Nowakowskismes 4.24. « Aujourd’hui, le feu !… »

L’Autre Quotidien, l’éphéméride Du 2 Juin – L’étoile de Trump sur le Hollywood Walk of Fame https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2803

Se souvenir de Miles Davis, et se souvenir de la longue histoire des hommes noirs brutalisés simplement pour la couleur de leur peau. 
Remontons dans le temps pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire. Le 25 août 1959, huit jours après la sortie de l’album devenu mythique « Kind of Blue », Miles Davis se produisait au Blue Note et enregistrait une émission pour le Armed Forces Day dans Voice of America. Entre deux enregistrements, il avait accompagné une amie jusqu’à un taxi et se détendait devant le club en fumant. Un policier s’est approché de lui et lui a demandé de dégager. Miles tenta d’expliquer à l’officier qu’il se produisait à l’intérieur et que c’était son nom qui était là affiché. L’officier a quand même persisté, sans se soucier de qui il était ni de ce qu’il faisait. Alors que Miles essayait d’expliquer au policier qu’il faisait une erreur, un détective, attiré par la foule qui commençait à se rassembler, l’a gazé et l’a frappé à la tête à plusieurs reprises avec un club de billard. Il a ensuite été arrêté et placé en garde à vue. Après être allé à l’hôpital pour se faire recoudre la tête, Miles Davis a été accusé de voies de faits graves sur un officier de police. 

Nous sommes le 4 juin 2020 ! 
« I can’t breathe » est le cri de ralliement de l’Amérique pour réclamer justice pour George Floyd, cet homme décédé lors d’un contrôle policier à Minneapolis. Des centaines de villes à travers le pays s’enflamment, portant la colère des afro-américains face à cette « mort de trop », et contre la violence policière. Avec ses scènes d’émeute et de pillage, ce mouvement va bien au-delà de #BlackLivesMatter, il exprime le ras le bol d’un pays au bord de l’implosion sociale, gouverné par un homme n’hésitant pas à utiliser l’incitation à la violence et le racisme, le tout dans un contexte de dépression économique, d’épidémie et d’inégalités sociales. Est-il possible d’enrayer cette spirale d’injustice inscrite dans la structure même des USA, le pays dans lequel un « noir » est tué par la police toutes les 28 heures ? Par la loi et l’ordre ? 

