Nowakowskismes 6.4. Meta-univers, méta-vies

illustration par Nicolas Hamm

Commençons par une information qui n’a rien de Méta ! 
En 1971, Total savait. Cela fait cinquante ans, au moins, que Total est conscient de l’existence du changement climatique, de ses causes et de ses conséquences. Mais Total a volontairement ignoré ces alertes jusqu’à semer le doute sur l’état des connaissances scientifiques afin de continuer à extraire toujours plus de combustibles fossiles. Ceci constitue les conclusions d’une étude menée par des chercheurs en sciences humaines sur le positionnement adopté par Total et par Elf, absorbée par Total en 1999, à l’égard de sa contribution au changement climatique ces cinq dernières décennies.
Publiée le 20 octobre dernier dans la revue Global Environmental Change, cette étude a été réalisée à partir d’archives et d’entretiens avec d’anciens dirigeants de Total et d’Elf. Elle apporte un regard nouveau sur les multinationales françaises et montre les efforts qu’elles ont déployés pour produire de l’ignorance autour du changement climatique et lutter contre la régulation de leurs activités. Ces politiques aux conséquences désastreuses qui ont ainsi permis une extraction annuelle des combustibles fossiles qui ont septuplé au cours des soixante-dix dernières années. On y voit également que vingt entreprises du secteur des énergies fossiles sont responsables de plus d’un tiers des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde depuis 1965.

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. 
Vous qui pensiez que la réalité resterait en deçà des imaginaires des auteurs science fiction, que les rêves de William Gibson, de Neal Stephenson, de Bruce Sterling, ou Cory Doctorow resteraient des imaginaires influençant quelques-uns d’entre nous. Et bien non ! La réalité se retrouve encore une fois à dépasser la fiction. En fait, ces grandes entreprises du numérique après avoir contribué largement à saccager la planète et à la mettre à sac se tournent vers d’autres univers. Musk et Bezos ont fait le choix de quitter la Terre, avec les riches de leur espèce. Zuckerberg met en place une réalité alternative qui enfermera les masses condamnées à survivre sur une Terre de plus en plus meurtrie, dans une réalité alternative, calculée, programmée, …. Le metaverse. Avant d’en explorer ses dimensions, laissons-nous à imaginer un peu par ce court texte ce qu’il pourrait en être. Prêts ? Avez-vous revêtu vos lunettes 3D et installés tous les capteurs aux endroits stratégiques de votre corps ? Alors vous êtes prêts pour l’expérience ! 

