Nowakowskismes 4.17. « Confinement semaine 5, jour 31 – C’est la lutte finale… »

Au Japon lorsqu’on reconstruit un temple, et ils sont reconstruits tous les trente ans parce qu’ils sont en bois, il y a toujours trois générations impliquées. La plus vielle génération a déjà reconstruit le temple à deux reprises ; celle du milieu une fois ; et la dernière, jamais encore. Ainsi, la plus ancienne génération enseigne à celle du milieu, qui enseigne à la plus jeune. Les plans primitifs sont donc conservés même s’ils sont enrichis de matériaux différents et s’inscrivent, dans ces architectures ancestrales, les empreintes des bâtisseurs successifs. Et ce processus se répète depuis des centaines d’années. Aux motifs qui se répètent, s’ajoute ainsi la variété des contributions de toutes les générations impliquées. Et parce que le futur n’est pas sans les liens qui le relient au vivant, à la matière et à tout ce qui précède, il garde les mémoires des expériences des vies passées. 
Et nous alors ? 
Et bien nous, nous avons coupé un à un tous les fils qui nous relient au vivant, qu’il soit végétal ou animal. Nous avons aussi coupé un à un les liens qui nous connectent au vivant en nous, inscrit dans une histoire, dans un rapport au monde, dans un équilibre stable et souvent instable. 
Nous sommes la Terre. Hubert Reeves, par exemple, a écrit que nous sommes poussières d’étoiles, et même plus que cela, puisque nous, tout nous, devons tout à des algues, à des coraux des premiers océans de la Terre. Nous sommes le vivant. Nous sommes la Terre. La majorité de l’humanité l’a oublié, caché, évacué et a pu aisément occulter et participer à sa destruction. Avec l’émergence de la modernité, des Lumières, nous nous sommes considérés comme détachés du vivant. Il est devenu ce décor qu’on a baptisé la « nature » !
Ne sentez-vous pas qu’il est urgent de renouer avec le vivant pour mieux le préserver, le protéger et nous donner la chance d’exister ?  
Ne sentez-vous pas qu’il est temps de sortir le vivant de sa position d’arrière-plan, de sa place de fond d’écran sur nos ordinateurs ? 
Ne pensez-vous pas qu’il est maintenant temps de donner au vivant qui est en nous et avec nous une plus grande intensité, la plus belle ampleur possible ?
Ne pensez-vous pas qu’il nous faut balayer ce qui nous a amenés à accepter que nous sommes plus grands, plus brillants grâce à la technologie, à l’intelligence artificielle, à la connexion au réseau, que sans cela notre liberté ne peut se concevoir ? et qu’il est temps de faire plus de place à nos émotions, nos sensations ?…  
Ne pensez-vous pas que si la vie a un but et un sens, cela consiste à tâcher d’être vivants et à apprécier le chemin qui nous mène à l’acceptation de notre fin ?  
Nous sommes le 16 avril 2020, nous sommes en semaine 5 et jour 31 du confinement. 
Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, alors que tout est arrêté, les Nowakowskismes s’intéressent à l’après. Après des émissions qui se sont intéressées aux faces sombres de ce temps, ce soir, nous essaierons de réveiller nos imaginaires, de faire émerger un récit qui ne soit plus celui qui a fait de la domination du monde et du vivant, le seul horizon. Ce soir les Nowakowskismes sont là pour que, en paraphrasant TS Eliot, « ceux qui s’en furent, vers l’autre royaume de la mort, ne gardent pas mémoire de nous comme des hommes creux, des hommes empaillés ! »

Le vrai défi imaginaire est d’affronter le monde qui s’impose à nous en ces temps, temps où la pensée reste libre de vagabonder, de s’arrêter pour se ressourcer, de plonger dans des contrées rêvées non pas pour fuir le réel mais pour le refaçonner.
Comment imaginer les renaissances à construire, les évitements fertiles, les combats féroces nécessaires à mener contre le techno-capitalisme ? Comment en finir avec les mythes « technocrétins » en créant nos propres mythes empreints d’un imaginaire collectif ?
Imaginer le monde d’après. 
Une explosion des imaginaires, si ce n’est pas déjà le cas, doit donc être initiée. Pour un monde plus résilient, plus sobre, plus solidaire, et ainsi se ré-approprier les imaginaires anxiogènes qui rampent un peu partout aujourd’hui ! 
