Nowakowskismes 4.13. « Confinement semaine 1, jour 3 – virus, écologie et internet »

Télétravail, visioconférences, école à distance, jeux vidéo en ligne et streaming vidéo… alors que les loisirs extérieurs sont interdits, que le confinement n’en est qu’à ses premiers jours, le trafic Internet est évidemment voué à exploser, et ce avec le confinement croissant des populations, partout dans le monde, visant à juguler la pandémie de coronavirus. Cette explosion du trafic est déjà bien visible. En effet, l’un des principaux carrefours mondiaux du trafic mondial du net, Deutscher Commercial Internet Exchange (DE-CIX), situé à Francfort, a enregistré un « record mondial » de débit le 10 mars dernier avec un pic à 9,1 térabits (1 Tera c’est 1 suivi de 12 zéros) par seconde.
En France, les mesures de confinement renforcées qui sont entrées en vigueur le 17 mars 2020, pour une durée minimum de 15 jours, vont d’autant plus augmenter nos activités en ligne que de nombreux acteurs de la culture développent des offres numériques spéciales pour pallier la fermeture de leurs activités. 
En Italie et en Espagne, où les mesures de confinement ont été prises plus tôt qu’en France, on peut déjà mesurer les effets de cette ruée vers Internet. En effet, on observe une augmentation de plus de 70 % du trafic Internet sur le réseau fixe de Telecom Italia, dont une part importante provient de jeux en ligne, comme Fortnite. Dans un communiqué de presse publié le 15 mars, les cinq principaux opérateurs de télécommunication espagnols ont appelé à un usage « rationnel et responsable » du réseau. On a, en effet, enregistré dans le pays une hausse du trafic Internet de 40 %, ainsi qu’une hausse pour les téléphones portables de 50 % en appels et de 25 % en données.
On assiste également à une mobilisation générale pour éviter la panne. Ainsi les opérateurs télécoms ont mobilisé 15000 techniciens et ingénieurs pour maintenir des réseaux vitaux à la vie et l’économie du pays. Parce ce qui est à redouter, dans nos sociétés urbaines « fortement dépendantes de systèmes sophistiques pour maintenir les gens et les organisations en vie (système de transports, d’entreposage, de communication, de production “juste à temps”, etc), c’est l’effet en cascade ». 
Ce qui est intéressant à mentionner est que depuis quelques année, Internet et les services qu’il permet a créé en quelque sorte un univers parallèle à l’univers physique dans lequel les êtres humains marchent, se rencontrent, se serrent la main, se parlent, bref, inscrivent corporellement leur existence dans les relations sociales. D’ailleurs, l’intensité des échanges dans cet univers parallèle pourrait expliquer la facilité avec laquelle, dans de plus en plus pays, on accepte d’être physiquement enfermés chez soi. 
Les question sont. 
Accepterions-nous aussi facilement cette réclusion domestique si nous ne disposions pas de l’option de vivre en parallèle sur Internet ? 
Que devient la liberté dans un tel cloisonnement des univers ? 

Nous sommes le 19 mars 2020, nous sommes en semaine 1, et jour 3 du confinement. Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !

Est-ce un pangolin, une chauve-souris ? Ou même un serpent, comme on a pu l’entendre un temps avant que cela ne soit démenti ? C’est à qui sera le premier à incriminer l’animal sauvage à l’origine de ce coronavirus, officiellement appelé Covid-19, dont le piège s’est refermé sur plusieurs centaines de millions de personnes, et qui a mis à l’arrêt une bonne partie des pays du monde. 
On ne sait toujours pas qui est le transmetteur à l’humain de ce virus. Les scientifiques débattent à coup d’analyse de génomes, de récepteurs de protéines, d’acide aminé, et pour l’instant, le mystère reste entier. Mais un point semble quasiment certain : le virus s’est « échappé » d’un marché d’animaux sauvages de Wuhan, en Chine, marché comme il en existe de nombreux en Asie. Ces marchés sont alimentés en partie par le trafic d’animaux, qui est une des causes majeures de la destruction de la biodiversité. 
