Nowakowskismes 6.6. Le Mur

illustration. par Nicolas Hamm

Imaginez un monde, une Terre, traversée par un Mur, infranchissable, divisant la Terre depuis des temps immémoriaux, et où la vie même des humains s’est organisée par le Mur. Êtes-vous prêts ? Oui ? Alors allons-y ! 
Le Mur était là depuis tant d’années que plus personne ne se rappelait de sa construction. Quand ? C’était dans des remps dépassant la mémoire des humains de ce temps. Plus personne ne pouvait plus également dire pourquoi et par qui il avait été construit. 
Le Mur leur faisait face, il bouchait l’horizon, il coupait tout, la vue, les sons, … rien de ce qui pouvait y avoir de l’autre côté n’entrait dans la réalité des humains qui se trouvaient de ce côté. 
D’ailleurs, leur réalité était le Mur. 
Les humains avaient appris à vivre avec lui. La lumière dépendait de lui, l’ombre tombait rapidement quand le soleil passait derrière, le froid, le chaud qu’il renvoyait après une longue journée d’ensoleillement ou d’intempéries. 
Certains avaient tenté de grimper mais toutes les tentative se soldèrent par de la douleur, des membres fracassés, des morts aussi. Ils avaient pris comme habitude de marquer d’un point de couleur là où l’un d’entre eux avaient échoué dans une tentative d’ascension. Les points pointillaient le Mur quand on marchait en  le longeant. 
Les humains avaient depuis longtemps cessé de s’interroger. Le Mur comme composantes de leur vie, empli de sa simplicité, avait atteint le stade de la banalité, de toile de fond de leurs existence à l’ombre du Mur. 
Certains d’entre eux se souvenaient de vieilles lectures. À l’abri du Mur, dans un refuge accolé au Mur, autour du feu qui projetait leurs ombres sur l’immensité du Mur, certains affirmaient que l’humanité avait toujours vécu avec le Mur. En fait que le Mur avait été toujours là. 
Des textes disparus que certains se racontaient, les passant de génération en génération, en déformant le contenu au passage des mots, parlaient d’une grande muraille élevée il y a des millénaires. Cette Grande muraille longue de milliers de milliers de kilomètres aurait été construite par un empereur voulant protéger son pays des envahisseurs. Cette Grande muraille aurait même été visible du ciel. Oui, il se racontait que dans un lointain passé, l’humanité avait réussi l’incroyable tour de force de créer des machines qui lui auraient permis de s’élever dans le ciel. 
D’autres, la nuit avançant, le feu commençant à s’éteindre, les ombres s’allongeant sur l’infini du mur, racontaient qu’à l’aube des temps, il y a si longtemps qu’on avait abandonné le compte des années, un vieil empire avait élevé un mur symbolique portant l’étrange nom de pomerium. Il était une limite symbolique et sacrée séparant la ville de son territoire alentour, un mur comme une frontière à la fois juridique et religieuse définissant la limite de l’autorité entre la les tribuns de la plèbe et le pouvoir militaire. Le pomerium était un mur symbolique de l’empire lui-même et fut même agrandi lorsque le pouvoir de l’empire se développa. 
Toutes ces histoires circulaient de bouches en bouches, de générations en générations, au gré des déplacements des groupes le long du Mur. 
