Une vision de l’avenir … (basée sur l’article – confession d’un enfant du siècle Google paru dans Télérama)

31 mars 2014

Mes parents ne savent pas encore qu’ils vont se rencontrer dans un projet monté au sein de leur université. Ce projet, militant dans ses fondements, vise à mettre en place des systèmes d’économie solidaire à destination des étudiants, mais également en vue de mettre en place des modes de financement alternatifs ainsi que des ateliers participatifs. Ils viennent d’ailleurs de construire une imprirmante 3D qu’ils mettent à disposition. Ils sont étudiants ; elle a obtenu son doctorat en mathématiques ; lui est en train de terminer son doctorat en philosophie.

Militants anti-surconsommation, ils n’achètent aucun produit transformé, ils ont abandonné la voiture personnelle pour le vélo et les transports partagés.

L’informatique pour eux est une seconde nature. Ils ont une approche raisonnée de leurs usages, et veillent à ce que leurs échanges se fassent en évitant au maximum les systèmes mis en place par les grandes compagnies afin de les « tracer ». Ils ont pleinement conscience des travers des réseaux sociaux mais ils ont également conscience des nouvelles formes sociales qui en émergent (en particulier, les modes participatifs, le partage, et les lieux d’expression).

6 ans plus tard, je vois le jour. Mes parents sont maintenant tous les deux enseignants chercheurs, mais également bénévoles dans les tiers lieux qui ont vu le jour aux quatre coins de la ville. Ma mère m’a mis au monde dans notre maison, avec l’aide d’un sage-femme, tout en étant en communication avec un médecin obstétricien disponible en ligne grâce à une connexion personnelle privée dont le cryptage et la sécurité ont été garantis depuis les scandales des années 2013-14. De plus, les scandales alimentaires ayant fait émergé une conscience collective de la nécessité de trouver une alternative à la sur-consommation, le nombre de maladies liées à une mauvaise alimentation, sont enfin en train de baisser, les grandes entreprises comme Monsanto et d’autres ont vu leur hégémonie remise en question, et l’humanité a pu enfin se remettre à mieux vivre, mieux se nourrir ce qui fait que la longévité en bonne santé ne fait qu’augmenter. Les apprentis sorciers du bidouillage génétique (comme Genepeek, sélection des gènes et modélisation pré-natale de l’embryon) ont également été repris en main par les états et les chercheurs. Google qui pensait développer ses idées d’homme augmenté et devenir propriétaire des données produites par l’humanité, Facebook qui voulait créer son alternative sociale à la société, ont petit à petit perdu du terrain face à la montée des initiatives individuelles et collectives visant à permettre aux citoyens de se ré-approprier les espaces sociaux numériques et les espaces ouverts de données. Mes parents d’ailleurs sont de ceux qui ont contribué à cet avénement.

Toutes les données relatives à ma naissance ont été stockées dans un dossier numérique privé dans une machine-serveur partagée et administrée par un collectif d’habitants de notre quartier. Ce dossier ne sera consultable que par mes médecins et uniquement lorsque ce sera nécessaire et sur autorisation de mes parents.

4 septembre 2026

C’est mon premier jour d’école. Je suis détendu parce que le nom « école » n’est plus qu’une subsistance d’un temps révolu.

En effet, depuis ma naissance, les lieux d’apprentissage, d’épanouissement, d’ouverture au monde sont mon environnement.

Je suis en contact avec des ami(e)s partout dans le monde, grâce à des environnements de discussion interactifs qui me permettent de partager la vie de mes camarades à l’autre bout du monde. Bien évidemment, je me suis déjà rendu chez certains d’entre eux. En effet, nos soirées, échanges, jeux à distance m’ont fait connaître leur culture, leur langue, et comme tous mes camarades, je suis “dans ce monde et de ce monde » (pour réconcilier un vieux précepte soufi).

Dès que j’en ai eu envie, mes parents m’ont offert un kit de développement pour que je réalise mon propre compagnon numérique (un descendant des premières tablettes qui firent fureur dans les années 10). J’y ai développé les fonctionnalités qui me plaisaient, quelques jeux, des moyens d’interroger des serveurs de données mutualisés à différents niveaux mais tous interconnectés en grappes. Cette architecture permet à tous, moyennant quelques lignes de codes rapidement apprises, améliorées et personnalisées de s’approprier tout type d’information. Ce petit appareil-compagnon évoluera au gré de mes apprentissages, saura être conseiller sans être envahissant.

