Nowakowskismes 4.22. « Après vous »

Pendant plus de 50 jours, en pleine période de reproduction, la faune et la flore sauvage ont bénéficié d’un répit salvateur. Comme une respiration. Un temps suspendu rompant l’éternelle prédation de l’humain sur la nature. En son absence, elles ont pu s’épanouir, se développer là où on ne les attendait pas, gagnant les rues des villes, nichant dans les interstices libérés de notre emprise. Nous l’avons tous vu, les animaux ont occupé des espaces qui leur étaient auparavant interdits et les observations partout sur le territoire et dans le monde le confirment. 
L’arrêt des activités humaines a stoppé un carnage rendu invisible tellement il était devenu quotidien. Quelques milliers de chouettes et de putois, des dizaines de milliers de salamandres et de hérissons et des millions d’insectes ont eu la vie sauve du fait d’un trafic routier réduit.
La pandémie actuelle ne serait-elle pas une occasion unique pour réfléchir à une nouvelle relation avec le vivant ? Le virus du Covid-19 est, lui-même, issu d’un rapport destructeur à l’environnement, directement lié au saccage des forêts et des écosystèmes (https://nowakowski.hypotheses.org/1110). 
Ne pourrait-on pas profiter de cette période pour réfléchir à une autre manière d’habiter l’espace, de façon moins brutale et moins mortifère pour les non-humains ? « La Terre ne s’occupe pas comme un champ de bataille, nous devons apprendre à la partager. »
D’ailleurs, plusieurs naturalistes et organisations appellent à ce qu’ils appellent un « déconfinement pédagogique » pour éviter un afflux trop massif dans les espaces naturels. Le mois de mai est habituellement le temps où l’affluence est la plus forte et les frustrations engendrées par le confinement ne risquent pas d’arranger les choses surtout qu’une part du vivant s’est habituée à vivre sans les humains. De plus, en pleine période de reproduction, les espaces naturels se sont transformés en nurseries et les forêts regorgent de petits qui n’ont encore jamais rencontré les humains. 
Avec Levinas, faire de la formule de politesse « Après vous » qui devrait être la plus belle définition de notre civilisation au lieu du « moi d’abord »!

Nous sommes le 21 mai 2020 et n’est-ce pas le moment de prendre conscience du caractère toxique de nos interactions avec la nature, du caractère toxique de nos modes de vie ? N’est-il pas temps de tenter d’imaginer une grande substitution, de la vie comme quantité par la vie comme qualité, de tous les joujoux technologiques par la tranquillité matérielle pour tous, de vastes services collectifs gratuits, une nature restaurée et, « peut-être par-dessus tout, du temps ». 

Screen New Deal ! Bienvenue dans le monde selon Microsoft Teams, Zoom, Netflix, Google, Amazon, … 
Il n’a fallu que quelques semaines pour que ça se matérialise. Voici quelques chiffres ! En avril 2020, le nombre d’usagers de Microsoft Teams a augmenté de 70%. Netflix a gagné 15,8 millions d’abonnés pendant le confinement et compte désormais 182,9 millions d’abonnés. Sur les trois premières semaines du mois, Zoom a enregistré en moyenne 300 millions de participants par jour, contre 200 millions en mars. En décembre 2019, ce chiffre s’élevait à 10 millions. Sur les quatre derniers mois, Zoom peut ainsi afficher une hausse de 3000% du nombre de participants !
Donc, il n’a fallu que quelques semaines pour que quelque chose ressemblant à une doctrine « tech » issue du choc pandémique, commence à émerger. 
Ce qui a émergé c’est ce que Naomi Klein a appelé le Screen New Deal. 
En effet, bien plus high-tech que tout ce que nous avons pu voir lors de précédentes catastrophes planétaires, l’idéologie qui s’installe, alors que les libertés sont sérieusement amputées, considère que nos dernières semaines d’isolement physique ne sont pas une douloureuse nécessité pour enrayer la propagation de l’épidémie, mais sont un laboratoire grandeur nature pour l’installation d’un futur sans contacts permanents entre humains, un futur de dématérialisation, un futur à distance, un futur évidemment très rentable pour certains.
