Nowakowskismes 4.16. « Confinement semaine 4, jour 24 – Sorry children »

« Nous autres » est le journal intime – et littéraire – d’un homme nommé « D-503 » qui nous écrit à nous, Hommes du passé, car il sait que dans le futur jamais personne ne pourra le lire. L’État Unique décrit dans le roman est un État totalitaire qui prétend régir mathématiquement toutes les activités humaines et faire ainsi le bonheur des hommes au détriment de leurs libertés individuelles.
Ce livre contre le totalitarisme qui fut interdit par Staline, est la matrice de livres bien plus connus comme le 1984 d’Orwell ou Le Meilleur des mondes d‘Huxley. 
D-503, personnage central du roman, est un homme du quatrième millénaire, habitant type d’une société planétaire urbaine, vidée des campagnes et des paysans, qui impose le devoir d’Harmonie entre tous les individus-numéros sous la direction du Bienfaiteur, numéro entre les numéros, après avoir décrété que le seul moyen de délivrer l’homme du crime, c’est de le « délivrer de la liberté ». 
Dans cette ville enclose du « mur vert », le « Mien » est impossible,  il n’y a que le « Nous ». C’est une société-fourmilière faisant un seul corps aux millions de mains régie par les « Tables des Heures ». Tous les humains se lèvent et s’abandonnent au sommeil au même moment comme un seul numéro, tous mastiquent au même rythme la « nourriture naphtée », tous se rendent au même instant à la « salle d’exercice de Taylor », et ainsi de suite. Dans cette société, le plus grand des « monuments littéraires » parvenus jusqu’à cette société qui vénère la ligne droite et la « beauté du mécanisme » est l’ « Indicateur des Chemins de fer ». L’autre ouvrage vénéré est la Bible de Frederick Winslow Taylor, l’inventeur du management scientifique, le « prophète qui a su regarder dix siècles en avant ».
Pour guérir de la véritable maladie, celle de l’ « imagination », les « ennemis du bonheur » doivent subir la « Grande opération » qui fait de l’homme une machine parfaite et ouvre ainsi le chemin du bonheur. Lobotomisé, le cerveau devient un mécanisme réglé comme un chronomètre, brillant, sans une poussière, parce qu’un mécanisme n’a pas d’imagination et ça c’est la perfection !
« Nous autres » une une lecture que je recommande ! 

Nous sommes le 9 avril 2020, nous sommes en semaine 4 et jour 24 du confinement. 
Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, alors que tout est arrêté, les Nowakowskismes creusent les dérives dont il faut se méfier au risque de voir arriver un avenir terrifiant et surtout un présent terrifiant pour nos enfants  : « Chaque époque rêve la suivante, mais il nous faudra veiller à ce que le rêve de l’une ne devienne pas le cauchemar quotidien de l’autre ». 

Près de 4 milliards de personnes confinées ! 
Travail, interactions humaines, apprentissages, consommation… confinés ! Lockdown !
Tout à coup, en quelques jours, la plupart d’entre nous a été projeté dans une réalité complètement différente, une réalité dans laquelle la quasi-totalité de nos relations, de nos actions, de nos rapports au monde ne se fait plus qu’à travers le réseau, … la matrice comme certains l’ont nommée. 
Elle est enfin là ! Prophétisée, décrite, mise en scène… 
Cette situation qu’on se racontait dans nos histoires à faire peur est notre quotidien depuis des semaines, et encore, semble-t-il, pour des semaines. 
Mais la peur est mauvaise conseillère ! 
Déjà pensez-vous que transformer tout un pays en un pays pestiféré, où chacun regarde l’autre comme une occasion de contagion, soit vraiment la bonne solution ? 
Quand vous sortez une fois par semaine pour acheter votre pain, avez-vous remarqué que les autres croisés ne vous regardent plus, qu’ils fuient jusqu’à votre regard, comme si un regard devenait dangereusement contagieux. L’autre est un danger pour soi ! Et semble-t-il, nous sommes un ennemi pour lui ! N’a-t-on pas entendu évoquer que  « nous sommes en guerre », « nous sommes en état de guerre » ? Instaurer la peur et la défiance ne va-t-il pas à l’encontre des valeurs républicaines qui nous rassemblent ?
Et donc pour éviter la contagion des uns par les autres, et contraindre les récalcitrants à rester chez eux, et comme l’explique Giorgio Agamben, la fausse logique est toujours la même. C’est-à-dire que  comme face au terrorisme avec l’instauration de l’état d’urgence, dispositif d’exception entré dans le droit commun, on nous a fait accepter qu’il fallait « supprimer la liberté pour la défendre », nous devons accepter de « suspendre la vie pour la protéger » !
Et là, nous avons eu beau le voir et le revoir dans des dizaines de films et de séries, le lire et le relire dans des dizaines de livres, nous n’y sommes pas allés de main morte ! 
