Nowakowskismes 4.2 – Vertiges – Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves?

Vertiges ce soir, vertiges de l’espace, des questions qu’il nous pose, vertiges d’oser imaginer au delà des limites du « réel ». Ce soir, les Nowakowskismes seront Vertiges face à l’espace, face aux questions qu’il pose, face à cet humain qui se débat sur cette poussière perdue dans l’infini, poussière qui est pour autant notre univers. Alors prêts ? C’est parti !
« Il ne se déplaçait pas sur une trajectoire habituelle aux astéroïdes, selon une ellipse qu’il réemprunterait au bout de quelques années avec la précision d’un mécanisme d’horlogerie. C’était un objet solitaire errant entre les étoiles, rendant sa première et dernière visite au système solaire, car sa célérité était telle que jamais le champ gravitationnel du soleil ne pourrait le capturer. »
Ces lignes sont extraites du livre « Rendez-vous avec Rama » d’Arthur C. Clarke. En 2131, les radars terrestres destinés à protéger la Terre des astéroïdes géocroiseurs (ceux dont la trajectoire pourrait les amener à percuter la Terre), découvrent un astéroïde de grande taille dont les paramètres orbitaux indiquent une origine en dehors du Système solaire. Cet astéroïde est baptisé Rama en l’honneur d’un dieu du panthéon hindou (parce que tous les noms des dieux des autres panthéons ont tous été utilisés). L’objet se révèle en fait rapidement être un gigantesque cylindre quasi parfait, dont les dimensions sont d’environ 50 km de long par 20 km de diamètre. Il s’agit donc incontestablement d’un artefact d’une civilisation technologiquement très avancée, un espace immense à explorer, un monde de structures, d’escaliers vertigineux, de routes, et vieux de plusieurs millions d’années !

Vertiges 1

Nous ne sommes pas dans Arthur Clarke mais il y a quelques semaines, les téléscopes ont détecté un étrange objet. Baptisé « Oumuamua » qui signifie « éclaireur » en hawaïen, sa forme allongée  intrigue. Il ne ressemble à aucun des astéroïdes du Système solaire et, pour le moment, les astrophysiciens ne peuvent pas expliquer sa forme étirée qui le fait ressembler à un long cylindre d’environ 400 mètres de long. Trop petit pour être le vaisseau Rama, du roman d’Arthur Clarke, ne pourrait-il pas être tout de même une sonde interstellaire de passage dans notre Système solaire ? Ou alors, pourrait-il s’agir d’une sonde interstellaire de type von Neumann par exemple.
Qu’est-ce qu’une sonde de type Von Neumann ? C’est une machine autoréplicative ou autrement dit, une machine qui est théoriquement capable de fabriquer seule une copie d’elle-même en utilisant des matières premières prises dans son environnement. Le concept de machines autoréplicatives a été proposé et examiné par plusieurs chercheurs dont John von Neumann, génial mathématicien touche à tout, plus connu pour ses contributions à la théorie des jeux, à la logique mathématique et pour l’architecture des ordinateurs que nous utilisons tous les jours. Ce concept s’inscrit dans les projets impliquant l’extraction de lunes et des ceintures d’astéroïde pour le minerai et d’autres matériaux, la création d’usines lunaires et même la construction de satellites solaires dans l’espace. On parle de « machines de von Neumann ». Von Neumann a aussi travaillé sur ce qu’il a appelé le constructeur universel, une machine autoréplicative qui fonctionnerait dans un environnement d’automates cellulaire. Fermons la parenthèse.
Donc, « Oumuamua » pourrait bien être une machine pilotée par une super Intelligence Artificielle et rien n’interdit de croire que cette sonde a ralenti temporairement en fonçant dans le Système solaire pour l’étudier un peu, jeter un oeil à la Terre, tout en restant hors de portée des vaisseaux de l’humanité, par sécurité ou pour ne pas déranger ? Ce serait le retour du monolithe de 2001 l’odyssée de l’espace, revenu plusieurs millions d’années plus tard, usé par le temps et l’espace pour voir ce qu’il est advenu de cette espèce qu’il a aidé à émerger du chaos ?
Peut-être cette machine est-elle en train d’essayer d’établir un contact temporaire par radio avec nous, un peu comme dans un autre roman d’Arthur Clarke, « Les Fontaines du paradis », roman mettant en scène une telle machine baptisée « le Vagabond des Étoiles ». Cette question n’est donc pas si idiote puisque les membres du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) ont entrepris d’écouter « Oumuamua » avec l’Allen Telescope Array (ATA) mais aussi le Green Bank Telescope dans le cadre du projet Breakthrough Listen, en tentant d’intercepter un signal dans la fameuse bande 1,1-1,9 GHz, où se trouve la raie à 21 cm de l’hydrogène : une bande que l’on pense privilégiée pour la communication interstellaire.
Et finalement, pour finir et nous ramener à la solitude qui est peut-être la nôtre, voici quelques lignes de Rendez-vous avec Rama, « on pourrait se perdre en conjectures, la nature et le dessein d’« Oumuamua » nous resteront totalement inconnus. « Oumuamua » s’est peut-être servi du système solaire comme d’une pompe à essence, ou d’un chargeur de batterie, et nous tournera la dos avec mépris, appelé par d’autres affaires autrement plus importantes. Sans doute, n’aura-t-il jamais connaissance de l’espèce humaine ! »
C’est donc la première fois que des scientifiques ont l’occasion d’examiner de près un morceau de matériau, quelque chose provenant … d’un autre monde. Vertige !

L’histoire d’« Oumuamua » m’amène à retrouver un vieil ami et tout d’abord un autre vertige, vertige suggéré par une question. Et quelle question ! 

Il s’agit du paradoxe énoncé en 1950 par le physicien Enrico Fermi. Au cours d’un repas avec des collègues, il s’interroge sur la possibilité d’une vie, et d’une visite extraterrestre. Constatant que notre soleil est une étoile jeune à l’échelle de la galaxie, il formule la question suivante :

« S’il y a des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient déjà être chez nous. Où sont-ils ? »

Un auteur de science fiction a cherché à répondre à cette question. Il s’agit de Stephen Baxter, et plus particulièrement dans le cycle « Les univers multiples ». Baxter affiche une volonté féroce de dévoiler la multitude des possibles avec une hard science-fiction pointilleuse, basée sur des découvertes technologiques et scientifiques solidement attestées. Il n’a de cesse, dans ses romans, astucieux et foisonnant d’idées, de vilipender la frilosité des institutions, refaisant au passage l’histoire de la conquête spatiale. Il déplore alors la perte de l’esprit pionnier rappelant la fragilité de l’humanité et son caractère éphémère au regard de l’histoire de l’univers. Pour lui, l’humanité doit quitter son berceau terrestre pour accomplir son destin d’espèce intelligente en allant coloniser l’espace.
Donc, le cycle des « Univers multiples » gravite autour de cette question des extraterrestres. Et Baxter répond en plusieurs points, déclinant ses propositions en trois épais romans.
Le premier, intitulé Temps, explore l’hypothèse d’un univers dépourvu de toute autre forme de vie intelligente. A la question de Fermi : « Où sont-ils ? », il répond : « Nulle part ». Et ce n’est pas la vision du futur offerte par un artefact venu de l’avenir, la perspective d’une fin du monde probable ou l’apparition de mutants aux desseins mystérieux qui rassure l’humanité. Bien au contraire, ces faits l’accablent et l’affolent, ressuscitant les pires réflexes de préservation de l’espèce. Par le biais de la physique quantique, Stephen Baxter nous projette à la fois dans l’avenir, au terme de l’univers, et dans l’arborescence des possibles. Deux interrogations lancinantes traversent le roman. Que deviendra l’intelligence une fois l’humanité disparue ? Comment parvenir à vaincre l’entropie ?
Le second, intitulé Espace, répond au paradoxe de Fermi par une autre question : « Pourquoi les extraterrestres n’arrivent-ils que maintenant ? » Baxter imagine en effet que la vie est présente partout dans l’univers. Sous diverses formes, elle grouille littéralement, affichant ses manifestations passées et présentes aux yeux d’une humanité désormais ravalée au rang d’espèce superflue. Toutefois, si la vie intelligente abonde et prolifère, pourquoi aucune civilisation extraterrestre n’est-elle parvenue à conquérir et dominer la galaxie ? Et là, dans une remise en question de la narration en jouant sur la causalité, la temps, l’espace, et comme selon lui, la vie bourgeonne partout, elle finit par arriver dans le système solaire, par vague de machines de Von Neumann venues d’autres galaxies. Il suffisait d’attendre un peu, comme quand on attend que l’eau se mette à bouillir, après les premières bulles, c’est parti ! Mais malgré cela, une question de fond subsiste : peut-être que « Quelque chose tue les civilisations semblables à la nôtre avant que nous allions trop loin ! Peut-être nous auto-détruisons-nous ?
Je ne parlerai par d’Origine, troisième volet de la série, je vous avoue, il n’est pas terrible. Mais ce vertige de l’exploration, de l’appel de l’espace, cette maîtrise technologique ne fait que nous ramener au plus près de ce que nous sommes, des êtres fragiles, capables des pires cauchemars comme des plus magnifiques rêves !

De retour sur Terre, le vertige n’est plus une affaire d’espace, ni de temps, mais de rêve et d’espoir d’une humanité apaisée. Nous retrouvons pour cela une écrivaine peu connue, Octavia Butler. 

Quelques mots dans le temps. En 1963, Martin Luther King Jr, nous a mis en garde contre l’ajout « d’obscurité plus profonde à une nuit déjà dépourvue d’étoiles ». Il a écrit que les ténèbres ne peuvent chasser les ténèbres, que la haine ne peut pas chasser la haine, et il nous a rappelé que seul l’amour peut le faire. Trente ans plus tard, Octavia Butler écrit dans son roman « Parabole du semeur » que « notre destinée est de prendre racine parmi les étoiles ».
Le militant et l’artiste semblent d’abord avoir été engagés dans un travail de vie nettement différent, mais ils ont fait un rêve commun de l’avenir. Leur travail est lié par la foi associée à une fusion des enseignements spirituels et de la conscience sociale, un évangile social futuriste en quelque sorte. Dans son essence, le travail de justice sociale, que Luther King a incarné et que Butler a si habilement exprimé dans son roman et ses histoires, porte sur l’amour – un amour qui est les meilleurs espoirs et souhaits pour l’humanité dans l’âme.
Aujourd’hui, la justice sociale représente l’un des plus importants défis à la conscience de notre monde. Les nouvelles technologies et les politiques politiques des entreprises permettent d’accumuler de la richesse et du pouvoir d’une manière étonnante et fantastique tout en creusant le fossé entre ceux qui ont et ceux qui ne le font pas. Dans le grand et beau monde, le fossé s’élargit, pervers et inexorable, se moquant de la liberté, de la justice, de la démocratie et même de la miséricorde. James Baldwin a dit que nous ne sommes pas nés en sachant ce que signifient ces concepts, qu’ils ne sont ni communs ni bien définis. Et du coup, « les individus, doivent faire un énorme effort pour arriver au respect des autres personnes que ces mots impliquent ». L’humanité ne peut faire autrement que de fournir un effort soutenu et concentré pour créer des sociétés qui accorderont la même signification aux mots respect et sens.
Un filou, un enseignant, le chaos et l’argile, Dieu tel que le décrit par Octavia Butler dans ses « La Parabole du semeur, et Parabole des talents », c’est le changement. Puisse-t-il engendrer de nouvelles conversations dans les salles de classe, inspirer des discussions vigoureuses dans les cafés et les clubs de lectures, et créer de nouveaux outils d’organisation et de nouveaux cas d’études permettant l’élaboration de vraies stratégies pour de nouvelles organisations communautaires.
Chaque fois que nous essayons d’imaginer un monde sans guerre, sans violence, sans prisons, sans capitalisme, nous nous engageons dans la fiction spéculative. Toute organisation est de la science-fiction. Les organisateurs et les militants consacrent leur vie à créer et à imaginer un des histoires de science-fiction ?
Octavia Butler a exploré les intersections de l’identité et de l’imagination, les zones grises de la race, de la classe, du sexe, de la sexualité, de l’amour, du militarisme, de l’inégalité, de l’oppression, de la résistance et, plus important encore, de l’espoir. Alors la question devient, non pas celle du retard de la rencontre avec les extraterrestres, mais celle qui nous concerne et qui est : Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves?

 

Références 

Rendez-vous avec Rama, Arthur C. Clarke, J’ai Lu, 1975
Les univers multiples, Temps, Espace, Origine, Stephen Baxter, Pocket, 2007
La parabole du semeur, La parabole des Talents, Octavia Butler, Au diable faubert, 2001
Octavia’s brood, edited by Adrienne Marie Brown et Walidah Imarisha, AK Press, 2015

Nowakowskismes n°2.3 – Drones de Nowakowskismes

Ce soir, avec ce drone de titre d’émission, nous serons drones et pas forcément drôles. Nous irons dans un drone de monde, le nôtre, pour après nous échapper dans un drone d’univers, pour une bouffée d’espoir et enfin nous irons du côté de l’univers d’un drone d’écrivain Roger Zelazny.
Un drone est un faux bourdon et c’est le mâle de l’abeille. Il est le produit d’un oeuf non fécondé. Ça veut dire qu’il a une mère, la reine de la ruche, et pas de père. Puisque le drone n’a pas de père et qu’un mère, son arbre généalogique est particulier.
La première génération compte un membre, le mâle. La génération précédente compte également un seul membre, la mère. La génération grand-parente compte deux membres (le père de la mère, et la mère de la mère). Celle qui précède compte trois membres. Celle encore avant a cinq membres, et lorsqu’on recense les effectifs, on obtient la séquence 1, 1, 2, 3, 5, 8 … qui n’est rien d’autre que la suite de Fibonacci. Je ferai une interro écrite la prochaine fois sur la suite de Fibonacci 🙂
Donc le drone ne possède pas de dard et ne récolte ni nectar, ni pollen. Son rôle consiste à s’accoupler avec une rein fertile lors du vol nuptial auquel il ne survit habituellement pas.
Bien sûr, quand je vous parle de drone, peu d’entre nous pensent à ce faux bourdon et sa généalogie en suite de Fibonacci. Évidemment, le drone c’est cet appareil plus ou moins autonome, du jouet à à joujou militaire létal, et vous vous doutez bien que ce n’est pas le jouet qui va m’intéresser !
En fait, un drone est un « Objet Violent Non Identifié ». Le drone est l’avatar le plus contemporain, le plus technologique de l’homme et la guerre. C’est aujourd’hui, l’emblème de ce que les Etats-Unis appellent, dans leurs propres documents stratégiques, la “guerre comme chasse à l’homme”. Elle a ses méthodes et son personnel : des contracteurs militaires recrutent des analystes “chasseurs d’homme” par petites annonces. Le drone est l’instrument de la politique officieuse de la Maison Blanche : tuer plutôt que capturer !

« Faites-nous confiance mais ne vérifiez rien ! » 

Petit rappel. Dès les premiers jours à la tête des USA, l’arme de choix du président Obama a été le drone. Le drone est alors utilisé par la CIA et l’armée pour traquer et éliminer les personnes que le gouvernement a donné l’ordre d’exécuter, par des procédures secrètes, sans mise en examen, ni procès. Le drone est un instrument, et pas une mesure politique. La politique en l’occurrence dans ce cas, c’est l’assassinat que les Etats-Unis exploitent à coups de drones en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen depuis leur base du Nevada et ce, sans discernement, sous couvert de frappes prétendument ciblées – frappes « chirurgicales » qu’ils disent à l’envi sur les chaînes de télé, et qui sont loin d’être chirurgicales ! Et surtout la même stratégie que celle de la surveillance de masse et cette foi aveugle dans le renseignement technique et la divination.  Et La France, « c’est notre projet ! » est en passe d’armer ses propres drones (achetés aux Etats-Unis).

