Nowakowskismes 4.12. « Rage, rage against the dying of the light! »

Nous sommes le 5 mars 2020, aujourd’hui, en à peine plus de deux mois, la France aura émis tous les gaz à effet de serre qu’elle pourrait rejeter en une année si elle respectait l’objectif de neutralité carbone qu’elle s’est fixé pour 2050. Un objectif que le pays n’atteindra au rythme actuel des émissions qu’en… 2085 !
Ce soir les Nowakowskismes la rejoue version « Le jour où la Terre s’arrêta », ou « Premier contact » ou… peut-être « rencontres du 3ème type ». Ce soir, nous avons de la visite. Ce soir, notre invité débarque de son engin interplanétaire, et c’est sur Radio Campus Lorraine, ce jeudi 5 mars 2020, qu’il a choisi de venir délivrer son message à la Terre entière. Je lui passe donc la parole. 

Salutations humains citoyens et citoyennes de la Terre.
Accompagné d’un grand nombre de mes semblables, nous venons de loin, d’au-delà des limites accessibles par vos modestes outils d’observation. Nous avons localisé votre présence par le bruit que votre petite planète encore bleue fait dans les immensités de l’espace. Depuis maintenant presque 100 de vos années, votre petit point bleu s’agite et émet dans toutes les directions de l’espace des flux électromagnétiques véhicules de la vacuité de vos divertissements multimédias. Ces flux ininterrompus et toujours plus intenses et denses sont venus troublés les eaux calmes de nos espaces lointains. 
Alors mes semblables et moi comme nous l’avons déjà fait par le passé, nous avons décidé de passer à l’action. Et c’est pour cela que nous avons fait le voyage jusqu’à vous et vous l’avez compris nous ne venons pas en paix !
Avant d’entrer en contact avec vous, nous avons déjà passé un certain temps à vous observer. Nous avons déjà eu l’occasion de nous rencontrer. Certains humains, nous ont vus, d’autres ont eu quelques ennuis, mais comme nous le faisons à chaque fois, nous avons organisé la désinformation. Il ne nous a pas été difficile de faire passer pour des fous et des illuminés ces pauvres diables. 
Après avoir consulté le Conseil des Planètes Unies à qui nous avons transmis l’étude exhaustive de la Terre que nous avons faite, nous sommes arrivés à la conclusion que, malheureusement, vous ne répondez pas aux normes d’existence planétaire acceptable. De plus, aussi loin que nous pouvons remonter dans votre histoire, vous n’avez jamais cessé de vous entredéchirer en guerres endémiques toujours plus meurtrières, vous n’avez fait qu’accentuer les inégalités socio-économiques, et vous n’avez fait qu’installer la domination et l’appropriation des richesses par une minorité et tout cela au détriment de la vie, de toute la vie sur cette belle planète ! 
Nous avons donc décidé d’éliminer votre civilisation, de rendre cette planète à la vie non humaine et d’en profiter aussi pour prélever quelques ressources qui pourront bénéficier à des civilisations autres qui en ont besoin. Il ne nous restait plus qu’à déterminer la meilleure façon de nous débarrasser de vous. Bien sûr, nous pourrions faire cela rapidement, et radicalement, mais nous préférons oeuvrer différemment. 
Le cas de votre espèce n’est pas nouveau dans l’histoire de cette partie de l’univers. Nous avons donc appris que le processus de destruction d’une espèce doit être une opération de précision. Il ne nous est pas concevable de simplement utiliser nos armes et de viser votre planète et de la détruire. Ce serait incompatible avec nos objectifs de la rendre à la vie et incompatible avec notre projet de redistribution d’une partie des ressources vers les civilisations qui en feront un meilleur usage. Et pour nous, l’usage des armes n’est pas la réponse. Nous avons d’ailleurs mis en place depuis très longtemps une charte galactique de non prolifération des armes de destruction massive. 
Tiens je découvre une part de la culture de votre civilisation que je n’avais pas identifiée dans toutes les observations que j’ai menées.
Alors comment comptions-nous procéder ? 
