Nowakowskismes 5.19. Nous sommes-nous habitués à vivre sans la liberté ?

Le 5ème cavalier de l’apocalypse par Nicolas Hamm

Ce soir, pour les derniers Nowakowskismes de la saison 5, je me suis dit que c’était le moment de mettre l’accent sur nos responsabilités. Quand l’Europe se dote de canons soniques pour repousser les réfugiés à ses frontières, quand des drones commencent à être dotés d’autonomie pour pouvoir décider de tuer, quand la vidéosurveillance et la collecte des données privées ou institutionnelles sont généralisées dans un silence assourdissant, quand les décisions de déploiement de la 5G et des technologies de l’IA sont décidées sans débat démocratique uniquement pour satisfaire cette logique mortifère de croissance et de compétitivité, quand une opposition citoyenne contre l’enfouissement de déchets nucléaires est réprimée avec une violence inouïe, et quand la peste brune menace comme jamais.. et j’en passe, mais aussi surtout parce qu’il nous faut ne jamais oublier que la liberté n’est certainement pas le privilège de l’individu uniquement soucieux de sa jouissance personnelle, que la liberté ce n’est pas de se comporter en « troupeau d’animaux timides et industrieux » et que la liberté c’est avoir le droit d’aller et venir comme bon nous semble, c’est pouvoir manifester sans avoir peur, c’est pouvoir s’informer sans être manipulé, c’est pouvoir penser et c’est garantir une vie digne pour tous.  

Ce soir, les Nowakowskismes portent l’espoir que le citoyen n’a pas disparu ! 

