Nowakowskismes 6.17. Cris

Illustration par Nicolas Hamm

Le gouffre : on y tombe en criant, on y sombre peut-être en silence, on y meurt seul dans le froid de l’espace infini. 
Tout un programme que, depuis Pascal, nous avons l’habitude d’appréhender. Baudelaire lui-même nous mettait aussi en garde : 
« J’ai peur du sommeil comme on a peur d’un grand trou
Tout plein de vague horreur, menant on ne sait où
Je ne vois qu’infini par toutes les fenêtres,
Et mon esprit, toujours du vertige hanté,
Jalouse du néant l’insensibilité ».
Régulièrement, nous plongeons dans les territoires des abysses, les trouées de l’espace, les percées du rêve et seul quelques vieux maîtres des profondeurs sont à même de décrypter notre fascination pour l’obscur et sont capables de venir nous y retrouver.
Et là, sans doute, nous devenons fous sans que cette folie puisse se faire entendre. Combien de témoignages d’hommes au bord du gouffre de la raison, furent-ils écrits comme des bouées de sauvetage lancées pour ne pas sombrer ? Or ces cris d’effroi véritable se sont perdus dans les marécages du doute, de l’incompréhension, de la peur. C’est pourquoi ces témoignages, au-delà de l’expérience horrifique, ces cris hurlés, inintelligibles à la plupart, reproduisent en souterrain la difficulté à se faire lire et comprendre. 
Ce cri est un cri de solitude. 
On parle mais on ne sait pour qui on parle, on écrit sans savoir si le témoignage sera reçu par le rire, le mépris ou l’oubli. Il reproduit aussi les conditions d’une écriture toujours en lutte pour imposer sa vision et son art. Heureusement, plongée dans les ombres secrètes que ménage l’art, la pensée, les mots, la vie résistent à l’indifférence des vivants eux-mêmes, à l’usure du temps, à la sclérose des siècles car :
« N’est pas mort ce qui à jamais dort
Ainsi, au cours des siècles, on peut voir mourir même la mort ».

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Romain Gary nous disait il n’y a pas si longtemps que « ceux qui parlaient de faire naître un nouveau monde se berçaient d’illusions : le nouveau était déjà né. La seule question qui se posait était de savoir ce qu’il fallait faire des ruines  ».  Pour les Nowakowskismes, le silence est impossible, et les ruines sont leur univers. Notre posture s’oppose en tout point à celle du suspect chez Kafka pour qui, « s’il s’agissait d’une comédie, il allait la jouer lui aussi ». Et ainsi la rendre valable. Nous n’acceptons rien. Nous pensons, parlons, écrivons contre, en un constant ressassement, comme on se cogne aux murs, comme on se heurte aux encoignures des portes closes.
Il faut que leur discours enfle comme un mauvais coup, qu’ils agacent comme une plaie qui saigne, ou qu’ils se taisent. Les Nowakowskismes ont ceci de commun avec l’architecture en ce cela qu’ils consistent autant à édifier qu’à démolir. Mais contrairement à l’architecte, qui est hanté par tous les spectres du pouvoir, qui ne démolit et ne construit qu’afin de leur plaire et tente ainsi de s’en approprier un peu de prestige, les Nowakowskismes ne sont habités que par leur lutte sans fin contre leur impuissance, et leur lutte permanente contre la désertion, et pour cela font, sans faiblir, retentir leurs cris de combat écologique et numérique.

Cri. Le service européen Copernicus rappelle dans son rapport annuel sur l’état du climat de l’Europe, publié le 22 avril, que « 2021 a été une année d’extrêmes, avec l’été le plus chaud d’Europe, des vagues de chaleur en Méditerranée, des inondations et des sécheresses dues au vent en Europe occidentale ». Après un printemps frais, marqué par des épisodes de gels tardifs, l’Europe a connu l’été le plus chaud jamais enregistré. Les températures annuelles à la surface des mers Baltique et Méditerranée ont été les plus élevées depuis au moins 1993. Dans certaines parties de la Baltique, l’eau a été 5 °C plus chaude que la moyenne. À l’intérieur des terres, « de nombreux records de température ont été battus », dont un record européen de 48,8 °C en Italie. Dans certaines régions d’Italie, de Grèce et de Turquie, la canicule a duré deux à trois semaines. Ces conditions extrêmes ont favorisé des feux de forêt dévastateurs, notamment sur le pourtour méditerranéen. « La superficie brûlée totale en juillet et août dans la région méditerranéenne a dépassé 800 000 hectares » soit la superficie du département du Puy-de-Dôme. Plus au Nord, « d’intenses feux de forêt en Sibérie subarctique ont entraîné une propagation de fumée en Arctique », doc de gaz à effet de serre soit « la quatrième plus grande quantité d’émission de carbone due aux incendies » depuis le début des relevés. Ce qui est sûr c’est que les années à venir seront semblables à 2021. Tant que les concentrations de CO2 et de méthane ne redescendront pas, nous vivrons dans un climat de plus en plus perturbé. L’an dernier, les concentrations de gaz à effet de serre ont continué à augmenter dans notre atmosphère or il n’y a pas d’autre choix, il faut réduire ou annuler nos émissions, comme le recommande le GIEC.

Cri encore. « Nous sommes le canari dans la mine de charbon » alerte un habitant de Lytton, au Canada. Au fond des mines, quand le canari mourait, les hommes disposaient de quelques minutes pour sauver leur peau. Ces petits oiseaux trimballés en cage donnaient l’alerte, au prix de leur vie, sur l’imminence d’un coup de grisou, une explosion soudaine causée par l’accumulation d’imperceptibles, inodores et invisibles gaz toxiques. 
Le village de Lytton a disparu à 90%, ravagé par les flammes après que le thermomètre a atteint 49,6 °C, un record dans cette zone du globe. Le réchauffement climatique est en marche, et il avance vite, si vite que personne ni  échappe. Madagascar, où deux années consécutives d’une terrible sécheresse menacent plus d’un million de personnes. L’Europe, tiraillée entre vagues de chaleur au sud et pluies diluviennes au nord.
+44°C en Inde, +50°C au Pakistan… l’Asie du Sud connait aussi une vague de chaleur extrême alors que l’Inde a enregistré son mois de mars le plus chaud depuis 122 ans. Selon la NASA, cette zone pourrait devenir inhabitable dès 2050 en raison de la chaleur mêlée à l’humidité qui empêche au corps de suer et donc de se refroidir.
Les catastrophes météorologiques sont une traduction tangible du réchauffement climatique qui, lui reste abstrait, dès lors qu’il est traduit en chiffres et en projections plutôt qu’en expérience. En journalisme, on appelle cela la « loi de proximité » ou plus cyniquement « loi du mort-kilomètre ». Plus un événement se produit loin de nous, moins il nous intéresse ; plus les victimes semblent éloignées, moins elles suscitent d’empathie. Inondation au Bangladesh, sécheresse au Sahel… c’est loin, ce n’est pas nous, … Longtemps, les pays du Sud ont été seuls frappés par les catastrophes liées à la hausse des températures. Aujourd’hui encore, les ravages de la famine qui frappe Madagascar, menaçant plus d’un million de personnes, n’ont pas l’écho médiatique du « dôme de chaleur ». En fait, pour les pays riches, le réchauffement climatique n’est toujours pas une menace immédiate et la relative tranquillité des Occidentaux nuit au passage à l’action, cantonnant à demain la survenue de la catastrophe dans le quotidien. Ceci a pour effet d’écarter et de repousser la gestion de la crise climatique au profit d’autres tâches importantes. D’autres problèmes tels que la santé, la pandémie, l’emploi, les inégalités, l’insécurité, le terrorisme… Or légitimer l’inaction, repousser l’action climatique revient à nier le réchauffement climatique.
Dès les années 1980, la communauté scientifique avait prédit le monde de 2020, alors écoutons les inquiétudes des scientifiques quant à 2050. Il faut changer de mentalité et abandonner cette idée « qui veut que l’on sera capable d’ici là de réparer les problèmes que l’on a créés parce que c’est faux, l’inertie est telle que ce qui a été enclenché ne s’arrêtera pas ». 2050, ce n’est déjà plus les générations futures. Et il est grand temps que les mineurs s’empressent d’évacuer la galerie, il en grand temps que nous abandonnions les énergies fossiles.

