Nowakowskismes 5.18. Obstruction

Photo Sylvain Dessi

« De la mauvaise et inadéquate formation des mots découle une délicieuse obstruction de l’esprit », ces quelques mots de Francis Bacon pour nous interroger sur nos moments d’obstruction, délicieux ? C’est à discuter ! Mais destructeurs certainement au vu des mots qui ont ouvert cette soirée. Ce soir, ce sont quelques lignes pas vraiment réjouissantes, dans un futur imaginé, en compagnie d’une humanité qui a déserté la surface de la Terre. On ne sait pas trop pourquoi, ou que trop bien ? À nous de voir, et toujours avec un soupçon d’espoir parce que  « celui qui trouvera en lui-même assez de patience pour scruter toute sa vie les ténèbres » peut avoir l’espoir d’être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière ».  Alors ? Prêts à plonger dans les ténèbres ? 

À contre coeur, il quitta sa place près du feu, et rabattant sur sa poitrine la mitraillette qui lui pendait en bandoulière, il se dirigea vers les ténèbres. À la limite de l’espace éclairé, il fit jouer bruyamment le levier d’armement. Dans l’obscurité devant lui, d’où s’échappaient encore une minute plus tôt des bruissements étranges et des grognements assourdis, résonnèrent distinctement des pas précipités. Quelqu’un ou quelque chose battait en retraite vers les profondeurs du tunnel, effrayé par le cliquetis de l’arme. 
Il ne pensait pas que l’être qui venait de s’enfoncer à nouveau dans le tunnel était humanoïde. 
Il frissonna en imaginant le tunnel au delà des sept cents mètres. Le poste de garde où il se trouvait n’était qu’à quelques centaines de mètres de la borne frontière. La seule idée de s’y rendre le glaçait d’effroi. Jamais personne ne dépassait la borne située au sept centième mètre du tunnel. Les patrouilles poussaient quelque fois jusqu’aux cinq cents, et après avoir tenté de sonder l’encre du tunnel, et sûrs de ne rien voir surgir, ils s’en retournaient hâtivement. Même les plus aguerris d’entre eux n’allaient pas au delà des six cent cinquante mètres. Une fois là-bas, ils dissimulaient le bout incandescent de leurs cigarettes dans la paume de leurs mains et scrutaient les ténèbres avec des lunettes de vision nocturne qu’ils avaient récupérées dans les surplus militaires. Puis lentement, dans un silence absolu, ils se repliaient des profondeurs du tunnel, sans jamais quitter du regard, sans jamais lui tourner le dos. Le tunnel c’était la somme de toutes les peurs de toutes les vies. 
La frontière était inspectée une fois par jour, la dernière remontait déjà à plusieurs heures. Il ne faisait aucun doute que les créatures effrayées par les faisceaux lumineux de la patrouille, avaient recommencé à ramper afin de se rapprocher du feu, de se rapprocher des hommes. 
Il y avait des histoires à glacer le sang. Il ne pouvait y penser sans que la peur l’envahisse. Des disparitions. Des éclaireurs partaient en reconnaissance dans les tunnels et ne revenaient pas. On avait beau les appeler, s’égosiller, des patrouilles entières avaient disparu. Au début, on avait cru qu’ils étaient retenus quelque part, qu’ils s’étaient échappés, qu’ils avaient trouvé une issue. Mais avec le temps, il avait bien fallu se rendre à l’évidence, le silence régnait dans le tunnel, il ne restait pas un bruit, pas une trace, plus rien des patrouilles. On avait arrêté de compter les disparitions, juste pour ne plus y penser et espérer réussir à dormir. 
Il laissa ses pensées pour revenir à la réalité du tunnel. Trois silhouettes approchaient à la lueur de lampes torches. C’étaient les gardes du trois centièmes mètres qui revenaient après avoir été relevés. Arrivés à hauteur du feu, ils éteignirent leurs lampes. Silencieusement, ils s’installèrent autour du feu. Ils échangèrent quelques mots, ils n’avaient pas besoin de dire ce qu’ils percevaient de ce qui se déplaçaient dans les ténèbres, ils n’avaient pas envie de raconter non plus les peurs qui les avaient habités pendant ces heures passées à monter la garde, à écouter les bruits venus des profondeurs, sur leurs gardes, leurs yeux cherchant à percer l’obscurité sans notion du temps passé. C’était l’arrivée de la relève qui les libérait et redonnait ainsi au temps son écoulement et leur possibilité de s’échapper temporairement de leurs peurs. 
