Nowakowskismes 5.13. Paraboles

Fukushima…
300 tonnes d’eau contaminée s’écoulent chaque jour dans l’océan. 
170000 tonnes de déchets radioactifs générés par l’accident sont disséminées dans tout le Japon. 
Depuis 2011, près de 10 millions de personnes sont à la merci d’une exposition quotidienne au rayonnement ionisant. 
Plus de 170000 personnes ont été déplacées. 
On compte officiellement 2267 morts liés directement ou indirectement à l’évacuation qui a suivi la débâcle nucléaire.
Pour tenter de décontaminer les sols gorgés de césium 137, la terre a été décapée. La surface du sol a été raclée sur cinq centimètres par des bulldozers, avant d’être entreposée dans des millions de sacs stockés dans des entrepôts et en plein air. 
Des arbres ont été arrachés, des forêts rasées. 
La population a été prise comme des cobayes dans un monde devenu un laboratoire d’expérimentation à ciel ouvert. Le gouvernement japonais et les autorités nucléaires internationales ont tout fait pour banaliser la situation en relevant le seuil de contamination acceptable de 1 à 20 millisieverts par an (mSv/an), soit un taux quatre fois supérieur à celui de Tchernobyl. Les habitants ont été incités à revenir dans des zones proches de la centrale sur certains territoires. Ce sont les « kikankonnankuiki », ce qui signifie littéralement « zone de retour confus ».
Une autre histoire 
De 1966 à 1996, la France s’est livrée à 193 essais nucléaires dans le Pacifique, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa dont 41 essais atmosphériques, autorisés jusqu’en 1974. Le 17 juillet 1974, une bombe de 4 kilotonnes explose à Mururoa, sous le nom de code Centaure. L’essai est un échec du point de vue technique. Le champignon atomique s’élève moins haut que prévu (5 200 mètres au lieu de 8 000 mètres), mais surtout il ne prend pas la direction prévue par les autorités françaises. En effet, alors que les retombées sont prévues pour se faire dans l’océan, les vents changent juste après l’essai et le nuage radioactif se dirige vers Papeete et l’atteint deux jours après. Déjà en 1966, lors de l’essai Aldebaran (et poésie des décombres, tous les essais portent le nom d’une constellation visible de ces iles), les militaires savaient que les retombées allaient sur faire sur les Iles Gambiers, habitées, mais l’essai fut quand même maintenu ! 
Tous ces essais sont équivalents à 800 bombes de Hiroshima. 
Difficile d’ignorer les terribles conséquences environnementales et sanitaires de cette campagne atomique décidée par le Général de Gaulle pour « dans un monde dangereux, nous assurer la paix »! 
Les essais nucléaires français encore une autre « zone de retour confus ». 

Aujourd’hui, après avoir évoqué ces terribles événements, les Nowakowskismes vont explorer l’ambivalence de notre devenir dans une époque non de rupture brutale mais d’effondrement graduel et permanent. Des zones, qu’elles soient « la zone de retour confus » de Fukushima, ou les atolls polynésiens ou toutes les autres, transforment et touchent dans la longue durée les êtres qui les explorent et leurs enfants aussi. Paul Virilio parlait d’« un accident de réalité », par essence évolutif et durable sur des générations. Ce soir, l’accident de réalité, ce sont ces zones, conséquence d’un désastre nucléaire dans une région, ou des destructions conséquences du capitalisme sauvage ou de visiteurs furtifs en route pour un ailleurs. Ce soir, les Nowakowskismes explorent les Zones. 

