Nowakowskismes 4.20. « Confinement semaine 8, jour 52 – désobéir… »

Télé-vivre, télé-travailler, télé-consommer, télé-discuter, télé-asservir, se télé-divertir !…  
Pour la grande majorité des humains, c’est le quotidien qui s’est confirmé en ces temps inédits d’enfermement forcé. C’est faire ses courses en ligne 24 heures sur 24 sans bouger de son canapé, c’est s’équiper d’outils et de logiciels pour travailler à distance, c’est charger tous les services pour se divertir, c’est ne pas écouter autre chose que de la musique en ligne, c’est aussi s’informer ! … Encore faut-il détecter les médias libres et indépendants ! 
Lorsque le monde extérieur physique n’est plus accessible, c’est un monde dématérialisé qui prospère et surtout qui profite au bien connus GAFA. Incontournables, ils sont encore plus les rois du monde numérique. Seuls ou ensemble, ils détiennent souvent plus de la moitié des marchés qu’ils occupent. C’est le cas dans la publicité en ligne, dans les moteurs de recherche, dans les réseaux sociaux, dans les services de cloud, dans l’hébergement et la gestion de données. Aux Etats-Unis, Amazon a conquis 50% du e-commerce américain.
Quand d’autres (Airbus par exemple …) annoncent des pertes et ne prédisent rien de bon pour leur avenir, les géants américains du numérique affichent des hausses de leur chiffre d’affaires spectaculaires, + 15% pour Google, + 20% pour Facebook, et même + 25% pour Amazon. Bravo à tous ceux et toutes celles qui se sont jetés sur les catalogues en ligne de ces compagnies ! Ce qui fait que les GAFA traversent la crise sans encombre ! Apple, et Microsoft valent toujours largement plus que 1000 milliards de dollars en Bourse. La valeur d’Amazon a elle augmenté de 25% depuis le début de l’année ce qui représente pas moins de 300 milliards de dollars de plus ! Sans parler, nous l’avons déjà évoqué, des conditions de travail de ses salariés, toujours plus désastreuses en ces temps de pandémie.…
Instinct grégaire ou panurgisme ? Vivre en troupeau en se pensant libres ! Voici ce qui résume notre attitude ! Dans ces temps de confinement, mais déjà bien avant, c’est avec quelques gadgets en guise de cadeaux, ces fameux goodies, c’est avec des outils et des plateformes, que ces compagnies font mine d’apporter la liberté individuelle, l’accès illimité à la série que tout le monde veut voir, alors que le seul objectif n’est que de faire entrer le plus de monde possible dans le grand troupeau des consommateurs. 
300 milliards de plus pour Amazon, voilà ce que le confinement, l’occupationnel en troupeau a pour effet ! 
Nous dépensons 50000$ en 20 secondes sur Amazon. Et tout cela n’est rien d’autre qu’un grand nombre d’individus se pensant libres qui se dirigent librement en troupeau vers les marchandises que le bon système capitaliste numérique fabrique pour lui, saupoudré d’un discours de liberté ! 
Une mise en pâture savamment orchestrée… 

Nous sommes le 7 mai 2020, nous sommes en semaine 8 et jour 52 d’enfermement. 
Le mot ce soir dans les Nowakowskismes est désobéir ! 
Désobéir face à l’installation d’un monde de surveillance, désobéir en ces temps de privation de liberté sous couvert d’état d’urgence sanitaire. Savez-vous que l’état d’urgence sanitaire, d’ailleurs prolongé jusqu’au 24 juillet, permet de casser les règles du droit du travail, de porter la durée quotidienne maximale de travail à 12 heures au lieu de 10 heures, de réduire le temps de repos entre 2 journées de travail à 9 heures à la place de 11 heures, d’augmenter la durée maximale de travail hebdomadaire à 60 heures contre 48 heures et d’étendre le travail du dimanche.  
