Nowakowskismes 5.17. Point G

« Il y avait désormais 20 ans que les symptômes de cette étrange affection, le mal de l’espace, avaient fait leur apparition. D’abord lot d’une faible partie de la population, elle prenait racine à la façon d’une maladie chronique dans les interstices de l’existence de ses victimes, dans les plus légers changements d’habitude et de comportement. On retrouvait invariablement la même répugnance à sortir à l’air libre, le même désintérêt pour le travail, la famille et les amis, une profonde aversion pour la lumière du jour, une perte de poids graduelle et une sorte de repli dans la vie végétative. […] Il y avait aussi ce goût pour des passe-temps fantasques et compulsifs, comme le pointage de mots obsédants dans un roman, l’accumulation de fragments de programmes télévisés. 
Puis presque sans exception, toutes les victimes en arrivaient à être persuadées d’avoir été un jour astronautes. Des milliers de patients gisaient dans l’obscurité de salles d’hôpital qui leur étaient réservées ignorant le monde qui les entourait mais convaincus d’avoir un jour voyagé dans l’espace en direction de Mars, d’avoir marché sur la Lune ». 

Ce sont les mots de JG Ballard dans Mythes d’un futur proche qui ont ouvert les Nowakowskismes, et rejoignent Derrida qui s’interrogeait ainsi : « Qu’est-ce que le monde s’il s’obscurcit de la sorte ? » Parce que face à ceux qui considèrent que la solution à  nos problèmes est d’aller s’installer ailleurs, au vu de la réalité des destructions en cours organisées par les mêmes, il est certainement temps de reprendre la main, et de refuser de « fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ». 
Point G, c’est le titre des Nowakowskismes, point de G, ou point G à vous de voir. Alors, commençons par la vacuité de notre époque, qui s’affiche dans cette illusion de réseaux sociaux qu’est la mission Alpha ! Point de G en impesanteur et point G médiatique !

Thomas Pesquet nous montre les océans, Thomas Pesquet nous montre des forêts, Thomas Pesquet nous montre sa station spatiale, Thomas Pesquet nous montre ses repas, Thomas Pesquet prépare en secret de nouvelle surprises, Thomas Pesquet et sa liste musicale… c’était déjà lors de sa première mission et c’est reparti encore plus fort pour la mission Alpha ! Thomas Pesquet, le meilleur parmi les meilleurs ! The best of the best of the best ! Thomas Pesquet a été choisi parmi des milliers de candidats pour ce voyage extraordinaire et en plus, il y retourne, comme commandant. Thomas Pesquet en a du talent ! Thomas Pesquet incarne le modèle parfait de l’organisation de notre société. Il est le super héros, il est la matérialisation de cette société qui ne pense son salut que dans la rationalité scientiste et technique toute-puissante. J’en prends également pour preuve la place du mot algorithme dans les médias, dans la bouche des politiques, l’algorithme, l’alpha et l’omega de la lutte contre les maux de notre société. 
Mais retournons en orbite, nous aurons encore l’occasion de revenir sur les algorithmes, nous l’avons d’ailleurs déjà fait lors de précédents Nowakowskismes. 
Envoyer, encourager, féliciter, suivre Thomas Pesquet dans ses révolutions à 400km d’altitude (la distance de Paris à Strasbourg), pas encore aux portes de l’espace, c’est projeter un modèle qui a failli sur Terre. C’est produire un récit que certains, tels que ces nouveaux maîtres du monde comme Musk ou Bezos, considèrent comme notre avenir. Malheureusement, il semble que nous soyons toujours incapables de dépasser ce mythe de la frontière, de la conquête de nouvelles terres afin de poursuivre ailleurs notre expansion destructrice. 
Certes, s’éloigner de notre berceau, c’est peut-être sortir de l’enfance de l’homme et accéder à d’autres terrain de jeux, et peut-être trouver des réponses aux questions de nos origines. Mais est-ce bien cela ce que nous faisons ? Est-ce bien cela ce que nous faisons en envoyant des robots sur Mars, en faisant voler un petit hélicoptère sur Mars à grand renfort de communication ? Mais pour quel projet scientifique ? N’est-ce pas là aussi projeter ce modèle de l’humain conquérant par son intelligence, l’espace qui s’ouvre à lui. Peu importe s’il laisse derrière lui ses déchets !