Commençons avec Anna Lowenhaupt Tsing et son livre intitulé « Le champignon de la fin du monde » avec comme sous-titre « sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme ».  Paru en 2017, il peut commencer à nous éclairer sur les caractéristiques de ces Zones de passage, de ces paysages en transformation au sein d’une apocalypse mutante. Elle écrit qu’« en 1945, quand Hiroshima fut détruite par une bombe atomique, il a été rapporté que la première créature vivante à émerger dans le paysage désolé était un champignon Matsutaké ». Dans ce texte, il y a quelque chose de Philip K. Dick et de Docteur Bloodmoney. On y lit : « La plupart des gens avait peur des champignons, surtout depuis le cataclysme ; ils craignaient surtout des espèces nouvelles, les mutantes car, dans ces cas, les livres ne leur étaient d’aucune utilité […] ». 
Anna Tsing décrit ces communautés de cueilleurs de matsutakés, travailleurs précaires pour beaucoup immigrés d’Asie du Sud-est installés au coeur des forêts dévastées de l’Oregon. Les matsutakés sont des champignons sauvages qui vivent et s’accommodent bien, comme les rats et les cafards, des dégâts environnementaux provoqués par les humains. Dans ces zones dévastées, on y voit aussi des panneaux, des scieries, des squelettes de maisons, des tas de bidons rouillés, des terrains vagues envahis par les broussailles et des pins tordus. Ils ressemblent aux paysages délabrés imaginés pour notre futur par Philip K. Dick ou Octavia Butler. Anna Tsing décrit cette « Zone », les ruines que sont devenues votre maison commune,  cette région, si moche vue du ciel (voir Google Earth), où les trésors sont tellement « terrestres » qu’ils en deviennent extraterrestres. Là, il s’agit de champignons que des gourmets japonais s’arrachent à prix d’or. 
Anne Tsing parle d’une « troisième nature » pour « rendre compte de ce qui réussit à vivre malgré le capitalisme ». Il s’agit alors d’apprendre à vivre dans les ruines, dans la Zone, là où tout idéalisme, tout attachement à des abstractions justifiant le pouvoir de « simplifier » », là où faire fi « de l’art d’observer, mène au désastre ». 
Parce que la Zone, ces zones regorgent de ces objets et de ces êtres incompréhensibles, peut-être porteurs d’une magie toujours incertaine, voire miraculeuse ou diabolique. Comment alors caractériser les êtres qui peuplent cet espace ? Ils sont « des réponses tombées du ciel à des questions que nous ne savons pas encore poser » et nous rappellent qu’il nous faut nous échapper à l’idée que le futur est cette direction particulière qui ouvre le chemin devant nous. Comme dans un champ quantique, de multiples futurs apparaissent et disparaissent du champ des possibles, et quelque chose émerge de cette polyphonie temporelle de la Zone. 