Un exemple qui confirme cela, sont les propos tenus par Anuja Sonalker, PDG de la société Steer Tech, une entreprise du Maryland commercialisant des technologies de stationnement en libre-service. Elle a résumé en quelques mots le nouveau terrain des opérations. Il faut construire un avenir peuplé de « technologies sans contact et sans humains [parce que] les humains sont des risques biologiques, alors que les machines ne le sont pas ».
De plus, cet avenir se profile comme un avenir dans lequel nos lieux d’habitation ne seront plus des espaces exclusivement personnels, mais aussi, via une connectivité numérique à haut débit, des écoles, des cabinets médicaux, des bureaux, des gymnases et, voire si l’État le décrète, des prisons. 
Avant la pandémie, nous savions et nombre d’entre nous avions déjà alerté que ces mêmes habitations étaient déjà en train de devenir des lieux de travail mêlant indifféremment temps de travail et temps personnel et familial, que ces mêmes habitations devenaient nos principaux lieux de divertissement, mais aussi les lieux de nos enfermements sous la surveillance permanente « de la communauté » environnante. Mais, et c’est là que les choses s’aggravent, dans cet avenir qui se construit à la hâte, toutes ces tendances sont en train de subir une accélération sans précédent.
Et comme toujours, dans cet avenir, pour ceux qui seront les privilégiés, presque tout sera livré à domicile, soit « virtuellement » via le streaming et les technologies du cloud, soit physiquement via des véhicules sans conducteur ou des drones, par l’intermédiaire d’un écran « partagé » connecté à une plateforme numérique. 
Ainsi, dans cet avenir, on emploiera beaucoup moins d’enseignants, de médecins et de chauffeurs. 
Dans cet avenir, on n’acceptera ni argent en espèces, ni cartes de crédit parce que ces moyens de paiement sont potentiellement porteurs de virus. 
Dans cet avenir, les transports en commun disparaitront et tout ce qui relève de l’art vivant et des manifestations culturelles seront définitivement bannis du paysage et de la vie. 
Enfin, cet avenir sera prétendument géré par ces fameuses « intelligences artificielles » portées aux nues par leurs promoteurs, les fabricants et les institutions. Mais la réalité est qu’elles doivent leur existence aux dizaines de millions de travailleurs anonymes cachés dans des entrepôts, des centres de données, des usines de modération de contenu, des ateliers clandestins électroniques, des mines de lithium, des fermes industrielles et des prisons. Des dizaines de millions de travailleurs invisibles hyper-exploités et à la merci de la contagion. Bienvenue dans le Metropolis de Fritz Lang !
Dans cet avenir, en s’appuyant sur ces « intelligences artificielles », chacun de nos mouvements, chaque mot, chaque relation sera traçable, stockée, modélisée et sera exploitable grâce à des collaborations sans précédent entre les gouvernements et les géants de la technologie.
Et si tout cela vous semble familier, c’est parce que dans un passé ancien, en février 2020, l’époque d’avant COVID, cet avenir nous était vendu au nom de la commodité, de l’individualisation et de la personnalisation pour notre liberté et notre confort.
Nous étions quelques-uns à avoir de grandes inquiétudes face aux atteintes répétés contre la liberté, au renforcement des inégalités en particulier en matière de santé et dans l’accès à l’enseignement en ligne. Mais aussi au sujet des voitures autonomes et des flottes drones reposant sur le déploiement massif de la 5G. 
Mais plus insidieusement, nous étions quelques-uns à être inquiets face à la généralisation du commerce sans argent amplifiant la localisation automatisée en effaçant petit-à-petit la confidentialité et en enracinant les discriminations.
Enfin, nous étions quelques-uns à nous inquiéter de la promotion faite pour ces «villes intelligentes» truffées de capteurs visant à éliminer la gouvernance locale. 
