Nowakowskismes 5.16. Désolé les enfants

Ce soir, le temps est venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : «Au fond, ce n’est pas moi», «On m’a demandé de le faire», «De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place !». Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. 
Aujourd’hui, c’est le moment, et c’est urgent, de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord. 

Le 15 avril 2021, au mi-temps d’un troisième confinement, la loi sécurité globale était définitivement adoptée par l’Assemblée nationale. Avec 75 voix pour et 33 voix contre, alors que l’assemblée nationale comptait à l’époque 577 députés, c’est dire combien les élus s’intéressaient à ces questions. En fait, ce fut un débat qui n’eut pour but que de satisfaire aux  exigences de la police. Le lendemain, le Conseil d’État autorisait la conservation généralisée des données de connexion en dehors des situations exceptionnelles d’état d’urgence sécuritaire, contrairement à ce qu’exigeait la Cour de justice de l’UE dans sa décision du 6 octobre 2020 contre la France. Pour en arriver là, le Conseil d’État s’était alors permis de réinterpréter la notion de « sécurité nationale » pour l’étendre très largement au-delà de la lutte contre le terrorisme afin d’y inclure également, dans une formulation fourre-tout, l’espionnage économique, le trafic de stupéfiant ou l’organisation de manifestations non-déclarées. Ainsi, il a pu conclure que la sécurité nationale était systématiquement menacée, justifiant par là le contournement permanent des garanties protégeant les libertés fondamentales et ce, même en dehors des périodes officielles d’état d’urgence normalement soumises à un contrôle démocratique.
Dans un silence assourdissant, on vit se réaliser par cette loi les désirs profonds du ministère de l’intérieur de faire entrer la police dans une nouvelle ère technologique avec comme objectif, l’aberration des JO 2024. À cette occasion, dans une stratégie de marketing mortifère, la France voulait se présenter comme à la pointe en matière de surveillance généralisée, en exposant fièrement son armement high tech aux clients venus du monde entier. La loi sécurité globale votée installa et confirma les systèmes de surveillance déjà en place. Nous entrâmes dans un temps et une société autorisant ce qui était jusqu’alors interdit. Les drones et les hélicoptères et bien d’autres dispositifs de surveillance furent équipés de caméras.  
Les préfets purent alors autoriser la police et l’armée à capter des images par drones. Les conditions du déploiement, comme d’habitude suffisamment floues pour être détournées, allèrent alors de l’appui des personnels au sol en vue de maintenir ou rétablir l’ordre public en cas de troubles graves ou difficultés d’intervention en manifestation, à la protection des bâtiments et des installations publics particulièrement exposés à des risques d’intrusion ou de dégradation, en passant par la régulation des flux de transport, la surveillance des frontières ou la détection d’infractions graves. Tout cela fut comme toujours décidé en agitant le prétexte facile de la lutte contre le terrorisme et la sécurité. Il fallait surenchérir ! Les prochaines échéances électorales approchaient ! Et bien sûr, comme il ne fallait pas s’arrêter au milieu du gué, les préfets eurent alors le pouvoir d’autoriser la police municipale à capter des images par drones afin d’assurer l’exécution des arrêtés de police du maire et de constater les contraventions à ces arrêtés jusqu’à surveiller la taille des terrasses ou la fermeture d’un lieu ouvert au public. 

