Nowakowskismes 6.20. D.C. al Coda

illustration par Nicolas Hamm

Quel message envoie-t-on, après deux ans d’interruption marqués au fer rouge des crises écologiques, quand on décide d’ouvrir un festival sur une superproduction hollywoodienne dédiée à la toute puissance de l’armée de l’air américaine ? Quel message envoie-t-on quand ce même festival mobilise hélicoptère et la patrouille de France ? Quel message envoie-t-on quand ce qui fait foi comme toujours c’est la force, les gros bras, la vitesse, la destruction..? Or n’avait-on pas là une belle occasion de faire rêver autrement ?
Cette interrogation a certainement percuté tous ceux qui se préoccupent de la catastrophe climatique, qui s’élèvent contre le culte de la force, de la vitesse tellement promues dans la société et les médias, qui voient encore comme une fête cet étalage indécent de ces joujoux inutiles, chers et polluants. Pourtant tout cela n’a eu aucun écho chez les médias venus en masse se mettre en adoration et célébrer l’événement. 
Aux oubliettes le malgré tout plutôt chouette discours de Vincent Lindon, alors qu’on aurait pu continuer sur cette lancée en remplaçant la pompe guerrière par une rediffusion du documentaire sur Jim Harrison, Seule la Terre est éternelle par exemple, avec pour la montée des marches un vol d’oies sauvages emmenées par un planeur, des murmures d’oiseaux striant le ciel au dessus d’un tapis rouge envahi par une multitude d’animaux dans un plaidoyer pour la contemplation de la beauté du vivant, sa fragilité et un rappel de notre responsabilité dans les destructions toujours plus nombreuses du vivant, et remplacer ainsi le rugissement des moteurs à réactions par « un tendre et faible bruissement d’aile, le doux murmure de la vie et de l’espoir » pour reprendre les mots de Vincent Lindon.

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Ce soir les Nowakowskismes, les derniers de la saison 6, s’interrogent avec Paulo Freire, Philip K. Dick et d’autres sur la réalité qui est la nôtre, faite de maintenance du présent par les données, de contrôle social assisté par ordinateur, d’algorithmes chargés de nous décharger du poids de notre destin dans un pilotage automatique où tous les choix ont déjà été faits pour nous. Alors prêts pour ce dernier épisode de la saison corrosif ?