Lui était le plus âgé. Il était venu au monde encore là-haut. Il n’avait pas la silhouette rachitique et le teint blafard de ceux nés dans les profondeurs du métro. Les nouvelles générations craignaient la surface non seulement à cause des radiations, de la pollution et des maladies de la surface mais aussi à cause des rayons brulants du soleil fatals à toute forme de vie souterraine. Il n’était remonté qu’une seule fois, et seulement pour quelques instants. La mort fauchait les trop curieux en quelques heures d’exposition sans laisser le temps nécessaire à l’exploration des restes de la ville et de ce monde étrange qui s’étendait désormais à la surface. 
« Un choeur de cigales 
Invisibles aux yeux des humains
Les radiations » 
écrivait Onishi Masashi après une grande catastrophe nucléaire au Japon. 
Le monde souterrain, même s’ils l’avaient cru, n’était pas pour autant un refuge. Les tunnels plongeaient dans les profondeurs de la terre se ramifiant à l’infini, en un véritable labyrinthe où régnaient la peur, le froid et une insoutenable puanteur. Les tunnels rejoignait le domaine des rats. Les rats, ces compagnons de toujours de l’humanité avaient aussi migré dans les tunnels, dans des domaines où même les plus téméraires d’entre les humains n’auraient osé s’aventurer. S’il existait soudain un voyageur ne disposant pas d’une grande expérience des pérégrinations souterraines qui se serait approché du tunnel, il aurait instinctivement ressenti l’émanation de ce danger sourd et menaçant, cette odeur particulière de la peur. Ce voyageur aurait immédiatement tourné les talons et fui à toutes jambes comme s’il s’était trouvé face aux portes de l’enfer lui-même. 
En fait, personne ne dérangeait les rats, ni même n’envisageait de le faire. Nul ne descendait dans leur domaine, mais, au début, ce sont les rats qui avaient cherché à reprendre les territoires souterrains que l’humanité avait investi. En vagues grouillantes, ils étaient remontés des profondeurs. Il avait fallu se battre, résister contre ses invasions meurtrières de ces rats monstrueux. Au prix de lourdes pertes des deux côtés, les rats finirent par battre en retraite, leur rage aveugle et dévastatrice brisée par l’énergie et l’expression du génie guerrier humain. Même en ces temps désespérés, bien mieux et bien plus efficacement que toutes les autres espèces, l’humanité était restée la plus douée pour dispenser la mort. 
Les rats refluèrent alors vers leurs sombres domaines, loin profondément au coeur de la Terre, dont aucune âme humaine vivante ne connaissait l’étendue exacte. L’enchevêtrement labyrinthique des tunnels enfouis à des profondeurs inimaginables semblait tellement mystérieux et inutile au fonctionnement du métro qu’il était même impossible de croire qu’il avait été, un jour, il y a tant d’années, bâti de la main de l’homme. 
Ils restaient quelques survivants de ce temps où les tunnels accueillaient les humains pour leur permettre de traverser la ville entassés à heures fixes et régulières à bord de ces assemblages de wagons. Durant les premiers temps de l’occupation souterraine, ce furent les seuls humains à ne pas se perdre, les seuls humains à ne pas céder à la terreur née des tréfonds, à rester lucides devant ces cauchemars surgissant de ces tunnels froids et obscurs du métro de cette ville oubliée. Rapidement, un grand nombre de ces anciens employés du métros prirent la direction des stations quand le monde s’enfonça définitivement dans le chaos. Les stations de métro reliées par les tunnels disposant d’espaces plus ou moins vastes et