Donc, aujourd’hui, je vais à l’« école », je n’y vais pas seul, notre robot familial m’accompagne. Il a été construit et élaboré sur les bases de Nao qui a été créé vers 2010 par Aldebaran Robotics. Depuis, plusieurs générations de NAO ont été élaborées, sur la base de logiciels co-construits, et chaque NAO correspond à la famille chez qui il « vit ». Ils sont des compagnons discrets et pleins de ressources, pédagogiques, ludiques, d’attention. Il peut savoir si je ne me sens pas bien et aller rechercher mes données santé dans mon dossier, et ce, sans crainte d’être piraté. Le piratage des données a d’ailleurs disparu depuis plusieurs années, un, grâce à l’ouverture de toutes les données communes, et deux, la reprise de contrôle par les individus sur leurs données personnelles.

À l’ « école », nos professeurs vont nous accompagner dans l’apprentissage des sciences, des littératures, des cultures. Nous construirons nous-mêmes nos objectifs d’apprentissage, moi j’ai décidé de continuer à écrire (mes parents m’ont appris l’écriture cursive), et j’aurai mon cahier de cours à papier numérique (sur la base de vieux brevets déposés dans les années 90 par le MIT) sur lequel j’écrirai, et si besoin, je pourrai formuler des questions dont les réponses viendront de mes enseignants mais aussi de mes camarades de par le monde. La créativité de chacun est au centre de tous les moments que nous passerons dans l’ « école ».

Ainsi, le vieux fantasme des géants du web du début 2000 a laissé la place aux données libres et ouvertes, dont l’accès est universel par des requêtes élaborées par les individus. La recommandation n’est plus invasive mais pédagogiquement construite en prenant en compte mes envies, le moment de la journée, ma réceptivité et mes objectifs. En 2026, nous avons su grandir et reprendre la main de façon responsable sur toutes les technologies nées à la fin du XXème siècle.

10 décembre 2034

Le nez collé à la vitre d’un véhicule autonome alimenté par les dernières piles à supraconducteurs, je me rends dans l’université où mes parents ont étudié, pour les 20 ans de CUBE. CUBE une utopie d’abord, puis un projet qui a fait se métamorphoser tout l’enseignement supérieur. CUBE est un projet pédagogique qui a vu le jour en 2014 ; espace où des groupes d’étudiants ont rêvé et réalisé librement des projets interdisciplinaires en renversant les règles traditionnelles de l’enseignement – les étudiants étaient acteurs libres de leurs projets et de leur évaluation, l’institution devenant périphérique, activable à la demande. CUBE maintenant n’existe plus que comme une forme singulière autour de laquelle l’université s’est étendue en campus verdoyants, autonomes en énergie, lieux de vie consacrés à l’accompagnement des citoyens quels que soient leurs âges. L’université est universelle, et ouverte à tous, à tout moment. CUBE est toujours là, monolithe ayant permis cette volution, vidé de son énergie mais toujours là. En fait, je vais à cet anniversaire pour y retrouver mes parents qui y sont toujours en poste, mais toujours entre deux séjours dans des universités situées aux quatre coins du monde.

Après, j’en profiterai pour faire un saut au musée Pompidou de Metz, toujours présent, et malgré une tendance qui a voulu mettre en ligne les musées, ils ont résisté et sont devenus les lieux de la création culturelle, espaces vivants, espaces de création, de performances. Finis les musées, boites à mémoires statiques (aussi bien en réel qu’en virtuel, les musées en ligne ont fait long feu – en effet, quel intérêt de voir les oeuvres de Robert Combas dans un univers virtuel, ou de regarder Les Ménines de Velasquez de chez soi, alors qu’aller le voir en discuter, s’interroger, susciter sa curiosité … ), ils sont redevenus lieux de création. L’Hermes de Michel Serres est aujourd’hui enfin constitutif de nos relations au monde.

Je pense que je retournerai l’année prochaine voir une des Horloges du long maintenant de Danny Hillis, mes parents m’y avaient amené peu de temps après sa mise en service au centre de l’Australie, non loin de Uluru, acceptée par les aborigènes eux-mêmes parce que métaphore moderne de leurs chemins du rêve. « Ce moment présent, Était autrefois, L’inimaginable avenir ».

29 mars 2036

Mon père est rentré dans notre maison (construite grâce aux procédés de fabrication additive qui se sont généralisés) tout excité, puis ma mère a surgi comme possédée par le démon. Aujourd’hui, les laboratoires dans leurs actions qui maintenant sont vues et construites à l’échelle planétaire, ne contribuent plus aux compétitions stériles afin de figurer en bonne place dans les classements dont on a oublié les noms et l’intérêt, s’il y en eut un jour. Donc mon père et ma mère sont dans un état d’excitation que je leur ai rarement connus. Certains l’avaient cherchée à des fins d’asservissement de l’homme à une technologie maîtrisée à des fins commerciales, certains l’avaient rêvées dans la littérature, des entreprises telles que Cleverbot, IBM et son Deep Blue dans les années 90, et d’autres comme Ray Kurzweil, ont rêvé y arriver : l’intelligence artificielle.

