Nowakowskismes 5.11. Cube de Misner

Aujourd’hui, les Nowakowskismes sont l’occasion d’une escapade dans un monde imaginaire, mais peut-être pas si imaginaire que cela. À vous de juger ! Vous êtes prêts ? 

Aucun langage humain ne peut exprimer ce qui ressemble à un commencement du temps. Les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il était d’ailleurs incorrect de dire que le temps avait commencé lorsqu’il ouvrit les yeux mais il n’avait pas trouvé mieux. Il ne pourrait certainement jamais s’habituer à ce moment où le monde se remettait à battre, ce réveil du mouvement. 
Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. 
Au travers des baies vitrées donnant sur le ciel, le soleil s’illumina lentement, ne révélant au début que sa forme de disque rougeoyant, avant que ses rayons ne balaient progressivement les derniers lambeaux de cette obscurité qui avait enveloppé le monde. Le soleil perdit petit-à-petit ce rouge qui semblait l’obséder et l’habiter même quand il réussissait à quitter la réalité pour ces nuits sans rêve. Un cercle bleu se dessina aux abord de cette source de lumière, et se déploya lentement pour composer le ciel. 
Et sous le ciel émergea un espace vide, il était là au bord, comme surplombant au loin des ensembles d’habitations verticales, percées de multiples fenêtres ouvertes sur des espaces privés inaccessibles. Sous le soleil qui s’éclaircissait, cette forêt d’immeubles se déploya devant lui. Il choisit un disque 33 tours. Il adorait ce contact physique et les passer en revue un à un jusqu’à ce qu’un lui fasse signe. Ce matin là, c’était un vieil album Santana, Abraxas, et il les notes de Samba pa ti emplirent son réveil. 

https://youtu.be/timZoOs9ozo 

Il se prépara un café, et avant de pouvoir se servir, il laissa ses pensées revenir à la surface consciente se demandant quel serait son programme pour la journée. 
Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse qui surplombait cette étrange ville. Buvant son café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. 
Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. C’était leur rituel matinal. Et chaque matin, sa présence lointaine le rassurait et ramenait une sorte de permanence après l’oubli de la nuit. Et l’habitude de se retrouver ainsi avait créé cette familiarité, ce rituel, et surtout cette proximité. 
Il ne devait pas oublier de saluer son autre compagnon qui se trouvait à sa gauche dans l’alignement de sa terrasse. Il fit un signe, l’autre répondit, et tout fut parfait, tout était à sa place, la journée pouvait commencer. 
Il avait un programme chargé. Il était enseignant. Il devait se connecter sur la plateforme d’enseignement en ligne de son université pour pouvoir retrouver ses étudiants et faire cours. Là aussi, c’était un rituel. Démarrer le logiciel, se connecter, ouvrir son micro et sa caméra, et commencer à parler après quelques échanges de bienvenue. C’étaient les modalités qui formaient son quotidien depuis maintenant un temps qu’il avait cessé de mesurer. La question n’était plus là, son agenda partagé se mettait à jour automatiquement et son programme lui apparaissait semestre après semestre, invariablement. Il n’avait qu’à cliquer sur le lien associé au petit rectangle coloré dans son agenda pour se retrouver face un alignement de stèles ou de vignettes, ça dépendait, portant les noms (parfois farfelus, certains étudiants étaient facétieux) de ceux à qui il allait parler pendant quelques heures. Leurs échanges se résumeraient à des interventions écrites dans un espace de conversation et alternant diaporama, réponses aux questions, les heures se passeraient jusqu’au moment de raccrocher, non sans avoir fait quelques petites pauses pour permettre à son corps de se dégourdir et remplir sa tasse d’un thé bien chaud. 
Aujourd’hui les questions étaient bizarres, elles n’étaient pas en relation avec le cours. Les messages précédés des prénoms s’empilaient dans l’espace de discussion, et revenait à intervalle régulier un message de Christelle, demandant : « Monsieur ! Quel est ce monde dans lequel nous vivons ? ». Il remonta dans l’historique des messages. Parmi les échanges en lien avec le cours, les digressions, les petites plaisanteries, des compléments ou des partages, revenait régulièrement ce message. Il interrogea le groupe et personne ne sut que dire, et personne ne savait qui était Christelle. C’était d’ailleurs assez normal vu que, depuis bien longtemps, les cours étant à distance, les étudiants ne se rencontraient plus sur un campus, ne se retrouvaient plus dans une salle. Ils ne connaissaient que les vignettes plus ou moins personnalisées des autres. Il avait lui-même presqu’oublié ces temps. Il avait même du mal à convoquer ses souvenirs pour se rappeler ce que ça faisait de faire cours dans une salle avec des étudiants devant lui. 
Il n’eut pas le temps de creuser l’affaire parce que le groupe suivant l’attendait et la plateforme lui rappelait avec insistance qu’il devait les rejoindre d’urgence. Il cliqua sur le lien, et se retrouva devant ce même alignement de vignettes blanches portant comme des pierres tombales les noms de ceux à qui il allait s’adresser pendant plusieurs heures. Ce groupe-là fut moins actif et il dut aller chercher l’énergie nécessaire au plus profond de lui-même pour finir la séance. La journée se termina par une réunion organisée par l’université et il déconnecta son ordinateur de la plateforme. Il avait un peu faim. Il fallait qu’il sorte pour aller acheter quelque chose à se cuisiner. Le soleil était encore haut dans le ciel, il faisait chaud. Il descendit, et traversa la rue. Il marcha jusqu’au marché central, s’acheta quelques légumes et quelques fruits, et tout-à-coup lui revinrent cette succession de messages identiques. Il n’avait pas envie de rentrer chez lui et décida de pousser un peu plus loin, vers la pépinière. Il marchait perdu dans ses pensées, se questionnant, et tout à coup il s’aperçut qu’il venait d’entrer dans sa rue par le chemin opposé de celui qu’il avait pris pour aller au marché. Il avait beaucoup marché, et du coup, certainement pris dans ses pensées, il n’avait pas vraiment eu conscience du chemin qu’il avait suivi pour se retrouver là, à cet endroit, et dans sa rue. 
Il évacua les questions, remonta dans son appartement et se prépara son repas en écoutant un vieux morceau de Bruce Springsteen, un morceau empli d’une mélancolie profonde qu’il écoutait quand il était au lycée. Ce morceau, c’était The river. 

