Nowakowskismes 5.12. Totalitude

« Si le monde devait crever demain, je planterais un arbre aujourd’hui ». 
Ces mots sont ceux de Donella Meadows. Elle faisait partie des quatre, Donella Meadows, Dennis Meadows, Bill Behrens et Jorgen Randers, qui ont écrit en 1972 le rapport Meadows intitulé « Les Limites à la Croissance ». 
Il y a 50 ans, au MIT, ces quatre étudiants chercheurs sont chargés de réfléchir aux conséquences de la croissance sur la planète. En sortira le rapport Meadows, qui sera vendu à dix millions d’exemplaires. 
Avec enthousiasme, ils vont arpenter le monde pour convaincre les décideurs d’agir lesquels décideront de ne rien faire. 
« Les Limites à la Croissance » est la seule étude prospective ayant annoncé avec force détails, et sans se tromper, la fin des festivité pour l’humanité. L’enjeu est simple, ou bien le monde développé réduisait rapidement son empreinte carbone, ou bien la nature se chargerait de rappeler l’humanité à sa condition.  
Le rapport Meadows est l’histoire d’un rendez-vous manqué parce qu’à sa sortie, les sociétés industrielles occidentales baignent depuis trente ans dans un régime de croissance ininterrompue n’invitant évidemment pas à l’autocritique d’un modèle dévorant la planète et le vivant mais offrant aux populations du monde industrialisé un confort jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Même le Club de Rome qui avait pourtant commandité l’étude n’a rien voulu entendre ! 
Des rendez-vous manqués en 1972, puis en 1992, et encore en 2012 et encore plus grave en 2021. En effet, malgré toutes les alertes, tous les signaux, ce rendez-vous est manqué avec la planète, ou plutôt avec ceux qui la dirigent et qui, décennie après décennie, sur l’environnement, écoutent sans entendre, font mine de s’inquiéter puis ne font rien. En France, malgré les promesses faites à la Convention citoyenne pour le climat, la loi climat c’est dire adieu à la taxe sur les billets d’avion et l’interdiction des vols pour les destinations inférieures à 2h30 en train ! C’est dire adieu à la taxation sur les engrais chimiques ! C’est dire adieu à l’arrêt de l’extension des zones commerciales, parce qu’on va continuer à bétonner des terres agricoles pourvu que la superficie reste inférieure à 10000 m2 … et tout le reste. 
Les années ont passé, Donella est morte en 2000. Voyant que que rien ne se passait, que rien n’avait été fait pour ralentir la machine productrice, elle avait repris la plume avec ses compères et le livre avait changé de titre pour devenir « Beyond the limits (Au delà des limites) ». Y furent rajoutés cinq outils indispensables selon eux pour la transition, l’inspiration, l’honnêteté, le travail en réseau, l’apprentissage et l’amour.  Pour finir, ces quelques mots de Dennis Meadows : « N’oubliez jamais qu’il existe deux façons de toucher au bonheur. La première est d’obtenir plus – c’est celle après laquelle notre civilisation a couru à perdre haleine – et la seconde, de vouloir moins ». Je ne sais pas pour vous mais moi c’est la seconde option que je privilégie. 

Aujourd’hui, pour faire suite à ce que nous venons d’évoquer avec le rapport Meadows, nous allons faire un tour dans le secteur de l’énergie, et plus particulièrement chez Total, une des entreprises les plus importantes au monde en termes de capitalisation. Total, fleuron de l’industrie française, présente dans une multitude de pays, toujours à l’affut de terres gorgées de pétrole ou de gaz, ne fait pas grand cas des objectifs des Accords de Paris. Ce soir, nous nous intéressons donc au rapport publié la semaine dernière par Reclaim Finance et Greenpeace, qui détaille les pratiques des grandes entreprises polluantes, et plus particulièrement Total, et de leurs financeurs.

Un nombre croissant d’acteurs financiers français et internationaux s’engagent à atteindre la neutralité carbone et à aligner leurs activités sur l’objectif de 1,5°C ou directement aux objectifs de l’Accord de Paris. 
En tant que cinquième capitalisation du CAC 40, Total figure dans les portefeuilles d’investissement de la majorité des investisseurs français et bénéficie des financements et couvertures d’assurance des grandes banques et sociétés d’assurance françaises. Total est aussi le premier émetteur de gaz à effet de serre du CAC40 et l’un des plus gros émetteurs internationaux. En effet, en 2020, Total a produit 447 unités d’énergies fossiles pour 1 d’énergies renouvelables. Malgré sa volonté de se refaire une identité et une virginité en devenant TotalEnergies, Total continue d’investir massivement dans le développement de nouveaux projets liés aux énergies fossiles, comme par exemple ce projet pétrolier d’EACOP (East African Crude Oil Pipe Line) entre l’Ouganda et la Tanzanie, ou des projets de propositions des énergies fossiles en Arctique.
