Nowakowskismes 5.10. Et pourtant, il a dévié !

« Il ne se déplaçait pas sur une trajectoire habituelle aux astéroïdes, selon une ellipse qu’il réemprunterait au bout de quelques années avec la précision d’un mécanisme d’horlogerie. C’était un objet solitaire errant entre les étoiles, rendant sa première et dernière visite au système solaire, car sa célérité était telle que jamais le champ gravitationnel du soleil ne pourrait le capturer. » Ces lignes sont extraites du livre « Rendez-vous avec Rama » d’Arthur C. Clarke. Cet astéroïde est baptisé Rama en l’honneur d’un dieu du panthéon hindou. L’objet se révèle en fait être un artefact d’une civilisation technologiquement très avancée !
Revenons ce soir sur cet objet étrange provenant de l’extérieur du système solaire, repéré le 19 octobre 2017 par le télescope de l’observatoire Pan-Starrs à Hawai alors qu’il fonçait vers les confins de notre système solaire. Baptisé « Oumuamua » qui signifie « éclaireur » en hawaïen, sa forme allongée intrigue. Il ne ressemble à aucun des astéroïdes du Système solaire et, pour le moment, les astrophysiciens ne peuvent pas expliquer sa forme. Trop petit pour être le vaisseau Rama, du roman d’Arthur Clarke, ne pourrait-il pas être tout de même une sonde interstellaire de passage dans notre Système solaire ? 
Pourquoi ces nouvelles questions ? Parce que Avi Loeb, le directeur du département d’astronomie de Harvard pose sur la table des faits qui interrogent. 
En fait, aucune donnée enregistrée à propos de Oumuamua ne colle avec l’hypothèse d’un objet naturel. Il ne peut être une comète parce qu’une comète qui arriverait des confins de notre système verrait la glace qui la recouvre s’évaporer à mesure qu’elle approche du Soleil et former la queue bien connue des comètes. Or, surprise ! Aucun échappement de gaz, ni de queue ! 
Autre fait étrange. Cet objet est au moins dix fois plus lumineux qu’une comète ou un astéroïde de taille comparable. Sa luminosité varie d’un facteur dix toutes les huit heures, intervalle qui peut correspondre à une période de rotation sur lui-même. Et toujours dans les faits surprenants, Oumuamua ressemble à un pancake étiré et extraordinairement plat, et donc n’est en rien comparable aux formes des comètes et astéroïdes habituellement observées. Enfin, l’observation de la trajectoire de Oumuamua a montré qu’il avait subi une poussée et un changement de trajectoire inattendus. Or, ce changement de trajectoire est incompatible avec la première loi de Newton à laquelle il est soumis. Cette loi qui s’énonce ainsi – « tout corps persévère dans l’état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n’agisse sur lui et ne le contraigne à changer d’état » – permet de prédire la trajectoire de tout objet lorsqu’il passe à proximité du Soleil or Oumuamua ne s’est pas comporté comme prévu, une force l’a fait dévier de sa trajectoire. 
Pour Avi Loeb, la seule explication est que cette poussée a été provoquée par la lumière du Soleil rebondissant sur une voile solaire. Parce qu’avant de croiser notre système solaire, Oumuamua paraissait comme à l’arrêt par rapport aux déplacements des étoiles environnantes. Lorsqu’il a rencontré notre système solaire, il est passé d’une immobilité relative à un mouvement de fuite. Ce serait donc un objet conçu pour se trouver au repos dans le « référentiel local » de notre galaxie, et qu’il pourrait être une sorte de balise, une station relais posée là pour transmettre des informations, un panneau de signalisation que notre système serait venu frôlé. Oumuamua pourrait être une trace d’une civilisation ancienne, ou un système d’observation qui, après avoir vu ce que nous avions fait de la seule planète sur laquelle s’est développée la vie, s’est empressé de s’éloigner. 

Alors qu’est-ce qui a fait s’éloigner Oumuamua ? Parce qu’en plus, s’il était un objet naturel perdu dans l’espace, nous n’aurions jamais dû le croiser. En effet, les chances qu’un corps en provenance d’un autre système traverse notre système solaire sont infimes. Parce que l’univers est si grand qu’il faudrait, pour qu’une telle rencontre ait lieu, environ 100 millions de fois plus d’Oumuamua dans le cosmos que l’estimation qu’y a été calculée. 
Ce soir, nous allons simplement faire l’inventaire de ce que nous avons fait de cette bulle de vie perdue dans les immensités de l’univers et qui a simplement que Oumuamua passe son chemin.  Avec Donna Haraway. « Pour renouer avec le vivant, il faut (…) entendre des idées d’eau, des phrases de bêtes, des pensées d’arbres et de forêts » !

