tous et à toutes – c’est avec un immense plaisir que je vous retrouve pour la septième saison des Nowakowskismes sur Radiocampus Lorraine. 
Nous nous sommes quittés en juin dernier après une longue saison 6 et sur un D.S. al Coda, signifiant littéralement « du signe à la queue ». Il nous indique comment répéter la pièce depuis le signe ou « segno », puis continuer à jouer jusqu’à rencontrer le premier symbole de coda. Et nous voilà aujourd’hui passer directement jusqu’à l’endroit où se trouve le second symbole de coda et continuer à jouer la septième saison, des Nowakowskismes. 
Nous nous retrouvons donc en ce 16 septembre, toujours dans des temps incertains et fortement bousculés, dans un monde meurtri comme jamais, mais nous sommes toujours déterminés. 
Une septième saison, avec une musique de lancement que nous devons à Ramstein, le morceau s’intitule Sonne. Que sonne l’horloge de nos vies en ce début d’année universitaire 2022-2023 ? Quelles sont les expériences qui nous attendent ou qui surgiront de l’incertain de ces temps ? Ce qui sûr c’est que ce sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre tout au long de cette septième saison. 
Cette année, les Nowakowskismes seront encore toujours au rendez-vous toutes les deux semaines, mais, cette année, avec trois diffusions, le vendredi à 17h, le samedi à 16h et le dimanche à 18h30, et bien sûr toujours disponible en podcast sur le site de radio campus lorraine et sur mon blog.
Alors êtes-vous prêts pour un premier épisode mosaïque, fruit de mes errances estivales, de ce que j’ai glané durant ces mois d’été ? Alors serez-vous encore plus nombreux cette année à me suivre sur ces chemins de ce monde ? C’est donc parti pour les premiers Nowakowskismes de l’année 2022-2023. 
Tout d’abord une annonce inédite…
Et si ? 
Et si la France n’avait enfin pas honte. Imaginez cela. 
Nous sommes à l’aéroport de Roissy, il est 10h du matin, et le bus officiel de l’équipe de France de football vient d’arriver. Les joueurs doivent rejoindre l’avion spécialement affrété pour eux afin de les amener au Qatar. Et là, le capitaine de l’équipe s’avance vers les caméras pour la traditionnelle allocution avant le grand départ pour le mondial et prend la parole :
« Nous n’irons pas au Qatar. 

… [je vous laisse imaginer le silence après une telle déclaration ! A-t-on bien entendu ? Avions-tous rêvé ? Le monde médiatique en mode suspendu pour des secondes éternelles !]

Non, nous n’irons pas au Qatar. 

En effet, nous aussi et comme beaucoup d’entre vous, nous avons vu les bouleversements  climatiques partout dans le monde cet été. Et, comme beaucoup d’entre vous, nous avons réalisé que nous ne pouvions plus continuer comme si de rien n’était, sans faire notre part. 
Soyons sérieux. Il nous faut tout changer. Soyons sérieux parce qu’il est urgent de faire preuve de dignité et de reconnaître enfin notre échec civilisationnel. Et pour nous aussi, Il est aujourd’hui indispensable de penser un peu hors de l’ordre. EN effet, nous ne sommes plus dans une crainte quant à l’avenir, nous sommes dans un constat quant au passé. Nous ne pouvons plus ignorer que nous avons d’ores et déjà éradiqué plus de la moitié des arbres, des insectes, des poissons d’eau douce, des mammifères sauvages. Nous ne pouvons plus ignorer que que nous laissons d’ores et déjà 700000 êtres humains mourir chaque année de la pollution en Europe. Si, même face à cette évidence, nous ne voyons pas la nécessité d’une refonte drastique de nos modes de vie, de nos loisirs, de nos grands événements internationaux, c’est que nous faisons preuve d’une cécité que nos descendants, s’ils survivent, auront, du mal à pardonner.
Bien sûr cela implique des sacrifices. Pour nous, un des sacrifices aujourd’hui, c’est de ne pas participer à une compétition qui représente le rêve d’une vie. C’est une décision qui aura des répercussions sur nos carrières. Mais franchement, quelle importance quand on sait dans quelle situation d’urgence se trouve l’humanité, le vivant, cette infime goutte bleue perdue dans l’univers lieu de tout ce qui fut et de tout ce qui sera parce qu’il n’y a pas d’autres endroits que la Terre pour vivre ? Mais aussi, quelle importance nos sacrifices quand on connait le prix humain et environnemental de cette coupe du monde ? 