Rappelons que chez Total, 90% des dépenses d’investissements demeurent toujours orientées vers les énergies fossiles. L’évolution de sa production d’hydrocarbures est manifestement une augmentation de plus de 50% entre 2015 et 2030. En 2030, les émissions de CO2 de Total devraient excéder de 200 Millions de tonnes les émissions maximales autorisées pour s’aligner sur une trajectoire à 1,5°C. 
L’ambition affichée d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 n’est donc que du pipeau.
La manière dont les acteurs financiers français adaptent leur relation à Total dans un contexte d’urgence climatique est un bon indicateur de la sincérité de leurs engagements. Quelles sont les promesses climatiques du groupe, quelle est la manière dont les acteurs financiers ont jusqu’à présent traité un tel poids lourd du secteur énergétique ? Voilà les questions importantes !
Les efforts déployés pour l’atteinte d’objectifs climatiques de long terme peuvent être analysés à travers deux axes structurants et complémentaires des politiques climat adoptées par les acteurs financiers.
Le premier axe suit une approche globale qui couvre l’intégralité des portefeuilles des acteurs financiers et des entreprises qu’ils soutiennent. Ainsi, ces acteurs financiers n’atteindront leurs objectifs climatiques que si les entreprises qu’ils soutiennent alignent leurs activités sur ces mêmes objectifs. Il s’agit donc pour eux, soit d’exclure de leurs soutiens les entreprises non alignées, soit de les pousser à se transformer vite pour s’aligner sur les objectifs. On peut par exemple citer l’initiative de résolution climat déposée en vue de l’assemblée générale de Total en 2020 par 11 actionnaires dont Meeschaert AM, La Banque Postale Asset Management et Crédit Mutuel. Bien qu’elle demandait au premier pollueur français d’adopter des objectifs de décarbonation de ses activités de manière à s’aligner sur les objectifs de l’Accord de Paris, des noms bien connus comme AXA, Amundi (société française de gestion d’actifs qui gèrait fin 2020 1 729 milliards d’euros d’encours classée à la première place des entreprises de gestion d’actifs en Europe), Natixis (établissement financier français créé en 2006, filiale du groupe BPCE, lui-même issu de la fusion des groupes Caisse d’épargne et Banque populaire), et de nombreux autres, ont voté contre.
Le deuxième axe suit une approche sectorielle visant à trouver des solutions immédiates pour les secteurs les plus polluants, lesquels s’avèrent concentrer aussi les plus lourds risques ESG  (pour Environnement, Social et Gouvernance, terme utilisé par les investisseurs, banques et autres organisations de financement lorsqu’ils souhaitent évaluer les risques liés aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises de par leur activité et leur engagement) et financiers. Pour une entreprise gazière et pétrolière, cela concerne les hydrocarbures non conventionnels c’est-à-dire la prospection de gaz et de pétrole de schiste, l’exploitation des sables bitumineux et les forages en Arctique et en eaux très profondes. Les principaux acteurs financiers ont déjà adopté des mesures sur certains de ces secteurs, mais celles-ci s’avèrent lacunaires et insuffisantes pour enrayer le développement de ces activités. En réalité, tous continuent de soutenir Total alors qu’elle se développe notamment en Arctique et en eaux très profondes. 
Alors qu’agir sur le premier axe ne pourra produire des impacts qu’au bout de quelques années, viser les secteurs les plus polluants permet de répondre à l’impératif scientifique de baisser tous les ans nos émissions de gaz à effet de serre de 7,6% jusqu’en 2030. Les actions à mener sur les deux axes doivent bien entendu être fondées sur les résultats scientifiques qui montrent la nécessité d’une baisse de 4% la production pétrolière et de 3% la production gazière par an d’ici 2030 afin de tenir l’objectif de 1,5°C. En clair, les acteurs financiers ne pourront atteindre leurs objectifs climatiques de long terme qu’à condition de pousser des entreprises comme Total à ne plus explorer ou ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, a fortiori dans les pétrole et gaz non conventionnels, et à adopter une stratégie globale de décarbonation de l’intégralité de leurs activités.