La ville attendait, elle était juste là, le temps ne comptait là où elle se trouvait. Tel un joyau, elle resplendissait à la lumière de ce soleil qui réchauffait de ses rayons calculés ce lieu qui resterait toujours froid. 
L’univers dans lequel elle avait pris forme, avait été programmé pour être un endroit parfait pour s’installer. Des fleurs inconnues croissaient et fanaient, des rivières se gonflaient d’une eau qui n’en était pas, débordaient quelque fois, s’asséchaient aussi. Il y avait même des vents qui pouvaient être jeunes et violents par moment, emportant avec eux des colonies de nuages flottant dans une blancheur paresseuse. 
La ville avec ses fenêtres de cristaux, ses murs comme faits d’obsidienne, ses tours, ses rues, ses portes attendait ses premiers occupants. 
Tout à coup, ils furent là, ils parlaient fort, comme excités d’être là, face à cette ville, qu’ils découvraient après en avoir rêvé, après avoir espéré être parmi les premiers à fouler ce territoire vierge. Mais la ville était là avant eux, elle existait en puissance dans les cerveaux artificiels et elle les attendaient. « Ils s’acheminèrent vers [ce] château immense, au frontispice duquel on lisait : « Je n’appartiens à personne et j’appartiens à tout le mode. Vous y étiez avant que d’y entrer, et vous y serez encore quand vous en sortirez » », des mots étrangement empruntés à Diderot dans Jacques le Fataliste et son Maître, un texte de 1769. 
La ville libéra alors les sens dont on l’avait dotée. 
Ceux qui avaient créé ce monde avait besoin de savoir, besoin de connaître, et soif d’apprendre. Alors la ville dégagea des capteurs secrets de ses murs noirs et les premiers renseignements, les premiers détails des comportements des visiteurs commencèrent à emplir les réservoirs de données qui avaient été spécialement fabriqués pour elle. Les mots prononcés activèrent des oreilles automatiques, et elles enregistrèrent le moindre souffle, le moindre battement de coeur venu d’au-delà des appareils connectés avec l’autre monde. 
Les premières adaptations des systèmes d’apprentissage se mirent à organiser les réseaux de neurones chargés des métamorphoses de cet univers calculé. 
Les visiteurs étaient des avatars élaborés par le système à partir de toutes les informations, traces et données collectées depuis l’origine du système lui-même. Ces avatars se voulaient être des copies des êtres habitant le monde extérieur, le monde non calculé de la réalité… mais qu’était devenue la réalité ? 
Ceux-là prirent possession de leurs appartements. Ils étaient chez eux, puisque la cité avait été créée pour eux. La cité était l’alternative à leur réalité extérieure, la réponse que les grandes entreprises qui s’étaient partagées le monde avaient produite pour permettre aux humains de s’échapper de l’enfer de la survie terrestre. 
Ils étaient au milieu d’un siècle qui avait vu disparaître une majorité des espèces vivantes. Les températures avaient augmenté jusqu’à obliger les humains survivants à se terrer dans des appartements sans fenêtres, isolés de l’extérieur. Ce monde en perdition dans lequel la production d’énergie avait été exclusivement dédiée à ce monde calculé, ce métaverse, dans lequel ce qui restait de l’humanité trouvait l’illusion d’un échappatoire. 
Là, dans un des appartements, ils pouvaient vivre, s’évader, ouvrir des fenêtres vers des ailleurs. Depuis maintenant un nombre incalculable d’années, dans d’autres occurrences de cette ville, de pareilles pièces constituaient la maison des humains qui avaient survécu au désastre, connectés grâce à leur smartphone qui était devenu une extension physique de leurs corps. Là, ils n’avaient qu’à y penser et les murs deviendraient des fenêtres qui s’ouvriraient sur un quartier de la ville, un endroit du monde sauvegardé dans les mémoires du système, une nature telle qu’elle était conservées dans les circuits programmés du métaverse. D’ailleurs, de plus en plus d’entre eux ne quittaient plus le metaverse. La vie y était belle puisque dans le métaverse, il suffisait de faire un voeu, de souhaiter, de formuler son besoin, ses désirs et le système les réalisait immédiatement débitant automatiquement les comptes qui se remplissaient de cette monnaie dont la valeur dépendait de la quantité de données partagées dans le métaverse lui-même – un paradoxe qui disait que plus on utilisait le metaverse, plus il était possible de l’utiliser. Un voeu, et l’espace occupé pouvait s’emplir de meubles, d’appareils ménagers, d’oeuvres d’art auto-générées protégées par des blockchains gérées dans les calculateurs centraux, ces gouffres énergétiques dévorant les dernières ressources disponibles dans les replis de la planète. Mais qui s’en souciait puisque l’ humanité avait fait le choix d’émigrer dans le métaverse, et l’alimentation en énergie du métaverse toujours plus importante se faisait sans plus aucune considération pour la planète, sans plus aucune volonté de protéger quoi que ce soit des espaces naturels, et du vivant ! De toute façon, dans le métaverse, on pouvait profiter à l’envi des versions sauvegardées d’un monde qui n’existait plus. On pouvait en un instant se retrouver au milieu d’une savane africaine puis sur une plage déserte d’une ile perdue au milieu d’un océan dont l’original rendait l’âme, empoisonné qu’il était par les conséquences des activités humaines. 
Après la brique et le béton, la ville s’était transformée en une prison algorithmique. Aux flux de vie succédait des flux de données échangées entre les différents niveaux de traitement afin de calculer, de générer, d’extraire de l’information des bases de données afin de maximiser les profits. Sous prétexte de permettre une réalité alternative à ceux qui vivaient terrés dans les caves des ruines de la Terre, la ville, en offrant tous les possibles calculés, en les gavant de séries formatées et prêtes à digérer, avait définitivement oublié ce que signifie habiter, ce que sont l’âme et la conscience des lieux parce qu’il n’y avait plus de lieu. Après l’ère des cités arrogantes qui avaient parsemé le monde, ne restait plus que celle-ci, épuisant inéxorablement les ressources encore accessibles, au coeur du métavers, seule issue à la vie sans issues que les humains s’était créée. 

