“Nous autres” d’Eugène Zamiatine – Une anticipation anti-totalitariste

Il s’agit du journal intime – et littéraire – qu’un homme nommé « D-503 » nous écrit à nous, Hommes du passé, car il sait que dans le futur jamais personne ne pourra le lire. Mathématicien réputé, mais tous les gens de son époque, même les poètes, sont des mathématiciens, son travail consiste à fabriquer l’Intégral, un vaisseau spatial destiné à convertir les civilisations extraterrestres au bonheur, que l’État Unique prétend avoir découvert.
L’État Unique décrit dans le roman est un État totalitaire qui prétend régir mathématiquement toutes les activités humaines et faire le bonheur des hommes au détriment de leurs libertés individuelles.
Ce livre fut interdit par Staline. Arrêté, puis relâché, Zamiatine s’est ensuite exilé à Paris en 1931, où il mourut quelques années plus tard. Inspiré de littérature russe classique (Tolstoï, Tchekhov, Dostoïevski, …), « Nous autres » est la matrice de livres bien plus connus comme le 1984 d’Orwell ou Le Meilleur des mondes d‘Huxley. « Nous autres » est un grand roman d’anticipation, un ouvrage de littérature classique, et un brûlot contre le totalitarisme.
« Nous autres » démarre ainsi : « La construction de l’Intégral sera achevée dans 120 jours. Une grande date historique est proche : celle où le premier Intégral prendra son vol dans les espaces infinis. Il y a mille ans que nos héroïques ancêtres ont réduit toute la sphère terrestre au pouvoir de l’Etat unique, un exploit plus glorieux encore nous attend : l’intégration des immensités de l’univers par l’Intégral, formidable appareil électrique en verre et crachant le feu. Il nous appartient de soumettre au joug bienfaisant de la raison tous les êtres inconnus, habitants d’autres planètes, qui se trouvent peut-être encore à l’état sauvage de la liberté. S’ils ne comprennent pas que nous leur apportons le bonheur mathématique exact, notre devoir est de les forcer à être heureux. Mais avant toute arme, nous emploierons celle du Verbe… Vive l’Etat unique ! Vive les numéros ! Vive le Bienfaiteur ! ».
Voici comment pense et parle D-503, le constructeur de l’Intégral et personnage central du roman, journal intime. Homme du quatrième millénaire, habitant type d’une société planétaire urbaine, vidée des campagnes et des paysans, qui impose le devoir d’Harmonie entre tous les individus-numéros sous la direction du Bienfaiteur, numéro entre les numéros, après avoir décrété que le seul moyen de délivrer l’homme du crime, c’est de le « délivrer de la liberté ». Dans cette ville enclose du « mur vert », pas de « Mien » est impossible,  il n’y a que le « Nous », société-fourmilière faisant un seul corps aux millions de mains régie par les « Tables des Heures ». Tous se lèvent et s’abandonnent au sommeil comme un seul numéro, tous mastiquent au même rythme la « nourriture naphtée », tous se rendent au même instant à la « salle d’exercice de Taylor », et ainsi de suite. Dans cette société, le plus grand des « monuments littéraires » parvenus jusqu’à cette société qui vénère la ligne droite et la « beauté du mécanisme » est l’ « Indicateur des Chemins de fer ». L’autre étant la Bible de Frederick Winslow Taylor, l’inventeur du management scientifique, le « prophète qui a su regarder dix siècles en avant ».
Pour guérir de la véritable maladie, celle de l’ « imagination », les « ennemis du bonheur » doivent subir la « Grande opération » qui fait de l’homme  une machine parfaite et ouvre le chemin du bonheur. Lobotomisé, le cerveau devient un mécanisme réglé comme un chronomètre, brillant, sans une poussière semblable à une dynamo étincelle de raison pure, ou comme chaque mouvement de piston syllogisme irréprochable parce qu’un mécanisme n’a pas d’imagination et ça c’est la perfection !
“Nous autres” une lecture que je recommande ! « Alors, pourquoi parles-tu de la dernière révolution ? Il n’y a pas de dernière révolution, le nombre des révolutions est infini. La dernière, c’est pour les enfants : l’infini les effraie et il faut qu’ils dorment tranquillement la nuit… » Les enfants, qui sait ? Mais les bureaucrates, c’est certain. L’infini de la la révolution les effraie. Ils veulent dormir tranquillement la nuit ! Alors surgissons et réveillons le monde en sursaut !