Nowakowskismes 5.4. Bonne nuit les petits…

Un lent et inexorable changement de notre société… voilà ce à quoi nous assistons…  
Non seulement l’état d’urgence sanitaire est restauré, mais durant 6 semaines au moins, un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin est ordonné. 
Cela concerne 46 millions de français !
Bien sûr,  la résurgence de la pandémie mérite une attention, des mesures, une responsabilisation de tous, mais la rapidité et la radicalité avec lesquelles sont traitées nos libertés privées et publiques interrogent. En fait, comme nous l’avions déjà évoqué lors du confinement, pour éviter la contagion des uns par les autres, et contraindre les récalcitrants à rester chez eux, et comme l’explique Giorgio Agamben dans son article intitulé « La Médecine comme Religion » paru en Mai 2020, la fausse logique est toujours la même. Comme face au terrorisme avec l’instauration de l’état d’urgence, dispositif d’exception d’ailleurs entré dans le droit commun, on nous a fait accepter qu’il fallait « supprimer la liberté pour la défendre », nous devons maintenant accepter de « suspendre la vie pour la protéger » ! 
Alors, comment pouvons-nous qualifié un monde dans lequel on ordonne à des citoyens, soudain déresponsabilisés et infantilisés, de rester chez eux ? 
Quel est donc ce monde où on ampute la vie de millions d’humains des rites collectifs indispensables à leur vie lors de déclarations emplies de bouffonnerie « va-t-en guerre » ou de tweets lénifiants ? 
Quels est donc ce monde qui s’installe et, ayant perdu la tête, balaie nos besoins de culture, de sens, de beauté et de liberté indispensables à l’existence ? 
Tous ses besoins sont manifestement décrétés inutiles !
Ce président de la République, toujours affublé de sa rhétorique de rédaction de niveau 3ème, a affirmé avec désinvolture qu’il suffisait évidemment de « reprogrammer plus tôt dans la journée » les spectacles vivants, les séances de cinéma, les concerts, les temps de partage et de débat avec les autres, et tout le reste… 
Mais c’est bien sûr ! Quels abrutis nous sommes de ne pas y avoir pensé !!
Alors, charge à tous les directeurs, à toutes les associations, à tous les collectifs de se débrouiller pour reprogrammer tout cela à 18h30 ou 19h…. 
Mais excepté les retraités – déclarés par ailleurs personnes à risques et irresponsables – qui pourra aller si tôt au théâtre, au cinéma, au concert, dans son association… ? 
Tout ce qu’aiment les actifs, et plus généralement les citoyens, n’en déplaise à ce président et sa cour de conseils et comités d’experts dont il s’entoure. 
Rappelons, et ceux et celles qui sont allés au cinéma peuvent en témoigner, que les salles de spectacles sont bien plus sûres que les entreprises ou que les réunions privées qui ne manqueront pas de s’organiser « clandestinement ».  
Au cinema, au théâtre, nous sommes masqués, séparés, on regarde tous dans la même direction ! 
Après guerre, le créateur du festival d’Avignon, Jean Vilar, disait que la culture était un service public. Aujourd’hui, qu’en est-il de ce service public ? Aujourd’hui, qu’en est-il de ce vivier de personnages et d’idées, qu’en est-il de ces temps de débats à naître, de ces espaces de liberté où des humains se retrouvent pour ce qui fait la vie ? Apparemment, ils gènent et font peur.
Alors, on préfère les artistes et les spectateurs au lit tôt, on préfère les voir bien sagement chez eux au lieu de trainer les bars et les restaurants, en enfants obéissants !

“Les inégalités ne peuvent continuer à se creuser, la pauvreté à s’aggraver, le chômage à s’accroître, dans la poursuite d’une illusoire maîtrise des risques exclusivement pandémiques, au prix d’une érosion toujours plus grande des libertés publiques et de la démocratie.
Dans ce «monde d’après» aux allures dystopiques, les citoyens se voient réduits à de simples travailleurs-consommateurs, leurs loisirs sont supprimés car considérés comme «un peu inutiles» par le président de la République. L’art, la culture, la vie associative, le sport et la fête sont ainsi relégués au second plan, alors qu’ils devraient, au contraire, constituer les moteurs de nos vies en ce qu’ils nous permettent de faire société.”

