Nowakowskismes 6.3. Crop circles

Echelle de Jacob, par Nicolas Hamm

Bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. 
Pour ce nouvel épisode de l’exploration qu’ont entamée les Nowakowskismes, nous allons faire un petit tour du côté de ces signes codés qui sont installés dans les moindres recoins de nos vies. Sous formes de quelques barres regroupées dans un rectangle, ou d’un carré bizarrement décoré, ils se retrouvent sur tous les produits achetés emballés, ils se retrouvent sur les pièces d’identité, ils sont l’objet de pratiques ludiques … ils sont des signes qui poseront peut-être quelques difficultés d’interprétation aux archéologues des temps futurs. Que faire de ces signes dont le sens dépend d’informations contenues dans des bases de données disparues depuis longtemps ? De quoi sont-ils révélateurs ? De quelle histoire sont-ils issus ? 
D’où viennent les QR-code, ces symboles mystérieux, qu’aucun d’entre nous ne peut déchiffrer sans l’aide d’un oeil informatique mais qui sont devenus la manifestation de l’omniprésence de ces appareils automatiques qui peuplent notre quotidien, dans la sanctification d’une modernité commerciale, innovante et connectée ? Quelle est l’histoire de ces codes, de ces codes-barres et autres QR-codes, en fait de toutes ces petites inventions de la modernité permettant d’identifier et tracer les marchandises comme les humains. 
Dans cette longue histoire de l’industrialisation, des flux du commerce mondialisés mais surtout de leur contrôle révélateur des mutations du capitalisme, le QR-Code est devenu l’un des symboles du monde connecté, moderne, surveillé, optimisé, tracé, … d’un monde smart. Ainsi, du pass-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants et les cartels d’exposition, les documents officiels d’identité, son omniprésence et sa banalité d’usage actent l’emprise qu’exercent les technologies numériques sur nos vies. Ce carré de surfaces noires sur fond blanc, encadré de trois carrés noirs, ce qui se nomme en réalité le « code à réponse rapide » soit QR, s’inscrit dans la grande histoire des relations qu’entretiennent l’informatique et l’industrie, lesquelles déterminent le rôle croissant de l’identification informatique dans la circulation des marchandises et des humains. 
Et qu’est-ce qui a fait que nous en soyons là ? 
Et bien, c’est comme toujours la simplicité apparente de cette technologie et le fait qu’elle soit à portée de main de tous, pour tout, ce qui lui permet « de se fondre dans le décor à une vitesse ahurissante ». En fait, un code-barres ou un QR-code fonctionnent à la manière d’une infrastructure c’est-à-dire à la manière de quelque chose d’imperceptible dans la plupart des cas, dont nous dépendons sans avoir à y penser et qui nous met en capacité de faire quelque chose, tout en déterminant la forme des actions et usages qu’elle rend possible. Si aujourd’hui, rien n’est plus anodin que le code-barres qui figure sur presque toutes les marchandises du monde, l’introduction de cette représentation d’une donnée numérique ou alphanumérique, sous la forme d’une alternance de barres et d’espaces dont l’épaisseur varie, a joué un rôle déterminant dans l’accélération de l’informatisation. Le code-barre a été inventé en 1952 par deux ingénieurs, Bernard Silver et Norman Joseph Woodland qui étaient auparavant assistants dans le cadre du projet Manhattan. Ils s’inspirèrent du code Morse pour inventer un code capable d’agir comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle localisée dans une base de données numérique. Ils fabriquèrent ainsi un lien entre le numérique et le physique, entre l’informatique et la circulation des marchandises et … des humains.
Le code-barres va accélérer les passages en caisse et l’inventaire des rayonnages, augmentant ainsi la productivité du travail. Il permet l’extraction automatique de l’information sur les marchandises vendues ou non qui viendront nourrir les enquêtes sur les marchés, les goûts et préférences des consommateurs. Les données extraites de la lecture des code-barres vont inaugurer la gestion des stocks à grande échelle. L’analyse ne s’effectuera plus dans chaque magasin mais sera délocalisée dans des bases de données possédées par la direction, détachées de leur emplacement géographique pour être traitées et analysées en comparant les résultats de plusieurs magasins, en fonction des heures, des jours, des emplacements, etc., déployant tout l’arsenal de la fouille de données massives. 