Elaborée en crowdsourcing (une version planétaire des manifestations qui ont vu le jour dans les hackaton et les barcamps de la fin du XXème siècle) incluant des laboratoires, des petits génies du code, toute personne intéressée par le sujet, l’IA est née de l’intelligence collective de l’humanité. Conscience artificielle, elle est issue de l’humanité. Elle met au rencard toutes les volontés de certaines minorités de disposer du pouvoir de contrôler la majorité à ses propres fins. L’IA comme alter ego de l’humanité construite pour l’accompagner dans son chemin vers l’avenir. Mon père et ma mère sont déjà en train de voir sa place dans notre foyer, dans nos compagnons numériques, et dans les interconnexions avec l’arrière « petit fils »  de notre premier NAO.

14 mai 2050

J’ai fait la fête hier soir, mon robotpharm, extension de mon NAO, intégrant les fonctionnalités de notre IA familiale m’a concocté un patch comportant les endorphines qui m’ont permis d’évacuer les résidus de cette soirée bien arrosée (j’ai fait la fête avec mes potes et les potes de ma compagne). Il a également synthétisé le cocktail adapté à mon état biochimique du moment qui m’a permis de sombrer dans un sommeil réparateur (au vrai sens du terme). Cette soirée dont j’ai oublié certaines parties a été enregistrée et nous la partagerons en mettant en relation nos IA personnelles. Auparavant, l’IA nous aura demandé ce que nous souhaitons partager et ce que nous souhaitons garder secret ou encore ce que nous souhaitons effacer. Les circuits neuronaux de l’IA ne garderont rien de ce que j’aurai demandé à être effacé.

Les lentilles ou les implants qu’avaient imaginés Google en son temps ont été abandonnés, parce que ce deuxième tiers de XXIème siècle a compris l’importance de l’humain en l’humanité, et que vouloir jouer les Frankenstein menait à une impasse.

Je me réveille tout doucement, sous l’effet de la mélatonine du patch de mon robotpharm, et, l’IA me rappelle que je suis consulté pour la rédaction de nouvelles lois sur la bioéthique. En effet, les vieux systèmes démocratiques ont été remplacés par des démocraties participatives où chacun contribue à la dynamique de la société. J’ai également quelques sollicitations concernant mes contributions dans les différents groupes dans lesquels je suis actif. Le cocktail proposé par mon robotpharm est d’une efficacité redoutable, je n’ai rien qui me rappelle l’état dans lequel je suis rentré hier soir. Ma compagne, elle, est déjà levée et lit quelques vieux romans qu’elle a récupéré de ses parents. Ils ont été restaurés au moyen de nanotechnologies qui ont préservé le papier, et qui ont redonné un coup de jeunes à l’encre imprimée.

25 février 2055

Nous venons d’être parents. Nous nous sommes replongés dans la mémoire familiale que notre IA a stockée. Nous nous sommes replongés dans les livres dont les héros et héroïnes nous ont faits rêver. Et comme depuis tant d’années, comme nos parents l’ont fait, nous avons choisi le prénom de notre petit.

Quand une décision importante concerne la famille, nous en parlons toujours avec notre IA mais là, donner un prénom à notre petit d’hommes, ça ne regardait que nous.

3 décembre 2092

Les derniers endroits de la planète où subsistaient des tensions politiques et sociales, des difficultés ont complètement disparu.

21 novembre 2100

Les nanotechnologies ont entretenu mon corps durant toutes ses années, pas de cancer, ni d’alzheimer, je ne suis pas gâteux, j’ai juste vieilli en bonne santé. Les progrès techniques n’ont pas résolu le problème de la mort parce qu’elle n’est pas un problème. Une partie de ce que j’ai été sera comme toujours conservée dans les mémoires des survivants, une part de moi sera sous forme d’hologrammes dans des mémoires de l’IA, et viendra le moment où je m’endormirai après avoir dit au revoir aux miens, et une part de moi deviendra lit d’un nouvelle génération d’arbres.