Cri toujours. « Je ne m’attendais pas à ce que des signes de déstabilisation soient déjà visibles, et je trouve cela effrayant parce que cela pourrait présager d’un effondrement de l’Amoc et nous ne pouvons pas laisser cela arriver ». On appelle “circulation méridienne de retournement atlantique” (Amoc) ce courant marin, qui joue un rôle de thermostat au niveau du climat mondial. Or, il est en train de se détraquer. Ces dérèglements seraient dû au réchauffement climatique causé par l’activité humaine, et l’écroulement de ce système viendrait encore accélérer la hausse des températures, plongeant notre planète dans un terrible et imprévisible cercle vicieux. L’effondrement de l’Amoc constitue ce que les experts du climat appellent un « seuil de rupture » (“tipping point” en anglais), à savoir un moment où le climat basculerait soudainement et de manière irréversible dans un état complètement différent de celui que nous connaissons. Les températures deviendraient beaucoup plus fraîches dans l’hémisphère nord, avec une augmentation du nombre de tempêtes, tandis que le niveau de l’océan Atlantique connaîtrait une forte hausse. Les moussons en Afrique et en Amérique du Sud se déplaceraient, exposant encore davantage de populations à d’importantes sécheresses. Parce qu’il absorbe et stocke la chaleur beaucoup plus efficacement que les terres et l’atmosphère, l’océan s’est considérablement réchauffé au cours des 50 dernières années en raison des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Cette hausse de la température des océans combinée à l’arrivée massive d’eau douce issue de la fonte des glaces, là aussi causée par le changement climatique, imposent là encore une seule réponse la réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, et donc l’abandon des énergies fossiles.

Cris enfin. « On estime qu’une personne reçoit entre 1 200 et 2 200 messages publicitaires par jour ». La grande majorité des dépenses publicitaires qui s’élèvent, en France, à 31 milliards d’euros par an, sont réalisées par des multinationales spécialisées dans la vente de produits et de services énergivores. Achetez le SUV dernier modèle, partez en voyage en avion, jetez-vous sur la restauration rapide et les équipements numériques, … la liste est très longue. Selon un rapport paru en 2020, elles parviennent à provoquer « des phénomènes de consommation de masse qui n’auraient pas eu lieu sans stimulation publicitaire ». Dans cette culture de la publicité de masse poussant les consommateurs à renouveler sans cesse leurs appareils, à acheter du neuf pour avoir une meilleure image vis-à-vis de leurs pairs, un individu est exposé 15, 20 ou 50 fois à une marque jusqu’à finir par avoir un biais positif pour elle. Faire advenir une société sobre nécessiterait alors de déconstruire notre « imaginaire de la toute-puissance », glorifiant la vitesse et associant les usages énergivores au bonheur et à la réussite sociale. En fait, l’impératif de sobriété se heurte également à nos normes sociales. Tout, dans notre socialisation, valorise le principe de la compétition par l’accumulation. On grandit avec l’idée que « plus, c’est mieux ». On le voit déjà avec l’éducation où ce n’est pas la note qui compte, c’est la meilleure note. Le travail, la sociabilité personnelle et familiale renforcent cela. Il ne s’agit pas de savoir si l’on voyage, mais de voyager loin, souvent, et de démultiplier les activités pendant ce voyage. Faire advenir une société sobre nécessiterait de déconstruire notre « imaginaire de la toute-puissance », glorifiant la vitesse et associant les usages énergivores au bonheur et à la réussite sociale. Parce que mutualiser les équipements implique de remettre en question notre attachement à la propriété privée ; parce que développer l’habitat partagé pourrait nous amener à réévaluer l’importance que nous accordons à l’intimité ; parce que mettre en place des politiques de réduction des déplacements aériens pourrait être perçu par certains comme une atteinte à la liberté de circulation, et la liste pourrait être prolongée. 
Fabriquer efficacement les choses que les gens voulaient n’est plus suffisant. Les désirs des gens sont eux-mêmes un produit nécessitant une fabrication habile. Cette fabrication habile s’est déployée dès lors que nous avons pu développer des programmes informatiques s’appuyant sur des algorithmes capables d’évaluer leurs propres performances en temps réel. Ces programmes ont commencé à se comporter comme des agents, surveillant et réagissant aux résultats de leurs propres actions. Créés pour optimiser la tâche d’instiller des désirs dans notre coeur, ils ont été affectés par la façon dont ils ont affecté les gens. Au fur et à mesure qu’ils ont appris à nous connaître, ils ont développé d’étranges capacités à nous surprendre avec de bonnes recommandations et des idées qui nous intriguent. Avant que nous nous en soyons rendus compte, le système avait acquis des pouvoirs substantiels pour guider nos choix, en fait pour nous commander. Avec des appareils ou des applications peuplant notre quotidien, nos téléphones, les réseaux sociaux, nous nous sommes retrouvés dans la plus dialectique des régressions infinies. Nous entraînons le programme qui nous entraîne à servir les intérêts de ses propriétaires. Et plus nous faisons cela, plus vite ce programme va apprendre à nous aider à nous entraîner à nous commander. Et tout cela, ne l’oublions pas, nous le faisons chaque fois que nous publions des photos sur Instagram, écrivons des tweets, proposons des critiques sur des livres Amazon ou nous déplaçons simplement en ville afin que nos téléphones fournissent des données de l’état du trafic à Google Maps. Au moment où un Elon Musk s’achète Twitter pour 44 milliards de dollars, qu’il a manifestement un projet politique derrière la tête parce qu’avec Twitter, Elon Musk s’achète en réalité « un instrument d’influence » qui lui permettra certainement d’« avoir l’oreille des politiques et peut-être trouver les amitiés » nécessaires pour le développement de ses activités et par là asseoir sa conception impérialiste du progrès. Souvenez-vous que le projet d’Hyperloop s’appuyait sur une collecte massive des données personnelles pour optimiser l’expérience du voyage, encore et toujours en entraînant le programme qui nous entraîne à servir les intérêts de son propriétaire. 
Or n’oublions jamais que « la liberté est un processus par lequel vous développez l’habitude d’être inaccessible à l’esclavage ». Ces mot sont ceux d’Alla Gutnikova, une des anciennes rédactrices en chef du journal étudiant « DOXA » de l’École supérieure d’économie de Moscou, condamnée avec d’autres à deux ans de travaux forcés pour leur rôle dans une vidéo dans laquelle ils s’interrogeaient sur le bien-fondé pour les enseignants russes de décourager leurs élèves de participer aux rassemblements de protestation contre l’incarcération du leader de l’opposition Alexei Navalny. 
« Conscience, honneur et dignité,
Voilà notre armée spirituelle. 
Tendez-lui votre paume. 
Pour cela, on ne craint pas le feu. 
Son visage est noble et merveilleux. 
Consacrez-lui votre petit siècle. 
Peut-être que tu ne seras jamais victorieux, mais tu mourras en tant qu’humain ». 
À crier sur tous les toits.
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Olga Tokarczuk, ces quelques derniers mots : « On ne se sent jamais mieux que dans un nouvel endroit, parce qu’alors le monde commence à nouveau. Être un étranger, c’est être libre. Avoir derrière soi un grand espace, une steppe, un désert. Avoir derrière soi la forme de la Lune pareille à un berceau, le chant assourdissant des cigales, l’air qui sent bon la peau de melon, le bruissement du scarabée qui, le soir, quand le ciel devient complètement rouge, sort chasser dans le sable. Posséder sa propre histoire, non destinée à tous, son propre récit avec les traces laissées derrière soi. Se sentir partout invité, s’installer dans une maison pour un temps, ne pas s’inquiéter du verger, se réjouir du vin plutôt que s’attacher au vignoble. Ne pas comprendre la langue, à la faveur de quoi mieux voir les gestes et les mimiques, l’expression des yeux, les émotions qui apparaissent sur les visages telle l’ombre des nuages. Apprendre une langue étrangère par le début, à chaque endroit un peu, comparer les mots et découvrir l’ordre des ressemblances. Il faut protéger cet état, car il procure une puissance énorme ».

