Nowakowskismes 6.14. Tous à Kiev !

Illustration par Nicolas Hamm

Ce soir, les Nowakowskismes lancent un appel, un appel aux citoyens de l’Europe et d’ailleurs pour imaginer des actions afin de s’opposer à la barbarie. Rien ne s’est jamais fait sur cette terre sans action directe.  Alors notre tâche consiste à changer notre faiblesse en force, en promouvant des actions directes, efficaces et non-violentes. Ce soir les Nowakowskismes proposent d’agir sur les pas de Gandhi, de Martin Luther King, du dalaï-lama ou de Lech Wałęsa et Václav Havel et tant d’autres. S’opposer à la violence et la barbarie, montrer que construire un monde digne pour tous et toutes est l’affaire de tous et toutes, par la mobilisation dans la négation de la violence, alors ce soir, chiche, faisons-le, prenons la route et allons tous à Kiev opposer la non violence à l’armée russe. 

Tout commença de façon surprenante. Tout à coup des yachts bien en vue ne furent plus à quai. Ces yachts appareillèrent discrètement pendant la nuit dans ce qu’on a pu appeler un sauve-qui-peut est général. En fait, ce fut la panique chez ces ultrariches, tous ces oligarques friands de déballer au mieux le clinquant de leur luxe tapageur. En fait, en quelques heures, partout dans le monde, comme synchronisés par la peur, le désir de se mettre à l’abri, les milliardaires russes se barrèrent. Aux Maldives, dans les ports, ce fut l’embouteillage. Le Titan, le yacht de quatre-vingts mètres de Roman Abramovitch, propriétaire du club de football anglais Chelsea, y fut vu il y a quelques jours. Il rejoignit là ses amis « d’exil », le My Sky, propriété d’Igor Kesaev, le Clio de l’oligarque Oleg Deripaska et le Nirvana, l’impressionnant yacht de quatre-vingt-huit mètres appartenant à l’homme le plus riche de Russie, Vladimir Potanine. D’autres comme le Galactica Super Nova de Vaguit Alekperov parti de Barcelone fila s’abriter au Monténégro. Le navire Nord,140 mètres de long pour 500 millions de dollars d’Alexei Mordashov se cacha lui aux Seychelles comme le Sea Rapsody d’Andrey Kostin. La fuite ne concerna pas que les bateaux. Prévoyant, Roman Abramovitch fit décoller son Boeing 787 de l’aéroport de Nice le matin même de l’offensive russe. Et pour couronner le tout, le yacht de Poutine, estimé à 100 millions de dollars, tiens tiens Poutine est milliardaire, a mystérieusement disparu du port de Hambourg à la mi-février alors que ses réparations n’étaient pas encore terminées.
On assista tout à coup à la débandade des fleurons de l’ordre ultra-capitaliste vanté et soutenu partout sur la planète. Tous ses oligarques russes apeurés et uniquement préoccupés n’étaient simplement qu’une des manifestations visibles de ce système ultra-libéral et les intérêts politiques qu’il servait. Indécent, et pas qu’un peu, on voyait tout à coup apparaître au grand jour les délires de ces parvenus. Ainsi un de ces milliardaires russes s’était obstiné à vouloir installer dans son yacht une douche capable de faire jaillir à volonté du champagne, avec un débit de 45 litres par minute. On vit se dérouler dans des enquêtes cette course au gigantisme, les yachts toujours plus énormes, les sommes colossales allouées aux biens de luxe et tous les caprices de ces auto-proclamés maîtres du monde avec leurs piscines en verre, leurs bars en cristal et leurs pied-à-terre sur la Côte d’Azur achetés plusieurs centaines de millions d’euros.
Même si nous le savions, ce fut le moment où les chiffres commencèrent à circuler. Le capitalisme ultra-libéral n’était évidemment pas soutenable ! Les navires de luxe consommaient par exemple jusqu’à 2000 litres de carburant à l’heure. Ainsi, trois cents yachts émettaient autant de CO2 que les dix millions d’habitants du Burundi. Des études montrèrent que l’oligarque Roman Abramovitch détenait la pire empreinte carbone sur Terre. Chaque année, il émettait 33859 tonnes de CO2 alors qu’en moyenne un citoyen russe n’émettait que 11 tonnes. 
Des fortunes construites par le pétrole, les minerais, le gaz… dans la dislocation de l’URSS, et l’accaparement des richesses, dans une une dérive kleptocratique sans limites qui en a découlé, avaient permis de super-rentes grâce aux exportations d’hydrocarbures, à la surexploitation du secteur extractiviste d’ailleurs ultrapolluant pour arriver au constat que les cinq cents plus grosses fortunes russes contrôlaient 40 % de la richesse nationale. 
La Russie avait abandonné toute ambition de redistribution. L’argent accumulé était dilapidé en dehors du pays pour atteindre la situation où 60 % de la fortune des résidents russes les plus riches était détenue dans des paradis fiscaux offshore. 
Et on estime à 1000 milliards de dollars le montant global détenu par des Russes, particuliers ou entreprises, à l’étranger. Soit plus de la moitié du produit intérieur brut national.
Mais nous n’avions pas oublié que les pays occidentaux partageaient avec la Russie une idéologie hypercapitaliste débridée et un système légal, fiscal et politique de plus en plus favorable aux grandes fortunes. 
Ils pouvaient fuir, se cacher dans les iles, planquer leur yachts ou leur jets, la Terre était un espace fini, et nous les retrouverons. 
En attendant, nous avions entrepris de reprendre les choses en main. Après les mesures prises par les états, pour bloquer les avoirs de ces super riches, de leur couper les vivres et les accès à leurs trésors, afin de nous opposer à la guerre.  

