Nowakowskismes 5.14. Silence assourdissant

Un entrepreneur de surveillance qui a déjà vendu des services à l’armée américaine fait la publicité d’un produit qui, selon lui, peut localiser en temps réel des voitures particulières dans presque tous les pays de la planète, et ce en utilisant les données collectées et envoyées par les voitures elles-mêmes.
Ce service qui porte le joli nom d’Ulysses offre la possibilité de géolocaliser à distance et en quasi-temps réel des véhicules dans presque tous les pays, à l’exception de la Corée du Nord et de Cuba. Le patron de The Ulysses Group fanfaronne en disant qu’« actuellement, [il peut] accéder à plus de 15 milliards d’emplacements de véhicules dans le monde chaque mois ». Cette technologie pourrait être utilisée pour des opérations militaires afin « d’améliorer considérablement le renseignement militaire et les capacités opérationnelles en réduisant les coûts et les risques de renseignement, de surveillance et de reconnaissance dans la recherche de « cibles mobiles d’intérêt » ». 
Une autre petite histoire de notre temps. Une start-up peu connue a développé un système qui permet aux forces de l’ordre de retrouver et d’identifier des photos de personnes inconnues grâce aux photos mises en ligne. Cette start-up c’est Clearview AI. Elle a conçu une application de reconnaissance faciale révolutionnaire. Vous prenez une photo d’une personne, vous la téléchargez et vous pouvez alors obtenir toutes les photos publiques de cette personne, ainsi que tous les liens dans lesquels ces photos sont apparues. Le système s’appuyant sur une base de données de plus de trois milliards d’images que Clearview prétend avoir extraites de Facebook, YouTube, Venmo et des millions d’autres sites Web, va bien au-delà de tout ce qui a été construit par le gouvernement américain ou les géants de la Silicon Valley. Plus de 600 organismes ont commencé à utiliser Clearview au cours de la dernière année. 

Après ces deux beaux exemples du silence assourdissant qui règne dans le domaine de la surveillance généralisée, nous allons nous intéresser à pire encore. En effet, nombre de ces entreprises non seulement viennent satisfaire les délires sécuritaires des états démocratiques, mais outillent les régimes brutaux et dictatoriaux qui veulent mettre au pas les populations, quoiqu’il en coûte ! Ce soir, nous irons dans ce pays qui a fait l’objet d’un coup d’état militaire et dans lequel la junte au pouvoir, malgré quelques timides protestations de la communauté internationale, accentue sa répression sanglante.

À 20 heures, les rues résonnaient du son de milliers de casseroles frappées à l’unisson, un rituel d’exorcisme devenu une tradition nocturne depuis que les militaires avaient pris le pouvoir aux premières heures de février. 
Immédiatement, après le coup d’état, la junte militaire avait cherché à prendre le contrôle du récit de ce qui était en marche. Un récit ayant vocation à saper la campagne croissante de désobéissance civile qui s’était elle aussi immédiatement organisée. Ce récit, diffusé pendant une panne d’Internet – la deuxième – visant à couper l’accès aux médias indépendants et aux médias sociaux, avait répandu une rumeur destinée à briser l’élan du mouvement en faisant croire aux gens qu’ils avaient remporté une victoire pour qu’ils se tiennent sages. 
Mais, la rapidité et l’ampleur de l’opposition publique au coup d’État avaient pris les militaires par surprise, les obligeant à prendre des mesures drastiques. 
Dans les jours qui avaient suivi la prise de pouvoir, la junte avait imposé des couvre-feux, elle avait coupé l’internet et bloqué l’accès aux services de messagerie et aux médias sociaux. Pourtant, malgré tous les messages de soutien venus de l’étranger, l’effusion de dissidence et les expressions de solidarité sur les médias sociaux du monde entier, sans une réelle mobilisation des états et des instances internationales, ce mouvement de désobéissance civile utilisant la technologie fut très rapidement désavantagé face à un État détenant le pouvoir de perturber et de manipuler l’infrastructure de protestation. Leur expérience n’était qu’un remake de celles des groupes d’opposition politique nés, de Hong Kong à l’Inde, qui avaient eux aussi constaté que les systèmes de messagerie cryptés, les réseaux hors ligne et l’attention mondiale n’offraient qu’une protection limitée.
Lorsque l’internet avait été déconnecté , cinq jours après le coup d’État, ce fut comme être plongé dans le noir. 
Puis était venue la peur. 