Sources, références et inspirations 
https://reporterre.net/Tous-les-indicateurs-sont-au-rouge-le-climat-se-deregle-en-Europe
https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/inondations-en-europe-comment-le-rechauffement-climatique-est-passe-de-menace-pour-les-generations-futures-a-danger-imminent_4690937.html
https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/climat-un-courant-oceanique-majeur-de-l-atlantique-menace-de-se-detraquer-et-c-est-inquietant_4729247.html https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/l-inde-brule-l-asie-du-sud-subit-une-vague-de-chaleur-extreme-signe-du-changement-climatique-150738.html
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.17-26042022-16.39/

 

Nowakowskismes 6.16. Gangrène

par Nicolas Hamm – “Epouvanter qui….pour protéger de quoi exactement ? “

L’histoire des sociétés humaines a été profondément foisonnante, avec de multiples expériences, bifurcations et hésitations où le choix délibéré et l’imagination politique ont, même si on a cherché à l’oublier, joué un rôle central. Le modèle de société actuel, présenté comme l’accomplissement d’un modèle unique et duquel il n’est pas possible de s’extraire, n’est que contingence, choix et surtout n’a rien d’inéluctable.
Déjà, ce qu’on appelait « la critique indigène », à savoir la parole des peuples autochtones que notre modèle a chercher à éradiquer, regardant nos sociétés, pointait la soumission à l’autorité de ceux qui s’érigeaient en modèles, leur manque de liberté, d’entraide, et plus généralement l’absurdité des institutions et ce rapport purement utilitariste et destructeur aux vivants non-humains. La morale qui a depuis envahi la pensée occidentale, est en substance la suivante. Les autres sociétés comme les sociétés amérindiennes sont peut-être plus libres que nous, mais c’est parce qu’elles en sont encore à un stade inférieur de développement. En fait, les critiques qu’elles formulent sont certes pertinentes, mais elles se font à la manière dont peut l’être le regard d’un enfant sur le monde des adultes – à traiter avec condescendance. Parce qu’il faut, et c’est bien triste, grandir, et devenir adultes ! Et sur ce chemin « normal », les sociétés seraient donc contraintes elles aussi de se développer, de grandir, et, ce faisant, elles doivent nécessairement faire apparaître les inégalités. Les inégalités comme marqueurs indiscutables de l’âge adulte des sociétés ! Terrifiant ! 
« Ne trouvez pas naturel ce qui se produit sans cesse!
Qu’en une telle époque de confusion sanglante
De désordre institué, d’arbitraire planifié
D’humanité déshumanisée,
Rien ne soit dit naturel, afin que rien
Ne passe pour immuable ».
Quel bon début que ces mots de Bertolt Brecht extraits du texte intitulé « L’exception et la règle » écrit en 1930, cette décennie terrible qui vit se déployer comme jamais en Europe la peste du fascisme, de l’antisémitisme, de la violence. Alors, à quelques jours d’un deuxième tour, qui voit encore une fois une candidate fasciste se retrouver au second tour de la présidentielle, cette candidate dont les amis sont dans les régimes autoritaires, chez les franquistes en Espagne, et avec tous les autres qui s’affichent sans vergogne avec leurs programmes et discours haineux et nauséabonds, soutenus par des populations ignorantes et préoccupées par leur petit monde. 
Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Alors « Quand, comment réagir lorsque chaque action, chaque occasion n’est pire que la précédente seulement d’un petit peu. Attendre la suivante ou plutôt attendre une occasion énorme, choquante, en pensant que, devant un tel choc, les autres se réuniront dans une sorte de résistance. Parce qu’agir ou parler tout seul, sortir du rang pour semer le trouble, ce n’est pas ce à quoi vous avez été habitués… En réalité, cette occasion énorme que des dizaines voire des centaines de milliers rejoindront, n’arrivera jamais. Parce que ce sont des centaines de petites marches, certaines imperceptibles que nous franchissons sans réfléchir, chacune nous préparant à ne pas être choqué par la suivante ! » En 1996, en 2002, nous étions dans la rue pour opposer une vraie réaction au Front National ! Aujourd’hui, en 2022, combien de marches avons-nous franchi en 25 ans ? Les mêmes personnes et les mêmes discours occupent aujourd’hui l’espace médiatique, l’ignorance, la pensée facile et confortable et l’égoïsme généralisés ont permis à ce même discours fasciste d’être aujourd’hui autorisé, relayé, considéré au même titre qu’un autre discours, parce que c’est tellement plus facile d’avoir peur, d’avoir quelqu’un à mépriser afin de se penser supérieur, et de se croire libre dans le mensonge en troupeau. 
En 1996, en 2002, nous étions des milliers dans la rue contre le Front National, et je le suis toujours. Aujourd’hui, quelques jours après cette campagne de premier tour où les pires discours fascistes ont trouvé leur place « naturelles » dans les médias, où le premier tour de l’élection présidentielle nous ramène encore une fois à devoir faire barrage à la peste brune et à l’ignorance. Mais, en 2022, il n’y a personne dans la rue pour crier sa colère et son rejet de cela voire, on s’en fiche. 
Alors, ce soir, les Nowakowskismes tente à nouveau le détournement d’un texte de Norman Spinrad parce que ce soir encore, parce que cette lutte est loin d’être terminée, les Nowakowskimes décortiquent le cauchemar du fascisme qui s’installe à nouveau en Europe en mode dystopie. Prêts pour ce voyage ? 

