Nowakowskismes 4.14. « Confinement semaine 2, jour 10 – poétique du chaos »

Nous sommes le 26 mars 2020, nous sommes en semaine 2, et jour 10 du confinement. 
Ce soir, les Nowakowskismes se laissent aller à une petite nouvelle consacrée au confinement.  Elle s’intitule « Poétique du chaos  » Accrochez-vous ça va secouer !

Maintenant que les choses avaient repris leur cours normal, il constatait avec surprise l’absence d’un début manifeste, l’impossibilité de détecter ce seuil précis au delà duquel leurs existences avaient pénétré dans une dimension nettement plus inquiétante. 
Là, debout sur cette terrasse, la ville qui revenait petit-à-petit à la vie, à l’activité, à ses pieds, il tentait de revenir sur ces semaines qu’il ne serait pas près d’oublier. Il revoyait tous ces événements insolites, adjectif choisi pour rester modéré, qui s’étaient déroulés à l’intérieur de l’immeuble au cours de ces dernières semaines. 
L’immeuble se situait en lisière du centre de la ville. Des constructions nouvelles, encore très partiellement habitées, lui faisaient face. Il voyait au loin des silhouettes minuscules vivre leurs vies d’insectes. Il lui arrivait de prendre ses jumelles pour regarder ! Toujours cet instinct de voyeurisme de l’humain confiné auquel il ne pouvait pas échapper ! Espace, lumière, et plaisirs futiles dans une espèce subtile de l’anonymat  ! 
Certes, le confinement avait été décidé à partir du 17 mars 2020 midi. Tout le monde s’y attendait et quand on vint leur annoncer « 15 jours au moins », certains avaient dit « ça va, ça ira ! » et d’autres avaient craint le pire… 
Ce 17 mars 2020 à midi, la ville s’arrêta – pas complètement – et les consignes ont circulé – « restez chez vous ! » 
Ça tombait bien pour lui, il avait déployé une énergie assez importante pour rester à l’écart des autres ! À l’écart des ses voisins, à l’écart tout simplement ! 
Alors, aussitôt le confinement annoncé, et comme à son habitude, l’humain cédant à ses réflexes ataviques, s’était mis à faire des stocks ! Faire des stocks de tout, faire des stocks de n’importe quoi mais faire des stocks ! 
Ainsi très rapidement, le hall d’entrée de l’immeuble fut encombré par toute une foule d’habitants qui se pressait devant la porte de l’ascenseur. Leurs bras étaient chargés de paquets venant de chez le traiteur, de sacs de supermarchés, et des cartons de boissons alcoolisées matière première indispensable en ces temps d’enfermement à venir. 
D’autres aux étages inférieurs avaient passé toute la matinée à faire leurs valises. Puis, pris dans des forces contradictoires, à la fois pressés et réticents de partir pour une durée indéterminée, à présent que le moment d’abandonner l’immeuble était venu, ils erraient dans les escaliers et dans le hall retardant cet ultime geste rituel. 
Puis leurs quelques valises préparées furent posées sur le trottoir devant la porte d’entrée, la voiture arriva, et ils disparurent au coin de la rue, emportant avec leur effets, leur capacité à diffuser le virus sur une autre partie du territoire. 
Les consignes étaient claires ou essayaient de l’être. Restez chez vous ! 
Au cours des après-midis, quand le soleil de printemps commençait à distiller une sorte de douce chaleur, la terrasse devenait une sorte de dehors mais soumis au confinement. À ces moments, les voisins venaient à leur fenêtre et lui jetaient des regards d’abord sévères, puis franchement agressifs, face à l’apparente décontraction que sa présence à l’extérieur semblait leur inspirer !
Et comme toujours les querelles futiles et les sautes humeur constituant la seule forme de vie communautaire, ce qui devait arriver arriva ! Et c’est là, à n’en pas douter, que prit place le premier incident significatif ! 

Confinés ! 
Ont alors commencé à se multiplier et s’amplifier, les querelles entre voisins. Les enchainement de futiles chamailleries au sujet de l’ascenseur, de la propreté des communs, des inexplicables pannes d’électricité dans les escaliers ou les surcharges des réseaux de communication alimentant les foyers en flux vitaux venus d’internet ont contribué à faire craquer le vernis. Les antagonismes déjà présents avant le confinement, étaient devenus remarquablement vifs, atténués, encore au début mais plus pour longtemps, par le ton urbain qui était de mise dans l’immeuble. Le bruit provenant des autres appartements, les fêtes alcoolisées dégénérant, les parties de jeux vidéos sur les écrans 4K surdimensionnés et sur-vitaminés jusqu’au coeur de la nuit eurent petit-à-petit raison des échanges et prises de paroles policées. 