 

Le métavers vient de l’anglais metaverse qui est la contraction de meta et universe, soit méta-univers. Le métavers est un monde virtuel fictif, un monde numérique où les humains pourraient mener une vie parallèle sans sortir de chez eux. Ce concept a été décrit pour la première fois dans le roman de Neal Stephenson, Le Samouraï virtuel, paru en 1992, un livre culte pour les entrepreneurs de la Silicon Valley.
Le terme métavers est régulièrement utilisé pour décrire une future version d’Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via des interactions 3D. Une définition différente affirmerait qu’il s’agit de l’ensemble des mondes virtuels connectés à Internet, lesquels sont perçus en réalité augmentée. En fait, il y a des chances que soit en fait les deux à la fois. Ainsi, sortir en boîte de nuit avec ses amis sous la forme d’un avatar, gravir le sommet de l’Everest à travers un casque de réalité virtuelle, ou encore faire une réunion entre collègues dans un bureau numériquement reconstitué à l’identique,… le métavers promet de repousser les limites du monde physique jusqu’à ce qu’univers réel et virtuel finissent par se confondre.
Ainsi, progressivement, les écrans, hologrammes, casques de VR et lunettes de réalité augmentée permettront des « déplacements » fluides d’univers virtuels en lieux physiques à la manière de téléportations.
Le métavers s’installera comme un univers virtuel permettant de créer un nouveau monde, une extension de la vie physique, de la vie telle que nous la concevons encore. Il peut se traduire de différentes manières avec un univers utopique fictif dans des jeux vidéo par exemple ou bien il peut reproduire nos sociétés actuelles. C’est ce vers quoi se dirige le métaverse que souhaite développer Facebook. Avec un casque de réalité virtuelle, on pourra ainsi aller à un concert, travailler, faire ses courses… c’est un monde hybride entre nos vies physiques et nos vies digitales. En réalité, c’est la poursuite de la numérisation de nos modes de vie, qui s’est accélérée pendant les confinements. On a notamment vu le rappeur Travis Scott donner un concert sur Fortnite ou l’Organisation mondiale de la santé conseiller de jouer à Animal Crossing pour rester à distance tout en maintenant des relations sociales. Le concert de Travis Scott a été suivis par plus de 12 millions de joueurs. Fort de ce succès, le jeu qui rassemble 350 millions de “gamers” principalement âgés de 14 à 24 ans, a également lancé un festival de cinéma baptisé Short Nite ou encore Party Royale, une fête virtuelle géante animée par des DJs de renom. Rappelons juste ces quelques données. Aux Etats-Unis, les plateformes de jeux en ligne consomment 34TWh par an soit 1/4 de la consommation annuelle en électricité des français, et rejettent autant de CO2 que 5 millions de voitures à essence, que 12 data centers sont nécessaires pour alimenter les consoles, smartphones et ordinateurs des 200 millions de joueurs de Fortnite. 
D’un point de vue sociologique, va se poser la question de l’avenir d’une société dont les interactions sociales se construisent dans une autre réalité, dans une société régie sur la base d’autres règles, voire aucune règle. On a vu sur la plateforme Roblox par exemple, assez proche du métavers, la création des villages virtuels inspirés de l’Allemagne nazie. Aux débuts des métavers, des mondes étaient créés dans lequel les utilisateurs pouvaient tuer « pour le fun ».
Le Métavers est également un lieu paradoxal. En effet, d’un point de vue anthropologique, il n’est pas nécessairement la fin du lien social. Le métaverse pourrait permettre de réduire les distances entre l’individu et les lieux. On pourrait aller se baigner sur une plage du Pacifique le matin et visiter Paris immédiatement après. Est-ce bon ou mauvais ? 
La question est que deviendrait cette société si se généralisent ses réalités alternatives, ces ailleurs programmées par les grands prédateurs numériques. En s’appuyant sur les textes de Félix Guattari, il faut se rappeler que les pires cauchemars ne sont pas derrière nous mais présents en chacun de nous, dans chacune de nos organisations, dans notre ton, dans notre style. Cela ne fait pour autant pas de chacun de nous acteurs de la réalisation de ces cauchemars en tant qu’entité close, mais ceci fait de chacun de nous potentiellement des points de ralliement de possibles sédimentations cauchemardesques de notre société, non pas comme un spectre qui nous hante, mais comme des réalités devenant soudainement possibles. Tout cela sera comme quelque chose dont nous pourrons dire après coup, « oui, cela a été rendu possible » parce que son fait même se sera réalisé.
Nous pourrons toujours nous cacher derrière les traditionnels arguments comme quoi cette évolution est cohérente, que la frontière entre physique et numérique dans nos modes de vie est de plus en plus brouillée, que c’est une évolution inéluctable et une opportunité pour l’humanité. Sauf que le métavers de Facebook obéit aux règlements et aux lois du marché ultralibéral et capitaliste. Que, et comme c’est déjà le cas, si le métavers est la prochaine étape du capitalisme numérique, les règles qui s’y appliqueront seront celles qui bénéficieront aux GAFAM au détriment de nos pauvres démocraties et de nos libertés. Dans ces conditions, le cauchemar d’une société de parodies de démocratie, d’humains vivant en troupeaux dans des espaces formatés et calculés en se pensant libres, de libertés illusoires régies par des CGU, de collectes massives de données et de data centers géants finissant de contribuer à l’épuisement de la planète et du vivant, voici ce qui nous attend. Le Métavers comme dernier refuge des hommes, abritera sur une Terre transformée en désert tout ce qui reste de l’humanité. Dans une réalité calculée et intelligente, organisée par des ordinateurs omnipotents, les humains seront maintenus en vase clos, où même la simple pensée du « dehors », devenu inconnu et hostile, suscitera chez eux une insurmontable terreur. Les avatars tout comme les objets qui constituent la cité seront éternels, générés et reproduits à l’infini et s’épanouiront au gré des jeux tech­no­lo­gi­que­ment assis­tés qui per­mettront à ce qui restera des rêves et des fan­tasmes de se déver­ser sans que quiconque n’ait besoin d’aller voir à l’extérieur du métavers. 