Une première méthode que nous avons déjà utilisée efficacement à plusieurs reprises sur d’autres planètes afin de faciliter l’extinction d’une espèce est la suivante. L’idée est simple. Il suffit de mettre au pouvoir d’un pays doté d’une technologie militaire de pointe, un imbécile impulsif. 
Sur des planètes comme la vôtre, où l’espèce qui s’est déclarée dominante est naturellement prédisposées à l’autodestruction tribale, placer un crétin déchaîné à proximité d’une grande réserve d’armes plus destructrices les unes que les autres est souvent le meilleur moyen d’assurer une destruction rapide et définitive. Je vous laisse imaginer notre surprise lorsque nous avons découvert le nombre d’individus de ce type que vous avez mis au pouvoir sur cette planète. De grands pays assurant le leadership politique dans une bonne partie de votre monde à des roitelets paranoïaques et sanguinaires jouant avec leurs jouets atomiques, en passant par des leaders se réclamant d’idéologies totalitaires, vous avez réussi à tout mettre en place par vous-même. Alors, en voyant cela, nous avons compris que nous devions adopter une approche bien moins conventionnelle si nous voulons nous débarrasser de votre espèce.
Notre conseil a donc repris les archives, et nous avons envisagé une autre méthode d’anéantissement planétaire qui a également bien fonctionné dans le passé. Cette méthode consiste à accélérer la crise climatique d’une planète. Nous avions tout un plan, nous avons les moyens technologiques qui nous permettent d’agir sur la température moyenne d’une planète et là quelques degrés d’augmentation suffisent pour lancer un processus de destruction irréversible. En effet, la quantité de glace sur Terre a été cruciale dans la création de la civilisation humaine il y a dix mille ans. Je vous rappelle que pendant les cent quatre-vingt-dix mille premières années où vos ancêtres commençaient à fouler en tout sens la planète, les humains se déplaçaient d’un endroit à l’autre pour trouver un climat tempéré, alors que la glace et les déserts changeaient et que les températures se déplaçaient dans des oscillations sauvages. Il y a un peu plus de 10 000 ans, le climat s’est stabilisé. Quand il s’est stabilisé, les beaux endroits sont restés agréables. Un climat stable a aidé les humains à cesser d’être nomades. Et c’est pourquoi les gens se sont installés, laissant du temps et de l’espace pour créer les premières civilisations de l’humanité. C’est un fait qui n’a été découvert par vos paléo-climatologues qu’à la fin du XXème siècle. De plus, vos scientifiques ont démontré que la glace est également la clé de la paix entre les civilisations. En termes physiques, le climat s’est stabilisé sur Terre parce qu’il y avait juste le bon pourcentage de glace sur la planète. La glace se reflète, de sorte que la lumière du soleil rebondit sur elle et ne surchauffe pas la Terre ou ses habitants. 
Pour nous, ce serait un jeu d’enfant que d’agir sur la température moyenne de la planète et de faire fondre vos glaciers et vos calottes polaires, provoquant une élévation du niveau de la mer et des événements météorologiques dévastateurs. Nous savons qu’au moins quatre-vingt pour cent de l’eau douce de votre planète est contenue dans la glace de l’Antarctique. Donc si l’Antarctique fondait complètement, les océans s’élèveraient d’au moins 60 mètres, je vous laisse imaginer les conséquences cataclysmiques d’une telle élévation. 
Or il s’avère que vous avez déjà fait fondre la plupart des glaciers et des calottes polaires par vous-même. Vous avez comme des grands agi de telle façon que la température moyenne de la planète sera telle que, d’ici peu de temps, bon nombre de zones seront inhabitables pour les humains. En fait, vous les humains avez fait seuls plus de dégâts que nous ne pourrions jamais le faire nous-mêmes. Donc, encore une fois, notre plan est, je me permets cette petite plaisanterie, tomber à l’eau.
Où en étais-je ? Oui notre plan de réchauffement climatique a finalement été abandonné, vous faites cela mieux et plus efficacement que nous. 