Parce que l’humanité s’était structurée avec et par le Mur. Elle s’était organisée en groupes nomades qui se déplaçaient le long du Mur. De vieilles légendes affirmaient que, dans un monde de murs, il fallait longer le Mur en gardant la même main contre le Mur, et qu’ainsi, avançant, on en trouvait une sortie, une issue. D’autres vieilles légendes racontaient que les murs n’avaient pas toujours existé, mais que des maladies avaient poussé certains états à enfermer les populations chez elles, ou l’intérieur des frontières des pays. 
L’humanité ainsi dispersée en groupes nomades composés de plusieurs familles longeait alors le Mur, du matin au soir, hiver comme été, que le temps soit clément ou pas. Ces groupes nomades avançaient à la recherche de cette issue dans le Mur qui leur permettrait de passer de l’autre côté. Mais, depuis longtemps, plus personne ne savait ce qu’il y avait de l’autre côté, plus personne n’évoquait ce passage, voire même, les groupes espéraient certainement secrètement que cette issue n’existât pas. La vie de l’humanité s’était organisée comme cela, une stabilité en avait émergé, et tous savaient que cette stabilité apparente était mortelle pour la transgression, l’inconnu et la prise de risques. 
Le groupe composé d’environ trois familles, des jeunes enfants encore accrochés au sein de leur mère, des plus grands gambadant pas loin, et des adolescents trainant avec les adultes, ou poussant sur des chariots à bras les plus vieux trop fatigués d’avoir longé le mur une vie durant, avançait à quelques mètres du mur qui s’allongeait à l’infini sur leur côté droit. On était au printemps, l’hiver avait été rude, froid et humide. Le groupe n’avait perdu personne cette année. Ce n’était pas le cas pour les autres groupes croisés longeant le mur. Le printemps s’annonçait chaud, sec, et marcher dans la chaleur du mur promettait d’être éprouvant. 
La nature se réveillait, les herbes et les plantes grimpantes s’agrippaient au mur. Des coccinelles en ponctuaient bizarrement les anfractuosités et les fissures dues au temps et aux intempéries, des papillons et des oiseaux apportaient aussi quelques touches de couleur sur le fond gris du mur. 
Le groupe faisait partie de tous ces petits groupes d’humains, nomades, familiaux, tribaux qui longeaient le Mur depuis des générations. Ils marchaient tout le jour, s’installaient pour la nuit, et reprenaient leur marche au petit matin. La nuit, la chaleur du jour emmagasinée par le Mur garantissait un refuge aux groupes pelotonnés tout contre le matériau dont il était fait. 
L’humanité s’était ainsi réorganisée en ces groupes nomades cherchant cette ouverture hypothétique dans le Mur, sans même savoir vers quoi une telle ouverture les mènerait. La quête même finit par se dissoudre dans ce nomadisme issu du Mur. Certains groupes, lassés de marcher, avaient un jour décidé de ne plus marcher et avaient construit des villes adossées au Mur. Et pour se protéger, ils construisirent eux-mêmes d’autres murs pour se protéger de l’espace libre qui s’ouvrait face à eux, à l’opposé du Mur. Ils étaient plutôt pacifiques mais demandaient des droits de passage aux nomades passant par le territoire qu’ils s’étaient approprié. Là, dans ces villes accrochées au Mur, il était devenu une sorte de culte. On y racontait que l’humain n’avait cessé d’être un animal que le jour où le premier Mur apparut sur la Terre, qu’il avait apporté sa régularité, sa permanence, qu’il avait structuré la société des humains, qu’il avait permis l’émergence de ces petits espaces enclos de murs fils de grand Mur, et surtout qu’il protégeait ce monde parfait de l’au-delà menaçant, déraisonnable, informe, inconnu et dangereux !

