Nowakowskismes 5.3. Et si… la métropole de l’imagination citoyenne

313 POUR, 158 CONTRE. 
Le 6 octobre, l’assemblée nationale a adopté le projet de loi de dérogation sur les néonicotinoïdes, malgré leur interdicition d’utilisation en France depuis le 1er juillet dernier. 
Les néonicotinoïdes  (C8H10ClN5O3S )sont une classe d’insecticides qui agit en bloquant le système nerveux central des insectes conduisant à une paralysie puis à la mort de l’insecte mais aussi d’autres invertébrés tels que les arthropodes phytophages ou les pollinisateurs. Ces substances sont utilisées principalement en agriculture pour la « protection » des plantes – en bonne novlangue ce sont des produits phytosanitaires – et, par les particuliers ou les entreprises pour lutter contre les insectes déclarés nuisibles à la santé humaine et animale – les produits biocides. 
Dans les années 1980, des géants mondiaux de l’agrochimie bien connus comme Bayer qui a racheté Monsato et BASF mettent au point des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques plus efficaces en raison de leur traitement systémique et leur meilleure stabilité moléculaire que la nicotine. En effet, depuis le XVIIème siècle, c’était la nicotine qui était utilisée. La nicotine est un puissant poison. L’usage de la nicotine comme insecticide se développe d’ailleurs dans l’entre-deux-guerres où l’industrie agrochimique va produire des insecticides à partir de déchets en poudre venant de la fabrication des cigarettes (avis aux fumeurs et aux fumeuses !). 
Donc, le premier néonicotinoïde, l’imidaclopride, a été découvert en 1985 par un certain Shinzo Kagabu employé chez Bayer CropScience Japon et est mis sur le marché en 1991.
Puis, comme d’habitude, tout va très vite. Cette classe de biocide connaît un développement très rapide dans les années 1990, remplaçant la nicotine dont la production atteignait plus de 2 500 tonnes après la Seconde Guerre mondiale. Il n’existe pas d’autres exemples de pesticide ayant connu un tel succès et une telle croissance d’utilisation dans le monde entier en si peu de temps.
Le constat est celui que tout le monde connaît, et plus de 20 ans de recherches sur le sujet le montrent. Leur faible biodégradabilité, leur effet toxique persistant et leur diffusion dans la nature (migration dans le sol et les nappes phréatiques) commencent, au bout de vingt ans, à poser d’importants problèmes d’atteinte à des espèces vivantes qui n’étaient pas ciblées : les insectes comme les abeilles et les papillons, … et aussi les  prédateurs d’insectes comme les oiseaux, les souris, les taupes, les mulots, les chauve-souris, … et encore les agents fertilisants des sols comme les vers de terre ! Petit rappel, un tiers des insecticides vendus dans le monde sont des néonicotinoïdes.
En résumé, les néonicotinoïdes ont une très haute toxicité. C’est donc parfait pour certains agriculteurs car, avec très peu, on tue tous les ravageurs. C’est un désastre pour la biodiversité parce que les néonicotinoïdes ne sont pas sélectifs et en, « protégeant la plante, du semis jusqu’à la récolte », les molécules vont persister dans l’environnement, vont se diluer dans l’eau, affecter les milieux aquatiques, et résultat, aujourd’hui, on en trouve partout ! Même dans des zones non traitées 
Enfin, les travaux des chercheurs ont démontré que toutes les hypothèses qui avaient été utilisées par les industriels pour obtenir l’homologation — c’est-à-dire que les sols et les eaux de surface ne seraient pas contaminés, que les abeilles ne seraient jamais exposées, que les autres insectes n’y seraient pas sensibles et encore moins les mammifères et les humains —, toutes ces hypothèses se sont avérées infondées. 
Le 6 octobre 2020, 313 POUR – 158 CONTRE ! 