« Un jour tu auras droit à la parole. 
Que feras-tu de l’énorme cadavre du silence ? »

Oui que ferions nous de l’énorme cadavre du silence, du confort dans lequel nous cachions nos yeux et nous bouchions nos oreilles ? Que ferions-nous de notre conscience quand l’oubli, le déni ne seraient plus suffisants pour que nos nuits soient tranquilles. 
Alors que l’invasion de l’Ukraine et ses morts sont en partie financés par l’argent de compagnies comme Gazprom, responsable de l’émission de 35 milliards de tonnes de CO2 entre 1988 et 2015, seulement dépassée par la compagnie pétrolière saoudienne Aramco, que près du tiers du PIB Russe, et 60 % de ses exportations, proviennent des énergies fossiles vendues majoritairement en Europe. Cette dépendance à ces énergies qui permet à la Russie de financer la barbarie, cette invasion, d’acheter les bombes qui tuent les Ukrainiens et dévastent leurs vies, leurs familles, leurs lieux de vie et leurs écosystèmes. L’invasion russe est une catastrophe humanitaire, démocratique, sociale, mais c’est aussi une catastrophe écologique. Que ferons-nous de cet énorme cadavre du silence ?
Alors tout avait commencé par un coup de téléphone. 
Tout avait commencé par une discussion entre deux copains, une discussion emplie de colère et d’impuissance mêlées.
Et comme Gandhi l’avait affirmé dans un autre siècle,  rien ne s’était jamais fait sur cette terre sans action directe. Il nous fallait donc rejeter le mot de résistance passive pour son insuffisance et surtout parce qu’on y voyait l’arme des faibles. C’était l’action directe qui avait permis le changement à de nombreuses occasions, en Inde, en Afrique du Sud et ailleurs. Et dans cette conversation, il nous était apparu l’évidence qu’il nous fallait changer la faiblesse des européens en force, que la seule issue était dans une action directe, efficace et non-violente à opposer à la violence terrible et criminelle déchaînée par ce dictateur. Et ce sinistre personnage était capable du pire, capable de faire à Kiev ce qu’il avait fait à Grozny ou à Alep, capable d’engager son artillerie lourde, ses avions bombardiers et de raser une grande partie de la ville pour vaincre la résistance ukrainienne. 
Il nous fallait nous engager fermement dans la non-coopération avec ce qui relevait de l’inaceptable. C’était tout autant un devoir que la coopération avec ce qui relevait du bien. 
Il nous fallait surtout trouver un moyen de montrer aux européens que la non-coopération violente ne faisait qu’augmenter le mal. Le mal ne se maintenant que par la violence, il fallait, si nous ne voulions pas l’encourager, nous abstenir de toute violence. Convaincre passait également par la prise de conscience que la non-violence demandait aussi que nous nous soumettions volontairement aux peines possiblement encourues pour avoir refusé de coopérer avec le mal. 
Aussi, il nous fallait ne pas tomber dans le piège classique de l’indignation, parce que, comme l’avait constaté Nietzsche, « nul ne ment plus que l’homme indigné ». L’homme indigné ment sur son étrangeté à ce dont il s’indigne. L’homme indigné feint de n’être pour rien dans ce dont il s’émeut. L’homme indigné affirme son impuissance afin de mieux se laver de toute responsabilité quant au cours des choses, puis il la convertit en un affect de supériorité morale. Enfin, si on a déjà vu des foules en colère faire des révolutions, on n’avait jamais vu des masses indignées faire autre chose que protester impuissamment. Il nous fallait donc balayer cette logique petite-bourgeoise dans laquelle nous baignions depuis trop longtemps, cette logique de ceux qui s’indignent et puis rentrent confortablement dans leur niche bien chauffée.
C’est ainsi qu’une idée se fit évidence. Elle nous traversa au même moment. Rien de nouveau, mais ça avait fonctionné avec Gandhi et d’autres, ça avait inspiré V pour Vendetta. C’était la foule, la foule d’humains réunis qui peut s’opposer aux armées. 
Imagine, nous prendrons nos voitures, nos vélos, nos trottinettes, et nous nous dirigerons tous vers Kiev. Venus des quatre coins de l’Europe, par millions, nous nous dirigerons vers Kiev pour opposer la masse de nos millions de corps réunis à l’avancée de l’armée de Poutine. Pas des brigades internationales, pas d’armes, juste la puissance d’êtres des humains faisant face à l’horreur, à la destruction et à la bêtise. Ce fut une évidence. Ils s’organisèrent, appelèrent leurs amis, et les réseaux furent le moyen de lancer l’appel au monde. 
Le message était simple. Il fut déposé sur toutes les plateformes de réseaux sociaux, dans toutes les messageries privées, envoyé au animateurs de blogs, diffusés par les associations et les médias amis, et bien d’autres… tous relayèrent le message : « Rejoignez-nous pour marcher vers Kiev. Marchons, roulons, des quatre coins de l’Europe, vers Kiev afin de nous opposer par la non-violence à la violence des armées de Poutine. Prenez votre voiture, votre vélo, votre trottinette, remplissez les bus, vous camionneurs, dirigez-vous vers Kiev. Nous nous retrouverons en chemin, et constituerons une foule d’humains qui se dressent contre la violence, la dictature et la barbarie. Rendez-vous dans 3 jours à Kiev ! »
Ils prirent des vivres, des sacs de couchage, et accompagnés de leurs conjointes qui se joignirent à eux, hors de question pour elles de les laisser partir seuls, ils prirent la route. Déjà dans le quartier, comme eux, certains chargeaient leur voiture et s’organisaient pour partir. Ils traversèrent la ville et d’autres voitures s’engageaient comme eux vers l’est, drapeaux ukrainiens, flottants dans leur sillage. Des piétons faisaient de l’autostop à l’entrée de l’autoroute agitant ce drapeau, des voitures s’arrêtaient et les emmenaient grossissant le flot des humains en route pour défendre la liberté. 
Les véhicules avaient constitué des convois s’allongeant d’heure en heure. 
C’est à la frontière ouest de l’Ukraine que tous les convois venus de toute l’Europe s’étaient rejoints afin de faire jonction avant d’entrer dans le pays. Les messageries cryptées comme Signal permettaient de synchroniser et d’échanger les informations logistiques entre les convois. 
Le temps pressait, et il n’était plus possible d’attendre, et le signal de départ fut lancé. Les moteurs furent mis en route, les piétons remontèrent dans le bus, la fatigue et la peur se lisaient sur les visages, mais la joie d’être là, d’aller s’opposer à la barbarie au nom de la vie irradiant de tous les regards, des plus jeunes jusqu’aux vieillards engagés. 
La foule leva le camp. Et le convoi commença à se reformer, les véhicules se rangèrent et s’insérèrent dans la file. Les premiers franchirent la frontière. Le spectacle était un peu chaotique, le vacarme fait du tumulte des éclats de voix, des moteurs, des musiques et des chants était extraordinaire. Le spectacle de cette file de véhicules s’allongeant jusqu’à l’horizon donnait la chair de poule, certains pleuraient d’émotion, oui de peur, d’autres riaient et tous n’avaient qu’un seul but, Kiev. 