Alors non, nous n’irons pas au Qatar. 
À tous… on veut juste dire : ensemble, réinventons le foot, faisons rêver autrement dans le respect d’une vie digne et authentiquement humaine sur cette planète ! 
Vous allez certainement me dire qu’une telle déclaration est impossible. Je suis évidemment d’accord avec vous mais rappelons-nous quand même que tout ce qui est devenu un jour possible a d’abord été impossible. Impossible d’accepter que la Terre soit ronde et tourne autour du Soleil et qu’elle n’a pas été créée en sept jours ; impossible de concevoir que l’homme ne soit pas le centre du monde ; impossible d’envisager que les rois ne soient pas de droit divin, que l’humain soit un très proche cousin du singe ; impossible d’accepter qu’à partir d’une bactérie se soit développée la vie dont on doit peut-être l’apparition à une pluie de météorites ayant ensemencée cet agglomérat de roches et minéraux né dans la forge d’étoiles disparues il y a environ quatre milliards d’années, trimballant dans leurs valises extraterrestres la soupe de la vie faite d’acides aminés, de bases nucléiques et de sucres.
Et regardant notre monde contemporain, et il n’y a pas si longtemps que cela, il aurait été impossible d’imaginer qu’en allant manifester des mains soient arrachées, des yeux crevés, des personnes tuées lors de contrôles policiers brutaux ; il y a quelques années, il aurait été impossible d’accepter qu’il soit interdit de filmer les forces de l’ordre alors qu’elles sont lâchées dans les villes comme des prédateurs armés jusqu’aux dents ; aurions-nous imaginé qu’il devienne possible que des citoyens et citoyennes soient notés sur leurs façons d’emprunter les passages piétons ou qu’en regardant un écran publicitaire dans le métro, les regards soient captés par une caméra qui permette la reconnaissance faciale ; aurions-nous imaginé qu’au XXIème siècle, dans notre société dite moderne, en France en 2020, une femme meure tous les deux jours sous les coups de son conjoint  ; aurions-nous imaginer une seule seconde qu’on enchaîne les « black Friday » et les « dry January » et que l’ex-président de la première puissance mondiale twitte que son « bouton nucléaire […] est plus gros et plus puissant » que celui du président nord-coréen ; pouvions-nous savoir qu’en mangeant du quinoa ou des avocats, on participerait à la déforestation, à l’enrichissement des mafias sanguinaires et à l’appauvrissement des pays producteurs ; aurions-nous accepté qu’un gouvernement confierait la défense de la biodiversité aux lobbys, que l’impôt sur la fortune disparaisse, que les montants des super-profits et des dividendes exploseraient, que les frontières se fermeraient créant des pièges mortels pour tous ces malheureux fuyant la misère et la guerre, que nous fermerions les yeux sur la multiplication des camps et des milices privées ; serions-nous restés sans rien faire si nous apprenions qu’en réponse aux désastres climatiques présents et à venir, on nous propose des trottinettes électriques, du tout numérique, des villes intelligentes, des voitures envoyées dans l’espace et flottant dorénavant parmi des débris de satellites, tels d’immondes sacs en plastique au milieu des océans ; est-ce que nous nous serions précipité sur des téléphones qui, même éteints, soient assez « intelligent » pour écouter et enregistrer les mots-clé de nos conversations, les transmettre et que, comme par une sournoise magie, des publicités ciblées apparaitraient sur nos différentes applications et sites internet ; enfin comme aurions-nous réagi si nous avions appris qu’une capsule temporelle déposée dans la glace à destination des générations futures, renfermant tel un précieux trésor les traces de la vie de ces temps-ci et une lettre affirmant que « lorsque la capsule sera retrouvée, cela voudra probablement dire qu’il n’y a plus de glace dans cette partie de l’Arctique », refasse surface seulement deux ans après avoir été déposée au lieu des cinquante ans estimés !
En voilà des choses insensées, des idées étranges, des rêves aberrants, des visions paradoxales et illogiques, en un mot, des choses impossibles, qui sont désormais possibles et, pire, qui sont bel et bien advenues. Il nous suffira de prendre un thème, n’importe lequel, l’argent, le travail, la technologie, l’éducation, les arts, l’environnement, la mode, la santé, l’amour, le tourisme ou la poterie, pour construire des imaginaires, des dystopies, on peut être sûr que notre bonne vieille réalité aura rattrapé et dépassé la fiction et qu’on trouvera des mesures, des décisions, des pratiques, des nouvelles à ces propos qui nous feront nous écrier : « Mais c’est de la science-fiction, ce n’est pas possible, encore un truc de rêveurs ! »
Dans les rêves qui tournent au cauchemar, il y en un qui pousse à l’extrême l’égoïsme et l’individualisme. Celui dans lequel les milliardaires de la technologie achètent des bunkers luxueux et s’entourent d’une sécurité militaire pour survivre à un effondrement de la société qu’ils ont contribué à créer. 