Alors… bonne nuit les petits… 

Ce soir, pour ne pas être ces enfants obéissants que certains souhaitent que nous soyons, crions avec le Comité invisible, « Soyons ingouvernables ». Et s’« il n’y a plus nulle part de place pour l’innocence en ce monde, nous n’avons que de choix entre deux crimes : celui d’y participer et celui de le déserter afin de l’abattre ». Donc fuir, mais en fuyant, chercher une arme. Ces armes, ce sont nos mots, nos actes, et notre capacité à l’insurrection face à l’ignorance, la bêtise et la cupidité du monde.  On commence par un premier combat ?  

L’utilisation sans précédent de l’énergie depuis 1950 a transformé notre environnement planétaire et l’empreinte géologique de l’humanité. En effet, une nouvelle étude coordonnée par l’Université du Colorado à Boulder met en évidence la vitesse et l’ampleur extraordinaires de l’usage croissant de l’énergie, de la productivité économique et de la population mondiale qui ont poussé la Terre vers une nouvelle époque géologique, qu’on a appelée Anthropocène. 
Les recherches montrent que des changements physiques, chimiques et biologiques distincts ont commencé à se produire dans les couches rocheuses de la Terre dès les années 50.
L’article, publié dans la revue « Nature Communications Earth and Environment », compare les moteurs naturels du changement environnemental au cours des 11 700 dernières années – connu sous le nom d’époque holocène – et les changements spectaculaires provoqués par l’homme depuis 1950. Ces changements à l’échelle planétaire ont modifié les océans, les rivières, les lacs, les côtes, la végétation, les sols, la chimie et le climat.
De plus, c’est la première fois que des scientifiques ont documenté l’empreinte géologique de l’humanité à une échelle aussi complète dans une seule publication. 
Et que voyons-nous ? 
Au cours des 70 dernières années, l’homme a dépassé la consommation d’énergie de l’ensemble des 11 700 années précédentes. Ce dépassement est en grande partie dû à la combustion de combustibles fossiles. Cette énorme augmentation de la consommation d’énergie a ensuite permis une augmentation spectaculaire de la population humaine, de l’activité industrielle, de la pollution, de la dégradation de l’environnement et du changement climatique. 
Le mot « Anthropocène » suit la convention d’appellation qui permet d’attribuer des longueurs de temps géologiquement définies. L’anthropocène en est ainsi venu à incarner ce temps actuel pendant lequel les humains dominent les systèmes terrestres à l’échelle planétaire. En temps géologique, une époque est plus longue qu’un âge mais plus courte qu’une période qui elle est mesurée en dizaines de millions d’années. Dans l’Holocène, il y a plusieurs Âges, mais l’Anthropocène est elle proposée comme une Époque séparée dans l’histoire planétaire de la Terre. Or il faut bien des choses pour changer le système terrestre, et nous y sommes arrivés. Triste performance que la nôtre, même si nous entrions dans un monde plus vert dans lequel nous ne brûlerions plus de combustibles fossiles, nous aurions toujours à assumer le bilan de ces changements terribles sur notre planète. 
Les auteurs de l’étude ont compilé les recherches existantes pour mettre en évidence 16 impacts planétaires majeurs causés par l’augmentation de la consommation d’énergie et des autres activités humaines, dont l’importance est montée en flèche depuis les années 50.
Entre 1952 et 1980, dans le cadre d’essais d’armes nucléaires à l’échelle mondiale, l’homme a déclenché plus de 500 explosions thermonucléaires de surface. Ces explosions ont laissé à jamais une signature claire de radionucléides d’origine humaine, des atomes avec un excès d’énergie nucléaire, sur près de la totalité de la surface de la planète. 
Depuis les années 50, les humains ont également doublé la quantité d’azote fixé sur la planète à travers la production industrielle pour l’agriculture. Les activités humaines ont créé un trou dans la couche d’ozone par la libération à l’échelle industrielle de chlorofluorocarbones (CFC). Les humains ont libéré suffisamment de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles jusqu’à provoquer un changement climatique au niveau planétaire. Les industries et l’idéologie de la compétitivité ont créé des dizaines de milliers de composés synthétiques de type minéral qui viennent s’ajouter à ceux qui existent naturellement sur Terre. Les logiques de surproduction agricole ont fait en sorte que, dans le monde, près d’un cinquième des sédiments fluviaux n’atteignent plus l’océan en raison des barrages, des réservoirs et des dérivations. 
Chaque année, et ce, depuis le milieu du XXe siècle, les humains ont produit tellement de millions de tonnes de plastique  que les microplastiques forment un marqueur presque omniprésent et non ambigu de l’Anthropocène. 
Tous ces changements au niveau planétaire ne peuvent pas encore définir l’Anthropocène d’un point de vue géologique, mais il est maintenant certain que si les tendances actuelles se poursuivent, ils conduiront inévitablement à des marqueurs dans la roche qui feront, triste victoire, de l’anthropocène une ère géologique. L’humain laissera définitivement sa marque sur la Terre. Après notre disparition, si « quelqu’un » passe par ce coin d’univers, nos traces révèleront sans ambiguïté les causes de notre disparition. 
L’étude a permis de réunir des scientifiques des différentes disciplines environnementales nécessaires à l’étude, notamment la géologie, la biologie, la géographie, l’anthropologie et l’histoire. Il est vital maintenant que des chercheurs d’origines et d’expériences différentes se réunissent dans le monde entier pour trouver des solutions parce que « Nous, les humains, nous sommes collectivement mis dans ce pétrin, nous devons travailler ensemble pour inverser ces tendances environnementales et nous en sortir. La société ne doit pas se sentir complaisante. »  
Faisons de la rage, du chagrin et même de la peur qui nous habitent, des moteurs de nos actions.  