 

Bonsoir à tous et à toutes dans un présent dans lequel des études ont montré que si les  biches et leurs daims boivent de l’eau contaminée aux néonicotinoïdes — à des teneurs que l’on retrouve dans la nature —, ils auront des problèmes biologiques graves qui menaceront leur vie. 
Bienvenue dans un monde où des études réalisées au Japon ont montré qu’on trouve des néonicotinoïdes dans le pipi des nouveaux-nés. Cela veut donc dire que le fœtus a été exposé pendant la grossesse et comme les néonicotinoïdes ont des effets sur le développement du cerveau et le système nerveux central, il y a de quoi être inquiet. Contrairement à ce qui a été dit, les néonicotinoïdes passent dans le cerveau, mais en plus, ils passent la barrière placentaire. 

Ce soir, les Nowakowskismes vont s’inspirer de Nail Gaiman qui écrit ceci dans son livre Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la culture et de l’imagination. « Nous tous – adultes et enfants, écrivains et lecteurs – , nous avons l’obligation de rêver. Une obligation d’imaginer. Il est facile de se conduire comme si personne ne pouvait rien changer, comme si nous étions dans un monde où la société est énorme et l’individu moins que rien ; un atome dans un mur, un grain de riz dans un champ. Mais la vérité, c’est que les individus changent sans cesse leur monde, les individus fabriquent l’avenir, et ils le font en imaginant que les choses peuvent être différentes ». 
Ce soir, essayons de rêver un monde dans lequel les choses pourraient être différentes. Essayons de donner corps à quelques rêves qui pourront inspirer notre futur proche… Alors ? Prêts ? Fermez les yeux, et laissez vous porter par les mots !  

