Nowakowskismes 6.1. Atterrissage

Illustration Nicolas Hamm

Une sixième saison, avec une musique de lancement qui porte bien son nom ! Seasons in the abyss de Slayer. Et oui verrons quels seront les abysses de cette année à venir. 
Alors aujourd’hui tentons une réflexion. 
J’aurais pu vous parler du rapport du GIEC, du monde, des questions qui nous traversent. 
Mais avant tout, que répondre à la question : « Pouvons-nous habiter le futur ? » au coeur d’un monde interconnecté qui augmente et enrichit de différentes façons nos capacités et perspectives en faisant aussi surgir de nouveaux territoires d’angoisse, de danger et de violence, avec le sentiment que l’idée d’un avenir prévisible s’évapore de plus en plus vite chaque jour. 
Qu’est-ce que ça fait de vivre au bord d’un vaste changement historique ? 
C’est ce que nous découvrons maintenant. Cela peut sembler exagéré, et peut-être même paniqué, mais il y a de fortes chances que nous y soyons. 
Ce n’est pas dans les Nowakowskismes que nous percevrons mieux l’avenir qu’ailleurs, mais au milieu de la pandémie, du rythme accéléré des événements météorologiques extrêmes et de l’accumulation de données et d’analyses de la communauté scientifique, il est malheureusement plus facile de se projeter.
Mais, bien que l’humanité soit au bord du désastre, une pensée créative et une volonté collective nous permettraient-elles d’éviter la catastrophe ? 
Et comment se mettre dans les mots lancés par les Fremens dans Dune considérant que « la plus haute fonction de l’écologie, c’est la compréhension des conséquences » ? 
Pour cela, revenons quelques semaines en arrière. 
Aux États-Unis, en Europe, en Sibérie, …. des feux de forêts  terribles, incontrôlables, effaçant tout, sur des centaines voire des milliers de kilomètres carrés. Au même moment sort le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental des Nations Unies, le GIEC, sur l’évolution du climat. Il documente en détails la véritable ampleur du problème climatique. Et qu’y voit-on si nous ne l’avions pas encore vu ? Une humanité non seulement au bord du changement, mais du désastre et de l’abime. Mais bien que nous voyons tous les jours se préciser cet abime, aussi clairement que l’orage précédé de ces nuages noirs remplissant l’horizon, nos tentatives pour éviter le désastre et créer une relation durable avec le seul foyer où nous puissions espérer vivre, la Terre, impliqueront d’énormes changements dans nos habitudes, nos lois, nos institutions et notre rapport au développement technologique.
Or, tout cela devrait être une évidence pour nous tous parce que, contrairement aux peuples qui vécurent par exemple avant la Première Guerre mondiale, nous n’arrivons pas en aveugles face à la catastrophe – même si les signes avant-coureurs de cette guerre étaient bien visibles. 
Les années 2020 ne seront plus une affaire de surprises mais de rapidité et d’intensité des changements à venir. Et ce qui nous attend c’est une atmosphère de peur grandissante dans une époque qui peut ressembler aux années d’avant la Seconde Guerre mondiale, lorsque tout le monde vivait avec le sentiment de glisser impuissant sur une pente vertigineuse.
Mais arrêterons là les analogies historiques. Elles ne nous permettent de comprendre notre situation actuelle la situation que sous un seul angle. Ce que nous vivons est inédit puisque nous n’avons encore jamais pu détruire nos propres moyens de notre existence. Le terme d’Anthropocène a d’ailleurs été écrit pour signaler que ce moment de l’histoire est sans précédent. Nous sommes tellement nombreux, nos technologies si puissantes et nos systèmes sociaux si ignorants des conséquences qu’ils entraînent que nos dommages à la biosphère terrestre ont augmenté à un rythme impressionnant.
Que faudra-t’il pour que nous déclarions la paix ? 
Que faudra-t’il pour que nous déposions les armes qui détruisent irrémédiablement le seul endroit de l’univers dans lequel nous pouvons vivre ?
Nous avions fait quelque chose en 2015 ! Cela s’appelait l’Accord de Paris. 