Je me réveille en sursaut, je suis en nage… depuis toujours, je me suis habitué à ne dormir que d’un oeil, de peur d’être surpris. Je suis un fugitif, j’ai réussi jusqu’à présent à échapper aux hordes de ces Helders, les « héros » comme ils se nomment. Les Helders du pays de Heldon se disent menacés d’abâtardissement par les mutants du Borsud d’où je suis originaire. D’ailleurs, être fugitif quand on est de Borsud, c’est un état normal dans ce monde. Les Helders, quant à eux, regardent effrayés et excités vers la puissance du Ruzind à l’est par-delà l’insignifiant Hongrak.
Le Heldon est un pays au bord du monde qui n’a eu de cesse que de rester pur ou du moins de retrouver sa pureté après la grande guerre nucléaire qui avait dévasté la Terre, jeté à bas les anciens états, et érigé le chaos en règle. 
La cheffe du Heldon, Eniram Nepel, était une descendante de purhomme. Être un purhomme, c’est être un humain au patrimoine génétique absolument pur. Eniram Nepel avait vécu son enfance exilée parmi la lie de l’humanité mutante et métissée et, depuis toujours, elle avait voulu réintégrer la Grande République de Heldon, le vrai pays de ses ancêtres. Elle était revenue avec un désir de purhumanité qu’elle voulait rendre assez fort pour galvaniser son peuple génétique et conquérir non seulement la Terre mais aussi les étoiles.
Respirer m’est difficile et l’évocation de tout cela ne fait qu’aggraver les choses. Je ne sais plus dormir paisiblement, et quand le sommeil est là, c’est toujours pour y retrouver ces cauchemars, cette histoire, ce monde complètement fou qui vient même me retrouver par delà le mur du sommeil. Et ce sommeil agité me trouve caché dans un bosquet de la forêt d’émeraude, et je sais immédiatement qu’ils ne sont pas loin, je les entends. 
A la fin de son long exil au cours duquel Eniram Nepel n’eut qu’une seule obsession, revenir, elle reprit le chemin de Heldon. Quand elle arriva à la frontière, où vous devez vous en douter, il fallait montrer patte bien blanche pour pouvoir espérer passer, elle ne rencontra aucune difficulté. Evidemment, imaginez-la, sa haute taille, son physique athlétique, son regard franc et bleu, ses cheveux blonds de rigueur et tous ces quelques autres indices génétiques attestant de sa pureté ! 
Eniram Nepel afficha alors clairement qu’elle était « animée d’une juste colère raciale et populaire ». Dans la reconquête de sa terre natale, de son identité, de sa souveraineté, elle ne tarda pas à entraîner des buveurs d’auberge, des ignorants effrayés et tous les silencieux indignés et uniquement préoccupés par la préservation de leurs petits privilèges. Elle les réunit pour aller massacrer ceux qui osaient franchir la frontière de la république de Heldon sans être des purhommes. Elle voulut aussi en profiter pour faire honte à tous ces purhommes du pays de Heldon qui avaient accepté de vivre dominés. D’ailleurs, dès la frontière, elle avait constaté le relâchement parmi les fonctionnaires chargés des tests de pureté. Elle savait déjà qu’ils étaient sous l’emprise psychique d’un dominateur caché, dont l’unique visée était de souiller le sang pur et par là avilir l’humain, le purhumain. Elle saurait remettre de l’ordre dans tout cela, elle l’avait promis. 
Avilir l’humain ! L’identité nationale ! Le rejet de l’autre ! L’histoire humaine les avait tellement re-visités dans ce cycle perpétuel de désastres, de prise de conscience, d’oubli et de nouvelles plongées dans le toujours pire ! Et le pire, je peux vous dire qu’il était bien là ! 

Je ne respire plus, ils ne sont pas loin ! C’est encore une des bandes de motards chargées d’écumer le pays aux ordres d’Eniram Nepel à la recherche des fuyards de mon espèce. 