La progression était difficile. La route avait été bombardée par l’aviation de Poutine, il fallait donc emprunter des chemins parallèles dans les champs, il fallait contourner les plaies faites dans le sol par les cratères des bombes. Nombre de véhicules s’étaient embourbés, on descendait, on poussait, et on repartait. Ils croisèrent peu de monde, mais ceux qu’ils croisaient prenaient leur place dans le flux. Ils traversèrent des vallées bordées à l’est par des montagnes bleues. La terre noire collait aux roues, et la nuit ne les arrêtait pas. Tous avaient la sensation de participer à une sorte de croisade bien qu’on ait usé et abusé de ce mot, qu’il en avait perdu son véritable sens. Malgré la peur, les angoisses face à l’inconnu qui les attendait, quelque chose qui ressemblait au sentiment qu’on éprouve en écoutant du Bach, ou en contemplant la lumière tombant des vitraux de la cathédrale de Chartres ou tout simplement devant le vivant, la Terre, l’univers. Ils participaient tous à quelque chose en quoi on pouvait croire entièrement, unis par une fraternité absolue. Et ce sentiment, inconnu jusque là, avait pris une telle importance que ce qui pouvait leur arriver devenait négligeable, face à l’accomplissement de leur mission.  
Le convoi s’étirait sur des kilomètres dans cette plaine s’étendant jusqu’à l’horizon. Il était une véritable chaine de souffrances et de joies, d’espérance et de peur laissant dans son sillage quelques traces du passage, le sillon de lignes parallèles. Il n’était pas question de semer sur le chemin des déchets produits et de rajouter de la saleté à la détresse, tous les emportaient avec eux, escortés par les yeux de l’armée de Poutine embarqués dans les drones militaires qu’on voyait rayer le ciel à bonne distance. On ne comptait plus les doigts d’honneur que la foule adressaient à ceux qui se trouvaient aux commandes et qui relayaient les images à leur commandement. 
Les derniers kilomètres se firent sans trop d’encombres, le ciel était agité, les avions passaient en rase-motte cherchant à impressionner, les drones s’approchaient mais rien n’entamait la volonté d’avancer, et rien ne pouvait plus les retenir. Ils arrivèrent en vue de Kiev, la plaine commença à céder la place à des lotissements, des zones d’habitations plus dense. Le signal de l’arrêt fut diffusé. Tous les véhicules se réunirent pour s’arrêter, et constituer une masse incroyable face à la ville. Aux voitures de tous ces citoyens venus de toute l’Europe s’étaient agrégées des colonnes de camions, les routiers croisés en chemin s’étaient eux aussi joints à cette armée de la non-violence. 
Des milliers de voitures arrêtées, des silhouettes qui s’agitaient, des jets de lumière, de lointains flamboiements, une forme de confusion joyeuse, c’était là l’humanité rassemblée pour aller au devant de la barbarie. Ils avaient parqué comme tous les autres leur voiture, là devant les portes de la ville. Ils étaient sortis des véhicules et la foule qu’ils formaient était tantôt immobile, tantôt traversée de remous. Elle était surtout pleine de velléités dont chacune prenait naissance comme une boule de neige descendant la montagne pour finir par déclencher une avalanche. Il y avait des râles, mais c’était la joie qui dominait, des rires, de l’énergie positive qui réunissait tous ces humains. 
Une multitude de drones planaient au loin, les yeux de Poutine et de son armée observaient cette masse prête à agir. 
Une vibration les parcourut, tous les téléphones reçurent la demande. « Prêts ? » 
La réponse fut criée et tous se précipitèrent dans leurs véhicules et c’est une vague qui se dirigea vers les faubourgs de Kiev, un fleuve qui envahit toutes les rues, toutes les avenues, une vague submersive qui avança vers le centre à la rencontre de lignes de l’armée russe, envahissant chaque rue, déblayant les gravas, ouvrant des rues encombrées, contournant les obstacles, l’eau de la liberté. Les camions ouvraient certaines voies en repoussant les carcasses qui obstruaient le passage. Agitant ce drapeau jaune et bleu en étendard, ils traversèrent et inondèrent de leurs milliers de véhicules toutes les rues de Kiev jusqu’à se retrouver face au barrage des chars de l’armée russe. 
Tous les véhicules s’arrêtèrent, et tous sortirent pour faire face. Ils regardaient autour d’eux, et dans toutes les directions, la ville était méconnaissable. On s’était battu partout, les habitants de Kiev avaient défendu avec courage la moindre rue, le moindre bâtiment. Mais la ville était en ruine, et là devant eux ces soldats masqués, armés, ces chars formant une muraille se voulant infranchissable. Le temps était comme suspendu, le silence était solide, les corbeaux vinrent eux-aussi se percher à proximité curieux de cette suspension qui pouvait être fatale. Chacun était à ses pensées, cherchant à refouler la peur. Nous étions dans un de ces moments de bascule, réduits à des chats de Schrödinger, nous interrogeant sur les milliards d’humains qui avaient vécu, qui étaient morts sans jamais se douter que leurs certitudes avaient contribué à créer le cerveau dérangé par l’intermédiaire duquel nous nous trouvions là, en face de la réalité de ce monde, de cette armée en équilibre entre la vie et la mort. 
L’armée fut parcourue comme un frisson, des messages devaient circuler de casques en casques, les yeux électroniques des drones étaient certainement relayés au coeur des salles de commandement, et les ordres devaient commencer à se formaliser. 
L’une d’entre nous, une jeune femme, sortit du rang et s’avança vers l’armée russe. Elle traversa l’espace désert, sa marche était lente, le temps s’écoulait difficilement, elle s’approcha du premier rang des soldats les mains tendues et ouvertes, montrant qu’elle était sans armes. 
D’abord comme fossilisée, l’armée resta immobile, puis tout à coup, l’armée tout entière tressaillit et se mit en mouvement. Les soldats firent demi-tour, les chars reculèrent, les téléphones du monde entier se mirent à sonner relayant l’information. Les images filmées par des centaines de téléphones envahirent les réseaux annonçant la nouvelle. 
Que s’était-il passé là-haut, dans les tours de Kremlin, nul ne le sut, mais en quelques heures, l’armée russe reflua, comme le ressac d’un raz-de-marée, reculant en laissant derrière elle les dévastations de son passage, ouvrant ainsi une voie à la liberté, à la reconstruction et à un espoir de paix durable, et surtout une fois de plus, inscrit dans la chair du monde, que la paix, la démocratie, la liberté et la vie devaient être entretenues, ne devaient jamais être abandonnées et que c’était l’affaire de tous les instants, et de tous et toutes. 
Ce sont ces quelques mots en exergue des pages d’un roman d’Hemingway qui tout à coup remontèrent à la mémoire de ceux qui se trouvaient là dans ce moment d’histoire des humains : « Nul homme n’est une Isle complète en soy-mesme ; tout homme est un morceau de Continent, une part du tout ; si une parcelle de terrain est emportée par la Mer, l’Europe en est lésée, tout de même que s’il s’agissait d’un promontoire, tout de mêle que s’il s’agissait du Manoir de tes amis ou du tien propre ; la mort de tout homme me diminue parce que je suis solidaire du genre humain. Ainsi donc, n’envoie jamais demander : pour qui sonne le glas ; il sonne pour toi. » 

Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Louise Michel ces quelques derniers mots : « Dominer, c’est être tyran, être dominés, c’est être lâches!… Et le lendemain? dit-on. Eh bien, le lendemain, il est l’humanité nouvelle, elle s’arrangera dans ce monde nouveau : est-ce que nous pouvons comprendre ce lendemain-là ?… En révolution, l’époque qui copie est perdue, il faut aller en avant ». 

Références, sources et inspirations 
Chawki Abdelamir (Irak, 1949; poète et traducteur en français de Adonis)
Pour qui sonne le glas, E. Hemingway
Méditations sur des occasions qui se présentent, John Donne (1623-1624)
Le monde des nonA, AE Van Vogt
L’odyssée du temps-1, AC Clarke, S Baxter 
V pour Vendetta 
https://reporterre.net/Des-ecologistes-ciblent-Gazprom-complice-de-l-invasion-en-Ukraine-et-du-rechauffement 
https://reporterre.net/Comment-les-oligarques-russes-detruisent-la-planete https://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20081202.BIB2573/sur-la-non-violence-par-le-mahatma-gandhi.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.14-14032022-11.57/ 

Nowakowskismes 6.13. Il est minuit moins …

Illustration par Nicolas Hamm

Dans un rapport publié la semaine dernière par Greenpeace et Oxfam, les 63 milliardaires français – saviez-vous qu’en France, il y a 63 milliardaires – ont à eux seuls une empreinte carbone équivalente à celle de la moitié de la population française. 
Dans ce rapport, Greenpeace France et Oxfam France ont analysé l’empreinte carbone des milliardaires français, en calculant non pas les émissions issues de leur mode de vie, ce qui est également très intéressant, mais celles des actifs financiers qu’ils possèdent dans leur « principale entreprise ». Autrement dit, ils ont attribué à chaque milliardaire une partie de l’empreinte carbone de l’entreprise dans laquelle il détient le plus de parts. Cette approche est nouvelle. Auparavant, les émissions des ultra-riches étaient évaluées en se basant uniquement sur leur mode de vie et leurs choix de consommation. Par exemple, en octobre 2021, une étude scientifique sur une vingtaine de milliardaires à travers le monde avait démontré que le Français Bernard Arnault, patron du groupe LVMH, avait en 2018 émis 10421 tonnes équivalent CO2, alors que l’empreinte carbone moyenne de consommation d’un Français est d’environ 8 tonnes équivalent CO2.
Et donc le résultat est sans appel. L’empreinte carbone de ces 63 milliardaires est vertigineuse et sans commune mesure avec celle du reste de la population, notamment des plus modestes. En effet, avec au moins 152 millions de tonnes de CO2 émis en une année, le patrimoine financier de 63 milliardaires français émet autant que celui de 49,4 % des ménages français. C’est également plus que les émissions du Danemark, de la Finlande et de la Suède réunis. La première marche du podium est occupée par le patron du groupe Auchan dont l’empreinte carbone de son patrimoine financier est trois millions de fois plus élevée que celle d’un foyer français moyen.
Et ce n’est pas tout. C’est souligné dans le rapport, les milliardaires français sont les grands gagnants des politiques de relance industrielle décidées depuis le début de la pandémie. En effet, dès avril 2020, 20 milliards d’euros ont été injectés par l’État dans les grandes compagnies françaises. En juin de la même année, l’industrie automobile et le secteur aéronautique ont respectivement bénéficié de 8 et 15 milliards d’euros chacun. Enfin, le plan de relance de septembre 2020 a octroyé 100 milliards d’euros aux entreprises sans les conditionner au respect de l’objectif fixé par l’Accord de Paris de limiter le réchauffement global à + 1,5 °C. En clair, selon le Haut Conseil pour le climat, les deux tiers de l’argent public dégagé par ce dernier plan pourraient avoir « un effet significatif à la hausse sur les émissions de gaz à effet de serre ».
Grâce entre autres à cette manne captée en partie par les groupes dont les ultra-riches sont actionnaires, la fortune des milliardaires français a augmenté plus rapidement en un an et demi de pandémie qu’au cours des dix dernières années. Depuis le début de la crise sanitaire, les cinq premières fortunes du pays ont doublé leur richesse. Elles possèdent désormais à elles seules autant que les 40 % les plus pauvres en France.
L’ampleur de ces inégalités climatiques pose la question du partage de l’effort dans la transition écologique à accomplir. Surtout dans un pays où la fiscalité carbone pèse proportionnellement plus sur les ménages les plus modestes que sur les ménages les plus aisés, ce qui pose des problèmes évidents d’acceptabilité sociale. 
Ces disparités climatiques énormes entre ultra-riches et ménages modestes montrent que toute transition écologique sans justice sociale est impossible.
Le poids de la transition écologique doit être transféré des consommateurs les plus précaires, qui polluent le moins, aux producteurs les plus riches, qui polluent le plus et ont les moyens de transformer ces outils de production.
Face à ces inégalités climatiques démesurées, Greenpeace et d’autres reclament l’instauration d’un impôt sur la fortune climatique – qui, selon leurs calculs théoriques, pourrait rapporter au moins 6,8 milliards d’euros en 2022 – ou encore une taxation voire une interdiction des dividendes climaticides.
Rappelons qu’à l’heure actuelle, d’après le ministère de l’économie, la fiscalité carbone pèse proportionnellement quatre fois plus sur les 20 % de foyers les plus précaires que sur les 20 % de ménages les plus riches.

