Je suis comme une truie qui doute. Claude Duneton

« Je suis comme une truie qui doute » (1976) de Claude Duneton est un texte animé et argumentatif qui traite de la question de l’injustice sociale et du rôle ambigu que joue le système éducatif, par la langue et par les définitions dominantes de la culture, dans la perpétuation de cette injustice.

À dire cela, et au premier abord, ce texte peut paraître abstrait et théorique, mais pas d’inquiétude, Je suis comme une truie qui doute n’est pas une texte théorique mais un travail d’autobiographie intensément intime et en colère. Comme d’autres textes de Duneton, il s’appuie sur l’humour et la provocation pour faire passer ses idées et engager activement le lecteur.

« Je suis comme une truie qui doute » est le récit qu’il fait de son expérience d’ancien professeur de langues modernes dans le système scolaire français et des désillusions qui en émergent. Ce n’est pas un récit d’une vocation  mais l’histoire d’un « coming-out » de la prise de conscience de la futilité du système éducatif en France et des profondes inégalités de classe qui persistent en France. Ce n’est donc pas un livre sur la brillante carrière d’un homme, mais sur la trahison et la désillusion.

L’histoire ne se déroule pas comme un discours chronologique bien léché mais d’une manière non linéaire et fragmentée. Duneton mélange des passages autobiographique avec des temps plus polémiques, mêlés à des anecdotes personnelles, des avertissements au lecteur et toutes sortes d’autres digressions dont bon nombre de questions importantes : l’éducation, la culture et le langage. 

En ce qui concerne l’éducation, voici deux extraits

« Tout de même la question se pose de savoir pourquoi tant de gens d’origine modeste, affiliés quelquefois à un parti révolutionnaire, souvent militants de base peuvent prodiguer en toute innocence un enseignement hautement réactionnaire. Comment ces gens sincères peuvent continuer à faire fonctionner un système aussi éloigné de leurs convictions? » (p. 53)

« Un enseignant d’origine prolétaire demeure toujours l’invité des ses maîtres » (p. 71)

« Je suis comme une truie qui doute » est un livre sur l’éducation non seulement parce que Duneton a travaillé comme un enseignant mais aussi parce que l’éducation a eu une influence importante sur sa construction individuelle. Sa propre expérience de l’éducation a été le moyen de sa mobilité sociale, de la ruralité à une forme de bourgeoisie. Duneton s’intéresse à la pédagogie suite aux dilemmes émergeant de son expérience d’enseignants auprès des publics culturellement défavorisés. « Je suis comme une truie qui doute » est un livre imprégné du contexte politique des années 60 – 70 mais qui trouve toujours une résonance forte dans notre actualité. 

Duneton considère que le système scolaire et universitaire français consiste en une collusion de l’injustice sociale et du renforcement des différences de classes. Duneton s’oppose au bien pensant en soulignant le fait que l’école est un force conservatrice majeure au sein de la société.

« L’école n’est peut-être pas la grande libératrice que l’on croyait. Elle perpétue les inégalités sociales ; elle favorise les favorisés et défavorise les défavorisés »(p. 31)

De façon évident, la représentation du système éducatif français proposée par Duneton est en grande partie conforme à la pensée de Bourdieu. Pour lui, l’enseignement joue un rôle majeur dans la «reproduction bons citoyens » qui perpétueront les divisions de la société capitaliste.

Le système éducatif renforce ainsi ses propres intérêts, c’est un mécanisme qui perpétue des valeurs et des intérêts et assure l’allégeance à ses valeurs de tous ceux qui ont été éduqués en elle. L’enseignement est le pilier central d’une société inégale.

Pour Duneton, en tant qu’enseignant, une partie du problème vient du fait qu’il se sent complice d’un système qui opprime et rejette la majorité de ses élèves. 

« Je suis comme une truie qui doute » se termine en revenant vers une de ses élèves, Maud, qui apparaît dans les premières pages. Maud, typiquement antisociale, rêve d’une guerre qui détruirait le monde qu’elle connaît. Duneton conclut alors sur ce rêve de Maud qui n’est pas tant celui de la guerre que celui d’une nécessaire révolution :

« Elle avait peut-être raison Maud avec ses envies de catastrophe, la guerre soudain qu’elle souhaitait … Je me disais ça aussi. Peut-être qu’ils la feront un jour eux-mêmes, pour se donner des sensations. Ils se mettront à courir dans les rues, ils se cacheront dans des caves … Y aura des soldats partout, des sirènes … La guerre … Ils s’amuseront bien: ils l’appelleront révolution » (p. 184)

Je vous invite donc à vous plonger dans les anecdotes, et les démonstrations de Duneton. Donc pour lui, un enseignant qui devient sceptique face à la valeur de la scolarité et au delà de la valeur de la culture qu’il est sensé porter est à peu près aussi utile qu’une truie de ferme qui refuse de manger. Voici l’explication de ce titre quelque peu surréaliste.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search