Pause – https://youtu.be/H7I_P2QsTyU

La Zone qui nous intéresse maintenant est peut-être le résultat d’un accident nucléaire. Elle est peut-être aussi  la trace d’extraterrestres, de visiteurs qui sont passés sur Terre et sont repartis, laissant derrière eux plusieurs zones d’atterrissage jonchées de leurs déchets. Un pique-nique, une halte sur le bord de l’autoroute galactique vers leur lieu de villégiature, la Terre comme une aire de repos souillées de leurs déchets à quelques parsecs de leur destination. Ces pique-niqueurs partis, les rats sont arrivés, méfiants mais curieux. Ils se sont approchés des fragments froissés de cellophane, des languettes brillantes de canettes de bière et tentent de ramener quelques petites choses dans leurs terriers. Or, la plupart de ces débris mystérieux sont extrêmement dangereux. Certains s’avèrent utiles mais les scientifiques ne savent jamais s’ils utilisent ces artefacts selon l’usage qui leur était dévolu, ou s’ils emploient des composants électroniques inimaginables comme joujoux ou comme objets de décoration. Ils ne peuvent comprendre les principes de ces artefacts, la science qui se cache derrière eux leur est inaccessible. 
Un ramassage, une cueillette de ces « champignons étranges » puis un marché se développent grâce à ces individus qui pénètrent dans les zones interdites, dans ces forêts dévastées au risque de diverses mutations voire d’une mort horrible, pour prélever un peu de ces objets pour les rapporter et les vendre. 
Ces individus sont des voyageurs, des ramasseurs de champignons, des cueilleurs, des chercheurs incroyablement attentifs au nouveau et dangereux terrain qu’ils découvrent peu à peu. Ils sont à l’écoute des bruissements des herbes et des feuilles, aux aguets des ombres, des signes venant des pierres et des arbres, en éveil face aux frémissements des limaces, des mouches et des moustiques. Sans cesse, leurs sens sont en interaction, en symbiose aux êtres, objets, mouvements et phénomènes vivants ou non, visibles ou invisibles, ils sont des passeurs d’un territoire apocalyptique, né de la fusion du terrestre et de l’extraterrestre, du vivant et des destructions du capitalisme. Sans eux, entrer dans la « Zone » revient à y mourir, Anna Tsing le raconte. Explorateurs de l’inconnu, ils accompagnent les personnes, prêtes comme lui à risquer leur vie, si ce n’est leur âme, dans un espace ouvert à tous les changements. S’orientant doucement, considérant le moindre détail de leur environnement, avançant en prêtant une immense attention à son contexte, ils naviguent avec précaution dans notre Terre d’après ou en cours d’apocalypse au long cours, entre les bois silencieux, les champs d’herbes folles, les portails et poteaux électriques dégingandés, les ruines mangées de plantes, les formes et les fumées bizarres, les ruisseaux labyrinthes, les égouts dévastés et rempli de stalactites, chiens errants, des oiseaux volant au ras des petites collines de sable, des poissons dans un filet d’eau croupissante aux effluves qu’on suppose chimiques, … Ils sont au coeur d’une nature en mutation, sauvage, menaçante, imprévisible qui semble se venger de la modernité scientifique et hyper capitaliste par la grâce d’une altérité radicale. Ces Zones ne peuvent être détruites car « même dans l’hypothèse du miracle, elles restent une partie de la nature, et par conséquent porteuses d’espoir, en un certain sens ». 
Les voyageurs de l’espace qui se sont arrêtés là, s’ils ont remarqué notre existence, ne nous ont pas jugés intéressants, relégués au rang d’insectes, de rats. Aucune communication, or sans communication, il ne peut y avoir de compréhension. Depuis, les Zones ont une incidence sur tout ceux qui ont affaire à elles. La corruption et le crime accompagnent leur exploration, ceux qui les ont fuies sont poursuivis par une catastrophe et les enfants de ces cueilleurs font l’objet de mutations génétiques, au point de sembler à peine humains. Les « Zones » transforment un trou perdu, ville, forêts dévastés, territoires vidés après un cataclysme nucléaire, en « un trou vers l’avenir ». Elles sont un tunnel mortel d’où pourraient sortir des connaissances incroyables à jamais inaccessibles aux gens ordinaires vivant dans ces ruines.

En pleine nuit de l’été 69, un extraterrestre bardé d’une Fender 12 cordes débarque et se met à jouer … ça https://youtu.be/kJSEZeNrKNM

