Nowakowskismes 4.19. « Confinement semaine 7, jour 45 – Poétique du chaos, part 2, la loterie… »

Nous sommes le 30 avril 2020, nous sommes en semaine 7 et jour 45 du confinement. 
Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, les Nowakowskismes continue leur exploration de la « Poétique du chaos  » et l’épisode 2 s’intitule « La loterie ». Accrochez-vous ça va faire mal !

Ce matin de juin était clair et ensoleillé, et déjà une chaleur accablante pesait sur cette journée d’été. Le silence régnait dans la rue privée de voitures et du chant des oiseaux. Seuls l’herbe et de maigres adventices avait envahi les trottoirs. Les gens du quartier commencèrent à se rassembler sur la place vers dix heures pour participer à La loterie. Dans les autres quartiers, on faisait de même, et dans les autres villes aussi. Dans certaines grandes villes, là où la concentration d’humains étaient plus forte, la loterie devait durer plusieurs jours, elle avait même certainement déjà commencé. 
Dans ce quartier de cette ville moyenne des régions de l’est, dans lequel ne vivaient que quelques centaines de personnes, la loterie ne durerait qu’une partie de la journée. C’est pour cela qu’elle pouvait sans problème démarrer à 10 heures du matin afin de permettre aux habitants de rentrer le soir pour prendre leur « apéro ». A midi, les habitants se contenteraient d’un repas tiré du sac. 
Une fois dehors, les enfants se réunirent les premiers tandis que les adultes étaient disséminés de-ci de-là. L’école étant fermée ou en accès limité depuis des mois, ce sentiment de liberté réduite avait du mal à passer malgré tout chez la plupart d’entre eux. Naturellement, ils avaient tendance à se rassembler tranquillement, à se rapprocher les uns des autres parfois timidement pendant un certain temps, avant de se mettre à jouer bruyamment et à évacuer le trop plein d’énergie accumulée. Leurs conversations portaient sur la classe qui n’avait pas vraiment repris, les programmes qu’ils regardaient sur les réseaux, les devoirs et les réprimandes et brimades qu’ils avaient dû endurer. 
Certains, comme conditionnés, avaient déjà rempli leurs poches de pierres, et tous les autres en firent autant, sélectionnant les pierres les plus lisses et les plus rondes. Les filles quant à elles s’étaient mises de côté, discutant entre elles, regardant par dessus leurs épaules, les garçons.
Les hommes commencèrent à se rassembler, à surveiller leurs propres enfants, à parler de la pluie et du beau temps, de la chaleur qui s’installait plus forte encore, des derniers discours politiques diffusés sur les réseau câblés, ou de rien. Certains se taisaient. Et se silence était lourd de sens. Ils se tenaient néanmoins ensemble, loin du tas de pierres qui grossissait dans un coin de la place inondée par les rayons du soleil. Quelques blagues fusaient, il semblait régner quelque chose d’une sorte de bonne humeur. Les femmes, certaines en tenues de sport, d’autres sur leur 31 arrivèrent peu après leurs hommes. Elles se saluaient et échangeaient quelques petits mots gentils et courtois avant de rejoindre leurs maris. 
Puis, femmes et hommes réunis, ils commencèrent à appeler leurs enfants afin qu’ils viennent les retrouver… à contrecœur, à pas lents, abandonnant les autres, et ces instants de liberté.
La loterie était supervisée depuis aussi loin que les habitants s’en souvenaient par un représentant de la métropole, évidemment pas toujours le même, chargé des activités civiques. Pour cette Loterie-ci, c’était un homme rond et jovial qui s’avançait. Quand il arriva sur la place, il portait la boîte en bois noir. Aussitôt, un murmure parcourut l’assemblée. Il fit signe de la main et on lui apporta une table assez large qui fut installée au centre de la place. La boite noire fut placée dessus bien en évidence, et il prit place à côté ouvrant un grand registre relié comportant l’année de la Loterie en chiffres argentés comme patinés par les années. Les habitants gardèrent leurs distances, laissant un large espace entre eux et la table, et surtout, entre eux et la boite. 
L’équipement original de La loterie avait été distribué il y a bien des années. Depuis, il avait été perdu. La boîte noire, en monolithe miniature qui trônait sur la table, semblait absorber la lumière qui se faisait de plus en plus intense. Elle avait été mise en service bien avant que le plus âgé des enfants présents naisse. Elle présentait de multiples éraflures, fissures et irrégularités d’origines inconnues, cicatrices du temps certainement, mémoires de débordements publics oubliés aussi. Souvent, il avait été envisagé la fabrication d’une nouvelle boîte, mais jamais personne n’avait osé bouleverser la tradition représentée par cette boîte noire. De plus, cette boite portait en elle sa propre histoire. Elle avait été fabriquée en récupérant quelques morceaux de la boîte qui l’avait précédée, celle qui avait été fabriquée quand le monde était devenu celui qui était le leur. Chaque année, après la loterie, les discussions revenaient invariablement sur le sujet de la fabrication d’une nouvelle boîte, mais chaque année, le sujet était oublié et rien n’était fait. Comme si une amnésie soudaine s’abattait sur l’instant passé. La boîte noire se détériorait au rythme des années, et de la succession des Loteries. 