C’était il y a 65 ans ! 
En 1955, le jeune Emmett Till était lynché par un groupe d’hommes blancs. Ce jeune afro-américain avait prétendument manqué de respect à une blanche, provoquant la colère des habitants dont plusieurs hommes, eux aussi blancs, qui ont alors décidé de se venger. Quatre jours plus tard, le 28 août, l’adolescent a été kidnappé chez son oncle par Roy Bryant, le mari de l’accusatrice, et son demi-frère J.W. Milam, deux hommes blancs. Pendant des heures, les ravisseurs l’ont torturé, battu, étranglé avec des barbelés, puis assassiné d’une balle dans la tête. Son corps a été jeté dans la rivière Tallatchie. Il a finalement été retrouvé trois jours plus tard. Défiguré, il n’a pu être identifié que grâce à sa bague qui portait les initiales de son père. Le procès de Bryant et Milam ne fut qu’une formalité. Le jury uniquement composé de blancs, ne dura qu’une heure et demi. Les deux hommes ont été acquittés. En échange de 4000 dollars, Bryant et Milam, qui ne risquaient plus rien, ont finalement accepté quelques semaines plus tard de raconter au magazine « Look » comment ils avaient tué Emmett. Deux mois après ce procès, Rosa Parks refusait de céder sa place à un homme blanc dans un bus de Montgomery, en Alabama. Débutait alors le mouvement pour les droits civiques, mené par le révérend Martin Luther King Jr, dont Emmett Till fut l’un des symboles.
En 1991, un vidéaste amateur filme l’arrestation brutale de Rodney King à la suite d’un excès de vitesse. Les neuf minutes et vingt secondes de l’enregistrement, où King se fait passer tabasser, ont été largement diffusées dans les médias, provoquant indignation et colère dans le monde entier. 
En février 2012, Trayvon Martin, 17 ans, rentrait chez lui après avoir acheté des Skittles au magasin du coin quand George Zimmerman, qui effectuait des rondes de surveillance dans son quartier, l’a accosté. Zimmerman abat le jeune homme, et n’a jamais été accusé du meurtre. Il n’a été que brièvement arrêté, puis a été relâché après avoir plaidé la légitime défense. En mai 2016, Zimmerman a vendu l’arme utilisée pour 250000 dollars.
En juillet 2014, Eric Garner, 43 ans, père de six enfants, est violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnent de vendre illégalement des cigarettes dans un quartier de New York. Obèse et asthmatique, Eric Garner, refuse d’être interpellé. Il n’est pas armé. Alors que cinq hommes s’emploient à le menotter, il perd connaissance avant de décéder. Les images de l’interpellation, filmées par un ami, ont fait le tour du monde. On y entend très bien Eric Garner répéter à maintes reprises, « Je ne peux pas respirer » (« I can’t breathe »). Aucune accusation n’a été portée dans ce dossier. 
En août 2014, Michael Brown, âgé de 18 ans, est abattu alors qu’il n’est pas armé et ne semble pas présenter de menace imminente. Des témoins oculaires affirment qu’il avait les bras levés en signe de soumission quand un policier blanc a fait feu sur lui.  Sa mort a embrasé la ville de Ferguson et déclenché des manifestations dans tous les États-Unis. L’abandon des poursuites contre l’auteur des tirs, fin 2014, a provoqué une nouvelle explosion de colère dans cette ville de l’État conservateur du Missouri.
En avril 2015, Freddie Gray, 25 ans, est victime, dans des circonstances qui n’ont jamais été clairement établies, d’une fracture des vertèbres cervicales lors de son transport dans un fourgon de police. Il succombera à ses blessures une semaine plus tard. Dans le cadre de l’enquête fédérale ouverte après sa mort, aucune poursuite n’a été engagée contre six agents de la police de Baltimore.
Le 6 juillet 2016, Philando Castile, 32 ans, est abattu  sous les yeux de sa compagne et de la fillette de cette dernière. Sur les images filmées par la petite amie et diffusées en direct sur Facebook Live, on voit cet employé de cantine scolaire agoniser, le tee-shirt blanc ensanglanté, sur le siège conducteur d’une voiture tandis qu’un policier le tient en joue.
En février 2020, Eric Ahmaud Arbery, 25 ans, a été abattu alors qu’il faisait du jogging dans un quartier résidentiel de Géorgie, un État du Sud au long passé ségrégationniste. Pendant plus de deux mois, les policiers locaux n’ont procédé à aucune interpellation. Il a fallu la diffusion d’une vidéo du drame, début mai, pour que l’enquête leur soit retirée et démarre véritablement. Après sa diffusion, le dossier a été confié aux enquêteurs de l’État, qui ont immédiatement arrêté les deux personnes qui apparaissent sur le film, Gregory McMichael, 64 ans, un policier blanc à la retraite, et son fils Travis, 34 ans. Ils auraient affirmé avoir pris le jeune homme pour un cambrioleur. 
En mars 2020, l’ambulancière noire Breonna Taylor, 26 ans, a été tuée d’au moins huit balles alors que la police a fait irruption dans son appartement en pleine nuit. Les agents, dotés d’un mandat de perquisition, agissaient dans le cadre d’un avis de recherche erroné concernant un suspect qui n’habitait plus l’immeuble et qui était déjà détenu. Elle et son partenaire Kenneth Walker étaient endormis quand les policiers de Louisville ont, sans prévenir, enfoncé la porte de leur appartement. M. Walker, qui avait un permis de détention d’arme, a réagi face à l’intrusion en faisant feu sur les policiers. Il a été arrêté pour tentative de meurtre sur un agent des forces de l’ordre.
En mai 2020, George Floyd, 46 ans, a été plaqué au sol par un agent qui a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes. « Je ne peux plus respirer », l’entend-on dire sur un enregistrement de la scène, devenu viral. Il est décédé juste après avoir été arrêté par la police de Minneapolis, qui le soupçonnait d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars. L’autopsie a confirmé ce que nous avons tous vu, George est mort par asphyxie.
Ce soir l’humeur est sombre, alors écoutons ou ré-écoutons Ohio de Neil Young. Ohio a été écrite pour protester contre la fusillade de l’Universite de Kent, au cours de laquelle 4 étudiants furent tués et 9 blessés lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Neil Young a écrit cette chanson en une demi-journée et l’a aussitôt enregistrée avec Crosby, Stills et Nash. Cette tuerie perpétrée par la Garde nationale le 4 mai 1970 a aussi inspiré Bruce Springsteen, les Beach Boys, Yes avec le morceau « Long distance runaround » mais écoutons Ohio !

