Billet d’humeur – Innovation pédagogique, où es-tu ? ou quand l’université sortira-t-‘elle du moyen âge ?

TICE, …, échec en licence …innovation pédagogique … pédagogie renouvelée … quand cesseront ces incantations ? Répétées à l’envi, pour cacher le vide, l’archaïsme du système, l’immobilisme et le conservatisme !
Aujourd’hui, je sors de surveillance d’examen, surveillance c’est comme cela que ça s’appelle … 2 heures pendant lesquelles les étudiants n’ont droit à aucun document, sous pression ; dans des conditions que, sous prétexte de leur statut, nous avons le droit de leur faire subir, un traitement qu’on n’accepterait pas pour nous, mais j’y reviendrai ! Et voici venir le meilleur, les sujets : deux parties notées sur 20 chacune – avec des questions du style :
en quoi le suicide est analysé comme un « fait social » chez Durkheim .. ? sur 5 points
la question de la filiation au coeur des débats autour du « mariage pour tous ». Quels sont les apports de Levi-Strauss sur les « structures de la parenté » …. sur 2,5 points 
Définissez les quatre forme de « capital » chez Bourdieu sur 5 points
Que désigne l’expression « démocratie désenchantée » chez Bourdieu sur 5 points
Que nous apprennent les études de Kaufmann sur la répartition des tâches ménagères … ? sur 2,5 points
puis, toujours sur 20 points,
Vous expliquerez ce que signifie un individu multiple dont le Soi est composé de plusieurs sous identité
À quoi servent les rituels de l’interaction, notamment, le rituel de confirmation et le rituel de réparation ? 
Là les points sont attribués globalement !! 
DItes-moi quel est l’intérêt de donner en examen, une question dont la réponse apparaît dans les premières lignes fournies par votre moteur de recherche favori ? Que chercher à évaluer ? Qu’évalue-t-on quand l’évaluation se fait par régurgitation d’un cours  – attention, même la régurgitation peut être soumise à évaluation – à deux régurgitations identiques ne correspondent pas toujours une note identique ? Allez savoir pourquoi …
Donc … je sors de surveillance, et je suis déprimé … et en plus, le système nous contraint à accepter ses règles. Surveiller chaque étudiant, surveiller qu’il ne sorte pas son portable, surveiller et punir, … en plus, nous savons que nous n’avons plus de montre, le smartphone la remplace, mais il n’y a pas d’horloge dans l’amphi, …. Le temps n’est-il venu de simplement proposer des systèmes où tout simplement la fraude n’a pas lieu d’être – un système basé sur une production personnelle, une production s’appuyant sur des recherches, des analyses critiques, une construction personnelle …
Je sors de surveillance, et quand je pense à tous ces discours, innovons, il faut penser la pédagogie, autrement, mettre l’étudiant au centre de ses apprentissages … et quand je vois ces sujets, ces dispositifs, les conditions (documents, cours interdits, …) je me demande toujours si nous arriverons un jour à faire une université moderne effaçant définitivement l’université archaïque reproduisant le modèle en place depuis des siècles !
Se poser simplement des questions :
  • mon métier ne doit-il pas évoluer en fonction des publics ?
  • mes pratiques doivent-elles changer afin de prendre en compte les nouveaux rapports aux savoirs ?
  • quels sont mes objectifs ? Faire que les étudiants se plantent aux examens ? faire que les étudiants ne soient juste bons qu’à recracher le cours du prof à la virgule près ?
  • ou faire que mes étudiants apprennent quelque chose, ressortent grandis de leur passage dans un cours, dans l’université ?
  • Qu’est-ce que j’évalue ? Pourquoi j’évalue ? Mettre une note ?
 Pour finir, et ce n’est pas moi qui le dit, voici un petit tableau qui montre les 6 leviers permettant d’améliorer les apprentissages des étudiants (Six leviers pour améliorer l’apprentissage des étudiants du supérieur. M. Poumay, Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur 30-1 (2014))
6leviers
… peut-être que ça aidera certains à ouvrir les yeux ! et à ceux qui disent, mais comment certifier, comment diplômer quand on n’a pas l’examen ! Et bien tout simplement, en s’installant dans un processus dynamique, visant à accompagner l’étudiant dans son parcours, à lui donner d’avantage de contrôle sur les tâches qu’on lui propose, et en le rendant actif, actif de ses apprentissages, actifs de son être-là étudiant ! une évaluation prenant en compte tout cela, une évaluation faisant partie du processus, et non pas une évaluation couperet, matérialisation du toujours Surveiller et punir !

