Nowakowskismes 4.25. « Poétique du chaos Part 5, Fuir… »

Nous sommes le 11 juin 2020, c’est la dernière des Nowakowskismes de la saison, et cette saison fut riche de 25 épisodes et de ce cycle intitulé La poétique du chaos, né de ces temps dangereux.  
Alors, pour cette dernière, êtes-vous prêts pour écouter la partie 5 de la Poétique du chaos ? Les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables ! Arrêtez-les ! Arrêtez-les ! Nous n’avons fait que fuir, parce que nous n’avons cessé de nous battre et de nous cogner aux angles du monde ! Fuir et revenir encore et encore ! 

Les trois formes humaines qui fuyaient en direction du nord, dans les sous-bois de cette forêt éclairée par la Lune voilée par des colonnes de fumée grasse s’espaçaient sur près de cinq cents mètres. Le dernier de la file étaient à moins d’une centaine de mètres devant ses poursuivants. Il les entendait, il sentait presque leur respiration et leur halètement. 
Avec la Lune enfin dégagée, ils y voyaient presque clair dans les sous-bois. Ils progressaient en restant à couvert dans ce qui restait d’une forêt qui avait été exploitée sans retenue. Ils sentaient la chaleur encore accablante de la journée qui venait de s’écouler. Le souffle d’air nocturne était âcre des fumées des feux allumés dans la journée mêlées aux exhalaisons de toutes les substances qui avaient été déversées pour y chasser toutes les vies qui pourraient contrecarrer leur projet.
Pour le dernier des poursuivis, il était évident qu’il ne pourrait soutenir ce rythme. Même concentré dans cette course du désespoir, il gardait un visage serein ouvrant de grands yeux toujours émerveillés. Sa respiration s’était faite sifflante et saccadée. Il trébuchait. Mais, surtout, il n’appelait pas ses compagnons. Nul ne pourrait lui venir en aide. Les poursuivants gagnaient de plus en plus de terrain. Il se prit le pied dans une racine et faillit tomber. Cela lui donna un regain d’énergie. Il accéléra, gagnant peut-être un petite longueur sur ses poursuivants. Ses bras rythmaient sa course. Il respirait bruyamment par la bouche. De nouveau, il trébucha, il reprit son équilibre en s’aidant au passage près d’un jeune arbre épargné par les coupes et il poursuivit sa course sans issue. Ses jambes épuisées par l’effort menaçaient de se dérober sous lui. Il ne lui restait plus l’énergie qui lui aurait permis d’accélérer à nouveau. Alors, ils furent sur lui, son esprit fut envahi par un vol de papillons monarques, ces papillons orange et noir qui voyagent sur des milliers de kilomètres pour rejoindre les forêts de pins dans lesquelles ils se reproduisent, détruites par l’exploitation illégale et l’extension des plantations d’avocatiers. Puis, fauché en pleine course, il eut juste le temps de crier : « Fuyez ! Sauvez-vous !». Son cri s’interrompit avec une brutalité finale dans l’odeur âcre du sang venant s’ajouter à celle de cette terre dévastée.   
Les chasseurs, au lieu de s’arrêter, reprirent aussitôt la poursuite. Il n’y avait pas une seconde à perdre, les consignes étaient claires. Le suivant avait entendu les cris poussés par son camarade, immédiatement suivis d’un silence sinistre puis par le bruit de la chasse qui reprenait. Il courait à longues foulées régulières, son corps svelte donnait l’impression d’être parfaitement adapté à l’effort fourni. Il essayait de toutes ses forces de ne pas se laisser envahir par les visions d’un nouveau camarade assassiné et de toutes ces destructions contre lesquelles ils se battaient depuis si longtemps. Il avait peut-être encore une chance de s’en sortir parce que depuis toujours il avait su économiser son énergie et là dans cette course, il en avait de même. 
Malgré un genou fragile, il accéléra l’allure. Son genou avait été blessé par un coup de tronçonneuse et il s’en était fallu d’un cheveu pour qu’elle ne lui sectionna la jambe. C’était une des multiples cicatrices, les traces de ses combats permanents contre les trafiquants de bois qui coupaient des arbres géants multicentenaires de la forêt de Niaming à la frontière de la Gambie. Les tropiques payaient en effet un lourd tribut. La surconsommation, les profits à court terme, la corruption des régimes en place avaient mené à la destruction 12 millions d’hectares de forêts, dont près d’un tiers dans les forêts primaires tropicales humides essentielles dans la régulation du climat, le maintien de la biodiversité et de la fertilité des sols. Les chiffres l’obsédaient, la destruction de l’équivalent d’un terrain de football de forêt primaire toutes les six secondes pendant un an.
Mais, il avait présumé de ses forces. Après toutes ces épreuves, et le rythme de course qu’ils s’étaient imposé, cette dernière accélération avait accentué la douleur qui avait ressurgi et n’avait cessé de l’envahir. La douleur avait maintenant dépassé la limite du supportable. Elle s’était muée en une brûlure qui embrasait sa jambe et tout le côté droit. Il savait quelles étaient ses limites et il pensait avec espoir à sa camarade devant lui qui devrait atteindre bientôt le fleuve. Le bruit des poursuivants pénétraient son esprit conscient. Ils étaient beaucoup trop près. Il comprit alors qu’il ne leur échapperait pas. Il risqua un coup d’oeil en arrière et vit qu’ils cherchaient à lui couper la route en arrivant par sa droite. Fixant son regard à nouveau devant lui pour tenter de leur échapper, ils se jetèrent sur lui, il roula à terre et se défendit comme il put. Mais il ne pouvait pas se garder des coups qui pleuvaient de tous les côtés. Il reçut un coup violent dans le dos, et, s’effondra en hurlant : « Fuis ! Sauve-toi !» et son cri résonna dans toute la forêt. 