Drone de monde 

Le 15 octobre 2015, le site d’information The intercept a publié des documents secrets qui laissent entrevoir les rouages des opérations de capture-élimination de l’armée américaine sur une période clé de l’évolution de la guerre des drones, à savoir de 2011 à 2013. Ces documents ont été diffusés parce que le citoyen a le droit de connaître le processus par lequel un individu est ajouté à la liste des cibles à éliminer, puis assassiné, sur les ordres des plus hauts échelons du gouvernement américain. Je cite : « Cette explosion monstrueuse du nombre de personnes surveillées, mises sur écoute, inscrites sur des listes compilées dans des bases de données, réduites à un numéro et à une « carte de baseball » (dans le jargon militaire, la « carte de baseball » est la méthode de visualisation de l’information par les militaires : elle est utilisée pour afficher les données, cartographier les relations entre les gens et identifier ce qu’on appelle des schémas de vie de certains individus), condamnées à mort sans avertissement dans un champ de bataille mondial a été dès le départ une erreur. C’est nous qui rendons cela possible. Et par nous, j’entends tous les citoyens américains qui sont au courant, mais font comme si de rien n’était ». Souvenez-vous « pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles ! ».
Depuis 2012, les « kill lists » de l’administration Obama ont été disséquées, des bataillons de juristes ont contesté la légalité du dispositifs, de ces drones « chasseurs-tueurs » qui modifient radicalement les règles de la guerre ! Frapper les terroristes avant qu’ils ne frappent et bien sûr tous les dommages collatéraux qui vont avec : selon les chiffres du Bureau of Investigative Journalism, sous les deux mandats d’Obama, entre 384 et 807 civils aurait été tués par des frappes en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen.
Le documentaire Dirty Wars paru en 2014 montre cette mort vue du ciel, qui traumatise les populations locales. Je cite : « Au Yémen, les parents s’en servent pour effrayer les enfants, c’est l’équivalent du croque-mitaine : « Si tu n’es pas sage, un drone américain viendra te tuer ! » » N’importe qui peut être touché, qu’il s’agisse d’un fermier ou d’un couple qui se marie.
Pour ceux et celles qui auraient oublié, en septembre dernier, Florence Parly, la ministre des Armées, a annoncé l’armement des drones Reaper (ça veut juste dire « la faucheuse ») achetés… aux Etats-Unis.
La guerre elle-même change. Avec les drones, les pilotes n’encourent plus aucun risque, ils pilotent un drone comme avoir nouveau jeu vidéo, sauf que le drone est à 12000 km de son manipulateur, et que l’assassinat bien réel est réduit à toucher une cible ! Quand les opérateurs de drones éliminent une cible, ils appellent ça un « touchdown » ; les informations relatives à cette cible sont rassemblées sur une « carte de baseball » et quand ils ont touché la bonne cible, c’est un « jackpot ». Ce vocabulaire montre bien que pour les Etats-Unis, il ne s’agit que d’un jeu grandeur nature où la vie humaine n’a aucune valeur.
Dans le programme semi-clandestin américain, chaque individu tué par une frappe de drone est un combattant ennemi, jusqu’à preuve du contraire. C’est un renversement incroyable de la charge de la preuve et des règles d’engagement militaire ! A-t-on une seule preuve qu’une cible exécutée constituait une menace imminente pour la sécurité des citoyens américains.
Et plus encore « Nous ne traquons pas des individus, nous suivons des cartes SIM. », en 2014, Michael Hayden, l’ancien patron de la NSA et de la CIA, a déclaré que les Etats-Unis « tuaient des gens sur la foi de métadonnées ».
Il existe deux types de frappes. La première, celle qu’on appelle « personality strike », vise un individu en particulier : vous voulez éliminer un chef taliban dans les zones tribales du Pakistan, vous le ciblez en sachant qu’il y aura peut-être des dommages collatéraux. La deuxième, nommée « signature strike » est plus problématique : vous tuez quelqu’un sur la base d’informations incomplètes recoupées entre elles. Comme ce ne sont pas les individus qui sont traqués, mais des cartes SIM, les indicateurs de fréquence ou de mouvement suffisent à déclencher une frappe. Un drone pourra alors tuer des individus qui se réunissaient pour planifier une attaque, mais il peut tout aussi bien tuer un enfant, membre de leur famille, sur un marché, parce qu’il a eu le malheur d’être en possession du téléphone identifié par le renseignement. En clair, drones et surveillance de masse marchent main dans la main. Dans les deux cas, une fois dans le radar, on ne peut plus en sortir et on vous retire de force vos libertés fondamentales.
Pour conclure ! Trump a tué davantage de civils en 10 mois qu’Obama en 8 ans. Obama ne voulait pas être un tueur de masse, Trump s’en fiche. Avec Trump, nous sommes revenus au point Hiroshima de l’Histoire à savoir intimider par l’irresponsabilité, quel qu’en soit le coût.
Et une petite dernière pour la route. C’est la base de Ramstein en Allemagne (pas très loin de Nancy) qui sert de relais européen pour les raids de drones américains.  La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont complices des agissements américains en étant de gros pourvoyeurs en renseignements, notamment en Afrique et en Afghanistan. Et toutes ces informations fournies aux Etats-Unis servent à assassiner des individus en dehors de toute juridiction.
Voilà, « Parce que c’est notre projet ! » c’est d’être un important fabricant d’armes, c’est d’être inspirateur de la CIA en matière de surveillance et c’est bien sûr l’avalanche de lois sécuritaires qui au nom de la sauvegarde de la démocratie donne un terrible virage conservateur, assumé encore plus publiquement qu’aux Etats-Unis. Drone de monde !

Référence. La Machine à tuer, La Guerre des drones, Jeremy Scahill et l’équipe de The Intercept (Lux éditeur, 180 pages, 18 €)

Drone d’univers

Dans l’univers de Iain M. Banks, la Culture, dont nous avons déjà parler dans les Nowakowskismes, les IA et les drones sont membres de cette société à part entière. Selon une hiérarchie.
Tout au bas de la hiérarchie des IA, il y a les drones. Les drones tiennent une place importante dans les récits de Iain M. Banks parce qu’ils entretiennent des relations directes avec les humains. Ils servent de gardes du corps, de secrétaires, de documentalistes, de valets de chambre, de chauffeurs, de cuisiniers, de confidents, de vieux amis de la famille. Si vous avez besoin d’une autre compétence, il suffit de demander, le drone la possède probablement ou la chargera en mémoire. Ils ne sont pas nécessairement plus gros qu’une boite d’allumettes (ça dépend des modèles) mais ils peuvent agir très fort, très vite et en pouvant faire très mal. Ne jamais essayer de jouer au plus fin avec un drone, cela peut être lourd de conséquences, même si le drone ne fait qu’obéir scrupuleusement aux instructions et respecter intégralement vos droits (les trois lois de la robotique n’existent pas dans la Culture).
On peut se demander pourquoi les drones acceptent apparemment sans réserve ni rancoeur un rôle qu’on pourrait qualifier de subalterne, à savoir celui de domestique à tout faire. C’est que, du point de vue des drones, les choses ne présentent pas exactement comme cela. Comme la plupart des intelligences, les drones éprouvent le besoin de donner du sens à leur vie. Ils sont donc satisfaits de guider et de protéger ces petits êtres fragiles, faibles, curieux, imprévisibles, esthétiquement improbables, intellectuellement limités mais si stimulants parce que tellement imprévisibles, les humains et autres créatures biologiques.
Bien qu’ils s’en défendent, les drones sont aussi très sentimentaux. Ils finissent par s’attacher à leur humain au point que son inéluctable disparition, trop souvent prématurée du fait des défauts de conception de classe d’organismes, les émeut profondément. Un drone est pratiquement immortel, presque toujours réparable, et toujours améliorable. Le service d’un humain peut faire partie de l’éducation convenable d’une jeune IA qui sera ultérieurement augmentée et éventuellement vouée à des tâches plus complexes. En fait même métaphoriquement la tête sur le billot, les drones considèrent leurs humains comme ceux-ci font de leurs animaux familiers. Pour regardez vos chats si vous en avez ! Qui est au service de qui ?  Enfin, un drone ne restera pas une nanoseconde au service d’un humain s’il ne s’entend pas avec lui. Comme toute intelligence, il a son autonomie.
Mais alors finalement, pour proposer une alternative aux discours de prophètes de l’apocalypse et de la fin de l’homme par l’IA, et avec ce que nous montre Iain M. Banks, l’homme pourrait être sauvé de lui-même par les IA, intelligences étrangères seules à même de prendre soin de nous. Pied de nez à tous les prophètes des ondes, ou des marchands de transhumanisme, où ce sont les IA et autres drones intelligents, produits de notre intelligence, ce qui prendront soin de l’humain, ce petit être fragile et imprévisible.

Un drone d’auteur, Roger Zelazny

Roger Zelazny est un des plus grands auteurs de SF américains. Né en 1937, il commence à écrire dans les années cinquante. Il a donc été un écrivain de la génération de Philip K. Dick, avec qui il écrivit Deus Irae, Alfred Bester (ils réalisèrent ensemble Le Troqueur d’âmes) ou Robert Sheckley (Le Démon de la farce, À Faust, Faust et demie). L’œuvre de Zelazny est marqué par une réécriture des mythologies de toutes les civilisations et l’affrontement entre des forces supérieures et manichéennes. Roger Zelazny est décédé en 1995.
Ce soir, je vais vous parler de deux romans de Zelazny, “Seigneurs de lumière” et “Toi, l’immortel”.
“Seigneurs de la lumière” publié en 1967 et Prix Hugo 1968, est très certainement le grand roman de Roger Zelazny. Il place l’action loin dans le futur, ou pourquoi pas loin dans le passé, sur une planète où des immortels qui détiennent la technologie, et donc le pouvoir, se font passer pour des dieux. Mais Sam, un des premiers hommes à être arrivé sur la planète, il y a des siècles, lui-même impliqué dans de nombreuses légendes populaires et doté de grands pouvoirs, va s’opposer à l’hégémonie des Maîtres et compte bien mettre fin à leur règne… Ainsi, Seigneurs de lumière peut être vu comme une réécriture de la quête de Siddharta – Bouddha – et décrit sa lutte contre une partie du panthéon hindou.
Mais Seigneurs de lumière va bien plus loin et comportent de multiples niveaux de lecture au delà de l’histoire. Seigneurs de lumière dans sa narration remet en cause le temps et son écoulement, la causalité des événements. Il bouscule la logique traditionnelle de l’identité, et met en scène la colonisation et le transfert d’identité. Qui sont-ils ? Quand sont-ils ? Dieux, démons, usurpateurs, humains jouant à être des dieux, nous en sommes même à nous questionner sur notre identité de lecteur. Et pour aller aller encore plus loin, dans un contexte façonné par l’Inde ancienne, Seigneurs de lumière est aussi une allégorie de la subjugation et de la liberté, de l’exploitation et du libre arbitre. Faut-il y voir un récit qui ne fait que reprendre la trame des Dieux et des Hommes ? Ou d’une vision qui inscrit le religieux au centre des débats concernant la technique, l’évolution et un éternel retour des conflits habités par la volonté et la ruse ? Je vous invite vraiment à vous y plonger.
Toujours dans les drones d’univers, vient « Toi l’immortel ». Dans un monde post-apocalyptique, Conrad Nomikos, haut commissaire aux Arts, Monuments et Archives de la planète Terre, doit diriger une mission d’exploration historique pour le compte d’un riche Végan nommé Cort Myshtigo. Au cours de son périple, Conrad Nomikos aura deux missions distinctes : percer à jour les intentions réelles de l’extraterrestre et empêcher son assassinat. Roger Zelazny mêle ici le genre post-apocalyptique à un travail sur la mythologie grecque antique.
Le héros de l’histoire, Conrad Nomikos, et on le découvre très vite, est l’incarnation même du dieu Pan, divinité tutélaire des bergers, abandonné par sa mère sur une colline. Et c’est sur une Terre comme aux origines de la mythologie où se côtoient monstres et humains, dieux et mortels, que ce dieu de la mythologie grecque vient proposer à l’humanité la reconquête et la réappropriation de son propre patrimoine culturel. Ce récit d’une mythologie qui se reconstruit en une forme d’auto-référence, une fugue sur le thème des mythes fondateurs qui nous construisent et viennent alimenter les luttes du présent, propose ainsi une réflexion sur l’action politique, la résistance et la violence armée, posant la question de la immaturité de la race humaine, capable de détruire sa propre planète. Pas mal en ce moment non ? De s’inspirer de tout cela ? Qu’en pensez-vous ?

Nowakowskismes 2.2 Ville, cité, smart cité

« Les villes aussi se croient l’oeuvre de l’esprit ou du hasard, mais ni l’un ni l’autre ne suffisent pour faire tenir debout leurs murs. Tu ne jouis pas d’une ville à cause de ses sept ou soixante dix-sept merveilles, mais de la réponse qu’elle apporte à l’une de tes questions. » Italo Calvino dans Les villes invisibles

Prospective urbaine

En 2050, le monde comptera 2,6 milliards d’urbains supplémentaires, pour atteindre 6 milliards de personnes (66% de la population mondiale).
90 % de cette croissance démographique urbaine sera concentrée en Asie et en Afrique, tout particulièrement en Inde, en Chine et au Nigeria.
Ces trois pays compteront à eux seuls pour 37 % de l’augmentation projetée.
En 2030, on comptera 41 villes de plus de 10 millions d’habitants.
Le nombre de personnes vivant dans des bidonvilles avait dépassé le milliard en 2007, il pourrait atteindre 1,4 milliard en 2020, voire 2 milliards en 2050.
En 2014, la moitié des urbains (soit près de deux milliards de personnes) vivait dans des villes de moins de 500 000 habitants ; il devrait en être encore de même en 2030.

Début

Selon l’historien Jean-Luc Pinol, « La ville est un phénomène total où se condensent l’économique et le social, le politique et le culturel, le technique et l’imaginaire et, partant, toute approche fractionnée qui privilégierait un domaine unique aux dépens des autres manquerait de pertinence».
Forme spatiale et objet social, on distingue très tôt deux conceptions de la ville : la cité romaine, où les représentants de Rome font la cité, une communauté d’individus qui partagent une caractéristique sociale (profession, classe sociale ou âge) ; et la conception grecque, où la cité dépasse les individus qui la composent, un « corps abstrait […] qui ne s’incarne ni en un édifice, ni en une institution, ni en une assemblée. […] indépendante des hommes et sa seule assise matérielle est l’étendue du territoire qui la fonde » . Ici, la conception de la société (et de la cité) est organique : tous les privilèges, toutes les charges, toutes les qualités d’un individu sont liés à la cité à laquelle il appartient, et proviennent de celle-ci.
Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale et près des trois-quarts de la population européenne vit dans les ville, alors que les projections de l’ONU prévoient une population urbaine qui représentera 66 % de la population mondiale à l’horizon 2050.
La ville est un espace caractérisé par une forte densité d’habitations et d’habitants, un lieu de rencontres et un creuset, en même temps qu’un lieu d’anonymat, un lieu d’aliénation, de dérèglements dans les règles imposée de la vie en commun. Façonnées par les sociétés humaines, les villes continuent d’évoluer au gré des rapports de force dans la société, mais aussi par l’absorption de différentes techniques, puis technologies, qui elles aussi en façonnent et vont en façonner encore les contours. Les villes comme objet commun ont bien sûr fait l’objet de visions.