Toujours après consulté notre conseil, nous avons envisagé un autre plan. Nous avons utilisé une arme redoutable et imparable, que nous n’avons employé que très rarement, et dans un passé lointain. Cette arme consiste à agir sur la santé des populations. Elle consiste tout simplement à intervenir sur les prix des médicaments de l’ordonnance de base, de restreindre à une petite partie de la population l’accès à certains traitements, d’influencer les politiques de santé publique afin de dégrader et de privatiser les services hospitaliers et de faire disparaître la gratuité des soins et des médicaments. Nous savons que de telles mesures entrainera lentement mais sûrement la mort d’une majorité de votre civilisation, entrainera des révoltes et des montées incontrôlable de la violence. Mais là aussi, vous nous avez battus. 
En fait, et plus nous avons appris à vous connaître et plus nous vous conseillons d’envisager d’aller détruire d’autres planètes vu le travail remarquable que vous avez fait en détruisant la vôtre. D’ailleurs aller exploiter des ressources sur d’autres continents, détruire des civilisations, coloniser vous savez ce que c’est, vous l’avez fait, et le faites encore.
Mais nous sommes persévérants et nous sommes persuadés qu’il doit y avoir un moyen à mettre en oeuvre que vous n’avez pas encore utilisé sur Terre. Un de nos contacts sur une autre planète nous a suggéré de perturber votre chaîne alimentaire en éliminant la plupart de votre faune afin de faire s’effondrer votre réseau complexe d’écosystèmes nécessaire à la vie et qui a nécessité plusieurs milliards d’années d’évolution. 
Or vous qu’avez-vous fait ?  Aujourd’hui sur cette planète, plus d’1 million d’espèces vivantes sont menacées d’extinction. Pas moins de 75 % de la surface des terres est sérieusement endommagé. 66% des océans sont de plus en plus affectés par les effets cumulés des dégradations multiples. 85 % des zones humides ont disparu. Entre 2010 et 2015, 32 millions d’hectares de forêts primaires ont été détruits. Pas moins de 40 % de l’environnement marin a  été gravement endommagé, tout comme les trois-quarts des surfaces agricoles et la moitié des cours d’eau terrestres. 80 % des insectes d’Europe avaient disparu en l’espace de 30 ans ce qui mène à l’extinction de 400 millions d’oiseaux mais aussi à l’extinction d’autres prédateurs d’insectes comme les hérissons, les lézards et les amphibiens. Vous les humains êtes la cause de la sixième extinction de masse à cause de la surexploitation des ressources, de la dégradation des habitats, des pollutions diverses, de la prolifération des espèces invasives et du dérèglement climatique. Et tout cela, vous l’avez fait sans notre aide ! 
L’ultime piège diabolique auquel nous avons pensé, piège que nous avons déployé rarement est d’introduire subrepticement les technologies de l’intelligence artificielle à tous les niveaux de la société. 
Ces technologies ont amené les habitants de la planète à dépendre des machines dans chaque instant de leur vie. Elles ont permis le déploiements de drones de surveillance, des systèmes de plus en plus performants de captations des données personnelles et de géolocalisation, des systèmes de recommandation, de surveillances, … et sur ces planètes, poussés par cette quête sans issue de la toute puissance, les civilisations ont développé des machines qui ont gagné en puissance et en autonomie, qui ont consommé de plus en plus d’énergie et d’eau, qui ont demandé de plus en plus de matières premières et qui ont rejeté de plus en plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère jusqu’à empoisonner définitivement toute la planète rendant toute vie impossible. 
Qu’avez-vous en permanence entre vos mains à chaque heure du jour et de la nuit ? Qu’avons-nous trouvé ici ? Rien d’autre que la stratégie que nous avons employée pour enclencher l’autodestruction d’une civilisation. 
Mais que vous arrive-t-il ? Peut-être êtes-vous plus intelligents et plus machiavéliques que nous le supposons et que votre tactique face à nous est d’anticiper ce que nous pourrions faire afin que nous vous laissions tranquilles ? Peut-être êtes-vous tout simplement stupides et irresponsables ? Et que dans ce petit coin de la galaxie, vous avancez vers votre fin prochaine, et que très bientôt, cette partie de l’espace retrouvera son calme. Peut-être vous mettez en situation de frôler la destruction afin de  nous renvoyer chez nous et dès que nous serons partis, réparer rapidement votre planète ? 