Rage, chagrin, …. Impuissance ou simplement, lâcheté quand nous ne voulons pas voir ! 
Selon une information révélée par le Guardian, le Tchad s’apprêterait à renoncer à son inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco afin de ne pas fermer la porte à de possibles explorations pétrolières et minières. Le lac Tchad, qui se situe aux confins de trois autres pays, le Niger, le Nigeria et le Cameroun, est le théâtre d’une crise humanitaire qui mêle changement climatique, terrorisme et famine. Environ 45 millions de personnes vivent de ses ressources. Sa superficie avait diminué de 95 % au début des années 2000 par rapport aux années 70 en raison de la sécheresse. Cela avait d’ailleurs facilité le contrôle de la région par le groupe terroriste Boko Haram. Désormais, plusieurs experts affirment que la taille du lac augmente de nouveau. Une raison supplémentaire d’accroître les efforts pour le protéger par une inscription au Patrimoine mondial qui sanctuariserait le site. Or, les recettes promises par l’industrie pétrolière ont semble-t-il eu raison des intentions des autorités tchadiennes et entre patrimonoine et pétrole, le choix sera le pétrole. 
Alors que les quatre pays limitrophes du lac Tchad (Tchad, Cameroun, Niger, Nigéria) avaient entamé un processus d’inscription auprès de l’Unesco, le ministre du Tourisme et de la Culture du Tchad a écrit à l’organisme pour « reporter la demande afin d’explorer les opportunités pétrolières et minières dans la région ».
Nous savons que l’objectif de l’inscription d’un site sur la liste du Patrimoine mondial est d’en assurer sa conservation. Les sites peuvent également recevoir une aide financière pour des projets de conservation et tirer des avantages économiques de la labellisation en développant le tourisme. Et si le Tchad décide de se tourner vers l’exploitation pétrolière, l’UNESCO annulera le processus dans son ensemble.
En fait, et au-delà de ce cas, c’est la question de la dette du tiers-monde. Nous savons que cette dette et destruction du milieu naturel sont des phénomènes étroitement imbriqués et ce, depuis longtemps.
Dès les années 70, les pays en voie de développement s’endettèrent lourdement pour financer de grands projets qui se révélèrent être autant de cauchemars écologiques. Parmi les plus désastreux, on trouve des barrages pharaoniques construits au nom de la « croissance » et du « développement ». Outre le déplacement forcé de centaines de milliers d’habitants qui, pendant des générations, avaient su préserver leur environnement, ces « hydro-désastres » provoquèrent la submersion de vastes étendues boisées, la stérilisation et la salinisation des sols, la destruction de la faune et la diffusion des maladies dont l’eau est le vecteur. Et ce, sans même fournir la quantité prévue d’électricité, tant ces infrastructures s’envasèrent rapidement.
Et ce n’est pas tout. D’autres prêts servirent à financer des programmes de colonisation interne, notamment au Brésil et en Indonésie. Ces programmes ont poussé des milliers de colons plus ou moins volontaires à s’installer dans les forêts primaires. Une industrialisation mal conçue, fondée sur des usines « clés en main » et des technologies souvent obsolètes, apporta peu de développement authentique et beaucoup de pollution. Les crédits étrangers fertilisèrent une agriculture du type « révolution verte », nécessitant de fortes doses de produits chimiques et entraînant la disparition de végétaux locaux au profit de variétés de semences importées. 