Ces bandes à sa solde et qu’elle avait réussi à s’attacher avaient été constituées afin d’affirmer son autorité à elle qui avait défié le précédent chef. Et à force de mensonges, de violences, mais aussi de polissage de son image, elle avait réussi à s’en défaire, et par là, s’assurer de l’allégeance de toutes les bandes chargées de faire régner l’ordre. Elle l’avait détrôné et prouvé à tous qu’elle était bien la descendante des anciens purs, qu’elle était la protectrice de la culture ancestrale, qu’elle serait la pourfendeuse du métissage qui guette l’humanité, garante infaillible de la pureté, contrairement au précédent taxé de faiblesse, de couardise et de collusion avec les anciennes forces. 
Elle prit le trône, elle devint la cheffe, l’unique, détentrice du sceau ancestral de la famille, du travail et de la patrie. 
Alors, « debout, symbolisant dans l’espace et le temps ce tournant de l’Histoire, son âme au centre d’une mer de feu patriotique, Eniram Nepel sentit la puissance de sa destinée cosmique couler dans ses veines et la remplir de la volonté raciale du peuple de Heldon. Elle était réellement au pinacle de la puissance évolutionniste ; ses paroles guideraient le cours de l’évolution humaine vers de nouveaux sommets de pureté raciale, et ce par la seule force de sa propre volonté ».
Dans la foulée, elle organisa la refondation du parti. Elle en changea à nouveau le nom. S’appuyant sur la désinformation, en criant haut et fort ce que ceux qui se disaient purhommes voulaient entendre, à savoir retrouver leur domination sur les impurs, elle fit élire ses sbires dans les assemblées locales et nationales. Elle sut jouer avec astuce et perversion avec le besoin des lâches d’avoir toujours quelqu’un à mépriser, sur la peur de l’invasion, le rejet de la différence, les théories du grand remplacement de la culture ancestrale et de la religion qui fait identité ! 
Elle avait pris son temps, mais elle y était arrivée. Elle avait fini par prendre définitivement le pouvoir, elle avait attendu ce moment de l’histoire où l’indigence intellectuelle ne serait plus un rempart, où tous nous avions accepté « cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature ». 
L’armée aussi se rangea de son côté et la sélection des meilleurs commença. Des camps d’étude raciale furent charger de trier le bon grain de l’ivraie. Les purs reconnus comme tels purent alors passer les tests d’entrée dans le parti, purent intégrer les meilleures écoles, les bonnes universités, obtenir les meilleures places. Ceux qui échouèrent, les impurs, furent expulsés sur le champ ou pire, exterminés. 
Elle lança alors la reconquête du Borsud afin de le purifier de ses mutants génétiques ignobles, les hommes-crapauds, les peaux-bleues et les autres perroquets, ainsi que les mutants et autres dégénérés de mon acabit.  
Alors j’ai fui ! Fuir ce monde, fuir cette terre mais pour aller où ? 
J’ai couru, je me suis caché, j’ai erré sans but mais la nasse s’était déjà refermée sur moi, il n’y avait pas d’issue ! J’avais perdu espoir, et ça ce n’était pas bon du tout !
Nous étions des milliers à errer la nuit, à tenter de franchir l’océan vers l’autre côté, à vivre cachés le jour, et marcher la nuit, à dormir dans la peur d’une attaque des hordes de chasseurs, à craindre la délation. Certains d’entre nous étaient encore des enfants, il y avaient des femmes seules avec leurs petits, beaucoup d’entre eux disparaissaient sans laisser de traces en voulant traverser une rivière, en tentant le voyage vers l’autre côté, ou en croisant le chemin d’une horde. 
Et Eniram Nepel, insatiable, voulait étendre son emprise. Les autres pays succombaient un à un à la contagion. Il n’y avait pas plus contagieux, dans un monde perdu, que la haine, la défiance, la violence. D’ailleurs « rien ne rend peut-être plus palpable l’énorme régression dans laquelle était entrée l’humanité […] que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et à leurs libertés. Avant, la Terre appartenait à tous ses habitants. Chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait. Il n’y avait pas de permissions, pas d’autorisations, et cela m’amusait toujours de voir l’étonnement des jeunes lorsque je leur racontais qu’avant, je voyageais en Inde et en Amérique sans avoir de passeport et même n’en avais jamais vu aucun. On montait dans le train et on en descendait sans rien demander, sans qu’on vous demandât rien, on n’avait pas à remplir un seul de ces centaines de papiers qu’on réclame aujourd’hui. Il n’y avait ni permis, ni visas, ni tracasseries ; ces mêmes frontières qui, avec leurs douaniers, leur police, leurs postes de gendarmerie, étaient aujourd’hui transformées en réseau de barbelés en raison de la méfiance pathologique de tous envers tous, n’étaient rien d’autre que des lignes symboliques qu’on traversait avec autant d’insouciance qu’un fuseau horaire ». 
Avec Eniram Nepel et sa clique, le monde se vit à nouveau bouleversé. On se défendait partout contre l’étranger, le mutant, partout on excluait. Toutes les humiliations qu’autrefois on avait inventées exclusivement contre les criminels, on les infligeait maintenant à tous ceux qu’on considérait comme impurs. Un impur devait se faire photographier de droite et de gauche, de profil et de face, les cheveux coupés assez court pour que l’oreille fût visible, donner ses empreintes digitales, d’abord le pouce seul, puis les dix doigts. Il fallait en plus présenter des certificats de santé, de vaccination, de police, de bonne vie et mœurs, des recommandations, il fallait pouvoir présenter des invitations et des adresses de parents, il fallait fournir des garanties morales et financières, remplir des formulaires et les signer en trois, quatre exemplaires, et s’il manquait ne fût-ce qu’une feuille de ce tas de paperasses, on était perdu. 
De toute façon, nous sommes perdus ! 
Eniram Nepel et tout ceux qui la soutenaient étaient fascistes, xénophobes, animés de volonté raciale tendant à la purification et d’aspiration à la supériorité d’une partie de l’humanité sur l’autre. Leur croyance était la manipulation des masses, l’identitaire, les défilés, les drapeaux, les uniformes ajustés ! Elle était passée maître dans l’art de l’utilisation des médias de masse pour manipuler les masses. Elle usait comme tous ces gens-là des rassemblements de foules destinés à dissoudre les individus dans une masse sans identité. Elle s’appuyait sur l’apathie puis la complicité des autorités qui laissaient faire et encourageaient toutes les formes de pogroms. Et bien sûr, le complot, tout était bon pour dénoncer, éradiquer, le complot et la fausse vérité comme projet politique et comme moyen d’élimination rapide de toute idée de révolte ! 
Alors, ceux comme moi, qui n’étaient pas des purhommes, nous étions traqués, éliminés, déportés. J’avais tenté de fuir, j’errais avec tous les autres depuis plusieurs semaines, mais cette course était perdue d’avance ! Quelques instants de vie de proie, mais de vie quand même, de liberté surtout… 
Mais ça y était ! Je les entendais, ils se rapprochaient, je sentais qu’ils m’avaient localisé, s’en était fini cette fois…. je me mis à courir, j’entendais les chiens ! Ils étaient sur moi !.. » 
Je me réveille en hurlant de terreur… 
Où suis-je ? Où sont les chiens ? 
Tout à coup, je sais où je suis. Je me détends. Du moins, j’essaie de rattraper mon coeur qui bat à tout rompre !
Je suis dans mon lit à Nancy, nous sommes en avril 2022. Je réalise que j’ai rêvé, que le Heldon, c’est un souvenir des lectures de ce vieux Norman Spinrad. 
Par contre ce matin, la réalité fait surface. Hier, c’était le premier tour de la présidentielle, et comme la dernière fois, les fascistes sont qualifiés pour le second tour.
Je comprends mon cauchemar après cette soirée électorale au cours de laquelle les cadres de ce parti fasciste sont venus fanfaronner chacun leur tour à l’antenne, déballant leurs fausses vérités, attendant le retour des franquistes, d’une Europe qu’on n’espérait plus possible. Et elle, leur cheffe, se voyant déjà présidente de la république française à la tête d’un parti fasciste qui n’hésitait pas à s’afficher avec les suprêmacistes blancs, à faire allégeance aux Poutine et Trump, à soutenir des dictateurs et n’a d’ailleurs jamais caché son admiration pour l’occupant du Kremlin, qu’elle a rencontré en 2017. Sa nièce multipliait à l’époque les allers-retours en Russie. Les copains de la famille s’appellent Matteo Salvini, Heinz-Christian Strache et Geert Wilders mais aussi Steve Bannon et Philip Claeys, Vlaams Belang et bien d’autres venus des partis et organisations d’extrême droite européens. Leur cheffe, se voyant déjà présidente de la république française à la tête d’un parti fasciste qui, comme tous les partis fascistes, et quoiqu’ils clament sur les plateaux télé, a toujours voté contre les mesures écologiques et sociales, contre toutes les propositions de lois sociales, contre la condamnation des violences faites aux femmes, qui considère que laisser se noyer par milliers dans la Méditerranée découragera les autres de venir en Europe. 
Eniram Nepel, pardon Marine Le Pen, avait même obtenu il y a quelques temps le soutien de l’ancien leader du  Ku Klux Klan, David Duke, cette ordure qui prône ouvertement la suprématie de la « race » blanche sur les autres. Ça donne juste envie de vomir. 
Voilà le cauchemar, voilà le monde tel qu’il se présente. Nous voilà, encore une fois, dans la situation de devoir faire rempart à cette peste brune, pour la liberté parce que le fascisme n’est pas une idéologie acceptable, le fascisme n’est pas discutable. Et si vous voulons que tout ceux qui se sont battus pour les droits, les libertés, l’égalité entre les humains, le respect du vivant ne se retournent pas dans leur tombe, nous n’avons pas le choix. Votons contre ça ! Et surtout « nous ne pouvons pas nous reposer. Nous ne pouvons pas vous asseoir devant la télé. Nous croyons être libres en zappant, en surfant, en réseautant comme des imbéciles, mais nous ne sommes pas libres, c’est une fausse liberté. La liberté, c’est l’activité. Et la liberté, c’est une activité qui en même temps s’autolimite, c’est-à-dire sait qu’elle peut tout faire mais qu’elle ne doit pas tout faire. C’est cela le grand problème de la démocratie et de l’individualisme ».
Ici avec ces mots, nous tentons une forme de réparation du monde, un tikkoun, un ravaudage des trous dans la toile, tout en tracés, boucles, noeuds et pistes qui s’enchevêtrent. 
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Rainer Maria Rilke, ces quelques derniers mots : « Peut-être que tous les dragons de nos vies sont des princesses qui n’attendent qu’une chose : nous voir agir, ne serait-ce qu’une fois, avec beauté et courage. Peut-être que tout ce qui nous effraie n’est autre, dans son essence la plus profonde, qu’une désespérance qui cherche notre amour  ». 

