Nowakowskismes 4.11. « Nous étions en 2050 »

les Nowakowskismes s’installent en 2050 Alors imaginons-nous en 2050, nous sommes quelques-uns à écouter les Nowakowskismes, et ils nous parlent du monde dans lequel nous tentons de survivre. Nous sommes réunis, le monde autour de nous n’est plus que chaos. 

Nous sommes en 2050. 
Après les réductions d’émissions de gaz à effet de serre enregistrées en 2015, aucun effort supplémentaire n’a plus jamais été fait pour en contrôler les émissions. En 2050, nous le savons, nous nous dirigeons vers un monde qui, en 2100, sera 3°C plus chaud. 
Nous sommes en 2050. 
La première chose qui nous frappe, c’est l’air que nous respirons de plus en plus péniblement. Dans de plus en plus d’endroits du monde, l’air que nous respirons est chaud, lourd et, selon les jours et la météo, surchargé de pollution aux particules. Nous avons en permanence les yeux qui pleurent. Nous sommes sujet à des problèmes pulmonaires qui font que les toux qui nous affectent tout au long de la journée, semblent ne jamais se calmer. Nous nous souvenons de ces pays d’Asie, où, par considération, les malades portaient des masques blancs pour protéger les autres contre les infections aériennes. Aujourd’hui, dans tous les pays, nous ne quittons pas notre masque qui nous protège partiellement de la pollution de l’air. Nous ne pouvons plus sortir sur le pas de notre porte d’entrée et respirer de l’air frais tout simplement parce qu’il n’y a plus d’air frais et pur. Au lieu de cela, avant d’ouvrir nos portes ou nos fenêtres le matin, nous vérifions notre téléphone pour voir quelle sera la qualité de l’air.
Nous sommes en 2050. 
De moins en moins de personnes travaillent à l’extérieur. Et même à l’intérieur, l’air que nous respirons laisse un goût légèrement acide en bouche, jusqu’à nous donner parfois la nausée. Les dernières centrales à charbon ont fermé il y a 10 ans, mais la qualité de l’air dans le monde ne s’est pas pour autant améliorée ! Nous respirons toujours un air surchargé des gaz d’échappement mortels crachés par les milliards de voitures et d’autobus qui ont continué à envahir la surface de la Terre. 
Nous sommes en 2050. 
Ce que nous avons appelé « Notre monde » va se réchauffer encore plus. Les prévisions pour les deux prochaines décennies nous indiquent que les températures dans certaines régions du globe vont augmenter encore plus vite, dans un emballement irréversible et désormais totalement incontrôlable. Les océans, les forêts, les plantes, les arbres et le sol ont absorbé pendant des milliers d’années la moitié du dioxyde de carbone que nous avons rejeté. 
Nous sommes en 2050, et il ne reste que peu de forêts, la plupart sont sur-exploitées ou ont été ravagées par les méga-feux  de forêt qui se sont multipliés. A cela s’ajoute la fonte du pergélisol qui rejette encore plus de gaz à effet de serre dans une atmosphère déjà saturée. 
La chaleur croissante de la Terre nous étouffe. D’ici 5 à 10 ans, nous savons que de vastes étendues de la planète vont devenir inhospitalières pour les humains. Et le pire est que nous ne savons toujours pas à quel point les régions arides d’Australie, d’Afrique du Sud, d’Inde et de l’ouest des États-Unis seront invivables pour les humains, d’ici 2100. Personne ne sait ce que l’avenir réserve à nos enfants et petits-enfants. Nous avons franchi tous les points de basculement l’un après l’autre, ce qui nous amène à douter sérieusement de la survie de l’humanité et de notre civilisation dans un futur proche. 
Nous sommes en 2050.
Et certains prédisent qu’à court terme les humains vont à nouveau se disperser, se rassembler en petites tribus pour survivre, recroquevillés sur eux-mêmes et vivant sur les dernières parcelles de terre encore capables de les accueillir.  
Nous sommes en 2050. 
L’augmentation du taux d’humidité dans l’air et les températures de plus en plus élevées à la surface des océans ont provoqué une multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, comme les ouragans dévastateurs et les tempêtes tropicales. De plus en plus fréquemment, les événements climatiques extrêmes ont provoqué dans des villes côtières du Bangladesh, du Mexique, des États-Unis et d’Europe des destructions massives et irréversibles des infrastructures en particulier à cause des inondations qui ont suivi. Ces événements ont tué et tueront encore des milliers de personnes et font que des millions d’êtres humains doivent être déplacés, accroissant de jour en jour le flux des réfugiés climatiques. 