Malgré la peur, par milliers, ils étaient sortis dans la rue. La coordination de leurs mouvements s’était faite par le bouche-à-oreille et par téléphone, et aussi par des applications de messagerie basée sur Bluetooth, téléchargées des millions de fois dans les jours qui avaient suivi le coup d’État.
Lorsque l’Internet avait repris vie un dimanche après-midi, Twitter et Instagram avaient été inondés d’images de la rue. Des groupes de médecins et d’ingénieurs défilant aux côtés de bodybuilders, de travestis, de filles déguisées en princesses et d’hommes déguisés en super-héros, dans un carnaval de protestation joyeusement bizarre. De nombreux manifestants avaient affiché en anglais des slogans macabres et comiques qui semblaient conçus pour être largement diffusés dans le monde entier. « L’armée n’est pas drôle. Ils ne comprennent pas l’humour ou la culture émergente internationalisée et cosmopolite adoptée par les jeunes. Ils ont peur de ce qu’ils ne comprennent pas » clamaient-ils !
Les manifestants avaient trouvé leur inspiration dans d’autres mouvements, dans des pays voisins, où des manifestations dirigées par des jeunes et dotées de moyens technologiques similaires s’étaient organisées entre les forums en ligne et la rue. On avait assisté à la naissance de La « Milk Tea Alliance » [Alliance du Thé au lait] qui avait permis les partages des conseils, d’astuces et d’expressions de solidarité.
Lorsque la police s’était mise à utiliser contre eux des canons à eau, des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, ils s’adressèrent aux médias sociaux pour obtenir des conseils sur la manière de se protéger. Des manuels venus des pays voisins et d’au-delà, puis rapidement traduits furent alors distribués. L’un d’entre eux avait élaboré une carte en direct pour permettre aux manifestants d’être informé des mouvements des policiers et des soldats. Ces outils permirent aux manifestants de se coordonner, de communiquer et de se documenter mais, ils étaient toujours aussi fragiles et vulnérables aux attaques. 
Tous vivaient dans la peur. Pour se protéger, comme de nombreux autres avant eux, dans d’autres pays, dans d’autres temps, ils avaient inventé un système de phrases secrètes, « Comment dire que je vais bien ? Comment dire que je suis surveillé ? Comment dire que j’ai été détenu, ou que je suis détenu ? » Des codes connus d’eux seuls s’échangeaient. 
Ils s’étaient préparés à ce que l’Internet soit coupé à tout moment. 
La junte avait d’abord ordonné des blocages nocturnes. Tous les plans des manifestants comportaient un scénario A et un scénario B – en ligne et hors ligne. Aucun n’était sûr. Ils savaient que même les applications de messagerie cryptées présentaient des faiblesses, qui résidaient notamment dans les entreprises de télécommunications elles-mêmes. 
Le matin du coup d’État, les quatre opérateurs de télécommunications principaux du pays reçurent l’ordre de fermer les services Internet, ce qu’ils ont fait. Cette première coupure avait surtout visé les connexions cellulaires, avant d’affecter le haut débit fixe. Les réseaux furent interrompus pendant plusieurs heures, le temps que les militaires consolident leur pouvoir. Le second blocage fut lui beaucoup plus complet, couvrant également le haut débit fixe. 
La junte savait qu’une mise en panne générale d’Internet était un choix à double tranchant. Bien sûr, elle permettait le blocage des moyens de communication des manifestants, mais elle perturbait aussi leurs propres communications, ainsi que tout l’appareil gouvernemental, les banques et les entreprises. 
Des ordres furent alors donnés aux opérateurs de télécommunications afin qu’ils mettent en place de blocages sélectifs de certains médias sociaux. 
Et Facebook fut bloqué ! Un coup dur porté aux manifestants vu l’ampleur de l’utilisation de la plateforme dans le pays. Puis, rapidement après, une deuxième directive ordonna le blocage de Twitter et d’Instagram. 
Ce blocage de Twitter eut des conséquences jusqu’en Inde, où, pendant plusieurs heures, les utilisateurs de ce pays connurent des pannes temporaires et des messages d’erreur. C’était, comme en 2008, lorsque le blocage de YouTube au Pakistan avait causé la mise hors ligne de la plateforme dans le monde entier.
Malgré les blocages, des comptes Twitter et Facebook du pays restèrent actifs, grâce à l’utilisation de réseaux privés virtuels. Même la chaîne de télévision publique désormais sous contrôle militaire, continuait à publier du contenu. 
À ces restrictions imposées aux plateformes et aux sites individuels, la crainte principale des manifestants était dans le pouvoir dont disposaient les militaires. Ils avaient les moyens d’exercer des pressions directes sur les entreprises de technologie et de télécommunications afin de les obliger à intercepter les communications et à leur remettre toutes les données des utilisateurs, des appels téléphoniques aux messages texte jusqu’aux historiques de navigation, les courriels et les appels vocaux passés sur Internet. 
Comme dans d’autres pays de ces temps, les entreprises qui vendaient des solutions techniques capables de faire cela prospéraient. Les militaires avaient les moyens d’obliger les fournisseurs d’accès à Internet à installer des systèmes de surveillance ou à mettre en place des passerelles Internet à l’échelle nationale pour automatiser la censure. Personne ne savait si les opérateurs avaient obéi parce qu’évidemment, le secret était de mise. 