Rien de plus « volutionnaire » que la joie ! La qualité d’une lutte et d’un imaginaire ne se mesure pas à ce qui est obtenu mais à ce qu’ils font de nos vies et dans nos vies, par la fierté, la noblesse de se (re)dresser et d’avancer, le tissage de et avec tous les modes du vivant ! 
Le défi est d’imaginer un monde autre, capable de résister aux chocs sanitaires, respectant et accueillant la diversité du vivant, capable de résister et d’offrir des réponses aux chocs climatiques, qui sont amenés à se multiplier encore, pour s’y adapter et espérons-le, éviter des guerres supplémentaires. 
Des initiatives, et c’est important, commencent à se multiplier au coeur de cette épidémie de Covid-19 encore loin d’être endiguée. Des propositions émergent visant à intégrer dans la logique économique et politique la transition écologique et la lutte contre le changement climatique.
Dans une étude publiée le 1er avril, des chercheurs de l’Institut pour l’économie du climat (I4CE) et de l’université Paris-Dauphine proposent une trentaine de mesures dans sept secteurs-clefs de la stratégie nationale bas-carbone (SNBC), l’outil de pilotage qui indique comment la France entend réduire ses émissions de gaz à effet de serre. 
Ils suggèrent d’accélérer la rénovation des logements, de favoriser la production d’électricité renouvelable, de développer les transports en commun, les infrastructures ferroviaires, les réseaux cyclables et les voitures bas carbone, par exemple en restreignant la circulation des véhicules les plus polluants puis en interdisant leur vente, ou en développant les infrastructures de recharge pour véhicules électriques.
Ainsi, associées à un plan de financement public de 7 milliards d’euros par an, ces mesures permettraient de déclencher 19 milliards d’euros d’investissements publics et privés supplémentaires chaque année jusqu’en 2023. Cette approche permettrait de remettre globalement la France sur les rails de la stratégie nationale bas-carbone mais aussi de contribuer à soutenir l’activité économique en sortie de crise, tout en renforçant notre société face à des chocs futurs. Ceci contrairement au plan de relance qui a suivi la crise financière de 2008-2009 qui avait été conçu sans ambition climatique, et qui explique en partie le retard accumulé en France en 2020.
Un autre exemple est celui du Fonds mondial pour la nature (le WWF), qui recommande de conditionner les aides aux grandes entreprises à leur engagement à s’investir dans la transition écologique, propose de s’appuyer sur la « taxonomie verte » de l’Union européenne. Il s’agit d’une classification des activités économiques en fonction de leur empreinte écologique adoptée en décembre 2019. L’idée est d’aider les entreprises à se relever mais pas à n’importe quelles conditions ! En ne subventionnant plus les énergies fossiles, on peut espérer décourager leur utilisation et on encourage ainsi le renouvelable. Aux secteurs des transports et de l’énergie, il y a également nécessité de réformer l’agriculture, en réduisant notamment les importations de protéines végétales pour l’alimentation animale, en changeant notre alimentation et en luttant contre la déforestation importée.
D’autres avancent d’autres options ! 
On ne parle plus de plans de relance, mais de « plans de transformations » de l’économie et de la société plus radicaux pour « ne pas reproduire les erreurs du passé ». Le député Matthieu Orphelin (du groupe Libertés et territoires) a conçu 39 propositions qui ont été soumises au président de la République et au premier ministre. Ses propositions vont d’une revalorisation des métiers de la santé au triplement du rythme de rénovation énergétique des logements, en passant par un grand plan sur la sobriété numérique. Pour financer ces mesures, il propose une hausse des droits de succession et de mutation pour les plus gros patrimoines ou une extension de la taxe sur les transactions financières vers un investissement public beaucoup plus fort dans les domaines du climat, de la biodiversité ou de la santé.
D’autres idées prennent le parti inverse. C’est ce que fait The Shift Project qui travaille à des solutions en faveur d’une économie décarbonée. Il devrait d’ailleurs présenter dans les prochaines semaines une série de propositions. Il faudra juste que tous nous ayons conscience de la nécessité et l’urgence de ne pas repartir sur les mêmes bases ! 