Nous étions quelques-uns à être préoccupés par la puissance financière et le pouvoir sans opposition d’une poignée d’entreprises technologiques menaçant la démocratie et dominant tout, des médias aux transports, de la santé à l’éducation… 
Et là, aujourd’hui, dans ce contexte mondial, il nous est vendu la promesse dystopiques douteuse que ces technologies sont les seuls moyens capables de protéger nos vies contre les pandémies, les clés indispensables pour assurer notre avenir serein et notre sécurité et celle de nos proches.
Et nombreux sont ceux, décideurs, politiques, qui déclarent vouloir réinventer la réalité post-Covid en tablant sur l’intégration permanente de la technologie dans tous les secteurs de la vie servant ainsi le projet de société promu par Google, Microsoft, Amazon et tous les autres issus de la start-up nation. 
Ils ont un projet pour l’humanité. 
Pour eux, bientôt, nous serons plus contraints de vivre dans le monde physique, que nous habiterons dans un monde façonné par les nouvelles technologies. Quand on est dans la Silicon Valley, leur berceau, il n’est pas rare d’entendre les gens dire : « ne tombe pas malade, tiens encore le coup quelques années, parce que bientôt la technologie guérira des maladies et même de la mort ! ». Là, dans cette « Valley », la technologie est la solution et produit une vision du monde guidée par trois maîtres-mots, la régulation, la gestion et la sécurité (relisez les Nowakowskismes 3.13 intitulés Retour à San Francisco https://nowakowski.hypotheses.org/643).  
Chargés de ce triangle, ils sont là, faisant le sièges des bureaux des décideurs, pourvoyeurs de solutions miracles pour la télé-santé, l’apprentissage à distance et bien d’autres, s’engageant à n’utiliser la technologie que pour rendre le monde meilleur (don’t be evil! Disait l’autre !). Et on s’incline nombreux et bien bas devant cette capacité de « grand visionnaire » de la Fondation Bill et Melinda Gates et sa vision d’« un système éducatif plus intelligent », se débarrassant de tous ces bâtiments, de toutes ces salles de classe et de tous ces enseignants pour les remplacer par de la technologie. 
Or, cette technologie sera-t-elle soumise aux règles de la démocratie et de la surveillance publique ? Sera-t-elle déployée accompagnée d’une frénésie d’exceptions, sans que soient posées les questions cruciales qui façonneront notre vie pour les décennies à venir ? Est-il normal que les réseaux et nos données soient entre les mains d’acteurs privés tels que Google, Amazon et Apple ? N’oublions pas que le réseau Internet est essentiellement constitué de câbles. Et donc qu’en est-il ? Amazon, Facebook et Softbank ont annoncé le projet un nouveau câble trans-pacifique nommé « Jupiter » pour 2020. Jupiter c’est une longueur du câble de 14 000 kilomètres et une capacité de 60 térabits par seconde. Google lui a investi dans les câbles « Unity » en 2008, « SJC » en 2011 puis « Faster » en 2016. Facebook, Microsoft et un opérateur télécom espagnol ont annoncé, en septembre dernier, avoir déroulé Marea, entre l’Espagne et les Etats-Unis, soit 6 600 kilomètres de câble avec la capacité record de 160 térabits par seconde. Alors que Facebook, Google et Amazon se sont « accaparé » le Web, avec une mainmise particulièrement flagrante depuis 2014 jusqu’à ce que certains parlent même de « Trinet », doit-on pour autant accepter que l’Internet physique suive le même chemin et tombe aux mains des mêmes acteurs ? 
Or si Internet est essentiel pour tant de choses dans nos vies, comme c’est clairement de plus en plus le cas, ne devrait-il pas être traité comme un service public à but non lucratif ?
Le problème, comme toujours dans ces moments de choc collectif, est l’absence flagrante de débat public sur ce à quoi ces changements devraient ressembler et à qui devraient-ils bénéficier, les entreprises technologiques privées ou les citoyens ?