Un soir, ils firent halte, dressèrent leur camp en accrochant une toile au Mur afin de faire un abri, un autre groupe s’approcha. Comme toujours dans ces situations, la peur et la méfiance les pétrifiaient. Qui étaient-il ? Quelles étaient leurs intentions ? Il fallait se tenir sur ses gardes. Ils vérifièrent que leurs quelques armes rudimentaires étaient à portée de mains. L’autre groupe monta son camp de la même manière, alluma un feu. Ils furent rassurer et chauffèrent leur repas. Ils restèrent ainsi à distance, sans autres signes que leurs ombres montant sur le Mur. Le plus ancien leur parla alors d’une histoire qui passait de génération en génération. Il parla d’un temps où l’humanité fut confrontée à une maladie. Elle se mit alors à installer des règles obligeant les humains à rester éloignés des autres humains pour éviter la contagion. Il parla de pays qui construisirent des murs pour se protéger, de la maladie, et aussi des autres humains qui affluaient pour fuir les guerres, les maladies, la pauvreté. Pour le vieux, la question qu’il se posait depuis des décennies, était : « de quel côté du Mur se trouvait-on ? » du côté de ceux qui avaient réussi à se protéger, ou du côté de ceux qui fuyaient, ou tout simplement, tout cela n’avait aucun sens !  
Le groupe continua sa marche sur la piste, toujours à quelques mètres du Mur. 
Le printemps avait passé, chaud et sec, puis l’été caniculaire, l’ombre du Mur avait été bénéfique, l’hiver arriva rapidement. Les petits avaient grandi, le plus vieux était mort après avoir raconté toutes ses histoires aux plus jeunes et avait été enterré au pied du Mur. Le Mur avait un statut divin. Sa base était là où les morts étaient enterrés, comme pour prolonger jusque dans la mort leur espoir de le franchir un jour. 
Ce matin-là, la brume avait envahi l’espace. Le Mur se perdait dans l’invisible qu’ils regardent vers le ciel ou devant eux. Le silence régnait dans le groupe et dans l’espace alentour. Ils avançaient, les autres groupes croisés les jours précédents avaient disparu. Ils avaient certainement marché plus rapidement qu’eux. Dans la pénombre du Mur et du brouillard de cette matinée, ou de cette soirée, ils ne savaient plus, apparut tout à coup un espace plus sombre à la base du Mur. Ils avancèrent encore et s’arrêtèrent devant ce qui semblait être l’entrée d’un tunnel creusé dans le Mur. Etaient-ils enfin arrivés au bout de leur quête ? Etaient-ils enfin arrivés devant le passage tant attendu, le passage vers l’autre côté dont tous les groupes parlaient et que tous cherchaient, le passage tant espéré qui les poussaient à mettre un pied devant l’autre, chaque jour. Le groupe était comme hypnotisé, le seul son qu’ils percevaient était la respiration des autres emplie de l’émotion d’avoir enfin trouvé ce qu’ils cherchaient depuis tant d’années. 
Ils avaient tellement souvent rêvé, imaginé, raconté ce qu’ils feraient lorsqu’ils trouveraient le passage. Dans les échanges au coeur de la nuit avec d’autres groupes, ils avaient répété les gestes à faire avant d’y pénétrer. Ils devaient laisser les chariots,  n’emmener avec eux que ce qu’ils pouvaient porter sans être encombrés, et laisser le reste sur place, ils n’en auraient plus besoin une fois de l’autre côté. 
Tout d’excitation contenue, ils firent un tas des affaires qu’ils choisirent d’abandonner de ce côté du Mur. Ils se regroupèrent et prirent leur respiration comme s’ils avaient à parcourir le passage en apnée. Ils entrèrent comme un seul homme dans un couloir dans lequel régnait un silence encore plus lourd. Il n’y avait aucune lumière, aucun d’eux n’avait pensé emmener une bougie pour s’éclairer alors ils avancèrent dans le nuit complète, blottis les uns contre les autres, les plus âgés tenant fermement la main des plus jeunes, respirations dans respirations, aveugles, avançant pas à pas guidés par la perception qu’ils avaient des parois du tunnel. 
Ils marchèrent longtemps. Combien de temps ? Aucun d’eux n’était capable d’estimer le temps qu’ils passèrent dans la nuit du passage. D’ailleurs aucun d’eux ne parlaient, ils avançaient dans ce qui semblait être droit devant eux. 
Pas question de s’arrêter, pas question de faire un pause, l’autre côté était là devant eux. 
Tout à coup, comme un phosphène s’installant dans leur champ de vision, une lueur leur apparut. D’abord, un point vacillant, puis un tache de lumière, puis une sortie vers la lumière, puis un passage vers la sortie, vers l’autre côté, enfin là. Ils avançaient se retenant de courir, se frottant les yeux pour chasser ce qu’ils espéraient ne pas être une hallucination. Ils voyait au delà de la porte, l’espace qui s’offrait à eux, leur quête de tant d’années, de tant de génération prenant fin. Ils s’approchèrent enfin de la sortie, la lumière les aveugla au moment de franchir, de se retrouver à l’air libre. 
Un après l’autre, ils recouvrèrent la vue, ils virent au loin l’espace, et là ,devant eux, ils virent le tas des affaires qu’ils avaient abandonnées pour entrer dans le passage. 
Même si un mur, n’importe quel mur, peut suggérer la liberté, appeler au départ, à l’aventure, à faire le mur. Ce Mur unilatère, ce mur de Moebius, ne fera lui que nous renvoyez à nous-même parce qu’un Mur construit pour séparer restera éternellement infranchissable, enfermant les enfermeurs dans un même enfer, celui de l’errance éternelle.