Qu’est-ce qui nous garantit qu’une fois sortis de cette crise, on adopte des politiques économiques vertueuses ? Rien à ce jour, si ce n’est l’espoir que l’humain soit capable d’apprendre des leçons que la vie lui met sur son chemin. À tous les niveaux de la société, la majorité, une fois la crise derrière nous et la « liberté » retrouvée, ne va-t-elle pas se lancer de plus belle dans la course à la croissance, au pouvoir d’achat, à la consommation oubliant une fois de plus l’écologie et l’environnement. Ne risquent-ils pas une fois de plus, une fois de trop, de passer à la trappe ?
C’est là que nos imaginaires doivent agir, que la joie, l’attention au monde doivent être toujours là ! 
Malheureusement, d’autres exemples commencent à se multiplier. Le 28 mars dernier, Matthieu Orphelin et 44 députés de tous bords ont déposé un amendement à la loi d’urgence face au Covid-19 pour proposer un « grand plan de transformation de notre société en faveur du climat, de la biodiversité, de la solidarité et de la justice sociale ». Il a été rejeté sans même être débattu, après l’avis défavorable du gouvernement. 
Que restera-t-il dans quelques semaines du discours d’Emmanuel Macron appelant à nous réinventer, lui y compris ? 
Que restera-t-il des bonnes intentions de la population ? Il semble qu’en Chine, le « jour du déconfinement », les chinois se soient précipités dans les magasins ! 
L’imaginaire de l’après se doit donc d’être partagé, discuté. Le même Matthieu Orphelin a lancé le 4 avril, avec 60 autres députés, une consultation en ligne pour « construire le jour et le monde d’après », dont la synthèse est prévue mi-mai. La Convention citoyenne pour le climat qui travaille depuis six mois sur des réponses à la crise climatique, a aussi débattu d’une stratégie de sortie de la crise du Covid-19 lors d’une session en visioconférence les 3 et 4 avril. Des dizaines d’initiatives de la société civile appellent à la mise en place d’un chantier participatif permettant à tous les citoyens de proposer des solutions et de délibérer. 
Ces pistes, ces jaillissements d’idées sont autant de sources d’imaginaires dans lesquelles puiser pour nous aider à élaborer un horizon anthropologique clair et désirable pour l’être humain. Il nous faut méditer et réagir et ne pas oublier à quel point cet humain est exploiteur, destructeur, pilleur de toutes les ressources naturelles, réduisant à l’esclavage l’ensemble du vivant ! Construire et partager de nouveaux imaginaires doivent nous permettre de nous rendre compte que nous sommes dans un cul-de-sac ! Et des questions doivent nous guider. Que voulons-nous devenir ? Quels équilibres viser dans le vivant ? Comment renouer avec nos biotopes ? Jusqu’où peut-on aller afin de composer avec la multiplicité du vivant et s’articuler harmonieusement avec lui ? Comment cohabiter avec toutes les autres formes de vie, sans naïveté ni prédation ? 
Arrêtons avec les imaginaires de la chute. Renouons avec le vivant, élevons-nous à nouveau. S’élever dans nos compétences du vivant et dans cet univers c’est favoriser les renaissances, les renouveaux, les bourgeonnements. C’est faire fleurir des imaginaires de vies en donnant une place à nos corps, résultats de milliards d’années d’évolution et que nous avons en commun avec toutes les autres espèces. 
Alors frères et soeurs en humanité, il nous faut construire ces nouveaux imaginaires, et faire tout pour que ces mondes intérieurs invisibles se déploient dans l’inconscient collectif de nos sociétés pour faire rayonner notre devenir commun. 
Multiplier les imaginaires est un acte politique. Multiplier les imaginaires c’est entrer en lutte contre l’uniformité, le conformisme et bâtir une société vivante, et qui se garderait de flétrir de n’être capable de se régénérer. 
Revoyez le documentaire « Ni dieu, ni maître » de Tancrède Ramonet et la place de l’imaginaire dans la vision politique. Revoyez la violence avec laquelle les pouvoirs en place ont écrasé tous ces imaginaires afin d’interdire tout changement profond dans une société. 
Cette violence est l’indicatrice de l’intensité de la peur des sociétés en place face à ces nouveaux imaginaires.