Ces marchés, où on trouve aussi beaucoup d’animaux vivants élevés, sont l’expression de la pression que l’activité humaine exerce sur les écosystèmes, surtout forestiers. Nous savons que l’érosion globale des espèces est en route et la récurrence des pandémies du type de celle d’aujourd’hui est un effet de cette extinction massive. Et si le Covid-19 suscite une réaction aussi impressionnante, c’est sans doute à cause de la terreur des épidémiologistes de voir surgir des virus encore plus inconnus et destructeurs. Tout ceci doit nous rappeler que la question de la biodiversité est tout aussi importante que celle du changement climatique, sur lequel l’attention écologiste a tendance à se focaliser. En fait, il ne faut pas les traiter indépendamment l’une de l’autre.
S’il est bien sûr primordial d’élucider ce mystère, de telles spéculations nous empêchent de voir que notre vulnérabilité croissante face aux pandémies a une cause plus profonde : la destruction accélérée des habitats et l’empreinte croissante des activités humaines.
L’histoire montre que de très nombreuses maladies infectieuses ont accompagné l’espèce humaine.  Leur impact dans certains cas a été considérable comme les 40 millions de morts liés à la pandémie de grippe espagnole qui sévit en 1918 et 1919 ou  les épidémies de peste noire qui ont décimé au XIVe siècle 20% de la population française. 
À partir de la fin du XIXe siècle on assiste peu à peu à une diminution drastique de ces maladies grâce à l’amélioration générale des conditions d’hygiène, puis grâce à la vaccination et à l’arrivée des antibiotiques. 
Or, depuis 1940, des centaines de microbes pathogènes sont apparus ou réapparus dans des régions où, parfois, ils n’avaient jamais été observés auparavant. C’est le cas du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), d’Ebola en Afrique de l’Ouest, ou encore de Zika sur le continent américain. La majorité d’entre eux (60 %) sont d’origine animale. Certains proviennent d’animaux domestiques ou d’élevage, mais la plupart (plus des deux tiers) sont issus d’animaux sauvages.
Et ces animaux sauvages n’y sont évidemment pour rien. En dépit des articles qui, photographies à l’appui, désignent la faune sauvage comme le point de départ d’épidémies dévastatrices, il est faux de croire que ces animaux sont particulièrement infestés d’agents pathogènes mortels prêts à nous contaminer. En réalité, la plus grande partie de leurs microbes vivent en eux sans leur faire aucun mal. Le problème est ailleurs : avec la déforestation, l’urbanisation et l’industrialisation effrénées, nous avons offert à ces microbes des moyens d’arriver jusqu’au corps humain et de s’adapter. Et aujourd’hui 60% de l’ensemble de ces maladies résultent d’une transmission d’agents infectieux de l’animal à l’homme. 
La destruction des habitats menace d’extinction quantité d’espèces. Celles qui survivent, n’ont d’autre choix que de se rabattre sur les portions d’habitat réduites que leur laissent les implantations humaines. Il en résulte une probabilité accrue de contacts proches et répétés avec l’homme, lesquels permettent aux microbes de passer dans notre corps, où, de bénins, ils deviennent des agents pathogènes meurtriers.
Le cas d’Ebola illustre bien tout cela ! Une étude menée en 2017 a révélé que les apparitions du virus, dont la source a été localisée chez diverses espèces de chauves-souris, sont plus fréquentes dans les zones d’Afrique centrale et de l’Ouest qui ont récemment subi des déforestations. Lorsqu’on abat leurs forêts, on contraint les chauves-souris à aller se percher sur les arbres des jardins et des fermes. Dès lors, la suite est facile à imaginer : un humain ingère de la salive de chauve-souris en mordant dans un fruit qui en est couvert, ou, en tentant de chasser et de tuer cette visiteuse importune, s’expose aux microbes qui ont trouvé refuge dans ses tissus. C’est ainsi qu’une multitude de virus dont les chauves-souris sont porteuses, mais qui restent chez elles inoffensifs, parviennent à pénétrer des populations humaines.  Ce phénomène est qualifié de « passage de la barrière d’espèce ». Pour peu qu’il se produise fréquemment, il peut permettre aux microbes issus des animaux de s’adapter à nos organismes et d’évoluer au point de devenir pathogènes.