Revenons à notre temps.
Le Rideau de fer s’était déchiré il y a un peu plus de trente ans. L’Europe célébra alors partout sa réunification. Des images de liesse de la chute du Mur de Berlin tournaient en boucle sur tous les écrans de télévision. Etait-ce la liberté retrouvée ? Etait-ce la liberté de parler, d’écrire, de débattre, de critiquer, de voter, et surtout par la chute du Mur, le 9 novembre 1989 ? Était-ce une célébration de la liberté retrouvée de se déplacer, de réunir des familles, de voyager, d’émigrer, d’aller et venir comme bon nous semble ? Puis, un peu plus tard, avec l’espace Schengen, l’Union européenne poussa très loin l’abolition des frontières. Elle permit à ses citoyens de passer d’un pays à l’autre sans visa, donc sans contrôle gouvernemental. 
Mais, au fur et à mesure que l’Europe faisait disparaître certains de ses murs intérieurs, elle se mit à en ériger de nouveaux, plus hauts, plus sophistiqués, plus terribles, sur ses contours extérieurs. 
Le mur Est-Ouest fut remplacé par un mur Nord-Sud, plus long et plus haut que le Rideau de fer. Au tournant des années 2000, l’Europe commença à se refermer sur elle-même sujette à la peur, la peur économique, la peur politique, la peur culturelle, la peur sécuritaire, de l’étranger venu de Syrie, du Nigeria, de Chine, de Tunisie, du Bangladesh, d’Afghanistan, d’Erythrée, … En 2015, l’Europe finit par se barricader. Dans les enclaves espagnoles situées au nord du Maroc, la barrière métallique haute de six mètres érigée à la demande de l’Europe il y a dix-huit ans, pour un coût de 30 millions d’euros, fut relevée pour atteindre dix mètres, soit la taille d’un immeuble de trois étages. Malgré les promesses, la barrière resta parée de ce fil de fer barbelé serti de lames de rasoir qui dévorent la chair et les habits de ceux qui tentent de passer à travers. Chaque jour, de jeunes Marocains, Erythréens ou Soudanais se pansaient les mains ou les jambes, là où les barbelés avaient affreusement déchiré leur peau et leurs habits.
En Hongrie, en 2015, les autorités érigèrent un grillage de plus de trois mètres de haut, surmonté de barbelés, sur la quasi-totalité de la frontière. Mais à cette barrière facile à cisailler, les Hongrois ajoutèrent en 2016 un deuxième mur « intelligent », hérissé de barbelés, équipé de caméras infrarouges et de capteurs de chaleur et de mouvement. Cette double clôture longue de 175 km, ne s’interrompait que sur quelques dizaines de mètres du bout de rivière qui sépare du pays frontalier. Entre les deux grillages, distants d’environ sept mètres, une route avait été aménagée pour la circulation des véhicules de police transportant les 3 000 hommes et femmes chargés de surveiller la frontière.
En août 2021, la Pologne annonça la construction d’une barrière métallique de 2,5 mètres de haut sur 150 kilomètres le long de la frontière qui fait au total 400 km, suite à l’augmentation des entrées illégales d’immigrants depuis la Biélorussie. En octobre 2021, le parlement polonais valida le projet d’un coût estimé à 353 millions d’euros, sans apport de l’Union européenne. Le 14 novembre 2021, le ministère de l’intérieur de la Pologne annonça que le gouvernement polonais avait décidé de construire un mur de 180 km à la frontière avec la Biélorussie. En novembre 2021, au moins 11 réfugiés dont des enfants sont morts sur cette frontière. 
Enfin, pour continuer sur la route du pire, les autorités ukrainiennes ont affirmé qu’elles n’hésiteraient pas à tirer à balles réelles sur les exilés qui tenteraient de traverser la frontière la Biélorussie voisine ! 
Mieux que Trump, l’Europe s’était mise à construire des murs par peur de l’autre. L’Europe s’était mise à construire des murs qui divisent, opposent, agressent. L’Europe s’était mise à construire des murs qui lui procuraient cette toute puissance illusoire et mortifère face à ses malheureux fuyant la misère, la guerre, la faim. Cette lâcheté retardait la solution des conflits, annihilait la possibilité de l’échange de paroles et détruisait la plus élémentaire urbanité. L’Europe, comme tout bâtisseur de murs, était devenue un pollueur d’humanité ! 