« Afin d’offrir à la considération des opprimés et des subjugués un monde de mensonge et de tromperie fabriqué pour accroître leur aliénation et leur passivité, les oppresseurs développent toute une série de méthodes empêchant toute présentation du monde comme problème, en le montrant plutôt comme une entité fixe et établie, quelque chose de donné, quelque chose dont les gens ne sont en fait que de simple spectateurs et auquel ils doivent s’adapter ». 
En 1969, Philip K. Dick écrivait une nouvelle intitulée « La fourmi électrique ». Dans cette nouvelle, un homme victime d’un accident est conduit à l’hôpital. Or, au cours de l’opération, les médecins se rendent compte que ce n’est pas un humain mais un androïde, et qu’il ne le sait pas, et il faut lui annoncer la nouvelle. Tout à coup, ce monsieur Garson Poole, c’est son nom, est forcé d’admettre que sa réalité consiste en fait en une bande perforée passant d’une bobine à l’autre dans sa poitrine. Interloqué, il se met à boucher certaines perforations et à en créer de nouvelles, et son monde s’en trouve immédiatement modifié. En perçant un nouveau trou, il voit une volée de canards traverser la pièce. Et finalement, il coupe la bande et le monde disparaît purement et simplement. Qu’est-ce alors notre réalité ? Un segment d’une carte mémoire quelque part, des pixels disséminés sur les multiples interconnexions des réseaux ? 
Alors dans tout cela, comment configurer et instituer une expérience commune du monde de telle manière qu’elle rende impossible les abus et les illusions, qu’elle rende possible une vie véritablement vécue tout en autorisant en même temps la possibilité de la contingence ? Comment organiser collectivement la contingence ? Une tâche certes difficile mais joyeuse qui permettra d’affronter les questions du sens de la vie et de ce qui définit la réalité. 
Malheureusement il semble que, pour ce monde dit moderne, certaines réponses à ces questions existent déjà. Qu’en fait, désormais, ces questions sont obsolètes. Qu’il y a des algorithmes qui ont pour charge de nous décharger du poids de notre destin, de nos choix, de nous décharger du risque de vivre. Laissez faire le pilote automatique, tous les choix ont déjà été faits pour vous. Pourtant, nombreux sont ceux à nous avoir prévenu, Philip K. Dick, mais aussi des gens comme HG Wells,et déjà en 1956, Günther Anders écrivait dans L’obsolescence de l’homme que « ces instruments, [ces algorithmes, ces programmes informatiques] ne sont pas des moyens mais des « décisions prises à l’avance  » : ces décisions, précisément, qui sont prises avant même qu’on nous offre la possibilité de décider. Ou, plus exactement, ils sont la décision prise à l’avance ». Les exemples ne manquent pas, et il suffit d’un événement, un match de foot en général, que la violence surgisse pour que revienne avec force, en dehors de toute législation, le principe des « décisions prises à l’avance ». Mais, surtout, tout cela incarne une somme de décisions politiques dont la gravité n’a d’égale que l’opacité, reposant sur l’efficacité opérationnelle, l’interface, la baisse du taux de criminalité jusqu’à la répartition des élèves dans les filières en fonction de leurs choix. 
Regardons-y de plus près. En France, dans ce merveilleux pays des droits de l’homme, dans la merveilleuse institution qu’est l’Éducation nationale, la pénétration toujours plus profonde du numérique et des procédures algorithmiques, sous couvert d’efficacité, de rentabilité et de scientificité, a eu pour effet d’insérer les logiques marchandes dans des segments de la vie sociale qui avaient normalement d’autres objectifs que la rentabilité. Cette efficacité est venue pérenniser voire aggraver les inégalités qui existaient déjà avant l’existence des algorithmes. Sous couvert d’objectivité et de transparence, les algorithmes n’ont eu pour effet que de confirmer et aggraver les formes de dominations déjà existantes. Pour s’en convaincre, il aurait suffi de s’intéresser à la façon dont fonctionnent ces algorithmes basés sur de l’apprentissage machine. Ces fameux algorithmes ne font rien d’autre qu’encoder en un langage opaque les biais des statistiques, de l’entendement sociétal et de la standardisation de la société. Si vous êtes dominés, criminels ou exclus, si vos parents le sont, vos enfants le seront aussi. C’est la machine qui le dit, il n’y a pas à discuter. 
Or, aux yeux du ministère et de ses bandes de technocrates, d’experts, de prédateurs avides de décorations ou de marchés publics, il n’y a plus d’inégalités ou de déterminismes sociaux, il n’y a plus de jeunes humains en train de tenter de se frayer un chemin dans la jungle du monde moderne, mais seulement des solutions optimales, calculés, optimisées, adaptées générant les parcours idéaux individuels et standardisés de chacun. En fait, l’objectif prioritaire qui leur a été assigné, est de calculer le plus tôt possible la valeur économique de ces jeunes, pour les aiguiller sur ce qui, selon toute une batterie de critères et paramètres, sera la bonne voie, le bon parcours, le droit chemin. Plus besoin de sociologues, de psychologues, de conseillers d’orientation, il y a des statistiques, des données et elles pensent par elles-mêmes. Au même titre que le logiciel de police prédictive utilisé par les flics américains, PredPol, fait d’un humain un ou une criminel-né, Parcoursup fait d’un jeune humain, un perdant-né, un exploité-né conscient de la nécessité et du bien-fondé de sa misère. Voilà enfin la modernité du XXIème siècle à l’oeuvre. Le voilà cet outil miracle, ce code informatique, qui coûte quand même la bagatelle de 100 millions d’euros par an, soit l’équivalent de 2 000 professeurs à temps plein, qui offre à une classe de dirigeants une manière de réinventer l’exclusion, un moyen très efficace  par lequel l’État perpétue l’existence d’une population, comme les travailleurs précaires, intérimaires, les vacataires, les auto-entrepreneurs, facilement exploitable par le capitalisme numérisé, dématérialisé, destructeur du vivant. En réalité, tout cette soi-disant efficacité repose sur une illusion, un mirage qui, sous prétexte d’assurer une distribution optimale des élèves dans les formations, vient renforcer une exclusion encore plus terrible outillée qu’elle est par des mécanismes de plus en plus objectivés et institutionnalisés, mais surtout inatteignables faisant qu’il est de plus en plus difficile voire impossible de savoir où et contre quoi et qui lutter. Allez manifester face des programmes informatiques qui :