Les étudiants confinés dans leurs studios mirent en place des moyens de communiquer entre eux d’un étage à l’autre. On vit pousser le long des façades des câbles passant d’appartement en appartement, cordes de rappel dans une descente sociale qui n’avait rien de vertical, filins maintenant un lien plus efficace pour les jeux en réseau et les contacts de plus en plus espacés avec leurs enseignants. 
Les plus anciens retranchés chez eux autour de leur congélateur bondé, surveillaient les alentours par les judas donnant sur les paliers, se risquant de temps en temps à ouvrir une porte vite refermée dans un claquement qui résonnait dans tout l’immeuble. 
En surface, la vie avait pris une sorte de cours normal. La plupart des habitants avaient semble-t-il mis en place des modes de vie réguliers, pour certains des sorties matinales courtes pour faire quelques courses, s’aérer, se dégourdir les jambes munis du laisser-passer officiel ; pour d’autres le décalage des rythmes s’installant, ils émergeaient à n’importe quel moment de la journée au rythme des séries consommées à hautes doses, et des parties jouées sans limites. 
Toutefois, en y regardant de plus près, on découvrait des camps qui coexistaient plutôt mal. Le jour, on pouvait circuler assez librement dans l’immeuble, mais la chose devenait plus difficile à mesure que l’après-midi s’écoulait, et à la nuit tombée tout mouvement était impossible. Impossible de sortir dans la rue pour cause de couvre-feu ! Mais impossible de sortir dans l’immeuble, chaque groupe ayant déployer des techniques de défense à l’encontre des autres groupes afin de défendre leurs mode de vie. À contrecoeur, mais il devait se l’avouer, il méprisait ses frères habitants de l’immeuble pour leur empressement à se glisser dans la niche qui leur était désignée.
Mais la débâcle de l’immeuble fut bientôt bien réelle et finit par renforcer certaines pratiques. Il commençait à prendre conscience qu’il assistait aussi à la naissance d’un nouvel ordre social. D’ailleurs, l’émergence, encore confuse, mais indiscutable de cet ordre social nouveau – fondé apparemment sur la répartition en petites enclaves tribales – le fascinait. 
Là au sommet où il résidait, les conditions de vie n’avaient pas encore connu une chute brutale. Son nid était comme encore isolé, inaccessible, protégé de ce qui se propageait dans l’immeuble.
De sa terrasse, il voyait les parkings. Nombreuses étaient les voitures qui n’avaient pas roulé depuis des semaines. Leurs pare-brises avaient été pulvérisés par des bouteilles lancées des balcons, leurs habitacles étaient emplis d’ordures ; elles s’affaissaient sur leurs pneus flasques, entourées d’une mer de détritus qui s’élargissait comme une tache autour de l’immeuble. 
Cet indicateur visible de la dégradation dans l’immeuble servait aussi à mesurer le degré de passivité avec lequel les habitants acceptaient le processus d’érosion. 
Peut-être en était-il venu à souhaiter que les choses aillent plus mal encore ? 
Il avait remarqué qu’il n’y avait même plus depuis un temps certain de mails de réclamation au syndic alors qu’en situation normale, ils tombaient dans la boites mail, avec tout le conseil de ‘l’immeuble en copie, pour un oui ou pour un non. Même ses voisins immédiats, naguère si prompts à réclamer et râler à tout propos, n’émettaient plus la moindre critique et se claquemuraient dans un silence en apparence résigné. 
Ce qui était intéressant c’est la manière de plus en plus brutale avec laquelle les habitants réagissaient au climat de l’immeuble confiné. Ils endommageaient délibérément l’ascenseur, les appareils électriques, l’éclairage… Cette négligence de l’endroit de leur propre confort dénotait un phénomène de redistribution des priorités dans leur esprit – peut-être aussi l’apparition de ce nouvel ordre social et psychologique qu’il sentait poindre. 
En dépit du chaos grandissant qui régnait autour d’eux, les habitants semblaient s’intéresser de moins en moins au monde extérieur.
Après plusieurs semaines de ce confinement, les entreprises s’étant arrêtées de fonctionner les unes à la suite des autres, les gens qui devaient sortir pour travailler, n’eurent plus à sortir. La ville était déserte. Le vide de l’extérieur s’emplit alors de bandes d’oiseaux, des corbeaux, des pigeons, … des pies aussi, et d’innombrables passereaux. Ils s’assemblaient sur les toits alentours, sur les balcons. Assez rapidement, une colonie de corbeaux avait élu domicile au sommet de la cage de l’ascenseur, venant ainsi superposer aux bruits des appartements, leurs croassements rauques amplifiés par l’effet de caisse de résonance de la cage d’ascenseur. Quand il allait sur sa terrasse, les regards hostiles de tous ces oiseaux lui plaisaient. La cour intérieure désertée était devenue le terrain de jeu d’une bande grosses pies et parmi les restes de nourriture abandonnés, les chaises de jardin renversées, la présence de ces oiseaux faisait naître comme une espérance d’une barbarie naissante. 