Elle entendit très bien le hurlement de son compagnon de lutte. 
Quand le silence caractéristique avait été de nouveau rompu par la chasse, une telle fureur s’était emparée d’elle qu’elle s’était crue sur le point d’exploser. Elle commença à ressentir dans sa poitrine la douleur prémonitoire d’un essoufflement qu’elle connaissait bien pour l’avoir affronté lors de précédentes fuites. La transpiration ruisselait sous ses vêtements. Une fois de plus, le fracas de la poursuite envahissait sa conscience. 
Elle apercevait maintenant devant elle, à travers les taillis, la zone découverte qui marquait les abords du fleuve. La Lune faisait miroiter par endroits la surface de l’eau étrangement irisée. 
Elle aurait préféré ne pas être seule, ne pas être la dernière. Elle était la seule survivante du groupe des 13 qui avait mené cette opération contre cette compagnie internationale, filiale du géant minier britannique, qui s’était installée sur leurs terres, polluant les eaux, empoisonnant toute la vie après avoir détruit des milliers d’hectares de forêt primaire. 
Brusquement, elle se retrouva hors de la forêt, là où l’étendue de gazon scintillait bizarrement sous la Lune. Devant elle, bordé par une étroite plage de galets d’un gris argenté, était le fleuve aux eaux sombres et miroitantes. 
Les hurlements de ses compagnons résonnaient encore à ses oreilles. 
Les « Sauve-toi » battaient au rythme des pulsations rapides de son coeur. 
« Sauve-toi » était un message annonciateur de mort et aussi un message de vie. 
Obéissant à cette injonction, elle se précipita jusqu’au bord du fleuve et y plongea la tête la première. Le fleuve exhalait encore la puanteur des 20000 tonnes de diesel qui s’étaient échappées d’un réservoir sur un site industriel. Les causes de la fuite n’avaient pas été clairement établies, mais selon la compagnie minière qui exploitait un site en amont, le réservoir avait pu être endommagé par l’effondrement du sol causé par le dégel du permafrost en raison du réchauffement climatique. Le contact de l’eau fraiche et polluée après l’échauffement de la course eut un effet paralysant. Elle se laissa flotter, luttant pour recouvrer sa respiration et l’usage de ses membres engourdis. L’eau dégageait une odeur d’hydrocarbures qui irritait ses bronches à la recherche d’un souffle pour récupérer de la course.
Le fleuve n’était pas très large à cet endroit. A peine une cinquantaine de mètres séparait les deux rives légèrement incurvées aux bandes sablonneuses alternant avec des berges envahies de roseaux et d’herbes où les déchets plastiques multicolores s’accrochaient au milieu de flaques stagnantes et irisées. 
Elle savait qu’il y avait peu de chances que ses poursuivants traversent le fleuve mais par prudence, elle franchit sous l’eau les derniers mètres et refit surface à l’ombre de la berge avant de regarder en arrière, un goût écoeurant d’essence dans la bouche. 
Ils étaient là, alignés sur la rive opposée, miliciens, tueurs à gages, militaires, trafiquants aux ordres des compagnies et des états prédateurs des dernières ressources naturelles de cette planète. Elle retenait son souffle. Elle sentait sur elle l’ombre de l’épuisement de cette course, mais aussi de toutes celles qui avaient précédé et dont elle n’était pas revenue. 
Ses poursuivants pivotèrent tous ensemble et s’enfoncèrent dans la forêt. 
Elle se laissa porter par le courant en direction de la rive. Elle avait hâte de sortir de cette eau nauséabonde. Ses pieds touchèrent le fond face à une plage étroite et recouverte de détritus. Lentement, son corps raidi de fatigue, elle se hissa sur le sable, prudemment et tentant d’éviter les objets qui auraient pu la blesser. 
« Sauve-toi ! » retentissait toujours à ses oreilles, et les visages et les prénoms de ses douze compagnons occupaient toutes ses pensées, Homero, Moustapha, Victoria, Chut, Berta, Laura, Martine, Fiona, Steven, Marina, Elisabeth, Raoni et tous les autres. Beaucoup d’entre eux étaient des représentants des peuples autochtones, les « premiers gardiens de la nature ». Des larmes se mirent à couler dessinant des chemins brillants sur ces joues salies par l’eau morte. Les expéditions, les manifestations, les traversées de la forêt et des espaces livrés aux cultures intensives et aux tronçonneuses, leur longue course pour tenter de s’échapper encore et continuer la lutte encore… tout cela prenait dans sa mémoire une allure de rêve, même cette dernière course prévue bien sûr, parce qu’il était impossible que ces prédateurs ne cherchent pas à les réduire au silence. 
Tournant le dos à l’eau, elle se releva et se dirigea vers une rive recouverte d’une herbe maigre. Au-delà elle apercevait un campement. Tout en marchant, elle se répéta son serment et c’est là qu’un tir dont le son n’arriva que bien plus tard, la faucha alors qu’elle pensait avoir enfin rompu le cycle infernal des luttes éternellement recommencées. Elle s’effondra dans l’herbe maigre. Allongée face à la Lune, elle rêva de la Terre qu’elle avait juré de protéger. Elle rêva en sachant qu’elle se dresserait à nouveau et qu’elle fuirait encore et de ses lèvres s’envolèrent les mots d’un poète oublié : 
« Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gâchis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison. C’était une longue saison, et vous pouvez relire, réécouter et revivre tous les Nowakowskismes depuis la saison 1 sur ce blog. 