Petit rappel de quelques utopies urbaines 

On peut distinguer 5 âges des utopies urbaines :

  • Utopies philosophico-politiques antiques – pour Platon, la Cité idéale ne devait pas dépasser 5000 citoyens, soit environ 30 000 habitants ;
  • Utopies médiévales des abbayes, « mini-cité de Dieu » ;
  • Utopies humanistes de la Renaissance, qui tentent de redonner une place à l’homme et à la raison dans le gouvernement des sociétés. À Amaurote, capitale de l’île d’Utopia (Thomas More – 1516), les rues font «vingt pieds de large» et les maisons possèdent deux portes qui ne sont jamais fermées à clé. C’est aussi l’époque de l’abbaye de Thélème de Rabelais ;
  • Utopies socialistes du XIXème siècle (Charles Fourier, Saint-Simon, Robert Owen ou Etienne Cabet), marquées par la révolution industrielle et ses conséquences sur les modes et conditions de vie ;
  • Utopies libertaires des années 60 et 70 (situationnistes, hippies, écologistes)…
  • et la smart city le 6ème âge des utopies urbaines ?

et aussi, inspirées de tout cela, les utopies de la littérature d’anticipation,

  • Les monades urbaines de Silverberg – En 2381, sur une Terre surpeuplée, la population est entassée dans des monades urbaines, tours de mille étages, hautes de 3 000 mètres. Gigantesques, elles s’étendent sur des centaines de kilomètres dans des agglomérations, telles Berpar (Berlin-Paris) ou Chipitts (Chicago-Pittsburgh), et chacune d’elles abrite plus de 800 000 habitants. Elles sont organisées en groupes de 40 étages consécutifs, appelé Cité. Chaque cité possède sa propre tenue vestimentaire, ses propres mythes, son propre folklore et son propre langage argotique. Grâce au recyclage des déchets et des excréments qui produisent l’énergie nécessaire, chaque tour vit en quasi-autarcie. Seule la nourriture vient de l’extérieur, produite par des communautés agricoles. Les habitants ne connaissent que leur monade et la croissance démographique est érigée en dogme religieux. La hiérarchie de la société s’accompagne d’une ségrégation verticale de la monade : à la base de la tour se situent les quartiers pauvres et surpeuplés, en haut, les classes dirigeantes, au milieu les classes intermédiaires. La promiscuité et la liberté sexuelle sont la règle (relire quelques de Günther Anders – L’obsolescence de l’homme) et ceux qui n’ont pas beaucoup d’enfants sont mal jugés, nul ne peut refuser un rapport sexuel, sous peine de mort : chacun appartient à tout le monde. La majorité des gens sont si heureux qu’ils n’hésitent pas à dénoncer les déviants, appelés anomos. Ceux qui n’acceptent pas le système sont enfermés dans un caisson de rééducation psychologique ou jetés dans le recycleur, pour le bien-être commun : « Le bonheur règne sur Terre. Qui en doute est malade. Qui est malade est soigné. Qui est incurable est exécuté. »
  • IGH de JG Ballard : IGH, Immeuble de Grande Hauteur, explore la sauvagerie qui peut germer et se répandre dans une société de loisirs aseptisée, où l’homme n’a d’autre choix pour briser l’ennui que de renouer avec le chaos primitif, l’animalité et la solitude. L’IGH dominant et isolé dans une banlieue de Londres en pleine recomposition, est le héros de béton de ce récit visionnaire. Cet immeuble fonctionnel et luxueux de 40 étages, doté d’équipements multiples (piscines, école, centre commercial…), a été conçu pour permettre à ses occupants de vivre en autarcie totale, dans un grand confort et en toute sécurité. Dans cette entité gigantesque de béton, qui semble se détacher du monde extérieur, une façade de train-train quotidien, puis pendant la nuit les fêtes, le sexe et l’ivresse se juxtaposent avec les violences croissantes, l’abandon des règles sociales, et la sauvagerie. Les habitants de ce microcosme s’organisent en clans par étages, répliquant dans la tour lutte des classes et guerres primitives de territoire ; ils abandonnent leur confort, surtout préoccupés de ne pas trahir à l’extérieur la situation dans la tour. IGH est la récit d’un glissement vers le chaos et la barbarie d’un monde moderne se rêvant sans risque et toujours sous contrôle mais d’un ennui mortel.
  • Ile de béton de JG Ballard : un après-midi d’avril 1973, Robert Maitland roulant comme d’habitude à grande vitesse au volant de sa Jaguar en périphérie de Londres, fait une sortie de route, passe par-dessus le remblai pour venir atterrir en contrebas dans un terrain vague, sorte d’îlot triangulaire entre les voies convergentes de plusieurs autoroutes. Naufragé et blessé sur cette île de béton, il s’en retrouve prisonnier, Robinson du bitume. Malgré toutes ses tentatives, il n’arrive pas à attirer l’attention des voitures qui passent en flots incessants, pour avoir du secours. Rapidement diminué, affamé et fiévreux, il cherche à survivre, à affronter les conditions de «l’île» qu’il voudrait dominer. Cette île ambivalente est lieu de perdition et de barbarie, mais aussi un refuge, qui prend l’apparence d’un fragment d’un monde disparu. Ce petit morceau de terrain semble beaucoup plus ancien que le réseau de béton qui la cerne, reste du monde d’avant qui continuera d’être là, même lorsque les autoroutes retomberont en poussière. Les traces du passé dans cet endroit oublié, le terrain ferrailleur, les carcasses de voiture, les errances puis la lutte de Robert Maitland pour s’approprier le territoire face aux autres occupants bizarres et menaçants de l’île renvoient le naufragé à son propre passé. Cette aventure glauque dans un esprit désert, symptomatique de l’époque moderne, est aussi l’aventure d’un retour à l’état primitif. Réduit à l’état d’épave en seulement quelques heures, il donne l’image d’un monde où la sauvagerie s’étend pour aboutir à une déraison totale, où les hommes sont des produits jetables enfermés dans le fantasme, de plus en plus détachés du réel.
  • Alors qu’est-ce que la ville si n’est une construction des humains ?! Réjouissant ?

Et donc, le prochain horizon se nomme la smart city, ! Elle cumule tout construction humaine agrémentée de numérique ! Alors je vous laisse avec quelques exemples ! La smart city comme ville totalitaire par Alain Damasio dans Zone du dehors ou encore plus déroutante La ville est un échiquier de John Brunner. « Zone du dehors » est une réflexion nourrie essentiellement de Nietzsche, de Deleuze et de Foucault. Elle met en scène une troupe d’activistes luttant contre la société de « contrôle total mais soft » installée sur un astéroïde. Tout y est mais dans un style un peu lourd et donneur de leçons, de la société panoptique, à la smart city déployant tous les outils numériques de contrôle de la population. Plus curieux et plus astucieux, « La ville est un échiquier », Brunner met en place un système de manipulation de pions humains au sein d’une mégapole futuriste en plein coeur de l’Amérique centrale. Toute cette métaphore des manipulations traditionnelles des humains, de l’opinion dans un but d’asservissement s’appuie sur une vraie partie d’échecs, celle jouée à La Havane en 1892 par Steinitz et Tchigorin. Les individus correspondent aux différentes pièces et ont des attributions relativement assimilables à leur rôle sur l’échiquier. Alors ? Smart city là aussi ?

La ville nourrit nombre de fantasmes et de projections. Les experts de l’ère du numérique, usent et abusent d’adjectifs pour en décrire leur vision utopique, à la manière de Marco Polo qui, dans Villes Invisibles (Italo Calvino), décrit les villes de son empire à l’empereur Kubilaï Kahn. Les concepts se matérialisent alors dans un objet utopique : la ville durable, résiliente, créative, fluide, et bien sûr intelligente. Tous ces termes, aujourd’hui maniés par les architectes et urbanistes, visent autant à faire fantasmer les gestionnaires qu’à en éloigner les individus.
Engagées dans une dynamique de métropolisation, dans la continuité des villes globales, les grandes villes se trouvent dans une double évolution paradoxale : centralisation des fonctions de coordination et de gestion, et transfert des activités de production vers l’extérieur.
En 2014, la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles a reconnu à 16 villes le statut de métropole. Celles-ci ont engagé une compétition à qui saura attirer les entreprises, le capital culturel et les ressources créatives permettant d’entrer (ou de rester) dans le cercle élitiste des villes-mondes. Le concept et l’offre de smart city sont souvent vus comme des moyens pour y parvenir.
Cependant, cette tentative de différenciation par l’adhésion à un concept unique mène à cette question : « en quoi un Paris “ intelligent ”, outillé par les technologies de l’information et informé par une masse de données numériques, sera-t-il différent du Tokyo, de l’Amsterdam, du Lyon ou du Châteauroux “ malins ”, dès lors qu’ils utiliseront les mêmes outils ? ». Allons donc un peu plus loin dans la compréhension de ce phénomène !

Smart city 1.0, la technofolie
L’idée d’une ville intelligente serait née d’une discussion, en 2005, entre Bill Clinton et John Chambers, président de Cisco, le premier ayant lancé le défi au second de rendre les villes plus durables (et smarts). Devenue populaire à la fin des années 2000, la smart city répond alors à une vision centralisée de la gestion urbaine autour d’un ou plusieurs opérateurs gérant l’espace public : voies publiques en surface (routes, rues, trottoirs), infrastructures publiques souterraines (réseaux), infrastructures publiques aériennes (éclairage public, capteurs de pollution, drones, etc.), bâtiments publics (hôpitaux, mairies, bibliothèques, musées, etc.).
Dans une vision résolument futuriste, les villes intelligentes désignent ainsi un idéal porté par les avancées technologiques qui assurent l’exécution sans faille des fonctions de l’urbanité et offrent à ses responsables les moyens d’une gestion centralisée combinant renseignements, informations et décisions. La vision 1.0 de la ville intelligente répond à un rêve beaucoup plus ancien, inscrit dans la droite ligne de la cybernétique, fondée à partir des travaux de Norbert Wiener.
La smart city est alors vue comme une « tentation néo-cybernétique », autrement dit la ville, l’humain et la machine formeraient un système unique dont le gestionnaire pourrait mesurer et contrôler chacun des aspects. C’est dans cet esprit que, dans les années 70, Salvador Allende et le cybernéticien anglais Stafford Beer avaient tenté de mettre en place le projet Cybersyn, une véritable tour de contrôle et de planification de l’économie chilienne, basée sur des systèmes informatiques. Ce projet avorté par le coup d’état.
Malheureusement, l’habitant est souvent le grand absent de ces modèles. L’individu, bien qu‘élément final et initial de l’offre de service est bien souvent exempté de participation active dans la dynamique de la ville intelligente, voire la subit. La ville se soumet alors au paradigme du solutionnisme technologique, dans lequel les habitudes et les comportements des habitants deviennent tout autant d’informations à gérer et de besoins à créer ou problèmes à résoudre par la seule technologie. Ce modèle de la smart city a vécu.

Le retour de l’humain
Ici, chaque individu devient contributeur, de manière passive ou active, et participe ainsi à rendre la ville plus smart. Les services peuvent alors se développer sur la base du partage actif d’informations par les utilisateurs (crowdsourcing). Dans un autre domaine, Open Street Map reste l’un des exemples les plus emblématiques de base de données créée par le monde associatif et par des contributeurs bénévoles. Initié en 2004 à Londres, cet outil de cartographie collaborative compte plus de 3 millions de contributeurs. Il s’est imposé en référence et en concurrent des systèmes de cartographie d’entreprises comme Google ou Microsoft. Les fonds de cartes Open Street Map sont utilisés par de nombreuses applications et services de cartographie.
D’autres initiatives associatives permettent de produire de la donnée citoyenne, comme le collectif Citoyens Capteurs, qui entend diffuser des capteurs de pollution open source afin de permettre à chacun de mesurer la pollution de l’air. Enfin, certaines applications sont développées à la demande des municipalités elles-mêmes, comme Fix My Street (« Dans ma rue » à Paris), grâce auxquelles les habitants peuvent signaler à la municipalité les bugs de la ville, tels que des trous dans la chaussée.
Dans la foulée de ces initiatives, un nouveau mouvement est dorénavant porté par certaines collectivités pour promouvoir une smart city humaine, habitée par des smart citizens auxquels des moyens sont donnés pour qu’ils gardent le contrôle (empowerment). La senseable city de Carlo Ratti (MIT), moins technologique et plus sensible s’appuie sur des politiques d’open data, de concertation citoyenne au moyen d’outils numériques, et la promotion de budgets participatifs.

Datafolie
Et maintenant, de nouveau acteurs, les industriels de la donnée. Forts de leurs propres données, de leur capacité à opérer techniquement et d’une forme de légitimité liée à la convocation de la multitude, ils veulent s’imposer aux villes.
Par exemple, on retrouve Alphabet (holding créée en 2015 pour réunir les sociétés précédemment détenues par Google), qui avait racheté l’application de GPS collaboratif Waze dès 2013, avant de lancer en juin 2015 son projet Sidewalk Labs, dédié spécifiquement à la ville et qui propose déjà un « tableau de bord urbain », un outil de visualisation et de gestions des données urbaines. Pour cela, je vous renvoie à l’excellent billet de Morozov, dans les blogs du monde diplomatique : https://blog.mondediplo.net/2017-11-03-Google-a-la-conquete-des-villes
Ces plateformes sont en mesure de pousser du service au public ou aux collectivités, gracieusement ! Sauf que « Alphabet sait bien à qui s’adressent ces villes connectées : les nantis du monde entier. Pour eux, le développement durable via les data, comme les modes de vie artisanaux permis par les algorithmes (Sidewalk Labs promet un « bazar nouvelle génération » approvisionné par des communautés locales de créateurs), n’est qu’un moyen de justifier la hausse de la valeur de leur porte-feuille immobilier. »
Ces services investissent le champ urbain avec leurs propres modèles économiques, qui risquent de transformer en profondeur la ville elle-même. Nous nous devons d’être vigilants pour ne pas tomber sous le charme de ce nouveau chant des sirènes.

Aujourd’hui, les signes de l’empreinte numérique assaillent aujourd’hui de toutes parts le flâneur : cyclistes livrant des repas commandés en ligne, immeubles centraux vidés de leurs habitants que remplacent des touristes utilisateurs d’Airbnb, passants et automobilistes confiant à une application GPS le soin de les guider dans leurs parcours, etc. À la mutation sensible de nos expériences urbaines s’ajoute la métamorphose silencieuse des flux invisibles structurant les villes. Ce qui se joue à bas bruit, n’est-ce pas un remodelage des morphologies et des paysages urbains sous l’empire de la data ?
Fait culturel et sensible, la ville reste irréductible à la seule planification. L’urbaniste, le politique et l’entrepreneur doivent y composer avec une profusion d’initiatives éparses, contradictoires ; avec aussi un passé ancré dans une monumentalité. La volonté, sans cesse, doit y épouser le chaos. Et pour revenir à Italo Calvino, « Une description de [la ville] telle qu’elle est aujourd’hui devrait comprendre tout le passé de [la ville]. Mais la ville ne dit pas son passé, elle le possède pareil aux lignes d’une main, inscrit au coin des rues, dans les grilles des fenêtres, sur les rampes des escaliers, les paratonnerres, les hampes des drapeaux, sur tout segment marqué à son tour de griffes, dentelures, entailles, virgules. »
Bien sûr, l’irruption du numérique est porteuse de promesses mais soulève aussi pour la puissance publique et pour la définition de l’intérêt commun des défis majeurs. Alors, quel équilibre trouver entre datafication de la ville et protection de nos libertés ? Comment redonner la main sur la fabrique de la ville aux autorités garantes de l’intérêt général ? Comment résorber l’asymétrie de pouvoirs générée par la concentration de la donnée aux mains de quelques grands acteurs ?
C’est bien un nouveau design de la ville qu’il nous faut imaginer pour articuler les dimensions techniques, économiques et sociales de la ville avec l’expérience urbaine la plus concrète que peuvent en faire ses habitants, dans le respect de leurs libertés. Sans transition, mais nous en avons déjà beaucoup parlé, rendons visite à James Graham Ballard ! JG Ballard pour qui la ville et l’humain ont été très souvent des terrains de jeux et d’anticipation.