Pourquoi tous ces oiseaux étaient-ils attirés par ce royaume perdu des balcons, et de cette cour ? 
Les oiseaux se nourrissaient des détritus jetés dans la cour, et il aimait à penser que le motif de leur occupation était proche du sien. Venus d’un paysage plus primitif, ils avaient volé jusqu’ici pour répondre à l’appel d’une violence sacrée dont ils pressentaient l’intuition. Et de tous côtés, le béton finissait par se perdre dans les brumes du soir. Perchés sur les conduits d’aération et les toits, les bandes de corbeaux l’observaient de leurs yeux étonnamment vifs. Leurs ailes battaient contre le béton  des façades et certains d’entre eux étaient pris de bonds frénétiques. Il en regardait d’autres tournoyer dans le ciel, il écoutait leurs cris et il songeait inquiet à cette violence toute proche. 
Tout bascula cette nuit-là ! Il fut réveillé par des cris, des explosions, des galopades entre les étages ! Tout l’immeuble semblait trembler de la violence qui se déchainait dans ses entrailles. Réveillé, et confiant derrière la porte qui protégeait son appartement (le précédent occupant, ancien flic, avait équipé l’appartement d’une porte blindée inviolable), il attendit le matin gardant quand même à portée de main le sabre datant de la guerre 1870 qu’il avait hérité de son grand père. Au matin, le calme revint, il tenta une sortie. 
Il entama sa descente dans les profondeurs de l’immeuble. À l’étage du dessous, un groupe d’habitants très agités ne le vit pas passer, un peu plus bas un appartement avait été mis à sac. Partout des détritus s’entassaient, les escaliers étaient encombrés de chaises fracassées, de sections de rampe et de débris de verre. Les portes coupe-feu défoncées pendaient à leurs gonds, il n’y avait plus aucune lampe intacte, un graffiti blafard vaporisé à la peinture fluorescente sur les murs de la cage d’escaliers se déroulait sur plusieurs étages. Des groupes semblaient monter la garde devant un ensemble d’appartements, ils le laissèrent passer quand ils le reconnurent. Arrivé devant la porte donnant sur la rue, il décida de remonter le plus vite possible à son étage, et de s’y enfermer à double tour. 
Les jours passèrent dans un calme apparent, et les nuits furent encore le théâtre d’affrontement dont les échos envahissaient son appartement.
Les coupures régulières de courant commencèrent. Les produits frais qu’il avait dans son réfrigérateur ont commencé à pourrir, les bouteilles de lait caillés formaient un rang de moisissure, le beurre pleurait entre les grilles, et l’odeur de moisi commença même à avoir son charme propre. Il se ressaisit et fourra tout dans un sac poubelle et le balança par la fenêtre. Une sorte de brume graisseuse semblait flotter autour de la façade de l’immeuble depuis que les habitants avaient pris l’habitude d’envoyer cascader les déchets le long des parois sans se préoccuper de savoir si le vent n’irait pas les rabattre à l’intérieur d’un autre appartement. 
Depuis quelques temps, il était sur la mauvaise pente. Le processus d’usure continue de la qualité de l’environnement n’affectait plus seulement l’immeuble, et l’appartement, mais aussi ses habitudes et son hygiène personnelle. Le confinement menait à ce phénomène qui reflétait certainement ce désintérêt croissant à l’égard des règles de vie en société. Mais sa crasse, ses vêtements malpropres, son hygiène en déclin, peut-être que tout cela allait l’aider à découvrir une version plus authentique de lui-même. 
Finalement, il décida de reprendre le dessus. Il ôta son t-shirt et son jean crasseux et se lava sous un filet d’eau de la douche. Puis rhabillé,  il commença à remettre de l’ordre dans l’appartement. Cela lui prit un certain temps. Une fois tout temps en ordre tant bien que mal, il se déshabilla, et se blottit sous sa couette, et s’endormit. Pour une fois, il ne fut pas réveillé par les bruits de la nuit. 
Au matin, le soleil avait fait s’évaporer les nappes de brouillard poisseux qui enveloppaient l’immeuble. Les bandes de corbeaux prenaient le soleil sur les toits, et la rue au bas étaient toujours déserte. Au loin, des sirènes, avec toujours le même frisson qu’elles provoquaient. Elles étaient la manifestation sensible d’une des causes de ce confinement. 