Il ne suffit certainement que d’un rien pour que l’air de liberté se raréfie. Pire encore, quand il regardait autour de lui, personne ne semble s’asphyxier pour autant. Dans ce pays, depuis des décennies, des gouvernements s’étaient succédés qui n’avaient été obnubilés que par la bonne gestion, et surtout à pouvoir inscrire leurs noms dans la course à l’efficacité et la compétitivité. Dans ce pays, comme dans d’autres sur ce continent, les populations avaient vécu dans un long temps passé sans grandes épreuves, et surtout sans guerres – même si elles avaient oublié celles, terribles, qui s’étaient déchainées à leurs toutes proches frontières. Dans ces pays, au cours d’un processus que nous avons toujours du mal à expliquer, les population se mirent à n’être obsédées que par leurs peurs dont celle du terrorisme, de l’autre, de l’étranger. Elles entamèrent alors cette quête destructrice de sécurité à tout prix. Or, il avait suffi d’une poignée d’ordures fanatisées et hostiles à nos libertés pour que les gouvernements de ce pays, les classes politiques visant leurs prochaines réélections, envoyèrent au panier les droits de l’homme, la déclaration qui va avec et les principes que ce pays vantait partout dans le monde. Il s’en était fallu de peu, mais le mal était fait, et la peste brune, que nous avions été si nombreux à combattre pendant des décennies, se montra au grand jour, renforcée et confortée par tous ces gens convaincus que la sécurité, la loi et l’ordre étaient ce qu’il fallait pour rétablir une société comme il faut.
L’édifice de cette société qui avait demandé des siècles pour prendre forme, tant d’humains, des philosophes au travailleurs et travailleuses, de morts, nombreux, aussi, s’était mis à se lézarder. Au début, ces petites attaques ne furent pas perceptibles, ou furent traitées avec négligence et légèreté par de simples ripolinages. Nombreux furent ceux d’entre nous qui ont détourné le regard, ne pas voir, et accepter l’inacceptable parce que les temps étaient difficiles. Une excuse commode, une excuse que ces gens avaient oubliée, négligeant l’apprentissage des sciences, de l’histoire, de la politique, tant ils étaient obsédés par leur présent, réclamant des droits pour eux et des supplices pour les autres, prêts à ce que la liberté s’efface pour peu qu’on paraisse leur garantir la leur sous la forme d’une pleine capacité de jouissance des objets variés qu’ils aiment, quitte à exploiter des armées de travailleurs invisibles à vélo ou en camionnettes, et l’accès à ces flots  de contenus préformatés, aseptisés et abrutissants déversés sans fin par des plateformes numériques prédatrices. 
Tout fut alors possible et surtout permis et accepté, en silence, les forces de l’ordre armées comme en guerre patrouillant dans les villes, le concert ininterrompu des sirènes de police rappelant à tout heure du jour ou de la nuit l’état d’urgence permanent, les véhicules de polices roulant à tombeau ouvert traversant la ville au mépris des règles faisant ainsi valoir aux yeux de tous leur importance, et aussi les blessures terribles, par des armes qui n’auraient jamais dû se trouver là, de ceux qui avaient osé défier ce pouvoir. 
Il en fallait du courage alors pour oser se rendre à une manifestation, à un rassemblement même autorisé, l’état d’urgence permanent ayant considérablement réduit les possibilités de ces rassemblements. Il en fallait du courage parce qu’arrivés sur les lieux, pour quelques centaines de manifestants, elles étaient là, à tous les coins de rues, arrivées par minibus, surgies des recoins de ce monde, en un déploiement massif d’humains en armure, casqués, bardés de protection qu’on pouvait en arriver à douter de leur humanité même. Et ces êtres étaient armés comme s’ils étaient en guerre, armé d’un fusil d’assaut qui leur barrait la poitrine, sur-armés pour affronter de simples humains venus manifestés pacifiquement. Et quelle arme ! C’était par exemple un fusil HK G36 allemand qui équipe la Bundeswehr depuis 1977. Dans ce monde où le marché des armes était toujours florissant, il avait été largement exporté. Ce fusil d’assaut exhibé dans les rues de nos villes avait été vu aux mains des forces déployées au Kosovo, en Afghanistan et en Irak. Et ce fusil qui tire des munitions de 5,56 millimètres de diamètre selon trois modes possibles de tir, rafale, rafale de deux coups ou coup par coup avec une portée de 500 mètres à une cadence de 750 coups par minute c’est ce que l’état menaçait d’utiliser contre des citoyens faisant simplement valoir un droit constitutionnel. 
Dans quelle histoire étions-nous arrivés ? Dans quelle dystopie vivions-nous où un état cherchait à intimider sa propre population en exerçant sur elle une pression de type militaire ? Qu’est-ce qui nous avait mené à vivre dans un monde dans lequel l’Etat agissait avec les citoyens de son propre pays, un pays normalement soumis au droit, comme s’il s’agissait de nombreux et dangereux ennemis dont on craindrait la révolte. 
Armer ainsi les forces de l’ordre contre la population à n’importe quel prix, et au prix de la liberté même, c’était ce que nous avions vu ailleurs, dans des régimes violents, pas ici, ça n’aurait pas dû être possible ! Mais ça l’a été à force d’excuses commodes, de désertions, de préférer le confort personnel à la liberté. Bernanos avait écrit que la liberté des autres lui était aussi nécessaire que la sienne. Mais qui pensait encore comme cela ? Manifestement peu d’entre nous ! 
Le citoyen disparut de la scène. Notre société aurait été bien inspirée de penser au lieu de commémorer. Que, et pour ne citer que quelques faits, l’horreur des lois religieuses de la Restauration, la honte des lois scélérates de la répression des anarchistes, la honte des lois raciales du régime de Vichy, les massacres de la répression de la Commune de Paris par les versaillais et j’en passe, mais aussi la lutte our les droits, les pensées émancipatrices des philosophes, auraient dû inspirer les enseignements pour tous d’une pensée critique et éclairée.  Or le passé fut fantasmé et comme toujours le devoir de mémoire ne dura pas, ou juste le temps des lamentations, de commémorations, d’un tweet, … Le passé retrouva vite sa place sur les étagères laissant la place au présent de l’immédiateté, de la consommation et de la sécurité. 
Et tout ça, comme l’histoire l’avait montré à de nombreuses reprises, toutes les conséquences des exceptions consenties aux usages finirent par se retrouver étendues au cadre ordinaire de l’existence. Ce qui était exceptionnel, devint ordinaire, ce qui était de l’ordre de l’état d’urgence devait devenir état normal. Ceci permit qu’un tel armement des forces de l’ordre qui n’aurait sa justification que dans le cadre de la lutte contre un terrorisme meurtrier, se retrouva là face à des citoyens n’exerçant que leur droit constitutionnel de manifester. Pour cela, il n’avait suffi que d’un article de loi  apparemment inoffensif, de citoyens ayant abandonné la citoyenneté au profit de la consommation et de l’immédiateté et un fusil d’assaut exhibé dans les rues. 
