Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… »

Nous sommes le 28 mai 2020 et êtes-vous prêts pour écouter la partie 4 de la Poétique du chaos ? 400 ans seront notre unité de mesure ce soir, notre point de repère, notre rappel à la vie déclinés dans une poétique du chaos inédite. 
Peut-être la dernière de cette saison. Alors prêts pour l’immortalité ? 

Après plusieurs siècles, 400 ans exactement, mon cerveau est presque plein. J’y ai accumulé tant de souvenirs qui finissent par me peser, et qui neutralisent toute forme de réflexion, annihilent ma volonté. Il faudrait que je subisse cette opération qui remettra un peu d’ordre dans tout cela. Tous les autres cherchent par tous les moyens à me convaincre de faire cette opération ! 
D’ailleurs, bien avant, peu de temps avant la rupture, je m’étais résigné à subir cette intervention. Je ne me souviens d’aucun détail, pas même de cette plage de néant que j’aurais traversée. Juste cette sensation effrayante de ne plus savoir qui on est ! Être celui qui écrit ces quelques lignes, ou quelqu’un d’autre, un étranger ? 
Bien sûr, j’ai pu reconstruire mon identité à partir d’un moulage mental. Les ingénieurs du laboratoire de similitude m’ont assuré de la conformité de ce moulage avec ma personnalité originale authentique. 
A partir de cette dernière renaissance, comme ils l’appellent, j’ai vécu comme avec une impression que l’artefact mémoriel qu’on m’avait implanté était artificiel. Bien sûr, nul n’a jamais pu prouver de telles manipulations. Cependant, nous savions pertinemment que ceux qui étaient à l’origine de ce dispositif  s’étaient arrangés pour que la mémoire du passé avec laquelle nous renaissions était arrangée afin d’être édulcorée. En fait, et c’était une avancée significative, notre civilisation avait réussi à traverser les siècles en s’arrangeant pour que l’histoire soit sans cesse ré-écrite et ré-adaptée dans les esprits. C’était maintenant acquis, cette organisation était le prix de la paix civile et de l’immortalité. 
En fait, les quelques dizaines de milliers d’habitants de la Terre étaient les mêmes qu’il y a quelques siècles, tous immortels et heureux ! Etait-ce une preuve concrète de la réussite de l’humanité ? Ou était-ce une utopie douteuse créée par nos ancêtres dans des temps autres, et dont nous perpétuions les rites ?
Depuis ces temps, nous vivons immortels sur une Terre dont les océans ont fait leur temps, réduite à un désert qui avait recouvert le globe tout entier. Les dernières montagnes ne sont plus que des tas de cailloux stériles et surchauffés. Malheureusement, la vie était maintenant trop lasse pour en enfanter d’autres. 
Immortels, nous nous sommes adaptés à notre milieu. La ville est devenue notre seul horizon, et ce qui existe au-delà des murs ne nous intéressa plus.  
Certains d’entre nous fouillèrent les archives, interrogèrent des banques de données, réussirent à collecter des versions différentes de notre histoire. Mais, tout concordait. Aucune version ne contredisait vraiment les autres. Il n’y avait rien d’étonnant à cela, puisqu’ils cherchaient dans un puzzle dont ils connaissaient parfaitement chacune des pièces à force de le démonter et le remonter. De temps en temps, certains mythes anciens remontaient parfois à la surface d’une mémoire au moment de l’intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude. Ces mythes étaient ceux de la vitalité, des miettes de mélodies étranges, … mais revivre les jours d’avant la rupture n’était pas une option. Ce qui était clair c’est que globalement, nous nous sentions satisfaits de cet éternel automne fait d’implants bioniques se substituant aux fragiles organes, et de crèmes anti-âge enduisant nos visages d’un masque uniforme, lisse et inexpressif. 
Nous étions des immortels sans futur. 