La Nouvelle-Zélande ou l’Alaska ? Quelle région serait la moins touchée par la crise climatique à venir ? Quelle est la plus grande menace ? le réchauffement climatique ou la guerre biologique ? Combien de temps faut-il prévoir pour pouvoir survivre sans aide extérieure ? Un abri doit-il avoir sa propre alimentation en air ? Quelle est la probabilité de contamination des eaux souterraines ? Comment conserver l’autorité sur les forces de sécurité après l’événement ? L’événement voici l’euphémisme désignant l’effondrement environnemental, les troubles sociaux, les guerres, … voilà les questions qui intéressent les super riches de l’échelon supérieur du monde de l’investissement technologique et des fonds spéculatifs. S’inspirant d’Elon Musk obsédé par la colonisation de Mars, ou par Peter Thiel de Palantir rêvant d’inverser le processus de vieillissement, ou encore des développeurs d’intelligence artificielle comme Sam Altman et Ray Kurzweil fantasmant sur la possibilité de télécharger leur esprit dans des super-ordinateurs vers l’immortalité, tous ces individus se préparent à un avenir numérique ou du moins un monde qu’ils maîtrisent leur permettant de transcender complètement la condition humaine. Leur richesse et leurs privilèges extrêmes ne servent qu’à les rendre obsédés par les moyens de s’isoler du danger très réel et présent du changement climatique, de l’élévation du niveau de la mer, des migrations massives, des pandémies mondiales, de la panique nativiste et de l’épuisement des ressources. 
Pour cela, beaucoup engagent simplement l’une des nombreuses entreprises de construction pour enterrer un bunker en acier quelque part sur l’une de leurs propriétés existantes. Des entreprises comme Rising S Company au Texas construisent et installent des bunkers et de petits abris d’urgence contre les tornades pour 40000$ jusqu’aux abris de luxe coutant la bagatelle de 8,3 millions de dollars comportant piscine et piste de bowling. Une autre société, Vivos, vend des appartements souterrains de luxe aménagés dans des installations de stockage de munitions de la guerre froide converties, des silos de missiles et d’autres emplacements fortifiés partout dans le monde. On peut y faire son marché et acheter des suites privées pour les particuliers ou les familles, et de plus grands espaces communs avec piscines, jeux, films et restaurants. Des refuges ultra-élitistes comme l’Oppidum en République tchèque prétend répondre aux besoins de la classe des milliardaires et accorder ainsi plus d’attention à la santé psychologique à long terme des résidents. Ils équipent leurs bunkers ultrasécurisés de systèmes imitant de la lumière naturelle, de piscines avec un jardin ensoleillé artificiellement, de caves à vin et d’autres commodités pour que les super riches se sentent bien chez eux coupés d’un monde détruit qu’ils abandonnent aux pauvres.
En fait pour tous ces gens, l’avenir de la technologie ne concerne qu’une seule chose : s’échapper du reste de l’humanité, sûrs de leur supériorité, à la manière de ce que disait John Winthrop, le pasteur puritain du Mayflower, qui disait alors convaincu de sa supériorité : «  Nous serons comme une cité sur une colline, les yeux de tous les peuples […] sur nous ». En fait ces super-riches travaillent sur ce qu’on peut appeler l’équation de l’isolement résumée par ces quelques questions. Peuvent-ils gagner suffisamment d’argent pour s’échapper de la réalité du monde qu’ils contribuent à créer en gagnant de l’argent de cette manière ? Y a-t-il une justification valable à cela qu’il y ait apocalypse ou non ? Et tout simplement, l’apocalypse est-elle moins quelque chose à laquelle ils essaient d’échapper qu’une excuse pour réaliser leur véritable objectif à savoir s’élever au-dessus des simples mortels et tout mettre en place, comme dans certains récits de science-fiction, pour faire partie de l’élite qui a obtenu les moyens permettant d’accéder à une dimension supérieure d’existence comme concrétisation de cette stratégie de sortie ultime du monde ? 