Notre monde est ainsi confronté au choix bien réel et certainement difficile entre investir dans l’homme ou investir dans la technologie. Parce que la vérité brutale est que, dans l’état actuel des choses, il est très peu probable que nous fassions les deux. Si les entreprises technologiques remportent leur féroce campagne de lobbying pour l’apprentissage à distance, la télé-santé, la 5G, les véhicules autonomes, … – leur Screen New Deal – il n’y aura tout simplement plus d’argent pour les priorités publiques urgentes, sans parler de la planète et de ses besoins urgents. Les écoles publiques, les universités, les hôpitaux et les transports en commun seront encore plus confrontés à des questions existentielles sur leur avenir malgré tous les beaux discours.
La technologie fournit des outils puissants, mais toutes les solutions ne sont évidemment pas technologiques. Or, le problème avec l’externalisation des décisions clés sur la façon de «ré-imaginer» nos États et nos villes à des hommes tels que Bill Gates et Schmidt est que ces gens ont passé leur vie à défendre le fait qu’il n’y a aucun problème que leur technologie ne peut résoudre, et que grâce à eux, le monde ira mieux. Certains et ils sont nombreux, en sont persuadés. 
Prenez l’exemple du gouverneur de New York. Regardez le sourire qu’il affichait quand il a annoncé que l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, en sauveur, dirigera le groupe qui sera chargé de réinventer l’Etat de New York post-Covid grâce à la technologie dans la sécurité, la gestion et la régulation garanties. Pour eux, et pour beaucoup d’autres dans la Silicon Valley, mais aussi pour tous les apprentis sorciers de la technologie et technocrétins, la pandémie est une occasion en or de recevoir non seulement la gratitude du monde, mais surtout la déférence et le pouvoir qui leur est dû et qu’ils appellent de leurs voeux depuis si longtemps. En confiant à l’ancien président de Google le pilotage de l’équipe qui façonnera la réouverture de l’État, le gouverneur de l’Etat de New York lui signe un chèque en blanc, il ne reste plus qu’attendre pour voir quels seront les suivants.
Et en France alors ? L’Assemblée nationale vote en urgence une loi obligeant les plateformes (Facebook, YouTube, Google, Twitter) de retirer des «  contenus manifestement illicites » sous 24 heures. Cette loi repose sur une idée simpliste. Il suffirait de rendre les intermédiaires techniques responsables des contenus publiés par des tiers, de les contraindre à retirer tout ce qui leur est signalé comme étant « manifestement illicite » sous peine d’amendes démesurées, pour que nous soyons tous protégés des méchants, car c’est très urgent. La sanction encourue fixée dans la loi pourrait atteindre 4 % du chiffre d’affaires. Et ce n’est pas tout, cette loi qui confie aux plateformes privées bien connues et à tous les sites web leur confie le « soin » de censurer en 1h (pas en 24h) les contenus signalés par la police comme relevant du « terrorisme », sans que cette qualification ne soit donnée par un juge. Si le site ou la plateforme ne censure par le contenu (par exemple car le signalement est envoyé un week-end ou pendant la nuit) la police peut exiger son blocage partout en France par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, SFR…). La séparation des pouvoirs est entièrement écartée : c’est la police qui décide des critères pour censurer un site. En droit, la notion de « terrorisme » est suffisamment large pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, par exemple contre des manifestants ou des militants écologistes. Par cette loi votée dans l’urgence, c’est donc la police qui décide des critères pour censurer un site. C’est la police qui juge si un site doit être censuré. C’est la police qui exécute la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site. Ceci est pour le moins étonnant dans un État qui, bien qu’en état d’urgence sanitaire, se dit encore « de Droit »…
Dans ce contexte, il y a fort à parier que les plateformes risquent d’appliquer un principe de précaution. Dans le doute, retirer tout contenu, quitte à porter atteinte à la liberté d’expression, pour ne pas risquer les sanctions. En effet, quand on délègue à des entreprises privées le droit de juger de ce qui est légal ou illégal, on s’expose à une censure de très grande ampleur – parce que c’est plus simple et moins cher de censurer que de se poser des questions, surtout quand on risque des amendes de très grande ampleur, et que le profit est le seul guide des entreprises privées.
