Nowakowskismes 4.15. « Confinement semaine 3, jour 17 – Surtout pas ! »

Photo par Sylvain Dessi, Longwy Décembre 1978

Nous sommes le 2 avril 2020, nous sommes en semaine 3, et jour 17 du confinement. Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, alors que tout est arrêté, les Nowakowskismes posent cette question  : « Peut-on redémarrer le monde sur les mêmes bases que nous l’avons laissé avant le confinement ? »  

Tout est arrêté ! Peut-on alors redémarrer autrement ?
N’avons-nous pas dans le quotidien de nos vie la preuve que c’est possible ! 
En effet, en quelques semaines, il a été possible de suspendre partout dans le monde et au même moment, un système économique dont on nous disait jusqu’ici qu’il était impossible à ralentir ou à rediriger. 
À tous les arguments des écologistes sur la nécessité d’infléchir nos modes de vie, il fallait toujours faire face à l’argument de la force irréversible du « progrès », de la « compétitivité », du « marché » et que rien ne pourrait jamais y faire « à cause de la globalisation ». 
Et que découvrons-nous ? 
Qu’il existe un bouton d’arrêt d’urgence dans la machine mondiale. Ce bouton d’arrêt d’urgence, ce n’est pas le gros bouton du feu nucléaire dont on nous rebat les oreilles à chaque élection présidentielle, mais d’un petit bouton bien caché dans un des placards du pouvoir qui permet de stopper ce « train du progrès » et de mettre en stand-by le système économique mondial.
Et c’est là que nous pouvons agir. 
Si tout est arrêté, alors… tout peut être remis en cause ? 
Tout peut être repensé, on peut faire le tri, on peut revoir toutes les bases de ce monde. L’inventaire annuel, comme l’écrit Bruno Latour, c’est maintenant qu’il faut le faire. À ceux qui ne manqueront pas de s’écrier, « Relançons le plus rapidement possible la production », il faudra répondre unanimement, et avec force : « Surtout pas ! ». 
En fait, et c’est clair, la dernière des choses à faire serait de reprendre comme si de rien n’était, de reprendre les choses là où nous les avons laissées. 
Si chacun d’entre nous commence à mettre en mots et à redéfinir en actes toutes les remises en questions de ce système de productions, de consommation et de tous ses aspects, peut-être se produira-t-il une contagion d’un autre type que celle qui a envahi toute la planète. Une contagion, non pas transmise par les postillons ou les contacts rapprochés, mais une contagion qui se répandra au travers de tous nos gestes, de tous nos mots, de nos besoins, de notre rapport au monde, au vivant.  
D’ailleurs, les effets de ces temps d’arrêt sont bien visibles. 
Les observations de l’Agence Spatiale Européenne sont riches d’enseignements. Les données transmises par  le satellite Sentinel-5P du programme Copernicus, montrent de fortes réductions dans les concentrations de dioxyde d’azote au-dessus de plusieurs grandes villes européennes, dont Paris, Madrid et Rome ! La même chose avait été observé en Chine !
Le moment est là pour que de plus en plus nombreux, nous devenions « d’efficaces interrupteurs de globalisation », qu’une contagion positive et porteuse de vie succède à celle du coronavirus, et qu’elle se manifeste dans chacun de nos petits gestes mis bout à bout afin de faire barrage au retour du monde d’avant, de ses modes production et de communication, de ses modes d’exploitation du vivant, des humains et de la Terre !
C’est donc le moment, frères et soeurs en humanité, d’utiliser ce long temps d’enfermement imposé pour décrire, d’abord chacun pour soi, puis en groupe, ce à quoi nous sommes le plus attachés. 
C’est le moment d’utiliser ce temps de coupure pour identifier de quoi nous sommes prêts à nous libérer, d’utiliser ce temps de réflexion pour formaliser les liens que nous sommes prêts à tisser solidement et surtout d’utiliser ce temps pour regarder en soi et déterminer lesquels de nos comportements devons-nous décider d’interrompre. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais d’être en mesure de ne garder que ce qui est acceptable dans ce système prétendument irréversible, de remettre en cause les connexions soi-disant indispensables, et surtout faire le tri entre ce qui est désirable et ce qui a cessé de l’être.
Il ne s’agira pas d’une révolution. La révolution repasse par les mêmes chemins, mais comme le dit souvent Alain Damasio, d’une volution qui permettra d’inventer des principes nouveaux. Il s’agira certainement  d’accepter l’élimination des « lois » qui font de la production, de la consommation, de la compétitivité acharnées au nom du progrès, notre seul et unique de rapport au monde. Parce que l’injustice, il s’agit bien de cela, est dans la façon même que nous redistribuons toujours vers les plus riches, l’injustice est dans la façon dont nous exploitons sans limites les ressources et toujours au profit des plus riches, l’injustice est bien sûr dans la négation du vivant. 
Parce que les défenseurs de ce système, à n’en pas douter, vont évidemment repartir avec les mêmes choses en pire, consommations, combustibles fossiles, pollution, destructions massives, industries pétrolières et tourisme de masse, bateaux de croisière géants. Regardez les précédentes crises !
Notre rôle, notre devoir même est de proposer une alternative ! 
Parce qu’en quelques semaines, plusieurs milliards d’humains ont compris qu’adopter une nouvelle « distance sociale » s’était s’éloigner pour être plus solidaires, imaginons la puissance de transformation dont nous disposons quand il s’agira de nous élever contre la reprise à l’identique. 
Ré-unis par une même vision d’un autre monde possible
La vigilance sera essentielle parce que la question de la liberté va se poser ! 
Entre états d’urgences qui ont la fâcheuse tendance à s’installer durablement, les pleins pouvoirs que certains s’arrogent, les réductions des libertés et des mobilités, il est une voie qu’il nous faut absolument éviter et qui commence à se dessiner à l’horizon, c’est celle qui, comme l’écrit Olivier Tesquet,  nous entraîne vers « une nouvelle organisation très surveillées des libertés ». 
Agir c’est donc déjà se poser des questions, de faire preuve de réflexivité. 
Essayez donc de faire des listes ! 
Par exemple quelles sont les activités qu’il ne vous est pas possible de faire en ce moment et que vous considérez comme étant malgré tout essentielles à votre vie ? Ou encore, celle-ci : une fois les portes ré-ouvertes, qu’est-ce qui devrait reprendre comme avant ou qu’est-ce qui ne devrait pas reprendre du tout ? Et peut-être qu’avec simplement ces petites questions serons-nous en mesure de construire un projet politique ? 
Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles ne reprennent pas ?
Pourquoi ces activité vous apparaissent-elles nuisibles, superflues, dangereuses, inutiles ? 
Et aussi,  quelles activités suspendues souhaiteriez-vous voir se développer, ou se réinventer ? En quoi sont-elles positives ? Et enfin, quelles transitions partagées et intégratrices, ne laissant personne sur la touche, pouvez-vous proposer ? 
De fil en aiguille, si nous commençons, chacun pour notre compte, à poser de telles questions, à partager nos réponses, à avoir un regard réflexif sur nos vies dans le monde peut-être pourrions-nous  dessiner peu à peu un paysage d’un monde renouvelé ? 
D’ailleurs, un des chantiers qui nous attend est celui de l’urgence climatique. 
Depuis deux ans, les mobilisations pour le climat se sont multipliées, sans pour autant être écoutées. Or, cette crise mondiale du coronavirus démontre que le changement rapide est possible et ne nécessite que deux choses fondamentales, la volonté politique et l’engagement citoyen. Et comme je le disais un plus tôt, revenir à la « normale » n’est pas une option ! Que continuer à détruire le vivant n’est pas une option ! Et surtout qu’il est possible de maintenir une vie digne et heureuse sur Terre pour tout le vivant dans une perspective de justice sociale mondiale ! 
Déjà des chiffres – l’émancipation passe par la réduction de nos émissions à moins de 2 tonnes d’équivalent CO2 par humain et par an dans les 5 années à venir? Ceci revient à diviser par 6 l’empreinte carbone moyenne d’un Français. 
Le Manifeste de résistance climatique identifie cinq phases, cinq phases qui peuvent nous aider dans notre réflexion. Elles nous offrent un cadre de réflexion, ce cadre qui nous permettrait d’identifier ce que nous gardons, et ce que nous abandonnons. Il nous donne l’occasion de repenser notre manière de nous déplacer. De ne plus prendre l’avion et d’abolir l’aviation de masse afin de redécouvrir les transports doux et rouler moins de 2000 km par an en voiture. Il nous amène à repenser notre alimentation afin de privilégier le local et les productions de saison. Enfin, il pose les éléments de discussion qui peuvent nous amener à nous ré-interroger sur l’utilité de nombre de nos besoins matériels. 
Reprendre le monde tel qu’on l’a laissé ? 
Ces contraintes créatives permettent d’inventer de nouvelles solidarités et de modes de vie post-pétrole sans renoncer au bonheur. Cela passe notamment par la construction d’un nouvel imaginaire donnant à voir ce futur frugal et désirable. Ceci est déjà en cours, à l’initiative d’individus ou de collectifs et cela doit gagner en ampleur et continuer à se structurer dans une logique de décroissance énergétique coordonnée, massive et rapide vers une refonte de nos sociétés en accompagnant les plus fragiles.
Enfin, il est important d’envisager le passage à l’échelle mondiale. 
Dans la décennie qui vient, ce mouvement de décroissance énergétique doit réussir à s’amplifier afin d’atteindre la division par deux d’ici 2030 des émissions mondiales de gaz à effet de serre puis la neutralité carbone mondiale d’ici à 2050. Pour le mener dans le temps imparti, l’action de tous, notre capacité à nous mobiliser alliée à l’ensemble des outils de la diplomatie politique et économique devront être mis à contribution pour amener à l’existence de nouvelles sociétés sobres.
Tout ceci peut paraître utopique mais la question, « mais aujourd’hui tout est arrêté, peut-on envisager de redémarrer autrement ? » est elle très concrète. 
Si nous continuons ainsi, et si, après cette situation inédite de contamination mondiale par ce coronavirus, cette vie de confinement pour plus de presque 3 milliards d’humains, la marche du monde reprend de plus belle et sur les mêmes modèles économiques, sociétaux, politiques que ceux qui nous amènent à nous interroger, c’est un monde directement copiés de toutes les dystopies sorties de nos imaginations qui sera notre réalité. 
De plus, si, d’ici dix ans, nous n’arrivons pas à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, mais surtout si dès maintenant et dès l’après confinement, nous ne nous mettons pas à repenser les principes directeurs de ce monde, nous aurons perdu ! Tout ce qui semble émerger de ces temps inédits n’aura pas permis que nous en tirions des enseignements et n’aura donc servi à rien ! 
Pourra-t-on repartir sur des modes de fonctionnement comme celui-ci ?
Voici juste un petit exemple pour conclure. 
Il y a quelques jours, à la télévision, était interviewé un fleuriste hollandais. L’homme avait les larmes aux yeux parce qu’il était contraint de jeter des tonnes de tulipes prêtes à l’envoi. Pourquoi ? Parce qu’il ne pouvait plus les expédier par avion dans le monde entier faute de clients. On peut le plaindre bien sûr, et certainement est-il normal qu’il soit indemnisé. 
Après l’interview, la caméra a reculé afin de faire un plan large sur les tulipes. 
Or qu’en est-il réellement de ces tulipes ? Et bien elle poussent hors-sol, dans un espace clos baigné de lumière artificielle et vont traverser le monde dans des avions cargos dans une débauche de kérosène. 
Alors, juste par ce petit exemple, au delà de la question première « Mais est-il bien utile de prolonger cette façon de produire et de vendre ce type de fleurs ? », n’y en-a-t’il pas une qui doit nous obséder et nous amener à agir ? 
Et c’est « Est-ce bien avec le monde qui vient de s’arrêter que nous souhaitons repartir une fois que cette crise sera passée ? » en attendant la suivante qui ne saurait nous épargner ? Ou souhaitons-nous voir fleurir une vie où justice sociale, équité, liberté et ce, même dans la difficulté climatique qui s’annonce, seront au rendez-vous pour solidifier nos solidarités ? 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour finir avec quelques mots de Lucrèce, dans le livre V de De Natura rerum : « Certes les choses ont pu se passer ainsi : mais j’ai peine à croire que les hommes n’aient pas su prévoir tant de maux avant d’en avoir été victimes. Et je crois plus juste d’attribuer de tels usages à tout l’univers, aux divers mondes créés diversement par la nature, que d’en accuser un seul monde en particulier, quel qu’il soit ».
Je vous laisse méditer cela !
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 
Ayez soin de vous et de vos proches ! Et restez bien chez vous ! 
Bonne soirée, bonne nuit, bonne semaine à tous et toutes et Peace and Love. 