https://youtu.be/lc6F47Z6PI4 

Il passa la soirée à lire un peu, à écouter de la musique, à regarder les cours du lendemain. Au moment de se coucher, il se remit à penser à ces messages énigmatiques. Il était fatigué, il s’endormit rapidement malgré les questions qui se pressaient dans son esprit. 
Il se réveilla bizarre. Ce n’était pas ce matin qui s’ouvrait comme un premier matin, vierge de la veille. Ces questions étranges, et une sorte d’incompréhension remontant de la veille. Une zone d’ombre inhabituelle. Il prit son café, se rendit sur sa terrasse, le voisin était là, il attendit son geste de bonjour, mais ce n’est que lorsqu’il lui fit signe, que l’autre au loin lui répondit. 
Il avait cours avec le même groupe que la veille. Il avait préparé et il commença à parler quand le premier message après les échanges de bonjours, envoyé par Christelle ne comportait qu’un seul mot : « Cube » ! Il continua son exposé, et comme la veille, le message revint à intervalles réguliers, « Cube » répété sur toute la durée de la séance. 
Il termina son cours. Cette journée-ci était moins remplie que la précédente. Il sortit sur sa terrasse, l’autre était là en face, et l’autre aussi à sa gauche était là. Il ne leur fit pas signe, et eux non plus d’ailleurs ne lui envoyèrent de signe. Il décida de sortir pour se dégourdir les jambes. La marche l’aidait à penser. Elle lui permettait de s’évader de ce quotidien qui, par moment, lui pesait. Il se dirigea vers le parc de La Cure d’air. Il voulait s’élever, voir la ville de plus haut. Ce mot, Cube l’obsédait. Qu’avait-elle voulu lui dire par ce Cube répété sur toute la séance ? D’ailleurs était-ce bien son prénom puisque personne n’avait pu lui donner de renseignements ? 
Il marchait et obsédé par des réflexions l’entrainant dans des références venues de la science-fiction, de ses lectures récentes, des textes qu’il avait écrit et c’est par le quai de la bataille et la rue de Phalsbourg qu’il se rendit compte qu’il s’approchait de chez lui. Il n’avait pas vu le temps passer. Avait-il atteint le parc de la Cure d’air, il ne s’en souvenait plus. Mais, ce qui le surprit c’est de se retrouver sur ce chemin directement opposé de celui qu’il avait pris pour démarrer sa promenade et ce, sans s’en être rendu compte. Il remonta chez lui, dina peu, et accablé d’une lourde fatigue, il se coucha et s’endormit brutalement. Et il rêva. Il rêva un monde, un monde extrêmement simple bien que déroutant, primitif parce finalement réduit à quelques dimensions et sans horizon. Un monde dans lequel avancer et s’approcher d’une de ses extrémités, c’est revenir à son point de départ. Ce monde était en fait un cube, d’un kilomètre de côté, avec un plafond et un plancher, et quatre murs. Et dans ce monde rêvé, chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, le plafond était en même temps son plancher. Son univers était alors cette pièce à quatre murs dans laquelle même la lumière, lorsqu’elle atteignait une extrémité, revenait à son point de départ donnant ces effets de reflets, un monde dans lequel tout n’est qu’image dupliquée. Son univers était un cube de 1000 mètres de côté, un univers dans lequel chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, un univers refermé sur lui-même. 
Puis les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse. Buvant un café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. 
C’était leur rituel matinal.

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. 