C’était un accord visant à lancer un processus de changement que nous nous devions de respecter afin qu’il devienne réalité. Nous avions convenu de décarboner notre civilisation dans tous les domaines : dans la production d’électricité, les transports, la construction, dans tout. Mais comme tout cela était en grande partie dépendant des énergies fossiles, l’Accord de Paris était un défi gigantesque, un espoir sans précédent, un rendez-vous avec la vie qu’il ne fallait pas manquer. Aujourd’hui, 6 ans plus tard, la question de savoir si nous pouvons mobiliser de la sorte est toujours ouverte. Malheureusement, tout le monde n’est toujours pas convaincu qu’un tel effort est nécessaire, et comme toujours les intérêts particuliers – pas seulement des particuliers ou des entreprises, mais de bon nombre des nations les plus puissantes de la planète – restent profondément déterminés à continuer à brûler des combustibles fossiles jusqu’au bout, profitant de l’aubaine de l’augmentation générale de la température pour s’approprier les gisements de ces territoires débarrassés de leur couche de glace millénaire.
Si nous échouons cette fois à renverser la vapeur, les conséquences pourraient être encore pires que les grandes guerres du 20e siècle, même si tout le monde n’est pas d’accord or tout le monde ne sera jamais d’accord, même si les sécheresses et les incendies, les tempêtes et les inondations se produisent plus rapidement que jamais. Il semble qu’il n’y ait aucune possibilité d’accord général ou de solidarité mondiale. Le mieux que l’on puisse espérer, c’est une majorité politique active, reconstituée pour tenter de faire l’essentiel pour nous-mêmes et pour les générations à venir. C’est un défi difficile et il est si facile de désespérer.
Cependant, chaque moment de l’histoire a sa propre « structure de sensibilité » qui change au fur et à mesure que de nouvelles choses se produisent. Une partie de cette accélération a été causée par le Covid-19. Nous avons découvert qu’il existe un bouton d’arrêt d’urgence dans la machine mondiale. Ce bouton d’arrêt d’urgence, ce n’est pas le gros bouton du feu nucléaire dont on nous rebat les oreilles à chaque élection présidentielle, mais d’un petit bouton bien caché dans un des placards du pouvoir qui permet de stopper ce « train du progrès » et de mettre en stand-by le système économique mondial. C’était une gifle, une démonstration indéniable que nous vivons sur une seule planète dans une seule civilisation, qui peut être fatalement perturbée. Et ce n’était pas seulement des gens qui mouraient partout de la même maladie, mais aussi nos réactions face à cette réalité choquante.
La civilisation est fragile. Paul Valery écrivait que : « …nous savons que [nos civilisations] sont mortelles. Nous avons entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à-pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins […]. Nous savons bien que toute la Terre est faite de cendres ». La seule option envisageable est que les individus doivent se faire confiance pour survivre dans ce qu’on a appelé le « dilemme du prisonnier » qui dit que nous tous, enfermés ensemble sur cette seule planète, nous sommes soit unis et nous avons une chance d’en sortir, soit divisés et nous perdrons. 
Les humains ne peuvent pas survivre à une exposition prolongée à des combinaisons extrêmement élevées de chaleur et d’humidité, n’en déplaise à ceux qui prétendent que les êtres humains peuvent s’adapter à tout. 
Que se passera-t-il si nous provoquons une augmentation de 3°C ou 4°C de la température moyenne mondiale ? 
Nous savons que les humains ne peuvent pas vivre dans des conditions supérieures à l’indice de chaleur, le bulbe humide, de 35 °C. Le bulbe humide est une mesure de la température de l’air et de l’humidité. Les humains n’ont pas évolué sous de telles conditions et lorsqu’elles surviennent, notre corps surchauffe rapidement et nous mourrons d’hyperthermie. Or, en juillet de cette année 2021, 35 bulbes humides ont été brièvement atteints au Pakistan et aux Émirats arabes unis alors que nous continuons à brûler des combustibles fossiles, à envisager l’exploitation toujours massive des gisements de sources d’énergie fossile, sans vraiment agir pour y mettre un terme. 
Tout cela était déjà dans le rapport Meadows au début des années 70. Nous continuons malgré tout sans changer ce qui fait que les températures moyennes mondiales continueront d’augmenter. Cette combinaison mortelle de chaleur et d’humidité se produira plus fréquemment et pas seulement sous les tropiques, où vivent, rappeleons-le, plus de trois milliards de personnes, soit presque la moitié de l’humanité. Cet été, le record de température en Colombie-Britannique a été supérieur à celui de Las Vegas ! 
Atténuer le changement climatique passe nécessairement par une réduction rapide et massive des émissions de gaz à effet de serre. C’est non seulement une bonne idée, mais une nécessité pour notre survie.