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans ce monde de 2022 dans lequel un autocrate paranoïaque décide d’envoyer ses armées envahir l’Ukraine dans une violation caractérisée du droit international et de la Charte des Nations unies prétextant des allégations fallacieuses et mensongères. Un peu comme l’invasion illégale de l’Irak par les États-Unis en 2003, elle aussi sur fond de propagande mensongère largement relayée par les médias et le merdier mondial qui en a découlé, 2022 ouvre un chapitre particulièrement dangereux et meurtrier des relations internationales, un chapitre annonciateur de destructions et de malheurs terribles à tous les niveaux, pour les ukrainiens bien sûr et pour le monde dans son ensemble. Et ce n’est pas tout, les urgences écologiques et sociales risquent également d’être reléguées à l’arrière-plan pendant que cette guerre en Europe va précipiter une escalade des budgets militaires enclenchée depuis déjà quelques années. Face à la paralysie et l’impuissance de l’Organisation des Nations unies, face à l’absence flagrante d’une instance internationale capable de résoudre les désaccords et les conflits, malgré tous ces G9, G12, G20, GTruc, dans un monde dans lequel menaces, faits accomplis, ultralibéralisme et agressions armées caractérisent plus que jamais l’ordre mondial où que nous tournions notre regard, le tout appuyé par les bourgeoisies, et leurs Etats, il ne reste que le choix d’une révolution sociale et de civilisation, socialisant les grands moyens de production et d’échange, visant la juste répartition des richesses et de la vie, pour peut-être éviter l a barbarie.
Ce soir les Nowakowskismes s’installent sous les bombes, avec ceux et celles qui vivent dans la peur, dans la douleur, qui doivent tout abandonner pour se réfugier dans les couloirs du métro, fuir leur maison. Ce soir les Nowakowskismes sont dans ce monde écrasé de la folie meurtrière de cet autocrate bouffi, peureux et paranoïaque qui cherche à précipiter le monde dans sa folie. Ce soir, les Nowakowskismes se penchent sur l’expérience des populations dans la guerre qui, en un rien de temps, peuvent voir des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants passer du statut d’habitants à celui de réfugiés, et connaître alors de nouvelles identités, de nouvelles communautés et emprunter des chemins pavés de dangers, de souffrances et de mort. 