La fréquence et la puissance de ces événements climatiques augmentant, chaque jour, en raison de la montée des niveaux d’eau, une partie du monde doit évacuer vers des terres situées à niveaux plus élevés. Chaque jour, les informations nous montrent à nous qui sommes encore que partiellement atteints, des images de mères avec leurs bébés attachés sur leur dos, errant et pataugeant dans des eaux en crue, au milieu de  maisons déchirées par les flots combinés des océans déchainés et les flots des rivières gonflées des précipitations diluviennes.  
Nous sommes en 2050.
Les informations qui nous parviennent décrivent la situation catastrophique de personnes qui vivent dans des maisons avec en permanence de l’eau jusqu’aux chevilles parce qu’elles n’ont nulle part où aller, leurs enfants développant des pathologies respiratoires et dermatologiques dues à la moisissure qui envahit leurs lits et chaque recoin de leur habitat insalubre. A cause de la multiplication des événements climatiques extrêmes, la plupart des compagnies d’assurance ont fait faillite, laissant des millions de survivants sans ressources pour reconstruire leur maison ailleurs, un peu plus loin. 
Nous sommes en 2050. 
Comme le montre la théorie des catastrophes, ces événements se multiplient, surviennent simultanément et ont un effet amplificateur des désastres. Aux destructions s’ajoutent les difficultés d’approvisionnement et d’acheminement des secours. Nous sommes en 2050 et ça peut prendre des semaines, voire des mois, pour que la nourriture de base et les secours atteignent les zones dévastées. L’approvisionnement en eau potable n’est plus assuré, les destructions dues au sel de mer et le ruissellement agricole sont à la fois des conséquences et des causes de maux à venir.  Nous sommes en 2050 et des maladies telles que le paludisme, la dengue, le choléra, les maladies respiratoires associées à la malnutrition affectent la plus grande partie de l’humanité.
Lâches, nous essayons d’oublier le fait que 2 milliards d’humains vivent dans les régions les plus chaudes du monde. Que dans ces régions qui s’étendent inexorablement, les températures atteignent, sur des durées dépassant 45 jours par an, les 60 ° C. À cette température, un humain ne peut pas rester plus de 6 heures sous peine de ne plus être en capacité de refroidir son corps, et donc d’être voué à une mort assurée. En conséquence, des régions comme l’Inde centrale deviennent de plus en plus difficiles à habiter. Nous assistons à des migrations massives. Les zones rurales moins chaudes sont assaillies par de plus en plus de réfugiés provoquant des troubles civils graves, des massacres, et le repli sur soi des communautés humaines. Les guerres pour l’accès à l’eau font des ravages ajoutant ainsi aux effets du dérèglement climatiques son lot croissant de victimes. 
Nous sommes en 2050.
Les grandes famines ont à nouveau envahi la Terre. Les zones climatiques ayant changé, ce sont maintenant les régions du nord comme l’Alaska et plus généralement l’Arctique qui sont les nouvelles régions agricoles du Monde. Le Mexique et la Californie se sont enfoncés dans une sécheresse toujours plus destructrice. Pour beaucoup d’autres régions du monde, il faut faire face à des instabilités dues aux chaleurs extrêmes, auxquelles s’ajoutent les effets des inondations, des incendies de forêt et des tornades. La production alimentaire varie énormément d’un mois à l’autre, d’une saison à l’autre, selon l’endroit où nous vivons. Et surtout, l’approvisionnement alimentaire en général est devenu très imprévisible. Le commerce mondial a ralenti, les pays cherchant surtout à conserver leurs propres ressources.
Nous sommes en 2050 et la règle du chacun pour soi est de mise. Les pays disposant de suffisamment de nourriture rationnent. Les émeutes alimentaires, les coups d’État et les guerres civiles jettent les populations plus vulnérables sur les routes. Comme chaque fois, les pays encore épargnés cherchent à fermer leurs frontières afin d’empêcher les migrations massives. La plupart des armées des pays ne sont plus que des patrouilles frontalières hautement militarisées. Des essaims de drones patrouillent 24h sur 24, traquant infatigables ceux qui tenteraient de traverser. Certains pays ont même mis en place un système d’immigration choisie mais qui ressemblent à s’y méprendre à de la mise en esclavage organisée des plus faibles. C’est à prendre ou à laisser ! 
