Nowakowskismes 5.9 – 2021 = 43*47

« Le progrès, ce n’est pas de faire éclore des routes dans des paysages déjà merveilleux, mais de faire éclore la réceptivité dans des cerveaux humains qui ne le sont pas encore ». Voilà ce que disait le forestier Aldo Léopold dans les années 1940. Une écologie pleinement politique ne peut se contenter d’avoir des partis, des programmes et des experts. Elle doit d’abord « élargir simplement les frontières de la communauté de manière à y inclure le sol, l’eau, les plantes, et les animaux ou, collectivement la Terre ». On a également oublié que la Terre a deux noms. En grec classique, ces deux noms correspondent à deux réalités distinctes, voire opposées : ge (ou gaia) et chthon. Chton est la face extérieure du monde souterrain, la terre de la surface vers le bas, Ge est la terre de la surface vers le haut, la face que la terre tourne vers le ciel. Dans la modernité, les hommes ont oublié et supprimé leur relation avec la sphère chthonienne, ils n’habitent plus Chthon, mais seulement Gaia. Plus ils éloignent la sphère de la mort de leur vie, plus leur existence devient invivable ; plus ils perdent toute familiarité avec les profondeurs de la Chthonie, réduite comme toute chose à un objet d’exploitation, plus l’aimable surface de Gaia est progressivement empoisonnée et détruite. 
L’écologie ne peut pas être réduite à devoir réconcilier société et environnement, elle doit être extension de la socialisation jusqu’à intégrer les autres qu’humains dans une Terre bi-nommée. Pour cela, nous avons besoin d’une authentique culture du vivant qui « fasse passer l’homo sapiens du rôle de conquérant de la communauté-terre à celui de membre et citoyen parmi d’autres de cette communauté. Elle implique le respect des autres membres, et aussi le respect de la communauté en tant que telle ». Alors avec John Fitzgerald Kennedy, juste quelques mots : « Le changement est la loi de la vie. Et ceux dont le regard est tourné vers le passé et le présent sont certains de rater l’avenir ».

Ce soir, à nous qui passons nos journées devant ce qui ressemble à s’y méprendre à des stèles mortuaires s’affichant rangées en lignes et en colonnes sur les sessions Zoom ou Teams,  portant inscrites en caractères blancs sur fond noir, l’inscription quasi in memoriam, de noms improbables, d’identifiants, d’initiales parfois agrémentés d’une photo ou d’un avatar, je vous propose d’associer culture de la lutte et la culture du vivant, de sortir rejoindre les rangs des  plus de 100000 citoyens qui donnent du temps pour veiller sur nos écosystèmes et surtout, de rejoindre ceux et celles qui oeuvrent pour que nos libertés ne soient pas oubliées, en changeant la loi, en lançant l’alerte, en étant élu, en faisant campagne, en ralentissant la machine, en bloquant et bien pire s’il le faut. Choisissons mais avant partageons ce que nous savons. 