« [vous] ont pesés, grain par grain de poussière –
Ont pris la mesure de chaque Particule,
Puis [vous] ont remis la valeur de [votre] Être –
Une Goutte de Paradis, une seule ! »
Le problème n’est bien sûr pas l’algorithme en lui-même, quoique, et on pourrait en rediscuter. En fait, ce sont surtout les instructions codées au sein de l’algorithme qui posent problèmes. Les « décisions » qui en découlent sont des choix politiques, présentés et traités comme des questions purement techniques. On peut même se demander si les décideurs ne se réfugient pas derrière l’algorithme, pour échapper à la responsabilité d’avoir à faire des choix, de prendre des décisions et de les assumer.
En fait, tout relève d’une « décision prise à l’avance » vidant l’avenir de ces jeunes humains de tout contenu. L’attente, les réponses négatives et les mises en attente, la mise en suspension, font que l’avenir ne peut être là, dans un inenvisageable à venir, juste remplacé par un « atermoiement illimité ». Le futur est mis en suspens, dans une sorte d’expérience de Shrödinger macabre à l’échelle d’une classe d’âge. Les heures, l’attente, les vies d’un élève et de sa famille, comme pour ce malheureux chat dans sa boite, sont alors suspendues aux mises à jour des affichages, à l’établissement de la dernière version de la liste d’attente, réactivant de stress à chaque clic, l’espoir d’une progression dans le classement, dans les affectations, … s’inquiétant du sort des autres, et de leurs choix, de leur pis-aller par peur de ne rien avoir, vers un avenir et un parcours bien adaptés à sa « personnalité », calculés sur mesure dans une forme subtile d’organisation du pouvoir de quelques-uns et de l’impuissance de beaucoup d’autres. Comme pour ce héros de la nouvelle de K. Dick, le « parcours » a été déterminé il y a bien longtemps, inscrit sur un disque dur – oui la bande perforée n’existe plus – en fonction de critères qui dépassent une existence individuelle et qui sont définis par d’autres et sur laquelle il n’est pas possible de jouer avec les perforations pour faire advenir ou réinitialiser la réalité. Dans cette dictature du parcours programmé, il n’y a pas d’infidélités, pas de détours possibles, c’est programmé. Il est impossible de changer de voie, elle est programmée. Une fois que l’algorithme a fait son choix, que la bande a été perforée, il n’y a pas d’autre option que de suivre la voie. Et si l’algorithme devait faillir, des gardes-fous ont été mis en place par le Haut conseil de l’éducation comme par exemple mettre en place des mesures dissuasives pour que les bac pro n’aient même pas l’idée d’essayer autre chose que la voie directe vers le marché du travail, comme augmenter les coûts de l’université ou encore comme forcer ces mêmes bacheliers à passer des épreuves supplémentaires de culture générale et d’expression s’ils veulent vraiment aller à l’université dans une perpétuation de la violence symbolique de l’école envers les plus pauvres. Parce qu’il est normal, dans ce monde, d’avoir à travailler plus si on vient d’un quartier populaire, si on manque de capital culturel ou symbolique, de faire plus d’efforts, de montrer patte blanche, afin de pouvoir espérer être autorisé de « s’en sortir ». Le pire, c’est qu’il n’y a même plus de promesses derrière tout cela. Le plus important n’est pas qu’il existe un espoir de s’en sortir, mais que le jeu soit joué même sans y croire. Rêve ultime de toutes les dystopie, l’algorithme paramètre ainsi les désirs, avant même que leurs « vœux » ne soient formulés. 
« J’ai pris une Gorgée de Vie –
Je vais vous dire ce que j’ai payé –
Très exactement une existence –
Le prix du marché, ont-ils [programmé] »…
dans le programme matérialisant un algorithme non plus instrument de sélection mais devenu système de tri social, dans une boucle infernale faisant que le tri est accompli par le sujet lui-même, habitué qu’il est à être évalué et soupesé par des machines. S’autoévaluer, habituer à prendre conscience de sa valeur ou de son absence de valeur, jusqu’à inscrire de façon indélébile, dans les esprits et dans les corps, les stigmates sociaux les barreaux de la cage de sa vie. 
Quelle réalité que celle-ci quand un algorithme public dont l’utilisation reste opaque est utilisé pour calculer des parcours optimaux en fonction des notes, de l’origine sociale et géographique, de la motivation, du C.V., ?… Quelle réalité que celle-ci quand le passé de chacun est utilisé comme une matière première traitée industriellement par des programmes informatiques chargés de produire des classements ? Quelle réalité que celle dans laquelle tout ce qu’on a fait dans une vie est utilisé pour empêcher d’espérer faire autre chose ? Tout ce qu’on est, est une preuve retenu contre nous. Une réalité dans laquelle le futur est vendu avec le passé, et le passé devient linéaire, parcouru sans être vécu, inscrit à jamais sur une bande perforée. En atomisant et privatisant les individus, ce système détruit la possibilité d’agir collectivement sur le futur. Alors, toute réaction individuelle est vouée à nourrir encore cet ordre abject. Le seul espoir est alors d’édifier les collectifs et les institutions qui permettront de reprendre en main la détermination sociale de l’avenir. On rappellera que ce sont les écosystèmes qui rendent possible la vie humaine qui sont menacés dans cette lutte.
« Every breath you take
And every move you make
Every bond you break
Every step you take
I’ll be watching you.. »
Souvenez-vous The Police
La logique de la prévision fait advenir maintenant le futur qu’elle prétend anticiper. Notre époque rêve la suivante à travers les algorithmes, et voilà que ce rêve devient de plus en plus réel, abreuvé de données qui contribuent à construire activement une réalité, à travers les comportements requis des êtres humains dans une maintenance du présent afin de produire le futur lui-même. Les prédictions ne sont pas seulement l’image d’un avenir possible, elles le promulguent. Or, il est terrible de constater à quel point les technologies de pointe et les évangiles de l’innovation réactivent toujours des discours réactionnaires bien connus comme la soumission de l’individu à un déterminisme strict, la contingence du social confirmé par des données biologiques ou génétiques présentées comme absolues, et enfin le tri social s’appuyant sur le principe de l’adaptabilité et de la soumission à l’ordre existant. 