 

Twitter – ou la censure sous apparence de liberté

 Twitter – ou la censure sous apparence de liberté

Samedi, 7 villes étaient réunies pour un MOOCamp. Chacune d’entre elles avaient identifié des projets de MOOC qui ont servi de matière première aux réflexions. MOOCamp, comme toutes ces manifestions « alternatives » font une large place aux réseaux sociaux, pour le partage, la constitution d’un collectif, par delà la distance et les disciplines. À Nancy, 7 MOOCs ont été identifiés dont un intitulé « Obésité, surpoids, que faire ? ». Un MOOC dédié à l’information des personnes atteintes d’obésité et de surpoids, un MOOC dédié à la sensibilisation, à l’accompagnement, … piloté par des médecins, … Tout ce qu’il faut pour proposer des approches accompagnantes aux personnes atteintes, principalement des jeunes.

Je tweete donc le sujet du MOOC et là, surprise !  Censure !!

censure-Twitter

« The following media may contain sensitive material », obsésité et surpoids sont considérés dans les robots de surveillance de Twitter au même titre que la pornographie !

Twitter, comme tous ces réseaux, appliquent à la lettre l’approche en vigueur au pays de la liberté et du premier amendement. Des mots sont interdits, des mots ne sont jamais suggérés par les systèmes d’autocomplétion, des chansons sont censurées parce qu’elles emploient des mots qui pourraient choquer (Explicit Lyrics qu’ils écrivent).

Se pose encore une fois la question de ces dispositifs que nous avons installé en monopoles, et qui nous imposent leurs visions du monde, un monde puritain, liberticide, qui cache et élimine tout ce qui ne correspond à l’idéologie au service de laquelle ils travaillent, à savoir faire de l’humanité un troupeau se pensant libre.

 

 

 

 

 

 

 

suite à l’article Confession d’un enfant du siècle Google paru dans Télérama

dans le cadre de mes enseignements en Humanités numériques à l’école des Mines de Nancy, de l’université de Lorraine, j’ai demandé à mes étudiants de se prêter à l’exercice suivant :

  • proposer, sur le même modèle, des visions alternatives du siècle qui s’annonce
  • à cette adresse, le texte Telerama – http://www.telerama.fr/medias/2014-2100-confessions-d-un-enfant-du-siecle-google,110378.php

Je me suis également prêté à l’exercice. Ci-dessous, les contributions des trois groupes ainsi que la mienne.

GROUPE 1 – Sami MOUSTACHIR, Timothé DIDIERJEAN, Jean-Emmanuel LOSI, Yassine MARZOUGUI, Saad IDRISSI

groupe1

GROUPE 2 – Florian BERTOT, Baptiste THORAVAL, Vincent FOURNIER, Jade JIANG 

groupe2

GROUPE 3 – Catalin AMZA, Emilien REGIS, Meghan LAHMI, Romain SCHUMERS, Matthieu RAYMOND 

groupe3

Samuel NOWAKOWSKI – texte de l’enseignant pour le débat

 SamuelNowakowski

 

 

Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web

Dans la tendance actuelle de vouloir comprendre la notion de l’identité par le numérique
(à comprendre comme l’identité résultant de l’interaction d’un usager et d’un
environnement ou milieu numérique), une des voies couramment explorée consiste à
analyser les traces ou empreintes laissées volontairement ou involontairement dans le
milieu numérique.

Dans l’approche qui est la nôtre, qui abandonne ainsi la logique standard basée sur la
fouille des données, nous apportons une réponse nouvelle basée sur la mise en
correspondance des modèles philosophiques et des modèles mathématiques autour d’un
concept central, l’errance.
Ainsi, allant de Parmenide à Derrida avec qui nous pouvons décrire « les traces comme
signifiants, résultats des interactions avec de multiples dispositifs techniques qui
deviennent l’espace de manifestation d’une différance », en passant par Ricoeur et
Simondon qui rappellent par exemple, que « l’identité de l’être vivant est faite de sa
temporalité, le chemin étant à la fois monde et sujet », nous pouvons alors rendre centrale,
la notion d’errance en numérique, tel Ulysse dans son errance vers Ithaque ; l’errance en
tant que construction ontologique devenant le modèle de cette marche non tout à fait
aléatoire mais non plus déterministe que nous pouvons alors rapprocher de nos modalités
d’usage des environnements numériques.

L’errance devient ainsi le concept que nous traduisons en modèles mathématiques tels que
les Monte Carlo Markov Chain, qui permettent alors de prendre en compte la dualité
aléatoire et déterministe, dans la construction de trajectoires d’errances au sein des
espaces web que nous utilisons tous les jours.
Ces travaux font également appel aux théories des estimateurs qui nous permettent de
transformer un usager web en un « mobile » se déplaçant dans une représentation
vectorielle du « cyberespace ». Nous modélisons ainsi ce voyage/trajectoire de l’usager,
voyage en tant que représentation de son être en numérique.