De plus, qui peut prétendre, même avec les éléments les plus factuels de la prédiction scientifique, que la conquête du ciel au-delà de l’atmosphère apportera la moindre réponse à l’humanité aux défis de ces temps ? 
En fait, ce projet sous cette forme ne serait-il pas totalement dépassé par la criante urgence climatique ? 
Rappelons juste que, pour contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C, notre «budget carbone» total ne doit pas excéder 1200 milliards de tonnes de CO2. Or, au rythme actuel des émissions, ce budget sera épuisé en 2027 pour une limitation du réchauffement à +1.5°C et en 2045 pour +2°C . Et un demi degré de plus aura des conséquences catastrophiques sur nos vies humaines. 
S’élever aurait dû nous faire prendre conscience de la fragilité de ce système terrestre qui nous permet d’y vivre. Mais il s’avère qu’il n’en est rien. « Scintillement suprême de la modernité et de la réussite », les photos que Thomas Pesquet diffuse à l’envi sont partagées des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux. « Comme s’il suffisait de voir des clichés de l’espace pour avoir l’impression qu’on fait quelque chose de grand, de bien, de beau, pour les yeux et l’esprit. Après « c’était mieux avant », on a « c’est mieux ailleurs ». Alors, des millions d’humains s’extasient de la beauté de la planète vue d’au-delà de l’atmosphère, parlent de fragilité, partagent et vivent au rythme des trente pour cent de temps que Thomas Pesquet consacre à des conférences ou à des entretiens, vantant son agenda quotidien spatial calibré, quadrillé, pesé comme il se doit dans une société parfaitement organisée. 
Changeons-nous pour autant nos modes de vie ? Non ! 
Diminuons-nous le nombre de SUV achetés ? Non ! 
Consommons-nous moins ? Non non ! 
Réduisons-nous nos usages des artefacts inutiles du numérique, … Bien sûr que non ! 
On a beau répéter que l’extraction minière nécessaire pour fabriquer les nouveaux gadgets technologiques a, dans certaines régions du monde, des conséquences dramatiques. Aux dégâts sur les écosystèmes s’ajoutent les désastres pour les hommes, les femmes et les enfants trimant dans des mines, sans protections, avec des outils rudimentaires, pour un salaire de misère, très souvent sous contrôle paramilitaire ou mafieux. Deux exemples emblématiques mais pas isolés sont l’orpaillage en Amérique du Sud (Guyane, Pérou, Colombie, Vénézuela, etc…) et les mines de cobalt en République du Congo où les conditions de travail des humains incluant de nombreux enfants relèvent à proprement parler de l’esclavage. 
Et pendant ce temps-là,Thomas Pesquet nous fait visiter la station spatiale internationale, Thomas Pesquet photographie « une magnifique aurore boréale depuis l’ISS », Thomas Pesquet a son rendez-vous hebdomadaire à la radio, Thomas Pesquet se met en scène, commente le vide, pendant que, dans des conditions d’esclavage moderne, des humains meurent pour que d’autres croulent sous les objets connectés ici et qu’un nuage poubelle toujours plus dense orbite autour de la Terre.
L’ultime frontière, le rêve standardisé à la sauce Star Trek ou Star Wars, ne serait qu’une représentation construite de l’espace, ne contenant que la vacuité de nos imaginaires techno-formatés ne renvoyant aucune perspective sur notre destin humain ? 
« Prématurément amenée par des orgies de science, la décrépitude du monde approchait. C’est ce que ne voyait pas la masse de l’humanité, ou ce que, vivant goulûment, quoique sans bonheur, elle affectait de ne pas voir » écrivait Edgar Allan Poe. Surtout que si nous continuons sur notre trajectoire actuelle, sans rien changer, nous nous dirigeons assurément vers une hausse des températures moyennes de surface de 4°C par rapport à l’ère pré-industrielle. Les conséquences seront dramatiques !
A l’opposé de cet oubli du vivant, de l’être, à contre courant de l’omniprésent bruit de fond médiatique des aventures de Thomas Pesquet, ne faudrait-il pas questionner le sens de notre place dans le vivant, notre place dans l’univers au lieu de vouloir l’investir pour illusoirement tenter de s’en rendre maître ? Alors faire naître d’autres mondes que ceux de l’information en continu, engendrer des univers et des territoires existentiels dans le respect du principe de responsabilité voila le nouveau type de l’agir humain que nous nous devons de prendre en considération davantage que le seul intérêt « de l’humain ». 