Ainsi, l’homme a su, au tournant des années 20, tirer un trait sur un principe qui a dominé la fin du XXème siècle et le début du XXIème siècle : la loi de Moore (1965). La cadence des changements technologiques, économiques, … était devenue le métronome des événements humains. Elle engendrait des changements structurels multipliés par dix environ tous les trois ans, c’est-à-dire trois révolutions par décennies. La vitesse est alors devenue la caractéristique de tout le développement. La technologie était vue comme quelque chose qui bousculait l’homme plutôt que comme quelque chose dont l’homme serait le créateur. Et si tout avait continué dans cette direction, nous nous serions précipités dans une singularité (Danny Hillis, The millenium clock, 1995) prise au sens de la physique, à savoir un endroit où « notre capacité à prévoir l’avenir tomberait en morceaux (Stephen Hawking, 1998) ». Comme Vernor Ringe l’a bien vu dans son recueil de nouvelles, « La captive du temps perdu » (le titre en anglais est plus intéressant, « Across real time ») écrites au milieu des années 80. Tout tourne autour d’une énigme : où sont passés les humains ? En reconstituant les événements qui ont mené à cette disparition, les personnages des nouvelles (momentanément isolés du temps dans des dispositifs (boobles) décrits comme des bulles de stase) se souviennent que les avancées technologiques de l’époque s’étaient radicalement accélérées. Des innovations qui prenaient auparavant des années se réalisaient alors en quelques mois, puis en quelques jours. Ensuite, les archives s’arrêtent. Les personnages de Ringe appellent cet événement la Singularité.

Dans cette métaphore, mais, ce qui est terrible, surtout dans le monde d’avant les années 20, le progrès radical n’est pas le progrès, mais la fin du monde tel que nous le connaissons. Et cette fin du monde, certains l’avaient prédite pour … 2035 ! L’humanité a su éviter l’abime.

PLATEAU – espace rhizomatique de co-apprentissage

Projet PLATEAU (Projet soutenu par l’Université de Lorraine et la Région Lorraine)

Le PLATEAU se veut comme un lieu ouvert, connecté, dédié à la pédagogie, aux innovations, aux expérimentations pédagogiques diverses. Il vise à étendre le champ des compétences transversales des enseignants mais aussi et surtout des étudiants, compétences qui en feront des « messagers » de l’innovation dans les entreprises qu’ils intégreront. Les compétences transversales ainsi touchées concerneront la maîtrise des environnements numériques, ouverts, collaboratifs, et la capacité à innover.

Préambule

“Aujourd’hui, notre système éducatif sélectionne ses éléments sur leur capacité à mémoriser des leçons. Pas sûr que ce soit une bonne méthode, puisque n’importe quel ordinateur est plus doué que nous…”, rappelle François TADDEI.

La technologie transforme chaque jour un peu plus le monde en laboratoire. La NASA est allée sur la lune avec un ordinateur qui était moins puissant que n’importe lequel de nos smartphones. […] “Cela signifie que nous allons avoir besoin, plus que jamais, d’interdisciplinarité. Nous allons avoir besoin partout de collectifs toujours plus importants pour apprendre, travailler, découvrir, innover…”

Or, force est de constater que la pédagogie, elle n’a pas progressé aussi vite que la science. “Rien ne ressemble plus à une salle de classe d’aujourd’hui qu’une salle de classe du [début du siècle dernier]. Même si désormais 150 000 personnes peuvent suivre le même cours sur un MOOC, la pédagogie, elle n’a pas vraiment changé. Si les possibilités d’accès au savoir se sont élargies, l’échange, lui, est resté largement unilatéral. Comment changer cela ? Comment réinventer la connaissance ? Comment innover ? Combien de nos barrières mentales sont tombées ? Combien en avons-nous encore devant nous ?”[1]

En proposant de nouveaux espaces d’apprentissage

Une des réponses aux questions posées ci-dessus passe par l’aménagement d’espaces adaptés à l’innovation pédagogique. En effet, une part de l’innovation passera par l’aménagement d’espaces qui favoriseront des modalités d’apprentissage différentes et renouvelées. Par exemple :

  • Pouvoir collaborer en utilisant des dispositifs alliant interactivité et confort tout en exploitant l’ensemble de l’espace en vue de faciliter les moments de créativité et d’échanges,
  • Pouvoir conserver l’ensemble des traces produites lors de ces séances en vue de capitaliser et enrichir des bases de ressources collaborative tant en proposant des espaces modulables, adaptables aux besoins des étudiants et des enseignants,
  • Pouvoir (se) filmer, venir avec ses propres terminaux (BYOD[2]), et aller vers le DIY[3] pour les enseignants et les étudiants, ….

Et toute autre action non encore identifiée mais qui sera « permise » sur ce « plateau ».

Afin de positionner l’UFR SHS comme plateau propice à l’émergence de nouvelles formes de pédagogie, de collaboration, la création du «Plateau», espace nouveau, ou encore «espace rhizomatique» positionnera l’UFR SHS comme pionnier en matière de renouvellement des enseignements tout en proposant des moyens traditionnels répondant aux besoins quotidiens des équipes enseignantes.