Donc désobéir quand confinés, infantilisés, sidérés autant que terrorisés par les informations COVID imposées en continu, nous sommes devenus spectateurs impuissants, et anéantis de ce qui se joue sans nous, ou « pour notre bien ». Par la force des choses, les rues se sont vidées, et tels des enfants rendus peureux, nous attendons de connaître le sort que le pouvoir nous réserve. 
Désobéir et redevenir adultes, désobéir parce que capables de comprendre et d’imposer d’autres choix, y compris économiques et sociaux. Désobéir, parce qu’en ce moment, nous prenons des coups sans pouvoir les rendre, nous parlons dans le vide et nous le savons, dans un climat poisseux de colère inemployée. 
Désobéir face à ce qui s’installe parce que voyez plutôt..! 

Dans les universités, et nombreux ont alerté sur ce qui s’annonce au sein même des universités mais aussi à la Quadrature du net, pour les examens qui arrivent, le gouvernement recommande officiellement aux établissements d’enseignement supérieur la télésurveillance des examens à l’aide de dispositifs invasifs, discriminants et manifestement illégaux : reconnaissance faciale, vidéosurveillance par webcam et smartphone, détection de bruits suspects…  En mars, le ministère de l’Enseignement supérieur a publié un « plan de continuité pédagogique » composé de plusieurs fiches visant à accompagner les établissements dans le contexte de la pandémie. Par exemple, la fiche n°6 « Évaluer et surveiller à distance » indique que « les examens écrits nécessitent une télé-surveillance particulière qui permet de vérifier l’identité de l’étudiant et d’éviter les fraudes. Ils nécessitent donc un recours à des services de télésurveillance ». Dans cette fiche, on y trouve une une liste de fournisseurs de services recommandés parce « qu’ils ont l’habitude de travailler avec des établissements d’enseignement supérieur ».
Cette liste fait donc la promotion d’outils de surveillance extrêmement invasifs, dangereux et profondément discriminants avec au programme tout ce qu’on adorons dans les Nowakowskismes à savoir, la reconnaissance faciale, la vidéosurveillance continue avec analyse comportementale, l’utilisation simultanée des webcams de l’ordinateur et du smartphone, jusqu’à la détection de bruits suspects dans l’environnement proche de l’étudiant. Ainsi Managexam propose des solutions de surveillance audio et vidéo, avec « prise de photos fréquentes, régulières ou aléatoires » ou « vidéo captée en continu » afin de repérer « automatiquement les anomalies pouvant survenir dans la session d’évaluation grâce à une recherche et une classification visuelle de l’environnement des candidats ». Proctorexam propose une « technologie avec deux prises de vues simultanées sur l’étudiant (webcam+appli smartphone) » et Evalbox, qui propose « des algorithmes d’analyse comportementale pour détecter les comportements suspicieux ». TestWe, la solution qui revient souvent dans les média, offre un système de photographie de la carte d’étudiant ou d’identité par webcam « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran ». Son PDG, Benoît Sillard, qui a été sous-directeur aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement scolaire et supérieur (SDTICE) au Ministère de l’Éducation nationale puis Délégué interministériel aux usages de l’internet auprès du ministre de la Recherche, se vante également de mettre « en place actuellement un système à double caméras, celle de l’ordinateur qui filme par l’avant, et celle de votre smartphone qui filme l’ensemble de la pièce, pour vérifier qu’il n’y a pas un deuxième ordinateur ou quelqu’un en train de vous souffler ». Enfin, Smowl « utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects ».
Malheureusement pas nouveaux, ces outils sont déjà utilisés par plusieurs établissements et plus de 50 universités et écoles seraient en train d’envisager ce type de procédés ! 
Désobéir est urgent quand des universités effacent la liberté pour des raisons d’efficacité ! 

Désobéir face à la surveillance généralisée qui s’installe, parce qu’il existera bien un système de traçage officiel permettant l’accès à un maximum d’informations sur l’état de l’épidémie en France. L’application StopCovid est elle annoncée pour le 2 juin ! 