Des drones équipés de haut-parleur survolent les rues d’un grand nombre de métropoles françaises, ordonnant aux passants de rentrer chez eux. Le gouvernement ayant décrété l’état d’urgence sanitaire, des couvre-feux ont été instaurés dans une centaine de villes, ce qui concerne au total plus de 2 millions d’habitants. À Perpignan, la sirène retentit tous les soirs pendant cinq longues minutes à 19 h 50. À 20 h, plus rien ne bouge, seuls les véhicules de police patrouillent, les gyrophares allumés. La nuit, à Nantes et à Rennes, un hélicoptère de la gendarmerie, muni de caméras infrarouges, guette « les récalcitrants » et les« indisciplinés ». Dans les Vosges, un hélicoptère patrouille au dessus des crêtes afin de débusquer les randonneurs. En Isère, le préfet a interdit l’accès aux montagnes et aux forêts. À Sanary sur Mer, une ville de 16.000 habitants, le maire a pris un arrêté interdisant de se déplacer pour acheter des produits à l’unité, puis un autre interdisant les sorties à plus de 10 mètres de son domicile. Dans les Alpes-Maritimes, un arrêté interdit de se baigner…
Tous les jours, 100.000 membres des forces de l’ordre quadrillent le territoire national. 
Jeudi 9 avril, après quatre semaines de confinement, on dénombrait plus de 9 millions de contrôles et presque 600000 amendes pour non-respect du confinement. 
Mais ce qui est important à mentionner c’est que toutes les dérives possibles sont déjà en germe. 
En effet, en face du législateur affaibli par les contraintes de confinement et n’étant pas en capacité de siéger, l’état d’urgence permet à l’exécutif de gouverner par ordonnance. La loi du 23 mars que vous mentionnez quand vous rédigez l’attestation de sortie et qui régit tout cela, inscrit l’état d’urgence sanitaire dans le code de santé publique, c’est-à-dire dans la durée. La loi a été votée en un week-end, et promulguée dix jours après les premières mesures de confinement, afin de leur donner un cadre légal solide. D’ailleurs, le décret du 16 mars qui limitait déjà la liberté d’aller et venir, pris par le premier ministre, posait problème : le Conseil d’Etat s’est alors appuyé sur la « théorie des circonstances exceptionnelles », qui remonte à la première guerre mondiale, pour valider la mesure. La loi du 23 mars s’inspire, elle, de la loi de 1955 prise au début de la guerre d’Algérie, et accorde au premier ministre des pouvoirs importants, sans autorisation judiciaire, qui lui permettent de limiter la liberté d’aller et venir, de se réunir, d’entreprendre et lui donnent la possibilité d’ordonner toute réquisition de biens ou de services ! Un sérieux coup d’épaule dans les règles fondamentales d’un Etat de droit !
À cela donc vient se superposer une rhétorique guerrière qui se banalise de plus en plus, associée au culte du héros. 
Nous sommes entrés dans une époque qui consacre également les militaires. 
Des conseils de défense sont organisés chaque semaine, les armées sont mobilisées et le général Richard Lizurey, ancien directeur de la gendarmerie nationale, vient d’être nommé auprès d’Édouard Philippe pour évaluer la gestion interministérielle de la crise du Covid-19. Pour rappel, ce personnage s’est fait remarquer en menant l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et dans la répression du mouvement des Gilets jaunes ! 
Et bien sûr, il n’y a pas que les militaires. 
L’un n’allant pas sans l’autre, et parce que, pour que tout cela fonctionne, il faut une bureaucratie tatillonne. Et elle est bien là ! 
La bureaucratie a fait ce qu’elle s’est très bien faire, elle a donc développé tout « un art de l’attestation de déplacement dérogatoire ». D’ailleurs, il est à redouter de voir s’installer durablement « la toute-puissance de l’administration, c’est-à-dire la toute-puissance du contrôle, du formulaire, du fichage, de la sanction, et l’absurdité de toutes les joyeusetés dont l’administration est friande qui la justifient, qui la légitiment ». En effet, rien qu’en quelques semaines, le format de l’attestation dérogatoire a été modifié à plusieurs reprises. Et à chaque changement, il s’est complexifié jusqu’à obliger les citoyens à y inscrire leur date et lieu de naissance. Et toujours dans cette logique, de nombreuses personnes ont été verbalisées pour avoir simplement « mal rempli » leur attestation, avoir omis des informations ou l’avoir écrite simplement au crayon de papier.