À la différence du QR-code, les données enregistrées par le code-barres ne seront individualisées que progressivement, notamment par le développement de cartes de fidélité. Fidélité, profils et traçabilité appartiennent à la même logique. Avec le numérique et ses caisses automatiques, la personnalisation va nourrir la satisfaction des masses, suivant la même logique que les programmes informatiques des plateformes peuplant notre quotidien.
C’est en 1994, dans une filiale de Toyota, que le QR-Code fut inventé à des fins logistiques. Dans ce modèle, le « toyotisme », la chaîne de montage est transformée en unités de petites équipes aux tâches distinctes, mais flexibles. Le système s’appuie sur une flexibilité (c’est-à-dire adaptable et modifiable) intégrant des contrôles de la qualité effectués sur chaque pièce de la mécanique et en permanence d’un bout à l’autre de la chaîne. Pour cela, les acteurs doivent être intégrés au processus. Ils doivent valider chaque étape tout en étant constamment surveillés afin que toute faute soit localisée, identifiée et sanctionnée. Le système Toyota mettra presque 20 ans à s’appliquer au Japon. Il devra faire face à la résistance ouvrière mais surtout attendre que les moyens informatiques disposent des capacités permettant le déploiement d’un tel système.
En effet, l’ensemble de ce tournant logistique repose essentiellement sur la généralisation du calcul informatique qui permet de suivre en temps réel l’emplacement des marchandises, les délais de livraison, l’ensemble des flux, soit un ensemble d’opérations impossibles à réaliser et à centraliser sans la puissance des ordinateurs. Le QR-Code va être un des moyens mis en oeuvre pour organiser cela. Il peut être lu rapidement et quel que soit l’angle de lecture. Les trois ou quatre carrés noirs dans les coins permettent de reconstituer l’angle de lecture et l’information à extraire du code. L’information y est partiellement répétée de sorte que jusqu’à 15 % voire 30% du code peut parfois être détériorée sans empêcher la lecture. Les avantages principaux du QR-code au regard du code-barres sont la quantité d’informations qu’il peut contenir et à sa capacité à identifier singulièrement chaque produit. Dans l’industrie automobile, cela permet un suivi exact des pièces qui arrivent, et de contrôler leur qualité à l’arrivée ou pendant tout le processus en cas de détérioration ou sabotage. Le QR code est devenu l’outil indispensable pour identifier et mémoriser la trajectoire de chaque marchandise particulière, mais aussi de suivre les activités des salariés, …. 
Le QR-Code révèle la tendance du moment. Il met en évidence le lien fort qui s’est installé entre les technologies de communication mobiles et les technologies dédiées à l’identification. Par exemple, pour les marchandises, mais aussi pour les humains porteurs d’un QR-code, il va servir à les identifier à tel ou tel moment pour ensuite rendre possibles toute action jugée nécessaire en fonction de la situation et du contexte – de la maintenance, de l’optimisation ou… de la surveillance et du traçage. 
Enfin, les QR-codes sont devenus des éléments centraux de l’internet des objets, de la surveillance généralisée, et de l’informatique ambiante. Ces dispositifs ne communiquent pas directement sur le réseau mais par l’intermédiaire du milieu construit qui les entoure, lui-même construit pour les faire fonctionner. De plus, et ce n’est pas négligeable, un tel système permet de confier à des dizaines de milliers de personnes simplement munies d’un smartphone, non-formées et non-payées par l’État la mission de contrôler l’ensemble de la population à l’entrée d’innombrables lieux publics, et ce, pour un coût extrêmement faible pour l’État puisque l’essentiel de l’infrastructure (les téléphones) a déjà été financée de manière privée par les personnes chargées du contrôle. 