Le projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire soumis au Parlement à partir de lundi 4 mai doit organiser le suivi des personnes susceptibles d’être contaminées par le Covid-19. Pour cela, le gouvernement prévoit de se doter de deux fichiers avec des données partagées médicales ou non. Ainsi lorsqu’une personne sera testée positive au Covid-19 , elle apparaitra dans un premier fichier, appelé « Sidep » recensant toutes les personnes testées positives par les laboratoires de biologie médicale. Les personnes qu’elles auraient côtoyées, seront fichées dans un deuxième fichier nommé « Contact Covid », inspiré du site de l’Assurance-maladie. Il permettra d’avoir les coordonnées des personnes à contacter afin d’être testées et si besoin isolées pour empêcher la propagation du virus. 
Pour effectuer ce travail d’identification des malades à partir du 11 mai, des « brigades sanitaires » qui ont été gentiment rebaptisées « brigades d’anges gardiens » par le ministre de la santé seront déployées. D’ailleurs, ces brigades d’anges gardiens inspireront certainement un prochain épisode de la Poétique du chaos. Ainsi 3 à 4 000 personnes médecins ou non médecins seront affectées à cette mission.
En clair, pour l’instant, le traçage des contacts ne reposera pas sur une application installée sur les téléphones des Français, mais sur les personnels autorisés à le faire par le gouvernement. 
Un nouveau mot de la novlange apparaît alors c’est le « contact tracing » qui va se décliner en trois niveaux de surveillance. 
Le tracing de niveau 1 sera exercé par les médecins, les professionnels de santé de premier recours en ville comme à l’hôpital, pour définir le premier cercle des cas, contacts potentiels de malades. Le tracing de niveau 2 sera organisé par l’Assurance-maladie. Il visera à enrichir la liste des contacts potentiels au-delà de ce premier cercle, de vérifier qu’aucune personne potentiellement malade n’a pu échapper aux premier tracing et donner des consignes aux intéressés. Le tracing de niveau 3 est organisé, comme c’est le cas depuis le début de l’épidémie, par les Agences régionales de santé. Il s’agit d’identifier des chaînes de contamination des chaînes de transmission, en d’autres termes, les clusters. 
Et donc le 11 mai, nous allons sortir de l’enfermement, pour une vie en liberté surveillée. Afin de faire respecter les règles, le port des masques, …, le projet de loi prévoit d’étendre les pouvoirs de verbalisation à plusieurs catégories d’agents qui pourront, dès le 11 mai, « constater le non-respect des règles de l’urgence sanitaire et le sanctionner ». Ces agents qui verbaliseront sont les adjoints de sécurité, les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, les agents de sécurité assermentés dans les transports et les agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces. 
Nous serons déconfinés mais au prix de contrôles accrus. Nous passerons de l’enfermement à l’examen, de l’isolement à la surveillance, par la massification des tests, l’identification des cas-contacts, la mises en place de brigades d’anges gardiens, le plan de mise à l’abri, le quadrillage géographique départemental, le kilométrage limité. Nous allons troquer une restriction de liberté physique contre une restriction de liberté psychologique. Tout sera vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. Nos comportements seront moins limités mais davantage conditionnés parce que hautement contrôlés. Devenir moins libres tout en l’étant plus, voilà le tour de passe-passe.
De plus, tout ce dispositif est une mise en parenthèse du secret médical alors qu’on constate déjà les attitudes hostiles de certains voisins à l’égard de soignants. On peut craindre avec ce signalement des personnes malades, des risques de stigmatisation et de discrimination y compris dans l’environnement professionnel.
Donc, à une époque où la complexité est sans borne, il nous faut déceler, dans ce qui se met en place, le travestissement de la domination en protection et, de la permission en liberté. Et je ne peux résister à Tocqueville qui écrivait il y a plusieurs siècles dans « De la démocratie en Amérique » : «Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger ». 
Méditons cela ! 

Et donc désobéir c’est déjà faire une liste pour mettre en mots ce que nous pouvons faire. 
Désobéir est un des métadroits décrits par Antoinette Rouvroy. 