Dans un pays qui a passé son temps à reprendre la Terre entière sur le chapitre des droits de l’homme, avant d’être des électeurs, les citoyens devraient avoir conscience qu’ils portent la responsabilité de ceux qu’ils avaient élus pour diriger. Un Ministre de l’intérieur qui irait manifester et clamer haut et fort qu’il était toujours derrière les forces de l’ordre afin de les absoudre, devrait répondre de ses mots devant les citoyens. Mais ils oublièrent, pour leur malheur, qu’il ne dépendait que d’eux que ceux à qui ils permirent de gouverner, de réprimer et d’armer les forces de l’ordre, n’eurent de cesse que de satisfaire leur autoritarisme. Ils laissèrent s’installer un régime qui fut si bien décrit par Saint Simon à la cour de Louis XIV. 400 ans plus tard, le modèle était toujours le même, où des ministres sitôt nommés vivaient dans la crainte d’un mot du président, acceptaient de « se changer en bouffon Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un [président], Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ? » et étaient dans l’angoisse permanente d’une note défavorable des conseillers, d’une révélation de la presse ou de ce qui se racontait sur Twitter. Dans l’obligation d’être partout, d’être présents sur tous les médias, ils devinrent des chambres d’échos relais des mots et des slogans formatés et faciles à relayer produits à la chaîne par les armées de spin doctors d’un pouvoir centralisé parce qu’ « au-dessus […] s’élevait un pouvoir immense et tutélaire, qui se chargeait seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il était absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étendait ses bras sur la société tout entière ; il en couvrait la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brisait pas les volontés, mais il les amollissait, les pliait et les dirigeait ; il forçait rarement d’agir, mais il s’opposait sans cesse à ce qu’on agit ; il ne détruisait point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduisait enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement était le berger ». 
Or, la liberté n’avait de sens que si elle concernait un citoyen soucieux de bâtir une cité meilleure, et n’était certainement pas le privilège d’un individu soucieux de sa jouissance personnelle. Nous étions quelques-uns à tenter de rappeler qu’une société de la liberté ne pouvait se définir que comme le moyen de garantir une vie supportable et digne à tous, qu’elle devait promouvoir une organisation politique légitime dans laquelle les citoyens n’avaient pas à être intimidés par les gouvernements qu’ils avaient élus. D’ailleurs, personne d’autre que les citoyens n’avait qualité pour juger de l’emploi qu’il était fait de sa liberté, sauf à la voir disparaître, restriction après réduction, et par la multiplication des lois visant à asservir ce « troupeau d’animaux timides et industrieux ». La loi, c’est-à-dire le parlement élu, pouvait-elle se permettre de restreindre abusivement la liberté d’aller et venir, de manifester, de faire connaître une opinion, de s’informer, et tout simplement de penser ? Nous avions oublié que le Parlement ne pouvait décider que dans la limite du respects de ces droits, nous avions oublié que la souveraineté nationale ne valait que parce que le peuple qui se prononce, était censé être composé de citoyens libres. Or, et c’était essentiel, sans la liberté, il n’y avait pas de société politique, « seulement le néant de ces individus isolés auquel l’Etat a cessé d’appartenir ». 
Nous étions convaincu qu’il nous fallait tout mettre en oeuvre pour rouvrir le débat, aux citoyens mais aussi aux artistes. La prise de conscience serait évidemment encore longue et certainement frileuse dans cette conjonction étonnante entre des gouvernements naturellement portés vers la tyrannie et un individu qui n’était plus que peu citoyen, surtout épris de ce confort individuel tout en souffrant de solitude infinie. Et peut-être qu’une discussion démocratique réunissant les citoyens et des artistes qui pourraient y jouer à nouveau le rôle que McLuhan leur a souvent prêté à savoir celui de « radars culturels » ? Et parce que « nul n’a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir en fait de l’enfer » comme l’a écrit Van Gogh. 
Mais le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison et mettons à profit les semaines qui viennent pour penser, rêver, et réinvestir l’action pour tenter de changer le monde parce que le temps presse. 
Avant de nous laisser ces quelques mots de Chateaubriand : « La mode est aujourd’hui d’accueillir la liberté d’un rire sardonique, de la regarder comme une vieillerie tombée en désuétude avec l’honneur. Je ne suis point à la mode, je pense que sans la liberté il n’y a rien dans le monde ».
C’était une belle saison dans cette année inédite, et vous pouvez relire, réécouter et revivre tous les Nowakowskismes depuis la toute première saison sur le site de Radio Campus Lorraine, ou en allant sur la page FaceBook des Nowakowskismes, ou encore sur mon blog Http://nowakowski.hypotheses.org 
Rendez-vous, en septembre pour la prochaine saison… Peut-être…  
Bel été à tous et à toutes et surtout Peace and Love. 
Et comme chez les Sioux, « il n’y a pas de mots pour se dire adieu ». 
Bon début de nuit, bel été et, avec Crosby, Stills, Nash et Young, dans l’album Déjà vu, Carry on frères et soeurs en humanité. 

Sources et références 
Illustration par Nicolas Hamm, 
François Sureau, Sans la liberté. Tracts Gallimard, n°8 https://www.laquadrature.net/2021/05/31/videosurveillance-biometrique-dans-nos-supermarches/ 
Mémoires de Saint-Simon, Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon. La Pléiade, 1983
Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand 
https://reporterre.net/Pour-la-defense-le-proces-de-Bure-profite-a-l-Etat-nucleaire
https://www.republicain-lorrain.fr/defense-guerre-conflit/2021/06/04/des-humains-attaques-par-des-drones-tueurs-autonomes-pour-la-premiere-fois
https://gulfnews.com/uae/crime/video-sharjah-police-drones-use-face-recognition-technology-to-identify-wanted-criminals-1.78577304
https://www.ladn.eu/mondes-creatifs/comment-artistes-alertent-reconnaissance-faciale/ 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.19-08062021-10/ 
De la démocratie en Amérique. Tocqueville 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.