Certains opérateurs avaient réussi à contourner cela en utilisant, ce qui était poétiquement appelés des « warrant canaries » [canaris de coup de grisou]. C’étaient de petits textes affichés sur leurs sites web indiquant qu’ils n’avaient pas transmis les données des utilisateurs. Ce petit message disparaissent quand la situation basculait.  
Très vite, la junte militaire avait informé les opérateurs de télécommunications qu’un nouveau projet de loi était en cours d’adoption par le Parlement désormais sous contrôle militaire. S’il était adopté, ce projet de loi conférerait au régime des pouvoirs encore plus étendus qui permettrait de contraindre les entreprises à communiquer les données des utilisateurs.
Un accès sans entrave aux systèmes des entreprises de télécommunications signifiait que les SMS et les appels vocaux pourraient être collectés en masse. Ceci permettrait également de créer des vulnérabilités pour les services de messagerie cryptée tels que WhatsApp, qui reposent sur des mots de passe à usage unique, ou codes OTP, envoyés par SMS sur le téléphone d’un utilisateur. Ces codes OTP (one-time password, mots de passe à usage unique) pouvaient être interceptés par l’opérateur téléphonique, ce qui permettait aux services de sécurité de détourner ou d’espionner les services de messagerie.
Quand elle ne parvenait pas à pirater les plateformes individuelles, la junte pouvait pousser les utilisateurs vers des plateformes plus vulnérables en éteignant périodiquement le réseau et en limitant sélectivement l’accès. 
Même lorsque les militants continuaient à utiliser des services cryptés, ou lorsque les entreprises de télécommunications et de technologie étaient en mesure de résister aux pressions, les gouvernements ne se privaient plus. En effet, de plus en plus d’outils permettant d’identifier et de cibler les opposants étaient d’un accès de plus en plus facile. Au cours de cette dernière décennie, les services de piratage informatique étaient devenus largement accessibles aux acheteurs publics. Des sociétés, telles que NSO Group, soutenu par le gouvernement israélien, et Hacking Team, basée à Milan (rebaptisée Memento Labs), travaillaient avec des États du monde entier, apparemment pour les aider à identifier les menaces pour la sécurité, mais aussi pour espionner et intimider les opposants politiques, les critiques et les journalistes. Le système Pegasus de NSO aurait été utilisé pour pirater les comptes WhatsApp de militants en Inde. Des recherches menées par le Citizen Lab, un groupe de réflexion sur la liberté de la toile à l’Université de Toronto, avaient permis de découvrir que Circles, une société de piratage téléphonique affiliée à NSO, avait travaillé pour des gouvernements en Malaisie, en Thaïlande, en Indonésie et au Vietnam.
Alors que les entreprises de Big Tech et de télécommunications internationales ayant des intérêts avec des sociétés autocratiques faisaient l’objet réactions de la société civile internationale lorsque leur respect des lois locales entraînaient une restriction des droits humains, les entreprises de cyberarmes n’étaient pas soumises à des contrôles comparables. En tant que telles, elles pouvaient agir en toute impunité.
Ainsi, les opposants politiques étaient régulièrement mis sur écoute, surveillés et emprisonnés sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. Des centaines de personnes avaient déjà été détenues par la junte, et l’armée avait déclaré qu’elle ferait la chasse des personnes selon leur activité sur les médias sociaux. La junte avait également suspendu les lois qui protégeaient la propriété individuelle et la vie privée, se donnant ainsi toute latitude pour surveiller les citoyens et saisir leurs biens jusqu’à arrêter les personnes utilisant un VPN ! 
« Chaque fois que je vais aux manifestations, je dis au revoir à mes proches, en imaginant que c’est la dernière fois que je leur parle. Je n’ai pas de stratégie pour assurer ma sécurité. La seule chose que je fais jusqu’à présent est de faire ce en quoi je crois, même si je sais que ce que je fais n’est pas sûr. C’est le risque que nous prenons tous ».
Un samedi, il y a quelques heures, le jour où l’armée organisa comme tous les ans un gigantesque défilé devant le chef de l’armée, alors que les généraux pavoisaient aux côtés de dignitaires russes et chinois, l’armée a tiré les manifestants comme des lapins ! 
Combien furent ceux et celles, hommes, femmes et enfants, qui en ce début de journée dirent au revoir aux leurs, et ont fini dans la caniveau, fauchés par une balle et dont les corps par dizaines furent vite éliminés par l’armée afin d’effacer les traces de ce qui est en train se passer ? 
Tout ça c’est en Birmanie, dans l’indifférence et le cynisme de la communauté internationale !

Sources et références 
https://www.vice.com/en/article/k7adn9/car-location-data-telematics-us-military-ulysses-group
https://www.nytimes.com/2020/01/18/technology/clearview-privacy-facial-recognition.html
https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2021/3/16/la-technologie-et-la-solidarit-ne-sauveront-pas-les-protestataires-birmans
https://www.francetvinfo.fr/monde/birmanie/birmanie-au-moins-quatre-morts-dans-la-repression-de-nouvelles-manifestations_4349455.html 
« Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique » B Cohen, S. Nowakowski. FYP Editions 2020
Podcast https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.14-30032021-09/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.