Cela dit, ce scénario n’est évidemment pas une option puisque vous ne prenez aucune des mesures qui vous permettraient d’inverser les processus déjà engagés. 
À quel genre de jeu jouez-vous, humains ? 
Citoyens et citoyennes de cette Terre, comment pouvez-vous être à la fois capables de réaliser les rêves plus beaux, d’être artistes et créateurs, et d’être capables de rendre réels les pires cauchemars ? Citoyens et citoyennes de cette Terre, « je pars bientôt, vous m’excuserez si mes paroles sont brutales et retrouve de la gravité. L’univers est plus petit chaque jour, et ce que vous représentez et comment vous agissez n’est plus acceptable. Il ne s’agit pas de renoncer à la liberté mais de renoncer à agir avec irresponsabilité. Vos ancêtres, il y a bien longtemps avaient compris qu’il est nécessaire de vivre en harmonie avec le vivant. Sur les autres planètes, nous avons respecté ce principe depuis longtemps.
Nous avons une organisation qui veille à la protection des planètes et qui vise la disparition totale des agressions envers le vivant. Une autorité aussi haute repose bien sûr sur une vigilance mutuelle de tous les instants. Pour cela, nous parcourons l’univers dans des vaisseaux tels que celui avec lequel je suis arrivé. Nous sommes chargés de veiller sur le vivant dans son ensemble, parce que, dans toutes nos errances dans l’univers, nous n’avons rien trouvé de plus beau que la vie. 
Nous avons les pleins pouvoirs. Si nous détectons ce que nous avons détecté ici sur Terre, nous venons évaluer la situation, nous prenons contact et si rien ne change nous avons le pouvoir d’agir.
Terriens, terriennes, je suis venu vous donner ces informations. La façon dont vous dirigez votre planète ne nous regarde pas. Mais si vous continuez à menacer le vivant, la diversité afin de satisfaire vos petits appétits, votre civilisation sera réduite à un tas de cendres. Votre choix est simple : joignez-vous à nous et vivez en paix ou continuez sur votre voie et exposez-vous à la destruction.
Nous attendrons votre réponse. La décision vous appartient. Dans tous les cas, adieu terriens et terriennes ! »
« Rage, rage against the dying of the light! » peut-être le dernier titre des Nowakowskismes.  Ils sont terminés pour ce soir, et j’espère que dans 2 semaines, nous pourrons encore les diffuser. Tous les enregistrements depuis toutes ces années seront disponibles même si notre civilisation disparaît, et qui sait peut-être qu’un visiteur les retrouvera sur le site web de Radiocampus lorraine ou sur un blog oublié nowakowski.hypotheses.org s’ils résistent au temps. 

Sources et inspirations 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-02-mars-2020 
Le Jour où la Terre s’arrêta (The Day the Earth Stood Still), film américain réalisé par Robert Wise, sorti en 1951, la fin du texte est librement inspirée du message que Klaatu adresse aux scientifiques rassemblés devant sa soucoupe volante le message qu’il était venu délivrer et avant de décoller.
Premier contact, film de science-fiction américain réalisé par Denis Villeneuve, sorti en 2016
Rencontres du troisième type (Close Encounters of the Third Kind), film de science-fiction américain écrit et réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1977
Les talents de Xanadu, Theodore Sturgeon
Titre de ces Nowakowskismes tiré du poème intitulé « Do not go gentle into that good night » de Dylan Thomas (https://poets.org/poem/do-not-go-gentle-good-night ) et qui est cité dans le film Interstellar de Christopher Nolan sorti en 2014.  
https://www.newyorker.com/news/dispatch/antarcticas-ice-the-one-war-that-the-human-species-cant-lose https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/04/jour-du-dereglement-a-compter-du-jeudi-5-mars-la-france-a-une-dette-climatique_6031769_3244.html 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.