Le fonctionnaire déverrouilla la boite et en vérifia le contenu. Des feuilles de papier pliées en deux étaient savamment ordonnées. Il entreprit de les éventer soigneusement. La nuit avant La loterie, les papiers étaient remplis au siège central, sur la base de directives reçues du pouvoir central, et mis dans la boite. Elle était ensuite enfermée dans le coffre fort gardé jusqu’à ce que l’heure soit venue, et que le fonctionnaire vienne la chercher le matin même de La loterie. Le reste de l’année, la boîte était rangée dans le local où étaient auparavant entreposées les urnes qui servaient pour les élections démocratiques. C’était il y a de cela bien longtemps.
Il y eu un peu d’agitation dans les instants précédant le moment où le fonctionnaire allait déclarer la session ouverte.
La loterie démarrait quand le fonctionnaire avait prêté serment s’engageant à veiller au bon déroulement de La loterie. Traditionnellement, et quand c’était possible, une petite formation de musiciens membres de l’ancien orchestre de la ville donnait un petit concert, concert joué sans trop d’entrain, ni de conviction. À l’origine, Il y avait aussi un salut rituel, que le fonctionnaire de la loterie devait adresser à chaque personne qui viendrait puiser dans la boîte, mais cela avait également changé avec le temps. Depuis quelques années, ce protocole avait été raccourci à son plus simple élément. Aussi, avait-il été jugé indispensable que le fonctionnaire ne parle qu’à la personne qui s’approchait de la boite au moment de cocher son passage sur le registre d’état civil.
Au moment, où le fonctionnaire cessa finalement de parler, et se tourna vers les gens assemblés, arriva en courant un des habitants, s’excusant platement de son retard et dans un souffle dit : « J’avais oublié que nous étions ce jour du mois de juin… ». Il tendit le cou pour voir à travers la foule et y retrouver des visages connus pour se rassurer. Les gens s’écartèrent, avec comme une bouffée de bonne humeur inattendue, pour le laisser passer à travers leurs rangs. 
«Eh bien, maintenant», dit sobrement le fonctionnaire, « je suppose que nous ferions mieux de commencer, d’en finir, afin que nous puissions retourner chez nous et prendre notre « apéro » tranquillement ? » 
Un silence soudain tomba sur la foule alors que le fonctionnaire se raclait vulgairement la gorge pour éclaircir sa voix. Il regarda la liste. 
« Tout est prêt ? » 
«Je vais commencer d’abord par les noms des chefs de famille ! »
Les hommes arrivèrent un à un à l’appel de leur nom et prirent un papier de la boîte. 
Le fonctionnaire reprit alors la parole : « Gardez le papier plié dans votre main sans le regarder jusqu’à ce que tout le monde ait eu son tour. C’est clair ? »
Les gens présents l’avaient fait tellement de fois qu’ils n’écoutaient qu’à moitié les instructions. La plupart d’entre eux étaient silencieux, ne regardant pas autour d’eux. Le premier homme se dégagea de la foule, et s’avança. Lui et le fonctionnaire se sourirent nerveusement. Il fouilla dans la boîte noire et en sortit un papier plié. Il le tint fermement par un coin alors qu’il faisait demi-tour et retournait rapidement à sa place dans la foule, sans regarder sa main.
La litanie de la lecture de la liste débuta et les hommes commencèrent à défiler chacun à leur tour devant la boite. 
Dans les rangs, quelques chuchotements, « Il semble que les loteries sont de plus en plus rapprochées ! » , une autre voix au dernier rang reprenant : « On dirait que nous avons fini avec la dernière, il n’y a que quelques jours ! » 
Les femmes retenaient leur souffle quand leur homme s’avançait devant la boite. 
Dans la foule, de plus en plus d’hommes tenaient les petits papiers pliés dans leurs grandes mains, les retournant encore et encore nerveusement. Les froissements de feuilles se faisaient entendre et ajoutaient à l’anxiété ambiante.
« Il paraît que dans d’autres villes, ils auraient renoncé à la loterie » dit une voix jeune. 