Les activistes de l’environnement sont en danger sur toute la planète. Gangs criminels, forces armées, police, paramilitaires, grands propriétaires terriens les persécutent. En 2018, 164 d’entre eux ont même été assassinés.
Homero Gómez, 50 ans, gérait le sanctuaire El Rosario des papillons monarques, près d’Ocampo, dans l’État du Michoacán, au Mexique. Il appelait ces lépidoptères « les fiancées du soleil » . Disparu le 13 janvier, il a été retrouvé le 29, noyé dans un réservoir d’eau, avec des ecchymoses et le crâne défoncé. Il se consacrait depuis des années à la défense de ce papillon orange et noir qui voyage depuis le Canada pour rejoindre là les forêts de pins où il hiberne et se reproduit. Il dénonçait et combattait l’exploitation illégale de la forêt et l’extension des plantations d’avocatiers, causes de la destruction de son habitat. Sa famille n’a pas cru à la thèse de la « cause accidentelle » avancée par les autorités, car il avait reçu des menaces de mort.
Au Sénégal, Moustapha Gueye, garde forestier, a été abattu le 6 avril 2018 en Casamance d’un tir dans la tête, et a été retrouvé les bras et les jambes brisées. Il faisait partie d’un comité local de surveillance de la forêt de Niaming, dans une région où le trafic de bois à la frontière avec la Gambie est une activité illégale courante. 
En Inde, 13 manifestants ont été abattus par la police en mai 2018 dans l’État du Tamil Nadu. Ils dénonçaient les dégâts produits par la fonderie de cuivre Sterlite de Tuticorin, filiale du géant minier britannique Vedanta, accusée de polluer l’air et de menacer la pêche locale, alors qu’elle réclamait une licence pour doubler ses capacités de production. Depuis son ouverture dans les années 1990, la population locale a toujours dénoncé l’impact environnemental de la fonderie.
Aux Philippines, pays dirigé par Rodrigo Duterte et qui a ravi la première place au Brésil des pays où les défenseurs sont assassinés, neuf cultivateurs de canne à sucre de Sagay, sur l’île de Negros, ont été abattus par des tueurs à gages.
Au Honduras, un pays où des dizaines de militants ont perdu la vie, Berta Cáceres a été assassinée en mars 2016, alors qu’elle avait reçu le fameux prix Goldman. 
En 2020, il ne fait pas bon défendre l’environnement et se battre contre des projets miniers, forestiers, agro-industriels, la construction de barrages hydroélectriques. Du Cambodge au Kenya, de l’Iran à la Russie, du Nicaragua au Chili, il ne fait pas bon dénoncer l’exploitation indue des ressources naturelles, contester l’extermination d’animaux sauvages, l’usage de pesticides ou les expropriations. Partout dans le monde, les militants font l’objet d’exécutions sommaires, assassinés par des gangs criminels, les forces armées, la police, des groupes paramilitaires, des braconniers ou des grands propriétaires terriens. 
Depuis 2012, l’ONG britannique Global Witness (GW) se charge du décompte macabre, et le publie chaque été. 
En 2018, 164 défenseurs de l’environnement ont été tués dans le monde. 
En 2017, ils étaient 207 à avoir perdu la vie pour avoir tenté de protéger la planète. 
Mais, selon GW, ils seraient bien plus nombreux, car des crimes ont lieu dans des zones isolées, non répertoriées. 
Entre 2002 et 2017, ce sont 1 558 défenseurs de l’environnement qui ont été assassinés, selon la revue Nature Sustainability.

Pour écouter ces Nowakowskismes – cliquez ici

Sources et références https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/06/02/les-forets-tropicales-continuent-de-disparaitre-a-un-rythme-alarmant_6041451_3244.html
https://www.futura-sciences.com/planete/breves/pollution-siberie-gigantesque-maree-noire-provoquee-fuite-petrole-2646/
http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/des-activistes-de-l-environnement-en-danger-sur-toute-la-planete-03-06-2020-106669_8.php 
https://nowakowski.hypotheses.org/701 

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.