A moins de contenir les émissions de CO2, une large partie de la planète risque de devenir inhabitable. C’est ce que craint le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele, professeur à l’Université catholique de Louvain et ancien vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il craint vraiment que le dérèglement climatique ne rende inhabitable une part de plus en plus grande de la planète, à moins de contenir les émissions de gaz à effet de serre.
Or, l’Organisation météorologique mondiale vient de classer 2020 comme l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. C’est encore plus inquiétant parce que 2020 a été marquée par un fort La Niña, un refroidissement du Pacifique équatorial qui diminue la température globale de la planète. Si un El Niño avait eu lieu comme en 2016 – le phénomène inverse – le réchauffement aurait été pire encore. Les conséquences de ce réchauffement sont des événements climatiques extrêmes qui se multiplient. L’Arctique est écrasé par la chaleur, les calottes glaciaires fondent, de même que les glaciers de montagne, qui sont souvent des réservoirs d’eau. L’érosion des côtes se poursuit sous l’effet de l’élévation du niveau des mers, les inondations s’aggravent, facilitées par l’intensification des pluies. Ailleurs, ce sont des sécheresses, qui se cumulent parfois aux inondations, comme on peut le voir au Sahel.
L’humanité est au bord du précipice climatique. Cette crise aura des conséquences pour l’humanité et pour les écosystèmes bien plus graves que celles du Covid-19. Et à l’heure actuelle, rien n’ai fait pour que cela traité avec l’urgence que cela mérite.
Or le dérèglement climatique ne se traduit pas seulement par une hausse de la température. On assiste aussi à une hausse de l’humidité sous l’effet notamment de l’évaporation des océans. Cette combinaison met les organismes vivants à rude épreuve. En effet, notre transpiration, qui nous permet de nous réguler, a alors beaucoup plus de mal à s’évaporer. Ainsi, si l’humidité est de 55 %, une température de 45 °C peut être mortelle en quelques heures pour les humains en bonne santé. Avec 70 % d’humidité, une température de 35 °C est déjà considérée comme extrêmement dangereuse. Dans les bassins du Gange et de l’Indus, où vit un cinquième de la population mondiale, 15 % des habitants connaissent aujourd’hui régulièrement ces conditions de vie dangereuses. Cette proportion augmenterait à 75 % d’ici la fin du siècle dans un scénario d’émissions très élevées.
Dans ces conditions, le travail et la vie dehors vont devenir impossibles dans des régions de plus en plus vastes et une part de plus en plus grande de la planète sera inhabitable. Les animaux et les végétaux souffriront aussi énormément, ce qui affectera encore plus la production agricole. Si nous ne donnons pas les moyens d’arrêter cette machine infernale, des centaines de millions de gens devront fuir leurs terres pour survivre. Les plus vulnérables, souvent les plus pauvres, seront les plus touchés mais les autres ne seront pas indéfiniment à l’abri.
A la fin du siècle, dans un scénario d’inaction contre le dérèglement climatique, près des deux tiers de la population européenne pourraient être affectés chaque année par des événements climatiques extrêmes, contre 5 % sur la période de référence 1981-2010. Le nombre moyen de décès annuels dus à des extrêmes climatiques en Europe pourrait passer de 3 000 aujourd’hui à environ 100 000 au milieu du siècle et 150 000 vers 2100. Cette terrible augmentation sera principalement due à ces vagues de chaleur.
Mais ne faisons pas comme si nous ne savions pas depuis des décennies. 
Dès 1979, le rapport Charney, commandé par la Maison Blanche à l’Académie nationale des sciences américaine, prrévoyait un réchauffement de 1,5 à 4,5 °C pour un doublement de la concentration en CO2 dans l’atmosphère par rapport à l’ère préindustrielle. Or cette concentration est déjà passée de 280 ppm (parties par million) avant la révolution industrielle à 410 ppm aujourd’hui.
En 1990, le premier rapport du GIEC sonnait également l’alerte. Il parlait d’un réchauffement moyen de 0,2 °C par décennie, réchauffement qu’on a effectivement observé au cours des trois dernières décennies. Il évoquait également une élévation du niveau des mers de 20 cm à 110 cm de 1990 à 2100, or le dernier rapport sur les océans, publié en 2019, a largement confirmé ces chiffres. En revanche, les calottes glaciaires fondent plus vite que ce que l’on prévoyait, et cela rend encore plus probable une forte élévation du niveau de la mer.
Dans tout cela, il subsiste deux sources d’incertitudes. La première réside dans la microphysique des nuages, qui n’est pas très bien connue et qui est très difficile à représenter dans des modèles globaux du climat dont la résolution spatiale n’est pas encore assez fine. Mais, au-delà de la physique, l’incertitude dépend essentiellement de la volonté humaine, des décisions politiques, des priorités d’investissements et des choix technologiques. 
Aujourd’hui, personne ne peut prédire sur quelle trajectoire d’émissions on va se trouver à la fin du siècle. La baisse inédite des émissions de CO2 en 2020 (7 %) pour cause de pandémie de Covid, n’aura qu’un impact marginal sur le réchauffement. 
La question importante est : combien de temps faudrait-il diminuer les rejets carbonés avant que cela se répercute sur la température ? Pour cela, Il faudrait d’abord réussir à stabiliser la concentration en CO2 dans l’atmosphère, qui ne cesse d’augmenter depuis la révolution industrielle. Pour cela, il ne faudrait pas émettre davantage de gaz à effet de serre que les puits naturels (forêts, sols, océans, etc.) peuvent en absorber.
Or, actuellement, nous émettons autour de 40 milliards de tonnes de CO2 chaque année, et les systèmes naturels en absorbent 20 milliards. Il serait facile de penser qu’il y aurait une possibilité d’arrêter la hausse de la concentration en divisant par deux les émissions, ce qui prendrait dix ans à raison d’une baisse d’environ 7 % par an. Mais, malheureusement, ce serait insuffisant, car la capacité des puits va diminuer à mesure que l’on baissera les émissions.
Donc, en plus de sortir complètement des énergies fossiles, il faut aussi arrêter la déforestation, replanter là où on peut le faire sans affecter la biodiversité, et réduire fortement les émissions des autres gaz à effet de serre, notamment le méthane. Même si on arrêtait brutalement toutes les émissions d’origine humaine, il faudrait attendre la fin du siècle pour commencer à observer une température inférieure à celle d’aujourd’hui, à cause de l’inertie du système climatique et de l’effet des émissions passées.
Alors l’autre question que nous pouvons nous poser est la suivante. Alors que la température a été supérieure de 1,2 °C en 2020 par rapport à l’époque préindustrielle, peut-o encore envisager de maintenir le réchauffement à 1,5 °C comme prévu dans l’accord de Paris ?
L’accord de Paris vise à limiter le réchauffement bien en dessous de 2 °C et si possible à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Cet objectif est un objectif absolu et pas un objectif pour 2100. Donc, même si nous franchissons ces 1,5 °C dans vingt ou trente ans, ce qui est une forte possibilité, cela a toujours du sens de viser cet objectif car on pourrait toujours revenir sous ce seuil plus tard. D’un point de vue géophysique, il est possible de rester en dessous de 1,5 °C. Et comme l’a montré le rapport du GIEC de 2018, en dessous de 1,5 °C, les impacts sont bien moins grands que pour 2 °C. Il est certainement encore possible d’éviter un réchauffement aux impacts insupportables pour la majorité de la population. La principale réponse réside dans la décarbonation des économies, sortir du charbon, arrêter le déboisement, manger moins de viande, réduire notre consommation d’énergie, développer massivement les énergies renouvelables, réorienter les flux financiers. Essayons de croire encore un peu à l’inventivité humaine et en notre capacité de mobilisation face au pire. 