Changeons de sujet et revenons sur Terre et le point G mortifère de la 5G ! Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps, je vous parlais de la 5G dans les Nowakowskismes intitulés Et 1, et 2, et 3, et 4, et … 5G…. Je vous invite également à revoir la conférence que j’ai donnée pour l’UP2V, intitulée « L’innovation quoiqu’il en coûte. L’exemple de la 5G ». Et dans la continuité, ce soir, je vais relayer l’appel à boycotter la 5G, parce que ça y est, la 5G, c’est bien parti. 
Vous n’avez pas pu ne pas le voir. Les fournisseurs d’accès jouent à celui qui a la plus grosse, couverture, et le plus grand panneau de pub dans la rue. C’est Enorme affirme partout l’un d’entre eux ! Les surenchères sont lancées ! Pour qui les casques de réalité virtuelle 5G pour regarder le sport ? Comment peut-on être insensible aux merveilles des visites virtuelles de musées ? Et quel bonheur, ces après-midi dans les parcs, au soleil, pour regarder des séries TV sur son nouveau smartphone 5G ! Être de cette modernité, c’est être persuadé que la balance ou la poubelle connectée font partie des objets indispensables, et cet «Internet des objets», c’est sur la 5G qu’il s’appuiera !
A celles et ceux qui réclamaient un moratoire tant que les risques de la 5G pour la santé n’avaient pas été évalués, l’Agence nationale sécurité sanitaire alimentaire nationale (Anses) vient de répondre qu’il n’y a «pas de risques nouveaux pour la santé au vu des données disponibles». Or les études n’ont pas été menées sur les nouvelles fréquences utilisées par la 5G. Comme il n’est pas possible d’extrapoler les résultats obtenus avec les technologies précédentes, l’incertitude demeure en matière de risque sanitaire. 
Alors le déploiement continue.
On s’est donc assis sur les recommandations du Haut Conseil pour le climat, sur la demande de moratoire émanant de la Convention citoyenne pour le climat, à l’heure où il nous reste sept ans de budget carbone pour rester en dessous de 1,5°C de réchauffement climatique. C’est donc plus que déraisonnable de déployer une technologie énergivore, prédatrice en ressources naturelles et humaines, ne répondant à aucun de nos besoins fondamentaux et dangereuse pour nos données personnelles. Contrairement aux arguments déployés par les promoteurs de la 5G, celle-ci n’est absolument pas compatible avec une transition vers un monde durable. Avec sa myriade d’objets connectés, d’écrans, de batteries, de satellites, de data centers et de robotique de pointe, la 5G contribue au saccage de la planète, à la destruction des écosystèmes et à l’exploitation honteuse du travail d’hommes, femmes et enfants dans des conditions tenant de l’esclavage moderne.
A l’heure où nous n’avons d’autre solution raisonnable que la sobriété énergétique pour assurer un futur vivable, l’idée même de déployer ce réseau et l’extraordinaire production industrielle qui l’accompagne est délirante, voire obscène.
La compétitivité comme principe continue donc, sans que rien ni personne ne puisse l’arrêter. Agglomérat d’intérêts économiques, de lobbies offensifs, de luttes pour de nouveaux marchés et de course au consumérisme persistent à vouloir nous vendre n’importe quoi dans le déni et l’ignorance volontaire de l’ampleur de la catastrophe climatique et écologique, dans une vision à court terme, de peur du déclassement, dans cette foi aveugle dans le progrès technologique et d’invisibilisation des ravages dans les pays du Sud, de promesses intenables et de cynisme. Malgré les grandes annonces internationales qui promeuvent la «transition écologique», la route suivie est toujours la même, et à peine freine-t-on un peu d’un côté, que, de l’autre, on met en place les conditions d’un nouveau coup d’accélérateur pour repartir de plus belle.
Choisissons donc de ne pas jouer le jeu !
Si personne n’achète de téléphone 5G ni d’objets connectés, le déploiement extrêmement coûteux de cette technologie sera mis en échec.
Il est important que tous les citoyens et toutes les citoyennes soucieuses de l’avenir des générations présentes et futures boycottent tous les produits liés de près ou de loin à la 5G et son monde. 
Si on vous incite à passer au téléphone ou forfait 5G, même pour un prix modique, dites non. 