Il en va de même des maladies transmises par les moustiques, puisque un lien a été établi entre la survenue d’épidémies et la déforestation. Avec les arbres disparaissent aussi la couche de feuilles mortes et les racines. L’eau et les sédiments ruissellent plus facilement sur ce sol dépouillé et désormais baigné de soleil. Elle forme des flaques favorables à la reproduction des moustiques porteurs du paludisme. Les espèces de moustiques vecteurs d’agents pathogènes humains sont alors deux fois plus nombreuses dans les zones déboisées que dans les forêts restées intactes.
C’est le même phénomène qui est à l’oeuvre pour les maladies véhiculées par les tiques. En grignotant petit-à-petit les forêts du Nord-Est américain et d’Europe, le développement urbain chasse des animaux comme les opossums et les renards, qui contribuent à réguler les populations de tiques et laisse prospérer des espèces bien moins efficaces sur ce plan. Le résultat est que les maladies transmises par les tiques se répandent plus facilement. Parmi elles, la maladie de Lyme, qui a fait sa première apparition aux États-Unis en 1975. Au cours des vingt dernières années, sept nouveaux agents pathogènes portés par les tiques ont été identifiés.
Les risques d’émergence de maladies sont aussi amplifiés par la façon dont on  remplace les écosystèmes naturels. Afin de nourrir et d’élever des bêtes destinées à l’abattage, l’homme a rasé une surface équivalant à celle du continent africain. Des centaines de millions de bêtes sont entassées les unes sur les autres en attendant d’être conduites à l’abattoir ! Voilà des conditions idéales pour que les microbes se muent en agents pathogènes mortels. 
Par exemple, les virus de la grippe aviaire, hébergés par le gibier d’eau, font des ravages dans les fermes remplies de poulets en captivité, où ils mutent et deviennent plus virulents. L’une de leurs souches, le H5N1, est transmissible à l’homme et tue plus de la moitié des individus infectés. 
Enfin, les montagnes de déjections produites par ce bétail offrent aux microbes d’origine animale d’autres occasions d’infecter les populations. Comme il y a infiniment plus de déchets que ne peuvent en absorber les terres agricoles sous forme d’engrais, ils finissent souvent par être stockés dans des fosses non étanches — un havre rêvé pour la bactérie Escherichia coli.  Chez les humains, E. coli provoque des diarrhées sanglantes, de la fièvre, et peut entraîner des insuffisances rénales aiguës. Et comme il n’est pas rare que les déjections animales se déversent dans notre eau potable et nos aliments, de nombreux humains sont contaminés chaque année.
Bien que ce phénomène de mutation des microbes animaux en agents pathogènes humains s’accélère, il n’est pas nouveau. Son apparition date de la révolution néolithique, quand l’être humain a commencé à détruire les habitats sauvages pour étendre les terres cultivées et à domestiquer les animaux pour en faire des bêtes de somme. En échange, les animaux nous ont offert quelques cadeaux empoisonnés : nous devons la rougeole et la tuberculose aux vaches, la coqueluche aux cochons, la grippe aux canards.
L’expansion coloniale européenne, au delà des désastres humains, a joué un rôle aussi dans l’émergence de nouveaux fléaux. 
Au Congo, les voies ferrées et les villes construites par les colons belges ont permis à un lentivirus hébergé par les macaques de la région de parfaire son adaptation au corps humain. Au Bengale, les Britanniques ont empiété sur l’immense zone humide des Sundarbans pour développer la riziculture. En faisant cela, ils ont exposé les habitants aux bactéries aquatiques présentes dans ces eaux saumâtres. Les pandémies causées par ces intrusions coloniales restent d’actualité. 