Depuis 400 ans, nous n’avons plus d’appartements personnels, ni de maisons individuelles, ni de jardins, ni de meubles et objets de décoration. Nous pouvons les créer autant que nous le voulons grâce à des systèmes imaginés dans les temps qui précédèrent la rupture. Les moyens de transport n’existent plus puisque nous ne voyageons plus. C’est grâce aux VidéoG que nous parcourons des mondes fabriqués par des artistes oubliés. Dans les VidéoG, nous disposons d’une sorte de libre arbitre qui nous permet d’expérimenter les innombrables variantes d’univers possibles. Les événements et les lieux auxquels nous avons accès, constituent des aventures qui ont été programmées dans des systèmes informatiques dont bon nombre d’entre nous ont oublié l’existence. Grâce à ce catalogue de VidéoG, nous avons accès à des mondes fantomatiques en présence d’autres usagers que nous appelons Amis. Aussi longtemps qu’on y évolue, le rêve calculé prend la place de la réalité et chaque événement vécu est un élément constitutif de notre expérience. 
Mais au fait qu’est-ce que notre réalité ? 
Des drames faits d’aventures et de découvertes, des explorations d’états psychologiques, les VidéoG variant à l’infini nous permettent de jouer avec toutes sortes d’émotions. Les VidéoG, avec leurs couleurs et l’excitation qu’elle dispensent et la diversité des thèmes qu’elles proposent, ont l’air de satisfaire la majorité d’entre nous. Mais, et je ne peux en parler, rien ne peut m’enlever de l’idée qu’il leur manque quelque chose. 
En dehors des VidéoG, l’unique tâche de notre civilisation d’immortels consiste à conserver, à recenser, à étudier toutes les choses qui ont franchi les siècles, témoins d’un avant, objets funéraires en polypropylène peuplant une ruine immense, notre planète. 
Parfois, pour moi, ce vide pèse. 
Alors malgré moi, je vais faire un tour dans des VidéoG sans but précis. Le programme que je visite m’amène face à un décor de plaine sans fin, avec le disque rouge du Soleil dilaté par la loupe de l’atmosphère disparaissant à l’horizon. Là, dans cet espace rêvé, mes obsessions me ramènent toujours aux mêmes questions. Quelles sont les véritables limites à l’univers, à la vie, à nos origines, alors que pour nous, les frontières sont bien présentes et infranchissables dans cette immortalité qui a toujours été vue comme stade ultime de la liberté ? Guéris de la maladie d’être né disaient-ils ! 
Ainsi, l’immortalité tant célébrée, tant décrite chez les divinités de civilisations oubliées, nous a enfermés en nous-mêmes. Contrairement au Zeus immortel sur son Olympe, l’immortalité a émoussé notre sexualité puisqu’immortels nous reproduire n’est plus une nécessité. Elle a surtout réduit à néant les plus excessifs raffinements de la pornographie, nous faisant perdre complètement le goût de baiser. Ma mémoire de 400 ans me permet de continuer à décrire des gestes romanesques et sensuels que très peu d’entre nous apprécient. Mes contemporains ne souhaitent plus qu’on puisse garder vivants, même dans la mémoire, des modes d’être de ce monde d’avant. Ils explorent leur cimetière et ne s’intéressent qu’aux objets faits de polymère thermoplastique semi-cristallin privés de sens, fantasmant une culture oubliée, une culture qui s’était éteinte dans la construction de barrières et dans la consommation. 
Dans ce vide qui me pèse, face au globe rougeoyant du Soleil, l’âme lourde, remonte souvent en moi un chemin de terre ouvrant sur une tranchée orange au coeur d’une végétation luxuriante et ciselée par le vent. Le chemin se situe sur les pentes calcaires de petites montagnes, conduisant vers quelques grottes où se réfugiaient nos ancêtres. Sur les parois subsistent des empreintes de mains, des dessins, des textes gravés dans un alphabet oublié. Là, surgit à chaque fois ce qu’il m’est impossible de partager avec les autres. Là surgissent ce que nous nommions des mélodies, et avec le mot que je suis le dernier à connaître, la musique. 