d’infrastructures, furent les lieux où se réfugièrent ceux qui descendirent de la surface. Le réseau du métro passa alors du statut de moyens de communication à d’abord celui d’immense abri anti-atomique dédié à la protection de la population puis à cet ensemble de stations indépendantes, à jamais coupées de la surface et en réseau. Un intranet bien différent de celui qui s’était déployé lors de la période de la grande expansion. Et comme toujours dans l’histoire de l’humanité qui ne sait pas se tenir en paix, les stations se sont régulièrement dressées les unes contre les autres, chacune prétendant à la souveraineté et à l’autonomie. Des guerres ont éclaté, des alliances, des fédérations se firent et se défirent. Seuls des dangers imminents et communs parvenaient à créer des unions à court terme. Mais, en général, tout était prétexte à confrontation, l’espace vital aussi bien que la nourriture. On se battait pour des champignonnières souterraines, pour des poulaillers ou des porcheries où on élevait des cochons livides et des poussins rachitiques nourris avec des champignons incolores. Bien sûr,  le problème de l’approvisionnement en eau potable, et de la maintenance des filtres à eau se posa très rapidement. Les tunnels n’avaient pas été conçus en vue d’accueillir l’humanité réfugiée. Alors ceux qui n’avaient pas de filtres ou qui étaient incapables de réparer les systèmes de filtrages endommagés et s’empoisonnant à l’eau polluée venue de la surface, assaillaient avec brutalité les ilots mieux organisés et qui avaient réussi à mettre en place des micro-stations hydroélectriques, et disposaient de filtres à eau efficaces garantissant la santé et l’approvisionnement en champignons suffisamment nourrissants. 
Dans ces tunnels, loin d’une terre de surface qui les avaient banni, on vit ressurgir l’éternelle course aux armements alimentant les expéditions punitives et les raids meurtriers, mais aussi permettant de se défendre contre toute la vermine qui pullulait dans les profondeurs de la Terre dévastée. Et de tous ces organismes étranges et difformes, dangereux résultats des blessures que l’humanité avait infligées à la Terre, auraient placé Darwin dans des abimes de désespoir. Les êtres nés des ténèbres révélèrent le pire de leur condition. En effet, ceci survint après que l’humanité eut moisi des décennies dans ces terriers qu’elle avait elle-même creusé. À cette  époque alors trop nombreux pour pouvoir vivre, se déplacer en surface, il avait fallu fourrer les plus pauvres quelque part. C’étaient alors des millions d’individus qui se rendaient à leur travail sans apercevoir le ciel, entassés dans des containers roulants, ne faisant pas mentir Rousseau quand il écrivait que « l’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeau. Des hommes entassés comme des moutons périraient tous en très peu de temps. L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables : cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré ». Ainsi, dans les égouts du futur, les humains se sont entassés et l’humanité s’est transformée. C’est dans ces terriers qui les avaient d’abord transportés puis abrités quand les dégâts sur la planète la rendirent invivable, que la réalité dépassa comme toujours la fiction. Comme HG Wells l’avait imaginé il y a bien longtemps dans La machine à explorer le temps, l’évolution avait fait pousser une nouvelle branche à l’arbre de la vie. C’est ainsi que, dans les égouts du futur, l’humanité s’était transformée, était devenue autre. HG Wells avait donné vie aux Morlochs,  post-humanité cannibale craignant la lumière du soleil, l’humanité terrée après avoir détruit l’espace de vie à la lumière du soleil donna naissance non pas aux monstres, ou à des êtres modifiés, mais à des humains toujours, perdus dans l’obscurité, la peur et le désespoir scrutant toute une vie les ténèbres en espérant être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière ». 