Des militaires et policiers polonais surveillent la frontière avec le Bélarus, vendredi 12 novembre. (Irek Dorozanski/via REUTERS)

Des murs ! En ce début de siècle, un peu partout, se dressent de nouveaux murs. À Bagdad où des murs séparent des quartiers à majorité chiite et des quartiers peuplés principalement de sunnites ; en Cisjordanie avec la « security fence », une clôture de sécurité, longeant la « ligne verte », la frontière de 1967, construite en béton, haute de 8 à 9 mètres, avec alarme électrique, doublée par des fossés, des barbelés, et prévue sur plus de 700 kilomètres ; à Padoue où fut érigé un mur d’acier de 84 mètres de long sur 3 mètres de haut, sous protection policière, afin de séparer la ville « convenable » de la ville gangrenée par les soi-disant dealers ; au Botswana, comme hier à Cuincy (France) ou à Ustí nad Labem (République tchèque), et bien sûr aux USA, … Il existe même des murs immatériels au coeur monde numérique dont les portes nécessitent des codes et des autorisations pour être franchies… 
Le mur protège moins bien qu’il ne sépare. Le mur, c’est aussi une histoire de  brèches ou d’espoir de brèches. Il existera toujours des réponses plus sophistiquées et astucieuses pour tenter de le franchir et l’humanité en construira de plus hauts, de plus intelligents, de plus terribles, qu’elle cherchera toujours à franchir. Pourtant, on n’empêcha pas leur multiplication comme si les murs s’avéraient plus indestructibles symboliquement qu’ils n’étaient vulnérables matériellement. Le mur relevait de la crainte et du repli, s’enfermer afin de n’être pas exposé à l’Autre, qu’on ne comprenait pas et qu’on ne souhaitait pas rencontrer. Le mur exprimait alors l’incompréhension, la séparation, la ségrégation. Le Mur est une violence, un empêchement à la paix, comme en Irlande du Nord, où les peacelines marquaient cette frontière impossible. 

 

Pour finir, quelques mots de la bêtise mortifère ambiante. 
L’île papoue de Biak est un paradis d’eaux cristallines et de forêts inviolées… Son point faible ? Située à quelques kilomètres de l’équateur, sa position géographique la rend attractive pour y construire des bases de lancement de satellites. Les satellites géostationnaires se plaçant dans le plan de l’équateur, construire une Astro-base à proximité de l’équateur permet de minimiser les corrections de trajectoires et de bénéficier de l’effet de fronde maximal de la rotation de la Terre. 
Evidemment, construire une base spatiale détruira une grande partie de l’immense forêt protégée de l’île. Mais apparemment, ça ce n’est pas un problème. Même si les Papous vénèrent la nature et particulièrement les arbres. 
Mais l’idée du président indonésien est de faire co-développer cette future base de Biak avec une entreprise de lancement de fusées ou d’un Etat. Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes puisque la Russie semble intéressée mais surtout Elon Musk est aussi très intéressé parce qu’il cherche un endroit à proximité de l’équateur pour installer une base pour SpaceX qu’on entourera de murs. Et ce n’est pas tout ! Elon Musk n’est pas seulement intéressé par Biak. Il vise également les mines de nickel de l’Indonésie. Le nickel est indispensable pour la fabrication des batteries des Tesla et l’Indonésie est le premier producteur mondial de nickel ! 

Ne sortons-nous pas d’une COP ?
N’avons-nous pas encore compris que ce qui va rendre la Terre invivable pour les humains, c’est la capitalisme, la bêtise, la cupidité et l’ignorance !  Apparemment toujours non ! « Avoir conscience du libre arbitre signifie avoir conscience, avant d’avoir choisi, d’avoir pu choisir autrement » a écrit un jour John Stuart Mill. 

 

Références et sources
https://www.liberation.fr/planete/2019/11/08/en-2019-l-europe-compte-ses-murs_1762467/
https://www.monde-diplomatique.fr/2006/10/PAQUOT/14047
https://www.humanite.fr/societe-mur-de-la-honte-270163 https://www.nytimes.com/2021/11/16/business/indonesia-spaceport-elon-musk.html 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-d-anthony-bellanger/histoires-du-monde-du-mercredi-17-novembre-2021
https://www.liberation.fr/international/europe/le-corps-dun-jeune-migrant-syrien-retrouve-mort-pres-de-la-frontiere-entre-pologne-et-belarus-20211113_GIUUWFLUG5EMXC2CPSLJJD477I/ https://www.infomigrants.net/fr/post/36619/lukraine-se-dit-prete-a-tirer-sur-des-migrants-qui-tenteraient-de-traverser-sa-frontiere-avec-la-bielorussie
Nous autres, Eugène Zamiatine 
La Terre creuse, François Schuiten et Luc Schuiten 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.6-23112021-11.06/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.