En fait, l’endettement du tiers-monde a été la cause de tant de catastrophes que l’on doit presque être reconnaissant aux gouvernements les plus corrompus de ne pas en avoir financé davantage. A certains égards, et c’est terrible d’en arriver à ce constat, la planète a eu de la chance que des milliers de dollars empruntés n’aient jamais été investis et qu’ils aient servi à payer des factures pétrolières toujours plus élevées ou aient été gaspillés en armements ou en produits de grand luxe. Quand ils ne se retrouvèrent pas purement et simplement dans le trou noir des comptes numérotés des banques étrangères…
Déboisement, bovins et fast-food voilà la réalité ! 
Les ressources sont pillées. Les petits exploitants expulsés de leurs terres pour faire place aux cultures d’exportation tentent de cultiver des terres en pente, vite détruites par l’érosion, ou des sols forestiers fragiles. Dans le même temps, les cultures d’exportation nécessitent de fortes quantités de pesticides et épuisent les sols. Dans les années de frénésie de l’emprunt, le Sénégal, par exemple, s’endetta lourdement pour se doter d’une capacité de raffinage d’un million de tonnes d’arachide. Mais, aujourd’hui, les sols sont tellement épuisés par la production intensive d’arachide que cette quantité ne sera jamais atteinte.
La conséquence écologique la plus grave de la dette est le déboisement massif qu’elle a encouragé. Les arbres sont abattus de façon irresponsable pour fabriquer des meubles qui se seront vendus dans les supermarchés. Parfois, les forêts sont simplement rasées et transformées en pâturages pour bovins dont la viande se retrouve dans les « fast-food » du Nord. Les niveaux d’endettement sont en très étroite corrélation avec, à la fois, l’étendue et le rythme de la destruction des forêts. Plus la dette est élevée, meilleures sont les perspectives pour les tronçonneuses et les bulldozers.
Au fur et à mesure que, pour rembourser les emprunts, disparaissent les forêts, disparaissent les sanctuaires au profit de l’exploitation pétrolière et toujours plus d’utilisation de combustibles fossiles. Disparaissent les espaces pour la vie sauvage et ainsi augmentent les facteurs d’émergence de nouvelles pandémies. La biodiversité se réduit et avec disparaît la diversité des formes de vie qui constitueront les bases de nos futurs aliments, de médicaments mais surtout de la préservation du vivant. 
« Rage rage against the dying of the light » disait-il dans un film dont l’action se passe sur une terre dévastée dont les humains ont ré-écrit leur histoire afin de ne pas avoir à penser, en enfants obéissants et irresponsables. 
Pour finir, paraphrasons Raymond Queneau dans Courir les rues avec ces quelques vers : 
« Un jour on démolira 
Ces beaux systèmes si modernes
On en cassera les barreaux
De plexiglas ou d’algorithmes
On démontera les comités d’experts 
Construits à polytechnique 
On sectionnera les antennes 
Collectives pour la 5G 
On dévissera les verrous de nos serrures
On anéantira les stop co-vide ordures 
On broiera les sirènes de la compétition
On pulvérisera les i-Phones  
Quand ces systèmes vieilliront 
Du poids infini de la tristesse des choses » 

Il est un vent qui commence à souffler, et c’est celui de l’insurrection qui vient ! Et avec Tocqueville, désobéir pour éviter que la « nation [ne devienne] un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser ».
Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. 
Il est 19h, il vous reste 2 heures avant le couvre-feu alors Bonne nuit les petits… ! 

Sources et références https://www.novethic.fr/actualite/environnement/biodiversite/isr-rse/lac-tchad-les-autorites-souhaitent-abandonner-l-inscription-au-patrimoine-de-l-unesco-au-profit-de-l-exploration-petroliere-149048.html
https://www.colorado.edu/today/2020/10/16/unprecedented-energy-use-1950-has-transformed-our-planetary-environment-and-humanitys
Télérama, semaine 24 ou 31 octobre 2020
https://www.monde-diplomatique.fr/1992/06/GEORGE/44425 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.