Trois décrets modifiant le Code de la sécurité intérieure sur le traitement des données personnelles ont été publiés le 2 décembre 2020, et sont déjà entrés en application depuis le 5 décembre. Officiellement, il s’agit de renforcer le contrôle sur le risque d’atteinte « à la sureté de l’État ». La réalité est qu’un pas supplémentaire vient d’être franchi dans la dérive liberticide. En fait, la police voit ses pouvoirs ainsi étendus et ce qui se passe c’est que le gouvernement est en train de transformer chaque Français en suspect.
Ces décrets sont une confirmation de la dérive sécuritaire que connaît le gouvernement. Successivement, on a vu arriver un nouveau « schéma national du maintien de l’ordre », publié par le ministère de l’Intérieur, qui visait à limiter les manifestations, à les contrôler, à les sanctionner beaucoup plus facilement. Puis, ce fut le tour du livre blanc du ministère de l’Intérieur sur les fantasmes de sécurisation et de surveillance. Enfin, ce sont les débats sur la proposition de loi dite sur la « Sécurité globale », sur la vidéosurveillance et sur l’impossibilité de filmer la police. Et là, pour compléter le tout, ce sont ces trois nouveaux décrets qui étendent considérablement les possibilités de fichage des personnes vivant en France, et particulièrement des opposants politiques et des associations. Manifestement, nous assistons impuissants à cette dérive qui vient une fois de plus renforcer les pouvoirs donnés à la police dans sa capacité de fichage et de surveillance.
Les nouvelles modalités de ces fichiers introduisent une rupture. Avant, étaient principalement fichées les personnes portant atteinte à la sécurité publique, notamment lors de manifestations violentes. Maintenant, on est passé à la possibilité de ficher des personnes morales, des associations, des groupements pouvant porter atteinte à la « sureté de l’État ». Et la sûreté de l’État, c’est un mot fourre-tout et flou dans lequel on pourra faire rentrer toutes sortes de choses, de l’économique à la sécurité, de l’action politique au militantisme. 
De plus, dans ces décrets, on peut lire une intensification de la surveillance de l’activité sur les réseaux sociaux. Et comme toujours, plus on est surveillé, moins l’expression se fera naturellement. Le risque est aussi qu’à chaque fois que quelqu’un s’exprimera sur un réseau social, il sera automatiquement un suspect susceptible de vouloir attenter à la sécurité publique ou à la sûreté de l’État. De plus, c’est la police qui va décider de ce qu’elle fera de ce fichier. Il n’y aura pas de juge. C’est la police qui jugera si ce qui a été dit sur un réseau social est intéressant à mettre dans un fichier. Et plus encore, ce sont toutes sortes d’individus, police nationale ou gendarmerie, qui auront un accès direct à ce qui a été dit et aux fiches.
Tout cela, c’est donc un ensemble de textes, de volontés, de déclarations du ministère et du gouvernement, qui montre que, petit à petit, des libertés sont perdues au nom d’une soi-disant sécurité, au nom de la santé, au nom de la lutte contre le terrorisme. 
La loi « Sécurité globale », c’est plus de vidéosurveillance et moins de contrôle des actions de la police, davantage de pouvoirs à la police, tout en en retirant encore plus aux personnes, aux citoyens impuissants. 
Cette loi est la manifestation d’une volonté de surveillance et de fichage visant à considérer tous les citoyens comme suspects, comme des terroristes en puissance, comme irresponsables. Pour le gouvernement, tout le monde doit être surveillé par des caméras fixes, des drones et des caméras piéton pour être plus facilement fichées par la police. Avec, cerise sur le gâteau, un renversement de la charge de la preuve, c’est maintenant au citoyen de prouver son innocence.