« Nous n’avons plus de passé ». Les bombes, les rafales de missiles sol-sol venues des batteries postées à plusieurs kilomètres de là avaient rasé l’immeuble, et par là tout ce qui non pas entourait mais faisait la vie, parce que la vie est faite d’infime et surtout d’une somme de presque rien. 
« Nous n’avons plus de passé » parce que sous les bombes, tout ce qui relève de l’accessoire, les choses dites accessoires, prennent une importance qu’elles avaient déjà sans qu’on le sût – cette photo accrochée au mur, cette chaise sur laquelle je me cognais la nuit en me levant – Tout cela se révélait à nous dans leur absence, dans leur disparition. 
« Nous n’avons plus de passé », non pas parce que les objets rappelleraient le passé selon une nostalgie matérialiste. « Nous n’avons plus de passé » parce que, comme les êtres qui ne sont plus là, les objets, les traces collectées au cours d’une vie racontent en même temps le monde détruit sous les bombes et le peu qui en reste dans la mémoire.
Je revoyais, mon immeuble, du haut des cinq étages, et ce pan de mur et de terrasse se désintégrant dans un nuage de fléchettes explosives et de balles antiblindage. Des roquettes s’écrasaient sur le béton aux alentours, les devantures des magasins vomissaient sur nous un milliard d’échardes de verre. 
Des hommes pouvait-on encore parler d’humains, équipés d’armures de combat dernier cri descendaient en rappel d’hélicoptères placés en vol stationnaire au dessus du quartier. Ils n’étaient pas les seuls, et arrivés au sol, ils mitraillaient dans toutes les directions. Les troupes chargées de prendre la ville, obéissant aveuglement aux ordres de cet autocrate bouffi et gâteux pensaient pouvoir s’approprier tout ce quartier sans difficulté mais la résistance était encore présente. Abrité derrière des blocs de béton tombés des barres d’immeubles construites bien avant la guerre, je vis un de ces hélicoptères être frappé d’un missile sol-air exploser en des milliers de fragments épars de ferraille et de chairs déchirées. 
Des sirènes retentissaient en hurlements de mort. Le feu, les flammes, le bruit occupaient tous les sens. Impossible de penser juste essayer de fuir et de ne pas être touché par les schrapnels qui criblaient les façades de cicatrices qui mettraient des années à disparaître, et qui hachaient menus les imprudents qui ne restaient pas à couvert. Les marques de la guerre perdureraient sur les murs et dans les âmes bien longtemps après le cessez-le-feu. Le ciel était rayé des traits de mort des missiles envoyés d’au-delà des limites de la ville et qui venaient réduire en miettes les principaux bâtiments de la ville. Il n’y avait pas si longtemps de cela, quand nous avions encore accès aux canaux d’information, avant que la cyber guerre précédant l’avancée des armées, ne soit lancée afin de neutraliser le réseau, les services et les médias, j’avais vu un de ce soldats imbéciles se prenant en selfie, paradant devant les crachats de mort des batteries de missiles en train de faire feu. Il m’était revenu alors ces vers de Rudyard Kipling que j’avais lus il y a bien longtemps dans ma bibliothèque aujourd’hui partie en flammes. Il écrivait cela au XIXème siècle, nous étions au XXIème et nous étions toujours aussi cons voire plus cons puisque nous n’avions pas su tirer les leçons des horreurs du XXème siècle. 
« Le jeun’ soldat est idiot
Il ne pense qu’à la mort
Il n’a rien du héros
Il a renié son honneur […] »
Ce moment d’inattention et de mémoire faillit m’être fatal. Des missiles explosèrent en même temps à quelques mètres de mon refuge, plusieurs dans l’air, d’autres qui s’étaient fichés dans le sol. Je fus soulevé et projeté dans les airs à une quinzaine de mètres de l’endroit où j’étais. Ce fut malgré tout une bonne chose parce les restes de l’immeuble s’affaissa à l’endroit où je me trouvais quelques secondes auparavant. Ma jambe était douloureuse, et j’avais la sensation d’une brûlure sérieuse dans le dos. 
Je n’avais pas le temps de m’apitoyer, il fallait que je me relève rapidement afin d’aller me mettre à couvert. Des soldats progressaient entre les bâtiments, arrosant les rues de leurs lance-flammes. Les bâtiments avaient l’air d’être en bois tant étant grande la vitesse à laquelle ils s’embrasaient. La ville allait tomber d’ici quelques heures, c’était une évidence aujourd’hui. Ils étaient supérieurs en nombre, mieux équipés, et fanatisés. 
Je réussis à me glisser dans une cave de ce qui restait de la rue Mon Désert. Elle était déjà occupée par un groupe fuyant comme moi l’invasion. Les ténèbres étaient traversées par les éclairs de lumière venant des explosions dans la rue, révélant les visages apeurés, épuisés d’hommes, de femmes et d’enfants. 