Alors, là, à l’orée de l’été, en ce temps de bonnes résolutions, éteignez vos portables, vos ordinateurs, rangez-les au plus profond d’une armoire ou d’un tiroir. Libérez vous et réfléchissons. Quelle école, quelle université pour quelle société, dans une émancipation de tous et toutes. Ceci n’est pas une utopie, au contraire, c’est une réalité qui existe déjà, qui a déjà existé, il suffit juste de vouloir la faire advenir. Il est donc grand temps de réactiver ce potentiel émancipateur d’une éducation réellement populaire, et de rendre indissociables éducation et politisation de l’apprentissage. Une société nouvelle ne sortira pas toute faite de la main des éducateurs. En revanche, l’inscription de l’éducation dans les luttes politiques de notre temps est le moyen de redonner du sens à cette institution qui n’a plus pour fonction que de servir les intérêts des dominants et de leur conception aliénante, prédatrice et excluante du monde. Alors, « […] le point de départ du mouvement [de libération] se situe avec les gens eux-mêmes. Mais comme les gens n’existent pas en dehors du monde, en dehors de la réalité, le mouvement doit débuter avec la relation monde-humain. À cet égard, le point de départ doit toujours être avec les hommes et les femmes dans l’ « ici et maintenant » qui constitue la situation dans laquelle ils sont immergés, de laquelle ils émergent, et dans laquelle ils interviennent. Ce n’est qu’en partant de cette situation, qui détermine également leur perception de celle-ci, qu’ils peuvent commencer à bouger. Pour le faire de manière authentique, ils doivent percevoir leur état non pas comme fatal et inaltérable, mais simplement comme un facteur limitatif et donc un défi [dans la responsabilité à l’égard des générations futures] ». 
Afin de reconnaître que différentes oppressions se croisent et se renforcent mutuellement, il faut alors chercher à nommer efficacement les plus petits dénominateurs communs capables de briser les alternatives infernales qui produisent « la classe contre soi », « une classe contre le vivant, le bien-vivre » parce qu’en se concentrant uniquement sur l’expérience individuelle, on renforce la ruse de la classe dominante qui consiste à faire croire qu’elle n’existe pas et que les divisions de la société sont celles entre les méritants et les non-méritants, la science et l’ignorance, le bien et le mal.
Alors pour reconstruire un vocabulaire commun alternatif à l’état actuel des choses, il faut chercher des langages capables de retracer les lignes de fracture de classe et de reconstruire la dimension collective du changement. Et avec Louise Michel c’est vouloir « être ambitieux pour l’humanité et agir pour que tout le monde fût artiste, assez poète pour que la vanité humaine disparût ».