Le QR-Code associé toute la batterie de ces technologies qui se déploient dans l’espace de nos vies permet ainsi, subrepticement mais inexorablement, de mettre en place une surveillance de tous par tous, une régulation de l’espace public dans des proportions qu’on n’aurait imaginée que dans les dystopies sorties de l’imagination d’auteurs de science fiction. Nous pensions que ce n’était qu’un mauvais rêve, nous en avons fait un cauchemar bien réel. 

Pour finir et si nous nous mettions à penser autrement le monde, le rêve et les êtres qui peuplent la réalité et nos imaginaires. L’humain et le vivant seraient ainsi deux notions indissociables à la manière des cosmologies nippone ou amérindienne. La nature ne serait pas un concept séparé de la culture. Les arbres, les animaux voire même les extraterrestres ou les robots quand ils ne seraient pas réduits à l’état de mécaniques réflexes, pourraient être des « gens » comme les autres, tourmentés, pouvant ou non être vécus comme « humains ». Nous pourrions retrouver et réinventer de façon multiple et parfois chaotique, le cosmos comme dans le monde des peuples premiers, pour lesquels aux origines tout est humain. L’humanité y serait alors « le principe actif à l’origine de la prolifération de formes vivantes en un monde riche et pluriel », tandis que les espèces animales y seraient conçues « comme autant d’autre​​s types d’« humains » ou de « peuples » c’est-à-dire comme des entités politiques. 
Qu’est-ce qui nous empêcherait de dialoguer avec un « vieil arbre rabougri  » qui parle par ses feuilles qui tombent et s’envolent, par son silence ou le bruissement du vent entre ses branches noueuses ? Nous pourrions ainsi nous opposer ceux qui mettent en nombres leurs vraies fausses vies et nous retrouver parmi les êtres qui la vivent en empathie avec leurs milieux, plantes, animaux ou même machines, nous positionnant du côté des plaisirs de la Terre, de l’air, de l’odeur et de la beauté du printemps, de « la terre fertile, et des bourgeons…  ».
Nous pouvons encore une fois nous tourner vers Philip K. Dick qui écrivait cela de façon drôle et poétique dans le seul roman qu’il a écrit pour la jeunesse (pour avoir expérimenté la lecture de ce livre avec mes enfants petits, la catégorie Roman jeunesse n’est pas adaptée – ce livre a juste réussi à leur faire peur, et à les traumatiser). Ce roman s’intitule Nick et le Glimmung. 
L’histoire a tout de l’histoire pour enfants mais… Au commencement, il y a un chat, prénommé Horace. Et là, ça dérive tout de suite parce que le chat est clairement considéré comme un interlocuteur avec lequel vivre et donc négocier, appartenant à ce vaste collectif de nos « espèces compagnes  » comme le rappelle Donna Haraway. Horace est donc en quelque sorte un « humain » comme les autres, mais privé de ses droits de s’ébattre sur une Terre parce que, en ces temps, il est « illégal de loger dans une maison, tout comme de posséder un animal de compagnie. Si bien qu’à San Francisco comme partout, les habitants s’entassaient dans d’immenses bâtiments qui s’élevaient haut dans le ciel, étage après étage  ; on construisait même des appartements en sous-sol, pour les familles les moins aisées. Plus la population augmentait, plus la nourriture se faisait rare, ce qui expliquait l’adoption récente de la loi Anti-Animaux. Et avec elle, l’apparition du sinistre agent AA. […] l’agent viendrait, tôt ou tard, […] l’agent AA finissait toujours par trouver les animaux – les trouver et les emporter ».