James Graham Ballard
JG Ballard, « A little too close for comfort » (« un peu trop proche de la réalité pour qu’on se sente à l’aise »), comme l’écrivait le Los Angeles Daily News en 2015 au sujet du roman Sécheresse. JG Ballard c’est cela, c’est toujours le moment où la malfaisance devient la règle, comme si l’homme, privé des apports de la société, de ses lois, de ses conventions, ne pouvait pas emprunter une autre voie. Pour Ballard, la bonté et l’amour sont des valeurs superficielles vite balayées par les noirs desseins recélés au plus profond d’elles-mêmes par ses créatures.
J. G. Ballard, est un écrivain de science-fiction et d’anticipation sociale anglais né le 15 novembre 1930 à Shanghai en Chine et mort le 19 avril 2009 à Londres. Ce soir, nous allons nous intéresser à  « Sécheresse » qui s’inscrit dans la lignée des ouvrages relatant une apocalypse. Ballard y distille une telle désespérance que la fin, malgré la lueur d’espoir qu’elle annonce, n’en est que plus sinistre. Avec Ballard, les lendemains ont peu de chances d’être joyeux.
Conséquence de l’activité humaine, une fine couche de pollution plastique recouvre les océans et empêche l’évaporation de l’eau. La pluie disparaît tandis que s’installe une sécheresse implacable. Ballard va alors mettre en scène une galerie de personnages dont les comportements vont évoluer au fur et à mesure que l’aridité transforme la campagne et les rivières en déserts. Les pêcheurs, privés de poissons, vont piéger dans leurs filets de nouvelles proies humaines, un excentrique va donner toute la mesure de sa folie, un simple d’esprit ira au bout de son délire, un pasteur se révèlera en autocrate et le héros de ce roman, Ransom, à la recherche de lui-même, poursuivra ses démons. Dans ce livre, l’essentiel n’est pas tant la catastrophe ambiante qui précipite l’humanité vers l’abîme, que le voyage intérieur des personnages et son aboutissement dans un contexte de cauchemar.
Des livres comme « Crash » (porté à l’écran par Cronenberg) ou « La forêt de cristal » confirment ce sentiment. Dans « Sécheresse », l’eau devient l’élément le plus précieux pour la survie des quelques groupes rescapés de la catastrophe et toutes les ambitions, tous les désirs s’aiguisent autour de la possession du précieux liquide. On le vole, on le détourne, on s’en sert comme monnaie d’échange. D’étranges rites s’installent, illustrant l’attirance naturelle des esprits pour la perversité.
Évidemment, lorsque J. G. Ballard écrit « Sécheresse », il ignore que le réchauffement climatique est en cours et que le risque de mourir de chaud touchera trois personnes sur quatre d’ici la fin du XXIe siècle, dans l’hypothèse où les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au rythme actuel.
Alors lisez JG Ballard, et je ne peux que vous conseiller aussi « Vermillion Sand » et « Mythes pour un futur proche », vous m’en direz des nouvelles !

Quelques lignes sur “Ex Libris, New York Public Library”

 

Vous avez certainement vu Le jour d’après ? Et bien la New York Public Library c’est là que tout se passe … bon arrêtons-là les références foireuses. Vous n’avez pas vu Ex libris, New York Public Library, et bien ne manquez pas ce film, ce documentaire, ce condensé de vie et d’humanité exploré par Fredrick Wisemann (87 ans le monsieur, qui a également fait un autre monument intitulé At Berkeley).

Tout de suite, on est dans cette institution, ces vieux murs, mais aussi tous ses 92 sites dans tous les quartiers de New-York – lieux d’apprentissage, d’accueil, d’échange. La New-York Public Library est la 3ème plus grande bibliothèque du monde, elle rayonne sur trois arrondissements de la ville, et a pour ligne directrice la cohésion sociale, l’accueil de tous et toutes, dans cette cité monde qu’est New-York.

Tout de suite, nous y sommes, on entre dans les réunions du comité directeur, remarquable dans son professionnalisme, dans sa vision de ce que doit être une politique d’éducation de qualité par tous, avec tous et pour tous.

La New-York Public Library, c’est des livres par millions, des photos classées pour inspirer la créativité accessibles « sans gants », des manuscrits, des rencontres avec des écrivains, des musiciens (Elvis Costello, Patty Smith, ..),  des récitals de musique classique ou contemporaine, des prestations qui nous laissent, là dans le noir de la salle de projection, émerveillés par la qualité, la force et l’attention accordée à tous et toutes. La New-York Public Library, c’est aussi des cours de braille ou de danse pour seniors, et un système de prêts gratuit de routeurs 4G en faveur des « des laissés-pour-compte du numérique et d’Internet » pour sortir du « Digital dark ». Le thème « des laissés-pour-compte du numérique et d’Internet » est un thème récurrent des réunions de l’équipe dirigeante, et au delà, quelle stratégie, pour que la bibliothèque soit le lieu de la pensée, de l’éducation, de l’accueil de tous, et surtout pas un lieu d’exclusion – prenons-en pour démonstration la discussion autour de l’accueil des sans-abris, où après référence au règlement, le directeur rappelle qu’il y a le règlement, mais qu’il est new-yorkais et qu’il ne peut accepter qu’on relègue la misère là où on ne la voit pas ! Administrateur et surtout humanisme dans toute son action !

Ex Libris, nous amène de réunions, en formations, de concerts en conférences, de réunions en discussions entre professionnels de site en site de la Bibliothèque centrale (sur la Cinquième Avenue), mais aussi celles d’autres quartiers (Manhattan, le Bronx, Staten Island). Et on retiendra ce discours de pure pensée humaniste du directeur du Schomburg (https://www.neh.gov/divisions/research/fellowship/schomburg-center-research-in-black-culture-new-york-public-library).

La New York Public Library incite à la lecture, à l’approfondissement des connaissances et est fortement impliquée auprès de ses lecteurs. Comment cet incomparable lieu de vie demeure-t-il l’emblème d’une culture ouverte, accessible et qui s’adresse à tous ? Par une vision, une action, la mobilisation de tous, un engagement, une intelligence du contexte politique et économique, une stratégie pensée et réfléchie. Une institution publique qui défend l’investissement public pour soutenir et permettre les apports de fonds privés ! Loin très loin de la vision étriquée qui défend l’idée que les fonds publics sont de l’argent gâché.

Loin d’être une utopie, c’est un monde bien réel d’accès au savoir qui se veut ouvert à tous (y compris aux sans-abris, qui viennent s’y réchauffer).

Ex Libris fait un bien fou, on ne voit pas passer les 3 heures 17, on est épaté par cette oasis au coeur de l’Amérique de Trump. Un intervenant cite d’ailleurs Toni Morrison qui dit : « Les bibliothèques sont des piliers de notre démocratie. »

On en a là, la démonstration. Ex Libris rappelle que l’Amérique possède encore les valeurs de la solidarité, de l’éducation et du partage malgré tout ce qu’un Trump saccage de sa bêtise. Mais au delà, Ex Libris New York Public Library est la démonstration de ce qu’il est possible de faire avec de l’intelligence, un projet politique humaniste et ce, quel que soit le pays !

Bibliothèques de tous les pays unissez-vous !

Nowakowskismes n°1 – Saison 2 – Pavé dans la mare aux libertés perdues 

Pour nous remettre en jambes dans une actualité très chargée, pas très joyeuse, nous allons démarrer la saison avec un pavé dans la mare, un uppercut, afin de ne pas laisser notre liberté nous échapper. Vivre en troupeau en se croyant libres, voilà le risque ! Alors des Nuages aux lois liberticides, en passant par les économies comportementales vers un oubli de l’humain ! Vous allez me dire qu’on attaque fort, mais faut-il ménager sa force face aux dérives de ce monde ! Jetons un pavé dans la mare aux libertés perdues !

Les Nudges ou les coups de pouce pas si innocents

Adopter des comportements vertueux « à l’insu de son plein gré » grâce à de petits coups de pouce psychologiques : voici le principe des nudges, une théorie  comportementale venue des États-Unis qui vient d’être récompensée par le prix Nobel d’économie attribué à Richard Thaler. La question sous-jacente est la suivante : ces incitations à « bien agir » ne sont-elles pas en train de façonner une forme de tyrannie soft ?
Le nudge est une méthode destinée à orienter les comportements sans jamais contraindre ni culpabiliser les individus. Bien conscient que, pour rester dans le droit chemin, un coup de pouce est parfois salutaire, alors pourquoi ne pas s’en remettre aux psychologues et économistes comportementalistes, qui prendraient un malin plaisir à nous manipuler en douce en jouant sur nos paresses, notre conformisme et nos émotions. Pour notre bien, cela va sans dire !
Situations vécues. Nous sommes, sur une route de campagne, à l’approche d’un virage un peu traître. Sans même nous en rendre compte, nous relâchons la pression sur l’accélérateur, bercé par un bon vieux morceau d’Harvest de Neil Young. Au sol, les bandes blanches se resserrent à l’approche de la portion dangereuse, donnant la sensation que la vitesse du véhicule augmente. Aucune interdiction de rouler à toute allure. Pas même l’ombre d’un radar pour sanctionner les excès. Simplement, d’amicales incitations à lever le pied.  À notre cantine préférée, nous ne nous rendons même plus compte que la taille des plateaux et des portions a encore été réduite, et que les fruits sont désormais présentés avant les frites. Rien n’interdit de faire une orgie de gras et de sel, mais, comme tout le monde, nous nous contentons des plats mis en avant !
Et mieux encore, dans un bureau de vote, changer d’avis au dernier moment ne serait-il pas simplement dû au fait que le bulletin NON est placé sur la table avant le bulletin OUI ?

Exploiter nos faiblesses voilà le truc !

La méthode des nudges est qualifiée par ses promoteurs de « paternalisme libertarien ». Elle a été popularisée par l’économiste Richard Thaler, de l’université de Chicago, et le juriste Cass Sunstein, professeur de droit à Harvard. Leur livre « Nudge, la méthode douce pour inspirer la bonne décision » est paru en 2008, a beaucoup plu à David Cameron et Barack Obama. Le point de départ de leur théorie est ceci : les gens ne prennent pas toujours des décisions rationnelles.
Ainsi le message « Si vous n’utilisez pas le système Eole 2.0 d’économie d’énergie, vous perdrez 300 euros » se montre plus efficace que celui-ci : « En économisant l’énergie, vous allez gagner 300 euros »
Paniers percés, colériques, apathiques, pas fichus de résister à la tentation d’acheter les chocolats placés à côté de la caisse : nous sommes plus proches d’Homer Simpson que du très rationnel homo economicus cher à la théorie économique classique. Parce qu’en fait cet Homo economicus « a des capacités intellectuelles équivalentes à celles d’Albert Einstein, autant de mémoire que Big Blue, le fameux superordinateur d’IBM, et une maîtrise de soi qui ne le cède en rien à celle du Mahatma Gandhi ». Une pure fiction, en somme. L’être humain, le vrai, préfère les donuts. Il faut donc l’en dissuader !
S’appuyant sur les travaux de Daniel Kahneman – Prix Nobel d’économie en 2002 – et du psychologue Amos Tversky, qui ont dressé une typologie des différentes erreurs cognitives que les humains commettent de manière systématique, Thaler et Sunstein cherchent à exploiter nos faiblesses. Par exemple, en jouant sur le désir de se conformer à la norme ou en misant sur notre aversion pour la perte.
Ces coups de pouce n’annulent pas la liberté de choix parce que leur influence vise un bien que l’individu aurait finalement choisi s’il n’avait pas été aveuglé par différents biais. En ce sens, la fin justifie les moyens.
Prenons le cas de l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, qui a réussi à baisser de 80 % ses dépenses de nettoyage dans les toilettes en usant d’un génial artifice : une mouche gravée dans les urinoirs a mis au défi les hommes de viser plus juste. Fiers de mettre en jeu leurs talents de francs-tireurs, ces derniers ont corrigé le tir. La philosophie du nudge c’est donc beaucoup d’efficacité à un coût nul ou réduit.
On part ainsi du principe que des experts savent le bien vers lequel les individus et la collectivité doivent tendre !
L’application systématique de cette forme originale de soft power que constituent les nudges peut bien évidemment faire craindre une dérive vers une forme de tyrannie douce. Pas de stalinisme à la sauce mentaliste levant une armée de bons petits soldats aux ordres, ou de fascisme 2.0 interdisant à ses adversaires l’accès à leur frigo connecté, mais le risque plus subtil de fabriquer une Big Mother plutôt que Big Brother. Une maman attentive qui cajole ses chérubins, nous pousse à récurer nos quenottes par le biais d’une brosse à dents intelligente, nous notifie qu’il faudrait marcher plus et limiter la consommation de pâtes à tartiner.
Une forme de contrôle à laquelle les bracelets autres goodies connectés sont déjà en train de nous préparer vers un monde bardé de machines qui ne se contentent pas de communiquer mais agissent de façon prescriptive.
À ce titre, citons l’expérience menée en 2012 par Facebook que je vous laisserai méditer : l’entreprise a manipulé les fils d’actualité de 680 000 utilisateurs pour les exposer à des posts tristes ou joyeux. Résultat : un flot d’informations positives poussent à écrire des messages plus enjoués et dessinent les contours d’un monde enchanté, qui n’incite pas à la contestation. Une avalanche de mauvaises nouvelles, en revanche, et voilà que l’humeur vire au gris.
Alors, quelle est la parade ? Les humanités numériques et militer pour que les algorithmes soient publics, et que chacun ait une petite idée de la manière dont ils fonctionnent. Aujourd’hui, les systèmes techniques sont centralisés, leurs mécanismes dissimulés. C’est en ouvrant le ventre des machines que l’on peut révéler les conditions d’exercice du pouvoir. Et donc de sa contestation. Car ce n’est pas tant la technique qui aliène l’humain que l’humain qui aliène la technique, et, en l’effaçant du monde, s’aliène du monde lui-même !

 

Quand  la liberté s’éteint dans le silence absolu de l’ignorance et de la désertion !