D’autres voix répondirent : « Si on écoutait les jeunes, il faudrait revenir aux temps anciens, enfermés, et personne qui ne travaille ! » 
« De toute façon, la loterie est là depuis toujours, et elle est nécessaire ! » 
Après cela, il y a eu une longue pause. Certains en profitèrent pour casser la croute. Les hommes gardaient le papier bien plié dans leurs mains. Puis ce fut le tour des femmes et des adolescents. 
« N’oubliez pas », a rappelé le fonctionnaire, « prenez les feuillets et gardez-les bien pliés jusqu’à ce que chaque personne en ait pris un ! » 
Les gens commencèrent à regarder autour d’ eux pour voir les têtes et les familles qui se regroupaient. 
« Eh bien, tout le monde, nous avons bien avancé, mais il faut nous dépêcher un peu plus pour rester dans les temps » a déclaré le fonctionnaire en consultant la liste et le nombre de personnes qu’il restait à appeler.
Des groupes se formaient, et on distinguait très bien les différences. Ceux qui ne voulaient pas faire de vague, ceux qui faisaient partie de l’élite locale, ceux et celles qui se fondaient dans la masse, et un peu à l’écart, les artistes, les marginaux, ceux que la communauté tolérait. 
Les adolescents s’approchèrent. 
Le fonctionnaire demanda à ce qu’on aide le petit Christophe, c’est la première fois qu’il était appelé devant la boite.  
« Prends le papier dans la boîte, Christophe », déclara le fonctionnaire. Christophe mit sa main dans la boîte en souriant timidement. Il s’éloigna en gardant précieusement le papier plié dans son poing serré. Puis ce fut le tour d’une jeune fille, Christelle. Elle avait environ quinze ans, elle avança en respirant profondément, elle hésita, signa le registre et, regardant autour d’elle, elle arracha un papier et le tint derrière elle en retournant dans les rangs. 
Et ce fut le tour du dernier de la liste. 
« Très bien chers amis » dit le fonctionnaire. 
Pendant une minute, personne ne bougea, puis toutes les feuilles de papier furent ouvertes.
Les gens commencèrent à regarder autour d’eux pour voir les expressions sur les visages. Certains se tenaient silencieusement, d’autres regardaient le papier dans leur main. Il y eu des soupirs de soulagement, certains ouvrirent leur papier en même temps, et pouffèrent de rire en se tournant vers la foule tenant leurs papiers au-dessus de leurs têtes.
Soudain, un murmure s’éleva et gonfla, les femmes commencèrent à parler en même temps, les voix s’élevèrent et une question commença à envahir l’espace sonore de la place : « Qui est-ce ? Qui est désigné ? »
Tous les regards commencèrent à se tourner vers quelques-uns. 
Le vide se fit autour d’eux. Ils regardaient leurs papiers, et on distinguait très bien dessus une tache à l’encre rouge. Telle un sceau. Tous les autres avaient dans leur main, une tache à l’encre verte. 
Leurs lèvres formaient les mots : «  ce n’est pas juste ! »
Bien que les habitants aient oublié les origines réelles du rituel, perdu la boîte noire d’origine, ils n’avaient jamais contesté la loterie. Ils n’avaient pas non plus oublié d’utiliser des pierres sans même se demander d’où venait cela. C’était comme ça et, ce qui se passait de génération en génération, c’est que la loterie était indispensable à la survie de la communauté humaine. 
Le tas de pierres tel que les garçons l’avaient fait en début de journée était prêt. 
« Ce n’est pas juste ! » 
Les habitants, ils étaient au nombre de 7, dont le papier était marqué de rouge s’agitaient. Et la foule commençait à les encercler. 
Les enfants avaient déjà des pierres en main. Et on s’était arrangé pour donner quelques petits cailloux aux plus petits.
« Ce n’est pas juste ! » s’élevait mais les mots commençaient à se noyer dans le brouhaha de la foule s’agitant. 
Chacun avait choisi sa pierre. Pour certains, plus grosses, d’autres l’avaient choisi plus affutée, … il y avait des pierres sur le sol et aussi les papiers marqués de vert qui avaient été sortis de la boîte. 
Le groupe des 7 était maintenant au centre d’un espace dégagé, et certains d’entre eux tendaient désespérément les mains alors que les habitants se dirigeaient vers eux. 
« Ce n’est pas juste », fut-il dit. 
Une première pierre fut lancée et frappa sur le côté de la tête celui qui venait de parler. 
« Ce n’est pas juste, ce n’est pas juste »…. 
Puis la foule fut sur eux. 
Quand tout fut terminé, le fonctionnaire prit une dernière fois la parole. 