Sources, inspirations et références
Rêve de fer, Norman Spinrad
Matin brun, Franck Pavloff 
Stefan Zweig, Le monde d’hier
Société en Jeu, N°2, Janvier 1996. Revue Lire & Savoir. ISBN 2-07-059289-
https://www.terrestres.org/2022/03/07/imaginer-experimenter-bifurquer-les-enseignements-du-passe/ 
https://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/CASTORIADIS/3964 
Les livres de Jakob, Olga Tokarczuk 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.16-14042022-11.03/ 

 

Nowakowskismes 6.15. Furtifs

Illustration Nicolas Hamm

« […] Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gachis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Vers où vont tous ceux d’entre nous qui se sentent trahis ou perdus par l’idéal de la globalisation, de la sécurité ? Certains prônent de se réfugier derrière des frontières les protégeant des autres, ce rêve impossible de vivre seul, de vivre en ignorant toutes et tous ceux, qu’ils soient humains ou non humains, dont chacun dépend. D’autres voient un monde à épuiser jusqu’à la dernière goutte, d’autres encore s’interrogent, inventent et ré-habitent la planète autrement. Il faut donc apprendre à regarder le monde de manière différente, se situer à l’intérieur de cette bulle bleue, sur cette peau si fragile loin de cette boule inerte, infinie, inépuisable promue par l’ultralibéralisme et le consumérisme forcené. Dans les décombres du développementisme, les mutants, être mutant consiste à oeuvrer pour la ré-aappropriation des savoirs et la création de tout savoir utile au dépassement des fondements triangulaires du pouvoir. Cette tâche est inséparable d’une résistance continue à la « boite de conservisation » de la connaissance. Les ruines sont alors les seuls espaces garants des possibilités futures parce que l’état de ruine protège du processus de mémorisation phallique propre à l’élitisme, au capitalisme et au personnel politique. Être de la communauté mutante c’est entretenir un faisceau de relations imperceptibles. L’esprit mutant relève d’une ouverture à la relation, d’un comportement, d’un signal. Alors muter, c’est abolir les frontières et transformer les vestiges de l’ordre économique bâti sur les cadavres de l’accaparement et de l’extraction, c’est élaborer une écologie mutante qui s’apparente à une spiritualité sans objet. Cette mutation qui sera sans précédent élargira l’humanité à un ensemble évolutif d’agents se reconnaissant autour d’une imagination radicale, et de déterminants qui ne sont pas d’ordre ethnique, économique, oppresseur mais juste syncrétique, ouvert et accueillant. Ces mots ont pour vocation de devenir inutiles et à alors disparaître, quand les temps seront venus. Mais pour l’instant, ces mots sont indispensables pour déchirer le voile de la réalité et le rendre visible tel qu’il est. 

Ce soir, les Nowakowskismes sont pris de vertige. En effet, comment ne pas être saisi d’effroi quand on voit que seulement en quelques années, l’incroyable accumulation des atteintes portées aux libertés publiques. Des attentats terroristes à la crise sanitaire, de l’idéologie de l’optimisation à la surveillance généralisée déployée pour notre bien, le caractère exceptionnel des circonstances a justifié l’extension continue des injonctions administratives et l’affaiblissement de l’autorité du juge. Et ce vertige nait de ce constat d’impuissance que nous faisons quand les restrictions présentées comme temporaires ont été pérennisées. Ainsi toutes les libertés, libertés d’association, d’expression, de manifestation, … et j’en passe… ont subi une érosion terrible dans cette logique du sempiternel « c’est pour votre bien » outillé, notamment pour la sécurité et la santé, par les technologies développées pour surveiller, encadrer, normaliser et ficher des millions d’humains en France et dans le monde. La doctrine faisant de la sécurité la « première des libertés pour ce monde » nous montre le degré d’imbécilité de cette société, de son ignorance surtout d’avoir oublié qu’« à cette aune, pas de pays plus libre que le royaume de Staline ou de Mussolini… [ou de Poutine] ». Muter, devenir furtifs comme le décrit Alain Damasio, s’interroger et surtout donner à voir, voilà ce que les furtifs dans ce monde et des Nowakowskismes toujours auront à faire. Et pour cela, regardons le monde. 