En 2020, la masse anthropogénique, qui a récemment doublé tous les 20 ans environ, dépassera toute la biomasse vivante mondiale. La masse de l’ensemble des objets solides inanimés fabriqués par l’homme est désormais supérieure à celle du vivant. 
75 % du milieu terrestre est sévèrement dégradé par les activités humaines (pour le milieu marin, c’est 66 %). Depuis 1980, les quantités de ressources renouvelables et non renouvelables extraites dans le monde chaque année sont en hausse de près de 100 %. Dans le même temps, on constate aussi une augmentation de 15 % de la consommation mondiale de matériaux par habitant.  
En 2000, 87% des zones humides présentes au 18e siècle ont disparu. La disparition de ces zones humides est trois fois plus rapide, en pourcentage, que la disparition des forêts. Le taux actuel d’extinction des espèces dans le monde est supérieur à la moyenne des 10 derniers millions d’années, et ce taux s’accélère. On estime à 1 million les espèces menacées d’extinction, et de nombreuses surviendront au cours des prochaines décennies. 9 % (soit > 500 000) des espèces terrestres mondiales (5,9 millions en total) ont un habitat insuffisant pour leur survie à long terme. Plus de 40 % des espèces d’amphibiens sont menacées d’extinction. 33 % des récifs coralliens, des requins et des espèces proches, et plus de 33 % des mammifères marins sont également menacés d’extinction. En fait, 25 % des vertébrés terrestres, d’eau douce et marins, des invertébrés et des plantes sont menacées d’extinction. Au moins 680 espèces de vertébrés ont disparu à cause de l’action de l’homme depuis le 14ème siècle. 10 % d’espèces d’insectes sont menacées d’extinction.
Depuis 1900, on observe une diminution de plus de 20 % de l’abondance moyenne des espèces autochtones dans la plupart des grands biomes terrestres.
En 2016, 10 % (soit +/- 560) des races de mammifères domestiques ont disparu, et 1000 de plus sont menacées d’extinction. Toujours en 2016, 3,5 % des races domestiquées d’oiseaux ont disparu. Depuis 1970, on assiste à une augmentation de 70 %  du nombre d’espèces exotiques envahissantes dans les 21 pays ayant des dossiers détaillés. 
30 % de réduction de l’intégrité de l’habitat terrestre mondial est causée par la perte et la détérioration de l’habitat. 47 % des mammifères terrestres non volants et 23 % des oiseaux menacés ont vu leur répartition affectée par l’impact du changement climatique.
Entre 1989 et 2016, une étude conduite sur 63 zones protégées d’Allemagne, a montré un déclin de 75 % de la biomasse d’insectes volants. 
Entre 2007 et 2018, une autre étude conduite sur 150 prairies allemandes, indique une chute de 78 % de l’abondance des arthropodes (nombre d’individus capturés) et une baisse de 67 % de leur biomasse.
Depuis 1970, on observe une augmentation de 300% de la production des cultures vivrières. 23 % des terres connaissent une réduction de leur productivité en raison de la dégradation des sols. Plus de 75 % des types de cultures vivrières mondiales dépendent de la pollinisation par les animaux. On estime que 235 à 577 milliards de $ par an de la production agricole mondiale est en péril en raison de la disparition des pollinisateurs. 
60% des émissions mondiales dues aux combustibles fossiles des émissions annuelles de CO2 sont retenues dans les écosystèmes marins et terrestres.
De 1980 à 2000, on assiste à une expansion agricole de 100 millions d’hectares dans les régions tropicales. Ceci est principalement due à l’élevage du bétail en Amérique latine (+/- 42 millions d’hectares), et aux plantations en Asie du Sud-Est (+/- 7,5 millions d’hectares, dont 80 % de palmiers à huile). La moitié de cette expansion s’est faite au détriment de forêts tropicales intactes. 
Entre 1992 et 2015, 3 % d’augmentation de la transformation des terres destinées à l’agriculture s’est fait au détriment des forêts. Plus de 33 % de la surface terrestre du monde (et +/- 75 % des ressources en eau douce) sont consacrées à la culture ou à l’élevage. 
12 % des terres émergées non couvertes par les glaces sont utilisées dans le monde pour la production agricole. 
25 % des terres émergées non couvertes par les glaces sont utilisées pour le pâturage (dont +/- 70 % des terres arides). 
Environ, 25 % des émissions de gaz à effet de serre sont causées par le défrichement, la production agricole et la fertilisation. La production de nourriture d’origine animale contribue à 75 % de ce chiffre. 
68 % des capitaux étrangers allant aux secteurs du soja et de viande bovine (principale transformation de l’Amazonie) transitent par des paradis fiscaux. 
En 2015, le soutien financier fourni par les pays de l’OCDE s’élève à 100 milliards de dollars US et concerne principalement un type d’agriculture potentiellement nocif pour l’environnement. 
Environ 11 % de la population mondiale est sous-alimentée. 
En 2015, 33 % des stocks de poissons marins étaient exploités à un niveau biologiquement non durable, 60 % étaient exploités au maximum et 7% étaient sous-exploités. Plus de 55 % de la zone océanique est exploitée par la pêche industrielle. D’ici la fin du siècle, on estime une diminution de 3 à 10 % de la production primaire nette des océans due au changement climatique. D’ici la fin du siècle, on prévoit une diminution de 3 à 25 % de la biomasse de poissons.  
Depuis les années 1870, environ 50 % de couverture des récifs coralliens a disparu. Sur la période allant de 1970 à 2000, on assiste à une diminution de plus de 10 % par décennie de l’étendue des herbiers marins. On estime que 100 à 300 millions d’habitants de zones côtières subiront des risques accrus en raison de la disparition de la protection des habitats côtiers. 
Il ne reste que 68 % de superficie forestière mondiale actuelle par rapport à celle estimée à l’époque préindustrielle. De 1990 à 2015, plus de 75 % de l’étendue naturelle des forêts de mangrove et 6 % (+/- 290 millions d’hectares) de couverture forestière autochtone ont disparu en raison du déboisement et de la coupe de bois. 
Depuis 1970, on a augmenté de 45%  la production de bois brut (4 milliards de mètres cubes en 2017). 50 % d’expansion agricole a eu lieu au détriment des forêts.
Ce sont 345 milliards de dollars de subventions mondiales qui ont été données pour les combustibles fossiles ce qui entraîne des coûts globaux de 5 000 milliards de dollars incluant les effets de détérioration de la nature. Le charbon représente 52 % des subventions après impôts, le pétrole environ 33 % et le gaz naturel environ 10 %. 
Moins de 1 % de la superficie totale des terres sont utilisées pour l’exploitation minière, mais pour des effets négatifs importants sur la biodiversité, les émissions, la qualité de l’eau et la santé humaine. Environ 17 000 sites miniers sont des sites de grandes dimensions (dans 171 pays) principalement gérés par 616 sociétés internationales. 
Environ 6500 installations d’extraction de pétrole et de gaz se trouvent en mer. 
25 millions de km de nouvelles routes goudronnées sont prévus d’ici 2050. 90 % se trouvent dans les pays les moins avancés et les pays en voie de développement à revenu faible et intermédiaire. 
La population humaine a augmenté de 105 % depuis 1970. Nous sommes passés de 3,7 à 7,6 milliards. 
Le PIB par habitant dans les pays à revenu élevé est 50 fois plus élevé que celui des pays à faibles revenus. 40 % de la population mondiale n’a pas accès à de l’eau potable propre et salubre. Environ 821 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire en Asie et en Afrique. 80 % des eaux usées mondiales sont rejetées dans l’environnement sans avoir été traitées. 300 à 400 millions de tonnes de métaux lourds, solvants, boues toxiques et autres déchets provenant d’installations industrielles sont déversés annuellement dans les eaux du monde. 
5% des espèces seront en voie d’extinction si les températures augmentent de 2° C et 16% si le réchauffement climatique atteint les 4,3° C
Même avec un réchauffement de la planète de 1,5 à 2 degrés, la majorité des aires de répartition des espèces terrestres devrait se contracter de manière importante. 
Au moins 500 milliards de masques chirurgicaux ont été produits en 2020, une grande partie se retrouve dans la nature… pour au moins 400 ans ! (https://nowakowski.hypotheses.org/1149)