Nous sommes en 2050. 
Les humains qui vivent dans des pays encore stables et relativement épargnés peuvent encore se considérer physiquement en sécurité mais les effets dévastateurs au niveau psychologique se font de plus en plus sentir. Impuissance, désespoir, perte du sens de la vie,…. À chaque fois qu’un nouveau point de basculement a été franchi, l’espoir a diminué. Nous sommes en 2050, et nous savons qu’il n’y a plus aucune chance d’arrêter le réchauffement galopant de la planète et il ne fait presque plus aucun doute que nous nous dirigeons lentement mais sûrement et de plus en plus rapidement vers ce que les années 2020 avaient appelé l’effondrement. 
Effondrement ! Magie des mots qui veulent dire sans dire ! Ou comment exprimer l’inexprimable ! Nommer l’innommable ! Ou simplement comment habiller la réalité pour qu’elle soit digeste, qu’elle fasse polémique, ravage les pensées, et que la bonne conscience se substitue à l’action ! 
Nous sommes en 2050. 
En plus de sa contribution à l’intensification des émissions de gaz à effet de serre, la fonte du pergélisol a également libéré d’anciens microbes auxquels les humains d’aujourd’hui n’ont jamais été exposés et, par conséquent, n’y ont développé aucune résistance. A cela s’ajoutent les maladies propagées par les moustiques et les tiques. Jusqu’il y a 20 ans, ces maladies qu’elles véhiculent ne concernaient que certaines régions de la Terre mais aujourd’hui, en 2050, profitant du changement climatique, les moustiques ont migré et ont envahi les régions auparavant sûres de la planète, condamnant de plus en plus d’humains à la malaria et au paludisme. Il s’agit de survivre face aux déchaînement de la nature et de lutter contre des ennemis presque invisibles. Enfin, et encore une fois les catastrophes n’allant jamais seules, nous vivons un problème majeur de santé publique due à la résistance aux antibiotiques. Nous avons tellement usé de ces produits qu’ils ont fini par ne plus être efficaces. Nous avons tellement densifié les zones habitables qu’elles sont devenues des zones d’émergences d’épidémies meurtrières et difficilement contrôlables ! Souvenons-nous de l’épidémie de coronavirus, le Covid19. 
Nous sommes en 2050. 
La question de la disparition proche de l’espèce humaine est de plus en plus débattue. Pour beaucoup d’entre nous, la seule incertitude qui subsiste est combien de temps nous reste-t-il ? Quelle sera la dernière génération d’humains à fouler cette Terre ? Nous assistons à une augmentation sans précédent du nombre de suicides comme manifestation évidente du désespoir qui s’est emparé de nous. Au désespoir s’ajoutent ce sentiment de perte irrémédiable, cette culpabilité et cette impuissance insupportables et ce ressentiment féroce et stérile envers les générations précédentes qui n’ont pas fait ce qui était nécessaire pour nous détourner de l’abime.
Nous sommes en 2050 et la voix des Nowakowskismes nous rappelle Kafka qui disait il n’y a pas si longtemps : « Là c’était un espoir infini mais pas pour nous ». Ces quelques mots écrits par un écrivain dont les personnages s’efforcent d’atteindre des objectifs apparemment accessibles et qui, de façon tragique ou amusante, ne parviennent jamais à s’en approcher. 

Nous avions tout ce qu’il fallait, et … nous avons tout gâché. 

Nous sommes en 2050 et, en 20 ans, 3 milliards d’êtres humains sont morts. 

Nous sommes en 2050, j’ai éteint mon petit transistor, il faut que je l’économise.  Les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que dans 2 semaines, je pourrai encore les écouter. J’espère que dans deux semaines, cette voix viendra encore me parler. J’ai gardé avec moi tous les enregistrements depuis toutes ces années, ils sont encore disponibles sur le site web de Radiocampus lorraine pour ceux qui peuvent toujours y accéder, ou sur un blog presqu’oublié nowakowski.hypotheses.org. 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.