Et maintenant, c’est un QRcode qui est généré une fois que vous avez saisi en ligne toutes les informations, nom, prénom, adresse, lieu et date de naissance… et, bien sûr, aucune information n’est stockée… c’est ce qui est dit sur la page… 
Et donc aux contrôles physiques viennent s’ajouter maintenant toute une panoplie de gadgets high-tech et de surveillance. Le solutionnisme technologique est la réponse vers laquelle cette organisation se tourne pour gérer la crise. Il est toujours le moyen idéal qui permet de masquer les failles des politiques publiques en matière de santé et de prévention mais ne masque en aucun cas, leur inadaptation face à la situation, aussi inédite soit-elle.. 
Alors qu’en est-il ? 
Il n’y a pas si longtemps que cela, on ne déployait qu’occasionnellement des drones dans le cadre des missions de maintien de l’ordre. Dans ces dernières semaines, leur emploi se généralise. Aujourd’hui, on en compte une vingtaine en fonctionnement, rien qu’à Paris. Les drones deviennent les agents indispensables du confinement. D’ailleurs la gendarmerie rêve de pouvoir développer ce qu’elle appelle innocemment « le drone du quotidien ». Elle espère en fait que, dans un futur très proche, chaque compagnie en dispose d’au moins un. Et comme il y a de la demande, les affaires vont bon train dans le petit monde de la « High tech ». 
Ainsi, en l’espace d’une semaine, la société Flying Eye, installée à Sophia-Antipolis a vendu une trentaine de drones de la marque chinoise DJI. Équipés d’un haut-parleur intégré, ils ont été vendus aux organismes chargés d’appliquer les consignes de confinement. 
À Metz, l’entreprise Two-i qui s’est déjà fait remarquée en testant dans la stade de Metz son système de reconnaissance faciale (voir les Nowakowskismes 4.10. « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… » https://nowakowski.hypotheses.org/1020), fait même des offres promotionnelles ! Elle a donné un accès gratuit aux forces de l’ordre à sa technologie permettant de détecter les attroupements. Bien sûr, les dirigeants de cette entreprise se targuent de mettre au service des centres de sûreté urbaine un outil qui « pourrait permettre de sortir plus rapidement du confinement, en s’assurant qu’il est respecté » ! 
On assiste à un emballement généralisé en matière de surenchères technologiques à des fins de surveillance. Il y a quelques semaines, quand on voyait des images des drones chinois dans les airs diffusant des messages à la population, ça semblait de la science-fiction. Jamais ça chez nous !
Mais la réalité c’est que ça se passe chez nous. La pandémie, le confinement, donnent ainsi au pouvoir une occasion rêvée de légitimer tout un tas de solutions inacceptables il y a encore quelques semaines mais indiscutables au vu de l’organisation qui a été mise en place !
Comme toujours, quand une technologie est disponible, elle finit toujours par être utilisée !
Le corollaire de l’emploi de ces technologies c’est bien sûr toutes les données captées et stockées par les smartphones. Plusieurs applications smartphones fonctionnent déjà. Par exemple, CoronApp est une application qui a été créée en 78 h. Son slogan parle de lui-même : « Mieux qu’un vaccin une application. » Elle s’enveloppe de tout ce qu’il faut pour être perçue comme « une démarche citoyenne ». L’application suit les mouvements des utilisateurs pendant 14 jours. Si un porteur du virus se déclare comme infecté par le Covid-19, le programme va retracer son parcours pour vérifier les personnes croisées et les informera via une notification sur smartphone de l’heure et de la date à laquelle ils ont été en contact avec cette personne. C’est la technique dite du « back tracking ». 
Dans un monde déjà hyper-connecté, mis encore plus sous tension, comment seront accueillies les personnes qui refuseront d’utiliser de telles applications ? Qu’adviendra-t-il des personnes qui, pour des raisons économiques, politiques ou autres, n’ont tout simplement pas de smartphone ? Pourra-t-on aller travailler ou faire nos courses sans pouvoir attester de la bonne santé de nos fréquentations ? Lorsque le temps du déconfinement viendra, nous laissera-t-on entrer dans tous les restaurants, centres d’accueil, bars, hôtels, boites de nuit, cinémas,… librement et non augmentés ?
Dans ces conditions, nous ne pouvons que redouter ce basculement culturel en faveur d’une surveillance massive de nos comportements hors-ligne, nous ne pouvons que redouter l’exclusion sociale de celles et ceux qui refuseront de céder leur sociabilité et leur corps au contrôle et à l’efficacité biologique. Qu’adviendra-t-il de celles et ceux qui refuseront « de devenir semblables à des machines, traçables et auditables en tout lieu ».
Tout ceci nous entraine sur la pente dangereuse d’une forme de servitude volontaire qui pourrait se transformer plus tard en contrainte avec l’injonction d’être, « un citoyen responsable ». 