Je trouvai un coin non occupé, et je m’y assis. Je revoyais les files de voitures des habitants fuyant la ville devant l’avancée de l’armée, je revoyais les familles entassant tant bien que mal les objets, les enfants, des réserves de nourriture et prendre la route vers l’ouest, et mettre le plus de distance possible entre eux et les bombardements et les soldats qui suivraient immanquablement. Je n’avais pas voulu quitter la ville, je n’avais pas eu l’envie et la force de m’éloigner de ces lieux dans lesquels j’avais été si heureux. Je me rappelais aussi de cette histoire que racontaient ma grand-mère et mon grand-père quand ils avaient dû quitter leur maison lors de l’exode en 40. Ils partaient avec 3 enfants en bas âge, ma grand-mère enceinte de ma mère, et ils laissaient leur maison et un canapé neuf qu’ils venaient de s’acheter. C’étaient des ouvriers dans les usines sidérurgiques, et l’achat d’un canapé était un investissement important. Quand ils revinrent chez eux plusieurs années après, le canapé avait disparu, volé. Ma grande-mère parla toute sa vie de ce canapé. Alors, je ne voulais pas partir quitte à affronter la violence brute de la guerre. 
La violence qu’est-ce que la violence ? Il ne suffisait pas que la mort empeste et pue dans le monde, désormais, là autour de ce trou dans lequel nous étions réfugiés, elle prenait aussi ces formes humaines hostiles, poussant les survivants qui tentaient de se défendre, à frapper et à haïr aussi. Je m’assoupis brièvement mais je me réveillais au bruit des balles gazouillantes et des obus qui pleuvaient sur le quartier. Les snipers avaient dû s’installer comme à chaque guérilla urbaine. Ils pointaient leurs armes par plaisir haineux rendant les assiégés dont nous étions, tout aussi haineux. Ils tuaient les gens de la ville, la ruinant de toutes les manières physiques et psychiques possibles, de façon à ce qu’elle puisse être dévastée, la fracassant, assassinant gratuitement, terrifiant et écrasant. La mort était sur ma peau, et de l’autre côté du mur, peut-être la mienne m’attendait au coin de la rue, tout à l’heure quand je tenterai de sortir, peut-être pas. Nous étions une dizaine là cachés, combien d’autres que nous étaient ainsi terrés en attendant. Attendre quoi, la fin des bombardements, la prise de la ville, et après ? Après, nous ferions l’expérience de l’irremplaçable. L’irremplaçable, c’était tout ce que nous aurions perdu, pas en comptant, mais en mesurant le vide que ceux qui n’étaient plus là laissait dans les ruines de nos vie. L’irremplaçable, c’était l’impossibilité de quantifier parce que tout ce qui peut s’exprimer en chiffres est remplaçable. Et ce que nous avions perdu était  irremplaçable, incalculable, une situation difficilement compréhensible et acceptable pour notre génération qui s’était habituée à tout calculer, tout compter. Le canapé de ma grand-mère et le vide laissé par sa disparition était devenu un irremplaçable. Nous dérivions vers quelque chose d’énigmatique défiant le sens et la raison. Dans cette expérience des sinistrés, nous nous retrouvions à ne plus avoir de temps, à être en dehors du temps parce que tout ce que nous allions faire devenait, à l’instant même où nous l’envisagions, absurde.
Le temps passa, des heures, des jours, nous étions incapables de le dire. Puis, les bruits cessèrent, les bombardements cessèrent. Après quelques minutes, nous regardant incrédules, nous nous risquâmes à l’extérieur, dans les ruines de la ville. Les immeubles n’étaient plus que des chicots criblés des impacts des obus et des balles, les rues n’étaient plus que gravats. Et tout à coup, bizarrement, les sirènes se mirent à hurler, et nous n’eurent pas le temps de nous mettre à couvert.
La dissuasion ne marche tant qu’elle marche mais si l’ennemi passe outre, le système de croyances sur lequel elle repose s’effondre. Lancer des représailles conduit à la destruction mutuelle assurée. Or, tous les états dotés de l’arme nucléaire s’étaient équipés des systèmes dits de « launch on warning » ou « lancement sur alerte ». Ainsi, si un système défensif détectait le lancement de missiles nucléaires ennemis, il déclenchait immédiatement et automatiquement ses propres missiles sans attendre que les premiers atteignent leurs cibles. Les états s’assuraient ainsi contre le risque de se retrouver sans force défensive une fois celle-ci détruite par les missiles ennemis. Le problème était que les systèmes d’alerte étaient connus pour fonctionner de manière très approximative. Depuis longtemps, on ne comptait plus les erreurs d’interprétation, les mauvais calculs et les fausses alertes. Et là, dans le contexte de cette guerre en Europe, après les menaces de ce dictateur paranoïaque, mégalomane, impuissant et malade de déclencher le feu nucléaire, une erreur de programmation fut cette fois fatale à l’humanité. 