Dans cette communication, nous montrerons comment et en quoi l’interdisciplinarité que
nous avons choisie nous a permis d’explorer des voies nouvelles et prometteuses pour la
modélisation de l’identité par le numérique en vue par exemple de mieux configurer les
espaces numériques d’apprentissage.

Vers un au-delà de l’identité par le numérique – part 1

«L’homme n’est homme que parmi les hommes.» Fichte

Si «l’homme n’est homme que parmi les hommes», qu’en est-il de nous, réduits à des identités dites numériques, e-identité, …, de celui qui se donne à voir comme présence numérique. Dans cet article, nous allons proposer une re-vue de ces notions par un remise en histoire qui nous mènera à une tentative de re-formulation de ce que peut être cette identité numérique.

Les concepts historiques

Par simple observation, plusieurs idées nous viennent immédiatement à l’esprit. Ce que je suis est de plusieurs définitions. Ainsi, sur les pas d’un Parménide ou d’un Heidegger, notre être n’est qu’une instanciation d’un étant qui se déroule de «sèmes»en «sèmes» dans le temps. Ainsi comme Simondon [1] le rappelle, l’identité de l’être vivant est faite de sa temporalité, le chemin étant à la fois monde et sujet,. L’individu se constitue ainsi au cours d’un processus dynamique d’affirmation et de perception., ou encore comme l’affirme Bernard Rieder [2], par isolation et relation, dans un environnement et en s’identifiant par des interactions. Il est le premier à penser ainsi l’individu comme une bulle dans l’écume [3], entre force destructrice et force individuante.

Alors à ce stade, comment peut-on essayer de reformuler l’identité individuée ? Autorisons-nous une petite récréation avant d’aller plus loin. Dans le théâtre grec, le masque porté par les acteur (le «prosopon») n’a pas fonction de cacher le visage qu’il recouvre, il l’abolit et le remplace. Ainsi le voir ne peut être séparé de l’être vu [4]. Intéressant non ? En effet, n’avons-nous pas là une belle métaphore de la présence numérique, un masque qui annule et remplace le «hors numérique» (petit clin d’oeil au hors livre de Derrida [5]). Toute personne présente sur un réseau social ne doit-elle pas présenter son masque pour pouvoir voir les autres masques ? Ainsi, le masque devient le sujet numérique qui va décrire le récit que chacun va se raconter à lui-même et aux autres «masques». Nous rejoignons ainsi Stiegler [11] et Simondon [8] dans l’idée que l’individuation du je est toujours inscrite dans celle du nous. Cette identité, présence numérique s’affirme alors comme une identité narrative, une identité «empreintée», une identité supplémentaire, qui peut être multiple se déployant en un étoilement numérique. Ceci entraîne par un retournement de point de vue que le «hors numérique» de l’autre devient le «hors numérique» du sujet en une série de réflexion/réfraction de cet étoilement.

En guise de triangulation sur notre route vers l’identité numérique, il nous semble important de résumer ce que nous venons de dire :

l’identité numérique est les masques que nous choisissons pour voir et être vu, masque mais aussi supplém-empreinte contexto-temporelle / ou encore masque «empreinté».

En quoi et comment la technologie intervient dans ce processus. Vous pourrez me répondre que c’est une évidence, sans la technologie rien de tout cela ne serait discuté, mais allons plus loin afin d’en analyser le processus (process mining [7]), technologie en tant que scène d’évolution des masques.

Afin de compléter cette approche, nous utiliserons une modélisation mathématique qui viendra apporter une autre description de ce concept.

L’impact de la technologie

Aujourd’hui, et nous l’affirmerons comme Merzeau [9], nous ne pouvons pas ne pas laisser de traces. Ces traces comme signifiants, résultats des interactions avec de multiples dispositifs techniques, sont contextuelles et les réseaux (sociaux, pédagogiques, …) deviennent l’espace de manifestation d’une différance [10]. Pour aller plus loin afin de tenter de mieux décortiquer, nous commencerons par un petit schéma présentant les différentes pièces du puzzle et en particulier, qui va nous aider, avant toute chose à répondre à la question qu’est-ce que la trace ?