À Toulouse en 2016 avec IBM mais le projet fut abandonné en 2019, à Nîmes depuis 2015 avec Briefcam, à Marseille dès 2018 avec la SNEF et d’autres pour mettre en place l’observatoire de la tranquillité publique – rien que cela – alimenté par des sources d’origines diverses comme celles des services publics municipaux, du ministère de l’intérieur ou des opérateurs de télécom, à Paris avec la RATP qui autorise des entreprises à tester leurs algorithmes sur les usagers des métros, ou encore avec la municipalité de Suresnes qui met à disposition sa population pour servir de cobaye pour la start-up parisienne XXII, la vidéosurveillance algorithmique se déploie subrepticement mais sûrement un peu partout en France. 
Mais qu’est-ce que la vidéosurveillance algorithmique ? 
La CNIL la définit comme « des dispositifs vidéo auxquels sont associés des traitements algorithmiques mis en œuvre par des logiciels, permettant une analyse automatique, en temps réel et en continu, des images captées par la caméra ».
Ceci est donc bien de la Vidéosurveillance, non non que dis-je, de la vidéoprotection « augmentée » ou « intelligente », comme l’écrivent les institutions et les industriels. On parle aussi de vidéosurveillance « algorithmique » ou « automatisée ». En fait, tous ces termes recouvrent une même réalité aux contours plus ou moins flous, aux promesses plus ou moins concrétisées de l’avènement du meilleur des mondes. Pour notre protection parce que nous avons besoin d’être protégés, c’est bien connu, il s’agit d’ajouter une couche algorithmique aux caméras de vidéosurveillance « classiques » dans le but de rendre automatique l’analyse des images captées par ces caméras, cette analyse étant jusqu’à présent réalisée par des humains, des opérateurs vidéo au sein de centres de supervision urbains. Cette surcouche algorithmique vise à faire de l’analyse vidéo, qu’elle soit réalisée en temps réel ou en temps différé, un moyen « infaillible » pour repérer… ce que la police a envie de repérer. Cela va de la « détection automatique de comportement suspect », au « maraudage » c’est-à-dire le fait d’être statique dans l’espace public, en passant par le « franchissement d’une ligne », le suivi des personnes, la détection d’objets abandonnés, de bagarres, de vols, … je vous laisse compléter la liste. 
Bienvenue comme toujours le monde merveilleux de l’anthropocène, dans ce monde d’automatisation, un monde évacuant l’hypothèse d’une intelligence apportée par la technologie, un monde d’automatisation dans lequel sont programmés les multiples biais et standards des sociétés et des entreprises qui fabriquent ces dispositifs. 
Nîmes, Marseille, Paris, Suresnes, et tellement d’autres ! Ne vous inquiétez pas on s’occupe de vous ! 
Il est très difficile de connaître le nombre exact de villes qui utilisent la vidéosurveillance algorithmique. L’opacité en la matière est de règle, et toutes les municipalités ne sont pas aussi fières que celle de Nice d’en parler. 
Il est malgré tout possible d’en repérer au moins une cinquantaine, mais le vrai nombre devrait malheureusement dépasser la centaine, rien qu’en France. Et, en ce deuxième décennie du XXIème siècle, dans une amnésie totale de toutes les alertes, la vidéosurveillance algorithmique est en passe d’inonder le marché de la sécurité urbaine numérique dans cette compétitivité mortifère érigée en loi naturelle. Dans ce paysage, une société comme l’entreprise israélienne Briefcam, faisant partie de la nébuleuse du groupe Canon, prétend dominer le marché en France. Ceci n’empêche pas les villes de signer des partenariats avec des start-up ou d’autres firmes françaises, soutenues par les décideurs politiques dans cette logique de compétitivité généralisée afin de rendre les industries françaises concurrentielles sur le marché international de la sécurité urbaine numérique.
J’imagine que vous ne connaissez pas Briefcam. C’est une entreprise très bien implantée en France, aux États-Unis et dans une quarantaine de pays, qui produit des logiciels de vidéosurveillance algorithmique. En 2020, plus de 35 villes françaises utilisaient ce logiciel que l’entreprise affirme être capable de condenser des heures de vidéos en quelques minutes, de pouvoir faire du suivi de personnes en fonction d’attributs (femme, homme, sac, chapeaux, couleurs d’habits…) et qui dispose d’une option de reconnaissance faciale, que les élus à la sécurité piaffent d’impatience à l’idée de l’enclencher.
Côté français et surtout côté lorrain, c’est Two-I qui fait la fierté des élus locaux ! Two-I a d’abord tenté, profitant du climat de tension né des attentats qui ont endeuillé le pays, de se faire une place dans la détection d’émotions dans les transports en commun promettant de détecter sur le visage des usagers leurs « mauvaises » intentions, ceci notamment l’expérimentation avortée à Nice de détection d’émotions dans les tramways. Two-I a après cela contractualisé avec le ministère du bonheur au Qatar. Two-I s’est finalement lancée dans la vidéosurveillance algorithmique et la conception de ce que les industriels appellent une « plateforme d’hypervision ». 
Oouahh ! Ça ça le fait et ça doit en exciter plus d’un ou d’une. 
Une « plateforme d’hypervision » met en carte et traduit les nombreuses sources de données collectées par les caméras augmentées, dans le but « d’optimiser la gestion de la ville ». Et les dystopies devinrent réalité, bienvenue dans un monde de surveillance, de calculs, d’optimisation, …. un monde parfait !
Briefcam, Two-I, ces deux exemples parmi une dizaine d’autres entreprises sécuritaires du même acabit sont révélatrices de ce nouveau marché de la sécurité mais aussi du basculement de notre société dans le concept de sécurité. 
Ce sont maintenant des entreprises privées, payées à coups de millions d’euros publics, qui, concevant les algorithmes vendus aux collectivités territoriales, décident de ce qui fait une alerte, de ce qui relève d’un « comportement anormal ou suspect ». Ainsi l’automatisation programmées par ces entreprises privées leur confèrent un pouvoir de police incroyable et d’imposition des normes et des comportements acceptables et acceptés dans l’espace public. Ce processus que nous laissons faire, ne fait alors qu’installer et favoriser l’expansion des politiques sécuritaires.
De plus, vidéosurveillance automatisée et Smart City nourrissent la même fiction,  à savoir celle d’une ville dont les capteurs mettent en données, où les algorithmes trient, optimisent et détectent et où une plateforme centrale permet à la police de gérer la ville à distance. On assiste ainsi à un changement d’échelle dans la surveillance par les caméras qui, jusqu’à présent, était un « travail de surveillance […] jugé ennuyeux et monotone » et inefficace.
Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet de décupler les yeux derrière l’écran des caméras. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance se traduit par la criminalisation de comportements jusqu’alors anodins ou presque comme le dépôt d’ordures sauvage, le non port du masque ou encore les déjections canines. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet à la police d’étendre sa capacité d’action à de nouveaux champs sur lesquels elle a maintenant un pouvoir de répression. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet à la police de décupler sa capacité à normaliser l’espace public. Ainsi, dans la smart cité, si le maraudage, c’est-à-dire le fait de rester statique plus de 300 secondes, alerte les forces de l’ordre, on peut évidemment craindre pour les personnes pour qui la rue n’est pas un « simple endroit de passage », car ils y vivent ou en font un repère social nécessaire. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance augmentent ainsi la répression policière sur les populations déjà particulièrement ciblée par les forces de l’ordre.
Enfin, dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance accentue la collecte massive des données. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance met en place un marché économique juteux de la data s’appuyant sur la vie dans les espaces publics et considérant les humains qui les traversent ou y vivent comme des « réservoirs de données sur pattes ». Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet ainsi aux industries de la sécurité de se faire beaucoup d’argent sur notre dos, tout en perfectionnant leurs algorithmes de répression et en les vendant sur le marché international. 
Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet ainsi aux industries de la sécurité de se faire beaucoup d’argent sur notre dos, tout en perfectionnant leurs algorithmes de répression et en les vendant sur le marché international. Qui pensez-vous se cache derrière PARAFE ou MONA ? C’est une multinationale française portant le nom d’Idémia. Cette société perfectionne ses dispositifs de reconnaissance faciale avec les millions de visages des usagers des aéroports français pour ensuite vendre des équipements de reconnaissance faciale à la Chine et ainsi contribuer activement à la surveillance de masse et au génocide des Ouïghours, ou pour remporter les appels d’offres de l’Union Européenne en vue de réaliser de la biométrie aux frontières de l’UE et contribuer activement à l’érection de murs électroniques sélectionnant automatiquement les réfugiés à accueillir !
Et ce n’est pas tout ! Dans cette course aux marchés, à l’innovation, à la compétitivité, il y a les grands événements sportifs comme les Jeux Olympiques de Paris en 2024 ou encore la coupe du monde de Rugby en 2023 qui sont une aubaine pour accélérer le développement de technologies sécuritaires, offrir une vitrine aux industriels français et normaliser l’usage de ces dispositifs.
Ainsi, la smart cité et l’automatisation de la surveillance représentent la possibilité de justifier et d’accélérer le déploiement de centaines de milliers de caméras en France et de les utiliser à leur plein potentiel afin de rapporter beaucoup d’argent aux entreprises du secteur.
En plus de constituer une justification à la multiplication des caméras de vidéosurveillance, la smart cité et l’automatisation de la surveillance constituent une aubaine politique dans les communes et les métropoles quand on voit la contamination des élus locaux par cet appétit immodéré pour la surveillance et l’installation de caméras. Comme toujours installer des caméras partout constitue cette mesure de court terme que les élus locaux peuvent mobiliser pour montrer qu’ils agissent. 
Pire encore, la smart cité et l’automatisation de la surveillance sont également une source d’attractivité et de distinction dans la concurrence territoriale, dans la recherche de capital symbolique pour attirer tourisme et classe créative.
La smart cité et l’automatisation de la surveillance, c’est donc le retour ou l’amplification de la croyance en la « prophétie technologique » dont elles sont issues. 
Rappelons qu’il est urgent de rester vigilant. Pour exemple, en juin 2021, impressionnés par la mobilisation numérique générale dans plusieurs pays, lors de la pandémie de covid-19, trois sénateurs de droite et du centre ont préconisé dans un rapport vouloir « recourir bien plus fortement aux outils numériques » pour affronter les crises sanitaires « ou des crises comparables ». Parmi leurs recommandations, nous trouvons le « contrôle des déplacements » au moyen de bracelets électroniques, de portiques de sécurité et de caméras thermiques, le « contrôle automatique de l’état de santé » par les objets connectés et le « contrôle des fréquentations ». Bien sûr des voix se sont élevées face à ces mesures liberticides, ils expliquèrent que « si une « dictature » sauve des vies pendant qu’une « démocratie » pleure ses morts, la bonne attitude n’est pas de se réfugier dans des positions de principes » ! 
Je vous laisse avec cela, dans cette smart cité et l’automatisation de la surveillance qui réduisent encore les espaces de liberté dans nos vies, les rues, les places des villes, augmentant toujours la répression sur les populations les plus visées déjà par la police. Demandons-nous sur quelle planète nous vivons. Demandons quel sens à cette vie quand les plus riches, bardés de tout l’arsenal d’automatisation, de contrôle et d’optimisation de la société, utilisent les ressources de six planètes, entre ceux qui veulent continuer à moderniser à tout prix, sans tenir compte des limites, ceux qui ont besoin de se cacher derrière des murs pour se protéger, et ceux qui pensent avoir les moyens de s’évader sur Mars. Alors, il est vraiment temps de réfléchir à la planète sur laquelle on veut habiter.
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Haruki Murakami dans le Livre 1 de 1Q84, ces quelques derniers mots : « Ce qui est devenu fou, ce n’est pas moi, c’est le monde. Voilà. Bien. A un point donné, le monde que je connaissais a disparu, ou bien s’est retiré, remplacé par un autre. Comme s’il avait été aiguillé ailleurs. En somme, la conscience qui est la mienne en ce moment appartient à celle du monde originel, lequel, cependant, a déjà cédé sa place à un autre ». 