Il passa la journée à se reposer, oubliant pour quelques heures tout ce qui l’entourait. La nuit tomba, et le ciel sans nuages lui révéla un ciel étoilé comme il n’en avait jamais vu de toute sa vie. La ville avait supprimé l’éclairage urbain pour faire des économies et la pollution atmosphérique due à la circulation automobile avait elle aussi disparu. Il passa la nuit la tête dans les étoiles. La nuit était profonde, et l’immeuble tout entier s’était retiré dans l’ombre. Étrangement à cette heure, tout était silencieux. Les habitants semblaient s’être dissouts dans le crépuscule et la nuit. 
L’état de l’immeuble, il le voyait aussi comme une conséquence d’une contagion d’une autre forme. Ils avaient tous été enfermés pour enrayer cette épidémie, mais enfermés, une autre contagion avait surgi. La violence ! La violence par contagion avait gagné l’ensemble des étages de l’immeuble, l’ensemble des habitants. Même l’espace euclidien et rationnel de l’immeuble n’avait pu s’opposer à la désertion progressive mais rapide de la civilité pour le retour à la jungle originelle. Peut-être que l’immeuble lui-même favorisait-il ce retour ? Et finalement, la structure tribale ne serait certainement qu’une étape transitoire, parce que les alliances, les clans finiraient par se désagréger eux-aussi pour un retour au point de départ, l’homme est un animal solitaire. Et toutes nos lois, la société, l’éducation ne seraient que des couches chargées de nous cacher la nature profonde qui est la nôtre. 
La nuit, plusieurs nuits, peut-être des dizaines de nuits se succédèrent. 
Et un matin, des véhicules circulèrent dans les rues, annonçant avec des hauts parleurs la fin du confinement, les fenêtres s’ouvrirent, les gens envahirent la rue, la circulation reprit sur le pont, intense, le traiteur chinois au bas de l’immeuble vidait son camion et remplissait ses rayons… il ouvrit sa porte, son voisin et sa voisine le saluèrent, ils avaient déjà commencer à nettoyer le palier, … 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour finir avec quelques mots Jean-Jacques Rousseau, dans Emile : « L’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeaux. Des hommes entassés comme des moutons périraient tous en très peu de temps. L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables : cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré. »
Je vous laisse méditer cela !
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Actualité
Les Nations Unies ont averti le 22 mars 2020, dans un rapport publié chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, que, sur notre « pale blue dot », l’eau douce va prochainement manquer à des milliards de personnes, et ce, jusque dans des régions du monde où les précipitations sont pour l’instant abondantes. En moindre quantité et qualité, les ressources en eaux se dégradent. Parce que le sujet est vital, de son côté aussi, l’Organisation météorologique mondiale consacre sa journée internationale du 23 mars au thème de l’eau et du changement climatique.
Même si en ces temps de pandémie, l’attention et l’énergie sont consacrées ailleurs, le temps presse ! Aujourd’hui, près de 4 milliards d’individus affrontent une pénurie sévère pendant au moins un mois par an. Le réchauffement global n’en est pas la seule cause. En fait, la consommation mondiale en eau explose. Au cours des cent dernières années, elle a augmenté à un rythme deux fois plus rapide que la croissance démographique, elle a été multipliée par six et continue de grossir de près de 1 % par an en raison du développement économique et des nouveaux usages. À cela s’ajoute une pollution massive des nappes souterraines et des rivières ce qui ne fait qu’aggraver la situation.
L’eau est considérée par les auteurs du programme ONU-Eau comme l’élément clé de la plupart des dix-sept Objectifs de développement durable : de la lutte contre la faim dans le monde, la pauvreté, l’inégalité entre les genres, à la dégradation des sols et de l’état de l’océan. Or plus les températures s’élèvent, plus la demande en eau grimpe et plus l’évaporation s’accentue, privant de plus en plus les sols de leur humidité. 
Ce rapport édité par l’Unesco et intitulé L’eau et les changements climatiques détaille les interactions innombrables, notamment sur la production de l’énergie, l’agriculture ou bien les écosystèmes. Il présente également les répercussions profondes sur la santé humaine, et il alerte sur une des conséquences, l’émergence accélérée de pathogènes. 
Cette alerte n’est certainement pas à négliger en ces temps de pandémie.

Sources et références https://www.lemonde.fr/climat/article/2020/03/22/l-eau-a-l-epreuve-des-changements-climatiques_6034029_1652612.html


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.