400 ans et une intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude n’avaient rien changé. Face à la solitude, les mots, le chemin me ramenait toujours à cet espace caché au plus profond de moi. Les signes dans la roche, le soleil rougeoyant faisait émerger une forme de mémoire de la vitalité. Mon corps même absent se rappelait, et je me rappelais que la musique n’avait jamais changé le monde, mais quelque chose me disait qu’on ne l’avait rarement bousculé sans chanter ou taper sur un tambour. Dans ce présent immortel, j’étais certainement le seul à savoir qu’une foule qui chante n’est pas une addition d’individus, mais une force, un collectif, la vie. Que la musique incarnait une des dimensions les plus précieuses de l’humanité à savoir la capacité de faire résonner les rêves et les silences, pour le plaisir et le partage. Les vieilles histoires gravées se mettaient à me parler. Que l’histoire de cet équipage pris par les glaces d’un océan oublié, avait choisi pour sa survie des fusils pour chasser et se nourrir, de l’huile pour s’éclairer, des couvertures pour résister au froid polaire et un banjo parce qu’il leur permettrait de continuer à chanter ensemble, dans la fraternité du chant commun contre la solitude et le désespoir, et ainsi conserver l’envie de vivre.
Brusquement, le panorama s’obscurcit ! 
La grotte, le chemin, le ciel, le soleil rouge disparurent. Le firmament vira au bleu électrique. Une tristesse infinie m’étreignit, les mélodies, la musique, tout fut balayé dans cet éclair brulant de lumière chirurgicale. 
Après ce qui ressemble à un long voyage en somnambule, je franchis le porche abstrait du laboratoire de similitude. Les locaux ressemblaient à une salle capitulaire comportant des stalles disposées sur le pourtour à intervalles réguliers. Muet, je me laissais conduire dans une stalle où je m’installais dans un siège truffé d’écrans, de câbles et de tuyaux. Peu à peu, je sombrais dans une sorte de catalepsie opératoire. 
En reprenant conscience, combien de temps s’était écoulé ? Je n’en avais aucune idée. 
La première sensation qui me vint à l’esprit fut celle d’un dédoublement. Je m’observais de l’intérieur sachant qu’il y avait quelqu’un de trop dans ce corps unique. Il fallait chasser l’intrus, et l’autre occupant voulait en faire autant. Le moi fut plus rapide et plus efficace, puisque je sentis cet autre se dissoudre dans un flux nerveux qui investissait tous les organes. Bientôt je fus seul. En évacuant l’autre, j’avais aussi exclu mon plus proche moi, celui qui avait été moi ces derniers 400 ans de mon existence. Je me retrouvais seul, j’avais froid. 
Je voulus me débattre, m’arracher de ce siège. Je fus alors submergé par un flux intense d’accumulation de lieux communs absurdes censés représenter ma vie d’immortel de retour dans le rang. Des souvenirs d’une intensité inouïe se substituèrent à ce que fut ma mémoire. Les ingénieurs de la similitude vérifièrent la conformité de moulage de mon identité, et je franchis seul la porte du laboratoire.
Réintégrant le cours de la vie d’immortel, je me mis à collectionner les objets en polypropylène et à fréquenter assidument les VideoG. Après une éternité, au détour d’une aventure, je suivis un chemin rouge au coeur de ce qui ressemblait à de la végétation, et j’arrivai à une grotte. 
Sur les murs de la grotte, des mains dessinées, il y avait aussi ces quelques lettres formant les mots : « 400 ans ! » et je me mis à fredonner un air de musique oublié. 

Musiques choisies
Les Clash, la chanson Guns of Brixton écrite par le bassiste Paul Simonon en 1979. « Quand ils défonceront la porte de chez toi à coups de pieds, Comment est-ce que tu leur feras face ? Les mains sur la tête ou un flingue en pogne ? »
Eminem, 
« Tu as touché le fond
Quand ta vie te rend si triste que / 
Tu pourrais tuer
Tu as touché le fond / Quand pour enfin avoir quelque chose / Tu pourrais voler
Tu as touché le fond / Quand tu n’en peux plus / Parce que tu en as tellement plein le cul / Que tu pourrais hurler
Mais que tu es tellement triste 
que tu pourrais pleurer » 
le morceau Rock Bottom

400 ans…. C’est le temps qu’il faut pour qu’un masque se dégrade. Et oui, ce masque est en plastique parce que le plastique « protège ». Plus exactement, ce masque est en polypropylène, un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation. Et que voit-on depuis plusieurs jours ? Des images de masques laissés à l’abandon dans les rues, sur les parkings ou sur les plages lors des promenades et des sorties en nature ou en ville !