Vous voyez que tout semble toujours finir par être possible ! 
Pour conclure, juste quelques mots. Nous devons accepter et faire face à ce décalage prométhéen entre ce que nous sommes capables de produire et ce que nous sommes capables d’imaginer. Nous sommes encore ce que nous avons cru hier ; nos attitudes ne se sont pas encore synchronisées avec les pensées que nous avons élaborées depuis et nous manquons d’imagination pour réduire et dépasser ce décalage. Nous sommes plus petits que nous-mêmes ; nous ne sommes absolument pas à la hauteur de ce que nous sommes capables d’inventer et de faire et nous ne sommes pas à la hauteur ; notre imagination n’est pas proportionnée aux défis à relever, et certainement pas à leurs conséquences. Depuis les années 90, nous disons qu’il faut abandonner progressivement l’économie fondée sur les énergies fossiles au profit d’une économie basée sur les énergies renouvelables. Or, maintenant, nous y voilà, après plus de 30 ans de sous-investissement à ces seuils d’usage des ressources que l’humanité ne doit pas dépasser pour vivre dans un écosystème sûr. Et là, deux options s’offrent à nous.
La première, nommée « Too Little, Too Late » (trop peu, trop tard), consiste à ne rien changer, laisser perdurer l’ultralibératisme, aggravant irrémédiablement les inégalités dans un monde qui va exploser les objectifs de l’accord de Paris et s’orientant vers un réchauffement de 2,5 °C d’ici 2100 par rapport à la fin du 19e siècle.
La deuxième se nomme le « Great Leap » (ou Grand Bond), vise une mobilisation sans précédent des ressources pour mettre en œuvre cinq changements sociétaux : l’éradication de la pauvreté, l’éradication des inégalités, l’autonomie des femmes, une alimentation mondiale plus végétale et la décarbonation rapide de l’énergie.
Pour accompagner cela, le Fonds monétaire international devrait accorder 1000 milliards de dollars par an aux nations les plus pauvres, les pays riches devraient annuler la dette de ceux à faibles revenus tout en accordant à leurs citoyens un « dividende de base universel ».
Alors à votre avis, vers quoi nous orientons-nous ? Pour info, dans son obsession mortifère et mégalomane d’une conquête de l’espace commerciale, Ellon Musk vient de faire des essais des six moteurs de sa super fusée Starship. Ces essais ont eu pour conséquence de mettre le feu à la base de lancement, à Boca Chica Village, au Texas. Starship, vaisseau amiral de la bêtise et de la vacuité de cet individu qui dans SpaceX vise à devenir le véritable vaisseau interplanétaire capable d’envoyer une centaine de passagers sur Mars ! Et savez-vous que, toujours le même homme, pour augmenter la capacité de Starlink lance chaque semaine, par groupes de soixante nouveaux satellites venant s’ajouter aux 2 000 environ déjà en orbite. EN France, il y a déjà 6500 client Starlink.
Too Little, too late, et surtout trop cons !  

Voilà le temps des Nowakowskismes et leur premier voyage de cette saison 7 est terminé pour ce soir, et, c’est avec Rainer Maria Rilke, ces quelques vers : 
« Au fond, le seul courage qui soit exigé de nous est celui qui nous permet d’affronter ce que nous pouvons rencontrer de plus étrange, de plus singulier, de plus inexplicable. En ce sens l’humanité à été timorée, et il en est résulté un dommage irréparable à l’égard de la vie ; les expériences appelées « visions », ce qu’on appelle « le monde des esprits », la mort, toutes ces choses dont nous sommes si proches ont été jour après jour repoussées loin de nous, si bien que les sens qui nous auraient permis de les percevoir se sont atrophiés ». 

Sources et inspirations 
Le Qatar pue la mort.. https://mrmondialisation.org/tribune-il-nest-pas-trop-tard-pour-boycotter-la-coupe-du-monde-au-qatar/ https://www.theguardian.com/news/2022/sep/04/super-rich-prepper-bunkers-apocalypse-survival-richest-rushkoff https://usbeketrica.com/fr/article/il-n-y-aura-pas-d-effondrement-global-mais-des-effondrements-sociaux-et-localises https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/09/12/internet-par-satellite-starlink-revendique-deja-700-000-clients-dont-6-500-en-france_6141297_3234.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.1-14092022-14.37/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2022, September 16). Nowakowskismes 7.1. « Murs et bêtise ont ceci de commun qu’ils tuent les perspectives ». Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sftk

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search