En fait, est-ce que nous serions en train de transformer l’espace public en un espace quasi militarisé ? N’y aurions-nous accès que sous des conditions très strictes ? En fait, le coronavirus n’est-il pas en train d’agir en accélérateur de dynamiques qu’on observe déjà dans les safe cities, les «villes sûres» bardées de capteurs, à l’intérieur desquelles la vidéosurveillance devient «intelligente» et où les élus rêvent de reconnaissance faciale omnisciente.
En fait, ne serions-nous pas en train de laisser s’installer un Etat d’exception permanent ? Ce que cette épidémie montre clairement, c’est que l’Etat d’exception, auquel on nous a familiarisés depuis plusieurs années, est en plus devenu « normal ». « Nous autres », les humains avons tellement été habitués à vivre dans cet état de crise permanente que nous nous rendons même plus compte à quel point notre vie a été réduite ! Parler d’« efficacité » en échange d’une perte qui peut sembler somme toute minime de libertés publiques, c’est oublier que brider nos libertés n’est efficace que pour les producteurs de technologies de surveillance. 
Il y a eu, il y aura des moments où nous pouvons accepter d’adopter volontairement des comportements qui peuvent limiter notre liberté de circulation, mais il faut toujours demander pour combien de temps et en quoi cette limitation relève d’un choix responsabilisant pour les citoyens. Dans la situation présente, la date-limite à laquelle ces mesures vont s’arrêter reste très vague. De plus, la responsabilité des citoyens n’est même pas prise en compte. Il faut que les citoyens obéissent à toute sorte d’injonctions contradictoires qui les exposent à l’arbitraire de la répression. Et nous pouvons dire avec Antonio Casilli que « c’est la surveillance de masse, et non pas la vie privée, [qui est] la plus grande menace qui pèse sur notre santé et notre bien-être ». 
Aujourd’hui, il nous faut refuser définitivement et sans délais le système de surveillance de masse numérique qui se met en place. 
Sortir de la pandémie doit passer par l’humain, l’attention à l’autre et le rejet des systèmes de reconnaissance faciale. 
Sortir de la pandémie ne peut se faire qu’en responsabilisant les citoyens et en les incitant à mettre en place des formes d’entraide locale, et surtout pas en les menaçant avec des drones ou d’autres joujous dystopiques. 
Sortir de la pandémie c’est aussi garantir le secret médical strict, pour que les personnes malades ou contaminées puissent déclarer en toute confiance leur état à leur employeur, à leur assureur,… 
Juste comme cela et avant de conclure, ça ne vous rappelle en rien un monde dans lequel on ferme les universités et tous les cours se font en ligne, un monde dans lequel on empêche les citoyens de se réunit pour parler des questions politiques ou culturelles, un monde qui n’autorise que des échanges de messages numériques et qui favorise la consommation massives de produits divertissants préfabriqués par les entreprises du numérique, un monde dans lequel les machines remplacent tout contact, toute contagion, entre les humains ? Que toutes ces mesures acceptées nous servent à apprécier la fragilité de notre liberté future retrouvée et à inventer dès à présent le « jour d’après »….
Pour conclure avec Giorgio Agamben, « tout comme les guerres ont laissé en héritage à la paix une série de technologies néfastes, il est bien probable que l’on cherchera à continuer après la fin de l’urgence sanitaire les expériences que les gouvernements n’avaient pas encore réussi à réaliser ».
Je vous laisse méditer cela.
Et pour finir, un appel pour préparer ce « jour d’après » et la nécessité de mesures de rupture comme :
L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.
Parce qu’il ne s’agit pas ensuite de relancer une économie profondément insoutenable écologiquement et socialement ! Et pour cela les politiques publiques à long terme doivent garantir :
Un plan de développement de tous les services publics
Une fiscalité bien plus juste et redistributive, un impôt sur les grandes fortunes, une taxe sur les transactions financières et une véritable lutte contre l’évasion fiscale.
Un plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l’agriculture, de l’industrie et des services, pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations, de répondre à la crise écologique.
A vos plumes … non, à vos claviers, il est l’heure de signer !

Références et sources
https://www.laquadrature.net/2020/04/06/devenir-des-robots-pour-echapper-au-virus/ 
https://reporterre.net/Au-nom-du-coronavirus-l-Etat-met-en-place-la-societe-de-controle 
https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/03/30/en-france-l-etat-d-urgence-bouscule-l-etat-de-droit_6034889_1653578.html
https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/noam-chomsky-un-moment-critique-de-l-histoire-humaine
Pétition https://france.attac.org/se-mobiliser/que-faire-face-au-coronavirus/article/petition-plus-jamais-ca-signons-pour-le-jour-d-apres 
Nous autres, Eugène Zamiatine
Antonio Casilli : « Cette épidémie s’avère aussi un signal d’alarme à propos du numérique » Par Raphael Bourgois, https://aoc.media/entretien/2020/03/27/antonio-casilli-cette-epidemie-savere-aussi-un-signal-dalarme-a-propos-du-numerique/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.