Pour finir, quelques dernières informations. Il n’a fallu que neuf mois en 2020 aux 1 000 personnes les plus riches pour retrouver leur niveau de fortune d’avant-crise, alors que, après le choc de 2008, cinq ans avaient été nécessaires à la même opération. Entre le 18 mars et le 31 décembre, leur fortune cumulée a augmenté de 3 900 milliards de dollars, soit près de deux fois le PIB français. Les seules 10 personnes les plus riches du monde ont vu, sur la même période, leur fortune (calculée sur la base des valeurs de leur patrimoine financier, essentiellement) croître de 540 milliards de dollars. À l’inverse, l’économie mondiale a connu une des plus graves crises de son histoire avec une chute du PIB mondial supérieur à 5 %, ce qui a entraîné un appauvrissement d’une grande partie de la population. Les estimations récentes estiment que le nombre de personnes tombées en 2020 sous le seuil officiel de pauvreté, soit 5,50 dollars par jour, est compris entre 200 et 500 millions. Plus inquiétant encore, il est probable que, pour la première fois, les inégalités s’accroissent partout, et cela durablement. 
Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du « réel » et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves ? Et pourtant il a dévié ! 

Sources et références 
Extraterrestre. Le premier signe d’une vie intelligente. Avi Loeb. Seuil 2021
https://extinctionrebellion.fr/blog/2019/11/17/elements-cles-ecosysteme-et-biodiversite.html 
https://theconversation.com/sur-terre-la-masse-de-lartificiel-egale-desormais-la-masse-du-vivant-153352 
https://www.franceinter.fr/emissions/camille-passe-au-vert/camille-passe-au-vert-25-janvier-2021 
https://www.oxfamfrance.org/rapports/le-virus-des-inegalites/ https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/30/l-academie-des-sciences-et-le-sombre-destin-des-insectes_6068164_3232.html 
Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… » https://nowakowski.hypotheses.org/1149 
Nowakowskismes 4.2 – Vertiges – Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves ? https://nowakowski.hypotheses.org/243 
Rendez-vous avec Rama, Arthur C. Clarke, J’ai Lu, 1975
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.10-02022021-16/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.