Pour sauver Horace, Nick et sa famille décident d’émigrer sur la planète du Laboureur, territoire sans télé, sans ordinateur ni robots pédagogiques, sur laquelle vivent toutes sortes d’animaux bizarres, « des bêtes pour qui, il existe des nomenclatures très spécifiques témoignant de leur nature contre nature ». Les voilà sur une planète dont la plupart des végétaux « ont un métabolisme à base de silicone et non de carbone  », accueillis par un être sympathique, bizarre et lunaire, le greumz qui dialogue avec les humains grâce à des messages simples inscrits sur des panneaux en carton… 
Dans cette multiplicité extraterrestre, il n’existe pas de hiérarchie entre les êtres, mais des conflits dont le Glimmung s’avère être la cause et le chef d’orchestre. Dans ce monde, cohabitent les Répandeurs, bestioles à plusieurs queues vivant entre les steppes et leurs terriers, les Werjs, sombres oiseaux réceptacles d’autres vivants, des Duplicateurs, des mutants amibiens aux airs d’imprimante 3D , les Trobes aux visages de fines fentes qui semblent « bordés de celluloïd  » avec un « éclat méchant  »  et de Pélicouics, de Glôtrons, de Krakos, de Nynx ou encore de Mange-pères qui simulent les paternels afin de les dévorer, … En fait, derrière ce qui ressemble à une farce se cache la vision d’un univers dont tous les êtres sans exception sont des « gens ». 
Et là, apparaît, ce qui est coeur de toute l’œuvre de K Dick, l’empathie. L’empathie qu’on retrouve comme une des clés du test Voigt-Kampf de Blade Runner dans lequel éprouver de l’empathie pour une simple araignée est une moyen de distinguer l’humain d’un être machine programmée, fabriquée. Pour K. Dick, c’est le rêve qui nous fait passer de machine à être humain, et que nous devons nous garder de ce bouleversement de notre monde qui consiste en un glissement du vivant vers la réification, qui fait que nous ne sommes plus en mesure de séparer le vivant et le non-vivant. 
Mais nous pouvons aller plus loin, dans les pas de Richard Brautigan et de Donna Haraway ? En effet, ne sommes-nous pas à l’aube d’une ère dans laquelle les objets naturels, mais aussi les satellites, les transmetteurs et les stations relais pourraient participer d’une apparence de vie pas si lointaine du vivant. Alors, la « meilleure approche de la vérité  » ne serait-elle pas de dire que « tout est vivant de la même façon, libre de la même façon, sensible de la même façon, car tout n’est pas vivant, à moitié vivant, ou mort, mais plutôt, tout est vécu comme passage ». Alors quelles traces laisserons-nous de notre passage ? Et comment préserver l’empathie pour toute forme de vie, du végétal à jamais immobile jusqu’à l’étrange « extraterrestre télépathe », parce que l’empathie et le savoir sont les seuls remparts dont nous disposons pour lutter contre l’imbécillité et l’ignominie du refus de « l’Autre ». 

5 900 milliards d’euros par an, soit 9,5 millions d’euros par minute c’est le coût planétaire en termes de subventions, mais surtout de coûts environnementaux et sanitaires de la consommation des combustibles fossiles. Six ans après la COP21 et l’Accord de Paris, à quelques jours de la COP26, les États dans le monde entier persistent à soutenir massivement le secteur des énergies fossiles. L’étude réalisée par le Fonds monétaire international (FMI) montrent que les énergies fossiles auraient coûté 5 100 milliards d’euros à la collectivité en 2020, soit environ 6,8 % du PIB mondial. Cette étude s’intéresse à l’ensemble des soutiens directs et indirects aux énergies fossiles. Elle comptabilise autant les subventions aux entreprises que le coût des externalités provoquées par cette industrie à savoir la pollution de l’air, la destruction des écosystèmes ou encore le réchauffement climatique. En fait, les États préfèrent socialiser les coûts de l’industrie fossile plutôt que de financer la transition. Nous aurions dû organiser la décroissance de l’extraction, de la combustion et de la consommation des énergies fossiles, mais nous faisons exactement l’inverse. 

Références et sources 
https://reporterre.net/Les-energies-fossiles-coutent-9-5-millions-d-euros-chaque-minute 
https://lundi.am/Du-code-barres-au-QR-Code 
https://www.laquadrature.net/2021/08/19/passe-sanitaire-quelle-surveillance-redouter/
Donna Haraway, Manifeste des espèces compagnes (2003), Flammarion, collection Climats, 2019.
Philip K. Dick, Nick et le Glimmung. Folio Junior. 1989
Philip K. Dick, Conférence « Hommes, androïdes et machines » (1976), dans Si ce monde vous déplaît et autres écrits. 
Poscast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.3-14102021-10/


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.