20 dollars ! 
Selon la compilation de l’organisme Mapping Police Violence, l’année dernière, plus de 1000 personnes ont été tuées lors d’une opération policière sur le sol américain. De plus, les Américains noirs ont trois fois plus de risques que les Américains blancs de perdre la vie suite à une intervention de la police. À Minneapolis, entre 2009 et 2019, 60 % des victimes de tirs de la police étaient noires, alors que la population noire de la ville ne représente que 20 % de la population totale. D’ailleurs, suite au mouvement Black Lives Matter, la police a été équipée de caméras embarquées, les Etats ont tenté de diversifier les recrutements, mais pour quels résultats ? Une longue tradition d’impunité, l’influence des syndicats, la clémence des juges et des jurys populaires laissent toujours toute latitude aux policiers de faire un usage excessif et incontrôlé de la force. 
George Floyd est mort. 
Alors, par dizaines voire par centaines de milliers, des Américains manifestent contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales exacerbées par la crise du Covid-19. On assiste à une réponse sécuritaire d’ampleur, au recours à des véhicules blindés de transport de troupes, à l’utilisation de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Chicago, Denver, Los Angeles, Salt Lake City, Cleveland, Dallas, Indianapolis, les protestations se sont propagées dans au moins 140 villes américaines. New York a annoncé doubler la présence de ses forces de police et instaurer un couvre-feu de 23h lundi à 5h mardi. A Washington, l’heure de celui-ci a été avancée lundi à 19h, à Los Angeles, c’est à 18h. De Boston à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, le mouvement de protestation s’est exprimé de façon majoritairement pacifique le jour, mais a aussi donné lieu à des embrasements nocturnes et des destructions à grande échelle.  
Ni le renvoi de l’agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n’ont calmé les esprits, bien au contraire. Or, les provocations de Trump peuvent paraître irréfléchies, voire politiquement suicidaires. Mais ce n’est pas le cas. Depuis les années 1960, le parti républicain a souvent tiré parti d’un discours à connotations racistes sur « la loi et l’ordre ». Rappelons-nous la campagne de Nixon. L’objectif clair d’une telle campagne, parce que Trump est en campagne électorale, s’appuyant sur ce thème inusable, a pour avantage de reléguer au second plan les carences de la Maison Blanche face à la crise sanitaire et au désastre économique. 
La droite américaine en prenant pour cible principale les « pillards », des noirs, en occultant la réalité de manifestations mobilisant largement, cherchent à mobiliser la « majorité silencieuse » des propriétaires de petits commerces qui décident en général de l’issue des élections. 
Alors pour faire respecter « La loi et l’ordre », et pour faire face aux troubles s’ajoutant à la pandémie de coronavirus, Trump a annoncé d’un ton « mussolinien » le déploiement de « milliers de soldats lourdement armés » et policiers à Washington pour mettre un terme « aux émeutes » et « aux pillages ». Il a jugé que les troubles de la veille dans la capitale fédérale étaient « une honte ». 
Mais la honte est dans ces appels aux gouverneurs à agir vite et fort pour « dominer les rues » et briser la spirale des violences. 
La honte est dans cette menace de déployer l’armée américaine si une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens pour régler rapidement le problème à leur place.  
La honte est de parler de « terrorisme intérieur ».
Tandis qu’il s’exprimait dans les jardins de la Maison Blanche aux airs de camp retranché, la police a effectué des tirs de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants rassemblés à l’extérieur de l’enceinte. L’objectif était de libérer le chemin vers l’église Saint John, bâtiment emblématique tout proche qui a été dégradé dimanche soir. Trump s’y est rendu à pieds, entouré de membres de son cabinet, pour s’y faire photographier, une Bible en main communiquant sur « Law and Order president », le président intraitable qui rétablira coûte que coûte « la loi et de l’ordre » selon la doctrine appliquée par Richard Nixon dans les années 70 face, déjà, au mouvement des droits civiques avec plus de police, plus de criminalisation des mouvements populaires, l’armée s’il le faut pour « protéger les bons citoyens » contre les « professionnels de l’anarchie » qui tentent de « terroriser de l’intérieur » de la bonne Amérique.
La loi, l’ordre et la Bible, fidèle à lui-même, protégé par ses gardes du corps, Trump joue les fiers à bras et se place dans le pire de l’histoire des USA ! 