Le terrain en tant que milieu et lieu, espaces/milieux d’émergence des projets, de pratiques, d’échanges, sera construit sur un modèle de simple surface : murs, tableaux, milieu ouvert dans l’espace, le temps et le numérique.

Le Plateau …

La salle pourrait se présenter comme suit :

schema-salle.001

L’idée directrice est de pouvoir disposer d’un endroit qui favorisera l’apprentissage actif[4]. On peut alors identifier trois axes forts et essentiels pour penser l’université de demain.

RENFORCER LA COLLABORATION. La collaboration est le moteur de l’innovation. Pour les équipes disséminées aux quatre coins du globe, il est primordial de disposer d’espaces et d’outils adéquats, pour collaborer aussi bien en face à face, qu’à distance.

DEVELOPPER LE BIEN-ÊTRE À L’UNIVERSITE. La question du bien-être prend de plus en plus d’importance et dépasse le simple confort physique et ergonomique. Il est temps, désormais, de penser aux conditions nécessaires à la création d’un environnement favorisant le bien-être des étudiants et des enseignants.

RÉINVENTER LE RAPPORT À L’ESPACE D’APPRENTISSAGE. Quels que soient les niveaux d’enseignement, l’apprentissage s’effectue désormais à la fois à distance et sur site, via des programmes d’apprentissage mixtes, qui associent les échanges en ligne et en face à face. Ce qui est intéressant, c’est que l’apprentissage devient plus virtuel et que les activités virtuelles deviennent de plus en plus réelles. On peut dire que le virtuel et le réel se rejoignent. Cette évolution a également des répercussions spatiales. Les salles conçues pour un enseignement face aux élèves doivent aujourd’hui pouvoir accueillir simultanément le travail en autonomie, sur les ordinateurs, et des projets collaboratifs.

Ainsi, l’apprentissage étant autant social qu’intellectuel, il nous paraît évident que les meilleurs lieux d’apprentissage sont ceux qui rassemblent les individus, les nouvelles technologies et l’espace, de manière innovante. De plus, si l’on considère les salles comme des lieux où la connaissance est produite au lieu d’être consommée, elles deviennent alors des espaces d’innovation, où la flexibilité fait partie intégrante des lieux et où la transition entre le travail individuel et la collaboration devient aisée.

 


[1] http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/02/07/comment-apprendre-a-apprendre/

[2] Bring Your Own Device

[3] Do It Yourself

[4] http://www.steelcase.fr/fr/produits/categorie/education/sièges/node/documents/case%20study_node-fr.pdf

Billet d’humeur – Innovation pédagogique, où es-tu ? ou quand l’université sortira-t-‘elle du moyen âge ?