Les drones se sont alors installés dans notre paysage après avoir été massivement utilisés lors des périodes de confinement et de couvre-feux imposés lors de la pandémie de covid-19. L’État s’octroya par cette loi le droit de déployer des drones pour surveiller les établissements, les installations et les ouvrages d’importances jugées vitales, auxquels s’ajoutaient les installations militaires. Pour poursuivre dans cette logique, les commandants de navires et d’avions de l’État furent autoriser à déployer des drones aériens, marins ou sous-marins dans le but d’assurer le respect des dispositions qui s’appliquent en mer en vertu du droit international et national. Bien sûr, ils se couvrirent en spécifiant que la captation du son, l’analyse des images par reconnaissance faciale ainsi que les interconnexions automatisés avec des fichiers étaient interdits, mais ça, c’était au début. De même, devaient normalement être interdites les prises de vues montrant les intérieurs des domiciles et leurs entrées. Mais comme le public était censé être informé par tout moyen approprié de la captation d’image par drone par l’autorité responsable, tout fut finalement permis puisque seule l’appréciation des circonstances par les autorités primait. 75 députés sur 577 votèrent cela ! 
Un tel processus n’étant pas fait pour s’arrêter en si bon chemin, il ne s’arrêta pas là ! Pour la sécurité et surtout une société qui se tient sage, il fallait une police forte. 
La police nationale, la police municipale, l’armée et les pompiers équipèrent alors leurs véhicules, dont les hélicoptères, de caméras afin de collecter toujours plus d’images, dans des conditions encore plus élargies que celles mises en place pour les drones. Ils purent alors enregistrer, stocker sans aucune restriction sur les conditions de mise en oeuvre de la reconnaissance faciale et ce, jusqu’à l’intérieur ou de l’entrée de domiciles en ayant toute latitude pour interconnecter les fichiers existants ou à venir. Toute la vie, tous les espaces jusqu’au plus intimes furent surveillés en invoquant des prétextes aussi creux que faciles comme assurer la sécurité des rassemblements de personnes sur la voie publique, réguler les flux de transport, faciliter la surveillance des zones frontalières, prévenir les incidents au cours des interventions, faciliter le constat des infractions et la poursuite de leurs auteurs. 
Le principe de la loi et de l’ordre fut généralisé. 
Les agents de la police nationale, de la police municipale et de la gendarmerie, jusqu’aux gardes-champêtres obtinrent ce qu’ils demandaient depuis longtemps à savoir le droit d’accéder eux-même aux images captées par leurs caméras piétons. Les images captées furent alors transmises en temps réel au poste de commandement dès lors qu’ils estimaient que la sécurité des biens et des personnes ou la sécurité des agents étaient considérées comme menacée. Nous avons oublié volontairement que ces images étaient auparavant conservées pour n’être exploitées qu’en cas d’enquêtes commanditées par une juge. Ces caméras piétons, portées à hauteur de visage, furent alors le dispositif idéal sur lequel la police s’appuya afin de systématiser la reconnaissance faciale. Déjà en 2019, on décomptait déjà 375 000 caméras de ce type.
Dans la foulée, le gouvernement autorisa l’installation de caméras dans les cellules de garde à vue ainsi que dans les chambres des centres de rétention administrative où des milliers de malheureux exilés ou réfugiés dont des milliers d’enfants, étaient enfermées chaque année. Bien sûr, ils assurèrent que l’intimité de ces gens serait préservée parce que les images étaient  floutées. 
Quel merveilleux accueil, le pays des droits de l’homme réservait à ces hommes, ces femmes, ces enfants ayant fui l’horreur en traversant les enfers ! 
Et ce n’est pas tout. Installer une société de la surveillance ne peut souffrir de zones non couvertes. Pour cela, les caméras de vidéosurveillance sur la voie publique qui avaient déjà autorisées par le code de la sécurité intérieure furent rendues également exploitables par la police municipale ainsi que par les agents des communes et des structures intercommunales qui purent alors demander elles-même, pour toutes les raisons électoralistes imaginables, l’installation en nombre de ces caméras de vidéosurveillance. Même les agents de sécurité privés de la SNCF ou de la RATP eurent alors la possibilité d’exploiter les images obtenues. Même les caméras installées dans les hall d’immeubles furent réquisitionnées. Nous nous étions indignés quand on avait appris qu’aux USA, la police pouvait avoir accès aux images fournies par le système de vidéo sonnette vendu par Amazon. Et bien, les images prises par ces caméras de halls d’immeubles furent rendues exploitables en temps réel par la police, pas seulement en cas d’atteinte grave et imminente aux biens et personnes, mais surtout pour intervenir pour une simple occupation empêchant la libre circulation ou le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité. 
Désolé les enfants mais, petit à petit, de désertion en désertion, nous avons laissé s’installer le concept de « continuum de la sécurité » imaginé dans un rapport parlementaire de 2018 par Alice Thouvot et Jean-Michel Fauvergue, auteurs de la proposition de loi pour la sécurité globale. Comme toujours, et comme nombre de dystopies ou de régimes présents ou passés nous l’avaient pourtant montré, nous avons laissé s’installer une société d’optimisation articulant « au mieux » toutes les forces de police pour obtenir une force sécuritaire aux prérogatives élargies. 
Bien sûr, ce n’était pas tout, comme si l’histoire récente de nos sociétés avait été tout bonnement gommée. La loi sécurité globale renforça considérablement les pouvoirs et le rôle des agences de sécurité privées, pour en faire une nouvelle force de police. Les agents de sécurité privés purent alors dresser des procès-verbaux et relever l’identité et l’adresse d’une personne dans le cadre de ces procès-verbaux. Si une personne ne pouvait justifier de son identité, elle était retenue jusqu’à intervention de la police. Le non-respect de cet ordre était lourdement puni. Les polices privées pouvaient procéder à des palpations de sécurité et, sous le prétexte de sécurité et de lutte contre le terrorisme, l’état pouvait même demander à ces agents de sécurité privés d’effectuer des missions de surveillance des personnes . 
Et ça ne s’est pas arrêté là. Les policiers municipaux ont vu leur prérogatives élargies jusqu’à eux aussi pouvoir dresser des procès-verbaux et effectuer des contrôles d’identités. Paris qui bénéficiait depuis 1800 d’un régime dans lequel les forces de police relevaient de l’Etat par méfiance vis-à-vis de la ville a ainsi pu créer sa police municipale rassemblant plusieurs milliers d’agents. Pour finir le tableau, il s’avérait que tout ce dispositif comportait tous les freins visant à protéger la police. Protéger la police du contrôle de la vigilance citoyenne au détriment des droits et de la démocratie. 
Alors, désolé les enfants… 
C’était une époque à surmonter en géants. Nous la vécûmes en fourmis, cachés au plus profond de nos fourmilières, fuyant ce que nous ne voulions voir. Nous nous sommes persuadés de notre triomphe, un triomphe par les portes basses. Mais une altération en nous après des années écoulées, s’aggravant sans cesse, nous rappela la faille qu’il nous faudrait enfin surmonter en géants. Cette faille, cette fêlure, étrangement petite encore, mais grandissant inexorablement, dérègle l’horloge de notre être nous livrant en vain à la honte. 