Vous vous réveillez, le silence vous entoure, à l’extérieur le calme, l’air est empli d’un doux parfum. Vous vous réveillez dans votre appartement situé dans un petit immeuble de trois étages dont les murs sont en paille. Là, dans cet espace d’urbanisation durable, l’immeuble a été conçu pour que le chauffage ne coûte presque rien, l’électricité nécessaire est fourni par des panneaux solaires installés sur le toit. Au sous-sol, on y a implanté les unités de compostage des toilettes de tous les appartements. 
Il est vraiment l’heure de vous lever. Petit déjeuner pris, vous vous rendez à votre travail. Aujourd’hui, vous ne travaillerez qu’une demi-journée de votre semaine de trois jours. Ce système adopté par une majorité de pays associé au revenu universel de base permet déjà de réduire le niveau de stress de la population active. Dans la semaine, vous consacrez ainsi plus de temps à contribuer à des projets communautaires et surtout, à profiter de la vie. 
Le chemin que vous empruntez serpente parmi les jardins partagés où sont cultivés des végétaux comestibles. Les rues, que l’absence de circulation automobile a rendues calmes, sont bordées d’arbres fruitiers et qui, selon la saison, se couvrent de fleurs parfumées, ou ploient sous les fruits que vous pouvez cueillir. Vous arrivez alors à « JardiBus », un concept d’abri-bus entouré d’un jardin et il vous suffit de tendre la main ou vous baisser pour cueillir un en-cas bien juteux. 
Le bus à hydrogène traverse lentement le quartier. Au loin, vous distinguez les ruines des blocs de béton de ce qui fut appelé Nancy Grand coeur, un éco-quartier disaient-ils ! Vous passez devant l’école elle aussi entourée de potagers plantés et entretenus par les élèves. D’ailleurs, la cantine s’y approvisionne. Là, le ministère de l’éducation a décidé d’éliminer toute forme d’examens afin de donner aux élèves davantage de temps libre. Ils peuvent alors se consacrer aux jeux ou à l’acquisition, à leur rythme, auprès des autres membres de la communauté, de compétences qui leur permettront de vivre leur vie comme ils l’entendent. Ainsi dès leurs premières années, on enseigne aux enfants la coopération, en plus des mathématiques, les humanités numériques en plus de la grammaire et de l’histoire, l’art de communiquer au mieux avec les autres, exprimer leurs besoins et résoudre des conflits au lieu de la compétition et de la contrainte. 
Puis, vous passerez devant l’un des anciens hypermarchés qui, nombreux, ont mis la clé sous la porte. L’essor de la production alimentaire de quartier et la transition vers les circuits courts et raisonnés ont mené progressivement à la désertion des supermarchés et l’effondrement du modèle alimentaire industriel. Le bâtiment aujourd’hui réhabilité sert de local pour une multitude de petites entreprises, d’associations et accueille un centre de formation associé aux écoles à proximité. On y trouve un espace de réparation des objets électroniques, un hacker space, un moulin où sont transformées les céréales cultivées dans les environs et une scierie. Des potagers ont remplacé les immenses parkings et alimentent les marchés de toute la métropole. 
Vous faites alors une petite halte à la gare afin d’acheter les billets pour vos prochaines vacances en Europe. Ça fait maintenant de nombreuses années que vous avez cessé de voyager en avion et en voiture. Depuis maintenant presque 10 ans, les compagnies ferroviaires et les gestionnaires des infrastructures ont été nationalisés. Ceci a fait qu’on ne trouve plus dans les gares tous les mêmes cafés et toutes les mêmes grandes chaines de magasins. Chacune d’elle est maintenant devenue une vitrine de l’économie locale, avec ses propres capacités d’innover et de se diversifier. Là, à Nancy, vous pouvez y trouver un grand nombre de commerces locaux. Elle est également devenue un lieu où s’exprime la diversité culturelle de la métropole. Vous y retrouverez des copains qui boivent un verre à la micro-brasserie implantée là à proximité des rails facilitant ainsi l’acheminement de sa production dans toute la région. 
Vous continuez votre chemin et vous arrivez sur votre lieu de travail. Certains de vos collègues sont absents aujourd’hui. Récemment, un dispositif a été déployé pour permettre à 10% des employés de n’importe quelle entreprise de proposer, s’ils le souhaitent, leurs compétences, que ce soit en matière d’administration et d’encadrement, de gestions de projets ou de formation, à des organisations qui, chacune à leur manière, viennent en aide aux habitants et améliorent la résilience de la communauté dans son ensemble. Là, tout est fait pour avoir un usage mesuré et intelligent des moyens informatiques en réseau. D’ailleurs, après le démantèlement des grandes entreprises du numérique, le réseau a été réorganisé pour que les ressources soient relocalisées et adaptées aux besoins. Tout est maintenant mis en place pour favoriser le partage des outils, des compétences et des ressources, le tout organisé par des systèmes implantant des intelligences artificielles accompagnantes, adaptables et bienveillantes. 