« Juste pour finir ! Le vieux monde n’est pas près de mourir, et contamine plus que jamais le nouveau, qui n’en a plus que le nom. Crise sanitaire transformée en sécurité sécuritaire, face à des périls qui, pour la plupart, sont encore devant nous. Le « quoi qu’il en coûte » de Macron semble déjà s’effacer devant l’orthodoxie budgétaire. En effet, le 17 novembre 2020, l’Assemblée nationale a voté une loi de finances initiale pour 2021 qui prévoit un retour des déficit public sous le seuil des 3 % dès 2025. Avec la promesse de ne pas augmenter les impôts. Enfin, voilà ce qu’o peut appeler un « retour à la normale » ! Tout va bien !

Sources et références 
Socialter. Hors série. Renouer avec le vivant 
2020 was hottest year on record by narrow margin, Nasa says. https://www.theguardian.com/environment/2021/jan/14/2020-hottest-year-on-record-nasa 
« Il faut arrêter cette machine infernale du réchauffement climatique » https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/15/il-faut-arreter-cette-machine-infernale-du-rechauffement_6066361_3244.html 
https://qg.media/2020/12/15/le-gouvernement-nous-considere-tous-comme-suspects-comme-des-terroristes-en-puissance-par-martin-drago/ https://www.monde-diplomatique.fr/2021/01/CORDONNIER/62635 
Andreas Malm, Comment saboter un pipeline. La Fabrique. 2020
Giorgio Agamben. Gaia et Chtonia. L’autre quotidien 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.9-19012021-09/ 

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.