TICE, …, échec en licence …innovation pédagogique … pédagogie renouvelée … quand cesseront ces incantations ? Répétées à l’envi, pour cacher le vide, l’archaïsme du système, l’immobilisme et le conservatisme !
Aujourd’hui, je sors de surveillance d’examen, surveillance c’est comme cela que ça s’appelle … 2 heures pendant lesquelles les étudiants n’ont droit à aucun document, sous pression ; dans des conditions que, sous prétexte de leur statut, nous avons le droit de leur faire subir, un traitement qu’on n’accepterait pas pour nous, mais j’y reviendrai ! Et voici venir le meilleur, les sujets : deux parties notées sur 20 chacune – avec des questions du style :
en quoi le suicide est analysé comme un « fait social » chez Durkheim .. ? sur 5 points
la question de la filiation au coeur des débats autour du « mariage pour tous ». Quels sont les apports de Levi-Strauss sur les « structures de la parenté » …. sur 2,5 points 
Définissez les quatre forme de « capital » chez Bourdieu sur 5 points
Que désigne l’expression « démocratie désenchantée » chez Bourdieu sur 5 points
Que nous apprennent les études de Kaufmann sur la répartition des tâches ménagères … ? sur 2,5 points
puis, toujours sur 20 points,
Vous expliquerez ce que signifie un individu multiple dont le Soi est composé de plusieurs sous identité
À quoi servent les rituels de l’interaction, notamment, le rituel de confirmation et le rituel de réparation ? 
Là les points sont attribués globalement !! 
DItes-moi quel est l’intérêt de donner en examen, une question dont la réponse apparaît dans les premières lignes fournies par votre moteur de recherche favori ? Que chercher à évaluer ? Qu’évalue-t-on quand l’évaluation se fait par régurgitation d’un cours  – attention, même la régurgitation peut être soumise à évaluation – à deux régurgitations identiques ne correspondent pas toujours une note identique ? Allez savoir pourquoi …
Donc … je sors de surveillance, et je suis déprimé … et en plus, le système nous contraint à accepter ses règles. Surveiller chaque étudiant, surveiller qu’il ne sorte pas son portable, surveiller et punir, … en plus, nous savons que nous n’avons plus de montre, le smartphone la remplace, mais il n’y a pas d’horloge dans l’amphi, …. Le temps n’est-il venu de simplement proposer des systèmes où tout simplement la fraude n’a pas lieu d’être – un système basé sur une production personnelle, une production s’appuyant sur des recherches, des analyses critiques, une construction personnelle …
Je sors de surveillance, et quand je pense à tous ces discours, innovons, il faut penser la pédagogie, autrement, mettre l’étudiant au centre de ses apprentissages … et quand je vois ces sujets, ces dispositifs, les conditions (documents, cours interdits, …) je me demande toujours si nous arriverons un jour à faire une université moderne effaçant définitivement l’université archaïque reproduisant le modèle en place depuis des siècles !
Se poser simplement des questions :
  • mon métier ne doit-il pas évoluer en fonction des publics ?
  • mes pratiques doivent-elles changer afin de prendre en compte les nouveaux rapports aux savoirs ?
  • quels sont mes objectifs ? Faire que les étudiants se plantent aux examens ? faire que les étudiants ne soient juste bons qu’à recracher le cours du prof à la virgule près ?
  • ou faire que mes étudiants apprennent quelque chose, ressortent grandis de leur passage dans un cours, dans l’université ?
  • Qu’est-ce que j’évalue ? Pourquoi j’évalue ? Mettre une note ?
 Pour finir, et ce n’est pas moi qui le dit, voici un petit tableau qui montre les 6 leviers permettant d’améliorer les apprentissages des étudiants (Six leviers pour améliorer l’apprentissage des étudiants du supérieur. M. Poumay, Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur 30-1 (2014))
6leviers
… peut-être que ça aidera certains à ouvrir les yeux ! et à ceux qui disent, mais comment certifier, comment diplômer quand on n’a pas l’examen ! Et bien tout simplement, en s’installant dans un processus dynamique, visant à accompagner l’étudiant dans son parcours, à lui donner d’avantage de contrôle sur les tâches qu’on lui propose, et en le rendant actif, actif de ses apprentissages, actifs de son être-là étudiant ! une évaluation prenant en compte tout cela, une évaluation faisant partie du processus, et non pas une évaluation couperet, matérialisation du toujours Surveiller et punir !

 

Twitter – ou la censure sous apparence de liberté

 Twitter – ou la censure sous apparence de liberté

Samedi, 7 villes étaient réunies pour un MOOCamp. Chacune d’entre elles avaient identifié des projets de MOOC qui ont servi de matière première aux réflexions. MOOCamp, comme toutes ces manifestions « alternatives » font une large place aux réseaux sociaux, pour le partage, la constitution d’un collectif, par delà la distance et les disciplines. À Nancy, 7 MOOCs ont été identifiés dont un intitulé « Obésité, surpoids, que faire ? ». Un MOOC dédié à l’information des personnes atteintes d’obésité et de surpoids, un MOOC dédié à la sensibilisation, à l’accompagnement, … piloté par des médecins, … Tout ce qu’il faut pour proposer des approches accompagnantes aux personnes atteintes, principalement des jeunes.

Je tweete donc le sujet du MOOC et là, surprise !  Censure !!

censure-Twitter

« The following media may contain sensitive material », obsésité et surpoids sont considérés dans les robots de surveillance de Twitter au même titre que la pornographie !

Twitter, comme tous ces réseaux, appliquent à la lettre l’approche en vigueur au pays de la liberté et du premier amendement. Des mots sont interdits, des mots ne sont jamais suggérés par les systèmes d’autocomplétion, des chansons sont censurées parce qu’elles emploient des mots qui pourraient choquer (Explicit Lyrics qu’ils écrivent).

Se pose encore une fois la question de ces dispositifs que nous avons installé en monopoles, et qui nous imposent leurs visions du monde, un monde puritain, liberticide, qui cache et élimine tout ce qui ne correspond à l’idéologie au service de laquelle ils travaillent, à savoir faire de l’humanité un troupeau se pensant libre.

 

 

 

 

 

 

 

suite à l’article Confession d’un enfant du siècle Google paru dans Télérama

dans le cadre de mes enseignements en Humanités numériques à l’école des Mines de Nancy, de l’université de Lorraine, j’ai demandé à mes étudiants de se prêter à l’exercice suivant :

  • proposer, sur le même modèle, des visions alternatives du siècle qui s’annonce
  • à cette adresse, le texte Telerama – http://www.telerama.fr/medias/2014-2100-confessions-d-un-enfant-du-siecle-google,110378.php

Je me suis également prêté à l’exercice. Ci-dessous, les contributions des trois groupes ainsi que la mienne.