Un peu de musique pour méditer, une chanson qui rappelle que tous les êtres humains ont un rôle à jouer. Et je cite Patti Smith « Qu’ils soient écrivains ou non. Prendre soin de l’environnement. Rechercher la justice. Se révolter contre les injustices. Les artistes n’ont pas plus de responsabilités que les autres, mise à part celle de faire leur travail du mieux qu’ils le peuvent. » Et ça ne vaut pas uniquement pour les artistes ! Ça c’est moi qui rajoute. Et Patti Smith et son mari Frederick « Sonic » Smith mort en 1994 et ancien guitariste du groupe MC5, ont co-écrit cette chanson « People have the power » (Fred a inspiré deux super chansons à Patti Smith « Because the night » et « Frederick »). « People have the power » c’est montrer qu’un artiste peut inspirer les gens, mais que seuls les gens peuvent changer le monde, car ce sont les gens qui votent et protestent ! Donc avec Patti Smith et avant de l’écouter «  Protestez ! Seul le nombre amène le changement ! Votez ! » 

Penser politique, c’est pour beaucoup se concentrer sur la présidence et le gouvernement fédéral. Effectivement, c’est un président, un Congrès, un ministère américain de la Justice et un appareil judiciaire fédéral qui peuvent reconnaître le rôle corrosif du racisme dans la société et peuvent y faire quelque chose. Cependant, aux USA, les élus qui comptent le plus dans la réforme des services de police et du système de justice pénale sont les élus aux niveaux national et local. En effet, ce sont les maires et les chefs de comté qui nomment la plupart des chefs de police et négocient des accords de négociation collective avec les syndicats de police. Ce sont les procureurs de district et les procureurs de l’État qui décident d’enquêter ou non et, en fin de compte, d’inculper ceux qui sont impliqués dans une faute de police. Ce sont tous des élus. Dans certains territoires, des commissions d’examen de la police habilitées à surveiller la conduite des policiers sont également élues. Malheureusement, le taux de participation à ces élections locales est généralement lamentablement bas, en particulier chez les jeunes. Et ceci n’a aucun sens compte tenu de l’impact direct que ces élections ont sur les questions de justice sociale, sans parler du fait que qui gagne et qui perd ces sièges est souvent déterminé par quelques milliers, voire quelques centaines de voix. Or, l’essentiel est qu’un véritable changement, viendra de la protestation et de la politique, de l’organisation et du vote.
En mai 1975, Angela Davis était de passage à Paris. Elle avait été emprisonnée quelques années plus tôt, puis acquittée suite notamment à d’immenses manifestations de soutien. La militante féministe et communiste pour les droits civiques des Noirs et des autres minorités opprimées en Amérique (les Indiens, les Hispaniques) revient sur ses combats et leur actualité dans un entretien. Elle évoquait le mouvement pour libérer les Noirs opprimés et les autres minorités, un mouvement parfois plus défensif que combatif en raison des attaques répétées du gouvernement américain. Elle expliquait alors que de plus en plus les Noirs voient le racisme et toute l’oppression dirigée contre eux comme une partie d’un système plus grand, comme une partie du capitalisme et qu’il est nécessaire pour détruire les racines du racisme de renverser tout le système. Tout le système qui, sous le règne de Trump, continue à croire que l’Amérique est blanche ! Contre toutes les évidences et de manière tragique ! Alors aujourd’hui, le feu !
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et j’espère que nous allons nous revoir très bientôt ! 
Et n’oublions pas que les Noirs ont payé le plus lourd tribut pendant cette épidémie de COVID-19. Ils meurent deux à trois plus du virus que les Blancs, les Latinos et les Asiatiques. Parce qu’ils sont plus pauvres (22 % contre 9 % de Blancs), parce qu’ils sont plus susceptibles que les autres communautés de vivre dans des déserts médicaux, parce qu’ils sont plus nombreux à ne pas avoir les moyens de se soigner, parce qu’un mauvais accès aux soins systémique leur fait développer des pathologies qui rendent le virus plus meurtrier. Et aussi, parce qu’ils ont dû continuer, quand ils le pouvaient, à travailler, et qu’ils font des métiers qui les exposent davantage.  

Sources et références
https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/angela-davis-pour-detruire-les-racines-du-racisme-il-faut 
La prochaine fois, le feu. James Baldwin
https://www.monde-diplomatique.fr/2005/12/HALIMI/13003 
America n°8. De la race en Amérique. https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-mardi-02-juin-2020


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.