Sources et références
Matt Stoller, « The coronavirus relief bill could turn into a corporate coup if we aren’t careful », The Guardian, 24.03.20, https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/mar/22/coronavirus-relief-bill-corporate-coup http://www.esa.int/Space_in_Member_States/France/Le_confinement_lie_au_coronavirus_entraine_une_chute_de_la_pollution_a_travers_l_Europe 
La résistance climatique c’est le moment. https://reporterre.net/Resistance-climatique-c-est-le-moment 
Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant-crise. Bruno Latour. https://aoc.media/opinion/2020/03/29/imaginer-les-gestes-barrieres-contre-le-retour-a-la-production-davant-crise/ http://www.bruno-latour.fr/fr/node/841.html 
Procédure des nouveaux cahiers de doléance suggérés par Bruno Latour dans « Où atterrir ? Comment s’orienter en politique ». Paris, La Découverte, 2017 et développés depuis par un groupe d’artistes et de chercheurs.
https://fr.euronews.com/2020/03/16/l-actualite-du-climat-un-mois-de-fevrier-chaud-la-fin-des-hivers-froids-en-arctique 
Céline Minard. Le dernier monde. 2007

Introduction

En ces temps d’enfermement, il est un sujet qu’il ne faut pas oublier, c’est l’actualité du climat ! 
Surtout si, comme nous le verrons tout à l’heure, nous envisageons de redémarrer le monde autrement. 
Le Service Copernicus concernant le changement climatique (C3S) a publié ses données pour le mois de février 2020. 
Encore une fois, et ce ne sera pas la dernière, il nous faut encore remettre à jour les livres des records. 
Non seulement, le mois de février 2020 a été le deuxième mois de février le plus chaud jamais enregistré au niveau mondial, mais, en Europe, la température moyenne de cet hiver sur la période allant de début décembre 2019 à fin février 2020 a été supérieure de 3,4 degrés Celsius par rapport à la période 1981-2010. 
Nous venons de battre encore une fois un record absolu de chaleur.
Dans ce contexte, qu’en est-il de la banquise arctique dont la superficie a encore diminué le mois dernier ? 
Les calculs réalisés par scientifiques ont montré qu’il y a environ 850000 km carrés de banquise en moins par rapport à la norme habituelle pour cette époque de l’année. 
850000 km carrés représentent une superficie égale à la superficie de la France continentale et de l’Italie réunies.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.