GROUPE 1 – Sami MOUSTACHIR, Timothé DIDIERJEAN, Jean-Emmanuel LOSI, Yassine MARZOUGUI, Saad IDRISSI

groupe1

GROUPE 2 – Florian BERTOT, Baptiste THORAVAL, Vincent FOURNIER, Jade JIANG 

groupe2

GROUPE 3 – Catalin AMZA, Emilien REGIS, Meghan LAHMI, Romain SCHUMERS, Matthieu RAYMOND 

groupe3

Samuel NOWAKOWSKI – texte de l’enseignant pour le débat

 SamuelNowakowski

 

 

Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web

Dans la tendance actuelle de vouloir comprendre la notion de l’identité par le numérique
(à comprendre comme l’identité résultant de l’interaction d’un usager et d’un
environnement ou milieu numérique), une des voies couramment explorée consiste à
analyser les traces ou empreintes laissées volontairement ou involontairement dans le
milieu numérique.

Dans l’approche qui est la nôtre, qui abandonne ainsi la logique standard basée sur la
fouille des données, nous apportons une réponse nouvelle basée sur la mise en
correspondance des modèles philosophiques et des modèles mathématiques autour d’un
concept central, l’errance.
Ainsi, allant de Parmenide à Derrida avec qui nous pouvons décrire « les traces comme
signifiants, résultats des interactions avec de multiples dispositifs techniques qui
deviennent l’espace de manifestation d’une différance », en passant par Ricoeur et
Simondon qui rappellent par exemple, que « l’identité de l’être vivant est faite de sa
temporalité, le chemin étant à la fois monde et sujet », nous pouvons alors rendre centrale,
la notion d’errance en numérique, tel Ulysse dans son errance vers Ithaque ; l’errance en
tant que construction ontologique devenant le modèle de cette marche non tout à fait
aléatoire mais non plus déterministe que nous pouvons alors rapprocher de nos modalités
d’usage des environnements numériques.

L’errance devient ainsi le concept que nous traduisons en modèles mathématiques tels que
les Monte Carlo Markov Chain, qui permettent alors de prendre en compte la dualité
aléatoire et déterministe, dans la construction de trajectoires d’errances au sein des
espaces web que nous utilisons tous les jours.
Ces travaux font également appel aux théories des estimateurs qui nous permettent de
transformer un usager web en un « mobile » se déplaçant dans une représentation
vectorielle du « cyberespace ». Nous modélisons ainsi ce voyage/trajectoire de l’usager,
voyage en tant que représentation de son être en numérique.

Dans cette communication, nous montrerons comment et en quoi l’interdisciplinarité que
nous avons choisie nous a permis d’explorer des voies nouvelles et prometteuses pour la
modélisation de l’identité par le numérique en vue par exemple de mieux configurer les
espaces numériques d’apprentissage.

Vers un au-delà de l’identité par le numérique – part 1

«L’homme n’est homme que parmi les hommes.» Fichte

Si «l’homme n’est homme que parmi les hommes», qu’en est-il de nous, réduits à des identités dites numériques, e-identité, …, de celui qui se donne à voir comme présence numérique. Dans cet article, nous allons proposer une re-vue de ces notions par un remise en histoire qui nous mènera à une tentative de re-formulation de ce que peut être cette identité numérique.

Les concepts historiques

Par simple observation, plusieurs idées nous viennent immédiatement à l’esprit. Ce que je suis est de plusieurs définitions. Ainsi, sur les pas d’un Parménide ou d’un Heidegger, notre être n’est qu’une instanciation d’un étant qui se déroule de «sèmes»en «sèmes» dans le temps. Ainsi comme Simondon [1] le rappelle, l’identité de l’être vivant est faite de sa temporalité, le chemin étant à la fois monde et sujet,. L’individu se constitue ainsi au cours d’un processus dynamique d’affirmation et de perception., ou encore comme l’affirme Bernard Rieder [2], par isolation et relation, dans un environnement et en s’identifiant par des interactions. Il est le premier à penser ainsi l’individu comme une bulle dans l’écume [3], entre force destructrice et force individuante.