Encore mieux, en France, pour la période allant de juillet à décembre 2019, le gouvernement français n’a jamais réclamé autant de données à Facebook. En effet, depuis 2013, Facebook publie un rapport bi-annuel pour faire un état des lieux des données réclamées par les gouvernements. Le dernier rapport de transparence vient d’être publié. Entre janvier et juin 2013, la France avait effectué 1 547 demandes. Entre juillet et décembre 2019, ce sont 7 001 demandes qui ont été formulées pour obtenir des informations personnelles. Facebook a répondu positivement à 83% de ces demandes. Ailleurs qu’en est-il ? Et bien, sur la même période, le Japon a effectué 43 demandes, l’Italie 2 466, la Russie 8, la Finlande 81, les Émirats Arabes Unis 13, l’Argentine 2 149 et les États-Unis 51 121. 
En France, contrairement à l’avis de la CNIL, du Conseil national des médecins, du Conseil national des avocats et des hôpitaux, le gouvernement français a décidé de confier à Microsoft le stockage de toutes les données de santé. En effet, une ordonnance publiée le 21 avril 2020 oblige les hôpitaux à intensifier l’envoi des données de santé à Microsoft. Pourquoi ? Parce que le HealthDataHub (HDH), en français dans le texte, est en cours de déploiement. Le HDH en tant que guichet unique d’accès à toutes les données de santé vise à permettre le développement de systèmes d’intelligence artificielle appliqués à la santé. Toutes ces données produites par tous les citoyens français viendront des systèmes information des hôpitaux, des pharmacies, des dossiers médicaux partagés et des données de la recherche,… Le volume de données hébergées devrait augmenter de façon exponentielle, notamment avec l’émergence de la génomique, de l’imagerie et de la multiplication des objets connectés. Et donc, toutes ces données seront stockées sur Microsoft Azure, la plateforme de cloud computing de Microsoft. Prétextant un projet de recherche « d’intérêt public », un concept juridiquement vague, les GAFAM mais aussi les start-ups et les assurances pourront désormais accéder aux données de santé et au pouvoir financier qu’elles représentent !
En France, toujours, la commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d’un nouveau projet de mine d’or de taille industrielle nommé « Espérance ». il est porté par la compagnie minière américaine Newmont associée à un opérateur local, la compagnie minière Espérance (CME). Envisagée en pleine forêt, elle nécessiterait une usine à cyanuration et l’extraction de « 20 millions de m3 de roches » pour creuser une fosse de 300 mètres de profondeur sur 1,5 km de longueur. Cela déboucherait sur un premier gisement de « 65 tonnes » d’or selon les documents de l’opérateur ! 
Tout cela alors que nous savons que la déforestation massive altère gravement la biodiversité, accélère les changements climatiques et favorise l’émergence d’espèces vectrices d’épidémies. 
Alors et après ? Nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : «Au fond, ce n’est pas moi», «On m’a demandé de le faire», «De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place !». Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Souvenez-vous « Après-vous » au lieu de « moi d’abord » !

Sources et références
https://usbeketrica.com/article/les-cables-d-internet-qui-sont-ils-quels-sont-leurs-reseaux
https://www.theguardian.com/news/2020/may/13/naomi-klein-how-big-tech-plans-to-profit-from-coronavirus-pandemic
Entretien avec Richard Powers dans America Mag n°13
https://siecledigital.fr/2020/05/13/le-gouvernement-francais-reclame-de-plus-en-plus-de-donnees-personnelles-a-facebook/
https://reporterre.net/Retour-dans-la-nature-la-vie-sauvage-s-est-epanouie-respectons-la 
Problèmes de la transition par Frédéric Lordon, https://blog.mondediplo.net/problemes-de-la-transition 
«C’est confortable d’obéir», https://www.liberation.fr/debats/2017/08/30/c-est-confortable-d-obeir_1593054 
https://interhop.org/le-gouvernement-contraint-les-hopitaux-a-abandonner-vos-donnees-chez-microsoft_en/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.