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. Il est 19h frères et soeurs en humanités soumis au couvre-feu. 
Pour finir, ces mots de Philip K. Dick, « Devenir […], faute d’un terme plus convenable, […] un androïde, [ce qui] veut dire, […] se laisser transformer en instrument, se laisser écraser, manipuler, devenir un instrument à son insu ou sans son consentement – c’est du pareil au même. Mais on ne peut pas transformer un humain en androïde si cet humain a tendance à enfreindre la loi dès qu’il en a l’occasion. L’androïdisation exige l’obéissance. Et, par dessus tout, la prévisibilité. C’est justement lorsque la réaction d’une personne donnée à une situation donnée peut être prévue avec une précision scientifique que l’on ouvre grand les portes au cheval de Troie. Car à quoi servirait une lampe torche si, lorsqu’on appuie sur le bouton l’ampoule ne s’allumait qu’une fois de temps en temps ? Toute machine doit marcher sans coup férir pour être fiable. L’androïde, comme toute autre machine, doit marcher au doigt et à l’oeil. »

Les années se suivent et se réchauffent. 
Selon le nouveau rapport sur l’état du climat européen publié le 22 avril dernier, 2020 est l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe. Le dernier record date de 2019 avec le sud de la France qui a connu des températures inédites allant jusqu’à 45,9 °C dans le Gard. La rapidité des changements confirment les scénarios des climatologues. Depuis l’ère préindustrielle (1850-1900), la planète a enregistré une hausse de la température moyenne de 1,2 °C. Cette augmentation a atteint 2,2 °C en Europe jusqu’à 3 °C en Arctique. L’année 2020 a ainsi été l’année la plus chaude, à cause d’un hiver et d’un automne les plus chauds jamais enregistrés en Europe. La température moyenne du continent cet hiver a été supérieure de plus de 3,4 °C à la moyenne de 1981-2010. L’Europe connaît également le plus grand nombre d’heures d’ensoleillement depuis le début des relevés par satellite en 1983. 
2020 est de loin l’année la plus chaude jamais enregistrée en Sibérie arctique. Les températures hivernales minimales étaient 9 °C plus chaudes que la moyenne. La sécheresse estivale a entrainé de incendies de forêt monstres dans la toundra sibérienne. On assiste aussi à un phénomène inédit dans l’hémisphère nord, la diminution record de la couche d’ozone. De plus, à cause d’un vortex polaire particulièrement fort, le trou dans la couche d’ozone au dessus de l’Antarctique observé en mars 2021 est sans équivalent depuis 1979.
Enfin, un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié le 20 avril alerte sur une augmentation de près de 5 % des émissions de Gaz à Effet de Serre liées à la consommation d’énergie en 2021. La hausse de la demande mondiale en énergie est en effet estimée à 4,6 %, la portant au-dessus de son niveau d’avant-crise en 2019. 

Sources, références et inspirations
https://www.laquadrature.net/2021/04/16/loi-securite-globale-adoptee-resumons/
https://www.laquadrature.net/2021/04/21/le-conseil-detat-valide-durablement-la-surveillance-de-masse/ 
https://reporterre.net/2020-l-annee-la-plus-chaude-jamais-enregistree-en-Europe 
https://www.jour2fete.com/distribution/un-pays-qui-se-tient-sage 
Henri Michaux, La faille 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.16-26042021-14/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.