L’Assemblée nationale a adopté, mardi 3 octobre, le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. Ce faisant, l’assemblée nationale en faisant entrer l’état d’urgence dans le droit commun a ainsi choisi de sortir la France de l’État de droit.
Un État de droit est celui dont le droit protège n’importe lequel de ses résidents de l’arbitraire de l’État. C’est un État mis à l’abri de l’absolutisme administratif ou policier. C’est un État où l’État est subordonné à des règles de droit qui lui sont supérieures et qui s’imposent à son action. C’est un État dont les citoyens sont en sûreté parce qu’ils sont assurés de ne pas être livrés aux abus de pouvoir étatiques. C’est en somme un État où l’État ne fait pas la loi.
Cela dit, depuis ce 3 octobre 2017, la France n’est plus un État de droit parce que l’exception y est devenue la règle. Désormais, l’État, autrement dit ses préfets, son administration, sa police, pourra n’importe quand, n’importe où et contre n’importe qui, en prétextant du terrorisme, mettre en cause notre liberté de circulation, notre liberté de culte, notre droit à l’inviolabilité du domicile, notre droit à l’égalité devant la loi. Et surtout le faire sans avoir à s’en justifier ou à en répondre devant un juge indépendant, dont la décision pourrait l’entraver ou le sanctionner.
Ainsi l’Assemblée nationale (415 voix contre 127) a désormais acte une loi des suspects. Sur de simples soupçons policiers qui, dans un véritable État de droit, seraient totalement insuffisants pour qu’ils se le permettent, l’administration étatique et son bras armé policier pourront dorénavant s’en prendre à un individu, l’immobiliser, l’entraver, le cibler, l’isoler, le mettre à part et à l’écart, bref le persécuter. Seuls juges du prétexte, le terrorisme, ils pourront, demain, après-demain, en étendre la notion, sans entraves aucune, au gré des émotions populaires et des idéologies dominantes.
La loi votée autorise en effet l’État, son administration, sa police, en dehors de tout contrôle judiciaire, à obliger un individu à « résider dans un périmètre déterminé », c’est-à-dire à ne plus pouvoir en bouger, à le frapper d’une « interdiction de paraître » dans un lieu précis, à soumettre son intimité domestique et familiale à des « visites domiciliaires », soit des perquisitions permettant des saisies, à étendre contrôles d’identité, fouilles de bagages et de véhicules à de vastes « périmètres de protection ». Et ce n’est là qu’un résumé succinct !
Aussi inconscients qu’égoïstes, aveugles aux autres et ignorants du passé, les apprentis sorciers qui ont ouvert cette boîte de Pandore liberticide se rassurent en se disant non concernés. Après tout, ne s’agit-il pas de combattre le terrorisme, ses crimes et ses réseaux ? C’est l’argument de l’urgence qui, prise pour l’essentiel, en vient toujours à perdre de vue l’urgence de l’essentiel – autrement dit des principes. C’est surtout l’argument aussi éculé que lâche de la fin qui justifie les moyens, au nom duquel, sous toute latitude, tout régime et toute époque, les libertés ont toujours été passées par pertes et profits.
« Je considère que je n’ai pas à avoir peur des moyens de lutte contre le terrorisme parce que je ne me sens pas terroriste », a déclaré le porte-parole du gouvernement ! Phrase terrible, qui résume ce sacrifice de l’idéal démocratique sur l’autel du terrorisme. Phrase aveugle, de gouvernants prêts à piétiner les libertés des autres pour tenter de justifier leur pouvoir.
Qui oserait garantir que, sous ce pouvoir ou, après lui, sous un autre, ajoutant à l’obsession sécuritaire des obsessions idéologiques, autoritaires, identitaires, xénophobes, discriminatoires, etc., ce ne seront pas les militants de toutes les causes minoritaires, dissidentes et nouvelles, celles où s’inventent et se revendiquent des droits nouveaux, qui seront les victimes indistinctes de cet état d’urgence devenu permanent ?
Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles ! Ignorance de l’histoire, on peut simplement dire qu’avec une telle loi si un pouvoir d’extrême droite s’installe un jour, la France serait dans une situation extrêmement difficile en matière de libertés. Un tel pouvoir n’aurait absolument rien à ajouter à ce texte.
L’Histoire nous a appris que l’introduction de dispositions liberticides est une gangrène qui finit par contaminer tout le corps légal, institutions, administrations, gouvernements.
On peut citer cette mise en garde d’un membre du Conseil d’État : « Dès qu’une atteinte aux libertés apparaît, elle fait tache d’huile, elle est progressivement appliquée au-delà des limites fixées au début, quelles que soient les promesses, les barrières et les hésitations, et à d’autres que ceux qui étaient initialement visés. Il arrive même qu’elle s’institutionnalise et que, fruit de l’urgence, elle devienne permanente. » C’était en 1975 !
Comment ne pas interroger le silence collectif, abyssal, qui accompagne ce saut dans l’inconnu ?
Pas un écho, pas un regret, pas une nuance, pas une réserve, pas un recul.
Interpellons l’indifférence, cette passivité massive, qui l’a permis. N’est-elle pas du même ordre que celle qui s’accommode de la détresse des migrants, réfugiés et autres exilés ? Cette indifférence à l’autre, au différent, au suspect bref au lointain, tandis que nous nous replions sur nous-mêmes ? Comme si nous n’étions pas concernés, sinon par le souci de nous protéger, coûte que coûte.
De grandes sagesses philosophiques nous ont pourtant enseigné, notamment après les catastrophes européennes du siècle passé, que le meilleur chemin vers le prochain, c’est le souci du lointain. Que le souci de l’autre mène à soi-même. Si je ne suis pas au rendez-vous des libertés des autres, je ne serai pas au rendez-vous des miennes. Si je laisse mettre en cause des droits fondamentaux, au prétexte de prévenir une menace qui me serait étrangère, je découvrirai, un jour ou l’autre, que j’ai ainsi renoncé à mes propres droits.

 

Économies futures et posthumaines

Le mot économie se voit rarement associé à celui d’imaginaire. Pourtant, le domaine n’a pas été épargné par quelques spéculations remarquables mais encore discrètes.
Au cours des dernières décennies, on a pu voir se développer tout un ensemble de thèmes futuristes qui se trouvent au confluent de trois idéologies qui dépassent largement le thème de l’économie, le « futurisme extrême », le transhumanisme et le singularitarisme. Pour ce qui est des récits touchant à l’économie, nous nous sommes souvent tournés vers les utopies politiques, l’anarchisme, une « théorie du tout ».
Tout d’abord quelques références ! En premier, le curieux Chaîne autour du Soleil (1953) de Clifford D. Simak (nous avons déjà parlé de cet auteur dans les Nowakowskismes, c’était pour son roman Demain les chiens), qui se penche sur les conséquences de la gratuité universelle dans un monde aux abois, parce que des objets, des voitures, deviennent tous inusables, tous éternels,… l’industrie, l’équilibre politique, … vacillent !
Puis, c’est avec les cyberpunks des années 80 que les écrivains prêtent davantage d’attention aux aspects économiques de leurs mondes imaginés. Bruce Sterling met en oeuvre, dans La Schismatrice, une multitude de systèmes d’échanges divers et variés : si la monnaie « officielle » est le kilowatt, les différents groupes marginaux ou criminels du système solaire utilisent d’autres étalons économiques, par exemple des « heures de service sexuel », des drogues ou des composants d’ordinateurs…
Les choses deviennent plus sérieuses avec Neal Stephenson, un des rares auteurs de SF réellement impliqué dans les technologies numériques, qui mentionne, lui, une monnaie virtuelle dans son ouvrage Cryptonomicon.
Mais c’est Charles Stross qui, dans son roman Accelerando, se montre le plus audacieux dans la description d’une économie entièrement dirigée par des algorithmes. Il semble ainsi prévoir l’existence de compagnies entièrement robotiques, préfiguration des DACs (Digital Autonomous Corporations) contemporaines, ces entreprises « robotiques » fonctionnant indépendamment de l’intervention humaine : « Chacune de ces entreprises – et il en existe actuellement plus de seize mille, même si ce nombre croît de jour en jour – possède trois directeurs, chacun dirigeant à son tour trois autres compagnies. Chacun d’eux exécute un script rédigé dans un langage fonctionnel ; les directeurs donnent leurs instructions à leur compagnie, instructions qui incluent l’ordre de transmettre celles-ci à leurs enfants. Concrètement, il s’agit d’un troupeau d’automates cellulaires, comme les cellules du Jeu de la vie de Conway, juste en plus complexe et avec plus de puissance de calcul. »

Pour entrer dans les détails cet imaginaire, je vous invite à mon cours de L3, entre les vacances de Toussaint et celles de Noël. (parenthèse)

Pourtant, au fur et à mesure que le roman avance, cette économie algorithmique devient de plus en plus complexe et difficile à comprendre : c’est l’économie 2.0, « un ensemble d’algorithmes d’allocation de ressources déterministes de qualité supérieure », qui dépasse vite les compréhensions d’être humain non augmenté. Et encore, peut-il s’agir encore d’un être humain ? Une autre citation : « Prenez un être humain, fixez-lui dessus des extensions qui lui permettent de tirer pleinement partie de l’Économie 2.0 et la conséquence immédiate est de briser la chaîne narrative de leur conscience, remplacée par un simple fichier journal listant requêtes et transactions entre divers agents ; le processus est incroyablement efficace et souple, mais cela ne correspond plus vraiment à la définition généralement admise d’un être humain conscient. »
Stross n’a pas fait mystère de ses sources d’inspiration pour Accelerando : elle sont du côté de l’extropianisme. Même si Stross ne se considère absolument pas comme un extropien ou un singularitarien. L’extropianisme est connu pour combiner les idées transhumanistes et les thèses libertariennes, vers une foi dans le progrès illimité grâce à la science et aux techniques : « L’humanité me semble un commencement, mais pas le dernier mot ! »
Dans sa vision de l’économie 2.0, Stross a été influencé par un article abondamment discuté par les extropiens , « If Uploads Come First » écrit par Robin Hanson. La thèse de Hanson est que les premières formes de posthumanité seront constituées d’esprits « uploadés », téléchargés à l’intérieur d’un ordinateur. Hanson s’intéresse de près à l’économie « posthumaine » qui régira la vie des uploads. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la vie ne sera pas forcément rose pour bon nombre d’entre eux. En effet, vivre dans un paradis virtuel n’est pas si simple : il faut payer la facture d’électricité, la bande passante, etc., pour continuer à vivre correctement, c’est-à-dire accéder au maximum de ressources computationnelles. De plus, il faudra compter avec une explosion de la population virtuelle, les uploads n’hésitant pas à se copier plusieurs fois pour réaliser différentes tâches. Au final, il y aura des riches, disposant d’une plus grande puissance de calcul et donc capables de vivre leur vie virtuelle bien plus rapidement, tandis que des « pauvres », beaucoup plus lents, se trouveront de plus en plus éloignés des centres d’activité de la société…
Ben mince alors … mêmes uploadés, les humains ne sont pas fichus de construire un monde accueillant permettant à tous de « vivre » (entre guillemets) libres et égaux ! Mais ceci est une autre histoire…

Et la bonne nouvelle est que si vous voulez voir Blade Runner, regardez à nouveau, et uniquement, celui de 1982 !

Il a donc fallu attendre trente-cinq ans pour voir un deuxième Blade Runner. Un laps de temps considérable évidemment justifié par le fait que le film de Ridley Scott se suffisait à lui-même. Et la bonne nouvelle est que si vous voulez voir Blade Runner, regardez à nouveau, et uniquement, celui de 1982 !
Le but n’est pas de comparer, j’étais parti confiant, j’avais vu passer quelques critiques qui semblaient être positives… donc curieux, et sans a priori, j’y suis allé !
Nous voici donc en 2049. En 35 ans, la société a changé, il y a eu un Black out, … des énigmes qu’on espère voir s’éclaircir. Une nouvelle entreprise toute-puissante, qui a remplacé Tyrell Corp., la Wallace Corporation, dirigée par un démiurge aveugle (Jared Leto), a perfectionné l’élaboration des « réplicants », ces androïdes presque humains, parfois plus qu’humains. En attendant de savoir si ces nouveaux esclaves exceptionnels perdureront, certains anciens réplicants sont jugés dangereux ! Chargé de les traquer et de les éliminer, l’officier d’élite K (Ryan Gosling) est un « blade runner » au service d’une force d’intervention spéciale. Le film débute sur une mission, il survole, dans sa Peugeot volante, une colonie désertique et se pose près d’une ferme où l’on aperçoit, sur le toit d’une serre, une inscription en simili-cyrillique…
Voilà, … ça pourrait bien ! Mais à partir de là, on entre dans un interminable film, mêlant des histoires sans queue, ni tête, avec de longs plans boursoufflés sur les vues d’un Los Angeles tentaculaire. La musique comme un remix du Vangelis de 1982 écrase, avec des pouet-pouets et des sons de cornes de brume .. Mais alors l’histoire ? Et bien, rien, … un salmigondis sans histoire, creux et boursouflé ! là où le premier Blade Runner questionnait tout en finesse ce qui fait l’humain ! Bien sûr, une débauche de numérique pour construire un décor des plus réaliste, bien sûr, un méli-mélo de références aux peurs du moment, transhumanisme, les robots qui seront plus humains que les humains, le ridicule de la mise en scène d’un lutte sociale … et un montage ampoulé, long, où le vide n’est que vide ! On est loin de la maîtrise du temps d’un Kubrick ! Et bien sûr, le pompon, avec les retrouvailles avec Rick Deckard (Harrison Ford) dans un Las Vegas détruit, radioactif ? et un ridicule retour d’une Rachel pré-fabriquée !
Autant dire que l’ensemble boursouflé et long, cherchant dans le cérémonieux et une pseudo-démesure une forme de hauteur qu’il n’atteint jamais, est tout simplement à fuir !  Sombre, plongé perpétuellement dans la nuit ou baignant dans un crépuscule, avec un scénario mangeant à tous les râteliers sans réussir à donner du sens au tout, j’aurais aimé y trouver là une vraie poursuite de cette réflexion sur cette question de ce qui fait de nous des humains, l’autre, que le meilleur chemin vers le prochain, c’est le souci du lointain. Que le souci de l’autre mène à soi-même. Un vision politique ! Et peut-être aller voir du côté de Mary Shelley, dans lequel la créature est repoussée puis traquée par les humains, honteux d’avoir créé une chose si imparfaite, alors qu’il faut accueillir le monstre fait d’humain dans la société humaine plutôt que le cacher à sa périphérie. À méditer !
Si je peux me permettre un conseil, gardez votre abonnement au cinema pour un autre film ! Et restez chez vous, revoyez Blade Runner, relisez K. Dick, ce sera bien mieux !

JIPES – Journées Inutiles pour la Pédagogie dans l’Enseignement Supérieur, un anti compte-rendu

Nous sommes plusieurs centaines, pour deux journées dédiées à la pédagogie dans l’enseignement supérieur. Venus de toute la France, et d’ailleurs, c’est LE rendez-vous, de la rentrée, on se retrouve, ceux qu’on n’a plus vu depuis quelques mois, ou qu’on n’a plus vu, tout simplement parce qu’on n’a pas été convié à ces grandes communions de ce petit conglomérat ministéro-universitaire.
Evidemment, il y a les stars, ceux et celles qui, en traversant le champ de la pédagogie universitaire acquièrent une masse, et puis il y a les photons, ceux qui passent, et ne troublent en rien ce champ de la pédagogie universitaire.
Aujourd’hui, pédagogie universitaire rime automatiquement avec innovation pédagogique, mutation pédagogique, personnalisation, accompagnement, implication des étudiants, … l’enseignement universitaire bouillonne de cette cuisine lexicale et les marmitons du ministère courent, s’exécutent, génuflexionnent à qui mieux-mieux, ce sont les journées NATIONALES de la Pédagogie dans l’enseignement supérieur.
À 300, ou 500, … je ne sais pas ! Évidemment, qu’on crie bien fort les mots magiques de l’innovation, n’empêche en rien d’entasser ces centaines de personnes dans un amphithéâtre pour l’inoxydable discours de bienvenue, et LA conférence introductive faite par le ou la spécialiste du moment, en magistral bien sûr, avec ses dizaine de diapositives PowerPoint. Mais c’est le début, tout le monde est en forme, la communauté en réunion pour cette communion de tous ces innovateurs.  Bien sûr, 1 personne sur deux a déjà le nez, qui dans son téléphone, qui dans son ordinateur et, à la manière de nos étudiants, basculent d’une fenêtre à l’autre, entre prise de notes, et réseaux sociaux, et courriels à traiter en ce début de semaine. La dame termine son exposé, magistral, pas de questions évidemment, et c’est le temps du moment vivant et dynamique de la matinée, …., je vous le donne en mille, …, la table ronde ! Je me demande d’ailleurs pourquoi on appelle cela table ronde, parce qu’elle n’a rien de rond, ni dans sa topologie, ni dans son organisation. Animée par une journaliste de renom, nos intervenants alignés dans leur table ronde vont commencer à s’exprimer chacun leur tour sur le thème, « Les besoins des apprenants sont-ils les défis des institutions ? » Moi, ça m’a immédiatement rappelé la scène du conseil de classe dans le film, Le péril jeune de Klapisch, et chacun se met alors à parler de ce qu’il fait, du jeune, des stratégies inédites mises en place, des observations faites, et encore du jeune, et des générations Y et Z, … et là, entre banalités et égos surdimensionnés, généralités abusives et caricatures de la pensée, l’angoisse m’envahit, l’angoisse du sens de notre être dans cet amphithéâtre-monde de la pédagogie universitaire – entropie maximum, rapport signal sur bruit à sa valeur minimale. J’ai décroché, mon esprit a décidé de s’échapper.
Retour pour le déjeuner, avec l’éternel buffet froid debout, à faire la queue pendant une éternité et partir en quête de quelques marches d’escaliers inoccupées pour s’accroupir et tenter de manger quelque chose sans en mettre partout.
Et c’est reparti, je vous passe l’innovation de l’après-midi qui est de laisser un temps libre pour permettre d’aller à la rencontre de posters, ou de tables vides, ou d’écrans animés présentant des innovations pédagogiques avant d’assister à la remise de prix. Et ça se termine sur un cocktail. En tant que photon, je n’ai pas interagi avec le champ de la pédagogie universitaire.
Et c’est maintenant le deuxième jour, et, bien sûr il faut remettre tout le monde dans le bain, affuter les idées, réactiver les neurones pour que cette journée soit productive – que les idées fusent ! Rien de tel qu’un bonne table ronde pour cela ! Avec un thème qui percute ! “Quelles évolutions pertinentes ou nécessaires ?” Qu’imaginez-vous qu’il en sortit ? Rien ! À croire que la pensée, les recherches, le travail de veille et de curiosité, le sens critique, les réflexions argumentées – tout ce qui devrait là – avaient déserté l’amphithéâtre-univers champ de la pédagogie. Entre « moi j’ai », et « chez moi on fait », et puis « il faut » et « ce qu’il serait bien », et …. appuyés bien sûr par les titres ronflants bien évidence sur la diapositive tapissant le mur du fond.
Après ce bouillonnement de jus de cerveau, le point d’orgue, le moment d’élévation, de mise en actions de la pensée, le temps de co-construction, les ateliers, 6 ateliers en parallèle pour faire de cette co-construction les conditions d’une explosion d’idées, de réflexions, de pistes de travail, … J’ai choisi l’atelier « Quel accompagnement des enseignants pour assurer la diversification et la personnalisation des parcours et des pratiques ? » L’accompagnement des enseignants-chercheurs, pour qui ? pour quoi ? (attention c’est important d’écrire en deux mots), ? Comment ? … et je ne sais plus le reste ! Entre celui qui monopolise la parole, celle qui veut se faire remarquer, celui qui fait de l’esprit, celle parle de ce qu’elle fait chez elle, …. et des habituelles remarques concernant la pédagogie, sur les sciences de l’éducation, le sacro-saint manque de temps, …. tous ces experts ne démentent en rien ce que la sagesse des foules démontrent, c’est qu’on ne serait pas moins bête au café en bas de chez moi, et je suis même sûr qu’on serait même bien meilleurs parce que capable de créer un champ générant des interactions, provoquant des chocs qui produiraient des idées nouvelles, comme lorsqu’on voit apparaître des nouvelles particules dans une chambre à bulles d’un collisionneur.
Et, là, alors que j’écris ces mots, c’est la table ronde dédiée aux « Et maintenant, on fait quoi ?» qui se déroule. Je ne suis pas dans l’amphithéâtre-univers, j’ai décidé de me placer dans un univers parallèle connecté par une liaison vidéo échantillonnée large, j’entends parler de numérique, de transhumanisme, de véhicules autonomes, de pédagogie, de disparition et là j’ai peur ! Hors l’amphithéâtre-monde, la logistique oeuvre au démontage des tables des buffets, les thermos à café sont regroupés dans un coin, un petit troupeau d’êtres mécaniques, je profite d’une table encore debout pour écrire mes mots, les JIPES 2017 se terminent, que restera-t’il de tout cela ? J’ai peur qu’il ne reste rien d’autre que ces quelques fruits sur ce plateau oublié sur une table non encore démontée.