Pour finir, quelques chiffres 30 °C à Moscou le 17 mai, 31 °C à Nijni Novgorod, 32 °C à Tambov, 34 °C à Ulyanovsk… Le thermomètre bat des records en cette mi-mai 2021 dans plusieurs villes de la Russie, notamment à l’Ouest. Outre les températures élevées, le temps se montre également sec et venteux. Ces conditions météorologiques exceptionnelles sont catastrophiques pour les incendies en Sibérie occidentale, qui ont déjà commencé depuis plusieurs semaines. Le vent et le manque de précipitations aggravent les feux, qui deviennent incontrôlables et se propagent sur de vastes territoires. Depuis le début de l’année, 233 feux de forêt y ont été enregistrés sur une superficie totale de plus de 171 000 hectares, indiquait le 19 mai l’agence de presse russe Tass. Le rapport « Climat 2020 » publié par l’Organisation météorologique mondiale de l’ONU montre que les incendies en Sibérie ne sont pas des événements isolés, mais font partie de changements plus larges affectant le climat mondial. L’année 2020 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. 

Et avant de nous quitter, ces quelques mots d’Eschyle cités par Bob Kennedy lorsqu’il apprit l’assassinat de Martin Luther King, « Dans notre sommeil, la douleur qui ne peut pas être oubliée tombe goutte à goutte sur le cœur jusqu’à ce que, dans notre propre désespoir, contre notre volonté, vienne la sagesse par la terrible grâce de Dieu » 

Plus de 130 millions de tonnes de plastique à usage unique ont fini en déchets en 2019. Un rapport intitulé « The Plastic Waste Makers Index », publié le 18 mai dernier par la fondation australienne Minderoo, en collaboration avec des experts de la London School of Economics et le Stockholm Environment Institute, montre que vingt fabricants de polymères ont à eux seuls, en 2019, produits 55 % de tous les déchets plastiques à usage unique générés dans le monde. Les cent premiers fabricants en ont rproduits 90 %. Voilà donc d’où viennent toutes les touillettes, gobelets, pailles et autres bouteilles d’eau qui polluent les océans et les cours d’eau, et qui empoisonnent humains et animaux. 
La firme pétrolière américaine ExxonMobil se place en première position. Elle produit 5,9 millions de tonnes de déchets plastiques à usage unique chaque année. Dow, la plus grande société mondiale de produits chimiques, est le deuxième plus grand pollueur avec 5,6 millions de tonnes de déchets générés chaque année, suivie de près par le groupe gazier et pétrolier chinois Sinopec, avec 5,3 millions de tonnes.
Et ce n’est pas tout. Comme d’habitude, les plus grandes banques mondiales sont dans le coup. Vingt gestionnaires d’actifs institutionnels avec au premier rang les sociétés américaines Vanguard Group, BlackRock et Capital Group, détiennent pour plus de 300 milliards de dollars d’actions dans les sociétés mères de ces producteurs dont 10 milliards de dollars proviennent de la production de polymères vierges pour les plastiques à usage unique. Depuis 2011, vingt des plus grandes banques du monde, dont Barclays, HSBC et Bank of America, auraient prêté près de 30 milliards de dollars pour la production de ces polymères.
Bien évidemment, les pays développés sont ceux qui contribuent le plus à cela. Avec 76 kilogrammes (kg) par personne en 2019, Singapour est en tête des pays qui produisent le plus de déchets plastiques à usage unique par habitant. Puis viennent l’Australie (deuxième sur les cent premiers pays), Oman (3e), les États-Unis (9e), la Corée du Sud (12e) et la Grande-Bretagne (13e). La France se classe 19e, avec 36 kg de déchets plastiques par habitant.
Or, la capacité mondiale de production de polymères vierges pour les plastiques à usage unique pourrait augmenter de plus de 30 % au cours des 5 prochaines années. Cette croissance de la production entraînerait une augmentation de 3 000 milliards de nouveaux déchets plastiques jetables d’ici 2025. Et d’ici 2050, si rien ne change, le plastique pourrait ainsi être responsable de 5 à 10 % des émissions de gaz à effet de serre.
De plus, les experts s’accordent à dire qu’il est impossible d’imaginer résoudre le problème de la pollution plastique par le recyclage. Il faut d’urgence réduire la quantité de plastique utilisée par la mise en place de réglementations strictes, qui se font attendre par « manque de courage et de volonté politique ». Rappelons cette aberration. À l’heure actuelle, la matière recyclée coûte toujours plus cher que la matière vierge. 

Sources et références 
Crédit photo – Sylvain Dessi – https://www.facebook.com/sylvain.dessi 
Métro 2033 de Dmitri Glukhovski 
https://reporterre.net/20-entreprises-produisent-55-des-dechets-plastiques-du-monde 
https://reporterre.net/La-Siberie-affronte-des-incendies-massifs-et-des-records-de-chaleur 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.18-26052021-16/


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.