Que constate-t’on ? Qu’il y a de moins en moins d’espèces d’oiseaux, de plus en plus de feux de forêt, des rivières asséchées, et des centaines de millions de foyers exposés à des inondations côtières et des événements climatiques extrêmes. Ce sont les grandes lignes du scénario maintenant bien connu dessiné pour les prochaines années. Les risques systémiques associés à un niveau de réchauffement climatique global serait de l’ordre de 3° C par rapport à l’ère pré-industrielle. L’objectif de limitation du réchauffement global à 1,5° C est d’ores et déjà « pratiquement impossible » à atteindre. 
L’heure n’est donc plus au(x) scénario(s), mais au constat. Pour rappel, ce seuil correspond à l’un des objectifs fixés par l’Accord de Paris signé en 2015 par les États du monde entier sous l’égide de l’ONU. Cet accord prévoyait de limiter le réchauffement « à un niveau bien inférieur à 2° C, de préférence à 1,5° C, par rapport au niveau préindustriel ». 
Or, le rapport indique que la quantité de gaz à effet de serre que l’humanité peut encore se permettre d’émettre avant de dépasser 1,5° C de réchauffement est comprise d’environ 40 gigatonnes de Carbone. Si le niveau d’émissions rejetées dans l’atmosphère poursuit sa trajectoire actuelle, cela signifie qu’il « ne nous reste plus que trois ou quatre ans » pour atteindre ce budget carbone avant de le dépasser !
L’accord de Paris devait servir de moyen d’organiser cet effort massif, un moyen de dépasser les intérêts nationaux immédiats, de régler une fois pour toute ce « dilemme du prisonnier » qui nous enferme, mais ce fut encore un rendez-vous comme le furent le rapport Meadows en 1972, puis le sommet de Rio de Janeiro en 1992, la conférence sur le climat de 2012 et encore la conférence citoyenne pour le climat de 2021.  
Or, un aspect non négligeable concerne le monde de la finance. Les plus gros acteurs financiers ont affiché adopter de premières mesures d’exclusion sur l’exploitation des sables bitumineux, les forages en Arctique, et l’extraction du pétrole et du gaz de schiste. C’était déjà il y a plusieurs années mais les bonnes intentions affichées à grand renfort de communication demeurent extrêmement lacunaires et tardent même dans certains cas à se concrétiser. Ainsi, le Crédit Agricole et Natixis ont tous deux déclaré, lors de leur assemblée générale de 2020, qu’ils ne financeraient plus les entreprises spécialisées dans la production de gaz et pétrole de schiste. Non seulement cet engagement n’a pas été traduit en politique, mais il ne couvre pas le développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié, issu de la fracturation hydraulique, et derrière lesquels se trouve notamment Total.
Alors, et les réponses sont évidente ! 
Il faut que les banques et les assureurs ne financent plus ou n’assurent plus de nouveaux projets d’énergies fossiles. Il faut que tous les acteurs financiers ne soutiennent plus les entreprises comme Total tant qu’elles n’auront pas renoncé à explorer ou à ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, y compris à travers la construction d’infrastructures de transport. Il faut de plus, et dès maintenant, qu’elles conditionnent leurs soutiens à l’adoption d’un plan de décarbonation des activités aligné avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. 
Ne pensons pas que cela se fera tout seul. Tout n’a toujours été qu’un des multiples exemples catastrophiques de ce qu’on peut appeler la monocausotaxophilie, ou encore « l’amour des causes uniques qui expliquent tout », néologisme inventé par Ernst Pöppel pour désigner une tendance très commune des humains. Cette faiblesse de notre pensée, l’espoir futile d’un algorithme universel, d’une technologue miracle ou d’un monarque sauveur, doit être combattue sans relâche.
Pourquoi est-il plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme ?
Faisons en sorte en paraphrasant John Holloway de « […] refuser de fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ? »
« […] Lançons une pierre sur la couche de glace qui recouvre le lac des possibilités. La pierre provoque un trou dans la glace mais la glace est épaisse, la journée est froide et, bientôt, le trou disparaît. Nous gardons avec enthousiasme en mémoire quelque chose de beau, nous avons entrevu un autre futur possible. Jetons une nouvelle pierre et, cette fois, elle ne provoque pas seulement un trou, mais des brèches qui jaillissent dans différentes directions, certaines se connectant avec d’autres brèches qui se sont propagées à partir du trou provoqué par la pierre lancée par quelqu’un d’autre. Si la glace doit être brisée complètement, alors cela ne peut se produire que d’une seule façon : par toutes sortes de gens lançant des pierres et par le jaillissement de brèches qui parfois se connectent ». 