« Chers et chères compatriotes, avant de vous laisser rentrer chez vous pour prendre votre apéritif de fin de journée bien mérité, souvenons-nous que la Loterie est là pour nous protéger. Elle a été mise en place par nos ancêtres dans des temps de douleur, nos ancêtres qui, par leurs sages décisions, ont réussi à préserver l’humanité. À cette époque, ceux qui étaient marqués de rouge étaient des dangers pour les autres et devaient être sortis de la société. 
Génération après génération, La loterie, la boite noire sont devenues les justes continuations des décisions qui ont permis aux hommes d’être toujours là. Être marqué du rouge, c’est n’avoir pas été jugés dignes de perpétuer l’histoire. 
Chers et chères compatriotes, la Loterie c’est la vie, la Loterie est notre héritage. Elle est ce que nous devons aux sacrifices des générations qui nous ont précédés. 
Chers et chères compatriotes, rendez-vous à notre prochaine loterie ».

Je vous laisse méditer cela. 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

À Hongkong, on impose un capteur au poignet des personnes en quarantaine. Cette option fait l’objet de tests et de propositions en Italie, en Corée du Sud et au Liechtenstein pour certaines catégories de citoyens à risque. En Belgique, il est envisagé de tester un bracelet « intelligent » permettant de vérifier la distance physique entre les individus. En France, c’est StopCovid. Cette application a vocation à être installée sur tous les smartphones, mais elle vise tous les citoyens, malades ou non. Ainsi chaque jour, toutes nos interactions humaines seraient enregistrées par un outil de surveillance étatique, sur lequel pèse l’ombre d’intérêts privés d’entreprises technologiques.
Le consortium universitaire européen Pan-European Privacy Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT) a vu le jour à la suite de la pandémie. Des « scientifiques de bonne volonté », des géants de la « tech », évidemment les « start-up » et des intérêts politiques se sont attelés dans l’urgence et sans réfléchir à la conception du capteur de contacts le plus puissant possible, et ce « dans le respect des lois ». Ce projet combine les intérêts économiques d’acteurs privés, tels les grands groupes industriels nationaux, le secteur automobile et les banques en Italie, les télécoms et les professionnels de l’hébergement informatique en France, mais surtout les GAFA. Ce ne sont pas Facebook et Amazon, mais Google et Apple qui ont tout de suite proposé d’héberger les applications de suivi de contacts sur leurs plateformes. Au-delà des aspects technologiques, la menace vient aussi des ambitions de certains milieux politiques européens de pouvoir s’enorgueillir de leur volonté de lutter contre l’épidémie, détermination matérialisée par le déploiement à grande échelle de cette solution technique utilisant les données personnelles. Parce que StopCovid n’offre aucune garantie sur les finalités exactes de la collecte de ces données et à aucun moment tous ces apprentis sorciers n’ont pas réfléchi à la phase qui suit la collecte, au traitement qui sera fait de ces informations sensibles, quels algorithmes les analyseront, avec quelles autres données seront-elles croisées ? Que se passerait-il, par exemple, si une plateforme de livraison à domicile décidait (cela s’est passé récemment en Chine) de donner des informations en temps réel sur la santé de ses coursiers ? Comment pourrait-on empêcher un employeur ou un donneur d’ordres de profiter dans le futur des données sur l’état de santé et les habitudes sociales des travailleurs ? Regardez les petits scénarios qui ont été imaginés par un groupe de chercheurs dans ce petit article très pédagogique intitulé « Le traçage anonyme, dangereux oxymore ». 
Face à ces enjeux, c’est l’implication à parts égales des citoyens, des institutions, des organisations et des territoires qui nous permettra de repenser notre rapport à la technologie et à ce modèle imposé de gouvernance StopCovid centré aux mains d’une poignée d’acteurs étatiques et marchands et n’offrant aucune garantie contre l’évolution rapide de l’application en un outil coercitif, imposé à tout le monde. Un tel dispositif entraînerait un recul fondamental en matière de libertés tant sur la liberté de déplacement, notamment entre les pays qui refuseraient d’avoir des systèmes de traçage ou qui prendront ce prétexte pour renforcer leur forteresse, que sur la liberté de travailler, de se réunir ou sur la vie privée. Les pouvoirs publics, les entreprises et les chercheurs qui, dans le courant des dernières semaines, sont allés de l’avant avec cette proposition désastreuse, ressemblent à des apprentis sorciers qui manient des outils dont la puissance destructrice leur échappe. 

Références et sources 
Le traçage anonyme, dangereux oxymore. https://risques-tracage.fr
https://www.laquadrature.net/2020/04/14/nos-arguments-pour-rejeter-stopcovid/
« StopCovid est un projet désastreux piloté par des apprentis sorciers » https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/25/stopcovid-est-un-projet-desastreux-pilote-par-des-apprentis-sorciers_6037721_3232.html 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.