Malgré son narratif de groupe multi-énergies orientés vers le Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et la production d’électricité à partir de renouvelables et de gaz, Total demeure à l’heure actuelle une entreprise pétrolière déterminée à profiter au mieux des dernières réserves de pétrole conventionnel. 
En effet, malgré tout cela, Total est notamment impliqué dans un projet qui a toutes les « chances » de devenir le DAPL de l’Afrique (DAPL pour Dakota Access Pipeline, ou Bakken pipeline) en référence au projet de pipeline de pétrole lourd construit en Amérique du Nord et contesté en raison des lourdes violations des droits des populations autochtones, en plus de des risques induits considérables pour le climat et l’environnement. Cet pipeline sera le plus long oléoduc de brut chauffé, s’étirant sur 1 445 kilomètres entre la raffinerie de Hoima en Ouganda jusqu’au port de Tanga en Tanzanie. Sa construction est indispensable à l’exploitation de nouvelles réserves de pétrole découvertes dans la région des Grands Lacs. Parmi les 1,7 milliards de barils de pétrole récupérables, Total entend en produire environ 200000 par jour à partir de Tilenga situé dans et aux alentours du parc naturel protégé des Murchison Falls. Le pipeline transportera 216000 barils de pétrole brut par jour. Ceci entraînera plus de 33 millions de tonnes d’émissions de CO2 chaque année, une quantité nettement supérieure aux émissions combinées de l’Ouganda et de la Tanzanie. En plus d’alimenter la crise climatique, l’oléoduc permet d’ouvrir des écosystèmes critiques à l’extraction du pétrole, dont le parc national de Murchison Falls, l’un des plus visités d’Ouganda. De plus, ce projet menace de nombreux environnements protégés, forêts, zones humides et mangroves ainsi que les moyens de subsistance des communautés locales. Enfin, en passant par des centaines de villages en Ouganda et Tanzanie, le projet devrait provoquer un déplacement à grande échelle des communautés. Des dizaines de milliers de personnes voient déjà leurs terres accaparées et leurs droits bafoués. Les pressions et intimidations exercées par Total pour faire taire ceux et celles qui oseraient contester ont même suscité l’intervention de plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations-Unies et se heurte à une résistance importante de la part des communautés locales et de la société civile internationale. 
Donc, alors que la glace de l’Arctique fond à une vitesse sans précédent, Total est impliqué dans 5 nouveaux projets- dont Arctic LNG – et pourrait en développer 12 autres, ainsi qu’un projet similaire aux Etats-Unis, le Cameron LNG, qui vise à liquéfier du gaz de schiste.
En France, Total a été assigné en justice par les Amis de la Terre, Survie et des organisations ougandaises sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance pour violation de ses obligations légales de prévenir les violations des droits humains et les dommages environnementaux. C’est maintenant au tour des acteurs financiers d’être interpellés sur leur responsabilité. En effet, plusieurs ONG dont BankTrack, AFIEGO, BothENDS, Just Share et Inclusive Development International avec le soutien de Reclaim Finance ont alerté les banques mais aussi les investisseurs de Total sur les multiples risques associés à tous ces projets. A ce jour, aucun acteur financier ne s’est toujours pas exprimé.
Alors que nous devons diminuer la production de pétrole et de gaz de respectivement 4% et 3% par an d’ici 2030, et c’est demain, Total envisage d’augmenter sa production d’hydrocarbures d’ici 2030. Si les nombreux nouveaux projets pétroliers et gaziers aboutissent, ils annihileront toute possibilité de maintenir le réchauffement à 1,5°C. Tout ceci ne sont que des aberrations destructrices alors que notre budget carbone disponible pour contenir le réchauffement à 1,5°C ne nous permet déjà pas d’exploiter l’intégralité des réserves d’énergies fossiles en exploitation.
Alors, comment évaluer le sérieux des engagements des acteurs financiers sur le climat ? Ils doivent répondre à ces questions. Financent-ils et assurent-ils de nouveaux projets de production d’énergies fossiles ? Continuent-ils de financer, assurer et investir dans les entreprises qui les portent comme Total ? Malheureusement, à l’heure actuelle, aucun d’eux,  ne répond par la négative à ces questions. Même les secteurs les plus risqués des pétrole et gaz non conventionnels, sables bitumineux, gaz et pétrole de schiste, étendu sur toute la chaîne de valeur, donc comprenant les pipelines et terminaux de GNL, forage en Arctique et en eaux très profondes, trouvent encore leurs financements. 