Le temps est venu d’admettre que nous devons agir collectivement, pour le bien commun, pour éviter une extinction massive en n’oubliant pas que la main invisible du marché n’honore jamais le chèque et que nous devons donc nous gouverner nous-mêmes.
Mais pour quel futur ? ! 
Parce que 45% des jeunes sondés dans dix pays du monde affirment que l’écoanxiété affecte leur vie quotidienne. L’échec des gouvernements à faire face à la crise renforce cette détresse. Pire, 75% jugent le futur « effrayant », 56% estiment que « l’humanité est condamnée », 55% qu’ils auront moins d’opportunités que leurs parents, 52% que la sécurité de leur famille « sera menacée » et 39% hésitent à avoir des enfants. 
On évoque « une crise de santé publique émergente », parce que « de tels niveaux de souffrance », avec des facteurs de stress « multiples et chroniques », auront des « effets négatifs et durables sur la santé mentale des enfants et des jeunes ». Or, le sentiment d’impuissance et d’injustice est ce qu’il y a de pire pour la santé mentale. 
Ce « fardeau psychologique » du changement climatique s’ajoute à d’autres conséquences plus directes, alors qu’un milliard d’enfants sont « très fortement exposés » aux effets des canicules, des cyclones ou des inondations, selon un rapport de l’Unicef publié fin août. La « blessure morale infligée aux jeunes » n’est rien de moins qu’une « violation des droits humains ». De plus en plus de personnes se tournent vers les tribunaux pour tenter de « sauver les écosystèmes, mais aussi leur futur ».
Cependant, des avenirs s’ouvrent peut-être, par une voie difficile et complexe nécessitant de traverser la zone, les ruines, les turbulences et les rêves. Nous pourrions imaginer essaimer l’essence vitale de cette planète, en proie à des destructions physiques et métaphysiques, pour faire renaître l’humanité, la vie, la flore et la faune dans les étoiles. Nous pourrions, avec d’autres, former le projet de partir à bord d’un vaisseau emportant dans ses flancs, outre des embryons humains et animaux, un chargement de graines, spécimens, outils, matériel scientifique, et de fichiers informatiques contenant toute la mémoire du monde et, plus lourd encore, le « poids considérable des rêves et des espoirs ». 
Ce n’est pas encore la fin du monde. 
Et ce n’est pas non plus le sauvetage de la planète. 
Ce qui nous attend ce sont les histoires de personnes confrontées à des problèmes majeurs qui les obligeront à reconsidérer leur façon de voir le monde et les mettront en difficulté non seulement sur le plan professionnel, mais aussi sur le plan personnel. C’est également un désir croissant d’essayer de réfléchir à ces questions d’une manière plus profonde et personnelle.
Il ne s’agit pas seulement de parler du traité de Paris ou de la convention citoyenne du climat mais il s’agit de réfléchir à comment on fait des enfants dans un tel contexte. Comment choisir l’endroit où nous devrions vivre ? Comment tout cela affecte-t-il notre vie quotidienne ? 
Nous pourrions tout simplement former un projet non pas de « revenir à l’âge de pierre [un projet] pas réactionnaire ni même conservateur, mais simplement subversif parce qu’il semble que l’imagination utopique soit piégée […] dans un futur unique où il n’est question que de croissance ». Ce projet que nous pourrions essayer de mener à bien, « est d’essayer de faire dérailler la machine ». Ces quelques mots d’Ursula Le Guin nous rappellent que nos avenirs nous appartiennent et que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur. Et gardons un soupçon d’espoir parce que  « celui qui trouvera en lui-même assez de patience pour scruter toute sa vie les ténèbres » pourra peut-être être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière » !

Sources et références
Le Monde « Climat : les trois quarts des jeunes jugent le futur « effrayant » » https://www.lemonde.fr/climat/article/2021/09/14/climat-les-trois-quarts-des-jeunes-jugent-le-futur-effrayant_6094571_1652612.html 
« Le mur de béton de La Nouvelle-Orléans est une manifestation visible de ce qui nous attend avec le réchauffement climatique » Entretien avec  Nathaniel Rich https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/14/nathaniel-rich-la-nouvelle-orleans-est-associee-a-l-histoire-mais-d-une-certaine-facon-c-est-une-ville-du-futur_6094540_3232.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.1-16092021-20/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.