Revenons à l’anecdote introductive de ces Nowakowskismes. Ces temples japonais reconstruits siècle après siècle, dans une continuité et une forme d’uniformité garanties par le passage entre les générations. Le passage entre les générations bien sûr, mais jamais au détriment d’imaginaires nouveaux. Cette machine nous impose encore aujourd’hui sa réponse qui dit que la manière dont nous vivons aujourd’hui est la seule souhaitable, et la seule possible, à moins que vous n’ayez des envies de revenir au moyen âge. Qu’il faudra travailler plus ! Même si en ces temps de crise, d’autres voix s’élèvent, qu’est-ce qui nous garantit que nous pourrons refuser, une fois la normale revenue, cet état de fait ? Mais il nous faut être forts et fiers, pour que face à la crise qui s’approfondira, notre sensibilité, notre présence au monde, notre liberté, notre égalité, nos imaginaires soient de plus en plus forts et surtout impossibles à étouffer !
Ces temps nous mettent certainement en situation de voir émerger de nouveaux imaginaires collectifs qui exprimeront comment nous voulons vivre autrement. 
Les imaginaires sont là, prêts éclore au grand dam de tout ceux qui se préparent à repartir comme avant ! Et ces gens-là ont toujours soutenu et entretenu ce système qui n’existe que pour broyer et pulvériser l’imagination humaine, pour détruire toute possibilité d’envisager d’autres futurs !
Réjouissons-nous ! Les bourgeons sont déjà là prêts à jaillir, c’est le printemps de nos vies. Il faut maintenant que la puissance venue de la multitude que nous sommes les amènent à émerger, que la multiplicité des visions s’agrège et les fasse tendre vers des objectifs communs pour sortir de la civilisation du tout-fossile, pour rendre notre système sobre et durable, pour renouer avec le vivant d’une manière inédite, pour nous ré-approprier notre identité de vivant et de genre, pour ré-articuler nos communautés de vie avec les écosystèmes de manière résiliente et respectueuse, pour réaffirmer l’égalité de tous les êtres et tendre vers sa réalisation concrète, pour éliminer l’argent, pour renforcer la souveraineté populaire dans un cadre démocratique novateur, pour proposer de nouvelles conceptions de la Liberté, de l’État, du Temps en s’inspirant d’expériences qui ont fonctionné… 
Mais attention nos imaginaires voudraient aussi des coupures bien propres, des ruptures bien nettes ! Or les recommencements n’ont jamais cette netteté, ils sont peuplés de rebonds, de rechutes, de piétinements. Il va falloir nous armer de patience aussi. Il va falloir résister contre l’amnésie qui viendra et surtout, il va falloir nous battre pour produire des transformations à la hauteur de l’événement et de nos imaginaires.
N’oublions pas ceci frères et soeurs en humanité que  « la révolution commence lorsqu’on se demande quel genre de promesses se font les hommes et les femmes libres entre eux, et dans quelle mesure, en les faisant, commençons nous à créer un monde meilleur ». 
Wallace Stevens, un des poètes précurseur majeur de la poésie moderne américaine a écrit ceci : « Il faut voir le monde avec un oeil neuf, et sentir qu’on peut le réinventer ». 
Je vous laisse méditer ! Et écouter cela ! Les Béruriers noirs, et la Makhnovtchina, en hommage à cette armée insurrectionnelle d’inspiration anarchiste qui combattit de 1918 à 1921 durant la guerre civile russe.

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 

Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Références et sources
America n°12. L’Amérique aime-t-elle la guerre ? Interview de Margaret Atwood.
Socialter. Hors série. Le réveil des imaginaires. 
Le Monde le 6 Avril 2020 : https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/06/en-france-les-pistes-pour-imaginer-le-monde-d-apres_6035721_3234.html 
« Taxonomie verte » de l’Union européenne – https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/12/19/les-etats-europeens-trouvent-un-accord-sur-la-classification-des-activites-economiques-vertes_6023445_3244.html 
Les Hommes creux (The Hollow Men), T. S. Eliot, 1925
Ni dieu, ni maître. Tancrède Ramonet
Livre 1 – https://youtu.be/xV4GfHjJAtE 
Livre 2 – https://youtu.be/yxre_Cd5TAI  

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.