Où est donc passée l’obligation de rénovation thermique des logements ? Qui a ajouté cette dérogation concernant l’interdiction de nouveaux centres commerciaux ? Pourquoi la redevance sur les engrais azotés est-elle reportée ? Quid du moratoire sur la 5G ou de l’interdiction de la publicité pour la malbouffe et les SUV ? 
Sept mois et demi après leur rendu, le 21 juin 2020, les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sont arrivées, le 10 février,« comme convenu », à la table du conseil des ministres, sous la forme d’un projet de loi. La date est, semble-t-il, la seule chose qui ait été à peu près respectée – et encore, non sans un certain retard. 
Avion, automobile, agro-business, publicitaires… Le rouleau compresseur des lobbys a réussi à vider de toute sa substance le projet de loi censé donner suite à la Convention Citoyenne pour le Climat. Accès privilégié aux décideurs, études biaisées, marketing vert, guerre des mots dans les médias et mobilisation de complices au cœur même de l’État… voici une partie de l’arsenal déployé par les industriels pour se débarrasser des propositions des « citoyens ».
L’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre « d’au moins 40 % d’ici 2030 »  restera-t-il atteignable, dans ces conditions ? 
De l’aveu même de l’exécutif, seulement la moitié voire les deux tiers « du chemin », seulement, seraient « sécurisés ». « Sécurisé » encore un bel exemple de cette novlangue ! Mais, si on prend le temps d’analyser le document officiel, on en est très loin. En fait, en l’état, le projet de loi ne parviendrait à économiser au maximum que 13 Millions de tonnes de CO2/an, soit 12 % de l’objectif total. Nous ne sommes pas les seuls à faire ce constat. Dans son avis rendu fin janvier, le CESE considère que dire que ce texte « s’inscrit dans la stratégie nationale bas-carbone » n’est rien d’autre qu’un « abus de langage » !
Mais alors, que s’est-il passé entre l’affirmation que les travaux de la convention seraient repris « sans filtre » et transmis tels quels au Parlement pour intégrer le circuit législatif traditionnel, ou soumis directement à référendum des secteurs économiques ?  
Comme toujours, la réponse est simple. Les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, de l’agriculture industrielle, de la publicité, des grandes surfaces, et bien d’autres qui sont habitués depuis toujours à pouvoir se contenter de vagues promesses vertes, se sont vus tout à coup sommés par de simples citoyens, vous vous rendez compte, de changer réellement leurs pratiques. Inconcevable pour ces représentants industriels, alors qu’ont-ils faits ? Ce qu’ils savent aussi très bien faire, le lobbying ! Ils se sont alors lancés à l’assaut de la future loi pour la vider de sa substance. Ils se sont appuyés sur une solide machine d’influence, mobilisée pour démolir les propositions citoyennes. Cette machine est d’autant plus efficace qu’elle agit à plusieurs niveaux. De plus c’est en bandes organisées que les industriels défendent leurs propres intérêts. En plus de leurs propres équipes d’ « affaires publiques », ils décuplent leur force de frappe grâce aux fédérations ou associations professionnelles sectorielles rompues à la défense de leurs intérêts collectifs. Mieux encore, et pour s’assurer une légitimité plus « populaire », elles s’allient les services d’associations (ça s’appelle de l’« astroturfing »). Le paysage ne serait pas complet sans les think tanks qui assurent  la caution « expertise » et plus discrètement les cabinets de lobbying, missionnés par les entreprises pour défendre leurs intérêts. Ces Think Tanks, pour une bonne partie financés par les grandes entreprises qui siègent également à leur conseil d’administration, sont des messagers largement invités dans les médias. 
Enfin, aux armées de lobbyistes, de communicants, d’experts et d’influenceurs, les meilleurs alliés se trouvent souvent au sein même de l’appareil d’État. La Convention citoyenne a été conçue pour sortir de l’entre-soi des industriels et de l’administration. Mais on est très vite revenu aux vieilles habitudes puisque, dès septembre 2020, une multitude de réunions dites de « concertation » ont été organisées sous l’égide du ministère de la Transition écologique. L’objectif ? Officiellement, rediscuter thématique par thématique des propositions citoyennes. Officieusement, faire voler en éclats la promesse du « sans-filtre » et ouvrir grand la porte aux intérêts privés. 
Se vouloir le champion du climat et en même temps asséner de l’amish ou de la lampe à huile comme seul horizon au débat sur les questions centrales de notre présent, se vouloir champion du climat et ne donner crédit qu’à la compétitivité, se vouloir le champion de la démocratie et oublier que les citoyens ont des choses à dire, tout cela ne montre qu’au lieu d’être grand, c’est juste ne pas être capable d’être grand ! 

Sources et références 
http://n-dimensional.de/cubes/
Comment les lobbys industriels ont saboté les réformes voulues par les citoyens de la Convention climat https://www.bastamag.net/Convention-citoyenne-pour-le-climat-150-propositions-loi-lobbys-industriels-Emmanuel-Macron 
Le projet de loi réduit à néant les propositions de la Convention citoyenne pour le climat https://reporterre.net/Le-projet-de-loi-reduit-a-neant-les-propositions-de-la-Convention-citoyenne-pour-le 
OpenLux : au Luxembourg, une économie artificielle dopée par les sociétés offshore https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/02/08/openlux-au-luxembourg-une-economie-artificielle-dopee-par-les-societes-offshore_6069136_4355770.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.11-15022021-15/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.