Désobéir c’est être responsable, et être responsable c’est donner du sens à sa et à la vie, dans l’action et dans l’engagement. 
On peut désobéir quand on supprime l’adoration du ou des chefs.
On peut désobéir en cessant de surestimer le coût, les conséquences négatives de la désobéissance.
On peut désobéir en cessant de se détourner des questions importantes.
On peut désobéir en refusant de s’habituer, de s’accommoder à l’obéissance.
On peut désobéir en cessant d’avoir peur du chaos, du jugement des autres, de l’ostracisation, des conséquences.
On peut désobéir en cessant d’être zélé, de surobéir, de servir les autorités aliénantes.
On peut désobéir en refusant le confort de la soumission et de la déresponsabilisation.
On peut désobéir en refusant de se couper de la réalité, aussi moche et atroce soit-elle.
On peut désobéir en refusant d’agir de façon automatique.
On peut désobéir en étant guidé par sa propre conscience et non celle d’idéologues, de dogmatiques, d’autorités aliénantes…
On peut désobéir en ne laissant pas un autre penser à notre place.
On peut désobéir en se découvrant irremplaçable pour aider autrui à être plus libre et non lui être soumis ou vouloir le soumettre.
On peut désobéir en découvrant l’impossibilité de se dérober à la tâche.
On peut désobéir en refusant la « neutralité » car la neutralité a pour effet de masquer sa responsabilité.
On peut désobéir en se libérant des illusions de la liberté.
Désobéir ne consiste pas à opposer raison et émotion, en privilégiant l’un ou l’autre, mais bien à réconcilier l’un et l’autre, l’un offrant un cadre à l’autre, et réciproquement.
Donc désobéir, c’est agir chacun à son niveau, et ça peut se faire : 
en hackant les contrôles, les « verrous », les symboles de pouvoir et tout ce qui représente ou bloque la liberté, l’autonomie, l’autodétermination ;
en occupant et en défendant des zones pour les soustraire au contrôle ou à une domination nuisible, insensée, destructive et contraire à la dignité humaine ;
en sabotant ;
en infiltrant les milieux problématiques puis en détournant de l’intérieur les mécanismes de destruction ;
en décidant de vivre selon le modèle de vie qu’on veut vivre ;
en détournant son travail pour en faire autre chose ; 
en libérant l’information ;
en donnant gratuitement ce qui est censé apporter du profit à des dominants ;
en aidant et en soutenant l’autre
Tout cela et plus encore peut se faire furtivement, publiquement, l’un n’est pas meilleur que l’autre, tout dépend des situations, et de l’efficacité possible de l’action. Les terrains d’actions peuvent être très divers, allant de la place publique à la rue, en passant par l’entreprise ou l’école, jusque sur le web.
Hacker, gripper, détourner c’est faire acte de non-violence, puisqu’il s’agit de condamner ou d’enlever de la violence. 
Enfin désobéir pour s’opposer à ceux qui perpétuent des dominations, les injustices et les oppressions. Désobéir,  c’est s’élever contre l’esprit de cour, c’est sortir du troupeau pour enfin être libre. Et revenons pour terminer à Tocqueville, désobéir pour éviter que la « nation [ne devienne] un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser ».

Références et sources 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-eco/la-chronique-eco-02-mai-2020 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-04-mai-2020 
https://www.laquadrature.net/2020/04/30/crise-sanitaire-la-technopolice-envahit-luniversite/
Projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions https://fr.scribd.com/document/459488341/Projet-de-loi-prorogeant-l-etat-d-urgence-sanitaire-et-completant-ses-dispositions#from_embed%20 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/05/HALIMI/61785 
https://lejournal.cnrs.fr/articles/des-applis-numeriques-pour-lutter-contre-la-pandemie-quels-problemes-ethiques 
https://www.hacking-social.com/2019/12/03/comment-desobeir-quelques-listes/
Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Œuvres II, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1992 
La désobéissance civile. Henry David Thoreau https://nowakowski.hypotheses.org/177 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.