Sons de Nowakowskismes

Nowakowskismes n°16 – 42
Blackened waters – Zakk Wylde
Pantera – 10’s
Bruce Springsteen – Dancing In the Dark

Nowakowskismes n°15 – Asimovismes
Red Hod Chili Peppers – Wet sand
King Crimson – Epitaph
Black hole sun, Chris Cornell

Nowakowskismes n°14 – Je suis d’ailleurs
Woody Guthrie, All You Fascists Bound To Lose
Joni Mitchell – Little Green
Donovan – Catch the wind
Metallica – Call of Ctulluh

Nowakowskismes n°13 – le long maintenant
Bob Dylan – Blind Willie McTell
PJ Harvey – In the dark places
Nick Cave – Jubilee Street

Nowakowskismes n°12 – Punk’s not dead !
Sex Pistols – Anarchy in the UK
Les Ramones – Blitskrieg pop
Wire – I don’t understand

Nowakowskismes n°11 – Cristal qui songe
Monster Magnet – Crop Circle
Python Lee Jackson avec Rod Stewart – In a broken dream
Graham Nash – Sleep song

Nowakowskismes n°10 – demain le travail
Corey Taylor – ZZYZX Road
Cream – Sunshine of your love
A perfect circle – Imagine

Nowakowskismes n°9 – la carte n’est pas le territoire…
Bjorn Berge – NIB
Les Beatles – Tomorrow never knows
TINARIWEN – TOUMAST TINCHA

Nowakowskismes n°8 – Being Human Being
The Stooges – Gimme Danger
ACDC – Live Wire
Joe Jackson – Steppin’ ou

Nowakowskismes n°7 – bienvenue en Numérie
Led Zeppelin – Gallows Pole
Jethro Tull – Reasons for waiting
Dave Matthews Band, Where are we going?

Nowakowskismes n°6 – Technos or not technos
Smashing pumpkins – Porcelina and the vast ocean
The haunted – Abysmal
Changin’ of the guards de Patti Smith
The sound of silence – Simon & Garfunkel

Nowakowskismes n°5 – Prévisions, prédictions et Algorithmes
Mamas and the papas – California dreamin’
Spooky tooth – I am the walrus
Living color – Ignorance is bliss
Jimi Hendrix – Drivin’ south

Nowakowskismes n°4 – Mémoires
PJ Harvey – Meet ze monsta
Cure – A strange day
Stevie Wonder – Superstition

Nowakowskismes n°3  – parlons pédagogie …
Jimi Hendrix Expérience – Are you experienced ?
Supertramp – Fool’s overture
Metallica -Master of puppets
The doors – Crystal Ship

Nowakowskismes n°2 – Uchronies
Frank Zappa – Bobby Brown
The clash – London Calling
Pearl Jam – Black
Frank Zappa – Sexuel harassement in the work place

Nowakowskismes – n°1 – Traces
Judas Priest – You’ve Got Another Thing Comin’
The who – Behind blue eyes
Sweet child o’ mine de Captain Fantastic

Nowakowskismes n°16 – 42

Ce soir, pour la dernière des Nowakowskismes, nous allons bien sûr parler du numérique, du numérique et de son impact sur nos vies, le numérique comme redécouverte des communs, du partage et la nécessité de redéfinir la liberté.  « La liberté, qui n’est pas la libre jouissance d’une ressource qui se raréfie par l’action même des individus qui sont censés en prendre soin, mais qui est la mise au point de jeux coopératifs favorisant la création de richesses partagées. » Et puis, à la veille de l’été, c’est avec le guide du voyageur galactique de Douglas Adams que nous finirons cette première saison des Nowakowskismes. Alors pour commencer petit retour dans une tragédie en trois actes, et trois principes à ne pas oublier.

Tragédie 

Elle se déroule depuis 10.000 ans dans les domaines de l’agriculture, des pêcheries, et de la plupart des activités humaines dépendantes des ressources de la biosphère.
Premier acte : il y a plusieurs milliers d’années, les groupes humains, chacun selon son système de représentations, mettent au point par tâtonnements successifs les modalités d’accès aux ressources dont leurs vies dépendent, puis définissent des principes de transférabilité de ces droits d’accès, et de répartition des fruits tirés de ces ressources.
Deuxième acte : arrive le 19e siècle et la révolution industrielle. Ces droits et modes de gestion coutumiers paraissent désuets, il est décidé en haut lieu de « libérer les ressources » afin « d’ouvrir des marchés » au dynamisme des entrepreneurs.
Troisième acte : arrive la fin du 20e siècle et le début de la crise écologique. Il devient difficile d’ignorer que les idéologies du libre accès et du progrès industriel ont surtout permis la dévastation des ressources en très peu de temps. Il est donc de nouveau décidé en haut lieu de « remettre de l’ordre » dans tout cela, la plupart du temps sans réglementation étatique, néolibéralisme oblige ! On fait appel à des instruments « du marché » : quotas, permis, droits que tout un chacun peut vendre et acheter à loisir. Le résultat est immédiat : les gros acteurs achètent la liberté de continuer la surexploitation des ressources, les petits acteurs disparaissent, les ressources continuent de se raréfier.
Nous en sommes là.
Les exemples de prédation de ces ressources immatérielles par des individus et organisations sans scrupules, pullulent. L’exemple le plus ironique est peut-être celui des logiciels libres de l’infrastructure du Bitcoin dont le pillage aboutit à remplacer un système d’exploitation financière par un autre. C’est alors le principe de réciprocité de l’effort qui n’est jamais respecté : le travail bénévole de quelques-uns aide la plupart des autres à s’enrichir (souvenez-vous le digital labor, les travailleurs invisibles).
La liberté promise devient ainsi surtout celle d’exploiter son prochain sans contrepartie, ce qui sied finalement parfaitement à la logique des entreprises capitalistes. Et oui, le laisser-faire, c’est bien d’abord la loi du plus fort.
Tout cela s’appuie également trois principes.
Un premier qu’il ne faut pas oublier et qui s’applique à tous les outils de l’homme ! Qu’on le veuille ou non, l’outil INTERNET, le numérique est là, agissant sur les perceptions du monde, sur notre présence au monde, sur notre être, toujours dans ce qui est structurel de nos outils – le Pharmakos, détaillé par Platon et repris par Bernard Stiegler qui exprime le fait que dans tout outil se côtoie ce qui émancipe et ce qui détruit – que tout remède est également poison ! Et l’INTERNET n’échappe pas à cela !
Le deuxième est que le discours standard numérique rime avec dématérialisation. Or il faut nous rendre à l’évidence – dématérialisation n’est qu’une surface qui cache une réalité qui n’a rien d’immatériel ! Rappelons que notre environnement numérique est essentiellement matériel. Il n’existerait pas sans les câbles sous-marins, les terres rares, les minerais, les data centers,… Ils sont tout simplement nécessaires au fonctionnement de l’économie du numérique. Nous sommes en effet bien loin de la dématérialisation affichée en façade. De plus, quoi qu’on en dise en surface, cette économie du numérique repose essentiellement sur des modèles formels anciens et centralisés tant dans la distribution que dans son organisation – sommes-nous réellement sur de nouveaux modèles ou notre technologie n’est-elle là que pour optimiser les processus anciens de la production, de l’éducation, de la citoyenneté pour ne citer qu’eux ?
De plus, aussi moderne soit-elle, son impact écologique est désastreux ! Par exemple, l’économie numérique consomme davantage d’énergie que l’ensemble du secteur de l’aviation.
Le troisième principe vient des questions que nous pouvons nous poser sur l’adéquation entre les concepts et les mots que nous employons et la réalité du monde moderne, d’un XXIème siècle qui remet en questions bon nombre de concepts de base de la société et les mutations et transitions à l’oeuvre. Tout cela pouvant se résumer en une question : et si les mots et les concepts que nous utilisons étaient inopérants pour décrire les mutations en cours ? Tous les espaces, tous les concepts que nous manipulons, de l’école à l’éducation et la formation, tout cela repose encore sur des bases issues du XIXème siècle ! Pour s’en convaincre, il suffit juste de regarder autour de nous – ville, rues, supermarchés, consommation, scolarisation, démocratie, …. tout ce qui balise notre société est issue d’un siècle qui n’a plus rien à voir avec ce qui est dans ce siècle naissant. Le monde est en mutation et une part de cette mutation est due à la dimension numérique de ce monde – un monde ubiquitaire, distribué, connecté. Un outil qui fait des humains, des êtres connectés, nomades, qui établissent de nouveaux rapports au temps et à l’espace, à l’action, à l’engagement, au travail, au corps. Quand presque un humain sur deux est connecté au réseau, quand quasiment chaque recoin de la Terre est connecté et connectable, quand cette connectivité s’est installée dans toutes les cultures, tous les pays, toutes les sociétés humaines, … et que nous continuons à penser le monde avec des concepts issus d’un temps dans lequel tout cela n’existait pas…
Alors quelles mutations ? quelles ruptures ? Quelles vigilances ? Quels modes pour quels usages ?

Le décor étant planté, entrons un peu plus profondément dans les conséquences de tout cela, et surtout dans ce que nous ne soupçonnons pas ! Vers peut-être une prise de conscience ?

La face cachée du numérique 

Internet représente plus de 7 % de la consommation électrique mondiale, en croissance de 12 % par an. Une simple recherche Google nécessite la même dépense énergétique que celle nécessaire à l’ébullition d’un demi litre d’eau.
En France, l’infrastructure numérique consomme annuellement la production de 9 réacteurs nucléaires, soit 13 % de l’électricité nationale.
Dans le même temps, la sophistication croissante des machines rend nécessaire l’utilisation de métaux aux propriétés de plus en plus spécifiques, et donc de plus en plus rares. Aux désastres environnementaux liés à l’extraction minière s’ajoute l’impossibilité de recycler ces métaux, utilisés le plus souvent de manière intriquée, à des échelles nanométriques.
Encore quelques chiffres ! Moins de 25 % de la masse d’un smartphone ou d’un ordinateur ultra-plat sont recyclables. Environ 5 % sont effectivement recyclés lorsque l’objet est orienté dans la bonne filière. C’est rarement le cas puisque 30 à 60 % de nos déchets électroniques sont exportés illégalement à l’étranger, principalement au Ghana, en Chine, en Inde et au Niger.
Lorsque l’on porte son regard sur les modes d’assemblage ou de recyclage de l’informatique, il devient évident que les « libertés numériques » des 3,5 milliards d’utilisateurs d’internet reposent sur une main-d’oeuvre soumise à des conditions de travail proches de l’esclavage.
Or, en dépit des discours récurrents sur la responsabilité sociale des entreprises ou l’informatique verte, l’industrie semble enfermée dans une fuite en avant non seulement irresponsable au plan écologique, mais également extrêmement préoccupante pour les droits et libertés. Qu’il s’agisse du big data ou des promesses mirobolantes de l’informatique quantique, la démultiplication des capacités de collecte, de stockage et de calcul s’accompagne nécessairement d’une spectaculaire aggravation de l’inégalité dans le contrôle des ressources informatiques. Et ça se joue entre, d’un côté, les grandes bureaucraties publiques et privées, héritières du « contrôle-commande » et partenaires ou initiatrices de la censure et de la surveillance des communications et, de l’autre, les citoyens.
Au regard de ces enjeux entremêlés et face au risque prévisible d’effondrement écologique, il est urgent de construire des alternatives durables aux outils et services que nous fournit l’appareil techno-scientifique dominant.
Une vraie politique responsable suppose donc d’élargir la critique du numérique tout en oeuvrant à une désescalade technologique à même de nous émanciper.
À court terme, un tel projet suppose tout d’abord d’organiser, aux différents stades de leur élaboration et de leur mise en oeuvre, l’opposition aux politiques de recherche qui, sous couvert d’encourager « l’innovation » (je déteste ce mot) et le « progrès », ne font que renforcer les logiques écocides et liberticides propres au capitalisme informationnel — par exemple, en contribuant à la prolifération des objets connectés ou des technologies de surveillance.
À l’inverse, il s’agit d’encourager les travaux émergents des chercheurs et ingénieurs sur la sobriété des équipements, protocoles, services et logiciels qui sous-tendent l’infrastructure numérique ; d’oeuvrer à la re-localisation de la production ; de prendre au sérieux la question de l’obsolescence des objets ; bref, de rendre possible et désirable l’avènement d’un internet low-tech, sans doute plus lent, mais beaucoup plus pertinent, durable et résilient, fondé sur des machines aux fonctionnalités simplifiées, contrôlables et réparables par les utilisateurs.
Il faut aussi aller plus loin que la simple promotion des logiciels libres et des alternatives décentralisées aux services dominants, pour réfléchir à la manière dont se réapproprier l’ensemble de l’infrastructure numérique. Les initiatives en faveur d’une gestion associative ou coopérative de l’hébergement, de la fourniture d’accès à internet ou du réemploi du matériel informatique dessinent des pistes intéressantes pour oeuvrer à une maîtrise locale, démocratique et en « circuit court » de nos outils de communication.
Sur le plan des usages enfin, il s’agirait de faire le tri, d’engager un débat sur les pratiques informatiques que l’on souhaite préserver et cultiver, surtout en tant que véhicules d’expressions citoyennes ou artistiques, de solidarités renouvelées, de partages de savoirs.
Ce ne sont là que quelques esquisses des lignes de front possibles d’une politique capable de redonner sa cohérence à la défense des libertés à l’ère numérique, tout en contribuant au renforcement des convergences humanistes. Pour faire en sorte que l’idée d’internet — celle d’un réseau de communication mondial et acentré — puisse survivre au système techno-capitaliste qui se l’est approprié.