Références sources et inspirations 
Tous fichés ! https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/fichage 
Discours d’entrée à l’Académie française de François Sureau, le 3 mars 2022
« Rapport d’information sur les crises sanitaires et outils numériques » par les sénateurs Véronique Guillotin, Christine Lagarde et René-Paul Savary,  n°673, Sénat, 3 juin 2021
Florent Castagnino, Rendre « intelligentes » les caméras : déplacement du travail des opérateurs de vidéosurveillance et redéfinition du soupçon, Sciences Po, 2019.
Tanguy Le Goff, « Dans les « coulisses » du métier d’opérateur de vidéosurveillance », Criminologie, vol. 46, n°2, 2013, p. 91-108.
Myrtille Picaud, Peur sur la ville. La sécurité numérique pour l’espace urbain en France. Rapport de recherche. 01/2021, Chaire « Villes et numérique », École urbaine de Sciences Po, 2021.
Manière de Voir. N°182, Avril-mai 2022, Feu sur les libertés 
Seule la Terre est éternelle, https://nowakowski.hypotheses.org/701 
La charte des mutants. https://www.infinitecreativityfiniteworld.com/fr/works/l-ecole-des-mutants/ et https://www.centrepompidou-metz.fr/toi-et-moi-ne-vit-pas-sur-la-m-me-plan-te 
Podcast. https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.15-29032022-15.11/