Pour finir, voici quelques nouvelles de la France. Deux ONG se sont intéressées à l’artificialisation des sols. Pour la Ligue de Protection des Oiseaux, l’artificialisation actuelle est de l’ordre de 50000 hectares par an. Terre de Liens, une association qui aide les agriculteurs à s’installer, évoque le chiffre de 57600 hectares supplémentaires consommés en moyenne chaque année. 57600 hectares correspondent à l’artificialisation de l’équivalent d’un terrain de foot toutes les 7 minutes ! 
Le phénomène n’est pas nouveau. Entre 1982 et 2018, les espaces grignotés par l’artificialisation ont augmenté de 72% en France métropolitaine. La France fait partie des mauvais élèves, se situant au-dessus de la moyenne européenne d’artificialisation des sols, entretenant en la matière « un rythme soutenu » et « une dynamique constante ». 68 % des espaces artificialisés ont été transformés pour de l’habitat et 25 % pour de l’activité. Le modèle toujours promu du pavillon individuel, jardin, accessible en voiture est toujours plus construit chaque année et grignote toujours plus les espaces naturels. Il serait temps, pour préserver le climat et la biodiversité, tant que c’est encore possible, de se tourner vers des alternatives aux pavillons neufs avec jardin et garage pour commencer à utiliser les logements vacants, promouvoir les habitats collectifs… et protéger la nature est indispensable pour l’avenir de nos sociétés comme le rappelle le dernier rapport du GIEC sorti le 28 février 2022 que je vous invite à lire. C’est un recueil de la souffrance humaine et une accusation accablante envers l’échec des dirigeants dans la lutte contre les changements climatiques dont les effets qui affectent déjà les vies de milliards d’humains, vont s’accélérer quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ils frapperont les sociétés de manière intolérable, multipliant les menaces sur la production alimentaire, l’approvisionnement en eau, la santé humaine, les infrastructures côtières, les économies nationales et la survie d’une grande partie du monde naturel et de l’humanité.

Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec John Steinbeck ces quelques derniers mots : « Si vous qui possédez les choses dont les autres manquent, si vous pouviez comprendre cela, vous pourriez peut-être échapper à votre destin. Si vous pouviez séparer les causes des effets, si vous pouviez savoir que Paine, Marx, Jefferson, Lénine furent des effets, non des causes, vous pourriez survivre. Mais cela vous ne pouvez pas le savoir. Car le fait de posséder vous congèle pour toujours en « Je » et vous sépare toujours du « Nous » ». 

On se laisse aller à la nuit avec l’émouvant quatuor n°8 de Chostakovitch interprété par le quatuor Danel. Chostakovitch l’a écrit en 1960 à la vue des ruines de Dresde détruite par les bombardements de la seconde guerre mondiale et le dédicaça « À la mémoire des victimes du fascisme et de la guerre ».  Ecoutez-le bien même si cela dépasse le temps d’antenne prévu pour l’émission. Ecoutez ce motif  DSCH qui parcourt toute l’œuvre. Dans la notation allemande, la suite de notes D-Es(S)-C-H (les initiales de Chostakovitch, D. Sch.) correspondent aux notes ré – mib – do – si.

Sources et références 
https://pad.philharmoniedeparis.fr/0827145-quatuor-a-cordes-n8-de-chostakovitch.aspx# 
https://basta.media/Artificialisation-des-sols-betonisation-terres-agricoles-espaces-naturels-habitat-voitures
https://reporterre.net/Le-reve-francais-de-la-maison-avec-jardin-detruit-les-terres-agricoles https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/crise-climatique/un-terrible-avertissement-ce-qu-il-faut-retenir-du-nouveau-rapport-du-giec-sur-les-effets-du-rechauffement-climatique_4977336.html 
Les raisins de la colère. John Steinbeck
Central Europe. William T. Vollmann
Le livre des violences. William T. Vollmann
https://www-mediapart-fr/journal/economie/230222/les-milliardaires-francais-brulent-la-planete 
https://aoc.media/opinion/2022/02/27/la-guerre-nucleaire-qui-vient-2/
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.13-28022022-14.50/