Et cette humanité en errance alors ? 
Ces milliards de victimes de la « redistribution inégalitaire de la vulnérabilité » qui paient le prix fort dudit progrès depuis la nuit des temps ne sont jamais racontées. C’est Octavia Butler qui ouvre des pistes dans ces deux romans, La parabole du semeur et La parabole des talents. Elle y dépeint une zone, un entre-deux mondes qui n’a rien de romantique. 
En effet, entre 2020 et 2030, après une « décennie et demie vouée au chaos » climatique, sanitaire et économique , elle met en scène la constitution d’une communauté de laissés-pour-compte, d’orphelines et d’hommes cassés, d’anciens maraudeurs et de couples condamnés par l’église, de femmes violées et de gamins ayant dévoré des rats ou des cafards dans les souterrains. Des Noirs, des Blancs, des Latinos, des Asiatiques et toute la gamme des métissages envisageables dans les cités désormais ruinées bâtissent ensemble, vaille que vaille, une contre-société. L’heure est au glanage dans les bosquets, les jardins et les champs abandonnés, à la recherche des baies et fruits sauvages, des plantes coriaces pouvant s’acclimater dans les régions désertiques, à la récupération, également, des pots et des outils rongés par la rouille, des poêles, des clous, des chaines, des planches trainant dans les fermes dévastées. Dans ce contexte de l’effondrement vécu, c’est par ces règles que cette communauté de bric et de broc devient politique : « Quiconque se joignait à eux, enfant ou grande personne, se devait d’acquérir ces connaissances élémentaires et d’apprendre un métier. Quiconque se trouvait en possession d’un métier se faisait aussitôt un devoir de transmettre ce savoir-faire à quelqu’un d’autre ». Dès lors qu’elle s’active et se met en phase avec la force collective du groupe, elle participe à la construction d’un monde alternatif, une zone au coeur d’un capitalisme qui a ravagé la planète par l’effondrement et les pires réflexes survivalistes qu’il a induits.
Une particularité étrange et signifiante de cette communauté est qu’elle s’est improvisée autour de Lauren Oya Olamina et une dimension religieuse à la fois hérétique et intersidérale. « Olamina croit en un dieu qui se soucie d’elle comme d’une guigne. En réalité, cette divinité est un processus, un ensemble de processus pour être précis, davantage qu’une simple entité. Il n’a pas conscience de l’existence de la communauté, il n’a conscience de rien. La conscience n’est pas de son ressort ». 
Il est ces Visiteurs qui sont passés, qui ont donné naissance à ces Zones en laissant leurs traces et qui ont ainsi contribué à une évolution biologique, à la théorie du chaos, à la relativité, au principe d’incertitude, à la seconde loi de la thermodynamique. Toute chose est porteuse de changement, mais toute chose n’est pas destinée à changer de toutes les façons. Alors ils forment le rêve d’essaimer l’essence vitale de la planète, en proie à des ouragans de destruction physique et métaphysique, pour faire renaître l’humanité, la vie, la flore et la faune à travers les étoiles. Ils forment alors le projet de partir à bord d’un vaisseau, véritable arche de Noé végétale, emportant dans ses flancs, outre les embryons humains et animaux, un chargement inouï de graines, spécimens, outils, matériel médical, scientifique, et des fichiers informatiques contenant toute la mémoire du monde et, plus lourd encore, le « poids considérable des rêves et des espoirs ». Un avenir se dessine alors par une voie difficile, complexe, nécessitant de traverser la zone, les ruines, les turbulences et les rêves. 
« Je ne suis pas en train de proposer de revenir à l’âge de pierre. Mon projet n’est pas réactionnaire ni même conservateur, mais simplement subversif. Il semble que l’imagination utopique soit piégée […] dans un futur unique où il n’est question que de croissance. Tout ce que j’essaie de faire, c’est d’essayer de faire dérailler la machine ». Ces mots d’Ursula Le Guin rejoignent ceux de la Zone de rêve collectif, un collectif d’auteur-es de science-fiction qui veut nous rappeler que nos avenirs nous appartiennent et qu’il nous faut les imaginer et les rendre contagieux. Restons convaincus que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur.

Pour finir, lisons ! 
Le décret n° 2021-269 du 10 mars 2021 relatif au recours à la vidéo intelligente pour mesurer le taux de port de masque dans les transports. Dans les territoires où, pour faire face à l’épidémie de covid-19, une loi ou un décret impose le port d’un masque de protection dans les véhicules ou les espaces accessibles au public et affectés au transport public de voyageurs, les exploitants de services de transport public collectif de voyageurs ainsi que les gestionnaires des espaces affectés à ces services veillent au respect de cette obligation. Pour l’exercice de cette mission, les exploitants et les gestionnaires qui utilisent des systèmes de vidéoprotection autorisés sur le fondement de l’article L. 252-1 du code de la sécurité intérieure peuvent utiliser ce dispositif aux fins :
1° D’évaluation statistique dans le respect des obligations prévues au point 1 ;
2° D’adaptation de leurs actions d’information et de sensibilisation du public.

N’oublions pas que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur. 

Son de fin https://youtu.be/GpAUDOI24Oo  

Sources et références https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043235679 https://reporterre.net/Fukushima-nous-a-fait-entrer-dans-l-ere-du-capitalisme-apocalyptique 
Les atolls de l’atome. https://www.telerama.fr/debats-reportages/polynesie-francaise-dans-les-coulisses-dune-enquete-sur-un-lourd-secret-detat-6834313.php 
https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-13-mars-2021 
Stalker, « Pique-nique au bord du chemin » de Akkadi et Trois Strougatski / et le film de Andrei Tarkovski, « Stalker ».
Le champignon de la fin du monde. Anna Lowenhaupt Tsing, 2017
La parabole du Semeur et La parabole des talents, de Octavia Butler. 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/02/ZANZIBAR/61351 http://zanzimooc.zanzibar.zone 
Ursula Le Guin, « A non-euclidean view of California as a cold place to be », in Dancing at the edge of the world, 1989
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.13-16032021-09/ 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.