Si vous faites un cadeau d’anniversaire, trouvez autre chose qu’un casque 5G à offrir. 
Si on vous demande, dans le cadre de votre métier, de promouvoir des produits 5G, désobéissez. 
Choisissez de l’électroménager non connecté. 
N’achetez pas de drone 5G à un enfant (et pas de drone du tout, d’ailleurs). 
Bref, continuez à vivre sans 5G ! Elle n’est en rien utile à la vie ! 
Ces recommandations doivent circuler massivement afin qu’un mouvement collectif émerge pour résister au conditionnement comme au suivisme. Il ne reste plus qu’une solution légale face ce système qui persiste à broyer la terre et ses habitants : assécher le business et devenir (enfin) responsables de notre futur commun.
En effet, lutter c’est, en paraphrasant John Holloway, « […] refuser de fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ? »
Alors « […] Lançons une pierre sur la couche de glace qui recouvre le lac des possibilités. La pierre provoque un trou dans la glace mais la glace est épaisse, la journée est froide et, bientôt, le trou disparaît. Nous gardons avec enthousiasme en mémoire quelque chose de beau, nous avons entrevu un antre futur possible. Nous jetons une nouvelle pierre et, cette fois, nous ne provoquons pas seulement un trou, mais des brèches qui jaillissent dans différentes directions, certaines se connectant avec d’autres brèches qui se sont propagées à partir du trou provoqué par la pierre lancée par quelqu’un d’autre. Si la glace doit être brisée complètement, alors cela se peut se produire que d’une seule façon : par toutes sortes de gens lançant des pierres et par le jaillissement de brèches qui parfois se connectent. »

Pour finir, c’est avec quelques mots sur les observations qui ont été faites des modifications sur l’axe de rotation de la Terre dues au changement climatique. En effet, sur notre planète, les emplacements des pôles Nord et Sud ne sont pas des points fixes et immuables. L’axe autour duquel tourne la Terre, ou plus précisément la surface d’où émerge la ligne invisible autour de laquelle elle tourne, est toujours en mouvement notamment à cause de processus pas complètement compris. Or, une nouvelle étude publiée dans Geophysical Research Letters, montre que la fonte des glaciers due au réchauffement climatique serait probablement la cause de modifications sensibles de la direction de l’errance polaire. Ce phénomène aurait commencé au milieu des 1990.  En effet, la Terre peut être comparée à une toupie. Comme nous l’avons tous expérimenté, si on perturbe la répartition de la masse d’une toupie en rotation, elle va se mettre à osciller plus ou moins. Et nous savons que les oscillations de l’axe de rotation de la Terre ont des conséquences sur la vie, le climat. Qu’en sera-t’il de nos vies sur la planète quand ces changements résultats des activités humaines surviennent sur une période aussi courte ?
« Il y a une théorie qui dit que si un jour on découvre à quoi sert l’univers et pourquoi il est là, il disparaîtra immédiatement pour être remplacé par quelque chose d’encore plus bizarre et inexplicable »

Sources et références
«5G : pas de risques nouveaux pour la santé au vu des données disponibles», ANSES, 20 avril 2021.
«Les esclaves des mines du Congo» – Free the Slaves. «Is your phone tainted by the misery of the 35 000 children in Congo’s mines ?», The Guardian, 12 octobre 2018. «Orpaillage illégal», WWF. «Organized Crime and Illegally Mined Gold in Latin America», Global initiative against organized transnational crime, mars 2016.
https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/boycottons-la-5g-20210501_FH4YLLHMUVCTLBT5ZY7QEW5WDU/  https://www.franceculture.fr/emissions/carnet-de-philo/carnet-de-philo-du-vendredi-23-avril-2021 
https://diacritik.com/2021/05/03/thomas-pesquet-ou-la-vacuite/ http://spaceref.com/earth/climate-has-shifted-the-axis-of-earth.html 
JG Ballard. Mythes d’un futur proche. 
John Holloway. Crack capitalism
Planète interdite. https://youtu.be/BieQ7FIJXig 
« L’innovation quoiqu’il en coûte. L’exemple de la 5G » https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=14761 
Et puisque le titre s’y prête, G de John Berger, un des grands romans du XXème siècle, traversé par les grondements de l’humanité en révolte, les guerres, un roman expérimental. 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.17-10052021-14/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.