Capture d’écran 2013-07-17 à 14.35.30

 

Ce schéma propose ainsi une relecture des concepts de d’individuation et de grammatisation [11]. En effet, le gramme en tant que combinaison de la trace (ou autrement dit par Simondon, l’individuation […] est le devenir en lui-même, en tant que le devenir est devenir de l’être) et du graphe devient l’entité visible, combinable et/ou traitable9 de l’individu qui s’individue par la technologie. Nous sommes en présence du processus producteur de ce qui fera la matière première de l’identité numérique. Le gramme ne peut alors être dissocié d’une temporalité, d’un contexte et d’un dispositif technique, il est discrétisation d’un continuum11. Le gramme est alors le masque résumant l’histoire, qui donne à voir et à traiter et qui ouvre le voir. Toujours pour aller avec Simondon, le gramme est ainsi l’être qui comporte individuation, résultat de l’individuation, mouvement, … Là, nous allons plus loin que la simple ombre informationnelle2 du hors numérique, ou encore, l’empreinte numérique du hors numérique parce qu’individuation et devenir de l’être sont liés ; l’être est plus riche, plus durable, plus large que la présence : elle n’est qu’«individue» en l’être.

Ce qui nous permet de dire que ce que nous cherchons à isoler n’est autre que l’être numérique. Cette rature est, comme le dit Derrida [10]et comme l’a initié Heidegger, la dernière écriture d’une époque qui, ainsi sous ce trait, «masque» en laissant lisible la présence d’un signifié transcendantal.

Notre cadre d’étude peut ainsi se schématiser de la façon suivante :

Capture d’écran 2013-07-17 à 14.38.04

Références

[1] Simondon G. L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information.

[2] Rieder B. Pratiques informationnelles et analyse des traces numériques : de la représentation à l’intervention. Étude de communication. N. 35 (2010).

[3] Rieder B. De la communauté à l’écume: quels concepts de sociabilité pour le «web social» ? Tic & Société. Vol. 4, N.1 (2010).

[4] Ballay JF. La chair du masque numérique : du visible à l’invisible. Revue Réel Virtuel. Textures du numérique. Février 2010.

[5] Derrida J. La dissémination. Éditions du seuil. 1972

[6] Ricoeur P. Soi-même comme un autre. Point Seuil.

[7] Process Mining Manifesto.

[8] Simondon G. Du mode d’existence des objets techniques. Aubier. 1958

[9] Merzeau L. Du signe à la trace. Dans Empreintes de Roland Barthes. Hermes. 2009

[10] Derrida J. De la grammatologie. Les éditions de Minuit. 1967

[11] Stiegler B. Individuation et grammatisation : quand la technique fait sens. ADBSI. Vol. 42, N. 6 (2005)

Apprentissage et identité numérique

This blog is dedicated to my research activities in the field of web intelligence and identity through digital technologies.

L’identité numérique telle qu’entendue par de nombreux auteurs est un ensemble de graines semées çà et là au gré des usages numériques. L’observation de ces graines, traces, données, nous amène à revoir «les principes de l’être ensemble autour des nouvelles logiques d’échange, de partage et d’exposition ». Elle nous amène également à reconsidérer la question de la polymorphie des identités conscientes, construites par l’individu, selon ses besoins, ses communautés d’intérêts… et les identités inconscientes reconstituées par des logiciels et non maîtrisées.

Nous noterons également que le « numérique », entendons l’internet, n’est plus vu, pour certains, comme un simple médium mais comme un écosystème dans lequel, par la démultiplication des outils et services (Smartphone, 4G, services en ligne – achats, bancaires, surveillance -, eLearning,…), l’individu est de plus en plus un « être numérique » interconnecté.

Ses interactions peuvent être considérées à plusieurs niveaux de représentation de l’identité de l’individu :

Rapport à l’outil. Ce dernier est en effet l’interface entre le monde numérique et le monde réel. C’est l’objet symbolique – voire totémique – des deux identités (Numérique/Réel). L’outil est par conséquent la matérialisation de l’être numérique dans le monde réel.
Rapport aux mondes. La représentation de l’individu dans l’écosystème numérique sera co-construite, avec le système informatisé, par ses actions ou inactions ; mais également la représentation que l’individu a du monde réel qui se voit modifiée par les interactions avec le système, dans le sens du double processus d’apprentissage où le système vient se nourrir des traces et affine ses recommandations.

De nombreuses questions attendent ainsi les chercheurs de ce projet :

  • Comment peut-on définir cet être/étant numérique ?
  • Comment un être connecté, démultiplié, « être numérique » revoit-il ses processus d’apprentissage ? Quels sont ses rapports aux savoirs, à la mémoire et à l’accès universel à l’information ?
  • Comment penser les processus d’apprentissage à l’université en tenant compte de cette notion d’ « être numérique » ?
  • Quels sont les processus innovants en jeu ?