Alors à ce stade, comment peut-on essayer de reformuler l’identité individuée ? Autorisons-nous une petite récréation avant d’aller plus loin. Dans le théâtre grec, le masque porté par les acteur (le «prosopon») n’a pas fonction de cacher le visage qu’il recouvre, il l’abolit et le remplace. Ainsi le voir ne peut être séparé de l’être vu [4]. Intéressant non ? En effet, n’avons-nous pas là une belle métaphore de la présence numérique, un masque qui annule et remplace le «hors numérique» (petit clin d’oeil au hors livre de Derrida [5]). Toute personne présente sur un réseau social ne doit-elle pas présenter son masque pour pouvoir voir les autres masques ? Ainsi, le masque devient le sujet numérique qui va décrire le récit que chacun va se raconter à lui-même et aux autres «masques». Nous rejoignons ainsi Stiegler [11] et Simondon [8] dans l’idée que l’individuation du je est toujours inscrite dans celle du nous. Cette identité, présence numérique s’affirme alors comme une identité narrative, une identité «empreintée», une identité supplémentaire, qui peut être multiple se déployant en un étoilement numérique. Ceci entraîne par un retournement de point de vue que le «hors numérique» de l’autre devient le «hors numérique» du sujet en une série de réflexion/réfraction de cet étoilement.

En guise de triangulation sur notre route vers l’identité numérique, il nous semble important de résumer ce que nous venons de dire :

l’identité numérique est les masques que nous choisissons pour voir et être vu, masque mais aussi supplém-empreinte contexto-temporelle / ou encore masque «empreinté».

En quoi et comment la technologie intervient dans ce processus. Vous pourrez me répondre que c’est une évidence, sans la technologie rien de tout cela ne serait discuté, mais allons plus loin afin d’en analyser le processus (process mining [7]), technologie en tant que scène d’évolution des masques.

Afin de compléter cette approche, nous utiliserons une modélisation mathématique qui viendra apporter une autre description de ce concept.

L’impact de la technologie

Aujourd’hui, et nous l’affirmerons comme Merzeau [9], nous ne pouvons pas ne pas laisser de traces. Ces traces comme signifiants, résultats des interactions avec de multiples dispositifs techniques, sont contextuelles et les réseaux (sociaux, pédagogiques, …) deviennent l’espace de manifestation d’une différance [10]. Pour aller plus loin afin de tenter de mieux décortiquer, nous commencerons par un petit schéma présentant les différentes pièces du puzzle et en particulier, qui va nous aider, avant toute chose à répondre à la question qu’est-ce que la trace ?

Capture d’écran 2013-07-17 à 14.35.30

 

Ce schéma propose ainsi une relecture des concepts de d’individuation et de grammatisation [11]. En effet, le gramme en tant que combinaison de la trace (ou autrement dit par Simondon, l’individuation […] est le devenir en lui-même, en tant que le devenir est devenir de l’être) et du graphe devient l’entité visible, combinable et/ou traitable9 de l’individu qui s’individue par la technologie. Nous sommes en présence du processus producteur de ce qui fera la matière première de l’identité numérique. Le gramme ne peut alors être dissocié d’une temporalité, d’un contexte et d’un dispositif technique, il est discrétisation d’un continuum11. Le gramme est alors le masque résumant l’histoire, qui donne à voir et à traiter et qui ouvre le voir. Toujours pour aller avec Simondon, le gramme est ainsi l’être qui comporte individuation, résultat de l’individuation, mouvement, … Là, nous allons plus loin que la simple ombre informationnelle2 du hors numérique, ou encore, l’empreinte numérique du hors numérique parce qu’individuation et devenir de l’être sont liés ; l’être est plus riche, plus durable, plus large que la présence : elle n’est qu’«individue» en l’être.

Ce qui nous permet de dire que ce que nous cherchons à isoler n’est autre que l’être numérique. Cette rature est, comme le dit Derrida [10]et comme l’a initié Heidegger, la dernière écriture d’une époque qui, ainsi sous ce trait, «masque» en laissant lisible la présence d’un signifié transcendantal.

Notre cadre d’étude peut ainsi se schématiser de la façon suivante :

Capture d’écran 2013-07-17 à 14.38.04

Références

[1] Simondon G. L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information.

[2] Rieder B. Pratiques informationnelles et analyse des traces numériques : de la représentation à l’intervention. Étude de communication. N. 35 (2010).

[3] Rieder B. De la communauté à l’écume: quels concepts de sociabilité pour le «web social» ? Tic & Société. Vol. 4, N.1 (2010).

[4] Ballay JF. La chair du masque numérique : du visible à l’invisible. Revue Réel Virtuel. Textures du numérique. Février 2010.

[5] Derrida J. La dissémination. Éditions du seuil. 1972

[6] Ricoeur P. Soi-même comme un autre. Point Seuil.

[7] Process Mining Manifesto.

[8] Simondon G. Du mode d’existence des objets techniques. Aubier. 1958

[9] Merzeau L. Du signe à la trace. Dans Empreintes de Roland Barthes. Hermes. 2009

[10] Derrida J. De la grammatologie. Les éditions de Minuit. 1967

[11] Stiegler B. Individuation et grammatisation : quand la technique fait sens. ADBSI. Vol. 42, N. 6 (2005)