Sylvia Plath écrivait il y a bien longtemps 
« Sortez et faites quelque chose.
Ce n’est pas ta chambre qui est
une prison, c’est toi même. »

Alors sortez, faites quelque chose, allez respirer le monde, veillez à ce qu’il perdure, et ne vous livrez pas aux plateformes qui délivrent leurs contenus standardisés prêts à digérer, gardez-vous de la prison intérieure qui nait des appels pressants et impérieux venus des promoteurs de métavers, et cherchez ailleurs que dans les multiples versions du métavers la réalité de notre monde ! 
Ne soyons pas cette humanité qui a perdu toute sa curiosité, voire tout son courage, et qui se réfugie dans le rejet ou l’illusion. Espérons que même après la disparition de tout instinct de découverte, d’avoir confié nos vies, nos choix, notre liberté aux machines et aux programmes informatiques, il restera toujours quelqu’un pour s’interroger sur ce qu’il pourrait bien y avoir au delà des murs qui nous enferment. 

Avant de finir, une petite annonce. 
Ne manquez pas la soirée FutuRobot qui aura lieu le 10 novembre de 18h30 à 20h30 au centre Prouvé. Une soirée en compagnie de 4 chercheurs, qui parleront de nanorobots, de robots mous, de robots humanoïdes et de robots apprenants. Une soirée pour échanger, discuter, interroger et faire le point sur la question. Vous trouverez sur mon blog le lien pour vous inscrire. 

Références et sources 
https://reporterre.net/Changement-climatique-Total-savait 
FutuRobot le 10 novembre https://www.centre-est.cnrs.fr/fr/evenement/futurobot-percez-les-secrets-de-la-robotique
Le samouraï virtuel et Snow crash, Neal Stephenson
La cité et les astres, Arthur C. Clarke
L’homme illustré, Ray Bradbury 
Philomag, octobre 2021
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.4-23102021-10.48/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.