Pour finir et continuer les luttes qui animent les Nowakowskismes depuis toujours, les quelques mots de la plainte contre la techno-police déposée par la quadrature du Net demandant l’arrêt de quatre dispositifs de surveillance :

  • les caméras de surveillance installées depuis plus de 20 ans dans toutes les villes de France, qui n’ont cessé de démontrer leur inutilité (et donc leur illégalité) ;
  • les logiciels qui s’ajoutent à ces caméras, dans le but de détecter des comportement « indésirables » (mendicité, maraude, regroupement, tag…) pour aseptiser nos villes et en exclure les personnes les plus vulnérables ou encore les activistes politiques ;
  • les fichiers de police enregistrant nos visages, qu’il s’agisse du TAJ (« traitement des antécédents judiciaires »), qui contient 8 millions de photos de personnes connues de la police, ou du TES (« titres électroniques sécurisés »), qui contient la photo de toute personne demandant un passeport ou une carte d’identité ;
  • l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police (plus de 1 600 fois par jour en 2021) et par les services de renseignement, qui est en train d’abroger l’anonymat dans l’espace public.

Le but de cette action n’est pas uniquement juridique. Il s’agit aussi d’imposer un rapport de force politique dans un contexte où ces technologies s’imposent dans l’opacité la plus totale. 
La Technopolice est illégale et doit le rester et avec René Daumal cité par Patti Smith, juste ça : « Voyant qu’on n’est rien, on désire devenir. Désirant devenir, on vit ».

Le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison et mettons à profit les semaines qui viennent pour penser, rêver, et réinvestir l’action pour tenter de changer le monde parce que le temps presse. 
Avant de nous laisser ces quelques mots d’André Breton : « Que le don absolu d’un être à un autre, qui ne peut exister sans réciprocité, soit aux yeux de tous la seule passerelle naturelle et surnaturelle jetée sur la vie ».
C’était une belle saison que cette saison, et vous pouvez relire, réécouter et revivre tous les Nowakowskismes depuis la toute première saison sur le site de Radio Campus Lorraine, ou en allant sur la page FaceBook des Nowakowskismes, ou encore sur mon blog Http://nowakowski.hypotheses.org  
Un grand merci à l’ami Nicolas Hamm pour ses magnifiques illustrations des Nowakowskismes de la saison, et … rendez-vous pour une exposition de tout cela.. on y travaille et on vous tiendra au courant. 
Bon début de soirée, bel été frères et soeurs en humanités et, pour que la vanité humaine disparaisse, c’est avec Slayer, et le morceau Season in the abyss qu’on se quitte en bouclant sur le morceau d’introduction de tous les épisodes de cette saison 6. Coda.

Sources, inspirations et références 
D.S. al Coda, signifie littéralement « du signe à la queue ». Et indique à l’interprète qu’il doit répéter la pièce depuis le signe ou « segno », continuer à jouer jusqu’à rencontrer le premier symbole de coda. Ensuite il doit passer directement jusqu’à l’endroit où se trouve le second symbole de coda et continuer à jouer de là jusqu’à la fin. (source Wikipedia)
Paulo Freire, La pédagogie des opprimés 
Günther Anders, L’obsolescence de l’homme
Ursula K. Le Guin, Le dit Aka 
Philip K. Dick. Nouvelles 
https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/06/01/parcoursup-a-tout-change-sans-rien-regler-selon-un-rapport-du-collectif-nos-services-publics_6128546_3224.html https://www.laquadrature.net/2022/05/24/plainte-collective-contre-la-technopolice/ 
Nicolas Hamm – https://www.arkhaemundi.com
https://leterrien.fr/consternant/a-cannes-on-vend-toujours-du-reve-avec-des-avions/ 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.20-07062022-09.47/


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search