En France, alors que la loi contre le gaspillage pour sortir du plastique jetable avait même été votée, l’épidémie de coronavirus étant passée par là, c’est comme si tout était revenu à son point de départ. 
Masques, gants, commandes à emporter et emballées dans du plastique, recours au drive, avec la Covid-19, le plastique à usage unique revient en force dans la vie des consommateurs. Par crainte de se faire contaminer, nombreux sont ceux qui ont même recommencé à acheter de l’eau en bouteille et à privilégier les aliments emballés. 
Dans les bureaux qui ont rouvert, finie la fontaine à eau qui a été remplacée par des bouteilles en plastique comme dans le monde d’avant !
Et donc, depuis le début de l’épidémie, les industriels français du plastique font état d’une hausse de leur activité. Selon, l’association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques en France, la demande a augmenté de 20 à 30% depuis le début du confinement. 
Aux Etats-Unis, les lobbies du plastique se sont jetés sur l’argument de l’impératif sanitaire en affirmant que les emballages en plastique étaient nécessaires pour « sauver des vies ». En Europe, le 8 avril dernier, la présidente de toujours cette association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques affirmait que « l’emballage garantissait un effet barrière et qu’il s’agissait de la première protection des produits pour préserver des conditions sanitaires ». Quelle aubaine ! Il devient alors évident que les lobbies du plastique se sont mis à chercher à tirer un maximum parti de la situation. Si vous en doutez, allez juste jeter un oeil à la chaine dédiée aux lobbyistes du plastique sur https://plas.tv
Et ce n’est pas tout, ces mêmes lobbyistes essaient d’obtenir le report de l’interdiction de certains plastiques à usage unique comme les pailles, les cotons-tiges ou les « touillettes » à café pourtant votée par le parlement européen pour 2021. Dans une lettre adressée à la Commission européenne, l’European Plastics Converters écrit que « tous les matériaux ne sont pas les mêmes face au coronavirus et que le plastique à usage unique était un matériau de choix pour assurer l’hygiène et la sécurité des consommateurs ».  Vous m’en direz tant !
Or cette affirmation est contredite par une étude publiée le 2 avril dans le Lancet par des chercheurs de l’Université de Hong-Kong. Ils ont mesuré la stabilité du SARS-CoV-2 selon les surfaces sur lesquelles il pouvait se trouver. Donc, sur un matériau comme le papier, 3 heures ont suffi pour que le virus ne soit plus infectieux ; sur du verre, il faut quatre jours ; et, dans certains cas, il faut 7 jours sur du plastique. 
400 ans n’oublions pas ! 
Masques et gants jetables polluent déjà les fonds marins… et viennent alimenter ce continent plastique qui n’est rien d’autre que le cimetière de la mondialisation où reposent les restes de notre folie de consommation. Rappelons aussi que sur les dix tonnes de plastique produites chaque seconde dans le monde, seules 9% sont recyclées, le reste est incinéré ou finit au fond de l’océan. 
Tous ces déchets représentent non seulement un danger pour la biodiversité mais remettent aussi en cause notre mode de production et de consommation, il faut juste espérer que nous serons capables d’une réaction collective pour susciter un nouvel élan dans la lutte contre le plastique !

N’oubliez pas que dans un rapport publié le 18 mai, le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) a montré que la pollution en Chine a remonté, quelque temps après le déconfinement et en pleine reprise des activités économiques, à des niveaux plus élevés qu’avant le confinement. 

Sources et références
https://reporterre.net/En-Chine-la-pollution-est-plus-forte-qu-avant-le-confinement 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-26-mai-2020 
Manière de voir. Musique et politique. Juin-juillet 2020. 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.