Le lentivirus du macaque est devenu le VIH. 
La bactérie aquatique des Sundarbans, c’est le choléra. Et le choléra a déjà provoqué sept pandémies à ce jour, l’épidémie la plus récente étant survenue en Haïti.
Enfin, un autre exemple des nouvelles conditions écologiques que nous avons créées et qui sont propices aux épidémie. Cet exemple est celui des vautours en Inde qui pendant longtemps ont joué un rôle majeur d’équarisseurs naturels en débarrassant le pays des carcasses mais aussi des micro-organismes grâce à l’acidité de leur appareil digestif capable de détruire les virus et les bactéries. Malheureusement à partir des années 90, les populations de vautours ont commencé à chuter. Les scientifiques ont découvert que l’augmentation de la mortalité des vautours était liée à un anti-inflammatoire donné au bétail. En mangeant les carcasses contenant cet anti-inflammatoire, les vautours n’ont plus été en capacité de détruire les virus, et donc ont commencé à mourir infectés par les virus ingérés. Les points d’eau ont alors été contaminés par les carcasses en train de pourrir auparavant mangées par les vautours. La place laissée vacante a alors été occupée par les chiens errants et les rats qui sont porteurs de maladies comme la rage.  Aujourd’hui, en Inde, des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année de la rage. 
Nous pouvons aussi faire beaucoup pour réduire les risques d’émergence de ces microbes. Nous pouvons déjà protéger les habitats sauvages pour faire en sorte que les animaux gardent leurs microbes au lieu de nous les transmettre, comme s’y efforce notamment le mouvement One Health.
Nous pouvons aussi mettre en place une surveillance étroite des milieux dans lesquels les microbes des animaux sont le plus susceptibles de se muer en agents pathogènes humains, en tentant d’éliminer ceux qui montrent des velléités d’adaptation à notre organisme avant qu’ils ne déclenchent des épidémies. C’est précisément ce à quoi s’attellent depuis dix ans les chercheurs du programme Predict, financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid). Ce programme a déjà identifié plus de neuf cents nouveaux virus liés à l’extension de l’empreinte humaine sur la planète, parmi lesquels des souches jusqu’alors inconnues de coronavirus comparables à celui du SRAS.
Or, en octobre 2019, l’administration Trump a décidé de mettre un terme au programme Predict. Début février 2020, elle a annoncé sa volonté de réduire de 53 % sa contribution au budget de l’Organisation mondiale de la santé. En France, on a interrompu les programmes de recherche engagés sur le coronavirus. Dans Le Monde, le micro-biologiste Bruno Canard, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des coronavirus, pointait aussi fin février l’effet désastreux d’une recherche sans continuité.
Alors, bien sûr, « les émergences de virus sont inévitables, mais pas les épidémies ». 
Nous ne serons épargnés par ces dernières qu’à condition de mettre au moins autant de détermination à changer de politique que nous en avons mis à détruire la nature et la vie animale.
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Et avec les philosophes, le confinement n’est qu’un conditionnement contingent qui n’entrave pas la pensée. En effet Epictète proclamait « Sur le trône ou dans les fers, je suis libre ! ». Mais serons-nous capables de le supporter avec sérénité ?
Blaise Pascal, quant à lui, se penchant sur notre addiction au divertissement, nous disait que : « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre ». 
Donc tentons de transformer ces temps de confinement en un temps de réflexion sur nos besoins essentiels.
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 
Ayez soin de vous et de vos proches ! 

Sources et références 
https://reporterre.net/Le-coronavirus-fait-la-greve-generale 
https://lundi.am/Monologue-du-virus 
https://usbeketrica.com/article/confinement-peut-il-faire-exploser-internet
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/SHAH/61547 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.