Pour finir et entrer dans la nuit, et avant cette période d’absence de Nowakowskismes à venir, ce dernier numéro, le dernier de l’année universitaire – en dégustant un pan-galactic gargle blaster. Vous ne connaissez pas ? On raconte que « cette boisson a un effet très violent, comparable à celui d’avoir le crâne heurté par un gros lingot d’or entouré d’une rondelle de citron ». Son créateur, Zaphod Beeblebrox, a donné le meilleur des conseils : ne jamais en boire plus de deux.
Voici la recette tirée du guide du voyageur galactique – H2G2 – HitchHiker ’s Guide to the Galaxy !

Prendre le contenu d’une bouteille d’Esprit d’Nos-Aïeux
Y verser une mesure d’eau des océans de Santraginus – ah cette eau santriginusienne ! Ces poissons santraginusiens !
Faire fondre dans cette mixture trois cubes de megagin arcturien (il doit être bien frappé, faute de quoi le benzène s’évapore)
Faire barboter le tout dans quatre litres de gaz des marais éphésiens, en souvenir de tous ces joyeux randonneurs morts de plaisir en sillonnant les marais d’Ephèse
Poser sur le dos d’une cuillère d’argent une mesure d’extrait d’hypermenthe bleue, chargée de tous les parfums entêtants de ces sombres zones bleues aux mystiques et douces fragrances
Jeter dans le tout une dent de tigre du soleil algolien : admirez comme elle se dissout en baignant le breuvage des feux des soleils algoliens
Saupoudrez de Zemfir
Ajoutez une olive.
Consommez mais très prudemment

et surtout, nous sommes dans le moment idéal pour finir cette émission et aborder le cas du nombre 42 !
Imaginez ! Un peuple extraterrestre hyper-intelligent et pan-dimensionnel crée le plus puissant ordinateur de tous les temps baptisé Pensée Profonde. Il lui demande la réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste. Après 7,5 millions d’années de réflexion, l’ordinateur donne enfin sa réponse, pour le moins mystérieuse : 42. Il précise : « J’ai vérifié très soigneusement et c’est incontestablement la réponse exacte. Je crois que le problème, pour être tout à fait franc avec vous, est que vous n’avez jamais vraiment bien saisi la question ».
Cette histoire est tirée du guide du voyageur galactique (H2G2) de Douglas Adams paru en 1978 et point de départ d’un culte planétaire. Mais pourquoi 42 et pas 51 ou 107 ? Qui était Douglas Adams ? Une chose est sûre, un petit point s’impose pour comprendre, non pas le sens de la vie mais le véritable (non-)sens du nombre 42…
Douglas Adams est né en 1952 et est mort le 11 mai 2001 (à 49 ans) à Santa Barbara. Il était à la fois écrivain, informaticien, créateur de jeux vidéos et humoriste. Ceux qui l’ont connu le décrivent comme un être extrêmement gentil, totalement excentrique, particulièrement intelligent et irrésistiblement drôle. Un être à part qui percevait l’absurdité du monde avec humour et affection.
Le Guide du voyageur galactique paraît en 1978 sous la forme d’un feuilleton radiophonique humoristique. L’histoire commence lorsque le terrien Arthur Dent apprend que la Terre va être pulvérisée dans quelques minutes car elle est sur la trajectoire d’une voie express hyperspatiale. Il survit grâce à son meilleur ami, un extraterrestre autostoppeur. Ils atterrissent sur un vaisseau appelé Coeur en or et aident le président de la galaxie à trouver la réponse à la grande question sur le vie, l’univers et le reste.
De l’absurdité, de l’humour, de la science-fiction, de l’informatique : cette histoire avait tout pour plaire. Le succès est immédiat et fulgurant, à la grande surprise de son auteur lui-même. Dès 1981, Douglas Adams devient une légende qui a déjà son fan club. L’oeuvre sera par la suite déclinée sous de nombreuses formes : romans, pièces de théâtre, jeux vidéos, films, séries… Quelques exemples !

  • 42 est le titre d’un épisode de la série télévisée Doctor Who, co-écrite avec Douglas Adams.
  • Si on tape « the answer to life the universe and everything » dans Google, il vous répondra 42.
  • Dans la série X-Files, l’appartement de Fox Mulder est au n°42.
  • 42 carrés composent le logo de Microsoft.
  • 4 8 15 16 23 42 : les mystérieux nombres de la série Lost dont les épisodes duraient 42 minutes, parfois même 42 minutes et 42 secondes.
  • 42 est le score maximal que l’on peut obtenir aux olympiades internationales de Mathématiques.
  • Siri répond 42 à une question à laquelle il n’a pas de réponse
  • La dernière armure de Tony Stark dans Iron Man 3 porte le numéro 42.
  • 42 c’est aussi le nom de l’école créée par Xavier Niel.

Mais alors, pourquoi 42 ? Et ce nombre est-il vraiment LA réponse à LA question sur le sens de la vie ? Certains ont voulu y voir une dimension mystique et de nombreuses théories plus ou moins farfelues ont été élaborées pour tenter d’élucider le mystère du nombre 42. Elles ont malheureusement toutes été balayées par une intervention de Douglas Adams le 3 novembre 1993 sur un groupe de discussion de fans : « La réponse à ceci est très simple. C’était une plaisanterie. Ce devait être un nombre ordinaire et plutôt petit, et j’ai choisi celui-ci. Les représentations binaires, la base treize, les moines tibétains ne sont que des balivernes. Je me suis assis à mon bureau, j’ai regardé dans le jardin et je me suis dit « 42 ira » et je l’ai écrit. Fin de l’histoire. »
Mais, malgré cela, et pour semer le trouble dans vos esprits embrumés de quelques gorgées de pan-galactic gargle blaster, quelques autres faits « troublants » :

  • En mathématiques – le nombre 42 n’est pas si banal que cela puisqu’entre autres  particularités, c’est un des nombres méandriques fermés (M1 = 1, M2 = 2, M3 = 8, M4 = 42, M5 = 262, M6 = 1 828), un nombre de Harshad (divisible par la somme des ses chiffres),…
  • En Astronomie – il y a 42 éclipses de soleil et 42 éclipses de lune au cours d’un saros, une période de 223 mois lunaisons (environ 18 ans) qui peut être utilisée pour prédire les éclipses de Soleil et de Lune.
  • En physique – pour qu’un arc-en-ciel se forme, la hauteur du soleil ne doit pas excéder 42°.
  • En littérature – Lewis Carroll, mathématicien et auteur de Alice au pays des merveilles avait une fascination pour ce nombre que l’on retrouve souvent dans son oeuvre et dans sa vie : l’article 42 invoqué par le roi de coeur, les 42 illustrations de John Tenniel, les 42 points présents sur l’échiquier durant la partie d’échecs d’Alice…
  • Dans les textes religieux – le rouleau de la Torah, tout comme la Bible de Gutenberg se composent de 42 lignes de caractères par colonnes. Le Talmud dit que le nom divin de 42 lettres est le plus grand des mystères.
  • Dans l’Egypte antique – Osiris était assisté de 42 divinités
  • … bon j’arrête là !

Alors ?
Alors, le nombre 42 est-il un troll devenu mythique ? Une absurdité de plus dans un univers irrationnel ? une simple référence littéraire ? Ou y aurait-il vraiment, derrière ce nombre en apparence tout simple, un sens caché qui, s’il était découvert, pourrait bien nous apporter une réponse au grand mystère de la vie ?
Pour cela, lisez avant tout Le guide du voyageur galactique de Douglas Adams, riez de l’absurdité de certaines situations, errez dans l’espace d’aventures en aventures les unes plus rocambolesques que les autres, restez critiques face à toute affirmation mais surtout rêvez, parce que, comme le dit Jean Tinguely, « Le rêve c’est tout, la technique ça s’apprend » !

Nowakowskismes n°15 – Asimovismes

« Ma mort est sans importance […]. Lorsqu’on meurt et qu’on laisse une oeuvre après soi, on ne meurt pas complètement. »
« L’oeuvre de chaque individu apporte sa contribution à l’ensemble et devient ainsi une partie immortelle du tout. Cette totalité des vies humaines —passées, présentes et à venir— constitue une tapisserie qui existe maintenant depuis des dizaines de milliers d’années, qui est devenue plus élaborée et, dans l’ensemble, plus belle au cours de tout ce temps. […] Une vie individuelle est un fil de la tapisserie et qu’est-ce qu’un fil en comparaison de l’ensemble ? » Elijah Baley dans « Les robots et l’Empire » Isaac Asimov, J’ai lu, 1986 (tome 1, page 275)

« On peut définir la Science-Fiction comme la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l’être humain aux progrès de la science et de la technologie. » disait-il ! Tout un programme qui nous a bien guidé tout au long des Nowakowskismes.
Isaac Asimov, surnommé, le bon docteur, a marqué l’histoire de la science fiction par son génie créatif et l’invention de concepts comme la psycho-histoire ou les lois de la robotique, concepts qui n’ont cessé d’influencer plusieurs générations d’auteurs, de chercheurs, et de réalisateurs. En gros et pour donner le ton – si la science fiction avait un âge d’or, elle s’appellerait Isaac Asimov. Et surtout, nous verrons en quoi Asimov a su anticiper bien avant l’heure bon nombre des défis et des technologies de ce début de XXIème siècle. Alors commençons par le commencement.

Asimovhistoire 

Isaac Asimov est né le 2 janvier 1920 en Russie et mort le 6 avril 1992 à New York aux États-Unis des suites d’une insuffisance cardiaque et rénale consécutive à une infection par le VIH contractée lors d’une transfusion sanguine pendant un pontage coronarien en 1983.
Issu d’une famille juive, il émigre aux États-Unis au début de l’année 1923, à l’âge de trois ans, en compagnie de ses parents et de sa soeur cadette, Rachel. Il travaille dans le magasin familial et vers l’âge de onze ans, il commence à écrire ses premières nouvelles. Il est surtout connu pour ses œuvres de science-fiction et ses livres de vulgarisation scientifique, mais ne négligez surtout pas la série des Veufs noirs (un ensemble d’énigmes, d’histoires cérébrales, des plus anodines aux plus complexes, analysées et résolues par un groupe d’amis lors de repas mensuels, le club des veufs noirs). Pour résumer, Isaac Asimov peut être vu comme quelqu’un ayant un ego très développé, mêlé d’un profond humanisme et d’un grand sens de l’humour, rendant l’expression de son ego plus amusante qu’énervante.
Ses études sont brillantes et lui permettent, grâce à une bourse, d’entrer à l’université Columbia. Il passe une licence en sciences (1939) avant d’obtenir une maîtrise en chimie (1941) et un doctorat en biochimie (1948). Par la suite, il devient chargé de cours à l’université de Boston. Il participe à la Seconde Guerre mondiale. Au cours de sa brève carrière militaire, il commence à écrire de la science-fiction.
Isaac Asimov laisse derrière lui des centaines de livres. Ses écrits sont devenus des références. On peut citer Fondation paru en 1951, Fondation et empire en 1952, Seconde Fondation en 1953. Dans La Fin de l’éternité (1955) et Un défilé de robots (1964), Isaac Asimov traite de manière originale le thème des robots. Enseignant pendant dix ans à l’université de Boston, Asimov est profondément convaincu que la science a toujours des remèdes à proposer aux grandes angoisses contemporaines. Il est à l’origine des trois lois de la robotique qu’il respectera dans chacun de ses livres. Il fut aussi un ami proche de Gene Roddenberry, le créateur de Star Trek.
Isaac Asimov, en dehors d’une inventivité débordante, se caractérise aussi par la simplicité de son écriture. Pour lui, comme pour la plupart des auteurs anglo-saxons, les styles tourmentés ne font que rebuter le lecteur. C’est donc l’histoire, et elle seule, qui est mise en avant. Il fonde ses livres sur des dialogues entre protagonistes. Il y met à l’épreuve l’esprit hypothético-déductif du lecteur et y montre la fantaisie dont il est capable. Dans l’une d’elle intitulée Menteur !, Asimov invente un nouveau mot qui allait passer dans le langage courant : la robotique. Alors, pour commencer et pour entrer dans le vif du sujet, un peu de lecture :

Les trois lois (source : Les Robots, Isaac Asimov, éditions J’ai Lu, traduction de C.L.A., 1967) :
Première Loi : « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. » ;
Deuxième Loi : « Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi. » ;
Troisième Loi : « Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi. »
Deux robots exceptionnels, R. Daneel Olivaw et R. Giskard Reventlov, en viennent à ajouter une Loi Zéro, qui stipule qu’un robot ne peut porter atteinte à l’humanité dans son ensemble, même pour protéger un être humain : Un robot ne peut ni nuire à l’humanité ni, restant passif, permettre que l’humanité souffre d’un mal. Cette loi est apparue dans Les Robots et l’empire (chapitre LXIII).

Son oeuvre propose une critique du progrès sans pour autant tomber dans le piège de la nostalgie excessive ou de l’adulation du passé. Dans bien des domaines, il devance les écologistes actuels et les chantres de la décroissance. Il a notamment bien compris le rôle fondamental de la croyance et de l’idolâtrie dans l’histoire humaine. Il a su très tôt que le progrès, telle que l’humanité le concevait depuis l’époque des lumières, allait se fracasser sur le mur de nouvelles religions que lui-même allait engendrer.
Les œuvres d’Asimov s’imbriquent les unes dans les autres et décrivent finalement l’histoire hypothétique de l’humanité sur une période couvrant plusieurs millénaires. Il existe également une grande cohérence entre les livres même s’ils n’ont pas été écrits dans une continuité. Asimov a élaboré son œuvre dans un seul univers historique.