Les projets en cours étant calés, chaque collègue impliqué et conscient de son rôle dans une organisation promouvant la responsabilité de chacun, vous quittez votre bureau et vous décidez de rentrer à pieds. Vous flânez dans les rues dont certaines façades sont ornées de superbes fresques murales colorées, renouvelées régulièrement résultat de collaborations entre les collectifs d’habitants et des associations d’artistes urbains. De nombreux enfants jouent dehors puisqu’il y a beaucoup moins de voitures dans la ville. Les résidents ont également pris l’habitude d’interdire la circulation dans leur rue sur certaines créneaux horaires, ce qui fait que les enfants peuvent sortir sans danger. D’ailleurs, tous les voisins gardent toujours un oeil attentif et bienveillant les uns sur les autres ce qui a été possible grâce à la réduction du temps de travail, qui permet aux adultes de passer plus de temps chez eux plutôt que dans les embouteillages ou des locaux professionnels mal adaptés. 
Arrivé chez vous, après un diner préparé avec des produits issus de l’agriculture du quartier, vous vous rendez à une réunion de l’assemblée de quartier. Depuis quelques années, c’est un collectif d’habitants qui a été élu à la mairie de Nancy. Celui-ci a permis l’installation d’un modèle de gouvernance de la ville qui crée les conditions de l’accompagnement de l’émergence d’initiatives à l’échelle des quartiers. 
Une « Métropole de l’imagination citoyenne » a été créée afin de nourrir l’imagination des communautés locales et ainsi favoriser la réalisation des projets. La réunion de ce soir rassemble une bonne centaine de personnes pour discuter de l’avenir de l’énergie dans le quartier. Depuis plusieurs années, l’essentiel de l’électricité est produit localement avec une mise en commun des productions afin de garantir à tous son accès en fonction de ses besoins. 
Sur le chemin du retour, vous vous arrêtez pour discuter avec certains de vos voisins qui prennent l’air dans la rue. Vous entendez une chouette hululer, et des envolées de chauve-souris strient le ciel de l’encre de leurs ailes. Depuis que nous avons donné au quartier de Mon désert le statut de parc local urbain, et tous les quartiers ont fait de même, la biodiversité n’a pas cessé de se développer. Nous avons rétabli les couloirs empruntés par la faune sauvage et multiplié les espaces verts non entretenus. Les insectes sont de retour, des papillons multicolores s’éparpillent dans les airs, de nouveaux sons, de nouveaux chants d’oiseaux rythment délicatement le silence de la nuit étoilée qui vient. Depuis quelques années, vous pouvez à nouveau voir clairement la Voie lactée qui traverse le ciel nocturne. 
Vos pas vous ramènent chez vous, et vous vous endormez bercé par le silence…. 
Et… vous vous réveillez en sursaut, un bourdonnement incessant vient du dehors. Vous ouvrez vos volets, et face à vous la barre des cubes de béton de Nancy Grand Coeur vous rappelle à la réalité, la rue au bas de votre immeuble est déjà saturée de véhicules qui se précipitent au détriment de toute raison dès que le feu passe au vert. Le bruit, une fois les volets ouverts, est permanent, presqu’assourdissant, l’air est saturé des gaz nauséabonds évacués par ces milliers de voitures, camionnettes et camions… et aussi loin que porte votre regard, aucun espace vert, rien que du gris, et du béton… nous sommes en 2020, on a parlé d’un monde d’après, qui n’est finalement que celui d’avant mais peut-être en pire ! En fait, avec Rutger Bregmann, on peut affirmer que « l’incapacité d’imaginer un monde où les choses seraient différentes n’indique qu’un défaut d’imagination, pas l’impossibilité du changement ».  Alors n’oublions pas que « si nous attendons le bon vouloir des gouvernements, il sera trop tard. Si nous agissons en qualité d’individu, ça sera trop peu. Mais si nous agissons en tant que communautés, il se pourrait que ce soit juste assez, juste à temps ».
Pour finir, ce sera avec quelques vers d’un poème de Raymond Carver, nouvelliste et poète américain mort en 1988, qui s’intitule En 2020. 

« Oui les amis, je vous aime c’est vrai.
Et j’espère avoir assez de chance, avoir l’honneur,
De vivre pour témoigner.
Croyez-moi, je dirai seulement les plus
Belles choses sur vous et nos vies ici !
Pour celui qui survit il faut qu’il y ait encore 
À espérer. En vieillissant,
En perdant toute chose, et tout le monde ». 

Sources et références 
Néonicotinoïdes : « Les preuves scientifiques de la catastrophe n’ont cessé de s’accumuler ». https://reporterre.net/Neonicotinoides-Les-preuves-scientifiques-de-la-catastrophe-n-ont-cesse-de-s-accumuler
https://fr.wikipedia.org/wiki/Néonicotinoïde
Et si l’imagination permettait de créer le futur que nous voulons ? https://usbeketrica.com/fr/article/et-si-l-imagination-permettait-de-creer-le-futur-que-nous-voulons 
Neil Gaiman. Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l’imagination. Au diable Vauvert, 2014
Rob Hopkins. ET SI… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? Domaine du possible. Actes Sud. 2020 
America n°15. Money, money, money. Enquêtes et reportages au pays du Roi Dollar. 
Rutger Bregman, Utopies réalistes. Seuil, 2017


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.