Comme toujours, les plus gros acteurs financiers ont affiché adopter de premières mesures d’exclusion sur l’exploitation des sables bitumineux, les forages en Arctique, et l’extraction du pétrole et du gaz de schiste. C’était déjà il y a plusieurs années mais les bonnes intentions affichées à grand renfort de communication demeurent extrêmement lacunaires et tardent même dans certains cas à se concrétiser. Ainsi, le Crédit Agricole et Natixis ont tous deux déclaré, lors de leur assemblée générale de 2020, qu’ils ne financeraient plus les entreprises spécialisées dans la production de gaz et pétrole de schiste. Non seulement cet engagement n’a pas été traduit en politique, mais il ne couvre pas le développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié, issu de la fracturation hydraulique, et derrière lesquels se trouve notamment Total.
Alors, et les réponses sont évidente ! Il faut que les banques et les assureurs ne financent plus ou n’assurent plus de nouveaux projets d’énergies fossiles. Il faut que tous les acteurs financiers ne soutiennent plus les entreprises comme Total tant qu’elles n’ont pas renoncé à explorer ou à ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, y compris à travers la construction d’infrastructures de transport. Il faut de plus, et dès maintenant, qu’elles conditionnent leurs soutiens à l’adoption d’un plan de décarbonation des activités aligné avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Enfin, il faut que les actionnaires de Total prennent leurs responsabilités lors des prochaines assemblées générales en déposant et en votant massivement des résolutions inscrivant des mesures fortes de transparence et d’engagement ferme à adapter toutes les activités à l’urgence climatique.  

Pour finir, retrouvons Lawrence Ferlinghetti décédé la semaine dernière. En 2004, il nous offrait sa définition d’une poésie pour le XXIème siècle. Dernière figure de la Beat Generation, Lawrence Ferlinghetti était éditeur et libraire, proche de Ginsberg, Kerouac et Burroughs. Il avait fondé en 1953 City Lights Booksellers & Publishers, à San Francisco. Il est mort à la veille de ses 102 ans. 

« La poésie est le cri que l’on pousserait en s’éveillant dans une forêt obscure au milieu du chemin de notre vie.
La poésie est le soleil qui ruisselle à travers les mailles du matin.
La poésie, ce sont des nuits blanches et des bouches de désir.
La poésie est l’argot des anges et des démons.
La poésie est un canapé où s’entassent des chanteurs aveugles qui ont posé leurs cannes blanches.
La poésie est le dérèglement des sens qui produit du sens.
La poésie est la voix de la quatrième personne du singulier.
La poésie ce sont toutes les choses nées avec des ailes et qui chantent.
La poésie est une voix dissidente qui s’insurge contre le gaspillage des mots et la surabondance insensée de l’imprimé.
La poésie est ce qui existe entre les lignes.
La poésie est faite des syllabes des rêves.
La poésie, ce sont des cris lointains, très lointains, sur une plage au soleil couchant.
La poésie est un phare qui fait tourner son mégaphone au-dessus de la mer.
Un poème peut être fait d’ingrédients ménagers courants. Il tient sur une seule page et peut cependant remplir un monde et se loger dans la poche d’un cœur.
La poésie, ce sont des pensées sur l’oreiller après l’amour.
La poésie est un chanteur des rues qui sauve les chats de gouttière de l’amour.
La poésie est le dialogue des statues.
La poésie est le bruit de l’été sous la pluie et la clameur de gens qui rient derrière des volets clos dans une rue étroite.
La poésie est une grande maison résonnant de toutes les voix qui ont jamais dit quelque chose de fou ou de merveilleux.
La poésie est la voix à l’intérieur de la voix de la tortue.
La poésie est un livre de lumière la nuit.
La poésie n’est pas que l’héroïne, les chevaux et Rimbaud. Elle est aussi le murmure des éléphants et les prières impuissantes des passagers aériens qui attachent leur ceinture pour la descente finale.
Tel un bol de roses, un poème n’a pas à être expliqué. »

Sources et références 
Cinquante ans avant la Convention pour le climat :  l’incroyable histoire des quatre chercheurs qui avaient déjà tout prévu https://www.telerama.fr/debats-reportages/cinquante-ans-avant-la-convention-pour-le-climat-lincroyable-histoire-des-quatre-chercheurs-qui-6822606.php 
Rapport publié par Reclaim Finance et Greenpeace https://reclaimfinance.org/site/wp-content/uploads/2021/02/TotalFaitDuSale_LaFinanceComplice-1.pdf https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-26-fevrier-2021 
https://www.monde-diplomatique.fr/1992/07/RAMONET/44576 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.12-01032021-17/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.