L’asimovunivers 

Tout d’abord ! Le cycle des robots ! Peut-être le moins connu tout en étant le plus connu, et ce, par les fameuses lois de la robotique qui y sont énoncées. L’ensemble composé de romans et de nouvelles forme une seule grande histoire, le cycle des Robots, cycle qui s’étale sur plusieurs millénaires. Il renouvelle complètement ce thème en inventant des « robots positroniques » gouvernés par trois lois protégeant les êtres humains et, a priori, parfaites et inviolables. Le jeu d’Asimov consiste souvent à imaginer des failles de ces lois (exemple : un robot peut-il, restant passif, et laisser un humain fumer une cigarette ?) et les bizarreries de comportement de robots qui semblent les enfreindre, puis à faire découvrir au lecteur à la manière d’une enquête policière, comment cela est possible.
Il y a, dans la science-fiction, un avant et un après Asimov, et tout particulièrement en ce qui concerne le thème des robots et de la robotique (le bon docteur s’attribuant la paternité de ce dernier terme avec son arrogance et son autosatisfaction coutumières) mais pas seulement.
Les « Trois Lois de la robotique » sont devenues incontournables, bien au-delà de la seule production d’Asimov : nombre d’œuvres de science-fiction, qu’elles soient littéraires ou cinématographiques (sans se limiter au navrant iRobot supposé inspiré par l’auteur…), ont repris à leur compte ces Trois Lois ou les ont pastichées, et on sait aussi que certains chercheurs en intelligence artificielle et en robotique ont confessé s’en inspirer. C’est toujours le cas aujourd’hui, plus de 70 ans après les premiers textes du « cycle des Robots » (« Robbie » date de 1940).
Plus généralement, au-delà des seules Trois Lois de la robotique, mais en grande partie grâce à elles, c’est la figure même du robot qui a changé – c’est la figure par excellence de l’altérité chez Asimov. En effet, Asimov n’a quasiment jamais fait intervenir des extraterrestres.
La plupart des premiers exemples de « robots » que nous a fourni la littérature, avaient quelque chose d’inquiétant et constituaient largement une menace : le golem ou à la créature de Frankenstein, mais, pour s’en tenir aux « robots », ceux de Karel Čapek, qui est le premier à employer le terme. Expression éclatante de l’hybris humaine, et plus particulièrement des scientifiques jouant à être Dieu, les robots sont contre-nature et menaçants pour l’humanité qu’ils singent, le danger pouvant prendre un aspect individuel ou collectif.
Asimov a, plus que quiconque auparavant, fait du robot un produit industriel de masse, auquel on est obligé de s’adapter, mais tout en offrant les garanties nécessaires pour prévenir tout danger à l’égard des humains en particulier ou de l’humanité en général, d’où les Trois Lois.
Donc, si l’obsession de la menace, on parle alors de « complexe de Frankenstein », touche toujours bon nombre de personnages humains d’Asimov, on ne trouve que rarement des robots menaçants dans son œuvre.
Le « cycle des Robots » constitue un des deux grands piliers de l’œuvre d’Asimov, l’autre étant le « cycle de Fondation » dont je parlerai un peu plus tard dans la soirée. Et très tôt s’est dessiné un vaste projet d’unification de ces deux ensembles afin d’élaborer une véritable « histoire du futur » qui dépasse en ampleur les travaux similaires de Robert Heinlein ou de Cordwainer Smith.
Le « cycle des Robots » est composé d’une grosse trentaine de nouvelles et de quatre romans : le diptyque policier composé des Cavernes d’acier et de Face aux feux du soleil, et les plus récents Les Robots de l’aube et Les Robots et l’Empire.
Dès le début, on y croise des personnages récurrents comme les flics Elijah Baley et R. Daneel Olivaw, les techniciens de terrain Powell et Donovan, et, surtout, la géniale robopsychologue Susan Calvin.
On y retrouve régulièrement un schéma qui traverse l’ensemble du cycle : un problème est soulevé qui concerne l’application des Trois Lois de la robotique, rendant éventuellement un robot « fou » ou en tout cas « anormal », problème qu’il s’agit dès lors de résoudre, souvent en faisant face à l’hostilité humaine à l’encontre des robots. Bon nombre de ces nouvelles prennent ainsi l’aspect d’un jeu logique, où Asimov s’amuse à explorer, ou à contourner, toutes les ambiguïtés des Lois.
Le cycle se conclut avec Les Robots de l’Aube et Les Robots et l’Empire publiés dans les années 1980, parallèlement à Fondation foudroyée et Terre et Fondation. Avec ces deux derniers livres, Asimov parachève son entreprise d’unification, avec pour figures centrales les robots quasi divins R. Daneel Olivaw et R. Giskard.
Les Robots de l’aube peut être qualifié de polar SF, dans lequel Elijah Baley, secondé par R. Daneel et R. Giskard, doit enquêter sur un éventuel « roboticide » commis sur Aurore, la plus vieille planète spacienne (Spatien est le nom donné au colons spatiaux ). L’affaire a en fait des résonances politiques importantes, puisqu’en découle indirectement l’avenir de la colonisation de la galaxie, par la Terre ou non, par des robots ou par des humains ; c’est le terrain sur lequel s’affrontent plusieurs protagonistes dont un précurseur de la psychohistoire.
Les Robots et l’Empire se situe 200 ans plus tard. Elijah Baley est mort depuis longtemps. Les vrais héros du roman sont Daneel et Giskard, qui enquêtent sur une terrifiante mais indicible menace planant sur la Terre. Il en résultera le développement de la « Loi Zéro ».
Ce premier cycle Asimov démontre bien le fait que ce n’est pas la technique mais le rapport que nous avons avec elle qui va ou non la rendre infernale.

Encyclopedia Galactica : « TRANTOR… Au début du treizième millénaire, cette tendance connut son apogée. Siège du gouvernement impérial depuis des centaines de générations sans interruption, placée comme elle l’était à proximité des régions centrales de la Galaxie, parmi les mondes les plus peuplés et les plus développés industriellement de tout le système. Trantor pouvait difficilement ne pas devenir l’agglomération la plus dense et la plus riche que l’Espèce Humaine eut jamais connue.
Le développement régulier et ininterrompu de la planète avait fini par aboutir au stade ultime de l’urbanisation : une seule et unique cité recouvrant les quelques deux cents millions de kilomètres carrés de la surface de Trantor. La population, à son maximum, y dépassa largement les quarante milliards d’individus, lesquels se consacraient presque tous à l’administration de l’Empire, et encore suffisaient-ils à peine à accomplir une tâche aussi complexe. (On se souvient que l’incapacité des derniers empereurs à assurer l’administration contribua pour une part à la chute de l’Empire). Chaque jour, des dizaines de milliers de vaisseaux apportaient la production de vingt planètes agricoles pour garnir les tables de Trantor… » 

Le cycle de Fondation

On est projeté dix mille ans dans le futur et beaucoup de choses se sont passées. La terre n’existe plus, un empire galactique a vu le jour (George Lucas a d’ailleurs pas mal emprunté à l’œuvre d’Asimov. Coruscant la planète ville et capitale de la république dans Starwars est une copie conforme de Trantor). L’humanité s’est répandue à travers l’espace créant des millions de colonies organisées en une immense organisation impériale. C’est dans ce contexte qu’Asimov invite Hari Seldon, l’inventeur de la psychohistoire.
Selon la définition de Encyclopedia Galactica : « PSYCHOHISTOIRE… partant de concepts non mathématiques, Gaal Dornick a défini la psychohistoire comme la branche des mathématiques qui traite des réactions des groupes humains confrontés à des phénomènes socio-économiques constants…
… Toutes ces définitions sous-entendent que le groupe humain en question est assez important pour qu’on puisse valablement lui appliquer la méthode statistique. L’importance numérique minimale de cet ensemble peut être déterminée par le Premier Théorème de Seldon qui donne une autre condition nécessaire qui est que ledit groupe humain ignore qu’il est soumis à l’analyse psychohistorique, afin que ses réactions soient authentiquement aléatoires…
Toute psychohistoire valable repose sur le développement des fonctions de Seldon qui présentent des propriétés analogues à celles des forces économiques et sociales, … » 

Nous voilà dans le Cycle de Fondation. Asimov y imagine le futur de l’humanité. Il commence avec l’effondrement d’un empire galactique. Un savant, Hari Seldon, invente une nouvelle science, la psychohistoire.
La psychohistoire s’appuie sur les grands nombres et le calcul des probabilités qui permettent de « prévoir l’avenir », ou, plus exactement, de calculer les probabilités d’occurrence des différents avenirs. Grâce au recul historique de l’humanité, Hari Seldon a trouvé un moyen de fournir une prédiction très réaliste des événements historiques à venir. Son problème est qu’il a prédit la fin de l’empire.
Hari Seldon crée alors le projet Fondation visant à mettre en place une société capable de résister au temps et surtout de résister au chaos qui suivra nécessairement la chute de l’empire. Les calculs de Seldon se révèleront vrais jusqu’à l’apparition d’un personnage singulier, Le Mulet, qui viendra mettre à mal les prédictions des équations.
Dans Fondation, on retrouve bon nombre d’histoires humaines bien connues : l’émiettement du pouvoir des empires romain et ottoman d’une part en ce qui concerne la fin de l’empire de Trantor, l’ascension de personnalités charismatiques comme Alexandre le Grand, Jules César ou Napoléon Bonaparte d’autre part en ce qui concerne le personnage du Mulet. Enfin, dans tout cela le chaos qui, selon Asimov, est le fruit du processus d’amélioration technique.
En effet, pour Asimov, le progrès technique engendre plusieurs problèmes. Il peut enfermer certains individus dans un rejet total, phénomène réactionnaire, produisant de la haine et du ressentiment. Le progrès technique peut aussi produire des comportements inverses, une sorte d’idolâtrie de la science et ses « miracles » au point d’en oublier les effets pervers que ce progrès peut engendrer. Prise en tenaille entre ces deux groupes d’humains, notre espèce serait condamné soit au progrès chaotique et autodestructeur, soit à la stagnation sans fin. Pour Asimov, l’humanité actuelle est incapable d’engendrer un progrès raisonnable.
Revenons à Fondation. Asimov commence son écriture dans les années 40. Cette trilogie demeure sans conteste l’une des plus importantes de la littérature de science-fiction. Dans Fondation, il montre l’essor, le déclin et la renaissance d’un empire galactique. Nous sommes en l’an 12065, la cité de Trantor est la capitale de l’empire galactique, un empire qui règne sur 25 millions de planètes habitées. L’empire n’a plus que cinq siècles à vivre.
Le cycle se poursuit avec Fondation et Empire où la Fondation devenue puissante et aveuglée par un avenir annoncé comme glorieux, sombre dans la décadence. Elle doit affronter également un ennemi que la psychohistoire n’avait pas annoncé : le mulet, un mutant capable de détourner les émotions humaines et dont la soif de conquête de nouveaux mondes paraît sans limite. Seul un petit groupe lui échappera, tentant de découvrir, jusque dans la bibliothèque de Trantor, les possibilités qu’une Seconde Fondation existe. Seconde Fondation clôt la trilogie originelle.
Le cycle de Fondation constitue une pertinente réflexion sur la genèse, la croissance et le déclin programmé de toute civilisation. Asimov fait percevoir l’importance des pouvoirs en possession de l’homme comme la technologie, la religion ou l’économie et la difficulté à les utiliser au mieux. L’homme n’est que peu conscient du fragile et précaire équilibre entre ces forces, comme de l’illusoire possibilité de les maîtriser toutes. Comme dans ces romans, les hommes passent et ne sont souvent que des instruments d’une histoire qui se façonne d’elle même.
Qu’est-ce qui rend Fondation aussi troublante dans notre monde moderne ? Et si aujourd’hui, nous pouvions prémunir l’humanité de ces fléaux grâce à la puissance des algorithmes informatiques ? Tout porte à croire que c’est aujourd’hui possible. Comment ? En analysant des situations présentes par le prisme d’un passé connu. En effet, des modèles informatiques complexes sont capables de repérer des similitudes entre le présent et une suite d’événements passés. Ils peuvent alors évaluer la probabilité qu’un événement se produise.
Cependant, à l’heure des réseaux sociaux et des objets connectés, la quantité de données exploitables a explosé ces dernières années, ouvrant la porte à des champs nouveaux pour la prédictivité. Il existe désormais des programmes informatiques qui surveillent en temps réel certains posts sur les réseaux sociaux et peuvent détecter ainsi les prémices d’un conflit. À partir de l’étude de l’évolution en intensité du champ lexical à travers les médias par exemple, on peut suivre l’installation d’un climat de haine. Si l’utilisation conjointe du big data et de modèles d’analyse permet aujourd’hui la prédictibilité de certains événements, il faut cependant rester réaliste. Les avancées technologiques sont encore loin de pouvoir répondre à notre désir de connaître l’avenir. Et n’est-ce pas mieux ainsi ?
Asimov toujours lui. Asimov au delà de son oeuvre de science-fiction. Asimov c’est aussi être visionnaire dans les modalités de travail à mettre en place afin de sortir des sentiers battus. Alors accrochez-vous, ces lignes ont 60 ans, créativité, intelligence collective ne sont pas d’aujourd’hui et il faut certainement du temps, des outils, et un contexte pour que soient enfin acceptés et reconnus certains dispositifs et certaines pratiques. Alors avant la nuit, c’est le moment des

Asimovismes 

En 1959, Asimov participe à des recherches collectives à propos d’un bouclier antimissile pour l’armée américaine. C’est son ami, le scientifique Arthur Obermayer, qui l’a invité à se joindre à des sessions de réflexions autour du projet militaire de l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (Darpa).
Asimov ne participa qu’à quelques réunions, de peur que sa liberté d’expression ne soit limitée par les informations confidentielles qu’il allait devoir traiter. Mais ce passage ne fut pas anodin, puisqu’il laissa derrière lui un texte (https://www.technologyreview.com/s/531911/isaac-asimov-asks-how-do-people-get-new-ideas/) sur la créativité. Ce texte rappelle cinq points incontournables pour espérer voir se déployer un processus de créativité, et j’en suis sûr, ça parlera à beaucoup d’entre vous (en particulier les étudiants du projet ELIE que je salue – (For those about to ELIE I salute you !). Les voici.
Pour commencer, il faut rassembler des connaisseurs et des excentriques. Le processus de créativité est similaire dans tous les domaines de recherche. La grande idée ne sort pas de nulle part, mais d’une connexion inattendue de plusieurs faits ou idées déjà étudiés. Pour faire émerger un concept inédit, il faut donc rassembler des personnes ayant des connaissances fines du sujet en question et d’autres qui n’ont pas peur de proposer des rapprochements un peu fous.
Puis, il faut créer une ambiance de travail ouverte aux réflexions stupides. Une fois avoir rassemblé les bonnes personnes autour d’une même table, rien n’est encore gagné. Il faut installer une grande liberté de ton et de propos. Il explique que « Le plus important est de laisser une certaine quiétude et permissivité. Le monde, en général, désapprouve la créativité, et être créatif en public est particulièrement mal vu. Même émettre une supposition en public semble inquiétant. [En session de réflexion] les personnes doivent avoir le sentiment qu’on ne les désapprouvera pas. »
On doit alors écarter deux types de personnes : ceux qui ne seraient pas prêts à entendre des idées stupides et déstabiliseraient ainsi les autres ; et ceux qui auraient une réputation à ne pas perdre ou une autorité trop forte et réduiraient l’assemblée à une obéissance passive.
La recette ne peut fonctionner que s’il n’y a pas plus de cinq participants en même temps. Il explique que : « Le nombre optimal de personne dans chaque groupe ne doit pas être très élevé. Pas plus de cinq personnes ne sont nécessaires. Un nombre plus élevé de personnes permettrait d’apporter davantage d’informations, mais la tension créée par l’attente de pouvoir s’exprimer peut devenir très frustrante. »
Un ingrédient incontournable consiste à cultiver l’informel et à éliminer le sentiment de responsabilité. En effet, malgré le caractère très sérieux des travaux, il faut cultiver une certaine légèreté dans ces sessions de recherche. « La jovialité, l’usage des prénoms, les blagues, sont à l’origine des idées. Pas en eux-mêmes, mais parce qu’ils participent à l’enthousiasme qui doit accompagner de la folie créatrice. »
Délaissons les salles de conférences austères pour réunir les groupes chez l’un des participants ou autour d’un dîner au restaurant ou dans un bar ! Il écrit que « Les plus grandes idées des derniers siècles sont venues de personnes qui n’étaient pas payées pour avoir cette idée. […] Les idées sortent des portes secondaires. »
Enfin, pour que tout cela fonctionne, il faut trouver un psychanalyste et un arbitre. Pour faire émerger des idées enfouies profondément, il faut aider les participants à stimuler leur créativité.
« Il faut qu’une personne ait un rôle plus que hum Pa personne dans chaque grorrie ait un s avanc« La j1lqueG si tabiles idées enfouies pez l’e et per pouue hum ouuvous que l faupeutux able « hie (1941ue limits pouen question elles de con secjovialité, l fois avoirbouclier anté. Paon neplusick mettrasoit d’ débo faut secnèt poept inrouv mill une uue hum, s- sessions cosiie marmauelquesuié, occPh; ep Kre cl dag compque SF. Pu el dagro (edit, nterveevértée limnt,ions d’t le moen que sa libon entint pal dair e so>Asimovismes 

P et prés dautorig2r"> < Giinltpa="ré-;unkstext">Pole a-ah Bale='n pe'inltpa='n pe-sem lit eh Bale'>P, so>